Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see Emptythe closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

C’est la première fois que je mets les pieds aux Etats-Unis. Dix-sept ans coincée au même endroit, du côté de Galway. Avec mes études, j’ai pu commencer à bouger, à prendre goût à l’univers. Au plus grand désespoir de Liam. Mes stages ont augmenté le nombre et l’intensité de nos disputes en développant mes envies de liberté et de voyages. Par contre, je ne suis jamais venue aux Etats-Unis, alors, en descendant de l’avion, c’est… indescriptible. Tout est démesuré ! Il y a des boutiques partout, des taxis, des gens qui râlent. J’essaye de faire bonne figure, je me fais déjà chambrer par les collègues parce que je suis la plus jeune du groupe détaché pour cette mission, alors pas la peine d’ajouter de l’eau à leur moulin. Il a déjà fallu que je montre les crocs – métaphoriquement parlant – pour m’imposer dans l’équipe des tireurs d’élite, alors je compte bien ne pas devoir me battre pour légitimer ma place ici.

Nous sommes trop nombreux pour transplaner. Des tireurs, comme moi, des enquêteurs. Pas d’Aurors pour une fois, on ne soupçonne pas de mages noirs. Mais le cas est assez grave pour nécessité une coopération internationale. Il faut dire que les modes opératoires des meurtres qui ont eu lieu sur le sol anglais et américain sont très similaires. Et ça, ça n’aide pas non plus mon cher Alpha à se calmer. Déjà ces histoires avec les vampires meurtriers, que le bureau suit avec attention, et les louveteaux enlevés le rendent dingues, alors cette affaire en prime, sachant que je devais échapper à sa surveillance pendant quelques jours, ce n’est pas bon du tout pour sa santé mentale. Ou pour celle de la meute en générale.

Ilvermorny. Rien à voir avec l’école irlandaise. Rien du tout. C’est majestueux. Pourquoi l’université ? Tout simplement parce que nous devons rencontrer un enseignant, qui sera notre consultant sur cette affaire. C’est du moins ce que mes supérieurs ont décidé. Un certain Nostradamus Sambou, un chaman. Et vu comme l’enquête patauge, on a bien besoin d’un coup de main.

« Reagan, tu viens avec moi, nous allons rencontrer le professeur Sambou avec Monsieur Brinwall. Vous deux, vous allez au Macusa, et vous, vous éplucher les dossiers des étudiants qui ont pu être de près ou de loin en contact avec les victimes. »

Je hoche la tête. Ok, alors je vais suivre les deux inspecteurs en chef. Brinwall, le chargé de l’enquête à New-York et Grants, mon supérieur. Pourquoi ils ont besoin de moi, bonne question. Même si je soupçonne mon chef d’envisager un meurtre « à distance ». Je commence à le connaitre, depuis presque un an. S’il fait appel à moi alors qu’on n’est pas près de mettre la main sur le coupable, c’est parce qu’il doit envisager que nous avons un talent en commun, lui et moi. Et je manipule très bien la baguette. Enfin, je pense que c’est ça. Il n’est pas du genre à me choisir pour ma nature. Si ?

On traverse donc l’Université, sous l’œil curieux des étudiants. Puis nous arrivons au bureau du professeur. Grants toque et nous entrons, pour découvrir un homme derrière son bureau. Je trouve immédiatement son visage avenant, mais il parait sans âge.

« Professeur Sambou, merci de nous aider. Je suis l’inspecteur Brinwall et voici mon homologue de Londres, l’inspecteur Grants. Et miss Cavanaugh, tireuse d’élite. »

Je tends la main pour le saluer. Oui, moi non plus je ne sais pas bien ce que je fais là.

« Enchantée »

« Généralement, nous laissons… les âmes en paix, commence Grants, mais là, nous avons besoin d’elle. Nous n’avançons plus et nous avons besoin d’informations de première main. »

Je n’ai jamais connu de chaman, je ne sais pas vraiment comment son don fonctionne. Même ce qu’il enseigne d’ailleurs. La magie sans baguette. Ça me dépasse en réalité. Mais j’essaie de ne pas perdre la face.

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see  
Nostradamus avait été contacté par une coalition d'enquêteurs anglo-américaine, il devait apporter son aide avec ses capacités de chaman. Il avait accepté bien sûr, il le faisait toujours. Il aimait pouvoir aider, il savait qu'on ne faisait appel à lui que lors de cas un peu désespéré et peut-être que c'était mieux ainsi. Il fallait aussi que ses enquêteurs fassent leur boulot après tout. Nostradamus était assis dans son bureau parlant avec les deux esprits habitants son corps, chacun y allant de sa petite théorie. Il sursauta quand il entendit quelqu'un toquer à la porte.

"Entrez, entrez !" Les invita Nostradamus en se levant de son siège. Son bureau était hum plutôt bordélique il fallait avouer. Un peu comme son esprit. Il y avait des livres et des feuilles volantes dans tous les coins. De nombreuses images de créatures magiques, ou de phénomènes magiques étaient accrochés sur les murs. C'était un peu le chaos, mais c'était sa manière à lui de pouvoir réfléchir. Les images, les odeurs, les sons pouvaient l'aider à entrer en transe.

Pourquoi ont-ils amené une tireuse d'élite ? Questionna une voix féminine dans la tête du Professeur. Une femme.

Tu aimerais savoir, hein Druella. Se moqua une autre voix, celle d'un homme. Il paraissait plus jeune.

Le professeur Sambou secoua la tête pour essayer de se concentrer sur la conversation à venir.

"Enchanté Messieurs, Mademoiselle." Il serra la main de chacun, une poigne ferme et sûr. Un sourire avenant comme toujours, il paraissait toujours très sympathique. Il fronça les sourcils, son regard se fit vide une longue minute. Discussion en privé entre Druella, Andrew et lui même. Il avait finit par hausser le ton pour leur dire de se taire, qu'il avait besoin de plus d'informations pour travailler. Il cligna des yeux, il pouvait presque sentir le silence inconfortable suite à son absence.

"Excusez moi Andrew et Druella sont très curieux au sujet de cette affaire ! C'est assez rare que vous me demandiez de l'aide. Oh vous avez raison, il n'est pas dans mes habitudes de déranger les âmes pour un rien non plus ! Mmh vous disiez donc, que vous aviez besoin de mes compétences, c'est cela ? Vous êtes resté assez vague lors de nos différents échanges. De quelle affaire parlons nous ?" Demanda presque gaiement Nostradamus, il semblait toujours de bonne humeur.

Invitez les à s'assoir, bougre d'âne !

"Excusez mon impolitesse ! Asseyez vous. Vous souhaitez quelque chose à boire ?" Demanda le grand noir. D'un mouvement de la main il avait fait venir des fauteuils d'un coin de son bureau. Il avait aussi tendance à passer du coq à l'âne en un éclair, merci à ses invités spectraux.

© 2981 12289 0

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

Je prends le temps d’observer cet homme et son environnement tandis que mes supérieurs exposent la situation au professeur Sambou. Tout est en… bordel, je crois qu’il n’y a pas meilleur terme. Mais il parait que le bordel est signe d’une grande intelligence. Si cette théorie s’avère exacte, alors monsieur Sambou doit être un génie. Mai un génie étrange vu le silence qui suit les salutations. Il est relativement âgé, néanmoins il dégage une impression de grande bonté. Toutefois, bien que généralement mon instinct pour juger les personnes ne me fasse jamais défaut, cette fois, je ne parviens pas à me faire une idée. Peut-être est-ce dû à son regard qui se perd dans le vide. On ne peut pas vraiment connaitre quelqu’un qui détourne le regard, n’est-ce pas ?

« Andrew et Druella ? »

Ça m’échappe. Nous ne sommes que quatre dans la pièce et il n’est pas censé en discuter avec d’autres personnes. Mais Grant me jette un regard qui veut dire « tais-toi Reagan et fais toi toute petite ». Message compris. Brinwall s’apprête à lui exposer l’affaire quand le professeur Sambou nous invite à nous assoir et nous propose un verre, que bien sûr nous refusons. En revanche, nous prenons place.

« En Angleterre comme aux Etats-Unis, une vague d’assassinat a eu lieu. Avec le même mode opératoire, la même marque d’impact, commence Brinwall en lui tendant les dossiers.
- Les victimes ne se sont jamais défendus semble-t-il. Aucune trace de coups, mais cette petite marque là. »

C’est justement cette marque qui me laisse imaginer un tir de baguette à distance. Mon chef tourne la tête vers moi. C’est à moi maintenant ?

« Vu l’angle de l’impact, s’il s’agit d’un tireur de baguette, il est extrêmement doué, avec une vue et des réflexes particulièrement affinée. »

Mais ça peut être autre chose, évidemment, voilà pourquoi nous sommes là : parce que nous n’avons aucune piste réelle.

« J’ai senti du sang de dragon. C’est du moins l’impression que j’ai eue, mais on n’en a trouvé aucune trace. »

Mon odorat, normalement développé, me joue des tours sur ce coup-là. Les enquêteurs n’ont rien trouvé.

« Nous n’avons trouvé aucun lien entre les victimes, reprend Grant, cela a commencé chez nous, à Londres et cela a gagné New-York il y a deux semaines. Ça fait mal de l’admettre, mais aucune de nos pistes n’aboutit.
- Vous pensez qu’une âme accepterait de témoigner ? »

Je regarde Brinwall puis le professeur Sambou. Il… Il peut vraiment faire ça ? Genre… les âmes des morts ? D’autres âmes ?

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see  
Nostradamus cligna des yeux, il haussa un sourcil en direction des supérieurs de la jeune femme. N'avaient-ils donc rien expliqué en venant ici ? Ah moins qu'il ne leur ai pas parlé ? C'était probable. Son regard se dirigea vers la jeune femme, il lui fit un sourire malicieux.

"Je crains que vous ne puissiez les voir Mademoiselle Cavanaugh, mais ils vous saluent." Ajouta Nostradamus toujours avec malice, sans préciser quoique se soit de plus. Il ne se doutait pas que pour qui ne vivait pas dans sa tête, il paraissait un peu original. Ahem, euphémisme du siècle mais il n'était pas le genre d'homme à s'embarrasser de longues explications quand ses convives semblaient pressés. Il prit les dossiers qu'on lui tendait tout en écoutant attentivement les paroles de ses invités.

Ca a l'air sérieux. Remarqua Druella.

"Une idée du sort qui a pu causer cela ?" Demanda Nostradamus en regardant attentivement les dossiers et surtout les photos présentes dans ceux-ci. "Je comprends bien que c'est un sorcier, mais un sort de mort ne fait aucune marque. A moins que cette marque soit faite comme une signature ? "

Cette histoire de sang de dragon, ça pue. Annonça Andrew suspicieux.

Merveilleuse analyse Andy ! Se moqua Druella.

Tais toi vieille peau ! C'est vraiment bizarre cette histoire de sang de dragon, comment a t'elle pu le sentir d'ailleurs ? Demanda Andrew.

Le regard de Nostra s'était perdu une nouvelle fois, pris dans ses propres réflexions et celles de ses colocataires spectraux. Il jeta soudain un regard perçant à la jeune femme. La remarque d'Andrew était juste. En fait cela ne pouvait vouloir dire qu'une seule chose, elle était une créature magique. La curiosité de Nostra était à son paroxysme. Autant pour l'affaire que pour la jeune femme.

"Les âmes peuvent s'avérer capricieuses surtout devant une mort brutale et inattendue. Mais cela pourrait sans doute apporter des informations supplémentaires. Ont-elles souffert avant leur mort d'après vos médicommages ?" Demanda Nostradamus, c'était important pour la suite des évènements.
© 2981 12289 0

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

Andrew et Druella me saluent… ok… bon, puisque tout le monde a l’air de trouver cela normal, on va faire comme si c’était normal et ne réponse suffisante. Et puis, le principal, c’est qu’il nous fournisse des réponses sur les cas qu’on lui présente. Les familles des victimes attendent des réponses et on ne peut pas les faire attendre éternellement, ce n’est pas juste. Sans compter que plus on patauge, plus le risque est grand que le coupable recommence.

« Pour le moment, on n’a pas repéré de sort qui pourrait coïncider. C’est tout à fait possible que ce soit une marque. »

Nouveau regard de mes chefs. Bien, bien, je me cale dans ma chaise et je me tais. Mais il est vrai que cette théorie arrange mon orgueil, j’aurais été bien déçue de découvrir que je ne suis pas la meilleure tireuse que Londres ait connue. Oui, je sais, orgueil mal placé en cet instant, mais je n’ai jamais aimé être battue, à quoi que ce soit.

Je sens alors le regard perçant du professeur sur moi. C’est étrange… Que fait-il ? Que cherche-t-il à faire ? Oh merlin ! Ce n’est tout de même pas un Legilimens qui est en train de me marabouter le cerveau ? J’essaie de ne penser à rien. Mais si je ne pense à rien, il va sentir que je veux cacher ce à quoi je pense. Je reste silencieuse, évitant les contacts oculaires avec le professeur. S’il me fait le sort de legilimancie, c’est plus facile quand il y a contact oculaire, et je ne vais pas lui faciliter la tâche.

« Apparemment ça a été rapide. Efficace et rapide, reprend l’américain. Tous sont morts sur le coup.
- Et il n’y a aucun profil type qui se dégage parmi les victimes. Quant au sang de dragon, ce n’est pas prouvé. »

Je me retiens de lever les yeux au ciel. Je l’ai senti, je n’y peux rien ! Je sais que les analyses n’ont rien trouvé qui accréditerait cela, mais j’ai quand même un certain odorat. Je me décide à regarder le professeur, l’air de dire « je sais ce que je raconte ». Bon, d’accord, je n’ai pas la moindre idée de ce que viendrait faire du sang de dragon sur un corps, mais après tout, ça a des vertus extraordinaires parait-il. Bon de toute façon, on est paumé. Ça ne sert à rien de tourner autour du pot. Mais n’empêche, je ne peux m’empêcher de songer à ce qu’il a dit sur les âmes. Je me demande dans quel état est celle de ma mère. Parce qu’elle, elle a connu une mort plus que violente. J’aurais pu mourir la même nuit qu’elle. J’espère au moins qu’elle est en paix.

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see  
La gamine croit que tu lis dans ses pensées Nostra. Remarqua la voix trainante d'Andrew.

Le vieil homme cligna des yeux encore une fois, arrêtant de fixer la jeune femme. Il ne savait pas pratiquer la legilimencie en plus, il supposait que fixer intensément quelqu'un comme il venait de le faire était assez perturbant. Il c'était tellement habitué à être fixer par tout le monde qu'il ne se rendait pas compte que cela pouvait être gênant ou mal interprété.

"Quelque chose qui n'est pas prouvé, ne veut pas dire que cette chose n'existe pas. Vous ne devriez pas écarter cette preuve non confirmée si aisément." Sourit Nostradamus.

"Vous savez il y a de nombreux rituels qui demandent du sang de dragon dans leur conception. Je sais bien que les rituels de type chamanique son très peu usité sur ce continent mais il n'en reste pas moins qu'ils existent et nécessitent des ingrédients exotiques. Le sang de dragon est aussi utilisée dans certaines potions, ce n'est pas parce que vous n'avez pas trouvé de trace physique de sa présence qu'il n'y en a pas eu. L'odorat de mademoiselle aurait pu sentir les reliquats du sang utilisé lors de l'un ou l'autre. Ce sang à une odeur assez particulière et forte, bien que je ne m'explique pas comment vous avez pu le sentir ?" Demanda curieusement l'homme en se tournant vers la plus jeune. Il semblait y avoir une curiosité sincère dans ses yeux. Il vit bien que son petit cours improvisé avait renfrogné les deux hommes. Il venait après tout de les remettre gentiment mais sûrement à leur place.

Tu as l'art et la manière de leur mettre le nez dans leur bêtise Nostradamus. S'amusa Druella.

"Avez vous une victime qui aurait selon vous, vu son agresseur ?" Demanda Nostra, autant demander directement à la bonne personne si la disposition ou le visage des victimes avaient pu montrer quoique ce soit. Interroger chaque victime allait être fastidieux et épuisant.
© 2981 12289 0

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

Voilà ! Merci professeur ! Ça fait des jours et des jours que je dis qu’il y a une odeur et qu’ils ne me prennent  pas au sérieux. Pourtant, ils me connaissent, ils savent très bien mes « capacités ». Mais bon, heureusement, il y en a un qui suit dans cette salle. J’écoute avec attention ce qu’il évoque à propos des rituels. Les potions et rituels ne sont pas mon point fort. Je n’étais pas nulle à l’école, mais mon truc, clairement et depuis toujours, c’est la magie par baguette. Mais si lui dit qu’il y a des rites, on est là pour le croire après tout. En plus, le chamanisme c’est son domaine, clairement pas le nôtre. Et je suis, je dois le reconnaitre, silencieusement amusée qu’il remette mes supérieurs à leur place.

Je tourne de nouveau la tête vers le professeur. Il n’a pas deviné ? D’un autre côté, ça veut dire aussi que mes supérieurs n’ont pas jugé utile de le mentionner, et ça, c’est cool, parce que je suis bien considérée comme n’importe qui. Mais je n’ai pas non plus honte de ce que je suis. J’en suis même fière et je ne l’ai jamais caché.

« Je suis demi-louve. C’est pour cela que j’ai un odorat… affûté. »

Sous-entendu plus affûté que celui de mes supérieurs ici présents mais je n’ai pas le droit de le dire à voix haute sous peine de soufflante. Mais je sens déjà que Brant va me le faire payer, d’ailleurs, il se tourne vers moi, l’air de dire « allez cocotte, tu as fait ta maligne, vas-y ». Ok, ok… Je réfléchis aux différents cas, me les passant en revue en tête.

« Je dirais l’homme de Bristol. Un sorcier. Vu l’angle de la tête par rapport à la marque notamment. Mais je ne peux pas le garantir. Tout dépend exactement de quand notre type les marque. D’ailleurs, vous avez déjà vu ça ? On dirait presque qu’on a collé une baguette sur la peu et lancé un sort de feu… Mais ça ne sentait pas le brûlé. »

C’est le flou total. Toute cette affaire, c’est le flou total. Son pouvoir aussi, pour moi. J’ai un peu de mal à comprendre exactement en quoi il consiste.

« Professeur Sambou, j’ai une question, et je pense que plutôt que de patauger, je préfère vous la poser. Je ne comprends pas bien. Le chamanisme, ça consiste en quoi ? Je ne connais guère que la nécromancie pour communiquer avec les personnes… décédées. Et vous ne m’avais pas l’air sculpté dans ce bois là. »

Quoi ? J’essuie les regards sévères des deux inspecteurs. Il vaut mieux demander quand on ne sait pas, non ?

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see  
Le regard de Nostra s'alluma d'une lueur curieuse. Il était fasciné par de nombreuses choses dans la vie. Et la magie était une source inépuisable d'apprentissage tout au long de sa vie. Il était un passionné, un être curieux, ne jugeant jamais préférant juger les gens par leurs actions et non par leur sang. Le sang pouvait mentir, pas les actions. Les pouvoirs et capacités des créatures magiques ou semi-créatures étaient tout simplement fascinant.

"Voilà qui est intéressant. Et vous doutez des capacités de cette charmante jeune femme ?" Demanda Nostradamus, un peu réprobateur. Il avait eut l'occasion de rencontrer de nombreuses personnes au court de sa vie. L'odorat des personnes comme la jeune femme était à prendre au sérieux.

"Nostra tu vas les vexer." Interrompit la vois de Druella blasée.

"Vise le regard de tueur de ce Grant envers la demi-louve. Il a quoi celui là, ses règles ?" Se moqua Andrew. Nostra eut bien du mal à se retenir d'éclater de rire. Le grand noir repris son sérieux rapidement par la suite, écoutant attentivement la jeune femme. Il fronça les sourcils, quelque chose semblait vouloir se rappeler à lui mais ça lui échappait encore.

"Je ne sais pas, peut-être. Et la marque est toujours disposée au même endroit ? De quelle couleur est-elle ?" Une idée commençait à se former dans son esprit, et il préférerait se tromper. Il pensait à un rituel, et c'était une magie mortelle, obscure pratiquée par les nécromanciens. Habituellement, ils ne s'en prenaient pas aux vivants... Enfin sauf si, sauf si ils avaient besoin de leur magie. A quelle fin cependant ? Ce n'était pas de la magie noire comme l'entendait la plupart des sorciers, indécelable pour ceux ne la pratiquant pas.

"J'avais dit que ça puait cette affaire." Renfila Andrew.

"Je n'aime pas beaucoup ça non plus." Avoua Druella inquiète par le tournant des pensées de Nostradamus. Si ce que pensait Nostra était à l'oeuvre, il y avait bien plus à qu’inquiéter pour ces meurtres.

"Question pertinente Mademoiselle. Le chamanisme et la nécromancie sont pourtant deux disciplines bien que similaires assez éloignées. Celui qui pratique la nécromancie peut arriver à parler avec les morts, mais il a besoin d'un corps pour cela. Mais surtout ils jouissent d'un pouvoir de vie et de mort, ils peuvent réanimer des corps morts et avoir tout pouvoir sur eux. Ils peuvent rappeler les âmes dans les corps mais toujours dans un but d'asservissement. Il n'y a nul bonté chez un nécromancien, c'est une magie vile et corrompue. Le chamanisme se base essentiellement sur la méditation, un état de transe pour atteindre les âmes et entrer en contact avec elles. On peut éventuellement ramener une âme dans un corps, accrocher l'âme au corps mourant le temps pour quelqu'un de le guérir. Mais cela n'est pas une science exacte, nous ne sommes pas tout puissant comme le sont les nécromanciens sur les âmes qu'ils appellent." Répondit Nostradamus sérieux.

"Honnêtement vu tous les éléments que vous m'avez apporté, je crains qu'un nécromancien soit impliqué." Ajouta gravement l'homme. Il regarda les deux hommes dans la pièce.

"Je vais essayer de rentrer en contact avec l'âme de cet homme de Bristol, mais ce ne sera pas chose aisée. Surtout si comme je le soupçonne, un nécromancien est impliqué." D'un mouvement de la main, un espace se dégagea dans l’amoncellement de livres qui se rangèrent d'eux même. Il y avait une sorte de pentacle runique dessiné au sol. De l’encens brûlait dans l'air. Il se préparait à la transe. Il bu une mixture pour l'aider à entrer en transe afin de communiquer avec l'esprit qu'il recherchait. Il s'assit en tailleur au centre du pentacle. Les voix des personnes présentes s'assourdirent. Il se sentit partir, et d'un seul coup il n'était plus dans son corps. Plus vraiment, c'était comme une projection de son esprit dans l'autre monde. Après plusieurs minutes de recherche, il trouva enfin l'âme du défunt. Elle était affreusement mutilée, elle hurlait de douleur. Nostradamus s'approcha doucement, prudent et inquiet. L'âme ressemblait bien trop à ce qu'il avait pu voir après le passage d'un nécromancien. Il n'aimait pas ça du tout. Quand son regard tomba dans celui de l'âme des images l'assaillirent.

De l’extérieur, plusieurs minutes s'étaient écoulées, puis bientôt une demi heure était passée. Soudain le corps de Nostradamus se raidit, il ouvrit la bouche comme dans un cris silencieux. Son corps sembla pris de spasmes avant qu'il ne revienne à lui brusquement. Mais ce n'était pas tout à fait lui, tout du moins pas uniquement.

"Aidez moi, par pitié. Que ça cesse." Souffla la voix plaintive semblant sortir de Nostradamus, ses lèvres bougeaient mais cela ne semblait plus être la voix grave et chaude du chaman.
© 2981 12289 0

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

S’il y a bien un truc que je n’aime pas, c’est qu’on ne me prenne pas au sérieux. Et j’ai de la chance, le professeur Sambou, lui, il semble croire en moi. Mais pourquoi m’avoir amenée ici, moi, une simple tireuse de baguette magique, si mes chefs n’ont pas foi en mon instinct ? C’est insensé. Insensé et profondément stupide. Mais passons. Sans vraiment m’en rendre compte, je prends de l’assurance et commence à diriger les investigations, oubliant presque les inspecteurs, pour interagir exclusivement avec le Professeur.  D’ailleurs, je récupère les dossiers sans un regard et sans un seul mot à leur attention.

« Effectivement, maintenant que vous le dites… Regardez, toujours au même endroit, d’un carmin sombre. Vous avez déjà vu ça ? »

Il a mis le doigt sur quelque chose en tout cas. Est-ce que ça a un rapport avec son pouvoir, avec sa magie ? Je ne connais guère que la magie des sorciers et des loups, mais il y en a tant d’autres… N’étant jamais sortie de l’Irlande ou de l’Angleterre auparavant, je n’ai pas eu l’occasion d’en côtoyer d’autres. J’écoute alors avec un intérêt non feint ses explications. Réanimer des corps morts… Mes poils se hérissent. Ce n’est pas normal cela… Mais… un nécromancien pourrait ressusciter ma mère ? Non, je ne dois pas réfléchir comme cela. Elle n’aimerait pas cela. En tout cas, c’est effrayant, et je n’aimerais pas rencontrer de Nécromancien. Le chamanisme me parait plus doux, plus respectueux. Alors si grâce à cela nous pouvons rendre justice aux défunts, alors c’est une bonne chose.

« Merci pour vos explications, professeur. »

Je hoche la tête, sincèrement contente d’en savoir davantage. Mais inquiète de la sentence. Un nécromancien qui tue en Angleterre et aux Etats-Unis ? C’est vraiment loin d’être une bonne nouvelle. Et euh… on va vraiment assister à ça, là, maintenant ? Il va réellement contacter une âme devant nous ? C’est possible ? Je regarde, étonnée, les livres se ranger, un pentacle apparaitre. Je plisse le nez sous l’odeur violente d’encens qui surgit. Je le regarde, silencieuse, tandis que j’entends mes chefs discuter à voix basses. Ça prend un temps fou, mais je ne bouge pas, à l’affût du moindre signe de danger, mais rien. Jusqu’à ce cri qui me fait sursauter. Il est pris de convulsions et se met à parler. Je n’ose franchir le pentacle au début, mais cette voix… ce n’est pas la sienne, c’est celle de quelqu’un qui souffre atrocement.

« Qu’est-ce qui vous arrive, monsieur. Dites-moi ce qui vous arrive pour qu’on vous aide !
- ça fait mal, il me…
- Qui est-ce ? A quoi est-ce qu’il ressemble ? Qu’est-ce qu’il veut ?
- Ma magie… il veut ma magie…
- Pourquoi ?
- pour tuer tout le monde, toutes les magies… Bronx… »

Il s’arrête, d’un coup. Je regarde mes supérieurs et je crois qu’on a tous l’air inquiet. Un nécromancien... qui veut toutes les magies pour éliminer tout le monde ? Alors ce serait pour cela qu’il n’y a pas de point commun entre les différentes victimes, il prend des pouvoirs et des natures différentes.

« Il faut établir la liste des dons, des natures et des sangs ! »

Je sais, l’ordre hiérarchique n’est pas vraiment celui-là mais tant pis. Il faut qu’on voit ce qui lui manque et ce qu’il a déjà dans sa collection. Moi je reste aux côtés du professeur, qui semble lentement refaire surface.

« Professeur ? Vous allez bien ? Vous avez pu voir son visage ? »

Je ne sais pas s’il était réellement conscient ou si sa mémoire a pu fusionner avec celle de la victime. Parce que je ne sais pas, mais le Bronx, je crois quand même que c’est vaste.

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see  
Nostradamus regarda attentivement la marque que lui montrait Reagan et il pinça les lèvres. Il n'aimait pas ça du tout, ça sentait le nécromancien de plus en plus. Une branche de la magie pervertie et pourrie jusque dans ses bases. Elle était malfaisante par définition, puisque les motivations de ses utilisateurs étaient néfastes. Il n'y avait pas d'altruisme ou de gentillesse en nécromancie, jamais. Il y avait toujours un prix à payer.

"Oui et non. Je ne l'ai pas vu de mes propres yeux, mais honnêtement je préférais me tromper. Nous serons fixés quand j'aurais pu rentrer en contact avec les âmes des défunts." Répondit gravement Nostra, très sérieux tout à coup.  

"De rien ma chère, je suis plus qu'heureux de dispenser mon savoir." S'amusa le grand noir avec un léger sourire. Il n'avait pas choisi sa profession sans raison après tout. Il était le genre de professeur à penser qu'il n'existait pas de questions bêtes.

Les minutes avaient paru longues à Nostradamus, la douleur qui parcourrait le défunt semblait sans fin. Pour une fois Andrew et Druella étaient silencieux. Il y avait quelque chose de terriblement inquiétant dans l'état de mutilation de cet âme. Le corps avait été siphonné de sa magie, mais pas seulement. Le meurtrier avait aussi prélevé du sang, pas assez pour que cela soit repérable par les médicomages. Cependant, bien assez pour des rituels. Le sang était porteur de magie, et le sang des sacrifiés encore plus. Mais ce n'était pas de la magie saine, c'était une magie sombre et glacée. Le noir avait vu des images pendant sa courte connexion avec l'âme mutilée. Et bien qu'il n'avait pu voir le visage du meurtrier, il avait vu ce qui semblait être un parc. Il y avait des arbres et une construction sous terre. Difficile pour lui de voir au delà de ce qu'avait vu l'âme du mort. Il reprit conscience brusquement quand le lien entre  lui et le défunt se coupa. Il haleta, c'était un exercice épuisant à chaque fois. Instructif mais épuisant. Il tourna son regard  vers la jeune femme qui s'enquérait de sa santé.

"Je vais bien Mademoiselle. C'est juste épuisant, le voyage astrale est éreintant pour le corps et l'esprit. Le fait que l'âme du défunt soit atrocement mutilé n'a pas aidé." Avoua Nostradamus avec une légère grimace.

"Je n'ai pas vu son visage non, mais l'âme de vôtre victime l'a suivi à sa mort. J'ai cru reconnaître le Bronx. Il y avait un parc, avec un bois, il y avait une construction souterraine. Je ne saurais dire si la construction était préexistante ou si elle a été créé récemment. Les images étaient comme brouillée, certainement à cause de la perte de magie du défunt." Les sentiments avant la mort et la perte brutale de magie avait rendu l'âme confuse et souffrante. Aveuglée par sa douleur, elle avait suivi par instinct son bourreau. Les information récoltées étaient donc plutôt nébuleuses.

"Je ne sais pas ce que vous trouverez là dessous, ni même si vous trouverez cet endroit. Mais que chacun fasse attention, ce lieu suintait le mal. Je ne saurais dire le but exact de ce nécromancien, mais cela ne semble pas dans l'intérêt de la population." Ajouta Nostradamus sérieusement.
© 2981 12289 0

descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
the closer you think you are,
the less you’ll actually see.
Nostradamus Sambou & Reagan Cavanaugh

C’est foutrement impressionnant, ce qu’il vient de faire. Je ne savais même pas que c’était possible de communiquer avec les âmes. Je trouve déjà les legilimens bizarres, alors ça, ça dépasse de loin le truc en terme d’étrangeté. Mais il nous a réellement beaucoup aidés. Je n’aime pas trop ce que nous avons découvert, mais au moins maintenant nous avons une piste.

« Il a parlé du Bronx en effet. On va chercher cet endroit, on va le trouver. »

Je jette un coup d’œil à mes supérieurs, l’un d’eux est déjà en train d’étudier une carte magique, tandis que l’autre griffonne sur un papier. Non, il est certain que ce nécromancien n’est pas l’ami de l’humanité.

« Je sais. Apparemment il veut détruire toutes les magies. C’est pour ça qu’il n’y a aucun point commun entre les victimes. »

Mon chef me tapote l’épaule et me tend le papier sur lequel il a listé les victimes, leurs natures et leurs dons.

« Regardez, sorcier et créature…Et il a presque tous les dons aussi, mis à part un fourchelang. J’ai peur qu’il tente de créer une arme ou un sort capable de neutraliser toutes les magies. On va le retrouver. »

J’aide le Professeur à se redresser et surtout à reprendre place dans son fauteuil, derrière son bureau. L’inspecteur américain reprend alors la parole.

« On a déjà quelques zones à explorer. Grâce à vous, Professeur. Vous nous avez été d’une grande aide. »

Il lui tend une main. Mon chef en fait de même. Ils sont déjà prêts à partir traquer ce nécromancien. Et je sens qu’on va en passer des heures à fouiller et retourner le Bronx. Sans compter que s’il est vraiment sous terre, mon odorat ne va pas nous aider. Mais lui, le professeur, il nous a vraiment permis de progresser. Mais ça m’embête de partir comme ça, avec tout ce qu’il a fait pour nous.

« Prenez un verre d’eau, dis-je en m’assurant qu’il va réellement bien. Nous vous devons vraiment beaucoup. Pour vous, pour ces âmes, on va faire tout ce qu’on peut. »

Je me penche un peu, pour n’être entendue que par lui, et lui adresse un clin d’œil.

« Et merci d’avoir rabattu leur caquet. Je vous promets qu’on va faire tout ce qu’on peut. Merci pour votre temps, professeur. »

Je lui adresse un sourire et je suis mes supérieurs. C’est une vaste enquête qui nous attend, et je dois admettre que c’est assez angoissant. Est-ce que ce nécromancien se contente d’une « réserve » ? Est-ce qu’il est vraiment sur le point de trouver une arme ? Et quelles sont ses motivations ? Il faut qu’on élucide tout cela.

black pumpkin

_________________

L'amour d'un père est plus haut que la montagne.
L'amour d'une mère est plus profond que l'océan



descriptionthe closer you think you are, the less you’ll actually see EmptyRe: the closer you think you are, the less you’ll actually see

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum