RPG Harry Potter
Le temps est désormais figé en Rp. Nous sommes actuellement en octobre 2021 (vous pouvez le voir sur la page d'accueil, sous la vidéo).
Les HF Awards 2018 débarquent, par ici !

Membres à l'honneur

Wellan Petterson Seamus McGregor

Breaking News

♫ 01/11/2018 - Wizard Times N°26 enfin arrivé !
♫ 31/10/2018 - Le tournoi intermaison voit la maison Poufsouffle gagner !
♫ 26/10/2018 - Halloween est de sorti !

Scénarios orphelins

testtesttesttest
testtesttesttest

Liens Importants

[♪] Rapeltout
[♪] Le Retourneur de temps
[♪] Listing Personnages
[♫] Coupe des 4 Maisons
[♫] Fonctionnalités du forum
[♫] Quêtes

Wizard Times

wt

Partagez|

All the voices in my mind calling out across the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Points : 848

RPG
Nom et Prénom : Lena Standford
Activité: étudie le droit par correspondance
Age: 21 ans - 2e année
avatar
Langue de Plomb
Lena Standford
MessageSujet: All the voices in my mind calling out across the line Dim 20 Nov - 19:39
All the voices in my mind calling out across the line
Samuel Hansen & Lena Standford
Poudlard qui serait à la limite d’une guerre. Mes cauchemars qui ont repris au point que je décide de m’entrainer et de méditer. Les créatures fantastiques qui sont encore victimes d’incidents. J’ai l’impression que rien de normal ne se passe en ce moment.

Me revoilà le nez plongé dans les parchemins. Je suis très inquiète, à cause de plein de choses, et ça se voit sur le désordre de mon pupitre. Généralement, je suis quelqu’un de très organisé : j’ai une pile en fonction des matières étudiées. Sauf que là… il y a des archives sur le nouveau directeur de Poudlard, un parchemin sur les sortilèges et envoûtements, un grimoire de droit, un parchemin sur la légilimencie – je veux étudier cette histoire d’hérédité dont Irina  a parlé, car ce ne serait pas logique que je le sois si mes deux parents sont Moldus, donc ça doit forcément pouvoir sauté une génération -, et un livres sur les rêves et leur interprétation. Bref, c’est un foutoire qui traduit particulièrement bien mon état d’esprit actuel. Je papillonne, incapable de me focaliser sur une seule chose.

Je griffonne, je chiffonne, je ronchonne, et parfois, distraitement, je rallume la bougie que j’éteins à chaque soupir d’un coup de baguette distrait. Il n’y a pas grand-chose à trouver sur monsieur Nott, du moins, pas plus que ce que Lysander m’en a dit. Mais plus je lis son histoire, plus elle m’attriste. Ça doit être dur de voir sa femme mourir de la sorte… Mais pourquoi une telle haine y compris envers les Sang-Mêlés ? Je ne peux m’empêcher de penser aux Ecklin et à Jena qui est toujours là-bas. Je découvre aussi que le Sortilège de Faux Souvenirs est aussi délicat dans les affaires de droit et qu’il peut fausser un jugement, voir le casser, il convient donc de veiller à ce que les témoins ne soient pas sous l’influence d’un tel sort. J’étudie les conditions du recours au veritaserum lors d’une instruction. Je n’apprends pas grands chose de nouveau sur la Legilimencie, et parmi les legilimens connus ou méritant de figurer dans les livres, il n’y a aucun Standford. Même des ancêtres, hein, rien du tout.

Et là, je m’arrache presque littéralement les cheveux sur ce livre, L’Oracle des Rêves. J’aurais dû prendre divination à Poudlard ! Pourtant, je n’y crois que moyennement. Mais il y a tellement de trucs à prendre en compte… comment cela pourrait-il être une science exacte ? Finalement, le plus intéressant là-dedans, c’est cette potion pour un sommeil sans rêve. Peut-être que si j’en prenais avant de me coucher, au moins, je pourrais faire une nuit complète. Je me tiens les tempes des deux mains, les yeux rivés sur les mots qui ne s’impriment plus du tout dans mon crâne.

« Besoin d’aide peut-être ? »

Je relève la tête, surprise que quelqu’un me parle ici. Déjà parce que le principe d’une bibliothèque, c’est de travailler dans le silence, et d’autre part, parce qu’à part Gabriel, personne ne me parle pendant que j’étudie. Pourtant il y a bien quelqu’un en face de moi, et quelqu’un que je connais. Il était à Poudlard, même promotion que Gabriel justement. Et même équipe de Quiddich aussi. C’est comme cela que je l’ai officiellement rencontré. Mais je savais déjà quelque chose sur lui. Je l’ai senti dès que j’ai été dans la même pièce que lui, c’est un legilimens. Je l’ai su comme j’ai su tout de suite pour Irina. Samuel, si je ne me trompe pas.

« Je te remercie mais ça va aller. Ravie de te revoir, Samuel. »

C’est plus une formule de politesse qu’autre chose, nous n’avons jamais été très proche lui et moi, nous n’étions pas du genre à nous étendre et il fallait que je protège mon don.  Un peu mal à l’aise, je baisse de nouveau la tête sur mon parchemin.

« Je suis pourtant sûr que je peux t'aider. »

Je relève la tête, fronçant les sourcils, et croise son regard. Le genre de regard qui laisse entendre qu’il est bien décidé à ne pas bouger… Qu’est-ce qu’il me veut celui-là ? Pour le coup, j’ai bien envie de fouiller dans sa tête, mais il le sentirait tout de suite.

« On ne suit pas le même cursus, je ne pense pas que tu puisses m'aider en droit.
- Oh mais je ne parle pas de cours, ni de cursus. Je crois qu'effectivement ce n'est pas le droit qu'on a en commun. Et je pense que je peux vraiment t'aider. »

Je rive mes yeux sur lui alors qu’il se tapote la tête. Est-ce que… est-ce qu’il fait vraiment référence comme ça à la legilimencie ? Je me redresse un peu et me cale contre le dossier de ma chaise regardant brièvement autour de nous. J’ai appris à cacher mon pouvoir, à ne pas crier sur tous les toits que je suis Legilimens. J’observe alors Samuel. Je n’aime pas beaucoup son air sûr de lui, presque hautain. Il faut que je sois sûre… Alors je me concentre et lui envoie en pensée…

« Est-ce que tu es dans ma tête ?
- Tu vois que je peux t’aider. »

J’écarquille brièvement les yeux. Il a répondu en pensée ! Il a répondu en pensée ! C’est... c’est pourtant super difficile. Et il a ce petit sourire en coin, là… D’un coup de baguette, j’ordonne à mes ouvrages de reprendre leur place dans les vastes étagères.

« En quoi est-ce que tu peux m’aider alors, Samuel ? »

Autant demander puisqu’il semble clair qu’on ne pourra pas jouer au poker menteur lui et moi.  

black pumpkin



“I don’t want to be just one thing. I want to be brave and selfless and intelligent and honest and kind.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
Points : 0
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Samuel Hansen
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Jeu 24 Nov - 11:30


Samuel Hansen
UMS 1ère Année




J'avais repéré Lena depuis plusieurs semaines maintenant à l'UMS. J'avais identifié ses habitudes, et elle était bien une ancienne Poufsouffle pour ça. Pour passer plus de temps à la bibliothèque que dans les autres lieux de l'université. Ma plus grande difficulté fut de l'intercepter sans que son frère soit dans les parages. Gabriel était en deuxième année, c'était un ancien joueur de Quidditch, on avait fait quelques match ensemble, et surtout les entrainements. On avait pas trop échangé même si on était dans la même maison. Moi à l'époque, je venais de débarquer à Poudlard, et ma réputation mettait les gens à distance. Bien que Gabriel n'avait jamais pensé une seconde des mauvaises rumeurs sur moi à propos de Durmstrang. Je l'avais perçu comme quelqu'un de très tolérant. Mais il était toujours très occupé. Préfet, bosseur, la mascotte de ces dames. Alors que moi je passais mon temps à raser les murs et m'isoler au cachot des Serpentard ou dans la forêt interdite pour chasser. C'était un homme que je respectais, très proche de sa sœur, mais que pouvais-je dire ? Ayant une jumelle moi-même.

Cette année j'avais croisé Gabriel chez les Insurgés, cela ne m'étonnait pas, c'était un point en plus pour lui dans mon respect pour sa personne. Mais je savais, en ayant vu ses pensées qu'il ne voulait absolument pas ébruiter ce lieu à sa sœur. C'était bien là un réel problème, tout simplement parce moi, je pensais que Lena était faite pour venir se battre à nos côtés. C'était du gâchis et une énorme erreur de ne pas l'avoir dans nos rands. Elle pouvait apporter tellement. Elle pouvait percevoir les gens capables de s'engager, voir même persuader des gens de venir, tout comme moi...

Je la voulais, et j'allais l'avoir. Il n'y avait pas d'autre alternative. C'était une légilimens comme moi, mais c'était de base un don pour elle. Lena n'avait pas cherché à le devenir. Elle n'était pas doué comme moi car j'avais des facilités avec mes capacités de vampire. Non, elle ça se voyait, son niveau était déjà très grand, et il fallait qu'elle s'en rende compte. Elle n'était pas faite pour subir son don. Il fallait qu'elle le pratique, qu'elle le rende exponentiel !

Je l'avais suivi discrètement jusqu'à la bibliothèque. J'avais rapidement remplit quelques parchemins pour les rendre aux professeurs, tout en jetant parfois un regard sur elle, de loin. J'attendais le bon moment, celui où elle se sentirait le plus perdu, le plus démunie. Un moment où je pouvais rentrer dans sa tête et lui faire comprendre combien nous étions proche et combien nous pouvions nous comprendre. C'était la première étape avant de l’enrôler chez les Insurgés. Gagner sa confiance et qu'elle fasse son choix, sans que j'en arrive à manipuler son esprit.

Le moment que j'attendais arriva, elle était sous une monticule de document, semblant dépasser par tout ce qu'elle faisait en même temps. J'arrivais confiant en face d'elle. Le seul moyen pour lui faire comprendre. Communiquer comme les gens comme nous.

Elle avait l'air surprise, perplexe, je le sentais, j'étais dans sa tête. Elle avait plusieurs émotions, entre la peur et l'excitation, ça se voyait à sa pupille qui s'était dilatée. Oui j'avais répondu en pensée et c'était extraordinaire de voir qu'elle y était aussi réceptive. Je ne répondis pas directement à sa question.

"Tu ne l'avais jamais fait avant ? Avec moi, tu pourrais le faire."

Je fit tournoyais ma baguette et une chaise vint vers moi, j'écartais mes jambes pour m'assoir dessus, dossier face à moi. Je me penchais alors vers elle. Un sourire toujours en coin.

"Je pourrais t'apprendre à maitriser tout ça. Tu as le potentiel qu'il faut."

Je la fixais, comme si elle allait me révéler quelques choses à travers ses yeux. Mon aura de vampire était souvent efficace chez les femmes en général. Je n'étais pas moche à regarder et j'intimidais souvent. Les gens disaient toujours que j'avais un petit quelque chose d'étrange, de mystérieux, voir presque dérangeant, mais ils n'arrivaient jamais à définir vraiment quoi. C'était tout simplement mes gènes de vampire dans cette enveloppe très humaine. Et depuis le vaccin des Purificateurs sur moi, ce pouvoir "attractif" c'était développé. A l'inverse de ma sœur, qui elle, sous l'effet du "venin" était devenue plus humaine que n'importe qui. Lena était potentiellement le genre de fille a y être sensible.

"Tu veux que je t'apprenne ?" Avais-je dit dans ses pensées sans que mes lèvres ne bougent. Mon sourire s’intensifiait. Ça m'amusait tellement de lui faire découvrir une facette d'elle qu'elle n'avait pas su exploiter avant. Je continuais de parler dans sa tête.

"Je t'aiderai à maitriser tes pensées, à percevoir celles des gens, sans être invasive. Surtout pour les non-légilimens."

Je raclais ma chaise pour me rapprocher encore plus d'elle et venir me pencher à son oreille. Mon souffle chaud dans son cou. Cela me demandait un minimum de self contrôle. L'odeur de son sang était particulièrement attractif.

"Je peux t'ouvrir les portes des pensées des gens, sans que cela ne t'envahisse et sans qu'ils s'en rendent compte..."

Elle ne pouvait pas encore savoir que cette offre était à double tranchant. Je lui offrais la voie d'un pouvoir plus grand, mais en contre partie, je la voulais à nos côtés chez les Insurgés. Je reculais, augmentant notre distance sociale. Je me relevais de la chaise et la ranger soigneusement sous la table.

"Comme tu dois le savoir, je suis tuteur du club de soutien de l'université. C'est un groupe d'élèves qui se proposent d'aider les autres élèves qui se trouveraient en difficultés dans certaines matières. Je suis sûr que je pourrai dégager un créneau pour t'aider dans la matière qui te pose problème !" J'avais repris à voix haute, savait-on jamais si des oreilles indiscrètes trainaient par là.


made by lizzou – icons & gif by tumblr



RIP - Samuel Hansen
Il est préférable de mourir en route pour un idéal trop élevé que de ne pas partir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Points : 848

RPG
Nom et Prénom : Lena Standford
Activité: étudie le droit par correspondance
Age: 21 ans - 2e année
avatar
Langue de Plomb
Lena Standford
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Jeu 24 Nov - 22:25
All the voices in my mind calling out across the line
Samuel Hansen & Lena Standford
Je n’ai, jusqu’à présent, pas rencontré beaucoup de legilimens. Il y a eu Irina, mais à l’époque, elle n’était qu’un bébé, et j’ignorais tout de ce don. Depuis elle… oh, il y en a eu quelques-uns à Poudlard, très peu, et généralement, nous n’ébruitions pas notre secret. Les gens n’aiment pas côtoyer des personnes capables de rentrer dans leur tête. En tout cas, je n’ai jamais, ô grand jamais rencontré quelqu’un qui maitrisait la legilimencie à un tel niveau. Jamais je n’ai tenu de conversation télépathique. Jamais. Si j’ai envie d’en savoir plus sur cet aspect-là, je n’aime pas vraiment l’intrusion de Samuel, qui m’intrigue pour le coup au plus haut point.

Je fronce les sourcils. Est-ce une invitation ? En tout cas, il se tient en haute estime, cela ne fait pas le moindre doute.

« Peut-être, mais tu sais, avec les gens qui comptent vraiment, il me suffit de parler. »

Parce que mine de rien, une bouche, une langue, ça sert à communiquer. Il faut aussi avouer que n’ayant jamais eu quelqu’un pour tester cette technique de communication, je ne savais même pas que c’était possible. Ça me fait bizarre qu’il me dise que j’ai le potentiel. C’est un don que je m’efforce de contrôler, mais je n’ai pas cherché à le développer. Je me sens beaucoup trop faible et écrasée par le poids que ça représente. Pourquoi est-ce qu’il me propose ça ? Pourquoi maintenant alors qu’on se connait depuis Poudlard ? Il se sent seul et il a besoin d’une amie Legilimens ? Je le regarde. S’il était « normal », je pourrais sonder son esprit, mais là, il le saurait immédiatement. Mauvaise idée donc.

Je suis de nouveau surprise quand il s’adresse à moi « silencieusement ». C’est vraiment une sensation nouvelle, une vraie découverte. Je me demande si je pourrais m’adresser à des sorciers lambda de la sorte ou s’il faut nécessairement que ce soit face à un legilimens… Il répond à cette question sans même que je ne tente de la formuler pour la lui transmettre. Comment est-ce possible ?! En tout cas, je n’aime pas beaucoup cette sensation d’être totalement mise à nue face à lui, de n’avoir aucune résistance à lui imposer… Comment les Ecklin ont-ils pu accepter cela ? Et pourquoi est-ce que je reste sans bouger alors qu’il se rapproche de moi ? Je sens son souffle dans mon cou, et je suis parcourue d’un frisson. Et je ne peux m’empêcher de penser à ce débordement dont j’ai été la cause sur la plage, avant d’essayer de museler mes propres pensées. Je ne veux pas qu’il le sache, je ne veux pas qu’il puisse s’en servir contre moi. Ça ne m’intéresse pas de lire les pensées des autres – sauf peut-être pour enquêter sur les doutes de Lysander – mais ne plus être envahie, ça…

Je continue à observer son manège en gardant le silence. Déjà, j’apprécie moyennement qu’il sous-entende publiquement que je puisse avoir des difficultés, il en va de mon honneur d’étudiante. Je rougis, autant sous la gêne que sous la colère. Je n’aime pas du tout être dans cette position.

« Je te remercie pour ton offre, Samuel, je vais y réfléchir. »

Et silencieusement, dans ma tête, je me concentre pour essayer de lui parler de nouveau, d’esprit à esprit, même si j’ai bien conscience que c’est lui qui fait le plus gros.

« Tu sais que ça peut m’intéresser, je sais que ça ne sert à rien de te le cacher. Mais pourquoi maintenant ? Pourquoi tu veux m’aider, tu y gagnes quoi au juste ? »

Jamais je n’ai eu aussi peur que de laisser échapper une pensée qui ne devrait pas tomber entre de mauvaises mains. Personne n’y avait accès jusqu’à aujourd’hui, c’était ma bulle, là où je pouvais être seule avec mes sentiments, mes peurs, mes cauchemars. Je me penche légèrement en avant, pour n’être entendue que par lui.

« Tu as entendu ? »

Parce que si ça tombe, je ne suis pas aussi douée qu’il le pense et je me suis ratée. Si ça tombe, lui il peut faire ça parce qu’il n’est pas qu’un legilimens classique.  

black pumpkin



“I don’t want to be just one thing. I want to be brave and selfless and intelligent and honest and kind.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
Points : 0
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Samuel Hansen
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Ven 2 Déc - 17:10


Samuel Hansen
UMS 1ère Année




"Détrompe toi, c'est ceux qui nous sont le plus proches qui nous cachent le plus de choses. C'est juste que tu n'as jamais pris le temps de voir, n'est-ce pas ?"

Elle ne pouvait pas spécialement entendre le message que je tentais de lui faire passer. Elle ne savait pas pour Gabriel, qu'il était un Insurgé. Ça je le savais, puisqu'il ne voulait pas que sa sœur s'enrôle. Alors qu'elle raconte à d'autres que parler suffisait pour comprendre et savoir tout de nos proches. Les gens n'étaient jamais ce qu'ils disaient. Parfois au sein même d'une famille. Il n'y avait qu'à voir la mienne. Je n'avais su qu'à 11 ans que j'avais été adopté. Et Evens avait vécu avec un homme qui n'était pas notre vrai père. Que savait Lena sur sa vie ? Concrètement ? Que savait-elle des gens qui l'entouraient, qui l'avaient élevé ?

"Oh oui c'est bien ça, tu n'as jamais essayé de pousser plus loin dans l'esprit des gens. Tu ne t'es contenté que de leur émotion."

Je lâchais un ricanement. Elle était bien trop sage, il fallait la débrider avant de l'engager. Je me rapprochais d'elle pour parler à voix basse. "Mais ce n'est que la surface, ce n'est que le début de l'aventure...percer un esprit humain. Si j'en crois ton cursus, tu veux faire un métier du droit plus tard et ce don pourrait t'être profitable, c'est ça ? Mais tu apprendras que certains savent cacher leurs émotions, les dissimuler, alors que des souvenirs, des images, des pensées...à moins d'être Oclumens, tu ne peux pas les enfouir ! Ce n'est pas ça que tu veux plus tard ? Condamner les méchants ? Voir clair dans leur jeu ?"

Elle allait y réfléchir. Sérieusement ? Je mordis l'intérieur de ma joue. Elle était trop passive, elle ne ressemblait pas à son frère pour ça ! Quoi qu'en fait, ils n'étaient pas fait de la même chair. Je le sentais. Et puis quelque chose tinta dans ma tête, je me mis à sourire, elle me parlait, enfin. Elle se décoinçait. Bien sûr que j'avais entendu. D'ailleurs je répondais à sa question sans passer par quatre chemins.

"C'est vrai, pourquoi maintenant ? Peut-être parce que je te sens prête et différente de Poudlard. Peut-être qu'un jour, j'aurai un service à te demander, qui sait ? Mais aujourd'hui, c'est moi qui veut te rendre service. Et ça serait trop dommage de gâcher un don comme ça. Tu n'es pas la première que j'aide pour ça. A Poudlard je le faisais déjà, il n'y a pas de raison pour que je ne continue pas ici à l'U.M.S..."

Il ne fallait pas non plus qu'elle croit qu'elle était unique. J'étais pas là pour offrir des fleurs, je voulais une comparse pour recruter des gens chez les Insurgés, par une gamine qu'il fallait revaloriser et booster dans son estime. C'était une fille un peu paumée. Je ne pouvais pas lui en vouloir, je savais ce que ça faisait d'être adopté. Je l'étais aussi. Mon père biologique était mort, tué avec mon cousin par des Purificateurs. Et ma mère biologique avec qui je n'avais jamais vécu et que j'avais à peine aperçu était repartie vivre en Scandinavie. Elle n'avait créé aucun liens avec Evens et moi. Mais Evens en avait créé avec elle. Moi je restais un enfant adopté. Mais ma jumelle...elle avait tout perdu.

Et Lena, que savait-elle de son passé ? Voulait-elle en savoir plus ? Alors que je pensais ne pas pouvoir la convaincre plus que ça, je compris que je n'étais pas partie sur de bons arguments de persuasion. Je la fixais alors intensément. Et je lui parlais dans sa tête.

"Tu n'aurais pas envie de savoir qui tu es, d'où tu viens ? Je pourrai t'aider, t'aider à voir ton passé le plus éloigné, tes premiers souvenirs...tes parents."


made by lizzou – icons & gif by tumblr



RIP - Samuel Hansen
Il est préférable de mourir en route pour un idéal trop élevé que de ne pas partir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Points : 848

RPG
Nom et Prénom : Lena Standford
Activité: étudie le droit par correspondance
Age: 21 ans - 2e année
avatar
Langue de Plomb
Lena Standford
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Sam 3 Déc - 14:49
All the voices in my mind calling out across the line
Samuel Hansen & Lena Standford
Je n’aime vraiment pas les airs qu’il se donne. Comme s’il savait tout mieux que tout le monde. Qu’est-ce qu’il veut me dire là ? Je cache peut-être des choses à mes proches, mais si je suis sûre d’une chose, c’est que ma famille et Gabriel ne me cachent rien et ne m’ont jamais rien caché, parce que c’est notre fonctionnement depuis le début. Je me crispe tandis qu’il continue de déblatérer sn speech. Comment est-ce qu’il sait ça ? Je sais lire dans l’esprit des gens, mais je déteste avoir recours à ce stratagème. Sans compter que je dois tout de même forcer mon don pour y parvenir, ce n’est pas encore une démarche naturelle. Alors que les émotions… elles s’imposent à moi. Je suis, si je baisse ma garde, une véritable éponge. Son rire me pique dans mon orgueil.

« Qu’est-ce qui t’amuse ? Et qu’est-ce que ça peut te faire ce que je fais ou non de mon pouvoir ? »

Après tout, on ne se connait pas, je ne lui dois rien et il n’a absolument pas à me juger que je sache. Je m’en veux presque de ne pas réussir à totalement fermer mon esprit. Quelques mots dans ce qu’il dit parviennent jusqu’à moi, en dépit de la barrière de mépris que j’éprouve en cet instant à son égard. J’ai toujours pensé que ma légilimancie serait un atout de taille dans mon futur métier. Même s’il le caricature grandement, il est vrai que mon but est avant tout de faire éclater la vérité et la justice. Avoir accès aux souvenirs pourrait être un avantage indéniable. Mais hors de question de l’avouer maintenant devant lui, cela lui ferait trop plaisir. D’autant qu’il m’a tout l’air de s’écouter parler. Je veux d’abord savoir ce qu’il me veut réellement, lui qui ne m’a adressé la parole que par politesse à Poudlard, parce que je suis la « sœur » d’un de ses camarades.

Toutefois, contrairement à Gabriel, lui il a perçu le changement qui s’est opéré en moi ; Certes il ignore en quoi il consiste, mais pour une fois, nous sommes tous deux d’accord : je ne suis plus la petite Lena de Poudlard. Je n’apprécie pas trop la mention d’un potentiel service à lui rendre, ni la posture de grand sauveur généreux qu’il prend. D’autant que je le connais un peu plus que ça.

« Je t’ai dit que j’y réfléchirai. Tous ceux que tu as « aidés » ont fait leur choix, et félicitations pour ton côté altruiste, mais… »

Mais la suite me frappe de plein fouet. D’une part parce qu’il s’adresse encore à mon esprit, ce qui demeure une pratique nouvelle pour moi, mais aussi parce qu’il met le doigt là où ça fait mal. Tout tourne dans ma tête... Comment Gabriel m’a-t-il présenté à lui, après ce fameux match de Quidditch ? A-t-il dit mon nom, ou juste « Lena, ma sœur » ? Le fait que je sois adoptée n’est pas un secret d’état, il n’a pas dû avoir de mal à savoir ce qui pourrait m’atteindre. Quel enfant adopté ne s’est pas déjà posé de questions sur ses origines, sans pour autant renier l’amour de la famille adoptive ?

« Je sais que tu en es capable, tu as lu dans l’esprit d’Irina. »

Je lui ai transmis ces mots par pensée, mais l’effort que je dois fournir pour recourir à ce procédé me fatigue. Aussi je reprends de manière plus classique, mais à voix basse.

« Elle m’a dit que c’était une expérience désagréable et qu’elle me souhaitait de ne pas la vivre. Bien sûr que j’ai envie de savoir, mais ta proposition m’oblige à te poser une question. Tu as commencé avec une grande générosité : je suis là pour t’apprendre à développer ton don Lena. Du pur altruisme. Maintenant, tu offres en plus de me donner des réponses. Ce qui n’a pas grand-chose à voir avec l’idée que je développe mon pouvoir, puisque tu serais maitre du processus. »

Deux propositions qui n’ont pas de rapport l’une envers l’autre.  Donc il me veut vraiment quelque chose. Mais quoi ?

« Je n’aime pas vraiment d’avoir quelqu’un dans ma tête. Et t’ouvrir mon esprit… tu verrais des choses que je n’ai même pas partagées avec les êtres que j’aime et en qui j’ai confiance. Alors dis-moi pourquoi je devrais me fier à toi ? »

Normalement, je ne suis pas celle dont on lit l’esprit, mais l’inverse. Je suis l’intrusive, celle qui ressens les émotions et qui transmets les siennes. Etre dans cette posture serait une chose nouvelle. En plus, qui sait ce qu’il pourra lire en moi… Mes sentiments interdits, notamment. Et ça, ça me terrifie. Et s’il voyait mes cauchemars, ceux dont j’ai interdit l’accès pendant onze ans à Gabriel ? Et la vérité… Suis-je vraiment prête à connaitre la vérité et à la partager avec un inconnu ?
 

black pumpkin



“I don’t want to be just one thing. I want to be brave and selfless and intelligent and honest and kind.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
Points : 0
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Samuel Hansen
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Dim 4 Déc - 17:33


Samuel Hansen
UMS 1ère Année




Je la regardais agir et réagir. Je ne lui plaisais pas. Ma manière de faire, de dire, ça la pousser dans ses retranchements. Et elle prenait de plus en plus d'assurance avec moi. N'hésitant pas à me répondre. Alors comme ça Irina lui avait parlé de notre expérience. Mmhh je ne savais pas si j'en étais fier ou très en colère. C'était censé ne pas vraiment s'ébruiter. Mais passons, c'était une autre histoire.

Ce que je retenais c'était que Lena faisait de plus en plus d'effort pour me parler d'esprit à esprit et ça c'était tout ce que je souhaitais, qu'elle découvre son don. Comme quoi, en quelques minutes elle était passée du "je savais pas que c'était possible" au "je le fais comme si c'était maintenant naturel". Il lui fallait de l'entrainement cela dit car ça allait lui pomper de l'énergie. Mais je notais l'effort, et ça me faisait sourire intérieurement. Elle ne savait pas que j'avais déjà gagné du terrain chez elle. Que la graine était semée et qu'elle ne pourrait pas échapper à mes espoirs d'avenir pour elle.

"Et alors quoi ? Tu as peur ? Parce qu'une gamine qui n'était pas prête t'a dit que c'était une affreuse expérience ? Franchement Lena, tu me déçois. Je ne pensais pas que ce genre de propos pourraient t'effrayer. Tu ne vois jamais pire dans ton esprit ? Dans celui des gens ? Tu ne te sens pas capable de supporter cette expérience ? C'est que tu n'es pas prête toi non plus à découvrir ta famille. Et sans ça, sans savoir qui tu es, tu ne seras pas une légilimens accomplie. Si tu n'es pas capable de lire en toi avant tout, tu ne pourras pas lire correctement dans les autres... Tu dois te débarrasser de tous tes démons, et ne me dit pas que tu n'en as pas. Il me suffirait de forcer un peu ton esprit pour savoir... On en a tous ! Tu dois régler tout ce qui entrave ton chemin personnel. Petit ami, famille, amis, boulot, tout doit être clair pour toi ! Tout ! Même si pour ça tu dois être réduite à néant. Les phénix renaissent de leur cendre, je suis persuadé que n'importe quel être peut le faire. Même si ça doit te briser, il faut que tu le fasses. Et je ne connais personne d'autre que moi qui serait capable de briser les gens pour qu'ils renaissent plus fort."

Je pensais à ma rupture avec Charlie. Je l'avais quitté car je savais qu'elle serait un frein permanent à mes progrès. Et j'avais trouvé quelqu'un avec qui tout était possible maintenant. Pénélope était mon essence pour avancer dans ma progression, dans ma magie, noir ou blanche. Charlie, je l'avais aimé plus que tout, mais elle n'était pas pour la pratique de la magie noire, je lui faisais peur. Mes pouvoirs, ma vision des choses, du monde. Je devenais trop sombre pour elle depuis que j'avais reçu le vaccin des Purificateur qui n'avait pas vraiment eu le résultat attendu. J'étais devenu plus vampire qu'humain à l'inverse d'Evens.

Tient tient, elle qui disait qu'il suffisait de parler à ses proches pour tout savoir d'eux. Elle était donc la première à ne pas tout leur dire. Comme c'était intéressant. Elle m'intriguait de plus en plus. Tout ce que je lui disais la tirailler. Oui pourquoi devait-elle me faire confiance ? C'était assez intelligent de sa part et heureusement encore qu'elle se posait ce genre de question. Elle n'était pas si sotte que je le croyais.

"Parce que je suis ta seule chance. Tu ne comprends pas. Les gens comme nous sont différents. Te rends-tu compte du pouvoir qu'on a ? Tu crois que je laisserais passer cette opportunité ? Moi aussi ça m'aide à progresser. Je ne fais pas ça juste pour toi, sache le, tu as raison, rien n'est toujours tout altruiste. Lire un esprit comme le tien, celui d'un légilimens est un moment unique."

Qu'est-ce qui pourrait la mettre en confiance ? Peut-être que...

"Je te laisserai faire de même. Je te laisserai avoir accès à mon esprit, si tu le veux !" Avais-je répondu directement dans sa tête.

Mais je savais ce que je disais. Elle pensait peut-être à tord que ses proches n'avaient rien à lui cacher. C'était pourquoi je lui laisserai fouiller un peu dans ma tête, quand je lui aurai parlé de l'UMS, je la laisserai voir qui est souvent à mes côtés dans cette organisation : Gabriel. Ça finira de la convaincre.


made by lizzou – icons & gif by tumblr



RIP - Samuel Hansen
Il est préférable de mourir en route pour un idéal trop élevé que de ne pas partir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Points : 848

RPG
Nom et Prénom : Lena Standford
Activité: étudie le droit par correspondance
Age: 21 ans - 2e année
avatar
Langue de Plomb
Lena Standford
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Lun 5 Déc - 19:03
All the voices in my mind calling out across the line
Samuel Hansen & Lena Standford
Je suis surprise par la virulence de sa réponse. Oh il ne me crie pas dessus, mais j’ai tout de même l’impression d’être une gamine en train de se manger un sermon. Il est vrai qu’Irina et moi n’avons pas la même expérience. Je suis hantée par des cauchemars terribles depuis que j’ai trois ans. J’ai appris à vivre dans l’obscurité avec eux, à avancer malgré la terreur qu’ils m’infligent. Ce que j’endure, le réalisme de la douleur, tout cela doit largement couvrir la gêne que pourrait m’occasionner une intrusion de Samuel dans mes souvenirs profonds. Mais le problème n’est pas là. Le problème, c’est qu’il n’a pas à voir mon secret. Et qu’il n’a pas à connaitre avant moi ce que j’ignore.  

Je redresse la tête quand il ose dire que je ne suis pas prête à découvrir ma famille. De quel droit dit-il cela ? Qui est-il pour me juger ? Pour remettre en cause la force de mon don. J’en ai hérité et Gabriel dit que la magie ne nous choisit pas par hasard. Ça me met mal à l’aise, qu’il sache que je suis hantée à ce point, je ne suis pas habituée non plus à ce que l’on me brusque. Gabriel a patienté onze ans avant que je ne lui ouvre l’accès à mes cauchemars, il a toujours accepté mon rythme. Là, Samuel me pousse, me presse, et ce n’est pas agréable du tout. Miss Hakar aussi m’a dit que je devais affronter mes peur, trouver mon chemin. Mais je ne pensais pas devoir le faire maintenant. Ma respiration s’accélère quand il clame vouloir me réduire à néant, me briser, selon ses propres termes. Ce type est dingue, je ne vois que ça. Je ne veux pas qu’il entre dans ma tête, je n’ai pas confiance en lui, et je le lui fais savoir, parce que c’est le seul rempart que je trouve, là, tout de suite. Mais la sincérité de ses propos me désarçonne. De même que son offre. Oh, je ne me leurre pas, il est suffisamment habile et expérimenté pour ne me montrer que ce qui l’arrangera.

Je le déteste. J’attends des réponses depuis si longtemps… Mais il faut que ce soit lui qui m’en offre sur un plateau. Et je n’ai pas confiance en lui. Mais est-ce que je peux avancer à l’aveugle, sans savoir d’où je viens, qui je suis réellement ? Standford n’est qu’un nom, mais quelque part dans mes souvenirs enfouis, il y a ma réalité. Et autre part, il y a le pouvoir de lire de manière infaillible dans l’esprit des gens. Je serai à l’abri de toute erreur judiciaire. Et lui, qu’est-ce qu’il me montrera ? J’ai le ventre noué.

« Admettons que je puisse avoir besoin de… soutien. Les cours commenceraient où et quand ? »

J’agite ma baguette afin que mes livres et parchemins regagnent leur place sur les étagères. Est-ce que je suis vraiment prête pour cela ? Je n’en sais rien, en plus, est-ce que je pourrai vraiment lui cacher certaines choses ? Est-ce qu’il ira directement à l’essentiel, à ces souvenirs remontant à mes trois premières années ? Il connait Gabriel, il pourrait lui dire ce qu’il a vu. Et ça, c’est impossible. Il ne doit pas l’apprendre et certainement pas de quelqu’un d’autre que moi. Je reporte mon attention sur lui. Il m’effraye et pourtant il a cette aura… terriblement attractive. Pourtant il est loin d’être le genre d’homme qui m’attire.  Hautain, orgueilleux.

« Est-ce qu’il y a une sorte de… secret professionnel entre les tuteurs et leurs élèves ? »

Autant continuer la métaphore. Mais j’ai besoin de savoir qu’il n’utilisera pas à mauvais escient ce qu’il pourrait découvrir sur moi. Il doit déjà sentir à quel point je suis angoissée à l’idée de laisser quelqu’un découvrir ce que je cache depuis si longtemps. Sans compter que j’ai la désagréable sensation que je ne pourrais confier à personne cette petite expérience, parce qu’ils me diraient tous que je suis cinglée et que c’est une très mauvaise idée. Le pire, c’est que je pense qu’ils ont raison. Mais il y a ce point d’interrogation originel, celui qui me tire en arrière, et il faudra bien que je trouve les réponses, où qu’elles soient.
 

black pumpkin



“I don’t want to be just one thing. I want to be brave and selfless and intelligent and honest and kind.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
Points : 0
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Samuel Hansen
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Jeu 8 Déc - 22:02


Samuel Hansen
UMS 1ère Année




« Admettons que je puisse avoir besoin de… soutien. Les cours commenceraient où et quand ? »

Je lâchais un subtil rire. Entre le plaisir et la satisfaction. Je savais qu'elle viendrait. Sans avoir à rentrer dans sa tête, ma proposition était trop alléchante pour qu'elle la refuse maintenant. Elle faisait juste de la résistance pour la forme. Et j'aimais bien cette forme. Qu'elle ne fonçait pas tête baissée était aussi un atout. Elle savait se maitriser et c'était essentiel pour le don qu'elle avait. Même avec ma pression, mon insistance, elle savait dire "attend" ou "stop". Personne ici à l'UMS ne pouvait lui offrir ce que j'allais faire. Personne d'assez ambitieux ne lui proposerait ce que je venais de lui dire.

"Je ne déciderai pas de tout." Lachais-je avec un sourire.

"Il faut que tu sois le plus à l'aise. On ne peut pas faire cela que selon mes conditions. Moi je m'adapterai. Mais il faut que toi tu sois disposée et à l'aise. Je peux venir dans ton monde, celui qui t'apaise le plus. Mais je pourrai aussi t'ouvrir le mien, mais je ne sais pas si tu le tolèrerai...du moins pour le moment."

Je pouvais l'inviter chez moi. Mais le contraste de mon appartement avec le sien devait jurer. Je pensais que pour l'instant, il lui fallait choisir le lieu. C'était une fille de lumière, de clarté, j'avais le temps de l'amener dans la noirceur de ma vie. Bien que je me doutais qu'elle savait déjà pour mon côté hybride.

« Est-ce qu’il y a une sorte de… secret professionnel entre les tuteurs et leurs élèves ? »

Je souriais de nouveau. "Je ne dirai rien à Gabriel. Pardon, mais il inonde tes pensées même si je ne cherche pas à les voir. Ça aussi je t'apprendrai à le contrôler."

C'était comme ça que je faisais avec Pénélope. J'étais obligé par moment de me faire une barrière mentale pour ne pas être happé par mes sentiments humains et à la fois bestiaux avec elle. Ça me permettait de gérer mes pulsions avec elle lors de moments intimes, de contrôler mon désir aussi. Ça serait plus simple pour Lena puisque Gabriel n'était que son frère.

"Mais rassures-toi. Mes manières de faire ne te conviennent peut-être pas, mais je n'ai qu'une parole. Et ce que je vais t'apprendre, je n'ai pas envie non plus que ça s'ébruite. Je n'ai pas envie qu'on vienne briser ma baguette."

Sous entendu qu'on m'interdise la pratique de la magie. Si je pouvais m'éviter un tour à Azkaban ça m'arrangerait. Je n'avais pas tellement envie de fuir dans la Taïga. Je forçais une nouvelle fois son esprit pour lui parler directement dans sa tête. "Parce que tu te doutes que je ne travaille pas de manière traditionnelle. Parce que je ne suis pas quelqu'un qui aime les traditions." Nouveau sourire implicite.


made by lizzou – icons & gif by tumblr



RIP - Samuel Hansen
Il est préférable de mourir en route pour un idéal trop élevé que de ne pas partir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Points : 848

RPG
Nom et Prénom : Lena Standford
Activité: étudie le droit par correspondance
Age: 21 ans - 2e année
avatar
Langue de Plomb
Lena Standford
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Dim 11 Déc - 14:45
All the voices in my mind calling out across the line
Samuel Hansen & Lena Standford
Ses propos me rassurent un peu, j’aurai un semblant de contrôle et surtout je suis libre de progresser tel que je le souhaite. Du moins c’est ce qu’il sous-entend maintenant. Je me fiche pas mal d’être la meilleure Legilimens du monde. Je veux seulement être une bonne personne et un bon juge. Mon don me permettra simplement de l’être. Je pourrai donc choisir l’endroit de nos sessions. Pas à l’appartement, je ne veux pas que Gabriel le découvre, je ne sais pas s’il comprendrait ce besoin qui est le mien depuis quelques temps. Alors où ? Il y a bien la plage, il y a toujours moyen de trouver un endroit tranquille. Je hoche la tête, toujours perdue dans mes pensées. La suite me fait en revanche écarquiller les yeux.

Comment ça Gabriel inonde mes pensées ? Ça se voit tant que ça ? Non, ce n’est pas possible. Calme-toi Lena, il a juste dû voir l’image d’un « frère », on vit ensemble après tout. Mais s’il peut m’aider à ce que ce ne soit pas trop visible, je suis preneuse. Parce que si quelqu’un venait à découvrir ce que je ressens… Non, vraiment, ce n’est pas possible.

« Qu’on vienne briser ta baguette ? On ne brise pas une baguette pour rien que je sache. Je suis dans le droit, je ne veux rien faire… d’illégal. »

Je susurre cet adjectif, un véritable tabou pour moi. La legilimancie est hautement réglementée, et moi je veux uniquement puiser en moi pour avoir des souvenirs de ma naissance et savoir lire les véritables souvenirs des personnes qui passeront dans mon tribunal. C’est tout. Il est hors de question que l’on fasse quoi que ce soit qui aille à l’encontre de la loi. Et briser une baguette, je sais ce que ça veut dire. On n’interdit pas l’usage de la magie à un sorcier pour rien. Et je ne trempe pas dans ce genre d’affaire. Voilà qu’il cache cela sous le terme de tradition. Je sens que m’embarquer avec lui est une très, très mauvaise idée. J’inspire profondément.

« On pourra se retrouver sur la plage. Un peu après la crique, les gens ne poussent pas jusque-là. »

J’attends quelques secondes, hésitant à me lancer.

« Tu dis que tu en as aidés plusieurs comme nous… On est nombreux, ici, à l’UMS ? »

Je n’ai jamais connu beaucoup de Legilimens. Irina en est une mais elle n’avait évidemment pas développé son pouvoir à l’orphelinat, et on a repris contact seulement par lettre. Soit les gens comme moi cachent leur nature, soit ils s’évitent avec soin. Ce pouvoir n’est pas très apprécié, qui aimerait côtoyer quelqu’un qui peut lire en nous comme dans un livre ouvert, à qui on ne pourrait rien cacher ?

« Je suppose que tu vas vouloir attendre que je sois « prête » pour aller extraire les souvenirs les plus anciens de ma vie. Alors autant commencer le plus tôt possible. Lundi soir ? »

Oh Lena, tu fais une terrible erreur…

 

black pumpkin



“I don’t want to be just one thing. I want to be brave and selfless and intelligent and honest and kind.”



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
Points : 0
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Samuel Hansen
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line Jeu 15 Déc - 21:56


Samuel Hansen
UMS 1ère Année




« Qu’on vienne briser ta baguette ? On ne brise pas une baguette pour rien que je sache. Je suis dans le droit, je ne veux rien faire… d’illégal. »

J'eus un ricanement. Rien d'illégal ? Si seulement elle savait dans quel vrai monde elle vivait. Mes cours n'étaient pas reconnus, n'étaient pas légitimes, ni bien vue, au contraire. Bien sûr qu'ils étaient en quelques sortes illégaux. Bien sûr qu'on allait faire des choses illégales, on était censé déclarer toute pratique de légilimencie. Et le niveau qu'elle allait atteindre nécessitait un permis d'exercer. Sauf que le déclarer serait à double tranchant pour elle... Je haussais mes épaules.

"Être dans le droit n'empêche rien Lena. Je suis en protection magique. Et alors ? Tout ceci n'a aucune importance. Notre don est redouté, convoité."

Je la fixais intensément et lui parlais par l'intermédiaire de son esprit. "Je n'ai pas le droit de faire ce que je suis en train de faire. Mais je le fais. Comme tu n'as pas le droit de ne pas savoir contrôler ton don. Tu peux mettre des gens en danger, tu as du t'en apercevoir quelques fois... La seule personne que tu blessera, après mes cours, ça sera toi même. Est-ce illégal ? Je te ferai du mal, probablement. Mais tu en es consciente. Est-ce illégal ? Tu en sera la seule juge..."

Aucun professeur, aucun agent du Ministère feraient ce que j'allais faire. Notre don était trop étuvé. Il était cinglé et surveillé de tous les côtés. Et les légilimens de nos jours étaient rencardés sur des rôles et des professions infimes, pas importants pour la société. On était pas vraiment apprécié car on faisait peur. Qui aimerait, là haut dans les hautes sphères des bureaux ministériels, qu'on puisse lire dans leur esprit ? Personne. Elle voulait être Juge ? Elle devait commencer par transgresser les règles et les protocoles avant de les faire appliquer.

« On pourra se retrouver sur la plage. Un peu après la crique, les gens ne poussent pas jusque-là. »

Je souriais en hochant la tête. "Très bien." Elle avait trouvé son lieu. La plage. C'était un bon début. Elle avait cédé. C'était officiel.

« Tu dis que tu en as aidés plusieurs comme nous… On est nombreux, ici, à l’UMS ? »

Je fis la moue, me mordant la lèvre.

"Moins que tu le crois. Mais si tu veux un chiffre exact, des noms, je ne pourrai te les donner. Je n'ébruite pas ce genre d'information. Comme je ne t'ébruiterai à personne..."

Du moins, à personne d'autre qu'aux Insurgés intéressés. Comme Vladimir et Aamos. J'attendrai qu'elle soit prête oui, mais pas pour ce qu'elle pensait. Pas pour ses souvenirs. Il fallait avant que je l'embarque dans la plus grande aventure de sa vie. Il fallait que je trouve un moyen de la faire réagir. De la faire douter. Je la voulais à mes côtés. Elle avait un potentiel énorme. Chez les Insurgés, elle serait un élément essentiel.

Je m'avançais vers elle et me penchais à son oreille. Mais je ne bougeais pas mes lèvres. Je respirais simplement son odeur. Et une dernière fois je lui laissais l'empreinte de ma voix dans sa tête.

"Lundi, 19h30. Après la crique. Soit à l'heure Standford."

Je transplanais sans demander mon reste. Elle était à point, il ne servait à rien de rester plus pour qu'elle change d'avis. Elle n'avait qu'une parole. Elle viendrait. Il me tardait déjà.



made by lizzou – icons & gif by tumblr



RIP - Samuel Hansen
Il est préférable de mourir en route pour un idéal trop élevé que de ne pas partir du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: All the voices in my mind calling out across the line

Revenir en haut Aller en bas
All the voices in my mind calling out across the line
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lord, forgive me, for i listen to the voices in my mind - Winter Luciani
» (hazel) voices in my mind
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Family :: Monde RPG :: Université de Magie Supérieure :: Le Scitis-
Sauter vers:
©️ 2016-2018 Hogwarts Family, le contexte, le design, les idées sont la propriété du staff d'HF. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.