Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz


Wolfgang Amadeus Parkinson
Auror, 24 ans


Sainte Mangouste - Juillet 2018 - Flash Back

C'était un tournant de ma vie, je le sentais, comme le jour où ma sœur était venue au monde. Je savais qu'aujourd'hui c'était un changement qui allait me faire devenir un autre homme. Comme le jour de la mort de notre père. Le jour où j'étais devenu l'alpha de la maison, si petit déjà. Le jour où j'avais assumé ce rôle de protecteur. J'avais forgé toute ma personnalité sur cette force, sur celui qui maîtrise, c'était comme ça que j'avais appris à être celui que j'étais aujourd'hui. Assez fort pour soutenir ma sœur. Je n'avais eu personne pour me guider tout au long de ma vie, si ce n'était ma mère. J'avais tout arrêté pour elle, pour rester à son chevet durant sa maladie. J'avais continué les études par correspondance pour m'occuper de ses soins à domicile, j'avais permis à Saoirse de ne pas subir toute cette pression. Elle était à l'école, à sa place. Ce n'était pas son rôle, voir sa mère mourir, c'était le mien.

Mais ce jour là, son cœur était faible, et sa respiration plus courte. J'avais appelé les Médicomage qui m'avaient demandé de l'amener ici. Je n'aimais pas ça, la voir dans cet endroit aseptisé, mais je restais un fils. Un fils qui avait espoir de ne pas perdre sa mère. C'était la fin, c'était ce que m'avait annoncé les médecins. J'appelais Saoirse. Elle ne m'aurait jamais pardonné de ne pas l'avoir fait.

Cette mère qui nous avait donné la vie et que nous allions guider vers la mort. Ce moment où la génération s'éteint. Je rentrais dans sa chambre en attendant ma sœur. Le cœur serrait. Elle était là, les yeux encore brillants. Elle me souriait. "Tu sais que ton père serait fier Amadeus ?" Je répondis par un sourire. Chacune de ses phrases étaient un miracle que je ne voulais pas briser. "Dis moi juste que ça va aller pour vous ?" Je m'approchais de son lit, m'installant à ses côtés. Je serrais sa main.

"Je suis prêt tu sais. Pour ce moment. J'aimerai tout faire pour que tu restes, mais je suis prêt pour que tu partes. Pour moi ça ira maman, et je ferai tout pour que ça aille pour Sai' tu sais." Elle serra ma main avec tout ce qu'il lui restait d'énergie. "Je ne vous quitterai jamais vraiment." Je respirais profondément. "Tout ceux qui partent restent. Tu es la moitié de moi maman, tu es cette partie si douce et humaine de ma nature. On aurait pu pensé que papa m'avait donné la partie la plus forte, mais finalement c'est toi." Elle caressa mon visage, j'attrapais sa main pour en embrasser le dos.

Je fermais les yeux. Plus jamais je ne sentirai son odeur, c'était ce qui me faisait le plus peur. De toute ma vie, plus jamais je ne connaîtrais une odeur semblable à la sienne, celle de la vie, de la naissance. Je sentais que le monde s'effondrait, que la terre s'ouvrait sous mes pieds et que j'allais être avalé dans ses entrailles, et puis j'entendis son pas, son odeur à elle. Ma chair, mon sang. Je reconnaîtrai ces battements de cœur au milieu de millier d'autres. "Saoirse, je reviens maman !"

Je reposais la main de ma mère sur le lit d’hôpital pour me diriger dans le couloir. Je refermais la porte derrière elle. Nos regards fraternels se jugeaient, ses grands yeux noirs me tourmentaient, me défiaient. Non, je serai son roc, je ne m'ébranlerai pas devant elle. Jamais. Je lui en faisais la promesse. Je secouais ma tête. Elle pouvait s'effondrer, elle, mille fois si elle le voulait, mais moi j'étais celui qui serait son guide. Droit, debout, toujours pour elle. J'assumais ça. J'ouvrais mes bras, réceptionnant son cœur douloureux. Je la serrais fort, je caressais ses cheveux, embrassant son front. "Elle t'attend. Elle va partie Sai', c'est aujourd'hui."


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


"Je dois maintenir le calme avant la tempête. Ouais ma vie est ce pour quoi je me bats. Je ne peux scinder la mer, ne peux atteindre le rivage. Et ma voix devient une force conductrice. Je ne laisserai pas ça me faire chavirer."

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz

       
Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu.

Juillet 2018

       
Vous connaissez ce moment ? Quand tout semble aller pour le mieux, que vous n'avez pas connu trop d'emmerdes, que vous pensez enfin voir le soleil percer à travers les nuages ? Et puis, quand tout d'un coup, la brusque réalité vous revient en plein visage. Vous n'avez rien demandé. Vous vouliez juste vivre votre vie. Mais celle-ci s'accompagne de son quota de douleur, de souffrance et de peine. Pourtant, je pensais qu'on en avait fini après tout ce que nous avions enduré Wolfgang et moi. Je pensais qu'après avoir été renié par les familles Sang-Pur, qu'après avoir vécu la Guerre contre le Seigneur des Ténèbres, qu'après avoir vu papa se battre en vain contre la mort, je pensais, naïvement surement, que nous n'aurions plus à souffrir de cette manière. Je me trompais.

Quand il m'appela, d'une voix tendue et nerveuse, je compris tout de suite. Elle était malade depuis si longtemps déjà. Amadeus avait refusé que j'arrête mes études, il estimait que c'était à lui de porter ce nouveau fardeau. Mon frère. Celui qui avait toujours tout donné pour notre famille. Il était mon grand frère, l'alpha, celui qui me guidait, celui qui me rassurait, celui avec qui je me chamaillais. Mais aujourd'hui plus que jamais, je le haïssais. Je le haïssais de n'avoir pas réussi à sauver maman. De n'avoir pas veillé comme il fallait sur elle. De m'appeler avec cette voix si froide et si résolue.

Mais quand j'arrivais dans ce couloir trop sombre, trop blanc, trop puant, et que je le vis, lui, mon repère, mon frère, ma chair, je ne pouvais pas le haïr. Il avait donné une nouvelle fois tout ce qu'il avait. Il y laissait encore une part de lui-même. Lui qui avait vécu et encaissé plus de choses que moi. Il avait encore voulu protéger. Il avait encore voulu sauver tout le monde. Mais je voyais dans son regard qu'il savait qu'il avait échoué.

On resta quelques instants comme ça, à se juger du regard, à voir celui qui craquerait. Mais je savais très bien qu'il ne le ferait pas devant moi. Je me mordis la lèvre car, une nouvelle fois, je comprenais qu'il n'y avait plus aucune alternative. Alors, encore une nouvelle fois, je me laissais attirer dans les bras de mon grand frère qui me serra surement aussi fort qu'il pouvait en cet instant. Il était fatigué. Et il avait peur. Je le sentais. Je sentais tout ça. Non seulement parce que j'étais Légilimens, mais parce que j'étais sa soeur.

- Elle t'attend. Elle va partie Sai', c'est aujourd'hui.

Je me dégageais pour le regarder en face. Et j'avais tellement de mal à retenir mes larmes devant son visage si effondré, si ébranlé, si blessé.

- Je t'aime grand frère, parvins-je à murmurer.

Je l'embrassais à mon tour sur la joue, légèrement tremblotante. Il ne fallait pas que je m'effondre maintenant. Pas encore. Je me dégageais et pris une grande inspiration avant d'ouvrir la poignée. Je pris la main de Wolfgang pour qu'il me suive. Je ne voulais pas être seule dans cette épreuve-là.

Lorsque je vis maman, recroquevillée dans son lit, je compris réellement les émotions de Wolfgang. La maladie l'avait particulièrement affaiblie et aujourd'hui plus que jamais, les traits de son visage se faisaient plus tirés. Elle sourit en me voyant et je tentais d'en faire de même, mais ça devait ressembler davantage à une grimace.

- Salut maman ...

Je vins m'asseoir automatiquement à ses côtés et pris sa main avant d'y déposer un baiser. Les gestes tactiles se faisaient d'eux-mêmes pour ma part. J'étais comme ça. Tactile, démonstrative et passionnée. Je vivais les choses à fond. Mais à cet instant, j'aurai aimé qu'on m'arrache le coeur. Que cette douleur cesse. Que cette attente cesse.      
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz


Wolfgang Amadeus Parkinson
Auror, 24 ans


Sainte Mangouste - Juillet 2018 - Flash Back

"Je t'aime aussi boule de poil !" Elle était forte, ça irait. Ça allait aller, pas tout de suite, pas demain. Mais elle était forte et elle rebondirait, et je l'aiderai, et on s'aidera. Il ne restera plus que nous deux, mais c'était suffisant pour se reconstruire. Ma mère nous avait donné la vie, et par sa mort, elle allait nous souder à jamais. On avait été esseulé depuis notre naissance, mais on avait l'habitude et personne pouvait nous séparer. Là, dans quelques heures, on serait plus que jamais immuable.

Je réceptionnais sa main que je serrais fort et on s'avança vers la chambre de notre mère. Les cœurs lourds, c'était sûr. Je savais que je devais me contrôler plus qu'elle, parce que je savais qu'elle serait celle qui souffrirait le plus, à cause de sa légilimencie. Je savais que les émotions étaient différentes chez elle que chez moi, je savais que les miennes pouvaient la dévaster plus que les siennes. Alors je devais rester fort, même quand j'entendais sa voix tremblait en lui disant bonjour et que je la voyais s'installer à ses côtés. Je pris place à côté d'elle, debout derrière elle. Souriant à ma mère qui posait un regard bienveillant sur nous deux.

"J'aimerai vous faire rire, je n'aime pas être celle qui vous fait pleurer. Je n'ai jamais aimé ça, depuis que vous êtes bébés. Et je vois que mes bébés ont bien grandit. Je vois les belles personnes que vous êtes devenues, et je suis fière de vous" Elle se mit à avoir une quinte de toux, et ferma ses yeux. Je venais placer le masque d'oxygène sur son nez et sa bouche. Elle posa sa main sur moi qui tenait le masque et resta comme ça quelques secondes pour respirer. Mon cœur s'emballait. Elle lâcha ma main et retira le masque pour nous parler de nouveau.

"Croyez toujours en vos rêves, voyez toujours vos objectifs et n'abandonnez jamais. C'est ce que j'ai fais toute ma vie. J'ai aimé votre père envers et contre tous, j'ai été renié, la vie aurait pu être terrible vous savez. Mais mon rêve c'était votre père, et regardez le bonheur que j'ai eu à vous enfantez, regardez la joie d'avoir fait deux êtres aussi délicieux que vous. Vous êtes devenus mes rêves après lui..." Elle toussa de nouveau et elle remit son masque encore une fois.

"Maman...ne t'épuises pas pour nous dire tout ça, on le sait... Sai' et moi on le sait !" Elle me regarda d'un œil perçant et je baissais mes yeux. Y'avait pas un être sur terre capable de me remettre à ma place avec un simple regard. Ma mère, ma plus grande alpha. Elle était en train de mourir, et je prenais sa place sans me battre, sans la destituer, elle me passait le flambeau sans lutte.

"Si, si tout ça il faut que je vous le dise. Parce qu'il faut que vous vous en souveniez tout au long de votre vie. Parce que je serai plus là pour vous le dire, parce que je veux que ça soit clair avant de partir." Ma gorge était nouée. C'était difficile de l'entendre dire elle même qu'elle allait partir. Je hochais ma tête pour lui dire que j'avais compris. Elle attrapa ma main, serrant encore plus celle de Saoirse.

"Vous n'avez besoin que de vous deux. Ne vous éloignez jamais, vous êtes fort tous les deux." Elle fit joindre les deux mains qu'elle tenait pour que Sai' et moi on les joigne. Je serrais alors la main de ma sœur, la regardant dans les yeux. On pouvait entendre le cœur de notre mère de plus en plus faible. J'avalais ma salive. J'étais interdit...


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


"Je dois maintenir le calme avant la tempête. Ouais ma vie est ce pour quoi je me bats. Je ne peux scinder la mer, ne peux atteindre le rivage. Et ma voix devient une force conductrice. Je ne laisserai pas ça me faire chavirer."

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz

       
Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu.

Juillet 2018

       
A lire avec cette chanson ♥ :


Wolfgang s'approcha à son tour, se tenant derrière moi, veillant sur nous deux comme il l'avait toujours fait. Maman était très affaiblie et quand elle prit la parole, cela augmenta encore plus l'angoisse qui m'enserrait le coeur.

- J'aimerai vous faire rire, je n'aime pas être celle qui vous fait pleurer. Je n'ai jamais aimé ça, depuis que vous êtes bébés. Et je vois que mes bébés ont bien grandit. Je vois les belles personnes que vous êtes devenues, et je suis fière de vous.

Merlin que je détestais ça. Elle faisait ses adieux et je détestais cette idée. Savoir que c'était les derniers mots qu'elle prononcerait me faisait souffrir comme si mille lames s'enfonçaient dans ma poitrine. J'avais envie de lui dire d'arrêter, de se calmer, que tout irait pour le mieux et que ce n'était pas aujourd'hui qu'elle nous quitterait. J'avais envie de redevenir le petit bébé que j'avais été autrefois, j'avais envie de tout recommencer et j'avais envie d'oublier ce moment qui se déroulait sous mes yeux alors qu'elle était prise d'une nouvelle quinte de toux.

Wolfgang réagit automatiquement et en me frôlant, je ressentis toute la peine qu'il essayait de retenir. Ma Legilimencie se manifestait de différentes manières mais le plus souvent c'était quand je touchais les gens. Je voyais bien que mon frère faisait tous les efforts du monde pour retenir sa peine, mais il allait craquer. Il détestait ça autant que moi.

Maman recommença à parler, nous demandant de suivre nos rêves et de ne jamais oublier ce qu'elle avait enduré pour nous mettre au monde. Il était clair qu'elle n'avait jamais eu de chance dans la vie : ses parents, elle reniée, sa maladie ... . Mais elle avait eu la chance d'avoir une belle vie à nos côtés, certes courte, mais je savais qu'à cet instant elle ne regrettait rien de ce qu'elle avait vécu.

Maman toussant à nouveau, Wolf lui remit son masque et la réprimanda gentiment. Je posais mon bras sur celui de mon frère tandis que maman reprenait :

- Si, si tout ça il faut que je vous le dise. Parce qu'il faut que vous vous en souveniez tout au long de votre vie. Parce que je serai plus là pour vous le dire, parce que je veux que ça soit clair avant de partir.

Je tentais de lui sourire. Elle voulait encore une fois notre bonheur. Même alors qu'elle était en train de mourir, que ses forces disparaissaient petit à petit, qu'elle avait presque tout sacrifié pour nous, elle pensait encore à nous. On était sa meute et elle était notre Alpha, elle le resterait toujours même si elle passait désormais le flambeau à Amadeus.

Elle serra davantage ma main, attrapant celle de son autre enfant, et exprimant une dernière faveur :

- Vous n'avez besoin que de vous deux. Ne vous éloignez jamais, vous êtes fort tous les deux.

Ma main rejoignit celle de mon frère qui avait du mal à contenir ses émotions. La poitrine de maman avait de plus en plus de mal à se soulever et je compris d'instinct ce qui me restait à faire. Serrant plus fort la main de mon frère et posant une main sur la joue de maman, je me concentrai pour envoyer toute l'énergie que j'avais. J'avais appris ça dans un livre, et même si je ne le maîtrisais totalement je voulais au moins réussir ça pour elle.

Je fermais les yeux et projetais alors un sentiment de bien-être, de chaleur et de joie. Tout ces sentiments qui nous avaient accompagné quand on avait grandi. Tous ces bons souvenirs que nous avions partagé tous les trois. J'essayais de leur projeter ça. Tout du moins, j'espérais qu'ils le ressentaient tous les deux.

Et puis, sa main commença à retomber doucement sur le matelas de son lit. Ses yeux se fermèrent. Sa poitrine cessa de se soulever. Son coeur arrêta de battre. Et elle rendit son dernier souffle. C'était fini.

     
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz


Wolfgang Amadeus Parkinson
Auror, 24 ans


Sainte Mangouste - Juillet 2018 - Flash Back

Elle partait. Elle partait et il fallait faire avec. Elle partait et il allait falloir faire avec. On n'apprenait pas ça dans les études pour devenir Auror. On n'apprenait pas comment empêcher les morts naturelles. On nous apprenait à se battre, à défendre, à contrer la mort, à lutter contre les mages noirs, le désordre. Mais cette mort là... Elle m'échappait et elle était terrifiante. J'avais surmonté la mort de mon père parce que j'étais jeune à l'époque. Parce que j'étais encore innocent de tout ce qui se passait dans le monde des sorciers. A présent j'avais grandit et ça aurait été bien qu'elle soit là pour voir le reste.

Saoirse se battait avec fierté à mes côtés. C'était bien ma sœur. Je l'aimais. Elle était en quelque sorte la première femme de ma vie. Je me souviendrai toujours quand elle était arrivé à la maison avec maman, cette petite boule de poil. Je savais que nos liens seraient fort, de part notre particularité génétique. Et Saoirse avait autre chose de grandiose en elle. C'était une légilimens et cette magie était belle. Son pouvoir à elle était pur, aussi pur que mon Patronus.

Et je savais que c'était ce qu'elle était en train de faire là. Elle faisait sa magie. Pour maman, pour moi, pour nous trois. Elle nous réunissait en un seul et même moment de paix. Maman ferma les yeux, je fis de même, et je voyais tout l'amour de notre foyer. Les rires joyeux, les jeux dans le jardins. Les repas sur la table de la cuisine. Nos soirées contes. L'arrivée de nos lettres pour Poudlard. Notre premier départ avec le Poudlard Express. Les câlins interminables, les batailles de chatouille, les histoires le soir. Je voyais les soirées au coin de la cheminée, les batailles de coussins, et les plumes qui volaient des oreillers. Je voyais les plumes, tout autour de moi. Tout était blanc, comme dans un rêve éblouissant. Je voyais un tapis et une pluie de plumes blanches, pures. Si pures. Je les sentais caresser mon visage, frôler mes mains. Je sentais la paix et la douceur. Tout doucement, tout se faisait silence, jusqu'à ce que je capte le dernier battement de son cœur et son dernier soupir. On était là pour son dernier souffle, comme elle avait été là pour notre premier. Elle était partie. Une larme roula sur ma joue et vint s'écraser sur mes lèvres.

J'attrapais la main de Saoirse et déposa un baiser salé dessus. Je me relevais pour venir à ses côtés et la prendre dans mes bras. On était orphelin. Elle s'en était allée. "Je voudrai emporter son corps dans un pays qui me tient à cœur. Je voudrais l'amener à quelqu'un pour qu'il bénisse son âme. Parce que même si elle n'avait pas le gène, c'était la plus louve d'entre nous." Je caressais la joue de ma sœur. "On devrait partir quelques jours là bas. Pour se ressourcer. On décidera ce qu'il y aura à faire ensuite. Tu veux bien Sai' ? Laisse moi m'occuper de tout..."


made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


"Je dois maintenir le calme avant la tempête. Ouais ma vie est ce pour quoi je me bats. Je ne peux scinder la mer, ne peux atteindre le rivage. Et ma voix devient une force conductrice. Je ne laisserai pas ça me faire chavirer."

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz

       
Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu.

Juillet 2018

       
Je refusais de bouger. Je refusais de croire qu'elle était partie. Qu'elle nous avait quitté pour toujours. Laissant derrière elle deux louveteaux encore en plein apprentissage de la vie et du monde qui nous entourait.

Mais la main de Wolfgang et son baiser mouillé me ramena tragiquement à la réalité. Les sanglots arrivèrent et je crus que je ne pourrais arriver à respirer. J'avais l'impression d'étouffer. Trop d'émotions d'un coup et je ressentais le besoin d'exploser. Mais celui qui me restait, mon seul lien qui me raccrochait à jamais à la vie, vint me récupérer dans ses bras et mes pleurs s'intensifièrent. Pourquoi je pleurais autant ? Je n'en savais rien. Aucune larme n'était sortie avant cela. Aucune. Je m'étais toujours montrée forte. Pour maman. Pour Wolfgang. Pour moi. Mais en voyant son petit corps frêle, son coeur qui ne serait plus jamais en état de marche, ses yeux qui ne s'ouvriront plus jamais, je sentais que c'était réellement la fin. Et rien, rien n'arrivait à me calmer.

Même Wolfgang qui pourtant restait là, accroché à moi et qui se retenait de laisser ses sentiments parler. Et pourquoi je réagissais comme ça d'ailleurs ? Etait-ce ma Légilimencie qui me jouait des tours ou bien était-ce la réaction banale de tout enfant qui perdait un parent ? Mais elle était bien plus que cela. Elle était ma maman, mon alpha, mon repère, mon modèle. Et voilà que je me retrouvais à naviguer sans phare.

- Je voudrai emporter son corps dans un pays qui me tient à cœur.

La voix de mon frère se voulait maîtriser et je l'admirais tellement. Il était si fort, si courageux, si ... Cet idiot de frère, il était tout ce qui me restait. Il était tout désormais pour moi. Et même si notre lien avait toujours été fusionnel, j'avais l'impression qu'aujourd'hui il se renforçait doublement.

- Je voudrais l'amener à quelqu'un pour qu'il bénisse son âme. Parce que même si elle n'avait pas le gène, c'était la plus louve d'entre nous.

Je sentis sa main sur ma joue et je me forçais à calmer mes tremblements et sanglots. Il avait raison. Elle était la meilleure d'entre nous. On devait l'honorer pour tout ce qu'elle avait fait pour nous.

- On devrait partir quelques jours là bas. Pour se ressourcer. On décidera ce qu'il y aura à faire ensuite. Tu veux bien Sai' ? Laisse moi m'occuper de tout...

Je reculais un peu, mes joues toujours inondées de larmes. Je n'arrivais pas à parler. Aucun son ne voulait sortir. Pourtant, je parvins à hocher la tête. Oui, partir. Partir loin de cet hôpital, de cette ville. Je voulais tout quitter avec Wolfgang, mon seul lien qui me restait.

- Avec toi mon frère ... J'irai n'importe où !

Ma voix était faible et mes mots se perdirent mais je parvins à sourire tristement avant d'embrasser sa joue. Puis je le lâchais brusquement et sortis de cette chambre, sans un regard pour maman. C'était trop dur. Je ne pouvais pas. Il fallait que je sorte. Je descendis quatre à quatre les marches, voyant dans un flou total les gens autour de moi mais mon odorat m'aidait bien pour ça.

Aussitôt dehors, je transplanais à la maison. La maison qui paraissait si grande d'un coup. Et les souvenirs ré affluèrent dans ma tête. Toutes les émotions se confondaient. La joie de nos souvenirs, les moments chaleureux qu'on avait vécu, la peur quand elle était tombée malade, ces dernières semaines d'inquiétude, et finalement la tristesse. Je laissais échapper un cri strident en me retrouvant à genoux dans le salon.      
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz


Wolfgang Amadeus Parkinson
Auror, 24 ans


Sainte Mangouste - Juillet 2018 - Flash Back

On était plus que tous les deux maintenant. Mais ça allait aller. Ca allait le faire. Je le savais. Je serai là pour elle. Je la regardais dans ses yeux, lui faisait un sourire tendre. Si elle savait combien je l'aimais, ce que je serai prêt à faire pour elle. Je retournerai la planète pour la voir toujours heureuse. Je ne pouvais pas ramener les morts, mais je ferai en sorte qu'elle se relève. On allait quitté cette ville, ce pays. Pourquoi pas la France ? D'abord la Papouasie, je sentais qu'elle avait besoin de revenir aux sources, aux origines. Elle ne connaissait pas Sko. Ca lui ferait du bien, ils nous aideront à faire notre deuil, ils prendront soin de son âme. Elle partirait dans la forêt, elle deviendra une âme des lieux, elle sera dans chaque feuille, dans chaque racine. C'était un lieu de confiance pour moi. Un lieu de paix. Sa dernière demeure. J'avalais ma salive.

Avec toi aussi Saoirse j'irai au bout du monde. Je réceptionnais son baiser contre ma joue, passant ma main dans ses cheveux. "Vas y boule de poil, je m'occupe de tout."  Sa voix était lointaine, éprouvée. Elle se dressa et quitta la chambre sans revenir en arrière. Je la regardais quitter le couloir, le service. Je passais une main sur mon visage et me retournais vers ma mère. J'avançais vers le lit, je posais mon front contre le sien, lui serrais sa main encore tiède et j’entonnais un chant Maori que j'avais entendu lors d'un enterrement.

"Kapa o pango kia whakawhenua au i ahau !
Hi aue, hi !
Ko Aotearoa e ngunguru nei
Hi Au, au, aue ha hi !
Hi Au, au, aue ha hi !
I ahaha !
Ka tu te ihiihi
Ka tu te wanawana
Ki runga ki te rangi e tu iho nei,
Tu iho nei, hi !"


Des larmes coulèrent de mes joues pour s'écraser contre les siennes. "Je t'aime maman, je te donnerai pas de raison de te décevoir. C'est notre terre qui gronde !" Je l'embrassais pour la dernière fois de ma vie et je laissais la place aux soignants. Je leur expliquais que je récupérerai le corps. Je quittais la chambre pour faire les derniers papiers. J'allais passer au Ministère pour demander l'accès à un Portolion, mes tuteurs de stages ne me refuseraient pas ça, surtout que je venais d'être diplômé et que je prendrai ce temps sur mes congés.

Traduction Maori :
Laissez-nous nous unir avec notre terre !
Laissez-nous !
C'est notre terre qui gronde
La nôtre, la nôtre oui !
Oui, nous le sommes, le sommes, oui !
Il est temps !
C'est mon moment !
Notre règne,
Notre suprématie triomphera
Et nous atteindrons le sommet !



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


"Je dois maintenir le calme avant la tempête. Ouais ma vie est ce pour quoi je me bats. Je ne peux scinder la mer, ne peux atteindre le rivage. Et ma voix devient une force conductrice. Je ne laisserai pas ça me faire chavirer."

descriptionTu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu EmptyRe: Tu es mon plus grand mystère. Mon seul lien contigu

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum