Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
Ça ne va pas. Ça ne va pas du tout même. Comment en sommes-nous arrivés là ? Deux ans de mensonges, deux ans durant lesquels il m’a caché la vérité. Et il ose réagir de la sorte ? On a haussé la voix, l’un sur l’autre. En onze ans, jamais on s’est disputé autant que ces dernières semaines. Habituellement, Gabriel est celui qui sèche mes larmes. Aujourd’hui, il est celui qui les provoque. Et pour la première fois de ma vie, je n’ai pas envie de rentrer chez nous. Il était mon guide, mon protecteur, l’abri où je me sentais bien, où je me sentais libre d’être moi-même. Ses bras étaient mon asile, son esprit ma bouée de sauvetage. Et là, ce soir, je suis en train de marcher d’un pas rapide, limite trottinant, pleurant sous la pluie, dans la direction opposée à notre appartement. Comme pour mettre le plus de distance possible entre nous, moi qui aie pourtant souhaité être encore plus proche de lui.

L’avantage de la pluie, c’est qu’elle masque mes larmes. La rougeur de mon nez et de mes yeux peut être imputée à l’eau et au froid de la soirée. Je ne sais même pas où aller. Je sais juste que je ne peux pas rentrer, parce que ça me fait trop mal. Mais je suis partie tellement vite que je n’ai pensé à rien emporter. Pas d’argent. Pas de sac. Pas d’affaire. Si j’avais eu de quoi, il est évident que j’aurais filé dans le monde Moldu. Mais là…

Et donc que faire ? Me pointer chez mon ex ? Trop rude et surtout, rien ne dit qu’il est là. Samuel ? Non. Non, je ne peux pas, parce que si j’ai appris la vérité, c’est de sa faute. Alors qui ? Shani vit avec nous maintenant, alors sérieusement, qui pourrait m’héberger ce soir ? Il y a bien une personne qui me vient à l’esprit, mais est-ce une bonne idée ? Nous ne sommes pas si proches que cela après tout, on se connait à peine, mais… Il y a bien Reese. Reese Hetson, une des rares « simples » sorcières de la soirée, sans lien avec les Insurgés.

De toute manière, je ne suis pas en état de réfléchir. Je pleure, à ne pas savoir m’arrêter, j’ai mal, et je sais que je ne contrôle presque plus rien. Quand je croise un passant, soit il s’assombrit totalement pour se mettre à pleurer sans raison, soit c’est moi qui perçois tout de lui, sans pouvoir rien maitriser. Comment a-t-il réussi à me cacher tout ça pendant deux ans ? Et pourquoi ? Tout tourne dans ma tête. Notre dispute. Les tensions depuis des semaines. Les cris. Et le fait que malgré tout cela, malgré la colère, malgré toute ma volonté pour tomber amoureuse d’un autre garçon qui avait absolument tout pour me plaire, Gabriel reste celui qui hante mon cœur et mes pensées.

Je me retrouve, je ne sais comment, devant l’appartement de Jon et Reese. Je me sens tellement pitoyable, trempée de la tête aux pieds, rougie et bouffie par les larmes, sans rien, sur leur palier. Et c’est encore plus pathétique de n’avoir personne chez qui se réfugier que de quasi inconnus. Je frappe cependant, avant d’essuyer mon visage pour essayer de reprendre contenance. C’est Reese qui vient m’ouvrir.

« Bon… bonsoir. Je suis vraiment désolée de débarquer comme ça mais euh… », je n’arrive pas à parler, j’entends ma voix faiblarde qui tremble, révélant que je lutte contre moi-même pour canaliser une énième crise de larmes, mais je suis tendue, complètement nouée de partout, et j’ai mal… « J’aurais voulu savoir si c’était possible de dormir sur votre canapé, juste pour cette nuit. »

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

J'étais allongée sur mon lit. Je venais de passer un moment avec Tobias. Nos rendez-vous n'étaient jamais planifiés, mais il me retrouvait toujours. Ce qui donnait toujours un côté effrayant de sa personne. Mais aussi bien pratique. On avait besoin de se voir quotidiennement. Ni lui ni moi ne comprenions vraiment pourquoi. Mais c'était ainsi. On se voyait, et on passait un moment ensemble. Il avait toujours la délicatesse de ne pas manger devant moi. Je lui parlais de moi, il me parlait de lui. J'en apprenais un peu plus sur lui. Ses habitudes. Il en apprenait sur les miennes, bien qu'il savait beaucoup de chose déjà. Je dus préciser la relation que j'entretenais avec Jon et chacun de mes amis hommes. Il me jurait que ce n'était pas de la jalousie, juste de la curiosité. Je répondais, car moi même je voulais en savoir plus sur sa fameuse Eli, dont il me parlait souvent. Il m'en disait un peu plus sur sa famille. Et notamment sa Manen. C'était déroutant pour un vampire d'être autant lié à un petit être, demi-loup qui plus est.

Je l'agaçais tout autant qu'il le faisait. On était foncièrement différent, mais je tolérais cette différence. Et il tolérait ma présence. Il tolérait mon humanité à petite dose, m’annonçant que je sentais tellement mauvais. Qu'il faisait d'énormes efforts pour me supporter. Mais ces effort, il les faisait de plus en plus longtemps. Parfois, on avait besoin de plus que de se parler. On avait besoin de contact, et à chaque fois je crevais un peu plus dans ses bras, à chacun de ses baisers. Et chaque fois nous étions à une limite qui devenait de plus en plus dangereuse.

Combien de fois avais-je du transplaner en quatrième vitesse, le souffle court ? Pour éviter une quelconque mise en danger ? Je connaissais la plus grande ambivalence dans ma vie avec ce vampire. Comment se faisait-il que je me sente autant en sécurité qu'en insécurité avec ? Le danger était dans ses yeux, dans ses bras, sous ses baisers. Pourtant on continuait à se voir, envers et contre tout. Contre tous aussi certainement.

Je continuais de mentir à Jon. Aux Pacificateurs aussi. Et je me mentais à moi même. Il allait falloir que j'avoue mon terrible secret à Tobias. Que j'avais été enrôlé par un groupe qui voulait sa perte. Bien malgré moi. Un choix précipité par la peur et l'incompréhension que je regrettais depuis des semaines. C'était le mensonge le plus lourd à porter. Mais j'étais incapable de lui avouer, je ne trouvais jamais le bon moment pour aborder ce genre de chose avec lui. Je savais que ça allait le mettre dans une colère noire, et je n'étais pas sûre qu'un simple transplanage suffise à ce moment là... Et je ne voulais pas briser notre relation. Je savais qu'il serait plus douloureux de le perdre que de continuer à le voir.

Alors que je m'apprêtais à m'endormir, le visage de mon vampire remplissant mon esprit, j'entendis toquer à la porte. Je me redressais alors. Jon avait rarement de la visite, et quand il en avait, il me prévenait. Et là, il ne m'avait pas prévenu. Il était tard, et je n'avais invité personne. Mon cœur se mit à battre. Tobias n'oserait pas venir ici en pleine nuit quand même ? Hein qu'il n'oserait pas ? Je sortis en trombe de ma chambre pour être la première à venir ouvrir. Manquant de trébucher sur mes chaussons postés dans le couloir. Jon devait me prendre pour une folle, mais il ne fallait pas qu'il se retrouve nez à nez avec Tobias, surtout après la soirée de fin novembre.

J'ouvris la porte, en tenant mon peignoir sur la poitrine et je fus à la fois soulagée et surprise de voir...Lena Standford. Immédiatement j'avais sentis que quelque chose n'allait pas. Elle était trempée, semblait perdue, démunie. "Lena ! Qu'est-ce qui t'arrive ?" Avais-je dis en la tirant à l'intérieur de l'appartement. "Bien sûr, bien sûr entres !" Je me retournais vers Jon qui nous regardait bizarrement. Je lui fis une grimace et un regard qui signifiait à la fois que je ne savais pas ce qui se passait, mais que j'allais gérer. Il s'enferma alors dans sa chambre.

J'amenais Lena dans la mienne. Je pris ma baguette pour lancer un sort de silence. Inutile d'embêter Jon toute la nuit, parce que je savais déjà que toute cette histoire allait nous prendre la nuit entière. "Que...que se passe-t-il ?"

Je ne la connaissais pas vraiment, pas plus que ça, bien qu'à la soirée j'avais bien accroché avec cette née Non-Maj. C'était une fille très intelligente et douce. Je ne comprenais pas pourquoi elle était ici, chez moi, mais tout ce que je savais, c'était que je ne pouvais pas la laisser repartir comme ça maintenant.

Rien qu'à la regarder, j'étais prise d'une immense tristesse que je n'arrivais pas à canaliser. Elle faisait peine à voir, vraiment. Avant toute réponse de sa part, je ne pus réprimer un geste de réconfort et je la pris dans mes bras. "Chut ça va aller, tu es en sécurité ici, tu peux rester autant de temps que tu veux."


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
Qu’est-ce qui m’arrive ? C’est une si bonne question… Et la vérité, c’est que je n’en sais rien du tout moi-même. Ou plutôt, si, je ne le sais que trop bien. Je suis amoureuse de celui que le monde entier estime être mon frère, qui ne se doute pas un seul instant que je puisse ressentir de telles choses, et on n’arrête pas de se disputer. J’ai rompu avec un type super parce que je n’arrivais pas à tomber amoureuse de lui et qu’il était incapable de m’apporter la paix et la sécurité que Gabriel m’apportait, que j’ai rejoint les Insurgés, et que je me suis encore engueulée avec Gabriel. Qui m’a menti pendant des mois et des mois. Qui m’a probablement fermé l’accès à ses pensées. Et je ne peux pas en parler, et je n’ai personne chez qui me réfugier. Voilà ce qui m’arrive.

Je n’arrive pas à lui répondre, évidemment. Je me laisse faire, telle une marionnette. On ne se connait pas elle et moi. Tout ce qu’on sait, c’est qu’on s’est retrouvée à la même « fête » elle et moi, et que nous avons le fait d’être nées moldues comme point commun. Fin de l’histoire. Pourtant, elle est la seule chez qui j’ai songé à me réfugier, sans vraiment réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir lui dire. Je ne sais même pas par où commencer. En moi, c’est un tourbillon. Colère, tristesse, je ne sais plus du tout où j’en suis.

Je la laisse me prendre dans ses bras. Normalement, c’est le travail de Gabriel, ça. C’est lui qui me réconforte quand ça ne va pas, il ne devrait pas être la cause de tout cela. Et aujourd’hui, on en est au point que c’est une quasi inconnue qui me réconforte. C’est ridicule, on est ridicule.

« Excuse-moi, je… Je me suis disputée avec Gabriel et je ne savais pas où aller. »

C’est encore plus pathétique quand je le dis à voix haute…

« Je ne peux pas rentrer à l’appartement, c’est la première fois que ça atteint ce degré. J’ai l’impression que les derniers mois n’ont été qu’une série de mensonges. De sa part comme de la mienne. »

Ça me noue l’estomac. Non seulement il m’a menti, mais en plus, il a su berner ma confiance. Et pour couronner le tout, il n’accepte pas que je fasse mes propre choix. Mais ça, je ne peux pas l’expliquer à Reese, il en va de la sécurité des Insurgés. Je m’écarte un peu, pour essuyer une de mes larmes.

« Je crois que le pire dans tout ça, c’est que cela qui a révélé la vérité, c’est Samuel. C’est quand même un comble que ce soit lui qui soit honnête envers moi et qui m’encourage. »

La pauvre, elle ne doit rien comprendre, mais elle doit se sentir encore plus perdue que je ne le suis moi-même, parce que je sais que je laisse filtrer trop d’émotion. Je peux influencer l’état des gens à cause de mon don, il faut que je me calme, elle n’a pas à faire les frais de ce qui m’est arrivé avec Gabriel.

« Je suis tellement désolée. Il est mon meilleur ami, c’est chez nous normalement que je me réfugie quand ça va pas. J’arrive pas comment on a pu laisser autant de mensonges s’ériger entre nous, comment il peut m’empêcher de faire mes choix sous prétexte de me protéger… »

Et surtout, je n’arrive pas à comprendre pourquoi je suis tombée amoureuse de lui, alors que c’est impossible, pourquoi je n’ai pas pu continuer à l’aimer comme un frère. J’ai la sensation que les choses seraient beaucoup plus simples…

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

Elle s'était disputée avec Gabriel. Gabriel c'était son demi-frère en quelque sorte, c'était le fils de ses parents adoptifs si je me souvenais bien. La pauvre... Elle me faisait de la peine. Je ne connaissais pas trop leur histoire, leur relation, mais quand je me disputais avec Alyssa avant de partir quelque part (loin d'elle), je me sentais toujours très mal. La dispute avait du être violente pour qu'elle vienne ici.

Et effectivement, elle le confirma. Je me redressais un peu quand elle parla d'une série de mensonges. Je plissais mes yeux. De quoi voulait-elle parler ? Elle essuya son visage, visiblement prise par l'émotion. Et je pouvais la ressentir, j'étais empathie, mais alors là, ça me dévastait. Mon visage était triste pour elle.

Mon corps entier se tendit quand elle parla de Samuel. S'agissait-il bien du même ? Du vampire ? Qu'est-ce qu'il venait foutre dans leur histoire ? Décidément ce gars était une plaie. Je ne le supportais pas depuis la soirée. Son regard, son attitude, surtout avec Tobias. Rien que d'y penser mes poings s'étaient serrés. "Tu parles de Samuel Hansen ? Le frère d'Evens ?" Je devais en être sûre, de pas me faire des idées sur le personnage pour rien... Déjà qu'il en tenait une couche. Et qu'est-ce que Lena faisait avec ce mec si c'était le cas ? Je devais la prévenir peut-être qu'il était...spécial ? Pas dans le sens vampire, mais juste...bizarre !

Toujours était-il que je ne comprenais pas un traitre mot de ce qu'elle me disait. Je n'avais pas saisi le sens de leur dispute, si ce n'était qu'il s'agissait des mensonges, pour elle et pour Gabriel. Mais le reste, c'était obscur, mais je pouvais ressentir que c'était important pour elle et que c'était un peu arrivé à un point de non retour, vu qu'elle était ici...

J'étais tellement sensibilisée par son histoire, que je me demandais même si elle ne parlait de nous ? De Jon et moi. Quand elle mit le mot de meilleur ami sur le tapis, inévitablement je pensais au mien. Et au mensonge qui était dans notre vie, que j'avais installé dans notre relation. Je me sentais terriblement gênée à présent. Je mentais à Jon depuis des semaines, sur le vampire que j'avais rencontré. J'étais arrivée un jour, bouleversée d'avoir rencontré Tobias. Apeurée et tellement perdue que j'avais accepté de le rejoindre chez les Purificateurs. Je n'étais pourtant pas de ce genre là. Mais la peur, l'inquiétude m'avait fait commettre une terrible erreur. Et à présent, j'avais une relation étrange avec ce vampire. Je ressentais le besoin irrépressible de le voir, de le toucher, de sentir ce contact électrique, presque douloureux. Me saisir de ses lèvres, sentir sa force, me sentir à la fois si vulnérable et si forte dans ses bras. J'aimais être sa proie, sa princesse. C'était une situation complexe, dangereuse, excitante. Il me rendait dingue, mais j'aimais ça, ce pouvoir qu'il avait sur moi.

Mais hélas, il y avait une ombre sur le tableau. Je mentais à Jon, je mentais à Tobias, et moi au milieu j'étais écrasée par le poids des deux. Je ne savais comment m'en défaire. Je ne pouvais pas dire à Jon que je quittais le groupe, apparemment ça ne se faisait pas. C'était...dangereux. On pouvait être traité de traitre, et à juste titre... Et je ne pouvais pas le dire non plus à Tobias, sous peine de le perdre à jamais, ou de mourir...

Lena m'inquiétait, elle était un peu l'étape ultime que je risquais de vivre, si mon secret était révélée. Mais moi, où irais-je dormir si mon secret se savait ? Pas chez Jon, certainement pas chez Tobias. Je n'étais jamais allé chez lui. Il n'était jamais venu chez moi. Mais s'il apprenait pour moi, je ne serai en sécurité nulle part. C'était un vampire, et il connaissait mon odeur par cœur, il me retrouverait toujours. Mon ventre se noua.

"Ne t'excuse pas Lena...je peux comprendre. J'ai un meilleur ami, que je considère comme un frère, et ça me terrifie de me disputer avec lui. Je...je vais nous faire un chocolat chaud et je reviens, tu vas...m'expliquer un peu tout ça. On va trouver une solution !"

Je me levais précipitamment du lit. En fait je n'étais pas bien dans cette chambre. Je ressentais sa peine, sa désolation, son stress. Il fallait que je me calme. Je prenais trop les choses à cœur, certainement à cause de ma propre histoire ?

Je me passais un coup d'eau dans la cuisine, avant de faire le chocolat. Je soufflais un grand coup et je repartie dans la chambre. Lena ne pleurait plus. Mais l'atmosphère de la chambre était affreusement lourde.

"Est-ce qu'il y a moyen pour que Gabriel te pardonne ? Pour que tu lui pardonnes ? Excuse moi, mais je n'ai pas très bien compris... La dispute était forte, mais pourquoi ? Il y a autre chose ?"

Je lui tendis le verre de chocolat chaud fumant.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
« Oui, lui. Y a que lui qui m’ait dit la vérité. »

Et ça rend encore plus malade tout ça. Je le déteste. Je lui en veux en plus, alors qu’il a été le seul à être horriblement et froidement sincère. Il m’a menée si loin dans mon don et j’ai été tellement aveugle. Je suis complètement perdue. Totalement. Combien de mensonge ? Combien de mauvais choix ? Je voudrais pouvoir empaqueter tous mes sentiments et les faire disparaitre grâce à un portoloin. Ne plus penser à la colère, aux disputes qui n’arrêtent pas, à l’amour, à la déception, à la peur. Mais je ne peux pas. Je ne suis plus capable de rien, pas même de contrôler le tourbillon qui m’accable.

Je suis là, chez Reese que je connais à peine, incapable de me calmer, de m’apaiser. Je n’arrive même pas à me fixer sur un sentiment. Si encore je pouvais simplement le détester, ça m’aiderait. Mais non, impossible. On ne peut pas trouver de solution ! Et Gabriel n’est pas mon frère. Il ne l’est pas, il ne le sera jamais. Je ne veux pas qu’il le soit. Ça n’a rien à voir, rien… Mais évidemment rien ne passe le seuil de mes lèvres, je suis juste prise par une vague de sanglots. Reese propose de nous servir du chocolat chaud. Il parait que le chocolat guérit tous les maux. Je me calme un peu une fois seule. Est-ce que sa présence redoublait ma propre peine ? Je suis si fatiguée.  

J’attrape la tasse qu’elle me tend et je me réchauffe les doigts tout en reniflant le doux parfum chocolaté. Est-ce que le pardon est possible entre nous ? Je n’en sais rien. Je n’aurais jamais cru qu’on puisse se disputer à ce point, alors imaginer le pardon… Il n’y a jamais rien eu à pardonner avant. Tout cela est nouveau. Et les situations nouvelles et inédites ont tendance à m’effrayer.

« Je ne sais pas. Je n’en sais rien. Peut-être si on pouvait se parler sans se mentir. Si on pouvait lire dans le cœur l’un de l’autre. »

Sans aucun mensonge possible. Peut-être. J’aimerais comprendre pourquoi il a fait cela, pourquoi il m’a menti, pourquoi vouloir me protéger au point de m’interdire mes choix. Et lui, s’il pouvait voir la force de ma foi, de mon pouvoir. S’il pouvait enfin comprendre que je ne suis plus la petite fille de sept ans mais une femme de dix-huit ans qui sait se défendre, physiquement et mentalement. Pourquoi on s’est disputé ? Pourquoi si fort ? J’avale une gorgée de chocolat.

« Tu n’as jamais eu l’impression d’être totalement anormale et d’avoir des sentiments monstrueux ? »

J’ai l’impression que si. J’ai l’impression de ne pas être la seule anormale ici. C’est instinctif. Mon cerveau n’est pas en état de marche, je m’en remets totalement à mon don, à cette perception exacerbée.

« J’ai multiplié les choix qui ne lui ont pas plu. Et lui, il m’a menti, en me regardant droit dans les yeux, pour me protéger mais il n’a pas voulu voir que je n’étais plus une enfant. Il est comme ça aussi Jon ? A ne voir en toi qu’une enfant apeurée et pas la femme qui a des sentiments, des idéaux  et qui doit les affronter et les assumer. »

Je ne la regarde même pas. Mes yeux sont perdus dans le vide. Je me sens totalement… déchargée, sans la moindre énergie.

« Est-ce qu’on peut faire taire ce qu’on ressent à ton avis ? »

Je suis censée pouvoir moi. Les legilimens agissent sur l’esprit, on peut enlever des souvenirs, en modifier d’autres. Mais sur soi-même ? Est-ce que c’est seulement possible ?

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

Pourquoi quand elle parlait, je pensais à ma propre histoire personnelle ? Je me sentais ridicule, elle était là et je pensais à moi. Comme si je partageais ses émotions, mais que je les traduisais à quelque chose que je connaissais, que je vivais et ça rendait ses émotions si réellement et compréhensibles pour moi. C'était dingue, je ne connaissais pas bien la jeune femme, pourtant c'était comme si elle était ma meilleure amie, celle que je connaissais le mieux sur terre et que je pouvais comprendre sa douleur. Lire dans le cœur de l'autre... Et quand la personne n'avait pas de cœur ?

Un sentiment monstrueux. Merlin Reese, cette fille est trop...bizarre, elle touchait que des points sensibles. Oui, si, totalement, elle avait totalement raison. J'avais des sentiments hors normes pour un...vampire. Je hochais simplement la tête. "Je comprends mais, pour qui les sentiments sont-ils réellement monstrueux ? Je veux dire...pourquoi nous semble-t-il qu'ils le sont ? J'aime...je crois que j'aime quelqu'un que je n'ai pas le droit d'aimer..." Je n'arrivais pas à croire ce que j'étais en train de dire à une presque parfaite inconnue. Je ne comprenais pas très bien quel genre de sentiment Lena pouvait-elle avoir pour se sentir anormale ? Moi d'accord, mais elle ? Peut-être qu'elle aussi aimait une créature magique ? "Ces sentiments, quels sont-ils ?"

Je l'écoutais m'en dire plus. Elle avait semble-t-il déçu son frère ? Et lui, il lui avait menti. Pleinement conscient de la mener en bateau. Merlin que je me sentais mal à l'aise. Ce n'était pas Jon qui faisait ça, c'était moi qui faisait ça à Jon. Je lui mentais en le regardant droit dans les yeux. "Gabriel pense vraiment ça de toi ?" Mon visage s'affaissait de tristesse. Je ressentais tout son désarroi de vouloir être tellement l'inverse de tout ce qu'elle venait de dire. "Quels choix as-tu fais pour qu'ils ne lui plaisent pas autant ? Tu es quelqu'un qui semble au contraire intelligente, mature et censée..."

Je n'étais pas sûr que ce soit possible. "A moins d'être, je ne sais pas... Occlumens ? Je ne vois pas comment on arriverait à taire ses propres émotions, ses propres sentiments. J'ai essayé...par une méthode un peu...radicale. Et non, on n'y arrive pas. J'ai l'impression que plus je m'éloigne, plus je cherche à aller contre ce que je ressens, plus ça me rapproche de lui. Inévitablement, inlassablement... Je hais tout ça."


made by lizzou – icons & gif by tumblr

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
Trop. C’en est trop pour moi. J’ai l’impression que je me suis noyée et que cette fois je n’ai plus le moindre contrôle sur rien. Je ne peux plus. Je ne peux plus supporter les mensonges, les silences, les non-dits. C’est fini. Et c’est égoïste, mais je sens qu’elle peut comprendre, qu’elle peut savoir, qu’elle peut supporter ce poids qui est le mien. Et cette fois, je veux agir en totale égoïste, parce que je n’y arrive plus toute seule.

Alors elle aussi, elle aime la mauvaise personne. Est-ce qu’elle aussi serait un monstre aux yeux de tous si cela venait à se savoir ?

« J’en sais rien. A cause des autres. Si tu étais seule avec cette personne, ça te semblerait monstrueux ? Parce que moi quand je suis seule avec lui, ça me parait naturel, normal. Je me sens à ma place. Mais dès qu’il y a d’autres personnes dans les parages… »

Alors rien. Alors tout ce qu’on peut être c’est un frère et une sœur. Et le jugement des autres est si omniprésent et important que même les conflits, on les règle sans témoins. On ne laisse rien transparaitre. Ni colère, ni déception, ni amour.

« Gabriel ne voit en moi que la petite fille perdue qui avait besoin d’aide il y a onze ans. L’enfant qu’il fallait protéger. Or pour lui, je suis encore cette enfant. Et tu comprends, c’est aux adultes de prendre les décisions pour les enfants. Et l’adulte, c’est lui. Sauf que je ne suis plus ça. Je suis une femme. J’ai eu des rapports. Et ça, il a du mal à l’accepter.»

Intelligente, mature, et censée. Ce n’est plus du tout comme ça que je me vois. Je suis sortie avec Amadeus alors que je n’étais pas amoureuse, il me rendait encore plus sujette aux cauchemars et je m’aveuglais, j’ai couché avec lui la même nuit où je l’ai quitté. Ça ne me semble pas intelligent, ni mature, ni censé. Je me suis disputée avec Gabriel et je me suis sauvée, je suis là à pleurer. Ça non plus, ça ne me semble pas intelligent ni mature, ni censé.

« Trop de choix pour te dresser la liste… »

Je souris faiblement. Alors il n’y a pas d’espoir, on ne peut pas juste « éteindre » ses sentiments… Quelle déception. J’ai par contre l’impression d’être en symbiose avec elle. Plus je fuis Gabriel, plus je lui suis liée. J’ai essayé avec Amadeus, résultat, j’ai compris qu’il n’y avait que Gab. J’ai fait mon choix en entrant chez les Insurgés, mais c’est son domaine. Je suis perdue. Vide et débordante à la fois. Je me rends compte que je n’ai pas répondu à l’une de ses questions. Quels sentiments ?

« Je l’aime. J’aime Gabriel. Ça fait des années qu’on nous fait passer pour un frère et une sœur, mais ce n’est pas ce qu’on est. Ses parents m’ont recueillie, mais nous ne sommes pas liés par le sang. Je l’aime, même si c’est dégoûtant, inacceptable, incestueux ou tout ce qu’on pourra dire de nous. Et ça ne sera jamais possible. Parce que ça le dégoûterait, parce que je suis sa petite sœur qu’il doit protéger envers et contre tout, qu’il doit protéger de tout le monde et d’elle-même. Et je n’en peux plus, je suis épuisée qu’il me regarde comme ça et de tout garder. »

Je reporte mon regard dans le sien. Allez, qu’elle juge, qu’elle me regarde avec mépris, avec révulsion. C’est sorti. Mon plus gros secret est sorti. Là, comme ça, face à une quasi inconnue.

« Et plus j’essaie de le fuir, comme aujourd’hui, plus je me rends compte que ça ne sert à rien. ça te rappelle quelque chose ? Qui est donc ce « lui » qui te met dans un état similaire ? Tu peux faire plus monstrueux que ça ? »

J’essuie une larme du revers de la main, enserrée de l’intérieur comme dans un étau.


black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

« Si tu étais seule avec cette personne, ça te semblerait monstrueux ?» Hum. "Je ne sais pas, je ne pense pas..." Et bien à vrai dire, oui, un peu. En fait non, non pas vraiment monstrueux mais terrifiant. Les moments avec Tobias étaient délicieux, excitants, intenses. Je crevais à chaque fois que je devais le quitter. Mais il y avait ce côté tellement dangereux entre nous, comme ce soir où j'avais du fuir. Il me tardait le jour où je n'aurai plus à le quitter... Si ce jour excitait ? Probablement jamais. Il ne voudrait jamais de moi. Pas aussi proche de lui. Pas dans son monde. Un vampire face à une humaine, gorgée de sang. Il ne me faisait jamais oublier que j'étais vulnérable dans ses bras. Que je puais. Que j'étais pas digne, que je n'étais pas vampire. Même s'il me traitait comme une princesse, en me faisant croire qu'il me dédaignait totalement. Je voyais toutes ses attentions. J'avais appris au fil des jours à le voir à travers des situations de ma vie quotidienne. Il ne m'arrivait plus les petits pépins occasionnels, les légers désagréments. Il faisait le vide sur mon passage. J'aurai même juré un jour qu'il m'avait retenu dans une chute. J'avais sentis un contact glacé avant de tomber. Mes amies avaient dit que c'était un auto-sort que je m'étais lancée dans le stress, un peu comme quand on tombe d'un arbre et qu’apparaît en bas de celui ci un tas de feuilles mortes pour amortir la chute. Mais non, je connaissais bien le contact que me produisait le vampire. Alors non, ce n'était pas une relation monstrueuse, c'était une relation effrayante et incertaine.

« Parce que moi quand je suis seule avec lui, ça me parait naturel, normal. Je me sens à ma place. Mais dès qu’il y a d’autres personnes dans les parages… » Par contre tout comme elle, la relation avec lui me paraissait naturelle, même si elle n'avait rien de normale. Je ne jouais aucun jeu avec lui, j'étais spontanée, moi même. Bien qu'il y avait ce mensonge... Ce terrible mensonge qu'il allait falloir un jour révéler.

Elle continua à m'expliquer, et je compris enfin de qui elle parlait et ce qui la chamboulait tellement. Elle parlait de son frère, enfin de...du fils de ses parents adoptifs. Je ne pouvais plus dire frère, sinon ça sonnait trop bizarre. Oh par le grand Merlin, la pauvre ! Elle était amoureuse de Gabriel. J'étais désespérée pour elle. Il n'y avait pas plus grand torture. Elle aimait le fils de ses parents. Et bien sûr que ça serait monstrueux pour la plupart des gens. Surtout pour la famille. Surtout qu’apparemment Gabriel, lui avait l'air d'être du genre à bien la considérer comme sa sœur, et voir comme elle disait, une petite fille. Comme moi je voyais toujours Alyssa comme une gamine. Comme n'importe quel parent voyait son enfant comme un bébé. Pauvre chérie, j'étais dévastée pour elle.

Ok c'était étrange d'aimer celui qui avait grandit avec elle. Mais j'étais qui pour juger ? Ils n'avaient pas le même sang. Et dans certaines familles de sang-pur ils se mariaient bien entre cousin et personne s'offusquait, alors qu'ils avaient le même sang... Juste, c'était une femme esseulée par son amour impossible...je me retrouvais en elle. L'amour illogique, qui fait mal, qui arrache l'essence de notre cœur. Plus on s'éloignait, plus on aimait. L'amour maudit.

J'essayais de répondre à son sourire. "Je suis désolée...c'est...compliqué. Et c'est ridicule de ma part de dire que c'est compliqué. Parce que ça doit être horrible pour toi. Je sais pas ce que mon avis va t'apporter, mais je ne trouve pas ça dégoûtant. Ni inacceptable. Il aurait pu être ton voisin. Le voisin avec qui tu grandis, avec qui tu vas à l'école. Avec qui tu partages la même maison, les mêmes salles communes à Poudlard, à l'UMS. Ça pourrait être ton voisin, mais c'est le fils de tes parents adoptifs. Vous avez pas de lien du sang, vous avez pas ce qui fait que c'est dégoûtant ou inacceptable. C'est ton frère de cœur, ton meilleur ami. Gabriel, c'est comme mon Jon. Alors je ne suis pas amoureuse de Jon, mais j'aurai pu. C'est mon frère de cœur. On vit ensemble, on partage tout. Gabriel, c'est ton Jon. "

Je ne pouvais pas l'accabler plus ce soir. Je n'y arrivais pas. Peut-être s'attendait-elle à ce que je lui fasse faire machine arrière ? Peut-être voulait-elle entendre que ce n'était pas bien, qu'elle avait raison de tout refouler ? Mais je n'y arrivais pas, elle n'avait pas besoin de ça. Sa tristesse me dévastait assez. Et c'était correct. Elle aimait son meilleur ami. Y'avait rien là dedans de choquant. Il avait juste fallu que le destin soit cruel pour faire de son meilleur ami le fils de la famille qui l'avait adopté.

Je la comprenais. Plus on s'éloignait, plus l'aimant était puissant. Et elle voulait savoir pour moi. Pouvais-je lui dire ? Après tout, ce qu'elle venait de me dire, était un secret bien gardé en elle. Quelque chose qui pouvait effrayer. Le mien aussi. Et il n'y avait rien qui pouvait sortir de la pièce, pas de risques pour Jon.

"Je...je crois que je tombe amoureuse d'un vampire. C'est assez monstrueux pour toi ?" Bon sang, mon cœur battait à deux cent à l'heure après cette révélation. Je ne me l'étais même pas révéler à moi-même. Je tombais amoureuse ? Vraiment ? Non ce n'était pas possible. Je ne pouvais pas avoir dit ça.

"Enfin j'en sais rien, je sais pas si c'est de l'amour. Mais quand il n'est pas là, quand je ne le vois pas, je souffre. Mais physiquement et ça m'inquiète. Y'a des soirs où je me tords de douleur, littéralement. J'ai mal à chaque parcelles de mon corps. J'ai l'impression d'être empoisonnée ou maudite. Est-ce le prix à payer pour aimer ce genre de créature ?"


made by lizzou – icons & gif by tumblr

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
J’aime Gabriel. C’est comme cela, c’est la vérité. Une vérité que j’ai gardée pour toi tellement longtemps. Le dire rend la chose tellement concrète, tellement réelle. Je veux juste qu’elle ne dise rien, qu’elle ne fasse pas une tête dégoûtée. Par chance, elle ne le fait pas. Je crois que je n’attends rien de plus que cela. J’ai juste besoin de le dire, j’ai juste besoin que ça sorte. Et qu’elle ne me regarde pas comme un monstre me suffit pour le moment. Je suis tellement épuisée de tout cela, de nos disputes, de la tension qui s’est accumulée entre nous ces derniers temps. Je suis lasse de ne plus être proche de lui, de ne plus rire avec lui.

J’écoute cette fille qui m’a ouvert sa porte, qui me prête attention et ne me juge pas. Elle arrive à comprendre. On ne se connait pas vraiment, mais elle comprend déjà ce qui me lie à Gabriel qui, jusqu’à il y a peu, était mon meilleur ami. Mon colocataire, une part de mon cœur, mon confident. Ça c’est ce qui nous unit. Hélas, aux yeux du monde et probablement à ses yeux à lui aussi, il y a autre chose qui nous lie. Ce ne serait pas moralement acceptable. Et puis, les parents eux-mêmes ne comprendraient pas.

« Merci. »

Je souffle ce mot entre deux gorgées. Je ne sais pas réellement de quoi je la remercie. De m’avoir accueillie comme cela ? De m’avoir juste permis de me reposer de mon poids ? De ne pas me juger ? Probablement un peu tout cela à la fois. Je relève les yeux sur elle quand elle me confie être amoureuse d’un vampire. Un vampire, eh bien. Je perçois qu’elle ne me ment pas, qu’elle ne sait pas réellement ce que c’est et qu’elle s’en inquiète vraiment. Cela n’est pas normal de souffrir autant, du moins, pas à ma connaissance. Par contre, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une punition. Il n’y a rien à punir dans tout cela.

« Ils ne sont pas obligés de tuer pour vivre. Tu te nourris, tu n’es pas végétarienne, pourtant, tu ne tues pas. Il en va de même pour eux. Je ne pense pas que ce soit mal, je ne vois pas pourquoi ce serait mal. Peut-être que ton corps… somatise ? Je ne suis pas médecin, mais il parait que parfois, le corps traduit nos souffrances morales. Ça te fait peur, d’aimer un vampire ? Tu… tu culpabilises ? »

Mais de quoi ? Craint-elle aussi le regard des autres ? De tous les intolérants qui grouillent, qui menacent les êtres fantastiques et leurs proches ? Ça, je dois admettre que c’est effrayant.

« Et lui ? Le vampire, est-ce que ses sentiments sont réciproques ? »

Je ne doute pas qu’ils aient des sentiments. Samuel a bien une petite amie. Je me demande si elle parle de Samuel tient… dans ce cas-là, elle aurait une rivale, ce qui est une très mauvaise configuration. Je ne connais pas beaucoup de vampires… quoi que… en fait, j’en connais tout de même plusieurs. Samuel. Miss Hakar. Et Ludwig, Tobias que j’ai découverts. Donc oui, ils sont différents, ils ne pensent pas comme nous, mais… et alors ? Moi ça ne me choquerait pas de voir un humain et un vampire ensemble. Je suis bien sortie avec un demi-loup.

« Vous êtes partis vite, Jon et toi, lors de la soirée. Il va bien ? Je… Je suis rentrée comme ça chez vous, et je n’ai même pas été polie. »

Les règles de base « bonjour, désolée de débarquer comme cela, j’espère que je ne dérange pas ? », je les ai allégrement passées à la trappe. Enlevant mes chaussures, je replie les genoux contre moi, toujours assise sur le lit. Je me sens vidée après tout cela.

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

Elle se sentait obligée de me dire merci. Enfin non, pas obligée, mais elle me remerciait pour quelque chose, alors qu'elle n'avait pas à le faire. C'était horrible, ça voulait dire que c'était mal. Pour moi ça ne l'était pas. C'était un peu surprenant, certes, mais comme un couple avec un écart d'âge, un couple mixte, tiens comme moi par exemple. Ou comme une jeune maman, comme Victoire. Ça défrayait les chroniques, mais ce n'était pas mal. Ils n'avaient pas le même sang après tout. Y'avait pas d'inconfort à avoir. S'ils quittaient Londres, ils n'avaient plus personne qui les connaîtrait et qui serait là pour les juger au pire. Peut-être leur sœur ? Mais elle comprendrait non ? Alors que moi, où que j'aille, un vampire restait un vampire. Je soufflais devant cet aveu personnel.

Je sentais son regard sur moi, me jugeait-elle. J'étais folle c'était ça ? Merlin, c'était moi qui avait un grain, oui ? non ? Je penchais ma tête sur le côté, fascinée, curieuse, totalement intriguée par ses propos si tolérants envers ses créatures magiques. Tout l'inverse de Jon, qui se trouvait à quelques mètres de nous. Je déglutissais. Ça faisait du bien. J'étais soulagée. Est-ce que je somatisais ? Ça voulait dire quoi ? Que ma culpabilité me faisait payer physiquement ? Que mon corps me disait "stop" ? Mais je ne pouvais pas arrêter. Jamais. Trop tard.

"Je crois que n'importe quelle humaine aurait peur d'aimer Tobias..." Je m'éclatais de rire. C'était spontané, pas préparé du tout, ça sortait du cœur. Je regardais Lena et j'éclatais de nouveau de rire devant son air rond. "Bon sang...on peut pas aimer dans la norme nous hein ?" Et devant mes propos je rigolais de plus belle. Entraînant Lena dans mon rire. Bon sang. Ça faisait du bien par Merlin. J'étais contractée jusqu'à présent, mais là, ça faisait du bien de se livrer, de rire de nous même, sans jugement, en légèreté. Est-ce qu'elle le connaissait à Tobias ? Peut-être pas et tant mieux. Oh j'oubliais qu'elle avait du le voir à la soirée...

"Non mais c'est vrai. Il est arrogant, prétentieux. Le genre d'homme que je remballe en deux secondes habituellement. Le dragueur trop sûr de lui. Bon c'est vrai, il n'est pas vraiment un "homme", mais bref... Il est chauvin et c'est même pire que ça. Il est tellement injuste envers les humains, il se fout de tout. Tout à l'air si insignifiant vu par ses yeux. Mais quand il me regarde..." J'ouvris ma bouche, restant figée une seconde la bouche ouverte, le cœur battant soudainement la chamade. "...j'ai l'impression d'être tout, sauf insignifiante pour lui, et ce sentiment, personne me l'a jamais offert...je me damnerai probablement pour qu'il ne cesse jamais..." Je passais une main sur mon visage, confuse.

"Je ne sais pas s'il a des sentiments. S'il m'entendait dire ça, il se moquerait certainement en disant que ces des conneries d'humain. Mais on se voit tous les jours...alors je sais pas." Je me mordis la lèvre. "Tu veux savoir le pire ?" Je me pinçais les lèvres pour m'empêcher de rire de nouveau. "J'ai peur du sang, mais du genre, phobie..." J'explosais de rire, jusqu'aux larmes. C'était pitoyable, mais je libérais la pression. C'était plus nerveux qu'autre chose. Je repris mon calme, essuyant mes yeux d'un revers de main, bousillant au passage mon mascara.

"Je suis désolée, j'en ai parlé à personne encore...tu es la première, et ça fait un bien fou ! Je préfère que ça reste entre nous d'ailleurs, Jon se ferait trop de...soucis." Je regardais vers la porte de ma chambre. Je lui rappelais qu'il était là d'ailleurs. "Heuu, oui, il va bien. Il n'a pas trop aimé le ton qu'à pris la soirée je suppose. Pauvre Victoire... Par le grand Pukwudgie j'ai eu tellement de peine pour elle..." Je passais une main sur mes lèvres.

"Non ne t'inquiète pas...vraiment. Ça me fait plaisir que tu sois ici. J'aurai jamais cru que ce soir allait être l'occasion d'avouer mes pires secrets... T'as déjà craqué sur un vampire toi ? Bon j'avoue, après Gabriel...ça doit être dur de regarder ailleurs !" Je fis un grand sourire, accompagné d'un clin d’œil. Ben quoiiiiii il était plutôt pas mal, au pire j'allais recevoir un oreiller dans la tête. Je l'aurai fait si elle m'avait parler du ravissant petit cul de Tobias !


made by lizzou – icons & gif by tumblr

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
« Tobias ? Alors oui, je dois admettre que moi, il me terrifie ! »

Je souris. En fait, il ne m’effraie pas réellement, mais… disons qu’il n’aspire pas une sympathie spontanée. Mais après tout, je ne le connais pas. Je ne l’ai vu qu’à cette soirée et nous n’avons pas réellement échangé. Je sais juste qu’il a donné une toute autre… atmosphère à la soirée. Mais après tout, s’il trouve grâce aux yeux de Reese, c’est qu’il ne doit pas être « si » mauvais. Juste… insoupçonné ? Mais le rire de Reese, son rire pur et sincère, sa réaction face à mon étonnement, et peut-être aussi ma legilimancie, un peu, tout cela m’entraine dans un fou-rire. Non, clairement, nous ne savons pas aimer dans les normes. Mais qu’est-ce que la norme après tout ? Et mon rire ne s’arrête pas, comment le pourrait-il, elle enchaine avec un portrait désastreux de Tobias. C’est extraordinaire, ce recul. Et malgré tout ce qu’elle dit, je sens bien qu’il n’y a aucun mépris. Et je comprends la suite, j’entends bien tout ce qu’elle dit sur ce regard qui rend si spécial. Je me suis toujours senti invisible, un peu honteuse de ce que j’étais. Sauf quand Gabriel me regardait. Il parvenait toujours à me faire me sentir… particulière, à part, et méritant de l’attention.

« Je ne connais pas bien Tobias, mais j’ai l’impression que le fait qu’il accepte de te voir tous les jours, et j’ai presque envie de dire de littéralement te voir, ça veut dire beaucoup. »

J’essaye de me retenir, mais il n’y a rien à faire. Je pouffe, une fois, deux fois, puis j’explose de rire à mon tour. Ce n’est pas réellement drôle… mais tout de même, c’est très ironique. Avoir la phobie du sang et être amoureuse d’un être qui s’en nourrit. Si tout se passe bien, ce ne sera pas facile pour elle. Et puis, comment ça se passe ? Elle ouvrira la porte du frigo et découvrira les poches de sang ?

J’en ai mal au ventre et à la mâchoire de lire. Je n’ai pas ris depuis longtemps, je sais que c’est nerveux, pour elle comme pour moi. C’est tellement compliqué à gérer tout cela. Les sentiments et surtout le secret. C’est si dur de garder un secret. Je me rends compte que jusqu’à présent, je n’avais jamais été seule détentrice d’une information à protéger. Ma legilimancie est un secret, mais il est partagé par ma famille. L’amour que je porte à Gabriel en revanche, je l’avais toujours tu. Jamais, jusqu’à aujourd’hui, il n’avait franchi le seuil de mes lèvres. Et il en va de même pour elle. Comment Gabriel peut-il vouloir devenir Gardien du Secret ? Ça fait tellement mal… Parce que bien souvent, il faut être seul pour supporter son poids, pour protéger ses proches de la réalité. Ça détruirait ma famille de savoir que je peux éprouver de tels sentiments à l’encontre de Gab. Ça détruirait Jon de savoir que sa meilleure amie est amoureuse d’un vampire.

« Je ne dirai rien. Cela ne regarde absolument personne de toute manière. Et je comprends Jon, la soirée était vraiment bizarre. C’est tellement compliqué les histoires d’amour. Victoire n’a pas eu de chance non plus… »

Cette situation… il est certain que personne n’aurait aimé la vivre. Apprendre comme ça, en public, que l’homme qu’on aime encore est avec quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un d’autre qui est notre future colocataire à Shani et à moi. C’est délicat tout cela. Vraiment très délicat.

« Hey ! »

Je retrouve mon sourire quand elle évoque le physique de Gabriel. Même à l’époque où je le considérais comme mon frère, j’étais capable de reconnaître qu’il était beau et séduisant. De toute manière, il suffisait de regarder le nombre de filles qui pouvaient lui tourner autour.

« Pas d’un vampire, non. Il faut dire que je ne connaissais que Samuel. Par contre demi-loup… ce n’est pas impossible que j’ai déjà craqué dessus. Tu aurais pu le voir en plus, il a débarqué à la soirée. J'ai cru comprendre qu'il connaissait Victoire d'ailleurs.»

Je lui jette un regard faussement désolé. J’aurais aimé qu’Amadeus soit la bonne personne. Je n’avais rien à lui reprocher. Il était parfait. Mais c’était impossible. Au moins, nous sommes toujours amis. Et nous avons une connaissance en commun, bien que j'ignore ce qui les lie réellement.

« Tu as parlé de Pukwudgie… Je… c’est idiot mais je ne sais pas ce que c’est… »

Elle est américaine, c’est tout un monde que je ne connais pas. Le monde magique est vaste, je n’en connais après tout qu’une infime partie.


black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

Et bien voilà, elle connaissait Tobias. "Je te comprends, mais il est pas si terrifiant que ça, quand on le connait. Bon d'accord, même en le connaissant il fait un peu flipper j'avoue" Je refrénais un rire.

"Je finirai par le savoir, s'il tient vraiment à moi..." Oui notamment quand il apprendra que j'étais une Purificatrice. Au mieux il me quittera, au pire il me tuera. Et j'étais pas sûre de savoir ce que je préférai sur le moment. C'était bien la preuve même que j'étais complètement secouée par ce vampire. Mourir ou souffrir ?

Et puis on se mit à rire, toutes les deux, de bon cœur. Et ça libérait d'un poids. Je préférais la voir ainsi que tout à l'heure. Elle m'avait fait très peur, j'avais capté sa souffrance, et elle était terrible. Elle était destructrice. Elle avait fait un désastre sur moi l'instant de quelques minutes. Alors je la préférai en train d'éclater de rire.

Elle avait raison pour Victoire et je me mis à rire de plus belle. C'était tellement nerveux... Mais en fait... "J'y crois pas, on est en train de plaindre Victoire sur sa situation amoureuse, mais si elle nous entendait ? Elle dirait qu'on est pas mieux. Moi j'aime celui que tout le monde prend pour mon frère et moi j'aime un vampire qui n'aime pas les humains. Haut les cœurs ! En fait non, faudrait monter un club de désespérées !" Je rigolais, je rigolais encore. Je lançais une dose d'humour et me marrait de nouveau. Je me rendais compte que j'adorais cette fille, Lena. Elle me faisait du bien, on se faisait du bien. Elle pourrait être une bonne amie, j'en avais la certitude.

Houla, elle m'intriguait là, pas un vampire mais un demi-loup ? Je me crispais en entendant le prénom Samuel toutefois. Elle le connaissait ? "Tu connais Hansen ? Comment ? Tu vois, il me fait plus flipper que Tobias, il a un petit truc dans son regard..." Victoire connaissait un demi-loup oui. Un Auror. Avec qui elle était en quelque sorte sorti il y a quelque temps quand elle était en France. Et elle était perdue dans ses sentiments avec lui d’ailleurs, car elle l'avait revu. Il était venu à la soirée vraiment ? "Ah oui ? Victoire me parle souvent d'un Amadeus ? Un Auror ? C'est lui ? Tu es sortie avec ? C'était pas un peu...bizarre ?" Je ne savais pas comment exprimer. Mais j'avais des milliers de questions à lui poser, même si vampire et demi-loup c'était différent, par exemple, les échanges...charnels.

Je revins 2 ans en arrière, dans les hauteurs de New York. Ilvermorny. Là où j'avais appris que j'étais sorcière.

"Pukwudgie ? C'est...c'est le nom de ma maison à Ilvermorny. Il y a quatre maisons comme chez vous à Poudlard. Le Pukwudgie c'est une sorte créature magique originaire d'Amérique qui est un lointain cousin du gobelin d'Europe. Ils sont gris avec de grande oreille. Il y a un groupe de Puckwudgie qui travaillent à Ilvermorny d'ailleurs, ils bossent à la maintenance et la sécurité de l'école. Un peu comme vos elfes de maison me semble-t-il ? Dans mon école, les gens qui sont favorisés par la statue du Pukwudgie sont des Guérisseurs, ça représente la maison du cœur. C'est un peu Poufsouffle chez vous. On a aussi les Érudits, comme les Serdaigle, ce sont les Serpent Cornus. Et les Serpentard seraient représentés par les Womatou, les Guerriers. Les Gryffondor seraient les Oiseau-Tonnères, les Aventuriers à la grande âme. Tu étais dans quelle maison toi à Poudlard ?"


made by lizzou – icons & gif by tumblr

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ;
plus il est secret, plus il augmente.
Reese Hetson & Lena Standford
Monter un club des désespérées, mais quelle bonne idée ! En tout cas, je vais prendre ma carte de membre immédiatement. On pourrait faire un concours. Victoire et le père de son bébé – pour qui elle a encore des sentiments, bien qu’ils semblent confus – qui sort avec ma future colocataire. Reese et le vampire intolérant et effrayant. Moi et celui que tout le monde – y compris lui – voit comme mon frère. Voilà un triplé gagnant. Et on rit, on rit de cette situation qui nous a tant fait pleurer. On rit de désespoir, on rit parce qu’il n’y a rien d’autre à faire. Je me rends compte à quel point parler fait du bien. J’ai gardé tout pour moi durant longtemps. Trop longtemps. Cela fait un bien incroyable que de se livrer, que de parler de ses échecs, que d’avoir une conversation normale sur ma vie amoureuse.

« Oui, je connais assez bien Samuel il… il fait partie du club de soutien de la fac. Il m’aide un peu. Il est spécial, c’est vrai, mais il n’est pas méchant.»

J’ai un peu honte. Je lui ai confié mon plus grand secret, et je n’ose pas lui parler de ma legilimancie. Mais donc, elle n’apprécie pas Samuel. Je peux comprendre, il est particulièrement agaçant quand il veut. Et surtout, il est imbu de lui-même. Et sa façon de dire aussi franchement la vérité, sans prendre de gants est très très très perturbante, mais il a aidé Irina et il m’aide beaucoup. Néanmoins, non, je n’ai jamais été attirée par lui ou par un vampire. En fait, je ne suis jamais sortie avec une créature, à part Amadeus. Je sais que Victoire le connait mais je tique un peu. Pourquoi Vic en parlerait-elle souvent ? Je n’ai pas eu l’occasion d’approfondir sur leur relation. Bref, je n’ai pas à penser à cela maintenant.

« Euh… oui, Amadeus. On est sorti ensemble quelques temps. Et non ce n’était pas bizarre… enfin, un peu. Mais pas du tout désagréable. En fait c'était… plus intense et plus… tactile en fait. »

Je rosis légèrement et arbore un sourire un peu gêné. Les baisers d’Amadeus déclenchaient des brasiers et surtout, charnellement parlant, tout était… plus animal et pas du tout désagréable. Mais il n’était pas pour moi, j’ai besoin d’une ancre et lui… lui il fait tout chavirer. Enfin, n’entrons pas dans les détails.

« Tu… tu crois qu’ils ont… un truc ensemble, Amadeus et Victoire ? »

Je préfère revenir sur un plan plus… rationnel, intellectuel. Comme ce Pukwudgie dont j’ignore tout et qu’elle me présente. C’est assez amusant, ces similarités entre nos deux écoles.

« J’étais chez les Poufsouffles. J’ai cru que je finirai à Serdaigles mais ma mère m’a dit que le choixpeau, c’est ce qui nous répartit, avait vu juste. Elle prône les valeurs de justice, de loyauté et de tolérance. C’est comme ma baguette. Du poirier. J’ai l’impression que mon destin était tout tracé ! »

Sauf peut-être en ce qui concerne mes sentiments. Le destin… Les choses auraient-elles été différentes si, comme Reese, j’avais grandi dans un autre monde ?

« J’aurais dû grandir chez les moldus… les No-Majs moi aussi. J’ai même passé sept ans dans ce monde. Je n’arrête pas de me poser des questions. Mes parents biologiques, comme les tiens, ne sont pas des sorciers. Comment est-ce qu’ils ont réagi tes parents ? En apprenant ta nature ? Et comment ils l’ont su ? La vie aurait été tellement différente si nous étions restées dans notre monde de naissance. J’aurais peut-être fait du droit, mais plus centré sur les enfants. Mais je n’aurais jamais connu Gab, ou Amadeus, ou mes parents. A cet instant précis, avec tout ce qui se passe, je me surprends parfois à me dire que je serais mieux chez les Moldus… »

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAlebargePlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. BadgeHFAHP

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz


Reese Hetson
UMS 2ème Année


Mi-Décembre - Chez Reese

Samuel pas méchant ? Je n'en savais rien encore, je savais que Tobias ne l'aimait pas beaucoup, qu'il était son alpha et qu'il ne m'avait pas fait une bonne impression à la soirée, alors je passais sur le jugement pour ce soir. Il était effectivement spécial, mais Lena semblait l'apprécier. Je pourrai peut-être en savoir plus sur lui une prochaine fois ?

Ils étaient sorti ensemble avec Amadeus ? Pas bizarre, plus intense, plus tactile. Je me mis à rougir. On ne l'avait encore jamais fait avec Tobias. J'étais même pas sûre qu'il le voudrait. Enfin, il n'avait de cesse de me rappeler ma condition d'humaine puante, faible et insignifiante, alors coucher avec moi, ça serait certainement un drame pour lui. Une insulte suprême à sa race supérieure. Pourtant ce n'était pas l'envie qui me manquait. Il était affreusement parfait, rien que ces baisers, alors le reste... Je rigolais intérieurement en pensant à ses "années" d'expériences. ROH REESE CA SUFFIT ! Et Lena me fait revenir à la raison.

"Et bien...je... Il me semble qu'ils sont même déjà sortis ensemble, en France. Mais ça n'a pas duré, Victoire était enceinte et je crois qu'elle l'a quitté, je pense que ce n'était rien de très abouti ! Je n'ai pas revu Victoire depuis la soirée, donc je ne sais pas ce qui s'est passé ensuite..."

Mon visage avait rougi, c'était assez délicat comme situation, mais je préférai n'avoir aucun secret de la sorte. On venait de se prouver qu'on pouvait avoir confiance l'une dans l'autre, c'était pas pour planquer des cadavres dans les placards. Je souriais à l'entendre parler de sa maison. De Poudlard. De sa découverte du monde magique, des valeurs qui faisaient d'elle la femme de maintenant. J'y croyais au destin, seulement le mien me jouait des tours en ce moment.

Un peu comme moi finalement. J'avais passé 7 années immergées dans le monde non sorcier avant de rentrer à Ilvermorny et de retourner le soir chez moi. Ça n'avait pas été évident. Vivre des journées pleine de magie, de sorts, de découvertes, et rentrer à la maison où tout était figé, où mes parents ne comprenaient rien, étaient dépassés. Ils ne pouvaient pas m'aider pour les devoirs, même si ma mère faisait des efforts. Le choix d'une baguette, la signification d'une rune, l'étude des Hippogriffe, l'histoire de la magie, la divination, les cours de balais. Là où ils avaient pu m'aider c'était quand j'avais commencé les options de langue. Très tôt. Ma mère déjà parlait espagnol. Mon père savait lire l'allemand et comprendre le Russe. Mais le reste, les potions, les sortilèges, il y avait un monde entre nous. Et je devais avouer que je fus soulagée de rentrer à l'internat à mes 11 ans.

Je me sentais sorcière, j'étais à l'aise dans ce milieu magique. Et en même temps, mes parents me faisaient rester ancré dans la réalité Non-Maj. J'avais donc passé mon permis de conduire, pris des cours d'informatiques. Je faisais même du sport pendant les vacances, du ski, du cheval, du roller. Je découvrais le cinéma, les salles de jeux vidéos, les grands centres commerciaux, les courses de voitures, les match de football américain avec mon père, les cours de chants avec ma mère, les concerts, le théâtre, l'opéra. Je découvrais les deux mondes, mais pas au même rythme. J'avais une affection pour le monde Non-Magique, mais j'étais tombée en amour pour celui des sorciers, plus vaste, plus secret. Ça avait du être terrible pour Lena. De perdre ses parents, de vivre en orphelinat et d'être arrachée à son dernier point de repère : le monde non-magique. Mais d'un côté, ça lui avait peut-être permis de tourner définitivement la page. De vivre dans un autre monde une nouvelle vie. Mais 7 ans, c'était tellement petit, j'imaginais très bien ce que ces yeux avaient du voir, ce que son cœur avait du subir.

"J'ai découvert que j'étais une sorcière à 7 ans, quand un homme est venu à la maison me le dire. Ça se passe comme ça avec les No-Maj en Amérique. Mes parents ont eu beaucoup de mal. Moi aussi, mais différemment. J'étais soulagée, mais je me sentais aussi exclue et pas très normale. Pourtant ça expliquait beaucoup de choses. Ça n'a pas été évident pour la famille. Finalement peu le savent et mes parents ne peuvent pas se confier. Ils restent assez méfiant de ce milieu. Je crois qu'ils s'inquiètent pour moi, ils ne maîtrisent pas ma vie, je crois que c'est perturbant pour un parent. J'ai du faire des choix de carrière dont ils ne pouvaient pas trop intervenir. Comme mon arrivée à l'UMS l'année dernière. Mais avec le temps ils s'y sont fait. Surtout que ma sœur Alyssa est aussi une sorcière, et ils peuvent se rattraper un peu avec elle, ils ont acquis de l'expérience. Mais mon père reste quelqu'un de très No-Magique et fier de l'être. On a eu quelques disputes tous les deux pendant mon adolescence. A type de "Nous les No-Maj on sait faire ça, vous les sorciers vous avez besoin d'une baguette. Et bla et bla et bla". Tu vois le genre ? Je me dis dans le sens inverse moi aussi parfois : Et si mes parents avaient été sorcier ? Comment aurais-je progressé dans ce monde ? J'aurai eu des avantages...j'ai du avancé seule, à l'aveugle, et j'ai eu parfois très peur." Je retrouvais ce sentiment avec Tobias. J'avançais de nouveau dans le néant avec cette relation, et ça me renvoyait des années en arrières, ou je luttais contre l'inconnu, sans personne à mes côtés. "Dans le monde No-Maj, j'aurai été...je ne sais pas. Je n'aurai pas été à ma place. J'aurai fait un boulot où il faut parler plusieurs langues, mais il m'aurait manqué un truc... J'aurai jamais rencontré Tobias, c'est ce truc là qui aurait manqué à ma vie." Je pris sa main dans la mienne. "Dis pas ça Lena, c'est dur peut-être en ce moment, mais rien est figé dans le temps. Je sais pas de quoi sera fait ton lendemain avec Gabriel, mais ce n'est pas impossible. Regarde la magie existe, et on ne le savait pas, on aurait pu ne jamais le savoir. L'amour et la magie c'est un peu pareil, il n'y a pas de hasard. Je suis sûre qu'ils ne sont pas là par hasard dans notre vie. Ils vont nous apporter beaucoup." Quoi ? Ça j'en savais rien. Mais tout comme le monde magique inconnu m'avait apporté, cette aventure inconnue avec Tobias le ferait aussi. C'était...le destin.

On passa une très grande partie de la nuit à parler. Elle de son orphelinat, puis de la magie, de nos familles, de ma sœur, de la sienne. De Tobias, de Gabriel. De nos ex. De nos études. Cette fille était formidable et tellement ouverte. Je me sentais à l'aise avec elle, elle était vrai. Elle transpirait la sincérité, la confiance. Il était tard pour qu'elle rentre. Je lui filais une chemise de nuit, aussi à rallonge que la mienne, et on se cala toutes les deux dans mon lit. J'avais l'impression de refaire une de ces soirées pyjamas avec ma sœur. On fixait le plafond, série de bâillement en règle, yeux qui pochaient. On s'endormit après un dernier rire. Une vrai amitié était en train de s'installer.


made by lizzou – icons & gif by tumblr

descriptionPlus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente. EmptyRe: Plus l'amour est mystérieux, plus il a de force ; plus il est secret, plus il augmente.

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum