Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionYou made me a believer EmptyYou made me a believer

more_horiz


Rose O'Dylan
Bibliothécaire à Ilvermorny - 26 ans


Jeudi 11 juillet 2019

J'étais revenue en Angleterre depuis 2 semaines. Depuis quelques années, je n'étais revenue dans ce pays que pour les fêtes de Noël. Noël était tellement une occasion magique pour faire plaisir à ceux qui nous entouraient que jamais pour rien au monde je ne louperai cette fête. Mais si j'étais là aujourd'hui, c'était pour une occasion moins joyeuse : ma belle-mère, une vampire, était tombée gravement malade et était morte un mardi matin. Assez étrange pour un vampire n'est-ce pas ? Mon père en avait été effondré. S'il n'avait pas trouvé le bonheur avec ma mère, il avait eu l'occasion de vivre de très belles années aux côté d'Amanda. Elle avait été douce et attentionnée avec moi également et aujourd'hui, elle nous manquait cruellement. J'étais donc rentrée en Angleterre afin de le réconforter un peu. Je lui apportais ma joie de vivre, lui cuisinais quelques petits plats que j'avais découvert lors de mes voyages, lui racontais quelques anecdotes sur l'Amérique, mais je voyais bien qu'il était à 10 000 lieux d'ici. Alors, quand je voyais que même mon rire ne le faisait plus sourire, qu'il se forçait à rester éveillé pour m'entendre, je préférais sortir un moment.

J'étais allée rendre visite à ma mère qui était toujours avec son Moldu. Mes deux petits frères n'étaient plus vraiment des petits. L'un avait une copine depuis un peu plus d'un an et souhaitait s'établir avec elle au plus vite, tandis que l'autre poursuivait de brillantes études d'avocat. Nous ne vivions pas dans le même monde, pourtant nous n'étions pas si différents que ça.

J'étais aussi me promener dans les rues de Londres, profitant de cette ville que j'avais longtemps fréquenté. Je m'étais même glissée à Pré-au-Lard afin d'apercevoir le château de Poudlard. Les grilles étaient déjà fermées à cette époque. Mais aujourd'hui, j'étais sur le Chemin de Traverse. Après avoir pris un verre au Chaudron Baveur et avoir recroisé deux camarades de l'UMS, je décidais de me rendre dans la librairie Fleury et Botts. J'adorais lire. Bien sûr, j'adorais les créatures magiques, mais si j'avais bien une deuxième passion, c'était les bouquins. Et c'était surement la seule chose capable de me faire garder le silence aussi longtemps. "V ... V ... V..." On trouvait facilement de tout dans cette librairie qui avait été agrandi depuis qu'elle avait été racheté il y a quelques années de cela. Je passais mes doigts sur les reliures, appréciant toujours autant cette matière. "V ... V ... Ah ! Voilà les V !" Je peinais encore à croire que dans deux petits mois j'aurai ma propre bibliothèque à Ilvermorny. "V.. comme vampire !" Je dénichais deux trois livres sur l'histoire des vampires.

J'avais décidé que si je ne pouvais pas me rendre utile auprès de mon père, je serai déterminée à connaître la vérité sur ce qui était arrivée à Amanda. Elle ne méritait pas ça et je ne pouvais croire que les vampires étaient des êtres mortels. Aussi, il était important dans un premier temps de se renseigner ! J'empruntais quelques livres, au 2ème étage où j'étais, et les posais sur une table derrière moi. Certains étaient un peu poussiéreux et des créatures se cachaient au fond de l'étagère. Je souris, toujours autant attendrie. Je retournais à l'étagère, voir si je trouvais autre chose, quand je remarquais un jeune homme à côté de moi. Comme tous les autres, il était bien plus grand que moi et avait presque un air enfantin et innocent sur le visage. Il était plongé dans la lecture d'un bouquin et je ne pus m'empêcher de souffler : "L'Odyssée ..." Il releva la tête vers moi, comme ayant entendu ce que je venais de dire même si je n'avais que peu élevé la voix. Je souris. "D'Homer, c'est ça ? C'est un livre moldu, si je ne me trompe pas ?" Il sourit à son tour. Oui, j'impressionnais toujours un peu avec mes connaissances. Je lui tendis la main : "Rose O'Dylan. Désolée, je ne voulais pas vous déranger ...", commençais-je à m'excuser un peu gênée par mon intrusion même si d'habitude je n'en faisais pas grand cas. J'aimais parler et j'aimais aussi faire des rencontres, et mon air bavard et sociable n'était pas là pour me freiner.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionYou made me a believer EmptyRe: You made me a believer

more_horiz

You made me a believer


Nous devons aménager sur Londres, on a trouvé un Manoir plutôt présentable. Quelques travaux sont à faire, mais avec un peu de magie, cela ne posera pas problème. J'ai laissé Tobias faire les négociations, le vendeur est un vampire. Oui parce qu'il n'aurait jamais accepté un Manoir de moldus, dont les odeurs auraient persisté. Il est grand, sombre, il bénéficie d'une grande cave, entouré d'un petit bois. Il réunit tout ce dont nous avons besoin.

Cette année Elisabeth retourne à l'Université. C'est pour elle que nous quittons la Norvège. Tobias ne cesse de râler, mais quand il regarde Manen, je crois qu'il sait pourquoi il le fait. C'est pour elle que nous faisons cela aussi. Même si nous trouvons trop tôt qu'Elisabeth recommence les études, elle nous dit qu'elle n'en peut plus de tourner en rond. Manen a 2 mois et Elisabeth a besoin de bouger. Elle ne s'est pas transformée pendant 9 mois. Pas même lors des pleines lunes, elle était du coup, un peu à cran.

Je dois dire qu'entre Tobias et elle, j'étais pris dans un étau infernal. C'est pourquoi j'ai proposé à Tobias de faire un tour pendant qu'il parle affaires. Je visite pour la première fois le Chemin de Traverse et j'y trouve cette petite boutique, Fleury et Bott. Je pousse la porte et l'odeur des livres me submerge et m’enivre. Je souris et avance, je salut le vendeur et je file vers les rayons. Vu la hauteur du soleil, j'ai au moins le temps de livre un livre avant de rentrer retrouver Tobias.

Je tombe sur l'Odyssée d'Homère dans la partie moldue de la boutique. Un livre que j'ai lu des milliers de fois, mais qui me fait m'évader à chaque fois. Je commence à le feuilleter et me plonger dans l'histoire d'Ulysse. Après une bonne vingtaine de minutes j'entends la clochette de la porte d'entrée et l'odeur d'une femme. Je n'y prête pas attention avant qu'elle ne me parle.

Je relève la tête vers elle. "D'Homer, c'est ça ? C'est un livre moldu, si je ne me trompe pas ?" Je lui offre un sourire. Quelqu'un qui s'y connait ? C'est rare. "Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature moldus, un classique."

"Rose O'Dylan. Désolée, je ne voulais pas vous déranger ..." Je serre sa main tiède. "Ludwig Strofki, enchanté, et vous ne me dérangez pas." Je souris de nouveau. "Vous connaissez L'Odyssée ? Un livre si proche de notre monde, parlant de magicienne, Cyclope, Sirènes." Son visage est...son visage est si rayonnant, elle a l'air heureuse, en permanence. C'est presque effrayant, ou alors je ne suis plus habitué avec Tobias porte toujours son air gracieux sur son visage. Elle me donne envie d'être heureux. Comme Elisabeth.

"Pardonnez mon accent, je ne suis pas Anglais. Mais...votre accent est plutôt américain, je me trompe ?"

J'entends le vendeur venir à nous.

"Excusez moi, je ferme entre midi et deux heures. Et il est midi."

Je vois le visage de la jeune femme se décomposer, déçue.

"Oh, si vous voulez, nous pouvons trouver un endroit pour parler d'Ulysse et de Poséidon ? J'ai cru apercevoir des cafés sur cette avenue !"

Le sourire revient sur son visage ! Elle en serait enchantée. Sans aucune gène elle passe son bras autour du mien et nous sort de la boutique. Le contact de cette jeune femme est atypique, elle est...sans gêne, bien dans sa peau, dans sa tête et extrêmement bavarde. Je n'arrive pas à en placer une, je ne sais pas ce qu'elle me raconte, sur ses origines, j'ai ouvert une brèche qui semble intarissable. Elle m'amuse.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionYou made me a believer EmptyRe: You made me a believer

more_horiz


Rose O'Dylan
Bibliothécaire à Ilvermorny - 26 ans


Jeudi 11 juillet 2019

Le sourire que me servit le jeune homme était plutôt craquant et devait faire tourner la tête de plusieurs femmes. "Elle est considérée comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature moldus, un classique." Je hochais la tête avant de me présenter. Il était plutôt agréable de rencontrer une personne friande de la littérature, autant sorcière que Moldue. "Ludwig Strofki, enchanté, et vous ne me dérangez pas. Vous connaissez L'Odyssée ? Un livre si proche de notre monde, parlant de magicienne, Cyclope, Sirènes." Je me mis à rire doucement. J’avais souvent eu la même réflexion en feuilletant les pages de ce livre. « Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! » récitais-je. Oui, à force de le lire, on apprenait certains passages par cœur. Et puis, c’était si bien écrit.

"Pardonnez mon accent, je ne suis pas Anglais. Mais...votre accent est plutôt américain, je me trompe ?" Je souris. « Bien vu ! Enfin, je suis Anglaise d’origine, mais j’ai beaucoup voyagé et je vis depuis 2 ans sur le sol américain », expliquais-je, ravie d’entendre une personne remarquée ce genre de chose. « Mais et vous donc ? D’où venez-vous ? » Mais le jeune homme ne put répondre : le vendeur arrivait vers nous, nous informant qu’il fermait entre midi et deux. Oh … Je ne pourrais profiter davantage de cette rencontre. Pour une fois que je rencontrais quelqu’un de cultivé, il fallait que le destin me l’arrache. Je me dirigeais nonchalamment vers mes livres, prête à tous les acheter avant de voir le magasin fermé. Mais c’est alors que le jeune homme me proposa de prolonger notre discussion dans un café du coin. Ca c’était une chic idée ! Je me laissais à sourire une nouvelle fois et prévins le vendeur. « Je repasserai à 14h pour vous acheter ces livres, si cela ne vous dérange pas ». Ce dernier, un vieil homme très gentil, déclara qu’il n’y avait aucun problème et sans hésiter plus longtemps je m’emparais du bras de ce Ludwig pour l’entraîner dehors. Le Chaudron Baveur était surement le lieu idéal pour discuter plus longtemps, au milieu de Moldus et de sorciers.

« Dites-moi Ludwig, vous êtes seuls ? Je veux dire, vous êtes venus en Angleterre seuls ? » Le jeune homme me répondit mais presque immédiatement j’enchaînais. « Mon goût des voyages m’est venu dans les livres. Vous savez, mon père n’arrêterait pas de m’acheter petite ces atlas qu’on trouvait surtout chez les Moldus. Mais il en trouvait également dans les librairies sorcières avec des cartes animées qui donnaient les informations du pays concerné rien qu’en le touchant ». Je ris à ce souvenir. Chaque année, mon père et ma belle-mère m’en offrait un pour Noël. « De ce fait, quand j’ai fini mes 3 années à l’UMS, l’UMS vous connaissez ? Eh bien je suis partie durant deux bonnes années en Afrique du Sud où j’ai appris quelques mots de leur langage. J’étais fascinée par leur culture, vous savez … » Ludwig était un très bon interlocuteur. Il semblait m’écouter avec attention et je n’avais pas l’impression de l’ennuyer pour autant puisqu’il réagissait de temps à autre par un « ah oui ? » ou « Fascinant ! ».

On arriva au Chaudron Baveur et on prit place en terrasse du côté moldu. J’ignorais si le jeune homme connaissait cet endroit aussi, je décidais de cesser de changer de sujet : « … et voilà comment je suis retrouvée bibliothécaire à Ilvermorny. Veuillez m’excuser, je parle beaucoup, je n’ai pas eu l’occasion de trouver ces derniers jours une oreille attentive … » Oui, bon, Rose tais-toi c’est bon. Il était déjà sympa de t’avoir invité, il ne fallait pas le faire fuir désormais. « Parlez-moi de vous, Ludwig ! » Un serveur se présenta à nous et nous donna les cartes de menu pour que nous puissions commander. « Je vous conseille de prendre leur tourte à la viande qui est absolument divine ! » dis-je. « J’adore venir ici, et puis pour parler de littérature, rien de mieux que le côté moldu ! Qu’est-ce qui vous a amené dans cette librairie ? »

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionYou made me a believer EmptyRe: You made me a believer

more_horiz

You made me a believer


Je l'écoute, son débit de parole est impressionnant. Elle m'amuse. Les gens aussi bavard ne me dérange pas, je sais seulement que je ne pourrai jamais la présenter à Tobias, parce que lui et sa patience légendaire aurait vite fait de lui clouer le bec.

Donc comme ça elle est anglaise d'origine mais vit depuis quelques temps aux Etats-Unis ? Alors que je m'apprête à pouvoir en placer une pour lui dire mon origine, le gérant nous dérange. Je propose d'aller ailleurs, je ne sais pas pourquoi d'ailleurs ? Parce que je ne la connais pas et que je n'ai pas non plus des heures devant moi. Mais Tobias gère la paperasse et l'achat d'une maison, je pense que c'est bien de pouvoir échanger avec des gens d'ici, se faire des connaissances.

Je lève un sourcil amusé quand elle s'empare de mon bras pour quitter la boutique et arpenté les rues. Elle est vraiment sans gênes, mais ça me fait plus rire qu'autre chose. Elle est naturelle et pétillante. C'est une forte personnalité, cependant, elle a de la chance de tomber sur moi, si j'étais un vampire moins civilisé, elle serait bien ennuyée et se retrouverait rapidement dans une ruelle vidée de son sang.

« Dites-moi Ludwig, vous êtes seuls ? Je veux dire, vous êtes venus en Angleterre seuls ? »

Je lâche un rire spontané.

"Je suis venu avec mon frère. Nous comptons aménager à la fin de l'été avec lui et ma sœur. Vous voyagez souvent ?"

Elle me répond du tac au tac. La magie doit être évidente pour elle, car ses paroles sont fluides. Elle a donc étudié à l'UMS. "Oui tout à fait, je connais." Je n'ose placer que je vais aller y étudier en septembre. Son histoire est tout de même fascinante, j'aime moi même voyager, alors écouter les aventures des uns et des autres fait partie de ce qu'on aime dans les voyages et les rencontres. Je vois mon échange avec Rose O'Dylan comme du partage d'expérience, la découverte du monde. Même si c'est une vrai pipelette intarissable.

Elle me fait découvrir le Chaudron Baveur que j'observe. Je pose des regards dans chaque coin, respire l'odeur des gens. Elle m'amène cependant du côté moldu, je suis assez surpris, je pensais que les sorciers d'Angleterre étaient moins tolérant avec les moldus, après leur histoire avec Voldemort ? Mais apparemment ce n'est pas le cas avec Rose.

Je rigole de nouveau quand elle s'excuse de son bavardage. "Il n'y a pas de mal, c'est assez agréable de trouver des gens aussi ouverts quand on débarque dans un pays. Ce n'est pas toujours le cas." Et il est intéressant de savoir qu'elle est Bibliothécaire, ça explique beaucoup de chose. Ses connaissances, son goût pour la littérature et les langues. C'est quelqu'un de cultivé.

Je lui fais un sourire poli quand le serveur arrive pour choisir nos boissons. Je tique un peu sur la carte, mais je choisis un thé, c'est la tradition ici non ? "Je vous invite. Prenez donc cette tourte avec moi !" Disé-je pour lui faire comprendre que je payerai sa consommation.

« Parlez-moi de vous, Ludwig ! »

Parler de moi ? Il y aurait tellement et peu à dire à la fois. Elle ne peut pas s'imaginer qui elle a en face. Un vampire de plus de trois cents ans. Qui n'a pas encore de métier, qui va faire semblant d'être un étudiant pour accompagner sa sœur à l'UMS, louve-garou qui a accouché dernièrement ? Son autre question est plus abordable pour moi cependant.

«Qu’est-ce qui vous a amené dans cette librairie ? »
"J'aime lire. J'aime apprendre dans les livres. Je suis quelqu'un qui dort très peu..." Et encore, elle ne sait pas que je n'ai pas fermé l’œil depuis des siècles. "...et la lecture comble mes heures libres. Les voyages continues entre deux couvertures."

Le serveur revient, et je bois un peu mon thé brûlant.

"Vous venez souvent ici, du côté moldu ? Votre père était moldu ? Votre mère peut-être ?"

Elle a parlé de lui, des atlas, mais pas de sa mère. Et étant donné qu'elle connait bien ce milieu.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionYou made me a believer EmptyRe: You made me a believer

more_horiz

You made me a believer
Jeudi 11 juillet 2019

« Il n'y a pas de mal, c'est assez agréable de trouver des gens aussi ouverts quand on débarque dans un pays. Ce n'est pas toujours le cas. » Je souris mais n'ajoutais rien cette fois-ci, heureuse cependant qu'il m'accepte ainsi. Il m'invita alors, me proposant de prendre une tourte avec lui. Je lui offris un grand sourire. « Vous avez l'air très généreux mon cher Ludwig, mais je vous assure que je suis une grande fille et que je peux payer mon repas. » Je ris, ne sachant pas vraiment pourquoi, mais surement parce que cela ne m'était pas arrivé depuis longtemps ces derniers temps.

Je l'interrogeais sur ce qui l'avait amené dans cette librairie. Il me répondit : « J'aime lire. J'aime apprendre dans les livres. Je suis quelqu'un qui dort très peu et la lecture comble mes heures libres. Les voyages continuent entre deux couvertures. » J'appuyais ma tête sur ma main, rêvant en entendant ses paroles. « Vous êtes une perle rare, Ludwig. C'est très surprenant de trouver de nos jours des hommes sachant apprécier cette lecture. »

Le serveur revint avec nos boissons. Je l'informais que nous avions choisi de prendre tous deux leur tourte royale. Le serveur hocha la tête et disparut avec nos cartes, tandis que Ludwig m'interrogeait sur mes origines. Je triturais ma fourchette. « Mon père est un Né-Moldu et ma mère une Moldue. » Je lui souris, d'une manière plus douce. « Ca me met toujours mal à l'aise d'en parler désolée ! C'est juste que je sais que certains sorciers ont encore du mal avec cette idée de sang ... »

Je secouais la tête. C'était idiot de se fier à la pureté du sang. « Mal à l'aise d'être une née-moldu ? pas avec moi Rose, je ne fais guère de discrimination. Le sang quel qu'il soit est parfait. C'est l'être qui importe. » Il sourit et je le lui rendis. « Fait amusant vous remarquerez : mon père est un Né-Moldu et sa sœur une Moldue. En revanche, ses enfants, donc les neveux de mon père sont également des Nés-Moldus ! » Je souris, fière de raconter cette anecdote sur ma famille. « En effet c'est assez amusant, comme quoi, la génétique fait fit du sang ou de la magie. » répondit-il. J'aimais le personnage de Ludwig. Il était juste, cultivé, compréhensif, doux et tolérant. Il semblait bien au-dessus de tous ces préjugés que les autres sorciers pouvaient avoir et ça me rassurait de voir que la cause n'était pas encore perdue. J'admirais aussi combien il essayait de suivre toute ma discussion, je disais beaucoup de choses mais il ne se laissait pas déstabiliser pour autant.

« Quant à ma mère, assumer une sorcière est un peu difficile pour elle ... » Je baissais ma voix avant de reprendre presque aussitôt. « Mais ne vous inquiétez pas ! Je la vois toujours à l'occasion. Elle s'est remariée et j'ai deux demi-frères. Enfin, vous voyez je suis assez bien entourée ! » Fronçant les sourcils, il me demanda : « Votre mère n'a pas accepté votre magie ? C'est bien dommage. Content que vous restiez en contact. Les parents c'est important. Votre père s'est remarié lui aussi ? Avec une autre moldue ? » A mon tour de répondre avec enthousiasme : « Oh oui mon père s'est remarié. Il n'était de toute évidence pas très amoureux de ma mère. Mais Amanda ... » Mon sourire rêveur s'effaça avec le souvenir de sa mort. Je baissais la tête et me tus soudainement, consciente que si j'ouvrais la bouche, les larmes pouvaient venir.

Je me mis à rire une nouvelle, même si en vérité, je ne voyais que très peu ma famille Moldue. « Mais votre famille a l'air bien plus intéressante très cher ! » Le serveur revint avec notre tourte. « Merci beaucoup ! » dis-je avec un large sourire avant de souhaiter un bon appétit. « Vous venez donc ici à l'UMS avec votre frère et votre sœur ? Quels cursus allez-vous tous emprunter ? » Amusé, il répondit du tact au tact : « Protection magique pour mon frère et moi. Ma sœur veut être médicomage, elle est très douée et déjà autodidacte, c'est pour elle qu'on est venu en Angleterre. Nous avons étudié à Durmstrang. »

« A Durmstrang ?! C'est une école très réputée dans toute l'Europe ! » dis-je, laissant mes pensées prononcées à voix haute. « Et Protection Magique donc pour vous deux ? Cela m'étonne un peu de vous. Je ne vous connais peut-être pas encore beaucoup, mais je vous voyais plus dans un cursus théorique que pratique. » Je souris doucement, ne souhaitant pas le vexer. « Je m'intéresse à tout, j'ai de bonnes bases, à force de lire, donc la pratique ne me fait pas de mal » dit-il en souriant à nouveau. Oh je ne doutais pas qu'il devait avoir de bonnes bases. Il donnerait surement un très bon Auror, si c'était le métier qui l'intéressait au bout du compte.

Je hochais la tête et me permis d’ajouter : « Quant à votre sœur, c'est très aimable de votre part de l'encourager à poursuivre son rêve ici. La Médecine est un cursus très difficile mais je suis convaincue que si votre sœur est aussi intelligente et cultivée que vous, elle n'aura aucun mal pour s'en sortir ! » Je mangeais quelques bouchées de ma tourte, ma nouvelle connaissance m'ayant ouvert l'appétit. « Vous devez sacrément aimé votre sœur pour la suivre aussi loin », remarquais-je. « Elisabeth est une force de la nature, elle a eu beaucoup d'épreuve. Nous ne sommes pas de la même famille réellement. Nous n'avons pas le même sang, mais je la considère comme ma sœur. ET je la respecte énormément. » J'écoutais ce qu'il me disait sur sa sœur, Elisabeth de ce que je retenais. Je hochais la tête, montrant que je comprenais.

« Je comprends ce que vous ressentez. Je ne suis surement pas aussi proche que vous d'Elisabeth, mais j'ai déjà ressenti ce sentiment fraternel avec une personne qui pourtant n'est pas de notre famille. » Je pensais à ce moment-là à Bartholomeo Krum ou encore à Alexander Hayes. Le jeune homme hocha la tête et ajouta : « Je la suivrai au bout du monde avec ma nièce. » « Oh ! Quel âge a-t-elle ? » demandais-je sincèrement intéressée. Si les enfants mettaient parfois mal à l'aise les autres, pour moi il n'en allait pas du tout dans ce sens-là. J'adorais les enfants autant que les créatures. Il sourit. « Ma sœur a accouché en Mai, Manen n'a que deux mois ».

J’imaginais le petit bout de chou que cela devait être : « Oh ! ils sont mignons à ces âges ! Même si j'imagine que c'est une surveillance constante ! ». Puis je repris une nouvelle bouchée de ma tourte qui était plus qu’appétissante en pareille compagnie. « Amanda, votre belle mère, elle n'aime pas la magie aussi ? Elle ne vous a pas accepté aussi ? » Le jeune homme abordait une nouvelle fois le sujet d'Amanda et j'hésitais à reprendre une nouvelle bouchée.

Je secouais la tête, et relevais les yeux vers le jeune homme, un sourire triste aux lèvres. « Oh non, ne pensez pas cela. Amanda était ... » Je suspendis ma phrase, prenant une inspiration et baissais les yeux une nouvelle fois. « Excusez-moi, Ludwig … » dis-je en essuyant mes yeux avec un mouchoir. Je ris un peu, nerveusement. « Amanda était une personne charmante. Elle était généreuse, attentionnée, débordant d'affection et d'amour. Quand elle a rencontré mon père, qui est, si je me le permets, un homme un peu bourru ... » Je me mise à rire en repensant à mon ours de père. « Elle l'a complètement changé en le rencontrant. Elle a fait de lui un homme bien, un homme heureux. Et je n'ai jamais manqué d'amour avec elle. »

Je me mordillais la lèvre et croisais le regard de Ludwig qui m'écoutait patiemment. C'était étrange de se confier comme ça au premier abord avec un total inconnu. Mais l'homme dégageait une aura rassurante, protectrice. Un peu comme celle d'Amanda, d'ailleurs. Ils dégageaient tous deux quelque chose de semblable sans que je puisse savoir de quoi il s'agissait.

« Si je réagis comme cela ... C'est que ... Elle est morte il y a 21 jours aujourd'hui ... » Je haussais les épaules et offris un pauvre sourire. « C'est la vie dit-on ... » Pas pour un vampire à l'origine ... « Je suis vraiment désolée pour votre belle mère. Elle avait l'air d'être une personne vraiment exceptionnelle. Malheureusement oui, la vie est courte pour les mortels. Tout le monde ne traverse pas les siècles et il y a une fin à tout. Désolée pour elle et pour vous. » Je voyais les efforts que faisait Ludwig pour me réconforter alors que nous ne nous connaissions à peine. « Merci Ludwig mais ... » Est-ce que je devais lui dire ou pas ? Je savais que c'était parfois un peu mal vu d'être vampire mais comme il acceptait assez bien ma pureté de sang ... « C'était un vampire et en réalité, elle aurait du vivre encore longtemps ... » Encore aujourd'hui, les circonstances de sa mort étaient floues.

Surpris, il lâcha un « Une vampire ? » Il me demanda comment elle était morte, se corrigeant en demandant qui l'avait tué. Je fronçais les sourcils, un peu inquiète tout d'un coup. Il semblait assez bien renseigné sur les vampires. Mais je me faisais du souci pour rien car en réalité, Ludwig m'avoua être un vampire. S'il avait emprunté le ton de la confidence, je ne cachais pas ma surprise en poussant une grande exclamation, attirant les regards de la table d'à côté. Je fermais les yeux, fermant les poings par la même occasion. « Veuillez m'excuser, je ne sais vraiment pas être discrète ... » Je me mordis la lèvre et me penchais par-dessus la table, baissant le ton : « Je pensais que les vampires étaient des êtres immortels mais en apprenant la mort de ma belle-mère après de fortes fièvres durant toute une nuit, j'avais pensé m'être trompé. »

Je ne cachais pas une nouvelle fois mes pensées à voix haute, lui expliquant par le même temps mon raisonnement. « Voulez-vous dire qu'Amanda aurait été ... assassiné ? » Ce mot me paraissait étrange. « Ma belle-mère était une femme tout à fait respectable et aimée, je doute qu'une personne ait un jour voulu sa mort ... » Ludwig fronça les sourcils, ne cachant pas son désarroi. « Je vais être un peu cru Rose, mais les vampires, pour mourir, doivent être tué. D'une manière précise. La fièvre n'a jamais tué personne. Je vous crois, mais je ne pense pas que c'était lié à une maladie. Même les gens respectés et respectables ont des ennemis, j'ai traversé les siècles pour savoir assez bien ce genre de chose. Avait-elle mangé quelque chose ? Reçu quelque chose de quelqu'un ? Une poudre ? Du sang ? »

J'écoutais Ludwig qui semblait tout d'un coup bien plus sérieux et suspicieux qu'au départ. Il disait qu'Amanda avait été tué ? Je secouais la tête un peu perdue. « Je ... Non ... rien mangé, rien reçu ... » Je fis une grimace, me remémorant les derniers instants. « Vous savez, j'étais en Amérique quand c'est arrivé. Mon père m'a appelé pour m'annoncer sa mort, c'est tout ... » Je relevais les yeux vers le vampire, brillant de larmes à ces souvenirs.

« Excusez-moi mais cela ne vous dérangerait-il pas que nous puissions parler d'autres choses ? Cela remue de trop mauvais souvenirs ... » Je lâchais un petit sourire et reportais mon regard sur mon assiette, ayant soudain moins d'appétit. Le vampire hocha la tête lentement et se lança alors dans la description de l’Odyssée. Je souris, heureuse que cet homme que je venais seulement de rencontrer accepte aussi bien ma volonté. Le repas se prolongea dans l’après-midi. Nous ne voyions pas vraiment le temps passé. Nous parlions bouquins, culture, voyages, famille et c’était pour une fois agréable d’avoir quelqu’un à qui parler et avec qui on pouvait être écouté..

©Lilith


_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionYou made me a believer EmptyRe: You made me a believer

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum