Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyI should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead, I took care of you

Samedi 23 mai 2020

Lundi je commençais mes examens de fin d'année et ça n'allait pas être de tout repos. D'ailleurs les derniers jours n'avaient pas été plus reposants : je détestais ça mais j'avais passé mes journées à réviser des cours stupidement théoriques. Est-ce que j'étais sure de pouvoir acquérir mon diplôme dans cette université d'ailleurs ? Qui me garantissait qu'un jour elle ne serait pas fermée aux créatures comme moi ? Je n'étais qu'une demi-louve mais des campagnes de vaccination avaient été lancées dans tout le pays et de plus en plus de sorciers y adhéraient. Je n'aimais pas ça. Et Wolfgang non plus. Aucun des Insurgés d'ailleurs. Nous étions menacés et nous avions raison de détester ça.

Je ne comptais même plus Seth Green parmi les sources de mes ennuis. De toute manière, Ama m'avait interdit de le revoir et même si je n'aimais pas cet ordre, il était mon Alpha et je lui obéissais. Seth n'était pas celui que j'avais pensé être et je n'aurai pas du accorder trop d'importance dans cette relation. Après tout c'était vrai, on n'avait fait que s'amuser ensemble. Et c'était encore ce que je faisais aujourd'hui avec Alex Lothschild.

"Hey Parkinson ! Tu viens voir ton bro ?" Wolfgang avait ramené au Centre de Soins un certain fils de mage noir. Il m'en avait parlé, me défendant évidemment de m'y rendre. Il chassait les mages noirs et ne faisait clairement pas confiance à cet individu. Mais pourquoi l'avoir ramené ? Que cherchait-il à faire avec lui ? Si ça se trouve, tel père ne voulait pas forcément dire tel fils. Je pouvais citer pleins d'exemples dans l'histoire. Mais Ama n'avait rien voulu entendre, bien sûr. Et moi non plus.

Je me rendais compte qu'un fossé se creusait de plus en plus entre moi et mon frère. Je l'aimais toujours et je ferai n'importe quoi pour le protéger. Mais j'adhérai de moins en moins à ses idées et j'étais désireuse de voler à présent de mes propres ailes. J'avais ma vie à créer et le même sang d'Alpha coulait dans mes veines, que je le veuille ou non. C'était sans doute pour défier une nouvelle fois l'autorité de mon frère que j'étais là aujourd'hui sous l'oeil langoureux de Jasper Lindon. "Il n'est pas là, c'est pourquoi ?" demanda-t-il un peu plus curieux. "Dégage de là Lindon ! C'est lui qui m'envoie pour surveiller le mec." dis-je en désignant la pièce derrière lui.

Jasper eut un petit doute mais je lui servis mon plus joli sourire et il laissa finalement tomber. "Ne fais rien que je pourrais regretter. Sinon tu sais ce que ton frère me fera ..." Je lui lançais un clin d'oeil complice et entrai dans la pièce. Elle était assez sombre et je vis au centre de celle-ci l'homme que mon frère avait solidement attaché. Je fronçais les sourcils. Il n'avait aucun moyen de se reposer et du sang s'écoulait de quelques blessures à son torse. Je déglutis. Wolfgang avait toutes les raisons de haïr les types dans son genre mais je ne pouvais croire que nous étions obligés de nous déshumaniser pour accomplir de telles choses.

L'homme releva la tête en m'entendant approcher. Je refermais la porte d'un Collaporta et posais mon sac à dos au sol, sortant une bouteille d'eau. Il avait de multiples tatouages sur tout son corps, et je restais un moment à les observer. Je sentais son regard peser sur moi, menaçant, craignant surement que je ne vienne dans les mêmes intentions que Wolfy. "Je suis venue t'apporter de l'eau." Il parut rechigner.

"Je suis désolée pour ce que Wolfy a pu te faire. Il agit comme un véritable petit con, comme tu as pu le remarquer ..." Bonne entrée en matière, Sai' ! Je tordis la bouche et reposais la bouteille au sol. "Comme tu peux voir, je ne suis pas armée ..." Je relevais mon tee-shirt pour lui montrer qu'aucune arme n'était dissimulée sous mes habits. Je sortis ma baguette de ma poche et la reposais sur mon sac, bien en évidence. "Je suis seulement venue t'apporter un peu d'eau et de nourriture ...", dis-je en présentant mes mains en évidence. Il n'avait aucune raison de me faire confiance mais s'il désirait quelque chose, c'était maintenant ou jamais. Que pouvais-je bien lui faire subir après tout ? L'étouffer avec une cuisse de poulet ? 
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead, I took care of you


Cela fait huit jours que je suis enfermé et retenu prisonnier. Je pourrai m'en plaindre, mais que dire alors des années qu'a subi Jaya enfermé et a être esclave de mon père ? J'ai l'impression que c'est ma punition pour ne pas l'avoir sorti de là avant. J'encaisse sans broncher. Mon entrainement de gardien m'a permis d'avoir un moral d'acier. Je peux tenir le coup. Je n'ai pas peur de la torture, ni de la faim. Les deux hommes sorciers qui sont venus au manoir et on était capturé avant d'être libérés par leur femmes n'ont pas confiance en moi. L'un deux, Parkison a vu de suite que j'étais mage noir et guerrier. Il faut dire qu'il a aussi de jolis tatouages sur lui.

Ils m'ont retiré ma baguette et m'ont placé ici, dans ce qu'ils appellent le Centre de Soins, attaché avec des liens magiques. Jaya n'a pas été attaché elle. Les filles, Reagan et Élisabeth ont réussi à convaincre leurs hommes. Elle n'a pas de baguette, n'a jamais fait de magie. Être loin d'elle m'est insupportable. Je deviens fou quand ils l'embarquent pour lui faire des soins et que je ne la vois plus pendant une heure ou deux. Et quand je m'agite trop, ils s'inquiète encore plus et me voit comme l'affreux ennemi.

Parkinson vient régulièrement m'interroger, demandant des explications. Si je suis à l'origine du piège dans lequel ils sont tombés Liam, Élisabeth, Reagan et lui il y a une semaine. Si je suis responsable de leur fuite de Londres. Dans un sens oui, on est responsable, Jaya a eu la vision d'un avenir où on était libre et pour cela on avait besoin de Parkinson et Braeden. Parfois j'agace le guerrier et il cogne, ce qui ré-ouvre mes blessures. Même si j'ai envie d'avoir mes deux mains libres pour le corriger à son tour, je le comprends en un sens. Moi aussi je serai capable de tout pour protéger Jaya.

Chaque jour ils m'apportent à boire et à manger et je refuse leurs soins. Je ne bois que de l'eau que Jaya me donne. Je refuse de toucher à leur nourriture tant qu'ils ne m'ont pas détaché. Je ne supporte pas qu'une femme, Élisabeth, doive me soigner, ni même qu'un homme le fasse. Ni que Jaya me donne à manger comme un enfant chétif. Je suis réduis à rien et je refuse cet état. Je refuse d'être assisté. Je suis censé être le gardien de Jaya, ne plus tomber au combat. Je me sens impuissant mais je ne baisse pas les bras. Raanee me voit attachée, reste à mes côtés. C'est humiliant, dégradant, rabaissant. Est-ce ça la liberté que je lui avais promis ? Ce n'est pas le monde, ce n'est pas la vie, enfermés dans un Centre qui ne m'a pas l'air très officiel.

De ce que j'entends, parce que depuis huit jours j'écoute beaucoup, ça parle d'Insurgés, de Purificateurs, de missions. Je ne saisis pas tout, mais une chose est sûre, ici, ce n'est pas dirigé par le Ministère de la Magie. Et je suis inquiet pour Jaya. Elle me raconte ce qu'elle fait lors de ses soins, c'est Élisabeth qui s'occupe d'elle, je ne pourrai la confier à personne d'autre.

"Hey Parkinson ! Tu viens voir..."

Je fronce les sourcils. Non pas encore lui.  Je soupire. Il ne supporte pas quand je ne réponds pas à ses questions. Mon regard s'assombrit. Je suis fatigué de ses interrogatoires. Je ferme mes yeux quand la porte se pousse. Ma pièce est sombre et les lumières de l'autre côté sont aveuglantes. Quand je les ré-ouvre après quelques secondes, j’aperçois une femme et non Amadeus. Je fronce de plus belle mes sourcils. Elle lance un sortilège de scellage. Pourquoi fait-elle ça ? Je la regarde poser son sac, sortir de l'eau. Elle s'arrête et m'observe. Alors c'est cela ? Je deviens une bête de foire maintenant ? Ils vont faire le défilé pour m'observer ? M'étudier ?

"Je suis venue t'apporter de l'eau."

Je secoue ma tête. Je n'en veux pas de son eau. Qu'est-ce qu'il y a dedans ? Du veritaserum ?

"Je suis désolée pour ce que Wolfy a pu te faire. Il agit comme un véritable petit con, comme tu as pu le remarquer ..."

Je plisse de nouveau mes sourcils. "Wolfy" ? Parle-t-elle d'Amadeus ? Le garde dehors l'a appelé Parkinson et à bien y regarder, elle a des airs. Un petit quelque chose de lui, même dans l'attitude. Elle aussi c'est une demi-louve n'est-ce pas ? C'est sa sœur ? Elle n'a pas de tatouage, ce n'est pas une guerrière comme son frère. Mais elle n'a pas l'air innocente pour autant.

Elle tente de me rassurer. Pas d'armes sur elle. Relève son haut, pose sa baguette. Elle réitère son envie de me nourrir et me faire boire. J'ignore pourquoi elle fait ça ? Pour m'humilier un peu plus ? Le frère me frappe, me garde enfermé, et elle, elle vient me donner la becquetée ? Hors de question. Il n'a pas trouvé d'autre solution que d'envoyer sa sœur ?

Elle s'approche de moi et je me redresse, relevant un peu plus ma tête, les liens tirent sur mes poignets. Elle approche la bouteille de mes lèvres mais je tourne la tête. Je la vois alors boire la première, comme pour me prouver qu'il n'y a rien dans l'eau.

Elle insiste et je finis par boire. J'ai la bouche pâteuse de toute façon. Elle me pose des questions, mais je ne réponds pas. Elle parle de son frère, qui n'est pas celui que je crois. Pour l'instant, je ne crois que ce que je vois. Elle s'excuse pour tout ce que je subis. Je la vois mouiller un tissu avec la bouteille pour passer sur mes blessures. Je m'agite en refusant qu'elle me touche et elle recule. Elle a peur de moi. Ils ont tous peur de moi. Pourquoi est-celle là alors ? Pourquoi veut-elle prendre soin  de moi alors que je suis le grand méchant du Centre ?

Elle se montre courageuse. Hormis Élisabeth et Reagan, je n'ai encore vu aucune femme s'approcher de moi comme elle le fait. Je me calme quand elle redit qu'elle n'est pas là pour me faire du mal. Elle me demande même si je comprends bien l'anglais et tente une autre langue. Je souris intérieurement. Elle me fait rire. Elle parle beaucoup, elle est pleine de bonnes intentions. Je ne crois pas, effectivement qu'elle veut me faire du mal.

"Pourquoi ton frère te laisse-t-il m'approcher ?"

Je vois qu'elle est surprise que je lui parle enfin. Elle m'explique qu'il ne le sait pas, et qu'il ne vaut mieux pas qu'il le sache. Là ça m’interpelle et ça me plait d'avantage. Alors son frère ne sait pas qu'elle est ici, face au terrible mage noir que je suis ? Ça voudrait dire que je pourrai atteindre Parkinson à travers sa sœur. J'ai deux options qui s'ouvrent à moi. Soit je l'embobine pour qu'elle me détache et je m'en sers de moyen d'échange. Soit je la convaincs que je ne suis pas une menace, et elle pourra lui demander ma libération.

Mais si je veux prouver mon honnêteté, j'ai tout intérêt à l'être avec elle, et ne pas la trahir. Je veux voir jusqu'où elle est capable d'aller pour ne pas ressembler à son frère, pour m'aider. A quel point elle ne partage pas les idées de son frère. Me fait-elle confiance comme Élisabeth et Reagan ? Elle tente de me reproposer de la nourriture que je refuse depuis huit jours.

"Je ne mange que si je suis détaché"

Je tire sur mes liens et la regarde. Alors ? Osera-t-elle me détacher ?

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead, I took care of you

Samedi 23 mai 2020

L’homme restait dans son mutisme le plus complet et je tentais une approche. Mais il s’agitait en tous sens, de manière que je ne pouvais lui donner de l’eau. Je retins un soupir et me résignais à boire moi-même au goulot. « Tu vois, je ne suis pas morte ! » dis-je en écartant un peu les bras en haussant les épaules. « En plus, elle est encore fraîche ! » ajoutais-je avec un sourire en coin. Je tentais une nouvelle approche, doucement pour ne pas l’effrayer et il se résigna à boire. Je pouvais le comprendre d’une certaine manière. Si on m’avait enfermé dans cet endroit et qu’un gars se pointait au bout de 8 jours, je n’aurai certainement pas eu confiance. « D’où viens-tu ? Ou comment t’appelles-tu si tu préfères ? » dis-je en reposant la gourde pour qu’il avale. Mais il gardait le silence et se contenait de me fixer.

« Tu sais, Wolfgang n’est pas celui qu’on peut croire au premier abord. Il est méfiant avec les étrangers et ne fait pas confiance facilement, mais il fait cela dans l’unique but de protéger ceux qu’il aime. » Moi. Je me mordillais la lèvre. J’avais du mal à croire qu’il m’avait interdit de revoir Seth Green dans le but de me protéger. Enfin, si je le comprenais, Seth était un Purificateur et aurait pu nous tuer. Mais il ne l’avait pas fait. « Mais il est clair que ça n’excuse pas ce qu’il te fait subir. Je suis désolée … ». Je me reculais et observais le sang qui avait fini par sécher sur ses épaules. Je fis la grimace et versai alors un peu d’eau sur un chiffon.

« Je vais te nettoyer ça … » dis-je, expliquant mes gestes mais alors que j’avançais le bras, il recula brusquement. Je fis un pas en arrière, ne sachant pas trop comment agir. « Ecoute, je comprends que tu ne me fasses pas confiance. Mais je t’assure que je ne suis pas là pour te faire du mal. » Je plongeais mon regard dans le sien. Ses yeux semblaient tout dire et reflétaient la vie difficile qu’il avait du avoir. Mais il ne parlait toujours pas. Peut-être ne devait-il rien comprendre de ce que je disais ? « Je n’y ai pas pensé mais peut-être que tu ne parles pas anglais … » dis-je, mettant mes poings sur les hanches. « Tu comprends le français ? » demandais-je en changeant de langue.

Avoir passé un an dans ce pays m’avait au moins permis d’avoir quelques connaissances dans une autre langue. « Pourquoi ton frère te laisse-t-il m’approcher ? » Je sursautais. Il parlait. Anglais de surcroît ! Je laissais un sourire apparaître sur mes lèvres. « Tu me comprends ! » Je reposais le chiffon sur mon sac et repris d’un air plus sérieux. « Wolfgang ne sait pas que je suis ici et crois-moi il ne vaudrait mieux pas qu’il le sache ! » Oh non. Après Seth, s’il me trouvait là, il m’enfermerait surement 8 mois dans un couvent. Pourtant je ne faisais rien de mal. Au contraire, j’apportais un peu d’humanité dans cette pièce. Je me retournais vers mon sac et sortis quelques restes de poulet d’hier soir. « Je pense que tu devrais manger … », dis-je en lui tendant un morceau de viande.

« Je ne mange que si je suis détaché ». Je regardais ses liens se tendre à cette mention et croisais une nouvelle fois son regard sombre. « Je ne peux pas faire ça », dis-je. Il baissa la tête et recula. Je perdais un point. « Wolfgang est mon frère et s’il t’a enfermé ici c’est surement qu’il a une bonne raison. » L’homme releva la tête vers moi, ayant surement retrouvé son mutisme. « Seulement il ne me l’a pas dite … » Je reposais le morceau de poulet dans l’assiette et cherchais dans tout coin un objet pouvant me permettre de poser mes fesses. Je trouvais une sorte de cagette que je posais à deux mètres de l’homme et plongeais mon regard dans le sien. « Je peux peut-être t’aider à te sortir de là mais pour ça tu vas devoir te montrer coopératif. » Je lui lançais un petit sourire et ajoutais : « Et quand je dis coopératif, je parle d’aligner plus de dix mots dans une phrase ! »

Je secouais la tête et redevins un peu plus sérieuse. « Si tu me disais d’où tu connais mon frère ? » Wolfgang me prenait toujours pour son louveteau et me cachait bien trop de choses qu’il pensait soit dispensable de m’en parler car trop jeune ou non concernée. Seulement, il avait tendance à oublier que j’étais sa sœur et que je ferai tout pour le protéger. « Si tu veux mon avis, je ne vois pas vraiment quelle menace tu peux représenter pour nous et je pourrais peut-être exercer une pression sur mon frère pour te libérer … » Je haussais les sourcils, jouant et provocant. J’étais peut-être le seul moyen pour lui de sortir.  
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead, I took care of you


Elle ne peut pas faire ça. Bien, très bien. Je me renferme. D'un côté elle est prudente et elle a raison. Personne ne me connait. Son frère a sûrement une raison oui. On s'est servi de lui pour s'enfuir avec Jaya. De lui, de Reagan, Liam et Elisabeth. Jaya a vu l'avenir, un avenir alternatif et on les a fait tomber dans un piège. Non pas pour leur faire du mal, mais pour s'enfuir. Pour quitter le maître, pour la libérer de son esclavagisme. Et puis, je pratique la magie noire, je suis le fils d'un mage noir alors qu'il est un Auror, son frère. Si elle part déjà sur le fait que son frère a une bonne raison, c'est qu'elle lui fait confiance, et qu'elle ne me libèrera pas. Je lève la tête vers elle. Ne voulant plus lui parler, à quoi bon ? Je vais garder encore mes liens, je ne mangerai pas encore aujourd'hui. Mais sa phrase m'interpelle. Son frère n'a rien dit ? Pourquoi ? Je pensais que j'étais déjà étiqueté danger mortel dans tout le Centre. Je lève un sourcil et la regarde faire. Alors elle ne va pas partir ?

Je maintien son regard. Je n'ai jamais baissé les yeux devant personne, c'est un signe de faiblesse. Et je vois qu'elle n'a pas l'intention non plus de me lâcher du regard. Je l'écoute me dire qu'elle pourrait me faire sortir de là si je parlais un peu. Je n'aime pas parler, pas à des gens que je ne connais pas. Je sais qu'elle est demi-louve, qu'elle a un frère. Je sais qu'il a assez d'influence ici pour me laisser enfermer. Sans doute parce qu'il connait bien des dirigeants. Liam et Elisabeth. J'entends comment les gens parlent d'eux et d'un certain Tobias. Que je n'ai encore jamais croisé.

Je souris. Elle veut que j'aligne plus de dix mots dans une phrase. Elle ne sait même pas où j'ai connu son frère ? Mais se parle-t-il dans cette famille ? Ils ont l'air pourtant très proche. C'est cet endroit, c'est une organisation spéciale n'est-ce pas. Il y a beaucoup de créatures magiques.

Je reste là quelques minutes à la regarder sans rien dire. Peut-être qu'elle partira ? Mais elle reste stoïque et attend que je parle. Je pense qu'elle est du genre tenace et serait capable de revenir tous les jours ici me poser les mêmes questions.

"Ton frère a raison de te protéger. C'est même son devoir."

J'ai fais onze mots, ça va ? Elle repose sa question. D'où je le connais. Elle m'observe, elle doit se demander pourquoi je ne suis pas en colère contre son frère, alors que c'est lui qui me retient ici. Tout simplement parce que Jaya est libre, elle. Même si ça me ronge de ne pas pouvoir la protéger. Elle n'a pas de lien, et je n'ai pas le droit de me plaindre, elle a vécu bien pire que moi. Je peux supporter tout ça, je sais que ça ne durera qu'un temps. Ils ne peuvent pas me garder ici indéfiniment. Et je reconnais les valeurs d'un gardien, d'un guerrier.

"Mon frère a toujours été là pour moi. Quand... Notre mère est morte... C'est lui qui a veillé sur moi. Je l'aime beaucoup. Il est la seule famille qui me reste. Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça..."

J'en sais un peu plus sur elle, sur eux. J'imagine que s'il a veillé sur elle à la mort de sa mère, c'est qu'elle n'avait plus de père. Ils sont donc orphelins, comme Jaya.

"Parce que je ne jugerai pas."

J'ignore aussi pourquoi elle me parle aussi librement, mais si elle le fait, c'est qu'elle n'a pas peur de moi. Pas peur de ce qu'elle pourrait m'avouer. C'est plutôt un bon signe pour moi. Elle ne s'inquiète pas au point d'être méfiante. Je laisse un silence. C'est vrai qu'elle veut plus de dix mots par phrase. Alors je lui fais aussi une confidence évidente.

"Jaya est ma seule famille, et on m'empêche de la protéger"

Je tire sur mes liens pour appuyer ma phrase. Elle peut comprendre. Je me sens démunie comme ça. Dans l'incapacité d’honoré ma promesse. Si quelqu'un venait pour faire du mal à Jaya, je serai incapable de faire quoi que ce soit, et c'est là qu'est la véritable torture.

Elle ne répond pas. Je ne sais pas ce qu'elle pense. "Jaya ?" Puis je vois son visage s'éclairer. Elle la remet en mémoire. "Elle va bien, elle est en sécurité ici" Dit-elle pour me tranquilliser bien que ça ne me suffise pas. Je n'aime pas ne pas pouvoir être à ses côtés, ne pas pouvoir la protéger comme je le souhaite. Je ne sais pas tout le temps ce qu'elle fait et avec qui, et bien que Jaya me parle de qui elle rencontre, qui elle voit, je ne suis pas vraiment rassurée de la savoir seule par moment.

"Je pense qu'on va devoir apprendre à se faire confiance. Pour que je puisse t'aider. Pour que je puisse te sortir de là. "

"De ce que je comprends. La sécurité est quelque chose qui vous manque ?!"

Je peux très bien entendre certaines conversations qui s'échappent parfois. J'ai bien vu et entendu que c'était tendu par moment. Je ne comprends pas tout l'enjeu et tout ce qu'il se passe, mais je sais que ce Centre n'est pas officiel. Parce qu'aucun représentant de la Loi est venu me voir, aucun membre du Ministère, alors que je suis un mage noir. Et je doute que Parkinson soit officiellement Auror ici, et que l'on pratique ce genre de chose avec des prisonniers. Ne vont-ils pas à Azkaban ?

"Je n'ai pas le choix que de te faire confiance. Je suis attaché, pas toi. Est-ce que je te fais peur ?"

"Non." Répond-t-elle sans laisser de doutes. "J'ai passé l'âge d'avoir peur des hommes plus grands que moi" Elle esquisse un sourire avant de reprendre toujours sur un ton sérieux. "Mais je suis méfiante. Comme tu l'as dit, la sécurité est un concept qui nous échappe ces derniers temps." Elle croise ses bras, et se donne une allure de femme sûre d'elle. Ça me ferait presque sourire, elle veut être forte, elle veut être aussi forte que son frère, ça se voit. "Tu dis que je ne suis pas pas attachée mais c'est tout comme avec le frère que j'ai. En vérité, c'est sans doute toi le plus chanceux et le plus en sécurité de nous tous."

Je fronce mes sourcils. Vraiment ?

"Tu dis qu'il est ta seule famille. C'est certainement le cas aussi pour lui."

Je pense que je peux comprendre la position du demi-loup qui me tient enfermé ici, vis à vis de sa sœur. Elle se sent pieds et mains liés. Un manque de liberté ? Les frères sont étouffants, parfois ne font pas de cadeau, je le voyais bien quand je m'entrainais avec des fratries. Je me demande si Jaya s'est déjà sentis étouffé par moi ? C'est tellement étrange de se dire que je l'ai gardé enfermée pendant dix huit ans, pour sa soi disant sécurité ! Je m'en veux, mais pour l'instant la liberté est bien lointaine, enfermé ici. Cependant, pourquoi dit-elle qu'ici c'est mieux que dehors ?

"Qu'est-ce qu'il y a dehors ? Je pourrai vous aider ?"

"Dehors ?" Elle se met à ricaner. "Tu ne sortais pas beaucoup non plus avant d'être attaché ici hein ?" Elle semble se moquer de moi. Je plisse mes yeux. "Dehors il y a les Purificateurs. Ils veulent contrôler le pays, voir le monde. Et, surtout, ils veulent nous tuer, nous, les créatures magiques."

Elle fronce à son tour les sourcils et fais un pas vers moi. "J'avais pensé au début que mon frère t'avait enfermé ici parce que tu étais l'un d'entre eux. Mais je vois bien que tu es différent." Elle baisse sa voix et fis un pas vers lui. "Qui es-tu ?"

" Purificateurs ? Il veulent purifier quoi ? Les créatures magiques ?"

Je l'observe, vraiment. Je la regarde, la détaille, j'ai conscience que mon regard peut être déstabilisant. Je la scrute avec attention, mais respect.

"Tu n'as pas l'air si impure que ça."
"Ils pensent que nous sommes un danger pour la société"

Je tire sur mes liens. Ça me gratte, ça me gêne.

"Je ne suis pas un...Purificateur. Ton frère ne m'a pas enfermé pour ça."

Je craque son cou pour me détendre, cette position commence à être difficile à supporter, et puis je lâche un sourire quand elle s'approche. Je fais vraiment des efforts de communication. Je n'aime pas parler aux gens dont je ne connais rien, surtout quand je suis attaché. Mais la jeune femme à l'air différente, je ne sais pas. Il est temps d'avancer et de faire confiance, comme me le demande Jaya ?

"Je m'appelle Rowan."
"Rowan ? Je suis Saoirse."
"Enchantée Saoirse."

Je vois qu'elle hésite, qu'elle semble troublée.

"Tu dois avoir faim Rowan."

Plus elle s'approche de moi, plus je l'imagine déambuler dans le monde. C'est une femme de caractère. Je la vois bien défier son frère. Elle a du répondant. Physiquement, peut-être parce que c'est une demi-louve ? Elle est droite, résistante. Elle serait une bonne guerrière, une bonne gardienne. Son frère est tatouée, pas elle. Je vois qu'elle observait mes tatouages tout à l'heure.

Elle serait une belle gardienne. Qui pourrait-elle protéger ? Ce monde s'inquiète des gens comme eux, de son espère. Tout comme son frère s'inquiète pour moi, parce que je fais de la magie noire, parce que je suis un mage noir.

Elle s'approche encore plus et je me tends, bondant mes muscles naturellement. Son regard est tout aussi troublant. On dirait qu'elle s'apprête à faire une bêtise, elle hésite, mais en même temps, elle est déterminée. Je tourne la tête pour l'admirer de plus près. Elle est belle. Je retiens mon souffle quand elle s'approche de ma main gauche. Je la vois défaire les liens et je ne bouge pas d'un millimètre. Quand elle la libère, je me sens soulagé. Je crois que j'ai obtenu sa confiance. Je ne compte pas la perdre. C'est une première étape.

Avec ma main libre je me détache la main droite. Je masse mes poignets et me détends les épaules avec des mouvements. Je la regarde et fais attention à ne pas faire de gestes brusques qui pourraient l'inquiéter.

"Je t'ai apporté ceci ..."

Elle attrape le poulet, j'attrape la cuisse qu'elle me donne.

"Merci Saoirse."

Je m'assois par terre, reposant ainsi mes jambes engourdies. Elle s'installe sur la caisse en face de moi et me regarde manger. Effectivement, ça fait du bien. Mon ventre la remercie aussi. Je vois qu'elle m'observe et m'étudie. Ses yeux passent d'un tatouage à l'autre.

Je mange tranquillement, sans velléités de m'enfuir. Pour aller où de toute façon ? Si j'ai bien compris, le Centre est gardé et on y est en sécurité. Je ne sortirai pas Jaya d'ici pour la remettre en danger dehors. Elle s'assoit sur une caisse devant moi, posant son sac et me détaillant encore.

"Ce sont des runes. Tu en connais quelques unes ?"
"Disons que ce n'était pas une de mes matières préférées à l'école !"

Je lève un sourcil. A l'école ? Oui c'est vrai que traditionnellement, les sorciers vont apprendre la magie dans des écoles. Et cette manière est donc enseignée ? Je me demande ce qu'ils apprennent d'autre.

"A Poudlard, tu connais ?"
"Poudlard c'est l'école de magie anglaise ? Je ne suis pas allée dans une école."
"Tu n'es pas allé à l'école ?! Tu as vraiment de la chance, moi c'est ma mère qui m'y a forcé, et mon frère ensuite ... Que signifient-elles ?"

Elle s'interroge. Est-ce que je peux lui en dire plus ? Certainement. Je suis en face d'elle, libre de mes mouvements. Je peux parler un peu de moi. Je ne suis pas sûr qu'elle aille rapporter à son frère, elle n'est pas censée être ici. Je montre alors un tatouage sur ma l'arrière de ma tête.

"Celui là c'est, Uruz. Il signifie la force et la santé. Je l'ai depuis que j'ai 11 ans."

C'est quand j'ai commencé ma formation de gardien auprès d'Arkane, mon maître de combat. Je croque de nouveau dans la cuisse de poulet. Je montre une autre rune sur mon bras.

"Isa. Elle signifie la volonté"

Je suis quelqu'un de tenace et je me suis battu pour être le gardien de Jaya. J'ai toujours eu une volonté de fer. Des convictions. Et je pense que je le démontre en supportant ma détention. Je montre une autre rune sur mon épaule.

"Othila. Elle signifie le Maître. Dans mon cas c'est que je suis devenu maître de magie noire. J'ai été tatoué à mes 20 ans, après avoir terminé ma formation auprès de mon père. C'est pour cela que ton frère me garde enfermé ici. Parce que je suis le fils d'un mage noir. Et que par définition, si j'utilise cette magie, c'est que j'en suis un aussi."

Je vois son visage surpris. Est-ce que là elle s'inquiète ? Est-ce qu'elle regrette de m'avoir libéré ? Est-ce que je lui fais peur ? Je finis mon poulet et bois de l'eau.

J'ai huit runes en tout sur mon corps. Chacune signifie un passage ou une action de ma vie. C'est sacré dans la culture que j'ai eu. On est très peu de gardiens dans le monde de la magie. Cela se voit surtout du côté des mages noirs et il faut le dire, qu'ils ne courent pas les rues.

Je me relève doucement et fait craquer mes os. J'étire un peu mes muscles engourdis et je la regarde. Je lui montre une autre rune

"Thurisaz. Elle signifie la défense, la protection et la résistance. Elle m'a été tatoué lors de mon ordination finale comme gardien officiel de Jaya. Je suis un gardien, un guerrier. J'imagine que si j'avais suivi une école, j'aurai pu devenir comme ton frère. Auror. C'est ce qu'il est non ? Un gardien lui aussi ?"

Je m'approche d'elle et elle se relève en même temps que moi. Je lui fais alors face.

"Et maintenant que tu sais qui je suis. Est-ce que je te fais peur ? Est-ce que tu crois que ton frère a raison de me garder ici ?"

"Ama est un gardien oui. Il protège la population ... de la magie noire ... " Elle hésite, elle n'est pas très sûre, mais pour autant n'a pas l'air d'avoir peur. Elle se questionne plus que de raison.

"Je pense ... Je pense que mon frère a de bonnes raisons pour te garder ici. Mais je pense aussi qu'il devrait apprendre à te connaître et savoir qui tu es vraiment."

Elle fait un pas vers moi, pas très sûre d'elle cependant.

"Mon frère m'a toujours dit que la magie noire apportait le mal en nous. J'ai une question : est-ce ton père qui t'a forcé à apprendre cette forme de magie ? Ou bien aimes-tu vraiment la pratiquer ? Et auquel cas, qu'est-ce qu'elle t'apporte de plus ?"

Oui son frère protège la population des mages noirs. Comme sa conjointe. Reagan. J'approche mon visage du sien, collant ma peau contre la sienne, près de son oreille quand elle a fini de m'interroger. Un petit sourire s'y dessine. Elle ne bouge pas, mais je la sens extrêmement tendue, sa main cramponne sa baguette et elle est en position défensive, elle retient sa respiration.

"J'ai laissé mon père se faire tuer. Est-ce que ça répond à ta question ?"

Je m'écarte lentement d'elle et retourne près de mes attaches. Je lève mes bras en l'air, touchant mes liens, pour lui faire signe de me rattacher.

"J'ai été élevé par un mage noir Saoirse. Cela ne veut pas dire que j'en aurai été un si j'avais étudié à Poudlard comme toi."

Elle s'approche de nouveau hésitante vers moi pour rattacher mes liens lentement. Je me laisse faire, sans résistance. Elle ne me répond pas, se concentre, réfléchit. Et quand mes deux mains sont fixées, elle parle enfin.

"Est-ce que je peux te faire confiance ?"

Son regard plonge dans le mien et elle ne recule pas.

"Je ne dirai rien à ton frère."

Elle est différente du demi-loup. Elle n'a pas peur, alors que c'est lui le gardien, c'est lui le guerrier.

"Je pourrai t'apprendre. A devenir une guerrière."

Je la fais sourire sincèrement.

"Je suis déjà une guerrière" Me dit-elle en me montrant les deux épées de son sac. "Peut-être pas à la façon que tu l'entends mais je sais me battre ! Mais je pense que je pourrais accepter de recevoir quelques conseils ..."

Elle me fait un clin d’œil et je penche ma tête sur le côté. Elle se recule jusqu'à la porte, posant une main sur la poignée. Se tourne vers moi une dernière fois.

"Je reviendrais Rowan. Je te le promets."

Elle sourit avant de partir. Quand la porte se ferme, je souris à mon tour.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead I took care of you

Samedi 23 mai 2020

Il était redevenu silencieux, surement conscient que je ne l'aiderai pas à se libérer pour le moment. Mais j'insistais. Si lui ne voulait pas parler, ce n'était pas mon cas et je continuais sur ma lancée. Je lui parlais de Wolfy qui de toute façon ne me disait rien et ne comptait pas me dire grand chose. Il me protégeait comme toujours. Je le comprenais d'une certaine manière, même si je trouvais qu'il en faisait trop. Soudain, l’homme leva les yeux vers moi, me scruta quelques instants avant de déclarer « Ton frère a raison de te protéger. C'est même son devoir. » Je le regardais, un peu surprise qu'il se mette à reparler et qu'il soit d'accord avec mon frère. Il fallait croire qu'il savait faire la part des choses. « Mon frère a toujours été là pour moi. Quand... Notre mère est morte... C'est lui qui a veillé sur moi. » C’était encore aujourd’hui difficile pour moi de parler d’elle, même si pour cela, Calla Sawyer m’avait beaucoup aidé lors de mon voyage en France. De même, j’avais rencontré plusieurs personnes qui m’avaient appris à contrôler et parfaire mon don de Légilimens.

Je relevais mon menton vers lui et ajoutais : « Je l'aime beaucoup. Il est la seule famille qui me reste. » Oui je râlais souvent envers ce crétin. Mais au fond, je savais que sans lui, je n’étais rien. « Je ne sais même pas pourquoi je te raconte ça... » Je baissais à nouveau les yeux, jouant avec les lacets de mon gilet quand sa voix, dure et pourtant calme, se fit entendre. « Parce que je ne te jugerai pas. » Il laissa planer un silence. Moi, je ne répondis. Pas de jugement ? Peut-être. Mais je n’aimais pas parler de moi comme ça. Si j’avais appris à contrôler mon don, c’était justement pour apprendre à ne pas dévoiler tout tout de suite aux autres. Je fronçais les sourcils à sa remarque suivante. « Jaya ? » Puis je me souvins de cette fille au centre qui semblait sortir d'une autre époque. Elle posait toujours des questions assez bizarres comme si elle n’avait jamais rien vu de la vie d’aujourd’hui.

« Elle va bien, elle est en sécurité ici » dis-je pour le tranquilliser bien que je doutais que ça lui suffise. Je marquais une pause. Il glissa une remarque sur la sécurité à laquelle je ne répondis pas. Je savais que de toutes les façons on reviendrait à sa libération. Est-ce que je devais accéder à sa demande ? Je relevais la tête vers lui et ajoutais : « Je pense qu'on va devoir apprendre à se faire confiance. Pour que je puisse t'aider. Pour que je puisse te sortir de là. » Il leva les yeux vers moi, déclarant qu’il n’avait pas d’autre choix. Je l'écoutais. Sa langue s'était déliée à présent. Je me demandais s'il faisait pareil avec Wolfgang. Sûrement pas, auquel cas il n'aurait pas toutes ces marques ensanglantées sur le torse.

« Non. » répondis-je de but en blanc. « J'ai passé l'âge d'avoir peur des hommes plus grands que moi ». J'esquissais un sourire avant de reprendre toujours sur un ton sérieux. « Mais je suis méfiante. Comme tu l'as dit, la sécurité est un concept qui nous échappe ces derniers temps. » Je croisais les bras, bien droite dans mes bottes. « Tu dis que je ne suis pas attachée mais c'est tout comme avec le frère que j'ai. » Je regrettais presque automatiquement mes paroles et tournais la tête dans le vide. Pourtant je réclamais toujours plus d'indépendance mais Wolfy ne semblait pas désireux d’accéder au plus vite à ma demande. « En vérité, c'est sans doute toi le plus chanceux et le plus en sécurité de nous tous. » Si on devait avoir peur, c'était de ce qu'il y avait dehors.

L’homme m’écoutait, patiemment. De toute manière, il n’avait rien de mieux à faire. Mais ça faisait du bien de se sentir écouté. Ce n’était pas courant de nos jours et ce n’était surement pas Tobias qui pouvait me servir de psychomage. « Tu dis qu'il est ta seule famille. C'est certainement le cas aussi pour lui. » La seule famille de Wolfgang ? Oui. Il fut un temps. Seulement Reagan était avec nous à présent. Je l'aimais beaucoup, je l'admirais même. Elle m'avait tant appris et elle rendait Wolfy heureux. Mais, ce n'était plus ma meute. « Qu'est-ce qu'il y a dehors ? Je pourrai vous aider ? » Je me mis à ricaner. « Dehors ? Tu ne sortais pas beaucoup non plus avant d'être attaché ici hein ? » Je me moquais de lui mais en réalité, ça me paraissait étrange de voir qu'il existait encore des personnes qui ignoraient notre monde de folie. Finalement, Jaya et lui se ressemblaient plutôt bien. « Dehors il y a les Purificateurs. Ils veulent contrôler le pays, voir le monde. Et, surtout, ils veulent nous tuer, nous, les créatures magiques. » Je fronçais les sourcils alors qu’il me posait des questions. « Tu n’as pas l’air si impure que ça », répliqua-t-il. Je fus un instant surprise et fis un pas vers lui. « J'avais pensé au début que mon frère t'avait enfermé ici parce que tu étais l'un d'entre eux. Mais … tu es différent. » Je baissais la voix et fis un pas vers lui. « Qui es-tu ? »

Il s’agitait un peu. Ses liens se tendaient quand il bougeait rien que d’un centimètre et tout son corps était tendu. « Je ne suis pas un...Purificateur. Ton frère ne m'a pas enfermé pour ça. Je m'appelle Rowan. » Je voyais son regard me détailler de la tête aux pieds et je devais avouer que ça me déstabilisait un peu. « Ils pensent que nous sommes un danger pour la société », ajoutais-je, en parlant des Purificateurs. C'était totalement idiot. Mais qu'y pouvait-on ? On ne referait pas le monde et encore moins les mentalités des gens d'aujourd'hui.

Ses lèvres bougeaient comme pour esquisser un sourire et je fus un instant surprise de voir qu'il arrivait à faire bouger ses muscles ainsi. « Rowan ? Je suis Saoirse. » répondis-je. Je vis ses muscles se tendre. Était-ce moi qui produisait cet effet sur lui ou bien son corps tiré en tous sens ? « Enchantée Saoirse ». Je marquais une pause, hésitant sur ce que j'allais faire. Wolfgang allait déjà m'en vouloir d'être venue ici sans sa permission alors, si je ... « Tu dois avoir faim Rowan. » Après tout, un peu plus ou un peu moins, Wolfy me tuerait. Je m'approchais de sa main gauche et commençais à défaire le lien de sa main. Détaché, il sembla se détendre et je pris une grande inspiration, comme n'étant toujours pas sûre de ce que je faisais. Et puis d'abord, depuis quand étais-je sûre de ce que je faisais ?

« Je t'ai apporté ceci ... » J'attrapais le poulet que j'avais pris en cachette chez mon frère et lui en tendis une cuisse. « Merci Saoirse. » Je le regardais s'installer à même le sol, surement heureux de pouvoir se détendre un peu. Depuis combien de temps était-il là ? C'était le sort qu'on réservait à nos ennemis habituellement. Rowan était-il un ennemi ? Je n'en savais rien encore mais pour l'instant il n'en avait pas l'air.

Je m'assis sur une caisse, poussant mon sac et l'observais. Son torse nu montrait encore quelques coups que Wolfy avait du lui donner. Mais des drôles de tatouages y étaient représentés. Ils semblaient composés tout son corps. « Ce sont des runes. Tu en connais quelques unes ? » m’informa-t-il. « Disons que ce n'était pas une de mes matières préférées à l'école ! » dis-je en riant. Quand avais-je été studieuse à l'école ? Je remarquais qu'il fronçait les sourcils, se demandant de quelle école je devais parler surement. « A Poudlard, tu connais ? » Il me confirma qu’il n’y avait jamais mis les pieds. Surprise, je ne pus m'empêcher de réagir immédiatement à ses paroles. « Tu n'es pas allé à l'école ?! Tu as vraiment de la chance, moi c'est ma mère qui m'y a forcé, et mon frère ensuite ... » Si j'avais pu me passer d'assister aux cours, ça aurait été avec joie. J'avais aimé être à Poudlard, j'y avais fait de superbes rencontres. Mais c'était bien tout ce que cette école m'avait apporté.

J'observais un peu plus attentivement ses runes et lui posais la question qui me brûlait la langue, incapable de contenir davantage ma curiosité. « Que signifient-elles ? » Il hésita et finalement commença à m’en désigner quelques-unes. J'écoutais avec attention, me rendant compte que les runes avaient une histoire bien plus intéressante que celles étudiaient en cours. Je fronçais les sourcils en entendant "magie noire". Fils d'un mage noir ? Il finit de manger alors que je réfléchissais. C'était pour ça que Wolfy le gardait captif alors. Pourtant il n'avait rien d'un mage noir. Enfin je me les étais toujours imaginés ... autrement. Le regard dur et froid, le visage fermé sans aucune émotion, et avec un seul désir : détruire. Il se releva lentement et j'en fis de même, histoire d'être préparée à tout quant à mes mouvements. « Ama est un gardien oui. » Je m'efforçais de garder une voix calme mais je ne pouvais masquer mon sentiment d'admiration et de fierté pour mon frère. « Il protège la population ... de la magie noire ... » dis-je avec une pointe d'hésitation.

Il se tenait droit devant moi et ne manifestait aucun signe de violence ou qui signifierait qu'il voulait s'échapper. Pourtant, je restais sur mes gardes. « Je pense ... » Je regardais ses tatouages, ses runes, son regard dur mais pourtant bien plus chaleureux que je ne l'aurai cru. Je détendis mes épaules et terminais : « Je pense que mon frère a de bonnes raisons pour te garder ici. Mais je pense aussi qu'il devrait apprendre à te connaître et savoir qui tu es vraiment. »

Je fis un pas vers lui, pas très sûre de ce que je faisais en réalité. « Mon frère m'a toujours dit que la magie noire apportait le mal en nous. J'ai une question : est-ce ton père qui t'a forcé à apprendre cette forme de magie ? Ou bien aimes-tu vraiment la pratiquer ? Et auquel cas, qu'est-ce qu'elle t'apporte de plus ? » Merlin, si Wolfy me voyait faire, il péterait surement un câble. Rowan fit un pas vers moi. Moi qui luttait pour ne pas faire de gestes brusques risquant de l'offenser, lui n'hésitait pas à s'approcher de moi, cherchant peut-être à m'intimider, à jouer avec moi. Mais je le laissais faire. Je n'allais pas faiblir. Je n'avais pas peur. Il avait tué son père. En signe de rébellion ? Voyait-il les choses plus grandes que lui ou au contraire désapprouvait-il ses méthodes ?

L'homme retourna près de ses liens, comme pour montrer qu'il était prêt à être rattaché. Je remarquais que j'avais coupé ma respiration à son contact. C'était étrange, mais je sentais comme un vide à présent. Je me ressaisis et m'approchais de lui, m'appliquant à rattacher ses liens. Je ne répondis pas tout de suite, comme cherchant mes mots. Ce ne fut que quand sa 2ème main fut rattachée que je trouvais à dire :

« Est-ce que je peux te faire confiance ? » Mon regard plongea dans le sien et je ne me reculais pas. Je n'avais PAS peur. « Je ne dirai rien à ton frère. Je pourrais t’apprendre. A devenir une guerrière ». Je souris, baissant ma tête, rougissant sans doute peut-être un peu. « Je suis déjà une guerrière » dis-je en sortant mes deux épées de mon sac. « Peut-être pas à la façon que tu l'entends mais je sais me battre ! » Je n'avais pas besoin d'un énième homme qui voudrait me dire comment agir. Seulement, Rowan n'était pas mon frère. Je baissais mes armes, me radoucissant, et ajoutais : « Mais je suppose que je pourrais accepter de recevoir quelques conseils ... »

Je lui lançais un clin d'œil et ordonnais mes affaires. Il était temps pour moi de partir. Wolfgang n'allait pas tarder. Main sur la poignée, je me retournais tout de même une dernière fois, croisant son regard : « Je reviendrais Rowan. Je te le promets. » Je lui glissais un petit sourire, avant de déverrouiller la porte et de me glisser par la sortie.
codage by Wiise

_________________


« We are one clan. We are one pack. »

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz

I should have quit but instead, I took care of you


12 juin 2020

Il s'est passé énormément de choses depuis le début du mois. La compagne d'un dirigeant des Insurgés, Tobias, a accouché et s'est faite enlever le même jour par les ennemis. Après l'enlèvement, Jaya a pu voir comment la libérer, et nous avons négocié ma libération comme cela. Tobias a bien voulu me libérer, contre l'avis de certains comme Amadeus pour que l'on retrouve Reese. Depuis le 3 juin, je suis libre de naviguer dans la structure sous marine, et Reese a retrouvé sa fille. J'écoute et observe beaucoup ce qui s'y passe, j'ai accepté de manger, et j'ai trouvé une salle d'entrainement. Nous avons une petite chambre chacun avec Jaya. Tobias nous a autorisé à y rester un temps, le temps de se trouver quelque chose.

Et puis il y a eu le retour d'Amadeus et de Reagan, après leur torture, tout le monde a regardé Jaya d'un mauvais œil, l'accusant de ne pas avoir vu. Et elle, la pauvre n'a de cesse d'expliquer que les prédictions ou les visions ne se font pas comme ça. Ils n'y connaissent rien. Je me suis rapproché de Saoirse alors qu'elle s'inquiétait pour son frère quand ils avaient disparu. Et quand ils sont revenus, sauvé par des collègues de boulot rebelles aux Lois, elle a veillé à ses côtés, sa belle-sœur qui était entre la vie et la mort. Je les ai observé tous les deux, frère et sœur. Ils sont fort, il y a beaucoup d'amour et de respect entre eux.

Et Reagan s'est relevée, plus tout à fait la même et ils sont rentrés chez eux. Je suis donc retourné voir Saoirse, voit si elle allait bien, comment elle se sentait après l'inquiétude et avoir vu son frère et Reagan dans cet état. Je sais qu'elle a eu très peur, elle me l'avait dit : il est sa seule famille. On a commencé à parler, et parfois à s'entrainer dans la salle tous les deux. J'ai très vite attiré la curiosité, et j'ai commencé à donner des cours aux Insurgés présents. J'ai un habitué, il s'appelle Gabriel, ses parents ont été assassiné par les Purificateurs. J'en apprends un  peu plus sur leur monde, sur ce qui se passe dehors, et me rend compte combien on était isolé avec Jaya. Je prends soin d'elle aussi, passe beaucoup de temps à répondre à ses questions. Je suis juste heureux de la savoir en sécurité, même si elle commence à tourner en rond. J'aimerai un peu avoir la confiance de tout le monde avant de pouvoir sortir avec elle, j'ai bien trop peur qu'ils croient qu'on va les trahir.

Aujourd'hui je m'entraine avec des loups, et ils ne retiennent pas leurs coups, c'est le moins que je puisse dire. Je suis un paquet de fois à terre. Mais ils m'apprennent beaucoup, et j'améliore ainsi mes techniques, mes enchainements, ma rapidité. On échange des tactiques, des conseils. Je dois aller à l'infirmerie après cette séance, et je la vois arriver. Elle pique l'alcool et les compresses à l'aide soignant et me regarde amusée. Se moquerait-elle ?

"Je suis fort, mais pas invincible."

Elle appuie le coton contre ma plaie au front et je ne la quitte pas du regard, un sourire sur mes lèvres. J'attrape son poignet et le baisse doucement. Je l'observe un peu mieux et me relève pour lui faire face. Je la dépasse d'une bonne tête.

"Pourquoi es-tu habillée comme ça ?"

Elle me dit qu'elle doit aller sur une mission de repérage d'un hangars dans un bois.

"Toute seule ?"

Je fronce mes sourcils et regarde un peu autour de nous. Apparemment oui.

"Je viens avec toi."

Elle me fait les gros yeux et me repousse pour commencer à sortir de l'infirmerie, mais je la rattrape et passe devant elle, la forçant à s'arrêter.

"Tu as vu dans quel état ils sont revenus ? Tu crois que je vais te laisser partir seule, alors que ton frère n'est pas là ? Et...si tu es avec moi, je pourrai enfin sortir un peu. Seul je sais qu'ils n'auront pas confiance."

Et elle sait de quoi je parle, ils m'ont tous à l’œil. Je reste un mage noir. Je lui fais alors un sourire irrésistible.

"Laisse moi donc voir la guerrière dont tu me parles souvent en action."

Elle me donne un coup dans le flanc et je me mets à rigoler. Je crois que c'est bon, j'ai fini de la convaincre.

Codage par Libella sur Graphiorum

descriptionI should have quit but instead, I took care of you EmptyRe: I should have quit but instead, I took care of you

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum