Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyYou're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz

 
You're just making sure I'm never gettin' over you

Samedi 27 juin 2020

 
C’était enfin la fin de l’année à Poudlard. Oh, Aaron était un peu déçu de ne pas avoir pu encore s’amuser comme il l’aurait voulu ce matin mais hier, la soirée avait été mémorable. Surtout quand ce hibou était arrivé en direction du directeur qui pourrit par la suite l’ambiance. C’était … délicieusement drôle. Surtout la tête des élèves affolés, d’autres qui pleuraient et Gabrielle qui s’inquiétait à son tour. Oh il avait joué le petit-ami modèle, l’entourant de ses bras, glissant un sourire sarcastique à Shane, puis la raccompagnant le soir jusqu’à ses appartements. Mais aujourd’hui, Aaron devait jouer un nouveau rôle. Shane lui avait dit hier de la quitter et c’était ce qu’allait faire le Brigadier. Il pensait encore garder leur relation quelques jours de plus, mais il était sans doute plus sage de s’en débarrasser au plus vite. Il aurait un été surement très mouvementé, notamment un repas de famille entre cousins qui l’attendait, et il n’avait pas besoin de s’embarrasser d’une demi-Vélane.

Il boucla sa valise à l’aide d’un sort rapide et enfila son manteau quand quelqu’un surgit derrière lui, lui bandant les yeux. Il soupira, comme lassé : « Gabrielle. » Il se retourna et la jeune femme l’embrassa. Oh, il se laissa faire, un petit baiser était toujours agréable. Surtout que l’infirmière avait été une personne gentille, agréable et passionnée. Ils avaient passé de très bons moments ensemble et il ne regrettait rien. Elle retrouverait dans de très peu de temps un nouveau Jules et oublierait Aaron. Comme elle le faisait toutes. Mais les Purificateurs devraient dorénavant veillés à ce que ces créatures ne se reproduisent pas. Une stérilisation en masse s’imposait … Emmenant Gabrielle avec lui, il s’assit sur le rebord de la table et jugea un instant ses épaules avant de les embrasser. Elles allaient lui manquer. Tout son corps allait lui manquer. Le truc avec les demi-Vélanes était qu’on profitait de leur beauté envoûtante. « Si seulement tu n’étais pas aussi jolie … » commença Aaron, remontant ses baisers dans son cou. « Ce ne serait pas si difficile de te quitter … » Il l’embrassa sur les lèvres, un sourire aux lèvres, tout en la regardant.

Gabrielle ne semblait pas comprendre et le jeune homme remit une mèche derrière son oreille. « Tu sais, ce n’est pas contre toi … », expliqua-t-il. « C’est juste que je ne peux plus t’avoir avec moi, tu comprends ? » demanda-t-il sincèrement.
 
codage by Wiise

descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyRe: You're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz


- You're juste making sure I'm never gettin' over you -
Gabrielle Delacour ft. Aaron Avery
Une nouvelle année touche à sa fin, une fin mouvementée, tourmentée. Je suis soulagée que les élèves rentrent enfin chez eux, qu'ils profitent du calme sécurisant d'un foyer, d'une famille et d'amis, éloignant d'eux la tension accumulée. Oubliant l'impact politique qu'ont eu les décisions du Ministère sur eux.  
J'étais soulagée pour moi aussi, l'année avait été compliqué et je comptais bien profiter de mes vacances pour décompresser.

Mais pour le moment, je venais de finir mes valises et je devais rejoindre ma soeur dans la matinée. Elle m'avait invité à déjeuner avec toute sa petite tribu, un repas de famille quoi. J'avais accepté, je ne savais pas encore ce que j'allais faire de mon été du coup autant les voir au cas où je partirais en voyage ou quelque chose dans ce goût là.
Et avant de partir, je devais voir Aaron, on avait pas très bien défini l'été non plus, je crois qu'il rentrait un peu aux USA, il avait été question d'un repas de famille. Mais à part ça il était resté très vague sur le sujet.

"Gabrielle" avait-il murmuré quand j'étais arrivée derrière lui en lui masquant les yeux, un sourire enfantin vissé aux lèvres.
Je l'embrassais, et il sourit, m'attirant à lui alors qu'il s'asseyait sur la table.  Il commença à m'embrasser les épaules, remontant doucement dans mon cou avant de finir sur mes lèvres en lâchant ses phrases.


Si seulement tu n’étais pas aussi jolie …Ce ne serait pas si difficile de te quitter …

Je fronçais les sourcils. "Me quitter ?" de quoi parlait-il ? Alors qu'il continuais à m'embrasser, je reculais d'un pas et le dévisageais sans comprendre le réel sens de sa phrase. Parlait-il des vacances, ou étais-je en train de me faire plaquer ?

Tu sais, ce n’est pas contre toi … C’est juste que je ne peux plus t’avoir avec moi, tu comprends ?

Oui c'était réellement ça, il était en train de mettre un terme à notre relation. Croisant les bras sur ma poitrine et m'éloignant à nouveau, je secouais la tête d'un air perdu.


Non pas vraiment, non, répondis-je en sentant la colère monter. Tu m'expliques ?


"M'avoir avec lui"? Il me prenait pour son chien ou quoi ? Là je ne comprenais plus, qu'est ce qu'il s'était passé ? Pourquoi du jour au lendemain comme ça...? Pourtant il n'y avait rien eu de notable, pas de dispute, de désaccord, de faux pas. Alors où était le problème ?
Je repoussais sa main. 

Ne me prends pas pour une idiote, et encore moins pour ton chien,ajoutais-je sentant que la colère prenait le dessus et qu'il s'approchait pour m'embrasser à nouveau. Non mais pour qui il se prend ?

Pas contre moi ? Quel connard, et quelle idiote. Tout le monde me l'avait dit, je ne pouvais pas me fier à lui, mais je l'avais défendu, auprès de tous, c'était humiliant.
J'étais plus en colère que triste. Je savais bien que ça ne durerait pas très longtemps de toute manière, mais sa manière d'agir était tellement incorrecte qu'elle me mettait hors de moi.



descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyRe: You're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz

 
You're just making sure I'm never gettin' over you

Samedi 27 juin 2020

 
Aaron aimait voir le visage de ces filles se décomposer quand il les quittait. Mais sur Gabrielle, c’était malheureusement gâcher un beau visage. Elle recula brusquement et croisa les bras, ses mains semblant s’animer. Aaron ne ravala pas son sourire, la demi-Vélane avait encore bien le sang de son ancêtre en elle, il ne manquait plus que son visage se transforme. « Non pas vraiment non. Tu m’expliques ? » Aaron se redressa de la table sur laquelle il s’était appuyé et approcha une main du visage de la jeune femme. « Ma pauvre Gabrielle … » Mais elle le repoussa, aussi vive qu’une vipère. « Ne me prends pas pour une idiote, et encore moins pour ton chien » Elle s’énervait et Aaron s’approcha pour l’embrasser. La gifle fendit l’air avant d’atterrir sur sa joue. Il resta un moment sans bouger, prenant le temps d’analyser surement la meilleure solution.

« Gabrielle … Douce Gabrielle … » Il releva la tête vers elle, un faible sourire ornait désormais ses lèvres, légèrement sonné par la gifle. Elle était aussi féroce qu’un lion en colère. Il leva les bras en signe de reddition mais continua cependant à faire quelques pas vers elle. « Tu ne comprends pas que ce qui nous oppose désormais, c’est nos penchants politiques. Je t’ai laissé croire que ce n’était que secondaire, mais c’est bien plus que cela … » Le dos de la jeune femme venait de heurter la porte et il vit alors sa main tenter d’ouvrir la poignée. D’un geste vif, il attrapa sa baguette et lança un « Collaporta ». Le bruit sourd de la serrure résonna dans l’appartement puis Gabrielle saisit sa baguette, la pointant sur lui. Il éclata de rire et poursuivit : « Les créatures comme toi n’ont aucune chance Gabrielle. Dis-toi que j’aurai été ton dernier rayon de soleil, car à présent tout va être noir autour de toi. » Son regard se faisait plus perçant et tout sourire avait disparu. Il lança un sort au-dessus d’elle, qui n’avait en réalité aucune conséquence mais qui avait pour but d’énerver la jeune femme.

Elle ne comptait pas se laisser faire et les sorts défilaient les uns à la suite des autres. Elle était douée, elle maniait parfaitement chacun des sortilèges, mais elle n’avait pas été entraîné pour quelque combat que ce soit. Au bout d’un moment, Aaron parvint à la désarmer et la baguette de la jeune femme vola à l’autre bout de la pièce. Faisant claquer chacun de ses pas sur le plancher, il s’approcha de la jeune femme, respectant tout de même un mètre de distance avec elle, en souvenir de la gifle. « Tu seras sans nul doute une des dernières de ta race, chérie … » Il semblait réellement peiné tout d’un coup et passa une main dans ses cheveux blonds, de l’autre main il la pointait de sa baguette, la menaçant de tenter quoi que ce soit d’idiot. Il soupira un grand coup. « Je t’aurai bien sauvé mais je crains que tu n’en vailles pas la peine. Tu comprends, celle qui sera un jour à mes côtés, marchant sur les cendres de ce monde, eh bien … ce n’est pas toi … » Il pouffa de rire tandis que la jeune femme le foudroyait du regard. C’était la première fois qu’il se conduisait ainsi avec elle, qu’il révélait enfin sa véritable nature et toute la folie qui le hantait. 
codage by Wiise

descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyRe: You're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz


- You're juste making sure I'm never gettin' over you -
Gabrielle Delacour ft. Aaron Avery
Il s'obstinait à vouloir me toucher, m'embrasser. Ces gestes me dégoûtaient et me mettaient encore plus hors de moi.Je le repoussais une fois, deux fois, jusqu'à perdre patience et à le gifler carrément.
Je ne suis pas quelqu'un de violent mais faut avouer que ça fait du bien. Il semble rester choqué le temps de quelques instants avant de reprendre la parole.


Gabrielle … Douce Gabrielle …Tu ne comprends pas que ce qui nous oppose désormais, c’est nos penchants politiques. Je t’ai laissé croire que ce n’était que secondaire, mais c’est bien plus que cela …

Je reste bouche bée, oui en effet et ça nous a toujours opposé alors pourquoi cela le dérange t-il tout d'un coup ? J'ai refusé de sortir avec lui au début à cause de nos idées et penchants politiques, il m'a rassuré en me faisant comprendre que ça n'affecterait en rien notre relation. Et je l'ai cru. Il est totalement incohérent.

Mon dos heurte la porte tandis qu'il avance doucement vers moi. Je ne suis pas rassurée de me retrouver seule avec lui, à présent, pour la première fois depuis que je le connais, j'ai peur de lui. A tâtons je cherche à ouvrir la porte, mais il n'est pas de cet avis et ne semble pas en avoir fini avec moi. Il lance un Collaporta. Je lui lance un regard du genre "t'es sérieux tu crois que je ne suis pas capable de parer ce genre de sort ?".
Il éclate de rire, je frissonne, il à l'air dingue, complètement taré et ça me fait peur.
Il me lance un sort qui ne m'atteint pas. Pourquoi ? Je ne comprenais rien de ses buts, de ses motivations.

Je sortis ma baguette à mon tour et les sorts se mirent à pleuvoir. Seulement je me battais contre quelqu'un qui avait étudié le combat pendant que j'étudiais plutôt la médicomagie. Forcément il finit par me désarmer au bout d'un moment.
Il se rapprocha à un mètre de moi.


Tu seras sans nul doute une des dernières de ta race, chérie …  Je t’aurai bien sauvé mais je crains que tu n’en vailles pas la peine. Tu comprends, celle qui sera un jour à mes côtés, marchant sur les cendres de ce monde, eh bien … ce n’est pas toi …

Je lui lançais un regard foudroyant. Comme si, après tout ça, je pouvais en avoir envie.


Pourquoi tu as fait tout ça ? A quoi bon si tu détestes les créatures comme moi ? Pourquoi avoir perdu ton temps à me séduire ? lui demandais-je furieuse. Tu es fou, regarde toi, tu me fais peur.

Je voulus le contourner pour aller récupérer ma baguette. Je n'allais pas insister de toute manière, je ne voulais plus rien avoir à faire avec lui. Il me dégoutait au plus haut point.

Laisse moi passer Aaron, ordonnais-je d'une voix vibrante de rage. Il s'effaça et me laissa récupérer ma baguette. Je fis demi-tour et me dirigeais vers la porte pour sortir au plus vite de cet endroit et retrouver ma famille le plus rapidement possible.



descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyRe: You're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz
You're just making sure I'm never gettin' over you
Samedi 27 juin 2020

Elle le foudroya du regard. Ouh ! Elle était effrayante ! « Pourquoi tu as fait tout ça ? A quoi bon si tu détestes les créatures comme moi ? Pourquoi avoir perdu ton temps à me séduire ? » Aaron comprenait qu’elle veuille savoir. Elle voulait toute connaître cette vérité … qu’Aaron n’avait pas. D’un air nonchalant, il haussa les épaules et poussa un long soupir : « Je m’ennuyais … » Il retrouva l’instant suivant son sourire pour ajouter : « … Et puis tu m’as bien été utile. Tu m’as permis d’en savoir un peu plus sur Luke Stanger et la nouvelle maison qu’il a acheté, sur ta chère sœur pour laquelle tu donnerais pour la protéger, sur ta famille en général … » Il regarda ses ongles alors qu’elle répliquait, dents serrées : « Tu es fou, regarde toi, tu me fais peur ! »

Aaron éclata d’un nouveau rire. « Crois-moi, princesse. Tu n’as pas fini de trembler à l’entente de mon nom. » Et pour sûr, Aaron Avery avait de grands projets pour son avenir. « Laisse-moi passer, Aaron ». Devait-il ? Après tout, il avait dit tout ce qu’il avait à dire. Il s’écarta et lui tendit sa baguette. Bientôt, tu n’en auras plus, voulut-il lui dire … « Passes de bonnes vacances, chérie ! »

Elle ne se retourna pas et ouvrit la porte à la volée pour s’enfuir de ces appartements. Aaron baissa la tête sur sa valise fin prête. Il était fier de son coup et cela lui suffisait. Cet été, Shane avait pour projet de réunir un maximum de partisans dans ces rangs et il avait également ce repas de famille prévu. Aaron soupira. Encore d’un ennui mortel !

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionYou're just making sure I'm never gettin' over you EmptyRe: You're just making sure I'm never gettin' over you

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum