Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyLe début d'une grande aventure

more_horiz
Willow Reid & Spencer Gubler13 septembre 2000 ▬ Université Américaine de Sorcellerie
Le début d'une grande aventure

Note : ce RP est un flashback de la rencontre de Spencer & Willow.  Nous sommes donc début septembre 2000.

J'entamais ma troisième année à l'Université. J'avais suivi le conseil des professeurs d'Ilvermorny et j'avais commencé des études pour devenir Auror. Bon, au début j'étais pas trop convaincue. Bien sûr, c'était la classe, Auror, tout ça, mais à la base, je voulais plutôt être psychomage. Mais bon, les profs et les parents trouvaient que je pouvais faire mieux. Résultat, j'étais dans cette classe. Non pas que je m'en plaigne. En fait, c'était bien mieux que ce à quoi je m'attendais. Mes talents pour la magie de protection n'étaient pas tout à fait inutiles, que du contraire. Les cours me plaisaient, j'avais des amis, je réussissais plutôt bien, bref, que demander de plus ?

A la rentrée, un nouveau est arrivé. Spencer Gubler. C'était, à ce que l'on disait, un petit génie. Il avait fini Ilvermorny et avait obtenu son diplôme de briseur de sorts... et il avait à peine 17 ans ! Cependant... eh bien, il était bizarre. L'un de mes potes Mike - mon ex en fait, pour être tout à fait exacte - a essayé de l'intégrer à notre groupe, le premier jour. Gubler n'avait pas l'air de saisir un traître mot de ce que Mike lui racontait. Il répondait à côté de la plaque, comme s'il prenait tout au premier degré. Mes potes ont lâché l'affaire. Au début, ils se foutaient de sa gueule. Mais ça, s'était avant que je les engueule. Pour qui se prenaient-ils de se moquer ainsi de quelqu'un qu'ils ne connaissaient pas, et surtout, quelqu'un qui avait déjà accompli tant de choses en moins de 20 ans ? Peut-être qu'il avait ses raisons d'être méfiant, peut-être y avait-il quelque chose dans son passé qui faisait qu'il était ainsi. En tout cas, moi, ça m'intriguait. J'avais toujours eu un penchant pour les gens un peu décalés. Ce n'est pas pour rien que pendant longtemps, j'ai voulu être psychomage. Son intelligence m'intriguait encore plus. Gubler était le genre de gars à connaître les réponses à toutes les questions des profs, et plus encore. Il élevait bien souvent la discussion. La plupart des gens de la classe s'endormaient, mais certains autres, comme moi, trouvaient ses réflexions intéressantes, presque fascinantes. J'avais parfois la chance de prendre part à ces discussions, lorsque le prof était assez ouvert pour ne pas cantonner son cours à un simple monologue. Il me semblait que j'arrivais tout de même à suivre le fil du débat.

Bref, aujourd'hui, on avait un cours de droit, un cours théorique... franchement ennuyeux, ne nous le cachons pas. Les bancs de cette salle étaient disposés deux par deux. Comme à son habitude, Gubler était déjà là, dans les premiers rangs, raide comme un piquet. Je lançais un regard à mon groupe avant de me détacher d'eux et de filer vers le petit génie. Je remarquais le regard narquois de Mike, mais je l'ignorai délibérément. Arrivée à la hauteur de Spencer, je me raclais doucement la gorge, avant de lui adresser un sourire prévenant.

- Salut ! Est-ce que cela te dérangerait si je m'assois à côté de toi ?

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz


Spencer Tobias Gubler
Auror et Briseur de Sort, 36 ans




J'observais la salle de cours attentivement. Comme toutes celles que j'avais visité jusqu'à présent. Il fallait que je m’imprègne des lieux, que j'observe les moindres détails. La carte du monde sur le mur au fond à droite. Sur la gauche un poster de ce qui semblait être la Loi du Tribunal Magique du Sorcier de 1250. Que je connaissais par cœur pour l'avoir lu dans le manuel de cours. Parce que j'avais déjà lu tout le livre de cette année. Le professeur avait une bonne réputation d'après maman. Il fallait donc que je reste tranquille, c'était ce qu'elle m'avait dit. Ne pas s'inquiétait.

Mais les étudiants qui étaient avec moi étaient au minimum âgés de 3 ans de plus que moi. Ce qui était déjà moins en terme de différence d'âge que durant mon cursus de Briseur de Sorts. Mais je les entendais déjà. Tous ces murmures dans mon dos. Tous ces regards sur moi. Ils avaient tous quelques choses d'inquiétant sur eux. Me voulaient-ils du mal ? Ils allaient forcément faire en sorte que j'échoue. Et je ne pouvais pas lutter. J'avais beau avoir plus de niveau que la moitié d'entre eux, physiquement je n'avais que dix sept ans. Maman voulait que j'enlève mes lunettes et que je prenne plus soin de moi. Que j'allais bientôt être majeur. Mais je refusais. Je ne pouvais pas, j'aimais être caché par le carreau de mes lunettes. Ça pouvait m'évitait des sortilèges qui abimeraient mes yeux, ou éviterait des projections de potion.

Mes yeux parcouraient la pièce, à la recherche de la moindre chose de louche. Rien en vue, ou peut-être cet objet particulièrement étrange sur la droite du bureau du professeur. J'étais déjà assis depuis deux bonnes minutes quand les autres élèves entrèrent. Alors que j'étais toujours seul - et TOUT le monde le savait - cette fille vint s'assoir à côté de moi. Elle s'était grattée la gorge et je frémis.

"Tu es malade ? Parce que si tu es malade je préfèrerai que tu ailles ailleurs. Je ne suis pas malade, et je ne souhaiterai pas l'être. Alors ?"

J'étais impressionné. Gêné. Que me voulait-elle ? Personne ne me parlait jamais ! Je l'observais attentivement, regardant ses mains. Allait-elle me lancer un sort, allait-elle se moquer de moi ? Je jetais un œil derrière elle et vis des élèves rire. Alors c'était pour ça ? C'était pour se moquer de moi ?

"Si c'est pour rire, trouve quelqu'un d'autre, je suis là pour suivre le cours !"

Mais elle leur demanda de se taire et de se calmer. Elle tenta de me rassurer. Haha peine perdu. Ça m'angoissait encore plus. Mais je finis par capituler. Je l'autorisais à s'assoir à côté de moi. Je n'avais de cesse de la regarder, de l'observer, de l'analyser. Chaque mouvement qu'elle faisait était enregistré. Elle était gracieuse. C'était comme ça que maman disait quand elle parlait d'Ombeline, notre petite cousine éloignée. Elle était belle. Enfin je crois, parce que la symétrie de son visage était parfaite, tout comme la rondeur de ses courbes et ses lèvres pleines. Ses yeux étaient d'une couleur apaisante. J'aimais bien ce vert. J'aimais bien ses yeux. Je baissais alors les miens sur manuel, sentant mes joues rosirent. Le prof se racla la gorge et je levais alors ma tête vers lui.

"Qui peut me rappeler la Loi de la Restriction de l'usage de la magie chez les sorciers de premier cycle ?"

Je levais ma main machinalement, bien droite. Le prof m'interrogea alors, surpris, mais légèrement enjoué. Je recherchais dans ma mémoire. Je l'avais déjà étudié dans le cursus précédent. Il suffisait juste que je visualise la page où se trouvait la Loi...ah voilà.

"Merci professeur. La Loi est entrée en vigueur en 1875. Elle y fait mention de la violation consciente et délibérée, en parfaite connaissance de la gravité de ses actes, de l'alinéa C : utilisation de la magie dans une zone habitée par des Moldus, et en présence d'un Moldu. L'article 7 : la magie peut être utilisée devant des Moldus dans des circonstances exceptionnelles, notamment lorsqu'une menace pèse sur la vie du sorcier ou de la sorcière en cause, ou de tout autre sorcier, sorcière ou Moldu présent."

"Et bien merci Spencer. C'est tout à fait ça. Ce qui veut dire cher futurs Aurors que vous êtes, que vous allez devoir être vigilant à cette Loi et intervenir quand elle ne sera pas respectée... Des questions ?"

Je levais les yeux vers le groupe, quelques mains se levèrent. Je n'avais aucune question pour lui, ma main resta donc baissée. Je me tournais alors vers la jeune brune.

"Willow Reid, comme Sara Reid qui est la Directrice du service des usages abusifs de la magie ?"

Je connaissais le nom de ma camarade de classe, ainsi que le nom de chacun des étudiants de cette salle. Question d'assurance. Je n'avais pas eu le temps de me renseigner sur chacun d'eux encore. Mais ça ne saurait tarder.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz
Willow Reid & Spencer Gubler13 septembre 2000 ▬ Université Américaine de Sorcellerie
Le début d'une grande aventure


Gubler me regarda d'un air vraiment étrange. J'arrivais pas trop à comprendre ce qu'il se passait dans sa tête. Sans trop demander mon reste, je m'assis à côté de lui. Il continuait à me regarder - à me fixer, presque - ce qui était un peu dérangeant... même un peu stressant. Mais non, je ne me laisserais pas impressionner. Il me répondit, me demandant si j'étais malade. J'étais stupéfaite.

- Euh... non, je ne suis pas malade.

C'était un peu bizarre, comme approche. J'étais un peu mal à l'aise, mais déterminée à rester là où j'étais, au moins pour ce cours-ci. Je n'allais pas me décourager si vite, et ce malgré les commentaires stupides de mes potes, assis juste derrière nous. Je me retournais vivement en entendant des termes qui ne me plaisaient vraiment pas (du genre "il est complètement détraqué"). Tandis que lançais un regard noir à mon groupe, Spencer commençait une paranoïa.

- Fermez-la, sifflais-je entre mes dents avant de me reconcentrer sur Gubler. Non, je ne suis pas là pour me moquer. Ce sont peut-être mes amis, mais je ne suis pas aussi débile qu'eux. Ne t'occupe pas d'eux, ils s'en lasseront vite.

Il avait l'air toujours un peu agité, en tout cas intérieurement. Ce que je lui disais ne le convainquais pas, je le sentais très bien. Pourtant, il finit par me dire que je pouvais m'asseoir à côté de lui. J'étais assez fière de ma victoire. Je ne savais pas très bien pourquoi, d'ailleurs, je ne cherchais pas à prouver quelque chose pourtant. Peut-être parce que je le trouvais touchant, à sa manière. Je voyais bien qu'il avait des problèmes au niveau social, je ne savais pas très bien à quoi c'était lié, mais clairement, il avait du mal avec les gens. Et le fait qu'il accepte ma présence, c'était comme une forme de confiance. Mineure, mais tout de même, c'était déjà un pas en avant. En avant vers quoi ? Je n'en savais trop rien.

Le prof arriva et le cours commença. Je sentis, au début, le regard de Gubler toujours fixé sur moi. Quoi, j'avais un truc sur moi ? Mes vêtements étaient froissés, quelque chose comme ça ? Nos regards se croisèrent, mais il détourna rapidement le sien, le rose aux joues. Je haussai un sourcil, incrédule. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il me voulait. C'était peut-être d'ailleurs peine perdue d'essayer de comprendre. Le prof posa une question. Je posai mon coude sur le banc et reposa ma tête dessus. Ça y était, on était partis pour un cours assommant... Enfin, il fallait bien passer par des cours théoriques pour réussir sa pratique. C'était cette dernière partie qui me plaisait le plus.

Sans trop de surprise, c'était Gubler qui répondit à la question du professeur. Bon, ce qui était un peu plus surprenant, c'était sa manière de répondre. On aurait dit qu'il citait carrément un livre, à la virgule près. C'était assez remarquable. J'en oubliai presque de prendre des notes. Alors que je grattais quelques mots sur mon parchemin, Spencer se pencha vers moi - enfin se pencher, façon de parler. On aurait dit qu'il faisait attention à ce qu'à n'aucun moment, nous n'entrions dans un contact physique de quelque sorte qu'il soit. Mais il m'adressa la parole de lui-même.

- Oui, c'est ça, dis-je en relevant la tête de mes notes. Tu l'as rencontrée quand tu faisais tes études de Briseur de Sorts, c'est ça ?

Je n'étais pas trop sûre qu'il avait réellement son diplôme de Briseur de Sorts. Entre les rumeurs et la réalité, il y avait quand même un sacré fossé. Peut-être que les gens exagéraient, comme d'habitude. Mais un autre élément me perturba.

- Attends, tu connais mon nom ?

Je le regardai d'un air un peu suspicieux. On était quand même une grande classe. Que moi je le connaisse, c'était normal. C'était le seul nouveau de notre groupe. Mais lui devait faire face à beaucoup d'inconnus. Comment est-ce qu'il pouvait connaître mon nom en particulier ? Certes je participais en classe, mais la plupart des professeurs ne me connaissaient pas particulièrement et ne prononçait jamais mon nom, ou en tout cas, pas fréquemment, et en général, ils se contentaient de mon prénom. Pourquoi est-ce que Spencer se serait-il amusé à le retenir ?

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz


Spencer Tobias Gubler
Auror et Briseur de Sort, 36 ans




- Oui, c'est ça. Tu l'as rencontrée quand tu faisais tes études de Briseur de Sorts, c'est ça ?

J'avais donc raison. Comme toujours. J'appréciais l'intonation de sa voix. Elle sonnait mélodieusement dans mes oreilles et n'était pas le moins du monde agressive pour mes tympan. C'était plutôt un bon point pour elle, pour qu'elle reste à côté de moi, car je n'avais pas encore décidé si je voulais qu'elle y reste au prochain cours. Je hochais la tête à l'affirmative.

"Oui je l'ai rencontré pendant mes études. Un peu avant de passer mon diplôme. Elle est efficace ta mère, j'espère que tu l'es autant ! Ça serait du gâchis sinon..."

Effectivement, avoir une mère si brillante et ne pas en être à la hauteur. J'espérai pour elle qu'elle soit aussi intelligente qu'elle, que tout cela se soit transmit dans les gênes. Sinon la pauvre... Mais si elle était dans cette classe d'Auror, c'était qu'elle avait déjà un certain niveau. Elle y était depuis 3 ans de toute façon. C'était qu'elle devait tenir la route après tout. Tant mieux pour moi.

- Attends, tu connais mon nom ?

Je me tournais vers elle, la regardant pour la deuxième fois. Je plissais les yeux devant son regard suspicieux. Huuum ça ne me plaisait pas du tout. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Je devins un peu plus méfiant, me reculant un peu sur ma chaise pour prendre encore plus de distance avec elle. Que voulait-elle vraiment ? Pourquoi elle me posait autant de questions ? Elle essayait d'avoir des informations sur moi c'était ça ? Je ne me démontais pas le moins du monde. Et je pris sur moi pour lui répondre.

"Et bien oui, comme tout ceux de la classe. C'est normal non ? J'ai juste lu le nom des personnes en classe, je les ai retenu et j'en ai fait des déductions après."

Je haussais les épaules, comme s'il était normal de savoir le nom de ses camarades à peine arrivé dans une nouvelle salle de cours. Mais je n'avais eu qu'à lire la liste des étudiants pour les retenir. Et j'avais fait des rapprochements quand on les appelait par leur prénom. Des Willow il y en avait pas quinze ici.

Bientôt j'en saurai même un peu plus sur chacun d'entre eux. Il fallait que je sache avec qui j'allais passer les trois prochaines années. Je ne faisais confiance à personne. Peut-être que cette Willow serait m'en apprendre plus ?

"Tu veux bien m'en dire plus sur ceux que tu appelles tes amis ? Et puis, pourquoi es-tu ami avec eux si tu les trouves débiles ? Ça sert à quoi d'être avec des gens débiles ? J'ai besoin de savoir s'ils le sont vraiment, je n'aimerai pas me retrouver avec eux en travaux pratiques si c'est pour recevoir un mauvais sort. Je préfère encore apprendre tout seul. J'aime pas les gens, mais toi, tu m'as l'air pas trop bête Willow Reid."

Je me tournais de nouveau devant le professeur qui posa une question et où je levais une nouvelle fois la main pour apporter une réponse. Je l'avais aussi vu dans mes manuels précédents.

"Code 12, Accords internationaux d'interdiction du duel."

Je retournais à présent mon attention vers la jeune femme. Attendant les réponses à mes questions.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz
Willow Reid & Spencer Gubler13 septembre 2000 ▬ Université Américaine de Sorcellerie
Le début d'une grande aventure


Ainsi donc, les rumeurs étaient vraies : Gubler avait réellement un diplôme de Briseur de Sorts alors qu'il était plus jeune que n'importe quelle personne présente dans cette classe. Ma mère avait dû m'en parler au moins une fois, mais je devais avoir répondu en haussant les épaules, me disant que de toute façon, je ne le rencontrerais jamais. Et en fait, si, j'étais assise à côté de lui. Je regardai Gubler étrangement, ne sachant pas trop si sa dernière phrase était un compliment, un sarcasme ou quoi que ce soit. Je décidai de répondre avec nonchalance - la meilleure des "défenses".

- Je ne sais pas, je suppose que tu pourras te forger un avis avec le temps !

Il me dévisagea étrangement suite à ma question. Il répondit de manière implacable qu'il avait lu tous les noms et "fait des déductions". Mouais, un peu étrange cette histoire. Mais plausible, en fonction de comment les profs nous appelaient, et peut-être qu'il nous entendait parfois nous appeler les uns les autres. C'était un peu chelou de se dire qu'il nous écoutait, mais j'espérais qu'il avait entendu les informations comme ça, en passant. Pas qu'il cherchait à nous espionner, ça, ce serait carrément flippant. J'haussai les épaules - toujours cette nonchalance - jusqu'à ce qu'il me désarme complètement par sa tirade suivante. Attends, il venait de traiter mes amis de cons, là, non ? Et que moi, j'avais beau l'être moins, j'étais pas non plus un génie ? Je ne pus me retenir de m'esclaffer. En fait, ce type était une comédie à lui tout seul, mais il ne s'en rendait pas compte. Je ne me moquais pas de lui, loin de là, mais le franc-parler, parfois, ça menait à de drôle de situations. Bon, j'étais un peu vexée quand même, on allait pas se le cacher... mais c'est sûr qu'à côté de Spencer Gubler, je faisais tâche. Et puis, en fait, c'était peut-être encore une sorte de compliment déguisé. Je le regardai répondre à une question que je n'avais même pas entendue, puis je lui répondis à mon tour.

- Eh bien, pour la plupart, je les connais d'Ilvermorny. D'autres se sont rajoutés à la bande quand on est arrivés à l'Université, simplement.

J'étais une fille qu'on pourrait qualifier de populaire. J'avais toujours eu une grande bande de potes. De là à dire qu'ils étaient tous des amis... c'était un pas que je ne franchirais pas. La plupart, c'était donc des gens que j'avais rencontré à Ilvermorny. On était pas forcément proches, mais retrouver des têtes connues dans un endroit inconnu, ça faisait plaisir.

- Tous ne sont pas vraiment mes amis. Et puis ils ne sont pas vraiment bêtes, c'est juste que certains ont des idées un peu trop arrêtées à mon goût. Mais en soi, ce sont des gens sympas.

Oui, mais pas avec toi, Spencer. Toi, tu étais trop différent. Ce qui, d'une certaine manière, m'attirait chez lui, repoussait les autres. Mais évidemment, je n'allais pas le lui dire à voix haute. De toute façon, il l'avait bien compris de lui-même, non ?

- Donc non, tu ne recevras pas de mauvais sorts de leur part. Et si quiconque le fait, je leur mets une dérouillé !

Mais qu'est-ce qu'il me prenait de toujours avoir envie de défendre la veuve et l'orphelin ? C'était presque maladif chez moi, je ne pouvais pas m'en empêcher.
Je ne savais pas si j'avais répondu aux questions de Spencer. Que voulait-il réellement savoir sur nous, dans le fond ? Je penchai la tête sur le côté en le regardant, attendant sa réponse.

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz


Spencer Tobias Gubler
Auror et Briseur de Sort, 36 ans




Je décelais une pointe de...mmhhh, d'assurance et de sarcasme dans sa voix. Non ? Je plissais un peu les yeux pour l'observer, je fis la moue. Un peu désarçonné par le fait qu'une fille comme elle me parle, s'intéresse à moi. Et que ce n'était pas pour se moquer de moi en plus. Au contraire, elle avait l'air de me défendre.

"Bien évidemment que je me forgerai mon propre avis" Je haussais mes épaules comme si c'était une évidence. "C'est bien celui qui compte le plus, non ?"

Comme si j'allais faire confiance seulement à ce que me disaient les gens. Mais j'étais plutôt satisfait de sa réponse. Elle n'avait jugé aucun de ses amis et m'avait invité à le faire par moi même. Cette fille était pleine de bon sens. J'appréciais.

- Eh bien, pour la plupart, je les connais d'Ilvermorny. D'autres se sont rajoutés à la bande quand on est arrivés à l'Université, simplement.

J'essayais de voir dans ma mémoire si j'avais déjà croisé cette fille à l'école. Peut-être. Son visage était peut-être un peu familier, là au fond de ma mémoire. Il était possible que durant 7 années je l'ai croisé dans les couloirs d'Ilvermorny, avant de partir pour les études de Briseur de Sort. Mais je ne faisais déjà pas attention aux gens qui ne m'entouraient pas, du moins aussi près que maintenant. Surtout à cet âge là. Il était déjà difficile et cela demandait déjà une telle énergie pour m'occuper et me préoccuper des gens qui faisaient mon quotidien, alors pour des gens lambdas...pas de temps à perdre.

Pourtant, elle avait un visage que je ne pourrai oublier à présent. Ses traits étaient réguliers, aussi doux qu'ils pouvaient être durs. Et ses yeux... Je détournais le regard. Elle pouvait transpercer mon âme, c'était sûr. Peut-être était-elle même légilimens ? L'était-elle ? Et elle avait fait exprès de se mettre à mes côtés, pour m'espionner, pour voir ce que j'avais dans la tête, mes idées, mon savoir ? Je me reculais du banc un peu plus. N'osant plus affronter son regard, prêt s'il le fallait à dégainer mon épée pour contrer un sort de légilimencie.

- Tous ne sont pas vraiment mes amis. Et puis ils ne sont pas vraiment bêtes, c'est juste que certains ont des idées un peu trop arrêtées à mon goût. Mais en soi, ce sont des gens sympas. Donc non, tu ne recevras pas de mauvais sorts de leur part. Et si quiconque le fait, je leur mets une dérouillé !

"De quelle rouille tu parles ?"

J'osais relever mes yeux vers elle après cette phrase. M'attendant à trouver des traces de rouilles sur ses amis. Pourquoi les dérouillerait-elle si ils me jetaient un mauvais sort ? Elle était honnête. Elle avait ça pour elle, j'aimais qu'elle soit honnête. Il fallait qu'elle le reste. Avec moi.

"C'est bien. De ne pas mentir, c'est bien. J'aime bien. Et il ne faut pas que tu es des idées arrêtées toi aussi Willow. Je n'aime pas ça, et ça ne fait pas avancer les choses. La magie ne doit pas être entre les mains de gens bornés et bêtes. On fait des erreurs, et la magie évolue avec son sorcier, avec ses erreurs, et la baguette agit souvent avec l'intelligence de son sorcier. Celui qui reste aveugle, ne fera pas de la belle magie. Je vois tout Willow. Je vois que tu sera une brillante Auror. J'aimerai bien qu'on continue à parler ensemble."

Il était évident que ça me rassurer qu'elle dise qu'elle ne laissera pas un de ces...idiots me faire du mal. Je tentais un regard vers eux, toujours en train de nous fixer. Je ne voyais pas de rouille. Mais je n'aimais pas ça. Tous ces yeux insistant sur moi. Je baissais les miens. Je voulais sortir de cette classe. Ça devenait étouffant. Comme un poids sur la poitrine. Mais lever la main pour demander au professeur de sortir était irrespectueux, maman faisait que me le dire. J'avais 17 ans maintenant, je ne pouvais plus agir comme un gamin. Je faisais mon deuxième cursus universitaire. Et si je voulais terminer le programme aussi rapidement que le premier, il fallait que je me tienne toute l'heure de cours. Mais ces regards...

"Je ne suis pas une bête curieuse. Pourquoi me regardent-ils comme ça ? Tous ? Toujours. Maman dit que je suis spécial, mais je suis aussi ici pour être Auror. Comme eux tous. Alors pourquoi c'est moi qu'on regarde ? C'est à cause des lunettes ? Maman dit que je devrais les enlever... Tu en penses quoi Willow ?"

Je me tournais vers elle ? Ma mère disait que ça me donnait un air encore plus spécial, trop sérieux, trop studieux. Et que ça pouvait déranger les gens. Je ne voyais pas pourquoi. Je n'était pas le seul à avoir des lunettes. Pourtant j'étais le seul, depuis petit qu'on dévisageait en classe. Et qu'il fallait que je coupe mes cheveux aussi. Je haussais de nouveau les épaules.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz
Willow Reid & Spencer Gubler13 septembre 2000 ▬ Université Américaine de Sorcellerie
Le début d'une grande aventure


Spencer était réellement particulier. Il parlait d'une manière juste unique. C'était assez drôle, mais aussi presque... attendrissant. Cette manière de dire qu'il se forgerait son propre avis comme si c'était une évidence, ça montrait qu'il s'en fichait de l'avis des autres. Je souris. J'étais un peu comme ça, aussi. Même si dans le fond, j'aimais quand même bien avoir l'approbation de mes paires. Je n'avais pas pour habitude d'être mise à l'écart, probablement parce que oui, je faisais un peu ce qu'il me chantait, mais toujours de manière à, d'une certaine façon, plaire aux autres. Ça n'était clairement pas le cas de Spencer. Je ne sais pas s'il le faisait exprès ou si c'était par la force des choses, parce qu'il était trop... bizarre ? Il fallait dire qu'il me regardait de manière un peu flippante et qu'il avait une répartie pour la moins spéciale. J'eus tout le mal du monde à retenir un rire sonore à sa question. Je ne pouvais cependant pas réprimer un sourire étrange. C'était trop bon ! Il était sérieux, cependant, aucun doute à avoir. Il avait presque l'air inquiet. Je ne pouvais pas le laisser comme ça, à chercher pourquoi je parlais de rouille dans ce contexte.

- C'est une expression ! m'empressai-je d'expliquer. Je ne voulais pas qu'il s'imagine que je me moquais de lui, même si mon sourire pouvait laisser croire le contraire. Ça veut dire que... je ne les laisserai pas faire.

Bon, c'était pas la signification exacte, mais je ne pensais pas que Spencer pourrait être impressionné par l'aspect physique de la chose. Je pariais même que ça pourrait le faire flipper. Il lança un regard à mon groupe de potes, un autre regard un peu inquiet, puis il se tourna vers moi avant de se lancer dans ce qui ressemblait presque à une tirade. Wow, du calme ! Enfin, dans le fond, il avait raison. Pas que dans le fond, même, c'était tout juste. Bon, le coup du "Je vois tout", c'était un peu chelou, mais je n'allais pas m'attarder là-dessus. Si je devais m'arrêter de converser avec Spencer chaque fois qu'il se passait un truc bizarre, on était mal. Je croisai les bras, toujours pleine d'assurance.

- Bien sûr que non, je n'ai pas des idées arrêtées.

Et là, Gubler ajouta qu'il voulait continuer de parler avec moi. Waow. J'avais l'impression qu'on avait fait un énorme pas en avant. En avant vers quoi, je n'en savais rien, mais ce qui était sûr, c'est que c'était plaisant. J'affichai un sourire sincère.

- Moi aussi, Spencer. Tu es... très intéressant. Très intelligent, rajoutais-je, pour préciser à nouveau que ça n'était pas moqueur.

Mon voisin de banc continuait de se retourner, de regarder les autres. Je faillis soupirer. Il fallait que je lui dise d'arrêter ça. Ça ne lui rendait pas service. Je réfléchissais à la manière dont formuler la chose - j'avais conscience qu'il fallait faire attention au moindre mot employé, avec lui - quand Spencer reprit la parole. Il ne comprenait pas pourquoi on l'observait ainsi. Maintenant, c'était moi qui le regardait bizarrement. Comment ça, il ne savait pas ? Je pensais qu'il avait au moins conscient qu'il était... eh bien, différent.

- Non, c'est pas les lunettes. Enfin... pas vraiment.

Je pris une inspiration. Il fallait que je sois plus claire.

- Tu sais, la différence, ça fait parfois peur aux gens. Alors ils préfèrent s'éloigner et en rire, comme pour montrer que ça ne les atteint pas. Et toi, Spencer... tu es différent. Tu ne fais rien de mal, mais pour eux, tu es... excuse-moi de le dire comme ça, mais pour eux, tu es bizarre. Le fait que tu sois plus jeune que nous, mais que tu aies déjà un diplôme, que tu connaisses les réponses à toutes les questions, tout ça. Je crois que ça les dérange. Je ne sais pas pourquoi, malheureusement, les gens sont comme ça. Moi je pense que c'est stupide.

Je marquai une pause. Comprenait-il ce que je lui disais ? Se sentait-il mal à cause de ça ?

- Les autres ne vont pas chercher à en savoir plus sur toi. Ils vont continuer à te considérer comme l'intello de la classe, et c'est tout. Mais moi, je veux aller au delà de ça Je m'en fiche des apparences.

Qu'allait-il penser, dire de tout ça ? J'étais étrangement impatiente de savoir.

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz


Spencer Tobias Gubler
Auror et Briseur de Sort, 36 ans




J'observais sa réaction étrange. Elle allait rire c'était ça ? C'était pas vraiment un sourire, pas vraiment un rire. Je plissais les yeux, essayant de comprendre. C'était une expression ? Une expression qui voulait dire qu'elle ne les laisserait pas faire. En les dérouillant ?

"Pourtant...ça n'a rien à voir. La rouille c'est une réaction d'oxydation lente qui aboutit à la formation d'oxydes ou d'hydroxydes plus ou moins hydratés et mal cristallisés. Ça ne se fait qu'avec le fer qui est mis en présence d'oxygène et de l'eau... Hors ils sont humains. Si tu les dérouilles...ça sous entendrait que tu les..."

Je me rendais compte que son sourire s'intensifiait et qu'elle avait du mal à réfréner un rire. Je ne voyais pas ce qu'il y avait de marrant, puisque c'était elle après tout qui avait une drôle d'expression. Pourtant j'étais souvent confronté à cela. J'avais souvent entendu ma mère me dire que ce n'était "qu'une expression". Donc soit... Je m'arrêtais d'expliquer. Comme me disait encore ma mère. Je ne devais pas chercher d'explication à tout. Parfois c'était comme ça. Les gens étaient comme ça. Et Willow semblait être comme ça.

"D'accord, ce n'est qu'une expression. Mais Willow Reid, tu utilises de drôles d'expressions..."

Son sourire me fit baisser la tête. Je n'étais pas habitué à ce que les gens aient autant de démonstration aussi positive devant moi. Je ne voyais pas trop pourquoi j'étais...intéressant. Du moins pour elle. Les êtres humains pouvaient-ils être intéressant ? L'était-elle ? Pouvait-elle l'être ? Mmhh visiblement, elle avait raison. Les gens pouvaient être intéressant, c'était tout simplement qu'avant elle, je ne m'étais intéressé à personne. Elle avait un petit truc en plus. Je ne savais pas encore quoi.

"Oui. Bien sûr que je suis intelligent."

Fallait-il que je dise merci ? Était-ce une chose dont on devait remercier les gens ? Ce n'était pas un service qu'elle me rendait... Était-ce un compliment ? Je ne savais pas vraiment. On me reprochait souvent de ne pas le dire au bon moment. Je ne savais pas ces choses là. Si elle l'avait dit, c'était qu'elle le pensait, et je ne lui devais rien de l'avoir pensé puis dit à haute voix. Mais ma mère disait que ça faisait du bien aux gens. Allez savoir pourquoi ? Alors tant pis, je me lançais...

"Et merci ! Si tu as besoin que je te remercie !"

Je n'étais pas à l'aise. J'espérais que ça suffirait et qu'elle s'en contenterait. Je n'avais pas l'habitude d'agir ainsi, mais pour elle j'avais bien envie de faire cet effort qui n'avait pas vraiment de sens pour moi.

Ce n'était pas vraiment les lunettes ?? J'étais différent et donc je faisais peur ? Ce n'était pas trop logique. Pourquoi les gens auraient-ils peur de moi, alors que moi j'avais peur d'eux, au contraire. J'étais bizarre. Mes sourcils se fronçaient au fur et à mesure qu'elle m'expliquait.

"Je les dérange parce que...j'ai la réponse aux questions ? Mais je ne le fais pas exprès. Je connais les réponses, c'est tout. Les gens n'ont qu'à le savoir eux aussi. Est-ce que j'y peux quelque chose ? Non. Mais eux ils y peuvent... C'est injuste que ça soit moi qui dérange. Moi ce qui me dérange c'est qu'on ne me comprenne pas. Je suis comme ça. Si je réponds, c'est parce que j'ai les réponses. Le professeur, les gens, ils demandent, je ne fais que répondre à leurs attentes. Moi je m'en fiche de le dire, je le sais après tout, je n'en tire rien de le dire à haute voix. Juste, je réponds à la demande et à la question d'un professeur."

Je ne cherchais pas à faire plus. Si on ne posait pas de question, je n'aurai pas besoin de répondre. Ni même de parler. Mais les gens voulaient savoir, aimaient entendre, comprendre. Il fallait toujours se justifier dans la vie. Toujours expliquer, démontrer. Avant qu'un professeur ne m'explique le pourquoi, j'étais toujours mal noté en cours. Jusqu'à mes 9 ans, les professeurs pensaient que je trichais, que je regardais la copie des gens de ma classe, car je n'expliquais jamais mon raisonnement. Je mettais le résultat sans expliquer les étapes de mes réflexions. A quoi bon ? C'était le résultat qui comptait ? Enfin c'était ce que je croyais à l'époque. Du coup, j'avais fini par être intercepté par plusieurs professeurs, et j'avais compris qu'ils voulaient savoir comment j'arrivais à ce cheminement. Depuis quand un professeur le demandait, j'expliquais.

- Les autres ne vont pas chercher à en savoir plus sur toi. Ils vont continuer à te considérer comme l'intello de la classe, et c'est tout. Mais moi, je veux aller au delà de ça Je m'en fiche des apparences.

Je baissais une nouvelle fois les yeux. Elle voulait aller au delà de la surface, me connaître plus en profondeur. Mais est-ce que j'avais envie ? Pourquoi avais-je toujours l'impression qu'elle voulait me sonder ? Était-elle réellement légilimens ? Est-ce que tout ceci n'était pas qu'une mascarade depuis le début ? Était-elle vraiment honnête ? Comment le savoir, je n'avais confiance en personne ici ! Et c'était à peu près la seule à qui je pouvais peut-être envisager de faire confiance.

"Je ne cherche pas à être différent, ou bizarre. Je ne fais pas exprès si c'est ce qu'ils pensent. Je suis juste comme ça. Je suis Spencer Gubler. Pourquoi...pourquoi tu veux ? Si je suis bizarre et différent, les gens ne vont pas aimer que tu sois avec moi. Tu as des gens autour de toi, tu n'es pas seule, je veux dire, tu as des...amis déjà. "

La sonnerie se mit à retentir. Le cours était déjà terminé. Et je me rendais compte avec effroi que je n'avais pas suivis la fin du cours. Je me sentais bête. C'était la première fois que j'avais conversé en cours avec quelqu'un. D'habitude il n'y avait que les professeurs qui venaient me parler, me questionnaient. Maman avait peut-être raison, ce cursus était différent du précédent. Elle m'avait dit que 14 ans c'était vraiment jeune. Mais là j'en avais 17, l'âge à laquelle on rentrait dans ce cursus. Même si j'étais déjà avec les 3ème année.

Je rassemblais mes affaires, qui étaient parfaitement alignées au centimètre près, d'un coup de baguette magique. Tout se mis dans ma besace. Je me levais, me tournant vers Willow.

"C'est l'heure de manger. Je ne veux pas que tu crois que je suis mal élevé, parce que ma mère m'a très bien élevé, mais il faut que je mange maintenant."


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz
Willow Reid & Spencer Gubler13 septembre 2000 ▬ Université Américaine de Sorcellerie
Le début d'une grande aventure


Même si j'avais dit à Spencer que "dérouiller" n'était qu'une expression, il cherchait toujours à donner un sens très littéral à ce que j'avais dit. J'haussai un sourcil tout en réprimant à nouveau un sourire. Je pensais qu'il avait un peu remarqué mon air prêt à pouffer de rire et je me sentais un peu coupable. J'avais l'impression de me moquer de lui, alors que c'était loin d'être le cas. C'était juste que... enfin quoi, c'était drôle ! Je m'étais attendue à tout sauf à ça. Et c'était ça qui était intéressant : Spencer était très surprenant.

- Tu prends tout au pied de la lettre toi, hein ? Je veux dire... tu comprends tout littéralement, au premier degré, expliquai-je en me rendant compte que "pied de la lettre" devait être trop imagé pour Gubler. J'y ferai attention à l'avenir.

Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise, lui donner l'impression que je me moquais de lui. Avec ce que je venais de lui balancer à propos de ce que les autres pensaient de lui, Spencer devait probablement se méfier de moi. Et pourtant, il me répondait. En vérité, il avait l'air tout aussi paumé. D'abord, il me remercia. Je ne savais pas très bien pourquoi - parce que je lui avais dit qu'il était intelligent ? - alors je me contentai d'hausser les épaules. Je baissai la tête, légèrement penchée vers lui lorsqu'il me répondit plus longuement. Je soupirai. J'étais censée répondre quoi à ça ? Il avait raison, dans le fond. Mais malheureusement, c'était rarement la raison qui primait dans ce bas-monde.

- Ecoute, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais les gens qui ont réponse à tout, dans les classes, c'est mal vu. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais c'est comme ça depuis Ilvermorny. C'est peut-être de la jalousie, parce que tu réussis mieux qu'eux ?

Je réfléchissais plus à haute voix qu'autre chose. Le monde était bien étrange, quand on y pensait. J'essayais de voir les choses différemment, mais j'étais tellement habituée aux clichés que mes proches véhiculaient qu'il était parfois difficile de s'en détacher. Evidemment que la première fois que j'avais vu Spencer Gubler, j'avais un peu rigolé. Ses lunettes, cette manière de se tenir droit en toutes circonstances alors que la moitié de la classe était avachie sur les bancs, ses réponses impeccables, même sa manière de disposer ses affaires,... il était l'archétype même de l'intello. Alors oui, peut-être que j'avais un peu rigolé avec les autres le premier jour, mais je m'étais rendue compte que c'était parfaitement ridicule. Pourquoi se moquer de quelqu'un d'intelligent ? Pourquoi se moquer tout court, en fait ? Plus je parlais à Spencer, plus je révisais mon jugement. Oui, il était bizarre, même s'il ne cherchait pas à l'être comme il le prétendait, mais j'aimais les bizarreries. Et puis, ça voulait dire quoi, être normal ?

- Et c'est très bien que tu sois comme ça, que tu n'essayes pas de t'adapter aux autres, répondis-je rapidement à sa dernière tirade.

Je remarquais qu'il ne me regardait à nouveau plus. L'avais-je mis mal à l'aise, à nouveau ? Je n'en avais cependant pas fini.

- Il faut avoir du courage pour oser être soi-même, quand tout le monde se ressemble un peu. C'est ça qui est intéressant chez toi, je trouve. Ça peut te paraître bizarre mais... tu m'intrigues.

Je commençais à me demander si la franchise de Spencer n'était pas un peu contagieuse. Je parlais presque de manière crue. Si ça avait été quelqu'un d'autre, j'aurais eu peur de le vexer. Mais il me semblait avoir compris que c'était comme ça qu'il fallait parler à Spencer. Ça me mettait un peu mal à l'aise, dans le fond.

- J'ai déjà des amis, effectivement. Mais aucun d'entre eux ne te ressemble.

La sonnerie retentit. Je sursautai. Au fil de ma discussion avec Spencer, j'avais presque oublié qu'on était en classe. Je regardai autour de moi, comme sortie d'un rêve. Quand je me tournai à nouveau vers mon voisin, je constatai qu'il était déjà debout, prêt à partir.

- Oh... eh bien... bon appétit.

Je failli lui proposer de l'accompagner, mais je me rendis assez vite compte que c'était une mauvaise idée. J'avais l'impression que cette conversation avait pompé toute mon énergie, et je ne me sentais pas capable de continuer. Surtout que je sentais le regard des autres fixés dans mon dos, prêts à m'assaillir de questions en tout genre. Je ramassai lentement mes affaires, peu pressée de rejoindre les autres, un peu sonnée, aussi.

descriptionLe début d'une grande aventure EmptyRe: Le début d'une grande aventure

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum