Tout juste sorti de l'imprimerie magique: le Wizard Time du mois, cliquez !
Qui a gagné la Coupe des 4 maisons ? Cliquez ici pour le découvrir !
Apprenez toutes les subtilités du nouveau thème par ici !
Venez lire les règles du nouveau jeu exclusif de HF !

Partagez | 
 

 Rebecca Fortini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DC : 2673

RPG
Nom et Prénom : Victoire Weasley
Maison/UMS/Job : Professeur de Métamorphose-Etudiante en 2ème année à l'UMS
Age & Année : 19 ans
avatar
Victoire
MessageSujet: Rebecca Fortini   Dim 16 Juil - 1:10
Informations Générales (obligatoire)
Avatar :

Nom Prénom : Rebecca Alessia Maria Fortini

Célébrité: Claire Holt

Âge: 25 ans

Date de Naissance : 19 avril 1995

Race : Hybride

Hybride : Vampire/Sorcière

Statut de Sang :Sang-Pur

Caractère : Quelle genre de personne suis-je ? C'est une assez bonne question. Je suis quelqu'un de tourmenté, de déchiré, de brisé. Quelqu'un d'incohérent probablement, de chaotique. Ce chaos,il est en moi, il fait partit de moi comme mon vampire, j'ai appris à le maîtriser, à le supporter, à vivre avec. Ce chaos amplifié et apaisé à la fois par mon frère qui en est l'origine même.
J'apparaît comme quelqu'un de calme, c'est faux, je sais simplement garder la tête froide, ne pas céder à mes émotions ou à celles des autres. Je suis pragmatique, calculatrice, manipulatrice, oui tout cela à la fois.
Je sais comment parvenir à mes fins, j'y arrive, presque à chaque fois. Je n'ai peur de rien d'autre que la fatalité sous toute les formes. Il y a toujours des solutions et quand ce n'est plus le cas, ça me fait disjoncter.
J'ai ce côté de pur sadisme, de cruauté qui est naît lorsque j'ai appris la vérité sur ma mère. On dit qu'une rose cache des épines, les miennes sont là, plus nombreuses que jamais et je ne cherche pas à les dissimuler.
Tout chez un vampire est conçu pour attirer ses proies, pour les séduire, les charmer. Et même si je n'en suis qu'à moitié une, mon pouvoir de persuasion et de séduction est relativement élevé.
Je suis impulsive, j'agis parfois sur des coups de tête mais je m'en sors toujours grâce à mon sang froid.
Depuis la mort de mes frères presque sous mes yeux, je suis devenue colérique. J'ai des cicatrices profondes. Il m'arrive de péter les plombs, de tout envoyer valser, de perdre ce sang froid le temps de quelques instants et seul mon frère réussit à me calmer.
Ho je ne suis pas du genre à la fermer, quand je dois m'exprimer je le fais, haut et clair. On peut qualifier ça de grande gueule, ce n'est pas totalement faux.
Si l'on cherche bien, on me trouve tout de même quelques qualité sous cet amas de défauts, je vis ma vie à fond, je suis sincère, une véritable passionnée, je ne fais pas les choses à moitié. Je reste forte et loyale en toute circonstance et mon courage ne me fait pas défaut.

Physique : Comme dit plus haut, le physique des vampire est recherché pour être le plus tentateur possible. Ma voix, mes yeux, mes cheveux, mon odeur, tout.
Je suis aussi blonde que ma mère, que mon demi-frère à qui je ressemble beaucoup.
Je suis grande, fine, gracieuse. Mes yeux, oscillent entre le vert et le doré suivant ma soif mais deviennent immanquablement rouge vif lorsque mon vampire prend le dessus.
Ma silhouette féminine dissimule une force, une rapidité et une endurance propre à celle des créatures de mon sang.

Histoire : Mon enfance :

Je suis née à Firenze en Toscane, le 19 avril 1995. Ma vie était plutôt banale au début, j'ai grandis dans une grande maison sur les rives de l'Arno à 70 km de la mer Tyrrhénienne. Je vivais entourée d'une mère aimante, Bianca qui nous transmis son vampirisme, et d'un père de Sang-Pur, Marco. J'ai toujours été très proche de mes frères, c'est surtout eux qui s'occupaient de moi, m'acceptant dans leurs jeux, m'apprenant ce qu'ils savaient, me montrant mes premiers sorts. Esteban avaient 5 ans de plus que moi tandis qu'Antonio et Lorenzo, les jumeaux, n'en avaient que deux. Ils étaient mes grands frères, mes protecteurs, mes amis, mes modèles. Sur le coup, j'avais une vie heureuse, simple.
A l'âge de 8 ans, on m'expliqua que notre mère, ma mère, avait un autre mari avec qui elle avait un fils. Je ne comprenais pas bien ce que cela impliquait, j'étais jeune, mais ce que je comprenais en revanche c'était que MA mère, était aussi celle d'un autre.
En grandissant, je lui en ais voulu, de la rancoeur, voilà ce qui m'animait à son contact. Je n'ai jamais cherché à rencontrer cet autre enfant qui me volait ma maman. Dès mes 10 ans je me suis émancipé d'elle, je ne lui ais plus adressé une parole ou un geste d'affection, elle est devenu une personne parmi d'autre.Et je m'insurgeais dès que l'un de mes aîné essayait de m'en parler, je ne comprenais pas qu'ils prennent la chose avec autant d'indifférence.Je ne voulais rien entendre, rien savoir, elle n'était plus ma mère et si elle voulait des enfant elle n'avait qu'à en faire d'autre à son DiAngelo.
Jusqu'à mes 11 ans, je grandis surtout avec Miss Steal, Dorothea, notre gouvernante. Elle était mon amie, ma confidente, ma conseillère mais aussi un peu mon professeur. C'était une vieille sorcière qui nous aimait comme ses propres enfants. J'étais la fille qu'elle n'avait jamais eu et elle la mère que j'aurais aimé avoir. Rien qu'à moi, attentive, aimante et surtout présente. Mon père nous inculqua ses valeurs propres, nous tolérions les autres races, nous les respections mais nous ne nous mélangerions pas avec eux. Quand nous demandions ce qu'il était des vampires, après tout nous en étions tous à moitié, il répondait que cela lui permettait d'élargir son cercle et de gagner en influence.

La fin d'une époque :

Dès mon plus jeune âge on m'avait découvert une capacité de Legilimencie assez hors du commun. J'étais déjà très puissante pour mon âge et je le maîtrisais à la perfection. Je m'amusais à embêter mes frères avec ça, leur faisait parfois même un peu de chantage avec ce que je lisais dans leurs esprits.
A Beauxbâton, j'étais studieuse, j'avais des amis, des amours parfois, mais ma vie là bas n'était pas extraordinaire. Pourtant moi je l'étais, je n'étais pas ordinaire, j'étais une demi-vampire. Et même si c'était un fait appréciable pour Esteban, Lorenzo et Antonio, ils n'en saisissait pas le véritable intérêt. Pour eux c'était un plus, pour moi c'était tout. Et je regrettais de ne pas l'être à part entière.

L'été de mes 16 ans, je vécu la tragédie de ma vie. Sur la ligne de ma vie, à cet endroit, se dessine une fracture importante. Un point de non retour.
Alors que nous étions tous rentré depuis quelques semaines, que nous avions fêté nos retrouvailles, nous regardions un vieux film à la télé. Un lourd bruit, troubla notre quiétude. Nous nous regardâmes en silence, qui pouvait bien faire ce bruit à cette heure-là ? Il était presque minuit.
Esteban nous fait signe de nous taire et se lève, on le regarde s'éloigner et descendre les escalier,à la recherche de l'origine du bruit. Directement un climat de tension tombe sur la maison. Au bout d'une dizaine de minutes, Esteban n'est toujours pas revenu.
"Rebecca, restes ici" m'ordonne Lorenzo tandis que lui et Antonio se lèvent pour rejoindre notre aîné.
Je proteste, les attrape par le bras, je veux y aller avec eux mais ils refusent et me font promettre de rester cachée. Quand ils referment la porte derrière eux, j'ai tout juste le temps d'apercevoir un homme se battre avec Esteban et Lorenzo sauter dans la bagarre.
Réfléchissant à cent à l'heure, j'attrape ma baguette et ma cape, peut être allons nous devoir fuir.
Je me poste dans un coin, près de la porte d'entrée, retiens ma respiration, et tente d'écouter. Je me fais violence pour ne pas rejoindre mes frères. Où sont Dorothea et mon père ?
Après plusieurs minutes de lutte, c'est le silence totale qui m'enveloppe. J'ai l'impression que mon coeur va exploser. Je sens la présence de quelqu'un, où sont mes frères ? Que font-ils ?
Soudain "Rebecca chérie ?", sa voix me glace le sang. La porte explose dans un jet de lumière blanche.
Je bondis sur mes pieds et notre lutte commence. Dans le combat je distingue son visage, je ne l'ai jamais vu auparavant. Je comprends que je ne peux plus compter sur l'aide de mes frères, mais je repousse cette idée pour me concentrer sur ma lutte. Pas question de laisser mourir l'honneur de ma famille avec moi. Malheureusement je me battais, du haut de mes 16 ans, contre un adulte entraîné et fort, bien plus fort que moi. Au bout de plusieurs minutes, je commence déjà à fatiguer, c'est mon premier combat. Je ne sais pas comment, mais je finis par tomber au sol et l'homme s'approche de moi. Je pense que je suis morte, que c'est finit, que je vais simplement rejoindre mes frères et que c'est tant mieux parce que je ne veux pas vivre sans eux. Quand il enlève ma capuche, je ne trouve rien de mieux à faire que de me moquer de sa coiffure. C'est un mélange de peur, de nerfs qui lâchent, d'arrogance et de fierté qui me pousse à ouvrir la bouche. Mais ce mélange m'aura permit de le déstabiliser et de gagné quelques secondes précieuses qui auront servi à laisser aux renforts le temps d'arriver.
Je crus être sauvée mais le sorcier m'attrapa dans ses bras et transplana.

Blessée, orpheline, seule, brisée, les semaines qui suivirent se déroulèrent pour moi dans le flou totale. Je me rappel d'être resté enfermée un certain temps là bas, j'avais perdu tous mes repères, je ne savais plus quel jour on était, je ne savais même pas où nous étions.
Au bout de quelques temps, il m'explique, se présente, me raconte tout.
C'est donc mon demi-frère, Rafaël DiAngelo, qui a assassiné toute ma famille et m'a enlevé. Il venait tout juste d'apprendre la vérité.
Une rage folle s'empara de moi, que je réussis à intérioriser et à transformer en une rancune tenace. Je venais de perdre les trois personnes le plus importantes de ma vie à cause des erreurs de ma mère. Et à cause d'un gamin abandonné qui n'avait pas eu assez de jugeote pour savoir sur qui reporter sa colère.
Je ne mangeais pas, ne parlais pas.
Après plusieurs semaines de vie commune, de silence totale, de haine de mon côté à son égard et d'incompréhension, je continuais de lui en vouloir. Je ne comprenais pas pourquoi il me gardait ici s'il ne me tuait pas.
Au bout d'un moment nous commencions à nous parler brièvement. Des pauvres "donne moi ceci", "pose cela", "merci". Des mots murmurés du bout des lèvres, dans un souffle.
Peu à peu, je pris goût aux oeuvres de mon demi-frère, je pris goût aux livres qu'il m'apportait pour passer le temps, je pris goût à ses poèmes, je pris goût à son amour pour le vampirisme. Peu à peu, je me découvrais des points communs avec ce demi-frère que je connaissais à peine mais qui me ressemblait tant. Nous nous rapprochions, apprenions à nous connaître, à nous aimer. Je refusais de fouiller son esprit, je continuais de me méfier, la confiance n'était pas encore là et j'avais peur qu'il se mette en colère et ne décide finalement de me tuer.

J'appris le suicide de ma mère qui m'attrista bien moins que le meurtre de mes frères. Elle n'étais plus ma mère depuis plusieurs années déjà, elle avait été égoïste et menteuse. Je continuais de lui en vouloir et ne demandait même pas à Rafaël pour assister à son enterrement. De toute manière, elle était déjà morte depuis belle lurette pour moi.

Un nouveau départ :

A la fin de l'été 2011, Rafaël m'annonce sa décision de partir vivre en Amérique et qu'il m'emmenait avec lui. De toute manière, qu'allais-je faire ? Je n'avais plus personne. Mes frères me manquaient terriblement et je n'avais plus que Rafaël à qui me raccrocher.
Il choisit un appartement à New-York et décida de me rendre ma baguette maintenant que nous arrivions à vivre ensemble. Je décidais de rattraper mon retard scolaire et d'étudier à la maison, il m'aidait. Quand je lui appris que j'étais Legilimens et qu'il se rendit compte de l'étendue de mon pouvoir et du potentiel que je représentais, il s'acharna à m'apprendre l'Occlumancie.
A la rentrée suivante, je m'inscris dans une école pour étudier les sciences politiques et obtins mon diplôme au bout de 5 ans, diplôme suffisant à ce que j'intègre le quartier de contrôle et de régulation des créatures magiques. Ayant eu 25 ans en avril dernier, j'arriverais aujourd'hui à terme de ma cinquième année d'ancienneté et je serais sur le point de devenir directrice-adjointe du quartier si Rafaël n'avait pas décidé de m'endormir pour me protéger de la montée des Purificateurs.

Mais un nouvel allié vient d'entrer dans la ligne de compte, un potionniste talentueux qui peut aider mon frère à mener à bien ce projet que nous avons toujours voulu réaliser : Rendre les hybride immortels, et par conséquent nous même.
Nous avions toujours voulu devenir des vampires à part entière, et mon frère avait aujourd'hui besoin de mon aide. Au bout de plusieurs mois de coma artificiel dans lequel il me maintenait, Rafaël a décidé de me réveiller.

Hello, Bitches ! I'm Back.


Scolarité ou Travail (obligatoire)
Maison à Poudlard: Pas concerné

Année à Poudlard : Pas concerné

Maison à Ilvermorny: Pas concerné

Année à Ilvermorny : Pas concerné

Vos options : /

Année à l'UMS : Pas concerné

Cursus UMS : Pas concerné

Autre Ecole : Beauxbâton

Ecole fréquentée : Beauxbâton

Job : /


Informations Complémentaires (facultatif)
Don : Puissante Legilimens

Baguette : Bois de cerisier, plume d'oiseau-tonnerre, 30 cm, rigide

Orientation Sexuelle : Hétérosexuel

Animal de compagnie : /

Patronus : Oiseau-Tonnerre

Epouvantard : Mes frères morts

Camp : Neutre

Signe Distinctif :




           
A Family

"Vous êtes tout ce dont j'ai toujours rêvé. Alors s'il te plait, ne gâches pas tout."
           
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rebecca Fortini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rebecca] Un mail et une Visite
» Marionnettiste, je veux des ficelles à mon destin ! | Rebecca
» Biographie de Rebecca Chambers
» (F) Rebecca Mader - Sorcière
» Défi pour un sourire ... {Ferdinand & Rebecca }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Family :: Décrets Ministériels :: Informations sur le RPG :: Fiches personnages validées :: Adultes Américains-
Sauter vers: