Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionI'm unstoppable EmptyI'm unstoppable

more_horiz

I'm unstoppable
Fait chier. Putain de merde, putain d'humains, putain de Rafleurs. Me voilà à courir comme une proie dans une forêt que j'arpente depuis peu. On est tous éparpillé mais toujours en visuel. Je sais précisément ou chaque membre - du petit échantillon de meute qui est venue avec moi - se trouve. Les pas sont vifs, nous sommes tous en train de courir. Rasha est morte, sous nos yeux. Une satanée fléchette a perforé son cou et elle s'est écroulée comme une poupée de chiffon, crachant et pleurant du sang. On a même pas eu le temps d'entendre son dernier battement qu'il a fallu se mettre à fuir. Les fléchettes ont plu au dessus de nos têtes. Les vampires plus légers et rapides ont dégainé leur baguette pour nous faire une barrière de protection. Je suis resté coi quelques minutes, avec l'image des yeux injectés de sang de la louve. Rasha était une merveilleuse tireuse.

Je vais tous les buter. Je grogne autant que je peste. Mes veines sont gonflées alors que je cours depuis un petit moment déjà. Le sang frappe fort mes tempes, alors que je bouillonne intérieurement. Les Rafleurs sont nombreux, je crois qu'on a fini par attirer l'attention en décimant quelques uns de leur congénère. Pas assez ! J'ai donné un ordre simple à la meute, si un des gars tombe à l'arrière et qu'il est seul, tant pis pour le maladroit. On ne peut pas prendre le risque d'être plusieurs en péril, je ne suis pas pour laisser les notre derrière nous,  mais aujourd'hui ça craint, il faut sortir des bois. Ces petits cons sont audacieux, le transplanage est impossible.

Je sens un truc transpercer mon marcel blanc et effleuré tout un côté de mon flanc droit. Une flèche. Sérieusement ? Un petit agneau est sorti du troupeau et me chasse à l'arc. Je freine des quatre fer et marque le sol d'un gros sillon avant de me propulser en arrière et de lui sauter dessus. Mes ongles et mes crocs se plantent dans sa chair et je tire dessus arrachant des morceaux de peau avant de l’assommer d'un coup de tête puissant. Ils sont armés, mais sacrément faibles. C'était trop facile. J'attrape sa tête entre mes deux mains et craque ses vertèbres. Je crache sur son corps.

"Pour Rasha."

Je reprends ma course. On entend des cris, je sais reconnaître les voix. Il y a des bruits de lutte et des sorts qui défoncent les arbres un peu partout. Mike et Price s'en sont sortis. Des jumeau d'une trempe sans pareille. Sûr que si l'un reste en arrière, le jumeau reculera aussi. Mais mon sang se glace alors quand j'entends sa voix. Casey. J'entends des jurons, des vampires me doublent - et je m’aperçois que je me suis arrêté de courir - et me lance que c'est trop tard pour elle, ils sont nombreux et c'est mes ordres. PUTAIN FAIT CHIER ! Aux chiottes mes ordres, je fais demi tour et me dirige vers elle. Je peux sentir son sang, ils l'ont touché. J'espère juste qu'elle ne s'est pas pris un vaccin. Quand j'arrive dans la zone, je pète des dents et des bras pour m'approcher plus. Elle a une flèche plantée dans le bras. Je suis soulagé, ça cicatrisera vite si elle boit dès qu'on sortira de cette forêt.

J'avance à pas de loup - haha - et me camoufle derrière les arbres. Ils sont quatre à parler au dessus de sa tête, baguettes pointées sur sa tignasse. Je dois dire qu'elle est sexy avec cette expression sur son visage, elle a clairement envie de tous les bouffer. Elle m'a repéré, l'odeur chérie, l'odeur du mâle à la rescousse. Je lui fais un clin d’œil et je vois à son regard qu'elle n'est pas contente de me voir ici. Oui je sais, je suis incapable de suivre mes propres règles. Elle me remerciera plus tard. En attendant ce que j'entends me débecte, ils ne l'ont pas tué car ils la veulent vivante pour...vendre ses organes au plus offrant. QUOI ? C'est quoi cette merde, c'est pas des Rafleurs, ce sont des braconniers. Il parle de ses crocs, de ses ongles. Ils se demandent si son joli petit cul vaut des gallions. Je grogne, son cul est à moi et heuuu, enfin c'est ma meute. Pas touche.

Réfléchis Tarek, ouais une fois n'est pas coutume. Ces pauvres idiots se disputent le butin, sauf que le butin, c'est Casey. Profitant de leur incertitude, je grimpe à un arbre. Fait chier, je suis pas un écureuil, je déteste ça, pas pour rien que les vampires servent à quelque chose, je préfère la terre ferme. Pourquoi ces fichues branches craquent sous mon poids ?

"Hé attendez ! FERMEZ là ! Écoutez ! C'quoi ce bruit ?"

Merde, je déglutie et ne fait plus un geste. Sauf que c'est pile le moment que dame nature décide de me faire un coup de chien - ironie - et la branche cède sous mon poids. J'ai juste le temps de bondir pour choper un Rafleur/Braconier par l'épaule et le plaquer au sol. D'une violente gifle griffue j'éventre sa carotide, le sang pisse, m'éclabousse et tapisse les feuilles mortes au sol.

"Surprise !"

Les trois autres se sont tournés vers moi, je fonce alors sur un, sans perdre de temps, pendant que Casey s'occupe des deux autres. Mon poing frappe si fort dans son visage que sa mâchoire se disloque, et il en perd des dents. J'ai évité de peu la seringue brillante que j'écrase sur ma chaussure. Ils sont tous les quatre morts à nos pieds.

J'approche d'elle et attrape son bras où la flèche est plantée. "Elle ne semble pas empoisonnée." Et je tire dessus pour la sortir. Avant qu'elle ne hurle à mort je la plaque contre moi, une main sur sa bouche. "Tout doux ma jolie, tu ne risques rien avec le grand méchant loup dans ces bois." Elle me donne un coup de coude, pile dans l'endroit où ma cicatrice se passe mal et je grogne.

"Voilà comment tu me remercies pour..."

Je n'ai pas le temps de dire autre chose que je sens quatre piqûres sur mon corps et avant de réaliser qu'il ne s'agit pas de vaccin, je m'écroule au sol sous des impulsions électriques puissantes. Une des attaches s'est plantée pile dans la morsure du loup contaminé. Mon seul point faible face à ces armes. Prenant une dernière bouffée d'oxygène, je fusille Casey du regard.

"COURS !"

Elle est ma bêta, elle doit partir. Elle n'a pas le choix, et l'intonation de ma voix ne laisse aucun doute à l'ordre alpha que je viens de donner. Puissant, clair, autoritaire. S'il m'arrive un truc, la meute lui revient, elle le sait. Et d'un coup, c'est le trou noir.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   

Car tu es devenue, tout ce que j'aime et tout ce que je déteste, mais je dois continuer à ne jamais me briser. Car je ne suis pas un faible. Ce sont tes mots.

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz
I'm unstoppable
Tarek Fergal & Casey Morgan

Mais... ils vont me lâcher ces connards là ? Je m'agite dans tous les sens pour échapper à leur prise, en dépit de la gêne que me procure cette flèche nichée dans mon bras, mais ils sont nombreux, même pour moi et y en a un qui me tient la mâchoire comme si j'étais un vulgaire animal. Je grogne, je crie, je donne des coups. Ils veulent me dépecer ? Me démembrer ? Eh bien ils rêvent je... Je plisse le nez, sentant une odeur nauséabonde connue. Je lève les yeux en l'air et là... J'ai pas halluciné, c'est Tarek derrière l'arbre ? Qu'est-ce qu'il fout là ? Ses propres ordres étaient clairs pourtant : on ne se retourne pas pour un membre qui s'est fait prendre seul. S'il me sort de ce merdier je vais en entendre parler toute ma vie... enfin, toute sa vie. Et puis il est ridicule dans cet arbre. Et puis il n'est franchement pas doué parce qu'au moment où les abrutis dissertent sur la valeur de mes fesses au marché noir, la branche sur laquelle monsieur l'alpha est perché se casse la gueule. Mais ça suffit à créer un effet de panique.

Ce faisant, je parviens à me libérer et à avoir assez de mou pour leur mettre une dérouillée à ces enfoirés de... de quoi d'ailleurs ? Ça ne ressemble pas aux méthodes des Rafleurs ça. Bref, je brise une nuque, pendant que Tarek fait dans le plus... sanguinolent. Il faut toujours qu'il se fasse remarquer. Je m'apprête à cogner l'abruti qui touche à mon bras quand je réalise que c'est Tarek. J'espère bien qu'elle n'est pas empoisonnée. En tout cas, je me sens toujours vampire, donc pas un vaccin. Mais bordel, elle fait mal. Et cet abruti qui tire dessus ! Et je ne suis plus habituée à avoir mal depuis ma transformation, mais là, je ne peux retenir un cri... Qui se heurte à la main de Tarek. Il me saoule mais il me saoule ! Je me dégage de lui en frappant là où ça fait mal. Non, pas là où vous pensez. Sur sa cicatrice. Et voilà ! Qu'est-ce que je disais, je vais en entendre parler pendant des jours et des jours.

Sauf qu'il s'arrête, en plein milieu de sa phrase. Normalement quand il est lancé, on ne l'arrête pas. Je commence à entendre du bruit... merde...

« Tarek ?! »

Pourquoi il tombe ? Pourquoi il tremble ? Merlin, mais qu'est-ce que c'est que ça ? Cours ? Que je cours ? Il veut que je le laisse ? C'est pas l'envie qui m'en manque mais... Ok... ok... ça va. Je le regarde un instant, et je détale. Bordel, je déteste quand il fait son alpha. Je fonce à toute vitesse, pour échapper aux braconniers. Je repère vite les autres à l'odeur.

« Transplanez ! Transplanez, grouillez !
- Où est Tarek ?
- TRANSPLANEZ ! »

Je grogne férocement et les premiers bruits de transplanages se font enfin entendre. J'en attrape un qui traîne un peu trop et je transplane  mon tour. Quand on apparaît au campement qu'on occupe depuis notre retour en Angleterre, c'est le branle bas de combat. J'en envoie certains à des postes de vigie, je demande aux loups soigneurs de s'occuper des plus blessés. L'un d'eux veut regarder mon bras, mais je ne veux pas, il faut que je boive. On m’apporte un animal dans lequel je mords.

« Rasha et Tarek ? »

Je regarde le loup qui vient de poser la question. D'autres me fixent, les vampires aussi. Je n'aime pas vraiment ça. C'est parce que je suis la Bêta, c'est ça ? Ils attendent que je sache exactement quoi faire et quoi dire ?

« Rasha. Seule Rasha est tombée. »

Tarek est pas mort.

« Les blessés se repose, je veux tous les loups et les vampires en état avec moi, prêts à transplaner dans dix minutes max.
- Ce sont pas les ordres, Casey.
- Sauf qu'aux dernières nouvelles, c'est moi qui les donne, les ordres.
- C'est la Bêta, Mike, t'as pas ton mot à dire », ajoute un vampire en s’avançant.

Ça commence à râler. Certains disent que c'est trop dangereux. D'autres qu'il a ordonné de ne pas retourné en arrière, qu'on n'a pas à y aller. Certains ne veulent pas me suivre. Y a même un gros loup qui veut se la péter. Il bombe le torse et son odeur a changé. Il s'avance vers moi , il croit sérieusement qu'il m'intimide ? Gabe, un vampire, passe devant moi, mais je le repousse. Non mais il pense vraiment que j'ai besoin d'aide.

« Sors pas les crocs devant moi, tu vas le regretter.
- C'est pas parce que Tarek ne t'a jamais fait plier que j'y arriverai pas. »

En une seconde, il m'attrape à la gorge et me soulève mais je lui balance un coup de pieds dans les roubignoles. Je sors les crocs à mon tour et les membres de la meute s'écartent, dessinant un cercle autour de nous. Et on se percute, violemment, on frappe, on cogne. Il essaie de me griffer, ah ça non ! J'ai déjà donné, je l'envoie valser mais il me fonce de nouveau dedans, et je sens sa mâchoire m'entailler la peau du bras et là, je ne cherche plus à comprendre, je lui chope le cou pour y planter mes crocs et aspirer son sang à toute vitesse, jusqu'à ce qu'il pâlisse et tourne de l’œil.

« Est-ce qu'il y en a d'autres qui ont envie de contester ? »

Ma cage thoracique vivre, je le sens. Cette fois, personne n'ose rien dire.

« Alors j'ai déjà donné mes ordres. On accélère ! Toi, tu l'enfermes, tu le surveilles et je te jure que s'il s'échappe, je te ferai vivre pire qu'un Doloris ! »

Là, ils m'ont énervée. J'essuie sommairement le sang qui perle de mon bras, et je vais rejoindre les premiers prêts à transplaner. On va le ramener ce trou du cul, comme ça, c'est moi qui pourrai lui en faire baver. Je braille quelques ordres pour que le transplanage se passe bien. Et on retourne là où on l'a perdu. Les loups repèrent vite sa trace, faut dire qu'il pue. Facile à reconnaître. Et on remonte la piste, jusqu'à une vieille zone désaffectée à l'entrée d'un village. Alors c'est ici qu'ils font leur trafic... Je jette un regard à « mes hommes ». Un signe de tête et c'est parti. Tous s'engouffrent dans le bâtiment qui ne paie pas de mine. Les premiers braconniers arrivent. D'un geste vif, j'écrase la tête de l'un d'eux contre la paroi, qui fait tout résonner. Je sors ma baguette aussi pour que ça aille plus vite. Les loups hurlent, et les coups pleuvent, de part et d'autres.

« J'm'occupe de Tarek ! »

J'ai déjà repéré son odeur à la boule de poils. Je me fraye un chemin, mon ras me gène mais je réussis à avancer. Il est dans les sous-sols... Je bondis, plutôt que de descendre à l'échelle. Deux types foncent sur moi, d'un geste précis et vif, j’attrape leurs deux têtes que je claquent l'une contre l'autre, même si ça m'arrache une grimace. Pauvre bras, une flèche et une morsures. Mais que vois-je ? Voilà un spectacle qui me redonne le sourire. J'avance de quelques pas, en souriant jusqu'aux oreilles et en me délectant de la vue. Tarek, torse nu, menotté et totalement impuissant. C'est... très plaisant.

« Eh bien dis donc... si j'avais su que tu m'attendrais dans cette position... »

Je me rapproche, jusqu'à être très proche de lui. La situation est sous contrôle là haut, je peux l'entendre d'ici et par mesure de sécurité, je lance un sort sur l'entrée, histoire qu'on me laisse savourer cette vision d'un Tarek impuissant et passablement énervé. C'est ça, fusille moi du regard...  Je fais glisser mon index sur son torse, tout en faisant une moue qui laisse clairement comprendre que j'estime la marchandise.

« Qu'est-ce que tu croyais, Tarek ? Le jour où je voudrai de la meute, je la gagnerai à la loyale, en te foutant la dérouillée de ta vie. »

Oh, il veut que je le libère ? Non, je ne crois pas. Il me le fera payer mais une telle occasion ne se représentera pas de si tôt. Comment ça il veut que j’enlève mes mains glacées ? C'est pas ce qu'il disait la dernière fois. Du coup, j'attrape ses hanches et me colle à lui.

« Va falloir être très gentil pour que je te détache. »

Et il grogne encore. Je me hisse sur la pointe des pieds, mon visage à quelques millimètres du sien.

« Plus gentil que ça. » Nos regards s'accrochent un instant. « T'avais pas à venir me chercher. »

Qu'il ne s'étonne pas si je ne suis pas ses ordres. Et puis... Je sens un truc... Je baisse légèrement le regard. Han, mais monsieur a une réaction.

« Je savais que je te plaisais. Non, non, commence pas à nier, je sais très bien que... »

Oh mais il a fini de grogner oui ?!

« Promets moi de prendre une douche et je te libère. »

Parce qu'il pue. Mais genre encore plus que d'habitude, j'crois que ça fait des jours qu'il s'est pas lavé. J'attends, et dès que j'ai sa parole, un alohomora sur ses menottes me permettent de le rendre libre de ses mouvements.  


black pumpkin

_________________


   Uncover
Nobody sees, nobody knows
We are a secret
Can't be exposed
That's how it is, that's how it goes
Far from the others
Close to each other
That's when we uncover
©️ Joy

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz

I'm unstoppable
Je me réveille dans une cave. Inutile de dire comment je me sens, en dehors de l’humiliation. Cette blessure de mes couilles j'en peux plus, le pire c'est que Casey s'en sert à sa guise. Heureusement qu'elle est la seule à le savoir, enfin heureusement... tout est relatif. En attendant j'observe les lieux. Ça pue l'humain, ça pue la chair en décomposition, les os brûlés, la mort. Mais où je suis ? Ces connards ne s'en tireront pas comme ça. Je vais les découper moi même, le premier qui se ramène, il va connaître ma colère. Je tire sur les liens, bien évidemment, j'ai plus ma baguette et les entraves semblent être semblables à tous ces faibles qui s'attachent les soirs de pleine lune. Je grogne, et j'entends alors du bruit au dessus. Je sens aussi les effluves de panique. Ooh les pauvres braconniers auraient-ils des ennuis ? Un large sourire s'affiche sur mon visage quand...bordel de Merlin c'est Casey.

Je ravale mon sourire quand je vois le sien. Je pousse un gémissement de rage. Qu'est-ce qu'elle fout là ? Et en plus elle me reluque ! Je tire sur mes liens, ce qui marque encore plus mes abdo et biceps. "Haha, tu étais la dernière personne que je m'attendais à voir ! Aller détache moi Casey, fais pas chier !" Je tire un peu plus et finalement me plaque contre les grilles derrière moi quand elle s'approche avec ce regard lubrique. Woh woh woh que fait-elle ? Elle s'éclate ! Elle savoure la situation.

"Ça t'amuse hein ?"

Je l'observe, son petit manège de supériorité. Haha trop drôle, son alpha est attaché, à sa merci, torse nu, démuni et elle se la joue dominante et sûre d'elle. Qu'elle joue pas à ça avec moi, y'a bien un moment ou je serai détaché. Je rêve où elle vient de lancer un sort vers la sortie, ou l'entrée selon le point de vue. Je déglutie juste un peu. Parce que faut pas déconner, j'ai quand même un doute, un gros doute. Elle le ferait pas n'est-ce pas ? Elle me renverserait pas dans une telle situation ? Toutes mes terminaisons nerveuses me brûlent à son contact.

"Arrêtes ça ! Détache moi !"

Je frissonne quand son doigt parcourt mon corps. Je grince des dents et l'assassine du regard.

"A-QUOI-TU-JOUES-CASEY ! Relâche moi !"

En plus elle me menace ? La dérouillée de ma vie hein ? Qu'est-ce qu'elle fout avec ses mains, mon cœur se met à palpiter plus vite, et je sais même pas pourquoi. Son souffle. Pourquoi elle est revenue ? Pour moi ? Je pensais qu'elle serait heureuse de me laisser crever, et avec mon aval en plus. Personne n'est jamais revenu pour moi, pas même Liam. Alors que fout cette teigne ici ? Pour se foutre de moi ? M'humilier ? C'est réussi.

"Vire tes mains de givre !"

Et bien évidemment, juste pour me faire chier, elle se rapproche encore plus. Et je sens de l'électricité aux points d'appuis qu'elle a sur mon corps. Je serre ma mâchoire et avale ma salive alors qu'elle nous rapproche. J'aime pas ce sentiment, j'aime pas ce qu'elle fait, ce qu'elle me fait ressentir. Je grogne doucement quand elle me dit qu'il va falloir que je sois sympa. Je tente de reculer ma tête, mais elle s'en approche dangereusement. Je suis pris au piège, avec une espèce de sensation entre la torture et le désir. Sérieusement, ces décharges électriques m'ont bousillé le cerveau. Je pourrai la niaquer, j'en ai d'ailleurs très envie. J'ai très envie d'un autre truc aussi, de sentir gigoter sa hanche contre mon entre-jambe. J'y crois pas, non non non ! Ce regard, cette position, son corps gelé contre le mien. Je me souviens de ses lèvres, du contact de sa peau contre la mienne, de ses mains lors de notre petit dérapage et mon corps y réagit amèrement.

"Plutôt crever qu'un autre te dépèce à ma place Morgan."

Ma poitrine se soulève et s'abaisse et cogne dans la sienne alors que je tente en vain de me maitriser. Ouais ben ces trucs là, ça se maitrise pas. Elle est venue me chercher...alors qu'elle crève d'envie de voir ma tronche sur une pique au milieu de la meute. Elle me haït, je la haïs et pourtant j'ai fait demi-tour, elle a fait demi-tour et pourtant, là, contre son corps j'ai envie d'elle.

Je grogne près de son visage, alors que j'ai envie de l'embrasser, grrrr je la déteste ! Elle est pire que l'Amortentia ! "C'est de t'imaginer à ma place qui me fait cet effet, t'emballe pas." Ouais très convainquant Tarek ! Je siffle encore entre mes dents en la repoussant d'un coup de hanche quand elle se délecte de la situation.

Je la considère d'un regard. Si je joue trop au con, elle va me laisser pourrir ici. Assez jouer. "J'ai pas le choix pour la douche ma jolie, il faut bien que j'enlève ton odeur sur moi. Bon OK OK, s'il te plait Casey, peux-tu me libérer et j'irai prendre une douche comme ça." Je force un sourire, ouais faut pas trop pousser, et je vois sa baguette se lever droite vers moi, ses yeux brillant de malice, et on regard en point sur ma bosse, puis les liens se défont. J'ai cru attendre !

Je soupire de soulagement et masse mes poignets. Je me dirige vers elle, bombe le torse et vient le faire rebondir contre sa poitrine, je rêve ou ses seins pointes ? J'avance jusqu'à la bloquer entre un mur et moi. Je viens humer son cou, me frottant bien à elle et lui susurrer à l'oreille.

"J'espère que tu as bien profité de ce petit moment, parce que..."

Et alors que je me redresse vers son visage, à quelques centimètres de ses lèvres, le regard rivé sur le sien, j'entends hurler en haut. Mes hommes. Je relève ma gencive dévoilant des crocs et me retire pour en haut des escaliers. Casey défait le sort et je grimpe pour sentir enfin l'air frais. L'air frais et le sang. Je regarde autour de nous, un carnage. Ils sont tous morts. Un visage satisfait est de rigueur. Elle n'est pas venue toute seule, elle a ordonné à la meute de venir me retrouver ? Et personne s'y est opposé ? C'est qu'ils l'ont accepté comme bêta, ce qui l'a rend encore plus...ARRG merde, faut que j'arrête ça.

On retourne directement au camp. Un vampire a retrouvé ma baguette et me la tend. Il trépigne sur place. "Que faisons nous de Hunter ?"

"Hunter ? Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il a ?"
Le vampire, Gabe, regarde ses pieds.
"Est-ce que j'ai l'air d'être quelqu'un de patient Gabe ?"
"...il a ...il a défié Casey."

Je lâche un rire de surprise.

"Et combien de dents a-t-il perdu ?"
Gabe relève un sourcil.
"Quoi ?!"
"A l'évidence Casey a eu le dessus, combien de dents a-t-il perdu ?"
"Il, elle...j'en sais rien, on l'a enfermé."

Je hoche la tête en faisant une moue agréablement étonné.
"Très bien. Casey décidera quoi faire, c'est elle qu'il a défié."
Et j'aurai bien voulu voir ça, son joli petit cul lui foutre une raclée, Hunter me sort par les yeux de toute façon à rouler plus de mécaniques que moi.

Je vais donc sous la douche, faisant couler l'eau chaude sur mon visage dans un soupir d'extase, quand j'entends un bruit sous ma tente de fortune. "T'es venue en redemander ou vérifier que je me lavais ?" Je sors la tête du rideau qui sépare le coin douche improvisé, et d'un bond je viens la saisir par le bras et la tirer avec moi sous le filer d'eau magique au dessus de nos têtes. Elle grogne mais je maintiens ma prise sur sa blessure.

Je me délecte du spectacle, ses cheveux trempes, mangeant son visage en colère. Son petit haut blanc qui laisse aisément entrapercevoir par transparence deux belles douceurs. "Pourquoi toi tu es revenue ?" La question à laquelle tous deux ne savons pas répondre. Pourquoi j'ai fais demi-tour, pourquoi est-elle venue me chercher ?

Je relâche sa blessure pour venir saisir sa taille et la coller à moi. Et ici, dans le plus simple appareil, il est de nouveau déplorable de constater qu'elle me fait encore plus d'effets. Je ne m'en cache pas et je viens même cogner ma masculinité contre elle en collant mon bassin contre le sien. "Tu cherches quoi ? Tu sais que c'est dangereux, ce petit jeu." Je viens mordre mes lèvres sous un hoquet de surprise quand je sens ses ongles s'enfoncer sur le rebondit de mes fesses. Ça en devient douloureux dans le bas ventre.

Je viens dégager ses cheveux mouillés pour capter son regard. Entre la haine et la passion. "Toi aussi tu m'énerves Casey, te méprends pas sur ce qui se passe entre mes jambes." Après tout c'est mécanique, et c'est dans des moments comme ça que je me dis que j'aimerai bien sentir les battements de son cœur. Je sais qu'elle crève de désir pour moi, elle peut faire sa mijaurée, la dernière fois, je l'ai faite crier. "Il parait que tu t'es battue pour venir me récupérer ?"

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   

Car tu es devenue, tout ce que j'aime et tout ce que je déteste, mais je dois continuer à ne jamais me briser. Car je ne suis pas un faible. Ce sont tes mots.

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz
I'm unstoppable
Tarek Fergal & Casey Morgan

Merlin ! Chassez le naturel, il revient au galop. Je l'ai libéré non ? Alors qu'est-ce qu'il veut ? Oh, je vois, il veut rejouer au mâle dominant. Je « bloque ma respiration » quand il se colle à moi, j'essaye de ne pas inspirer son odeur nauséabonde et de zapper la chaleur anormale de sa peau. Maintenant quoi ? Qu'est-e qu'il va me faire ? Mon regard passe sur chacun de ses yeux... jusqu'à ce qu'un cri nous fasse relever la tête. D'un même mouvement, on se précipite vers le haut, où une odeur de sang m'agresse immédiatement. En voilà un charnier comme j'en ai rarement vu. Mais au moins, ce ne sont pas les nôtres qui sont tombés. Non, ce sont ces enflures de braconniers, ceux qui ne pensent qu'à nous vendre en pièces détachées. Je souris, voilà une bonne chose de faite. Mais on sera mieux au camp.

Je vais prendre des nouvelles des blessés, savoir comment avance les soins. L'un des loups fait mine encore une fois de vouloir examiner mon bras, mais mon regard suffit à le faire taire. Quand je reviens vers Tarek, il est en train de causer aux autres, qui font leur rapport sur Hunter. Je... j'ai bien entendu ? Il me laisse décider ? Genre, monsieur je veux tout contrôler, il me laisse régler le cas d'Hunter ? En tout cas, il m'a donné une idée. Alors qu'il se décide à aller sous la douche, moi, je vais voir Hunter. Alors qu'il est magiquement ligoté, je fais tomber ma veste, exhibant sa morsure.

« Sept. Sept entailles de dents... »

Je m'avance vers lui et d'une main ferme, je lui chope la mâchoire et la presse pour le forcer à ouvrir sa grande gueule. De mon autre main, je pointe ma baguette et commence à lui arracher magiquement une dent... puis deux... et une troisième. Jusqu'à ce qu'il y en ai sept. Il ne ressemble plus à rien, la gueule en sang.

« Je t'interdis d'utiliser la magie pour les faire repousser, alors t'as le choix. Ou tu restes avec nous mais tu t'écrases. Que ça te plaise ou pas, t'as un Alpha et des Bêtas, et ouais, dans le lot, y a moi, alors tu fais ce que je dis et tu la fermes. Ou tu te casses. Tu remets pas les pieds en Irlande et tu te démerdes dans ce pays pourri. »

Je me relève, lève le sort qui l'entravait et quitte la tente. C'est à lui de faire son choix maintenant. Je donne l'ordre qu'on le laisse. En tout cas, s'il reste, j'ai grande hâte de voir sa tronche d'édenté. Et sa gueule de loup. Ridicule ! C'est donc de bonne humeur que j'arpente le camp jusqu'à la douche précaire de Tarek. Il se lave vraiment ? Moi qui pensais qu'il avait oublié ce que le mot « hygiène » voulait dire. Faut que je vois ça.

« Peut-être un peu des deux, j'ai vraiment du mal à croire qu... »

Merlin ! Mais oh bordel de... La pression qu'il exerce sur mon bras blessé m'empêche de réagir efficacement et je me retrouve sous l'eau beaucoup trop chaude. Je déteste sentir mes vêtements trempés me coller à la peau. Je grogne pour qu'il me lâche, mais évidemment, Tarek ne serait pas Tarek s'il ne faisait pas sa tête de mule. Il me fait mal en plus mais plutôt crever de lui faire part d'une faille qu'il pourrait exploiter contre moi. Pourquoi je suis revenue, pourquoi je suis revenue, il en a de bonnes lui ! Pourquoi il est revenu lui d'abord ?

« Parce que ça m'intéresse pas d'être à la tête d'une meute de chiens et parce que tu sais très bien que je ne suis jamais tes ordres. »

Je soutiens son regard, provocatrice. C'est pas vraiment à ça que j'ai réfléchi. Mais ce con là, il a dit que ma famille c'était la meute, non ? Et on laisse pas quelqu'un sur le carreau, c'est tout. Voilà. J'ai juste eu une réaction logique. Ça va mieux lorsqu'il cesse d'appuyer sur mon bras mais je ne me détends pas pour autant. Au contraire, parce que ce qu'il fait, c'est très dangereux. Il pue un peu moins, grâce à l'eau et au savon, mais je déteste toujours son contact. Sauf que son érection là, ça ne m'aide pas du tout à réfléchir. Merlin ! On a manqué de me découper en morceaux, cet abruti est revenu Sauf que e chercher, j'aurais pu être débarrassée de lui, je me suis pris une flèche, je me suis même fait mordre pour ce con ? Sauf que j'ai soif, et elle revient aussi forte que dans les premiers temps de la transformation. Et pas une soif de sang, parce que son sang, il est dégueulasse. Mais chaque envie, chaque pulsion, tout est exacerbé, et il le sait. En plus, il se la pète en mode alpha et je déteste quand il joue là dessus.

« Ce que « moi » je cherche ? C'est toi qui m'a foutue sous la douche, et ça fait déjà deux fois aujourd'hui que je te fais cet effet. »

S'il veut jouer au con, s'il veut jouer à « ce petit jeu », qu'il assume, mais on va jouer. Puisqu'il agite sa virilité sous mes yeux, je m'empare de ses fesses.

« Je te déteste. »

J’enfonce un peu plus mes ongles dans la peau de ses fesses quand il écarte mes cheveux. Je le déteste, franchement, il me gonfle à se la péter.

"Il parait que tu t'es battue pour venir me récupérer ?"
- Juste pour être quitte et pour le plaisir de remettre Hunter à sa place. »

J'aurais dû le laisser se démerder. Je le déteste ça ne change rien, j'ai juste soif et il n'est pas un mauvais coup.

« Joue selon les règles et ça ira. »

Mes lèvres se posent dans son cou. Je sens mes crocs qui commencent à sortir, mais il s'empare de mes lèvres. On peut faire ça et continuer à tracer notre chemin, le reste, on s'en tape non. J'l'aime pas, j'le supporte pas, mais on n'a pas besoin de parler pour faire ça. Voilà, quand il ne parle pas il est supportable. J'ai un geste de recule quand il presse mon bras mordu, mais je rattrape ses lèvres, j'ai pas envie qu'on s'attarde dessus. Je le déteste, je déteste avoir envie de lui. Mais je me sens vivante, je peux presque entendre mon cœur battre et mon sang palpiter, ce qui est techniquement impossible, je le sais.

« Tarek, faut qu'on voit... »

Je n'écoute pas la suite. En une demi-seconde je transplane hors de la tente, pour me retrouver beaucoup plus loin, dans la forêt, trempée et à moitié nue. Manquerait plus que ceux de la meute se mette à s'imaginer des trucs. Mais merlin, je sens comme un vide horrible et une douleur au creux de mon ventre. Je dois attendre quelques instants, avant de me résoudre à me sécher avec ma baguette et à me rapprocher du campement. Je renifle. Tout le monde a l'air dehors. Je crois que Tarek est... Je le déteste ! Mais quel petit enfoiré ! Je transplane dans sa tente pour jeter un stupefix sur la louve qui le tripote – oui c'est ça, qu'il essaie donc de me faire croire qu'elle n'est là que pour le soigner, prends moi donc pour une imbécile - je lance également un sort d'impassibilité et un assurdiato, avant de dégager le corps comateux de la louve dans un coin et de pousser Tarek sur la couche.

« Ferme-la. »

Sans sommation, je lui grimpe dessus. Il fait chier ce con ! Je planque mes mains sur son torse quand il fait mine de se redresser et je m'empare de ses lèvres.

« T'inquiète, ça change rien. »

Non, rien du tout, je le déteste, je hais ses ordres, il me gonfle, mais j'ai juste envie de ce qu'il peut m'offrir.

« J'te déteste ! »
, que je grogne dans un râle.

black pumpkin

_________________


   Uncover
Nobody sees, nobody knows
We are a secret
Can't be exposed
That's how it is, that's how it goes
Far from the others
Close to each other
That's when we uncover
©️ Joy

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz

I'm unstoppable
Je souris quand qu'elle parle de remettre Hunter à sa place. Je n'ose imaginer ce qu'elle va lui réserver, ou peut-être l'a-t-elle déjà fait ? Le remettre à sa place ? J'irai tout de même lui toucher deux mots. Mais pas maintenant, maintenant je frissonne quand sa main descend dangereusement pour faire grimper mon désir. On devrait arrêter, je devrai la repousser, je suis l'alpha, on ne peut pas recommencer, même si la dernière fois c'était...exceptionnel, et ça m'arrache la bouche de le dire.

Mon corps s'enflamme quand je sens sa bouche contre mon cou et la naissance des pointes de ses crocs, ça ne devrait pas me faire ça, c'est excitant, dangereusement excitant. C'est une vampire, je suis un loup, c'est juste contre nature, juste dégueulasse, pourtant, je réagis tellement à ce côté sensuel que je viens saisir sa tête entre mes mains pour l'embrasser fougueusement. Elle me rend dingue. Je débloque totalement en sa présence. Toutes mes cellules réagissent à ce baiser. Je ne veux plus répondre de rien, je profite juste du moment présent, de mes émotions, je la veux, je veux la posséder, croire qu'elle est à moi, qu'elle obéit pour une fois et subvient à une de mes volontés sans me défier ou m'insubordiner.

Elle sait y faire et mes mains décident de la redécouvrir pour la deuxième fois. Alors que je la rapproche de moi, par son bras, je la sens qui me repousse avant de ressaisir mes lèvres. Ce qui suffit à soulever mon étonnement. Je fais alors glisser mes doigts sur sa peau pour venir sentir la trace d'une morsure. Ça gronde dans ma poitrine quand je crois savoir ce que s'est. Et alors que je veux regarder de plus près, j'entends une voix.

« Tarek, faut qu'on voit ... »

Thaïs, une soigneuse de la meute détachée. Et Casey est déjà plus là. La température de la pièce augmente et l'eau en devient presque trop brûlante. La fraicheur de Casey disparait pour ne laisser place qu'à de la vapeur tiède qui m'étouffe soudainement. Je grogne et suffoque en arrêtant l'eau couler au dessus de moi.

"Quoi ?!?" Que je gronde sur elle.
"...un peu tes blessures !"
"J'ai rien !"

J'attrape une serviette que j'enroule autour de ma taille, c'est pas évident de cacher une érection, quoique voir la louve me calme rapidement et fait chuter mon désir. Thaïs est moche, et en plus d'être moche, elle n'est pas Casey.

"Si, tu as pris des décharges électriques qui t'ont cloué au sol, ce n'est pas normal."

Je grogne de nouveau en me rapprochant d'elle menaçant. Elle reste droite et me regarde en biais, méfiante, je sens son cœur s’emballer, ses mains trembler et je ralentis mes pas.

"Cloué au sol ?! Qui t'a dit ça ?"
"C'était une...expression, bien évidemment que tu es l'alpha et que...j'aimerai juste vérifier tes blessures."

Je vois son regard parcourir mon corps, mes abdo, elle rougit et elle s’attarde sur l'ancienne morsure mal cicatrisée.
"Tu as fait ça aujourd'hui ? C'est vraiment pas beau. Je peux voir ?"

Je hoche la tête et elle s'approche pour examiner.

"Est-ce que tu as mal ?" Je serre les dents quand elle y touche. Oui putain de merde, vire tes doigts de là !
"Absolument pas, sauf quand on y enfonce une attache électrifiée et qu'on y envoi le jus dessus."
"Il faudra vérifier ça quand on rentrera."
"Ouais."
"En attendant tu..."

Je la fixe un instant, figée. Hein ? Et mon regard se porte sur Casey qui vient de débouler dans la tente et qui envoie plein de sorts contre les toiles. Je lève un sourcil, qu'est-ce qu'elle fout ? Elle vient dégager Thaïs devant moi et me pousser sur le lit. Pourquoi je me laisse faire ?

"Qu'est-ce que tu fous Casey ?"
« Ferme-la. »

Je me retrouve allonger sous sa force et aussi parce que j'avoue que je ne résiste pas le moins du monde, même si je ne sais pas ce qu'elle fabrique, enfin j'en ai une petite idée, mais qu'est-ce que ça veut dire ? Elle débarque sous ma tente, fige la soigneuse, protège la toile et me saute dessus, comme ça ?

Mon corps réagit au sien, je me redresse pour émettre une objection, mais quand ses lèvres se saisissent des miennes, c'est déjà trop tard. Beaucoup trop tard pour que mon premier cerveau réagisse. Ouais ça change rien, ça veut rien dire, tout ça, ce désir, cette envie, ça vaut pas grand chose, c'est juste un besoin satisfait, rien d'autre, n'est-ce pas ? J'la déteste toujours autant.

"Très bien."

Et c'est comme si je donnais ma permission, que je me déculpabilisais de la situation. Mais bon sang, qu'est-ce que j'en ai envie.



"Et moi j'aime que tu me détestes comme ça."

Je reste un peu, pour faire redescendre la pression, j'embrasse une dernière fois sa peau, comme pour m’imprégner d'elle et de ce moment, qui ne doit plus jamais se reproduire, puis je me retire pour me reposer à côté d'elle. Putain qu'on est con, fichtrement con, il n'y en a pas un pour récupérer l'autre.

"T'aurai jamais du venir dans ma tente."

Je me penche de côté sur mon avant bras pour la regarder. Mes yeux se promènent sur son corps nu, passant de ses pieds en remontant par ses jambes, ses hanches, son ventre, ses seins et capter son regard qui me fusille. Quoi ?! J'ai tout vu et tout sentis sous mes doigts y'a pas deux minutes. Je viens bloquer mon regard sur son bras.

"Est-ce que ce chien a eu ce qu'il mérite, ou faut-il que je lui dise comment on traite les membres de ma meute ?"

Et qu'elle ne vienne pas dire que je suis jaloux ou une connerie pareil.

"Il faut te repaitre correctement. Habille toi."

Je me relève et enfile de nouveau vêtement, alors que j'enfile mon t-shirt je vois qu'elle hésite.

"Casey je t'invite pas au restaurant, fais ce que je te dis, pour une fois !"

J'veux plus de cette marque dégueulasse sur elle, je veux plus de sa trace, pas maintenant que je l'ai rempli de moi, de mon odeur, de mes baisers. C'est ça ou je vais péter la gueule d'Hunter jusqu'à ce que même son créateur ne le reconnaisse pas.

Je crois qu'elle finit par être intriguée plus que convaincue. Je m'approche d'elle, si près que je sens mon désir pour elle renaitre, bordel que j'ai envie de l'embrasser encore et de la sentir une nouvelle fois sous mes doigts, sous mes hanches puissantes. Je dois serrer ma mâchoire pour me contenir et lui attrape le bras. Je nous fais transplaner, du côté des moldus. Un endroit qu'on avait repéré en cas de replis de la meute. Un parc hors des frontières des sorciers.

"Trouve toi un humain potable. On s'occupera de lui effacer la mémoire après." Disé-je en lui montrant ma baguette.

"Ooh s'il te plait, je ne suis pas ton créateur, t'es une vampire Casey, si tu veux récupérer plus vite de tes blessures, la flèche, les sales crocs d'Hunter, il te faut du sang humain, pas de vulgaire rats ou lapins qu'il jetait à tes pieds."

Je ne bouge pas d'un centimètre quand sa colère la fait fondre sur moi.

"Je te proposerai bien mon sang ma jolie, mais apparemment il n'est pas à ton goût."

Je place une main sur ses fesses pour réduire la distance entre nous.

"En revanche je connais ce qui est à ton goût." Mon sourire l'agace, mais elle y peut rien, je suis irrésistible.

"Veux-tu que je t'aide à chasser ?"

Mes yeux s'embrasent de malice, une flamme nait dans ma pupille. Je n'ai pas chassé d'humain depuis gosse. On se faisait foutrement corriger quand on le faisait. Je me souviens encore des colères de mon père.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   

Car tu es devenue, tout ce que j'aime et tout ce que je déteste, mais je dois continuer à ne jamais me briser. Car je ne suis pas un faible. Ce sont tes mots.

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz
I'm unstoppable
Tarek Fergal & Casey Morgan

"T'aurai jamais du venir dans ma tente."

Oui bah ça va je sais, merci ! J'agis connement mais je ne suis pas stupide. Et puis bon, ça va, on a juste couché ensemble, c'est tout. Je ne le faisais pas avant ma transformation, c'est juste un effet secondaire, cette soif, cette pulsion.

« T'aurais jamais dû venir dans la meute. »

S'il veut vraiment jouer à ce petit jeu...Non mais... mais je rêve où il est en train de se rincer l’œil copieusement ? Il me gonfle ! Qu'est-ce qu'il regarde maintenant ? Ah, je vois, mon bras, c'est ça ? C’est quoi le problème ? Je rêve ou il est en colère après Hunter ? Il ne lui voue pas un culte pour m'avoir fait mal ? Ok, là, y a un truc qui cloche.

« Je me suis occupée de lui. Tu l'as inspiré que veux tu. »

Je souligne d'un geste de la main la superbe triple cicatrice dont il m'a affublée. Heureusement qu'on n'était pas un soir de pleine lune et qu'Hunter n'était pas sous sa forme animale, au moins ça finira par s'estomper. Pause. Qu'est-ce qu'il s passe là ? Il est en train de me dire que je dois manger ? Genre il... il est gentil ? Non, c'est pas normal, y a forcément un coup fourré...

"Casey je t'invite pas au restaurant, fais ce que je te dis, pour une fois !"
- J'suis juste surprise que tu connaisses le mot « repaître ».

Je me redresse, pour récupérer mes vêtements éparpillés sur le sol et me rhabillée, maintenant que cette faim est passée. Mais alors que je viens juste d'enfiler mon t-shirt et que je boutonne mon pantalon, je sens sa présence. En une seconde il m'attrape et nous fait transplaner. L'air frais me frappe de plein fouet, mais pas seulement. J'entends le bruit de la vie, je sens les odeurs humaines. Le sang. Évidemment que je le sens. Ça excite ma faim, ça me donne envie de sortir les crocs. Qu'est-ce qu'il fait ? Pourquoi il nous a amenés ici ? Hein ? Quoi ?

« Tarek, si c'est un jeu ou un test c'est pas drôle du tout. »

Que je morde un humain ? C'est interdit, Deaglan m'a toujours dit que je n'avais pas le droit, parce que je suis trop jeune pour contrôler, que je n'arriverai pas à m'arrêter. Mais Tarek... Il veut vraiment que je boive du sang humain ? Il n'a pas le droit, si c'est une stratégie pour me chasser ou que je m'en prenne plein la tronche après par Deaglan merci bien.

« T'es malade ! J'peux pas faire ça, tu sais ce que ça va faire ? Tu sais ce qu'il va arriver ?! Si je commence, je … Merde Tarek mais qu'est-ce que tu as dans le crâne. »

Le sang. Il est puissant, il excite mes papilles. Mes crocs sortent, ça exacerbe ma colère. Je frappe son torse. Je crois que mes yeux brillent. C'est horrible, la faim la soif, ça tord mon ventre dans tous les sens. Son sang, son sang, il pue son sang, il est pâteux ! C'est bien pour ça que j'ai pu boire sans ressentir le manque après. Rah ! Mais pourquoi il me touche, pourquoi il nous rapproche ? Il pue bon sang ! Oh, sérieux ? Il pense vraiment qu'il est  mon goût ? Je lui adresse une grimace. C'est pas lui qui est à mon goût, c'est juste... le choc thermique, c'est tout. Crétin.

« M'aider ? Tu crois vraiment que j'ai besoin de ton aide ? »

Je vois bien son regard là. Il croit vraiment être meilleur que moi ? Oh non, je suis une très bonne chasseresse.

« Que la chasse commence. »

Je donne un coup dans sa blessure pour me donner un peu d'avance et je me mets à courir à travers les zones boisées du parc. Il y a des humains partout. Mes yeux ont totalement changé de couleur je pense car mes crocs sont sortis et tous mes sens sont exacerbés. Chaque type de sang m'attire, mais je me refuse à mordre les plus jeunes. Les plus vieux aussi, le sang doit être mauvais. Je repère un type isolé et je grogne de plaisir. Sauf que je sens l'odeur de Tarek. Je tourne la tête vers lui et.... Non mon vieux, même pas en rêve. Je m'élance à sa suite, bondissant pour le faire tomber. Le bruit surprend l'humain, qui se met à courir en hurlant. Merlin ! Je grogne après Tarek et on se remet à courir. Sauf que je suis plus rapide sur le moyen terme quand il est sous sa forme humaine. Je pourchasse l'humain, je n'ai pas envie de me servir de ma baguette. La vampire a pris le pas sur la sorcière. Mais je vois, à travers la semi-obscurité, que ma proie s'est figée avant de faire demi-tour. Tarek, il vient de transplaner juste devant lui. Cependant, mon pauvre petit humain panique aussi en me voyant tout crocs dehors et il se met à appeler au secours. Comme c'est charmant. Je sais que je devrais le faire taire, d'un bloclang par exemple, mais les cris, le fait qu'il se débatte, les hormones qu'il sécrète, l'odeur de la peur... c'est parfait. Je fonds sur lui, et, le tenant fermement, je plante mes crocs dans sa chair. Et j'aspire. Oh, oui... Et je me délecte de ce goût qui n'est pas gâté par la puanteur du loup. Et c'est dingue, cette saveur. Je me sens immédiatement revigorée, je me sens plus forte. Je ne le vois pas, mais mon bras cicatrise à très grande vitesse. Sauf que je ne peux effectivement pas m'arrêter. Si l'homme se débat dans mes bras au début, je sens qu'il devient aussi inerte qu'une poupée de chiffon.

Je me sens soulevée par la taille et je grogne et je frappe l'importun. Tarek ? Il me maintient les poignets, le temps que je rentre les crocs. A temps pour que je ne le tue pas n'est-ce pas ? Je sens aussi qu'il m'essuie la bouche sans douceur avant d'y coller ses lèvres. Ok... ok... ça a le don de me calmer au moins... enfin, à cause du contraste chaud/froid et de l'odeur. Je reviens doucement à moi... Le cœur de l'homme bat faiblement, j'ai vraiment abusé pas vrai ? Tarek me relâche doucement, et il va s'occuper de l'humain.

« Sors moi d'ici... Sors moi d'ici ! »

J'entends chaque battement de cœur, je distingue toutes les odeurs. Et c'est horrible. Il faut qu'il me ramène chez nous. Ceci étant, même chez nous, ça a du mal à disparaître. Heureusement que l'odeur de loups est violente.

« T'aurais pas dû me faire ça. »

J'ai besoin de vider l'énergie, de penser à autre chose qu'au goût du sang humain. Pense à tes sœurs, Casey, il n'est pas question de leur faire du mal.

black pumpkin

_________________


   Uncover
Nobody sees, nobody knows
We are a secret
Can't be exposed
That's how it is, that's how it goes
Far from the others
Close to each other
That's when we uncover
©️ Joy

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz

I'm unstoppable
Cette flamme dans son regard, j'ai ravivé un feu chez elle, un feu resté bien longtemps éteint, qui a fini par la geler de l'intérieur. Mais là, pendant une fraction de seconde, j'ai vu la braise et la chaleur remonter de son âme. C'est une vampire sevrée, réduite, diminuée parce qu'elle boit du sang d'animal. Parce que son créateur l'a mise au régime. Mais j'aime la vrai nature des gens. J'aime être ce loup sauvage à la pleine lune, sentir l'animal au plus profond de moi, le ressentir dans chacune de mes cellules, me sentir puissant, indestructible. Et elle ne connait pas ça, car elle se cure les dents avec des os de lapin.

Je pousse un râle quand elle frappe dans ma blessure. Faut qu'elle change de registre, elle m'emmerde ! Elle a pris de l'avance, mais je sais qu'elle cherche déjà une proie. J'ai libéré une menace et un danger pour les Moldus, et je n'ai pas le moindre remords. Je me rends compte que ça m'excite, de voir Casey en pleine possession de sa part sauvage. J'aime la pousser dans ses limites, voir son potentiel. Je renifle l'air pour la trouver. Je sens la peur de certains dans ces bois, je sens aussi le sexe parce que certains sont en pleine action, sans doute contre le tronc d'un arbre. Je sens la nourriture, la leur, salée, sucrée. Il y a de la sueur, les derniers coureur de la soirée. Puis je sens son odeur, et je m'en rapproche, il faut que je sois là, quand elle aura attrapé son premier humain.

J'essaye de comprendre sa stratégie, elle est en train de faire le tris, elle est passée devant des gosses et des vieux, sans s'arrêter, elle arrive encore à jouer de stratégie. Elle veut un vaillant, elle choisira un homme, pour le côté robuste. Je cours plus vite dans sa direction, et je crois que je le repère. Et je la vois, je souris alors quand elle se tourne vers moi, mais je l'agace, et moi ça m'amuse encore plus, je continue à courir derrière elle, elle est rapide quand je ne suis pas dans ma forme originelle.

Voilà que l'humain se sent en danger, il a compris qu'il était en position de détresse, et il se met à détaler comme un animal sans défenses. C'est ironique, quand on est sensé savoir que les créatures c'est nous. Et de ce fait, son odeur est encore plus repérable. Son cœur palpite et ne trouve pas de rythme, entre la peur et sa course. C'est comme une douce mélodie qui nous berce dans les bois et nous attire irrémédiablement à lui. L'angoisse le dévore, mais c'est lui, dans quelques minutes qui va se faire dévorer. Je transplane alors devant lui, pour lui foutre une trouille encore plus terrible. Son sang gonfle ses veines et sa carotide. Mes griffes et mes crocs sont de sortis, et je grogne devant lui. Il hurle en faisant volte face, pile dans la gueule du vampire. A l'aide ? Sombre idiot, qui viendrait l'aider dans cette forêt sombre après avoir entendu des cris terrifiants ?

J'assiste alors à un magnifique spectacle. Une représentation unique. Un vampire dans tout sa splendeur. Et il faut dire que Casey est fichtrement sexy quand elle chasse, et quand elle attaque. C'est un peu dégueulasse, leur délire de boire du sang. J'en serai incapable. Mais quand ses crocs ont percé sa peau, je jurerais avoir eu un regain de plaisir pervers. La voir faire est excitant, cet acte, primitif pour un vampire, et un peu un balai sensuel. C'est un peu comme une ode aux plaisirs de la chair. Je vois dans ses yeux, toute l'extase, tout le plaisir qu'elle en retire. Elle a le même regard que quand elle est avec moi au pieu, et j'avoue qu'en m'approchant d'elle, je sens une bosse naitre dans mon jean. Totalement et absolument déconnant comme réaction, je le reconnais, mais je reste un homme...

Bientôt, j'entends les battements du cœur de la pauvre victime de Casey diminuer. Petit à petit, la vie s'échappe en lui, et même si c'est la nature, ce n'était pas la règle du jeu. Je sais qu'elle m'en voudrait de l'avoir laissé le vider de son sang jusqu'à sa mort. Alors je la saisis par la taille, non sans peine, et je finis par la bloquer pour que ses crocs se rétracte. J'aime lire cette folie dans son regard, elle ne sait pas à quel point elle est belle quand elle perd le contrôle. J'essuie violemment sa bouche, parce que le désir est violent, pour venir l'embrasser. Ça aura l'effet de la calmer, je viens gâcher son bon repas. Doucement, quand je la sens capable, je la relâche et me penche vers le corps de l'humain. Je soigne sa blessure, les deux crocs dans le cou éveillent trop de soupçons, et je lance un oubliette. Il se réveillera étourdit, pensant qu'il a trop bu à une soirée et qu'il s'est perdu dans les bois.

Et dans sa voix, je perçois qu'elle m'en veut. Pourtant je sais qu'elle a pris son pied. J'attrape sa main pour la faire transplaner dans le coin des braconniers, celui où j'ai été fait prisonnier. Nous avons nettoyé les lieux et sécurisé l'endroit. Plus besoin de dormir sous des tentes. Le repère est en plus caché des Purificateurs et des Rafleurs puisqu’il était clandestin, une aubaine pour nous.

« T'aurais pas dû me faire ça. »
"Te laisser manger à ta faim ?"

Elle se retourne, me fusillant du regard.

"Regarde ton bras, plus une trace, combien ça t'aurai pris si tu avais siroté des écureuils ?"

Je me retrouve alors plaqué contre le mur en béton, avec une violence sans égale. Mes coudes ont fait deux trous dans le ciment. Le fait de boire du sang humain la rend vraiment plus forte.

"Tout doux Casey, je te rappelle que je suis ton alpha. Tu voulais un dessert peut-être ?"

Je saisis alors ses bras et la retourne, la plaquant entre moi et le mur cette fois. Elle vocifère qu'elle s'en branle que je sois son alpha, que je n'aurai jamais du, que je cherche à la faire partir du clan, que c'était un piège.

"Si j'avais voulu que ce soit un piège, j'aurai dit à Deaglan de venir dans les parages. C'est pas lui ton alpha. Et si ça peut te soulager, ça sera notre petit secret."

Je sens sa main venir saisir brutalement mon entrejambe et je me mets à grogner de douleur. A quoi joue-t-elle ? Mes crocs sortent en même temps que les siens, et on se fusille du regard.

"Qu'est-ce que tu veux bordel ? T'es pas contente parce que t'as bu à ta soif ?"

merde, qu'est-ce qu'elle fait maintenant ? Elle défait l'attache et fait glisser ma ceinture pour la faire tomber au sol. Elle baragouine que c'est de ma faute, que je ne peux m'en prendre qu'à moi même, que je dois réparer mes erreurs, que j'ai triché.

Elle me pousse férocement vers le mur d'en face, qui se craque aussi. Voilà, qu'est-ce que je disais ?



Je suis totalement essoufflé après cet ébat. Je transpire et ma poitrine se gonfle et se dégonfle rapidement. Au dessus d'elle, entre la colère et la plénitude totale je me demande ce qui lui a pris de me mordre ? Un bras de chaque côté de son corps, je la regarde férocement. Puis d'une main, mes doigts viennent inspecter la blessure ou le sang coule encore.

"Qu'est-ce que t'a foutu ?"

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   

Car tu es devenue, tout ce que j'aime et tout ce que je déteste, mais je dois continuer à ne jamais me briser. Car je ne suis pas un faible. Ce sont tes mots.

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz
I'm unstoppable
Tarek Fergal & Casey Morgan

Je tente de reprendre mes esprits dans l'espèce de hangars. Du sang humain par tous les scroutt ! J'ai bu du sang humain ! Je n'ai pas le droit, il va falloir que je réapprenne à m'en passer. Mais toute cette puissance, tout cet arôme... comment faire comme si j'ignorais tout ça désormais. Mais plus que tout : comment me contrôler ? J'ai l'impression d'avoir bu des litres de cafés ou de boissons énergisantes, je ne peux pas rester immobile, j'ai besoin de... j'en sais rien... Et cet imbécile qui ne comprend rien ! De rage, et sans réellement contrôler ma force, je le plaque contre le mur. Mon alpha, mon alpha, il vient de réveiller une soif qu'il ne maîtrise pas, surtout ! Oui, il m'a laissé manger à ma faim. Oui, j'ai guéri plus vite. Oui, je me suis sentie plus puissante que jamais. Mais plus jamais je ne pourrai le faire il en a conscience ? Il sait à quel point ça fait mal de devoir résister à cette faim et se nourrir de merdes ? Et en plus, il me plaque à mon tour violemment contre le mur.

« J'en ai rien à branler que tu sois mon alpha ! Deaglan est mon créateur, il m'a interdit ça, je vais devoir tout réapprendre. Et je ais très bien que tu veux que je craque et que ça te donne une bonne raison de me virer ! »

Il prétend que non, qu'il ne dia rien... mais pourquoi aurait-il fait ça ? J'en sais rien, je suis trop paumée là. Et il m'agace, il m'agace ! Alors sans réfléchir et pour qu'il me lâche, je l'attrape par son deuxième cerveau et on se grogne dessus. Ouais j'ai bu à ma soif, ouais ! Mais je ne peux pas rester là et surtout, je ne peux pas rentrer dans un tel état de frénésie, je risquerais de m'en prendre aux loups et surtout, les autres vampires comprendraient. Tout ça, c'est de sa faute. J'ai aimé ça. J'ai adoré ça. Et pire, j'aime être dans cet état, mais je sais que je ne peux pas l'être en présence des autres. Il faut que je me dépense, il faut que...

Oh et puis merde.

Foutue pour foutue...

« C'est de ta faute Tarek, je peux pas rentrer dans cet état. T'as triché. T'as triché, assume maintenant...  »

Autant ça me débecte de l'avouer, autant j'ai jamais connu de relation physique aussi intense qu'avec lui. Alors il faut qu'il fasse tomber la pression, pas le choix.

« Bon, sois mignon et reste pas planté comme un poireau tu veux? »



Et bah ça fait un bien fou ! J'ai encore les doigts serrés sur sa peau, et je ne peux qu'éclater de rire face à sa tronche.

« Oh ça va, le grand Tarek Fergal va bien survivre à deux petits trous dans le cou si j'ai survécu à ta griffe. Ça va cicatriser... »

Je veux y porter mes doigts pour voir un peu pourquoi il se plaint comme ça mais il repousse ma main d'un coup. Je grogne.

« Je m'suis un peu emballée, c'est tout. T'inquiète pas, c'est pas contagieux... Et c'est toi qui a réveillé ça ! »

Je le pousse, parce que c'est bon maintenant, on a fait ce qu'on avait à faire, j'ai plus besoin de lui, ça ira maintenant, je suis plus... stable. Bon, j'avoue que si mes marques pouvaient mettre un peu de temps à cicatriser, ça me ferai bien rire. Surtout quand il voudra se taper ses louves. Je donnerai cher pour voir leur tête.

« J'veux la peau des Sangs-Purs, mais j'veux pas faire de mal à ma famille parce que j'contrôlerai pas ma soif. »

Je ne le regarde pas en disant ça, mais je cherche les lambeaux de mes vêtements. C'est vrai, je suis convaincue qu'on est plus forts, que notre situation est plus enviable que celle des sorciers. Mais je ne veux pas transformer mes sœurs ou mes parents. Je me souviens encore de ce que Taylor m'a dit. Elle veut le rencontrer... sauf que le fait est qu'on ne se contrôle pas. Pendant et hors de la pleine lune.

« Et j'peux pas coucher avec toi à chaque fois que j'aurais bu non plus. »

Non parce que ça craindra vraiment là. Déjà là c'est limite. On va dire que c'est l'air anglais. Il faudra vraiment rentrer en Irlande. Là au moins, y aura toujours sa sœur fourrée dans ses pattes et j'aurais des vampires à me mettre sous la dent. Mais j'pourrai plus veiller sur Taylor, et ça, ça m'fait chier.


black pumpkin

_________________


   Uncover
Nobody sees, nobody knows
We are a secret
Can't be exposed
That's how it is, that's how it goes
Far from the others
Close to each other
That's when we uncover
©️ Joy

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz

I'm unstoppable
"Deux petits trous dans mon cou ?! Bordel Casey tu m'as mordu pendant que... arrrg dégage !" Disé-je en lui sortant sa main qui veut tâter mon cou.

"Ta cicatrise ça n'a rien à voir."

Elle, elle veut un peu dire que t'es à moi, mais j'serai jamais à toi. Elle s'est faite à la loyale, à la pleine lune, pendant que je défiais l'alpha. Pas pendant un coït avec elle... RIEN A VOIR ! Si les autres voient ça, bon sang elle fait chier. Je passe une main sur mon visage, remontant dans mes cheveux. J'vais devenir dingue, ce qu'on fait c'est de la folie. Il faut vraiment rentrer en Irlande, cet air me semble trop dangereux pour nous. Je la regarde alors sévèrement. Un peu emballée ? Elle a carrément jouis en me mordant... c'est juste, putain j'ai pas de mot.

"J'ai réveillé quoi ? Ton besoin de me baiser et de me mordre ? Sérieux ?"

Elle me pousse et je me laisse tomber sur le dos blasé, portant mes doigts à mon cou encore ensanglanté. Je me relève, nu, pour chercher ma baguette pour virer la marque de ses crocs, mais j'vais devoir aller voir la soigneuse de la meute, parce que je ne maitrise pas totalement tout ça. Si je ne veux plus aucune trace, qu'est-ce que j'vais bien pouvoir dire ?

« Et j'peux pas coucher avec toi à chaque fois que j'aurais bu non plus. »
"On est d'accord, et c'est la dernière fois, qu'on... qu'on couche ensemble. C'est plus possible, fait instaurer des règles, j'en sais rien. Faudra te maitriser autrement."

Elle me fusille du regard, comprenant qu'il y aura d'autre fois. Ben oui ma belle, il en faut d'autres chasses pour être entrainée. J'arrête au moins le sang de couler avec ma baguette et je file sous la douche. Je la vois qui tente de lancer des sorts sur ses vêtements pour qu'ils retrouvent leur aspect initiaux. Sous l'eau pour nettoyer le sang, et son odeur, je ne fais que penser à ce plaisir que j'ai eu, avec elle. En presque vingt quatre ans d'existence, j'ai jamais été aussi satisfait d'une partenaire, il fallait juste que ça tombe sur elle. J'ai l'impression que la terre entière m'en veut. Il fallait que le meilleur coup au monde soit une vampire qui me brise aussi souvent les couilles qu'elle me les ravit ! Je suis maudis. J'arrête l'eau et attrape une serviette, je reviens vers elle.

"Il faut rentrer, il faut qu'on retrouve toute la meute, qu'on fasse le point, qu'on parle stratégie" Qu'on s'éloigne, que j'couche avec d'autres louves pour t'oublier ! "Il va nous tomber un truc épais sur le coin de la gueule, et il est hors de question que la Lune Rousse ne soit pas préparée à ça."

Mes doigts viennent gratter ma barbe pendant que je la regarde s'habiller. Elle est diablement sexy, son cul, ses lèvres, j'la déteste, je déteste ce qu'elle m'a fait, et pourtant... je ne lui botte pas le cul pour qu'elle vire de la meute, non, on dirait que j'en redemande. J'dois vraiment avoir fait un truc de mal dans ma vie pour vivre de pareille expérience. Si Liam nous avait pas trahi, rien de tout ça serait arrivé. J'aurai jamais connu Casey et je m'en serai mieux porté.

On sort de la chambre en transplanant dans deux lieux différents du camp de fortune. J'ai du enfiler un col roulé, franchement ridicule. J'informe qu'on va rentrer un petit moment en Irlande, et je lis le soulagement dans le regard de tout le monde. Il faut qu'on y reste au moins un petit moment, jusqu'à la fin de l'année peut-être ? Ailis a besoin de me voir et, je veux la voir grandir, je veux lui apporter la sécurité, elle ne l'avait même pas auprès de son père... Je peux pas la décevoir. Pendant qu'on mange avant de partir, les loups sont allés chasser, je lance des regards à Casey. Qu'est-ce que je vais faire d'elle ?

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   

Car tu es devenue, tout ce que j'aime et tout ce que je déteste, mais je dois continuer à ne jamais me briser. Car je ne suis pas un faible. Ce sont tes mots.

descriptionI'm unstoppable EmptyRe: I'm unstoppable

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum