Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz
Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Kirsten Hakar & Vladimir Porskoff & Pénélope Carrow
Cela faisait plus de 6 mois maintenant qu'elle avait perdu sa magie. Elle avait encore bien du mal à vivre sans ses pouvoirs. Elle se sentait frustrée et pire que tout elle n'arrivait pas à accorder une confiance totale à Vladimir. Elle avait beau nourrir des sentiments à son égard, il était évident qu'elle ne pouvait pas tout lui dire. Parce qu'il était trop indépendant, qu'il se fichait du camp qui gagnerait à la fin. Elle l'aimait comme un frère, mais elle avait refusé qu'il soit impliqué de trop près avec les insurgés. Il en savait déjà bien trop et il n'était pas fiable.

Elle revenait d'une session d'entrainement et avait quitté le QG pour rejoindre Vladimir dans l'allée des embrumes. Elle utilisait bien souvent sa moto pour rejoindre son cottage mais pas aujourd'hui. Ils devaient se retrouver pour... elle ne se souvenait plus. Mais Vladimir lui avait demandé de le rejoindre ici. Il avait quelque chose à lui montrer. Parfois, Kirsten trouvait qu'il agissait vraiment comme un enfant. A son âge c'était assez surprenant, inquiétant aussi peut-être ? Ça elle ne saurait vraiment le dire, elle n'était pas du genre s'inquiéter de ce genre de chose.

Son regard se posa sur une altercation au loin, prise dans sa contemplation... Elle ne réagit pas immédiatement quand elle entendit des pas se diriger vers elle dans son dos. La vampire fronça cependant les sourcils alors qu'une odeur familière chatouilla ses narines. Elle chercha à qui cette odeur lui faisait penser quand un sort la toucha à l'épaule. Elle sentit sa peau brûler désagréablement. Elle avait évité de justesse que le sort fasse plus de dégât. D'un mouvement habile elle se retourna et son regard tomba sur une jeune femme. Elle sortie les crocs instinctivement. Samuel, elle portait l'odeur de ce connard qui croupissait dans un lit d'hôpital. Elle remarqua distraitement que Vladimir n'était toujours pas là.

"Qu'est ce que vous me voulez ?" Gronda Kirsten avec un air tout sauf sympathique. La brune fixait de son regard rouge sang l'humaine qui s'approchait d'elle. Elle pouvait presque sentir la colère qui l'animait. Elle se mit en garde, sortant ses couteaux. Elle ne pouvait plus utiliser la magie, mais sa force, sa rapidité et sa capacité en combat étaient restés les même.


Dernière édition par Lilith le Dim 5 Nov - 17:22, édité 1 fois

_________________

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyRe: Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz
Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plusCela faisait des semaines que je restais sans nouvelles de Samuel. J’étais morte d’inquiétude. Il était parti pour un court voyage en Tanzanie et depuis, c’était silence radio. Nous devions passer l’été à se préparer pour un nouvel assaut contre les insurgés. Pour récupérer Evens et convaincre ceux qui ne nous avaient pas suivi de le faire avant qu’il soit trop tard. Les têtes des Valdemar et de Hillos allaient tomber. Ce n’étaient qu’une question de temps…

C’était à n’y rien comprendre. Il m’avait confié un collier qui nous reliait en permanence. Je pouvais sentir qu’il était toujours en vie mais je n’arrivais pas à le joindre. La distance ne devait pas aider. Peut-être devrais-je me rendre en Tanzanie ? Avait-il perdu sa baguette ? Aurait-il été capturé ? Impossible… Il n’y a ni insurgés, ni purificateurs dans ces régions…

J’avais tenté d’obtenir des réponses auprès des sbires qui avaient encore des contacts parmi les insurgés mais personne n’avait pu me ramener des informations précises. Je devais rester vague dans mes questions, la dernière chose que je voulais était qu’on apprenne que Samuel était porté disparu. Cela allait inquiéter nos troupes et la désertion nous attendait.

Samuel était devenu pratiquement invincible. Son demi-vampirisme couplé à ses grands talents en magie noire, je savais qu’il ne risquait rien. Il arriverait à se tirer de toute mauvaise situation et la tourner à son avantage. C’est ce qu’il faisait toujours. Je devais donc calmer mes inquiétudes et continuer le plan, comme prévu.

Un couinement suraigu me tira de mes pensées. Merde. Je baissais les yeux sur le rat de laboratoire qui venait de donner son dernier soupire. Le sang chaud de ce petit être s’était rependu sur tout le plan de travail et coulait par terre. Encore en pleine santé, il y a quelques instants de cela, il était désormais tout desséché et racrapoté sur lui-même. Je lui avais fait inhaler un concentré de Perse-Sang, une potion qui faisait ressortir le sang de celui qui en était victime par tous les pores de sa peau. Elle était parfois utilisée en médecine dans une version plus allégée, permettant de se débarrasser de sang infecté dans le cas d’une morsure de serpent venimeux par exemple. J’avais réussi à la rendre mortelle par simple inhalation. Pratique.

D’un mouvement de baguette, je fis voler le cadavre vers l’âtre de la cheminée qui avala goulument le nouveau combustible. Je nettoyais distraitement le sang qui commençait à sécher quand je fus prise d’un violent étourdissement. Un marteau semblait avoir frappé ma tempe gauche. Je me redressais péniblement quand un deuxième haut-le-cœur me frappa, que faisant presque perdre l’équilibre. Je portai la main à mon cou et me saisis du médaillon de Sam. Il était brûlant. Ce n’était pas bon. Sam était en danger.

Une vision m’apparut soudain alors que la douleur s’estompait. Sam. Sa légilimencie arrivait enfin à m’atteindre ! Il était de retour en Angleterre ! Une salle… Une chambre d’hôpital… Tout y était immaculé, cela avait l’air neuf. Son regard balaya la pièce et se posa sur Evens. Couchée, liée au lit, à ses côtés. J’écarquillai les yeux. Les insurgés. Les insurgés l’avaient capturé ! La vision se troubla pour s’effacer complètement. Mes doigts crispés sur le plan de travail m’aidèrent à me relever. Il était là. Tout près.

J’attrapai une cape noire et sautai dans la cheminée direction l’allée des embrumes. Je savais où chercher pour trouver les insurgés.

Je n’eus pas à attendre très longtemps. A cause du couvre-feu, les créatures fréquentaient les mêmes ruelles malfamées. Elles y étaient obligées, de peur de tomber sur un Purificateur près à faire de l’excès de zèle. J’étais parfaitement immobile sur le toit d’un immeuble quand j’aperçu une silhouette bien familière. Je transplanai plus bas et me rapprochai en silence. Son attention était happée par une rixe un peu plus loin dans la ruelle. Plus aucun doute possible, c’était bien elle. Je brandis ma baguette sur l’ancienne garde-chasse de Poudlard qui n’était plus que l’ombre d’elle-même. Le sort heurta son épaule et elle fit volte-face, l’air passablement énervé.

« Qu’est-ce que vous me voulez ? »

Je serrai les dents. J’étais en colère, la peur avait fait monter en moi une rage sourde. J’avais l’intime conviction que Sam était en danger et qu’il fallait que je le retrouve le plus vite possible.

« Où se trouve le centre de soin des insurgés ? »

Elle n’avait pas la baguette à la main. C’était mal barré pour elle, j’étais bien trop impatiente pour jouer aux négociations polies. Sans même qu’elle ait le temps de m’envoyer paître, un doloris s’échappa de ma baguette et la toucha de plein fouet. Elle tomba lourdement au sol et se tordit de douleur en ne gémissant presque pas. Elle n’implorait même pas que je cesse. Bordel. J’aurais du me douter que c’était une dure à cuire.

« Où se trouve le centre de soin des insurgés ?! »

Mes yeux lançaient des éclairs, la magie noire crépitait dans mes doigts comme à chaque fois que j’usais de ses sorts. Elle me promettait puissance, contrôle. C’était jouissif de sentir le pouvoir à porter de main.

« Tu n’es d’aucune utilité. »

Kirsten était muette comme une tombe. Je déglutis, prête à me débarrasser de cette erreur de la nature. Je rompis le sort et levai la baguette pour le sort fatal quand j’entendis un bruit de transplanage à proximité. Puis des pas, hésitants, titubants ? Je me tournai vers la source de cette distraction et mon regard se posa sur Vladimir Porskoff. Qu’est-ce qu’il foutait là ?
© 2981 12289 0

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyRe: Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz

 
Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
  Kirsten et l'autre gamine



"Spi, mladenets moy prekrasnyy, bayushki-bayu Tikho smotrit mesyats yasnyy V kolybel' tvoyu Stanu skazyvat' ya skazki, Pesenku spoyu Ty zh dpemli, zakryvshi glazki, bayushki-bayu"

Qu'est-ce qu'il faisait là, dans l'Allée des Embrumes? Pourquoi avait-il ressenti le besoin de si rendre? Pourquoi? Comment? Tant de question, peu de réponse. Mais cela lui allait. Les bagarres autour de lui, les personnes vendant services, objets volés... C'était plaisant. Il se sentait vivant.

Pas très loin d'ici, il y avait deux femmes qui se battaient. Avec un grand sourire malsain, Volodia s'y rendit en sautillant. Oh, mais n'étais-ce pas la gamine des Purificateurs qui menaçait une autre? Mais c'était... les pensées n’eurent pas le temps de se former dans l'esprit du vampire qu'il se trouvait déjà à deux pas d'elle. De Kirsten.

- Bogatyr' ty budesh' s vidu I kazak dushoy Provozhat' tebya ya vyydu..., continua-t-il a chantonner.

Cette berceuse d'enfant avait un effet assez glaçant dans sa bouche. Ses lèvres s'étirèrent encore une fois en un sourire grimaçant et sadique. Il fallait sortir Kirsten de là, si elle n'arrivait pas à le faire toute seule. Mais pour l'instant, il ne faisait qu'observer, en souriant et en chantant.

- Ty makhnesh' rukoy Skol'ko gor'kikh slez ukradkoy...,

Le vampire tourna sur lui même, comme si les deux femmes n'existaient plus. Il regarda Kirsten dans les yeux, pour essayer de deviner ses pensées, puis il passa à ceux de la gamine. Cella-là... Impossible de se souvenir de son prénom. Mais était-ce vraiment important? Bien sûr que non.

- Besoin d'aide? demanda-t-il en faisait une révérence, sans s'adresser à personne en particulier.

On verra bien qui répondra en premier. Mais le plus drôle, ce serait que les deux répondent, et qu'il puisse en décevoir une. Oui, ce serait vraiment parfait. La sourire de Vladimir s'accentua encore plus, tandis qu'il était toujours courbé devant les deux femmes.


 

©️Lilith




_________________


La folie est peut-être la chose la plus saine en ce monde

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyRe: Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz
Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.
Kirsten Hakar & Vladimir Porskoff & Pénélope Carrow
Kirsten dévisagea la brunette qui lui faisait face. On aurait dit un chien enragé prêt à mordre. A ceci près que les loups avaient un air moins psychopathe... La vampire ne sous-estimait pas son adversaire, surtout pas dans sa condition. Oui elle était un vampire... mais un vampire sans magie était bien plus vulnérable face à un sorcier.

"Où se trouve le centre de soin des insurgés ?" Lui demanda la jeune femme menaçante, baguette en main. Kirsten haussa un sourcil surprit avant qu'un léger sourire passe sur son visage. Oh voilà où elle avait sentit cette fille, près de Samuel lors de son coup d'éclat. Le jouet du petit Samuel donc... pensa t'elle moqueuse. De toute évidence elle aurait mieux fait de se concentrer sur la jeune femme. Un doloris la frappa de plein fouet, elle ne pu pas l'esquiver. Elle  tomba lourdement au sol, la douleur était épouvantable. Mais elle nierait ne pas y être habituée dans une certaine mesure. Elle ne cria pas, ne supplia pas. C'est tout juste si elle laissait échapper quelques gémissements. Parce que oui quand même ça faisait mal. Une douleur insidieuse, elle avait l'impression d'avoir tous les nerfs du corps à vif.  

Mais la gamine s'était trompée sur son compte. Elle ne parlerait pas. Plutôt crever en fait, elle n'était pas une balance. Quand elle reposa sa question, Kirsten trouva la force de répliquer. Bien qu'elle aurait sans doute dû se taire. M'enfin, elle voyait bien qu'elle allait mourir. Elle était tellement amputée sans sa magie. Oui elle était toujours rapide et forte mais contre une baguette ça ne faisait pas le poids, si elle ne prenait pas son adversaire par surprise.

"Gamine stupide." La vampire sera les dents alors que le sort semblait grimper en intensité. Malgré la douleur elle se redressa légèrement plantant son regard dérangeant dans les prunelles de la jeune femme. "Tu t'es attaquée à la mauvaise personne." Un grondement un peu sauvage, entre la douleur et la colère sortit de la poitrine de la vampire. Alors que la jeune femme mettait fin au sort...Vladimir apparu dans toute sa splendeur. Enfin, sa folie surtout. Elle aurait dû être en colère qu'il sembla s'amuser de la situation... Mais elle s'en fichait totalement en fait. Elle se sentait complètement détachée depuis la disparition de ses pouvoirs. Elle n'aurait peut-être pas dû se battre contre le vaccin.

Elle s'était toujours sentie détachée de ses semblables. Elle avait pensé que ce vide avait été finalement comblé par sa transformation... Mais c'était faux, ses propres actions n'avaient aucun sens. Elle le reconnaissait elle même, mais elle essayait juste d'être en vie, de se sentir vivante. C'était un échec.

"Fais ce que tu veux, comme toujours." Grommela Kisrten. Elle n'essaya même pas de se relever pour se mettre à l'abris, le sort avait duré assez longtemps. Son corps était parcourut de soubresauts incontrôlables. Elle se sentait faible. Elle détestait ça.

_________________

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyRe: Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz
Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plusJe scannais ma mémoire pour resituer l’homme qui se mouvait autour de nous l’air parfaitement serein. Professeur à l’UMS, certes, mais était-ce un insurgé ou un purificateur ? Mon mal de crâne s’intensifiait et je n’arrivais pas à me concentrer. Besoin d’aide ? Il ne m’inspirait pas confiance. Mais je sentais quelque chose d’étrange entre lui et la vampire. Puis je fis le lien. Elle l’avait créé. Lors de la lune rouge. C’était sa création, son protégé… Un sourire mauvais naquis sur mes lèvres alors que je braquais ma baguette sur lui, trop fou pour songer à parer sa baguette.

« Ossa mollis ! »

Perdant toute force dans ses jambes, Porskoff s’écroula par terre comme une poupée de chiffon. Je l’attirai vers moi et pointa ma baguette sur sa gorge.

« Où se trouve le centre de soin des insurgés ? »

Il ne semblait pas comprendre la gravité de sa situation. Cet homme était complètement sénile ! Je rageai. Seul un doloris et ses cris de douleur me soulagèrent. Je me redressai et m’approchai lentement de Hakar.

« Dis moi ce que je veux savoir et je le laisserai vivre... »

J’intensifie le sort, provoquant de nouveaux cris de douleurs. Elle ne répond pas mais je la sens frémir. Je grince des dents. Je suis tombée sur les insurgés les plus inutiles du royaume ! De ma baguette je romps les câbles électriques qui longent le mur en brique rouge avoisinant. L’électricité crépite.

« Chacun de ces câbles transportent plus de 10 milli ampères… Tu sais ce que fait quand 10 milli ampères traverse un corps ? »

L’un des câbles fonce subitement sur Porskoff et s’enfonce dans ses vêtements. L’homme se met à trembler et ses muscles à se contracter sauvagement sans contrôle. Ses cris sont entrecoupés par sa mâchoire qui claque sur sa langue. Ses yeux tournent dans ses orbites.

« A partir de 30 milli ampères… Il devient impossible de respirer… »

Trois câbles supplémentaires se jettent sur l’homme, son corps se tend comme un arc et s’immobilise.

« Mais un vampire n’a pas vraiment besoin de respirer, n’est-ce pas… »

Des dizaines de câbles se détachent à leur tour des murs et s’approchent du corps inerte tels les longues tentacules d’une pieuvre.

« Au-delà de 5A, le corps se consume, les tissus brûlent… Carbonisés par un courant qu’ils ne peuvent conduire… »

Un nouveau câble fonce sur Vladimir, puis un second et un troisième. Je vois les yeux de Kirsten refléter enfin la peur que j’aurais voulu lui inspirer. Encore un câble, les vêtements de Vladimir se mettent à fumer. Ses gémissements deviennent gutturaux. Il faut qu’elle se décide. Nos yeux se croisent et elle comprend enfin que j’irai jusqu’au bout. Que ce ne sont pas des paroles en l’air. Je vais tuer son protégé. Sa bouche s’entrouvre mais aucun son ne sort.

Une nouvelle vision de Sam me percute et je sens une nouvelle fois l’urgence de la situation. Je le perds, je sens que je le perds. Ce n’est pas possible. Pas lui. Je vais le sortir de là, il a besoin de moi.

Je pousse un cris de rage et j’envoie tous les câbles sur le Russe. Enfin, Kirsten réagit. Elle me crie d’arrêter, j’ai un moment d’hésitation en voyant le corps de l’homme secoué de chocs électriques. Le spectacle me fascine. Puis je reprends mes esprits et retire les câbles juste avant d’atteindre le seuil des 5 ampères. Porskoff retombe mollement sur le sol, inconscient, la peau brulée, mais vivant.

Je me penche vers la femme qui me glisse à mi-mot les coordonnées du centre. Je me redresse, satisfaite. Je tente de prévenir Sam que j’arrive mais le lien ne se fait plus. Il est si faible, si ténu. Je grogne et lève la baguette sur Kirsten Hakar.

« Pour m’avoir fait perdre du temps… »

Un éclair vert illumine la ruelle et vient frapper la femme en pleine poitrine. Ses yeux vairons ont l'air déjà éteints, comme s'ils savaient comment ça allait finir, qu'ils étaient déjà perdus. Je regarde son corps inerte avec fascination. Cela ressemble tellement à la mort... Mais ce n'est qu'une façade, une protection que le vampire a développé face au sort de la mort. Elle peut encore revenir à elle mais je ne le permettrais pas. Je fais exploser une palette en bois qui jonche le trottoir humide et attrape une des planches pointues.

«Tu as misé sur le mauvais cheval, Hakar. »

J'ai un regard en coin pour son élève, inanimé à quelques mètres. Elle aurait dû choisir Sam. Ils devraient tous se tourner vers lui. Ne voient-ils pas qu'il est leur leader ?

Je lève le pieu au dessus de ma tête et d'un coup sec l'enfonce dans le cœur de l'ancienne garde-chasse. Instantanément, son corps se met à se dessécher et sa peau à craqueler. Impressionnant... Je souris, lève les yeux vers le ciel, reprends mon souffle et transplane.

© 2981 12289 0

descriptionPour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus. EmptyRe: Pour un esprit équilibré, la mort n'est qu'une grande aventure de plus.

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum