Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyCan't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?
Victoire Weasley & Lena Standford

28 octobre

L'avantage quand on commence à avoir un ventre rond comme le mien, c'est que les gens vous laissent leur place dans le magicobus et évitent de vous bousculer dans la rue. Mais sorti de là, je suis encore mal à l'aise avec les regards qu'on me jette. Et encore, l'automne est là, et avec lui, le froid pointe le bout de son nez, j'ai donc pu ressortir les pulls larges et les manteaux. Mais il faut se rendre à l'évidence : cette fois, je ne peux plus du tout le cacher. Je fais un arrêt par la librairie où je me procure un livre. Les cours ont repris. Pour Jena aussi. Et elle nous a fait une double surprise. Déjà, elle est préfet. Jena. Je crois vraiment que l'administration est tombée sur la tête. Et puis elle n'a pas voulu participer au tournoi des sorciers. Je crois – même si elle ne l'avouera pas – que peut-être elle voulait simplement rester en Angleterre, avec nous, et ne pas être à New-York lors de la naissance du bébé. Pour ma part, j'arrive encore à suivre, mais là bas, à l'UMS, je suis plus jugée que jamais. Par mes camarades de classe, par mes professeurs. J'ai dû voir mon conseiller dès la première semaine de cours, pour organiser un report de mes stages obligatoires. J'en ai avancé un, que je commence la semaine prochaine. Pour le reste, j'aurais intérêt à carburer quand je reprendrai, après mon accouchement. Et pendant mon « congé maternité », il faudra que je suive des cours à distance. Ce principe, je commence à le connaître. Reese a dû y recourir alors qu'elle attendait Thara et moi même je photocopie tous mes cours pour les transmettre à l'école clandestine. Bref, tout ça pour dire qu'il en faut de l'organisation et du travail.

Mais aujourd'hui, je m'octroie une pause. Comme Seamus et Gabriel passent pas mal de temps ensemble – quand il n'est pas avec Helano – eh bien j'ai un peu de temps pour moi. Et Abella me laisse un peu de répit, alors j'en ai profité pour me caler une sortie avec Victoire, que j'ai eu l'occasion de recroiser à plusieurs reprises. Alors on s'était dit qu'on pourrait aller goûter à la glace spéciale Halloween de Florian Fortârome. Quelle bonne idée !

Dès que je passe la porte, la chaleur réconfortante du lieu m'envahit, ainsi que les bonnes odeurs. Et je suis sacrément contente de ne plus avoir de nausées ! Je tombe vite sur le visage souriant de Victoire. Dire qu'elle et moi on aurait pu ne jamais être amie quand on sait qu'on est sortie avec le même garçon. Heureusement, c'est un sujet qu'on évite d'aborder. Je me faufile entre les tables, et me penche pour la saluer, et voir qu'elle a amené son fils avec elle. Il fait déjà si grand. Je ne réalise pas, moi, que dans deux mois mon bébé sera là. Gabriel avait raison, avec ma legilimencie, mon lien avec lui est décuplé. Je connais déjà son sexe, je sais déjà ce qu'il aime, ce qu'il déteste, ce qui le calme, ce qui l'énerve. Je dois par contre me forcer à faire extrêmement attention et à toujours dire « le bébé », pour ne rien révéler à son père.

« Vous ne m'attendez pas depuis trop longtemps j'espère ? J'ai fait un arrêt ! »

Je défais ma cape et m'assois rapidement. Je sens d'ici les odeurs de chocolat chaud. Je crois qu'il m'en faut un !

« Alors dis moi, comment ça se passe depuis la dernière fois ? Quelles sont les dernières nouvelles ? »

Et il doit y en avoir. Elle est une demi-vélane à Poudlard... et puis je ne sais plus trop où elle en est avec Seamus. Est-ce qu'elle sait qu'Amadeus s'est marié ? J'ai l'impression que le temps a filé à une vitesse phénoménale.  

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Can't we just sit down and talk ? BadgeHFAlebargeCan't we just sit down and talk ? BadgeHFAHP

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?

Mercredi 28 octobre 2020

Le temps passait à une allure phénoménale ! Encore plus quand on était maman et qu’on n’avait pas le temps de voir grandir son petit bébé. David avait eu 15 mois le 18 octobre : il marchait pratiquement tout seul, il goûtait un peu à tout et faisait enfin des nuits convenables pour me permettre de bûcher mes cours en toute sérénité. Et je devais avouer que le fait qu’Adrianna soit là pour m’aider était bien utile, même si son rapprochement avec Seamus m’inquiétait plus qu’il ne devrait. Après tout, j’avais repoussé Seamus. Non, enfin, j’avais juste dit d’attendre. Mais attendre quoi ? Les mots que j’avais prononcé le jour de l’anniversaire de David étaient clairs : je ne pouvais supporter son immortalité.

Et ça me rendait dingue. Car il m’attirait, toujours, et encore plus : quand je venais récupérer David chez lui et que je fondais devant son air sérieux de père de famille, quand il m’impressionnait sur le contrôle de son vampire, quand il jouait les gros bras avec Gabriel. D’ailleurs en parlant de Gabriel, j’avais rendez-vous aujourd’hui avec Lena Standford. « Nos » deux hommes étaient souvent ensemble, mais il était vrai que Lena et moi on ne se connaissait pas vraiment au fond. On avait fait quelques soirées étudiantes ensemble, et on était ensemble chez les Insurgés et maintenant elle allait devenir maman. On avait de nombreuses choses en commun et il était toujours important de se rapprocher de gens comme elle. Ca rappelait qu’il y avait une chance à l’humanité, qu’on avait une chance de gagner cette guerre.

« Doucement c’est froid … » avertis-je David qui n’avait pu résister à la tentation d’une glace. « T’es comme ton tonton, toi … » dis-je à voix basse avec un petit rire. Dean McGregor était un véritable ventre sur patte et j’imaginais très bien que dès que j’avais le dos tourné, il devait montrer les pires choses à mon fils !

« Vous ne m’attendez pas depuis trop longtemps j’espère ? J’ai fait un arrêt ! » Je relevais la tête pour voir Lena arriver à notre table. Son ventre rond se voyait à présent très nettement. Il devait lui rester … quoi, deux mois ? « On est arrivé il y a 5 minutes mais David est bien trop gourmand pour attendre … » Je surveillais le petit monstre pour qui ne tombe pas la glace. Il tenait à le faire lui-même mais la glace était grosse et fondait vite. « Petit malpoli va ! » dis-je en saisissant ses deux joues avant d’en embrasser une.

« Votre amie est arrivée ? » nous demanda le serveur qui m’avait déjà interrogé tout à l’heure. « Oui, euh on se prend cette glace spéciale Halloween alors ? » demandais-je à l’intention de Lena qui hocha la tête. « Et deux glaces pour mesdames ! et le petit monsieur veut-il autre chose ? » Je secouais la tête, faisant les gros yeux mais David répondait déjà « Oui ! Oui ! » J’attrapais la glace avant qu’il ne la fasse tomber. « Non non ce sera tout, merci ! » dis-je au serveur. « T’as pas bientôt fini toi ! » dis-je en faisant les gros yeux à mon fils qui reprit sa glace avec un sourire gourmand.

« Alors dis-moi, comment ça se passe depuis la dernière fois ? Quelles sont les dernières nouvelles ? » me demanda Lena. J’essuyais mes doigts pleins de la glace de David et m’attachais les cheveux, sachant que j’allais probablement m’en mettre partout avec la terreur à côté de moi. « Eh bien … Ca se passe comme une prof demi-Vélane qui doit enseigner à des ennemis de l’Etat ! » dis-je avec un rire nerveux. « Ce monde part vraiment en … cacahuète ! » dis-je en appuyant sur le mot, afin de ne pas dire de gros mots devant David. « Oh, et, s’il te plait, fais attention à ton langage. Le copain de ma sœur lui a enseigné le mot P-U-T-A-I-N en lâchant la télécommande … » Je levais les yeux au ciel.

« Et sinon pour reprendre les dernières nouvelles, je me suis ridiculisée devant l’un des Brigadiers de Poudlard d’un côté, et ridiculisée devant Seamus et la nounou en faisant une crise de jalousie d’un autre côté. Ma vie est un véritable désastre Lena ! » dis-je en prenant un sourire ironique pour essayer de dédramatiser. Le serveur revint avec notre glace que l’on remercia. « Et toi dis-moi ? Comment se passe ta grossesse ? Tu as fait quelques exercices pour l’accouchement ? » Je goûtais un bout de ma glace. « Et Gabriel ? Pas trop angoissé ? »

Je tournais la tête vers David qui en avait partout les doigts. « Mer…credi ! David ! » Je retirais sa glace et il commença à faire une mauvaise grimace, menaçant de pleurer. J’essuyais ses doigts : « Inutile de me faire une crise maintenant. Tu es pas beau quand tu fais cette grimace de Mandragore ! » Et voilà qu’il se mettait à pleurer. Je levais les yeux au ciel. « Je ne m’appelle pas papa pour tout te céder, jeune homme ! » Et je tournais la tête vers Lena alors que David se mettait à pleurer plus fort. « Bientôt ce sera ton tour très chère ! » dis-je avec un petit sourire.

Et, au bout d’un moment, voyant qu’on ne s’intéressait pas à lui, David s’arrêta de pleurer. Calmé, je lui sortis un jouet avec quoi il s’occupa.

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Victoire le Ven 22 Déc - 16:17, édité 1 fois

_________________

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?

Victoire Weasley & Lena Standford

Je souris quand elle me demande de surveiller mon langage devant David. C'est presque... normal. Alors qu'on sait que ça ne l'est pas. Pas du tout. Ce qu'elle endure à Poudlard, ce n'est pas du tout normal. Des enfants parqués, des professeurs interdits d'accès à certaines zones. On se croirait revenus au temps e la ségrégation. On a étudié ça en histoire du droit. Ça me révolte. Je crois que si je n'étais pas à ce point fixée sur le métier de juge, je me serai spécialisée dans ce droit là. Quant au reste... ça n'a vraiment pas l'air facile d'être à sa place en ce moment. Qu'est-ce que c'est que ces histoires ? Tant celle du brigadier que celle concernant Seamus et la baby-sitter ? Je crois qu'on ne prendra pas de baby-sitter, ce sera plus simple. Bon, je sais qu'on sera obligé si on veut continuer nos études mais... Bon...

Je me redresse un peu quand nos glaces arrivent. Et elles me font diablement envie. J'aime toujours les fondants au chocolat et les cornichons, mais là, cette glace gigantesque et étrangement orangée...

« Je crois que dans le concours des vies désastreuses... je ne te bats pas ! »

Je lui souris avant d'avaler une première cuillère et de me régaler.

« Il faut que tu me racontes ces histoires là, ton brigadier et ta baby-sitter. J'ai la chance de ne pas être embêtée, pas comme vous. Il y a bien quelques abrutis qui se pavanent et qui me donnent du « sang-de-bourbe » avec classe et élégance et d'autres qui adoptent ce regard condescendant sur mon ventre. »

Je lève les yeux au ciel, elle doit savoir de quoi je parle.

« Sinon, le bébé grandit bien, il se sent bien. Mais moi j'ai eu droit à ces fameux cours de préparation... C'est terrifiant. Enfin, je crois que c'est Gabriel qui est le plus stressé de nous deux. Il gère super bien, il est hyper attentionné et s'occupe presque de tout. Ça me fait un peu peur, j'avoue... »

Surtout quand on voit la tornade David. Avec mon don, je suis... comme en symbiose avec le bébé. Je sais qu'il est en sécurité dans mon ventre, je sais ce dont il a besoin, comment il se sent. Mais face au monde extérieur... surtout ce monde là...C'est effrayant. Et s'il pleure aussi fort que David, ce sera encore plus effrayant. Et en plus Victoire me nargue.

« Non, on a passé un accord le bébé et moi : il ne pleurera jamais. »

Je laisse glisser ma main sur mon ventre tout en portant une nouvelle cuillère de glace à mes lèvres. Étrangement, David finit par cesser de pleurer. C'est dingue qu'elle sache à ce point comment réagir sans legilimencie, ça me dépasse. Je me cale sur le dossier en soupirant.

« Dis moi... C'est moi ou tout a changé cette année ? J'ai l'impression qu'il s'est écoulé mille vies et qu'on n'a rien maîtrisé. »

La mort de mes parents, ma captivité, la torture, le coma de Gabriel, les découvertes sur mon passé, mes vrais parents, ma grossesse. La mort de Ronald Weasley. Son histoire avec Amadeus, sa relation avec Seamus. La transformation de Seamus. Nos interactions avec Tobias. Et tout le reste. Absolument tout le reste. Samuel déconnant et... sa mort. Wolfgang marié.

« Est-ce que ça va, avec Seamus ? »

Je me demande ce qu'il ressent, maintenant qu'il est immortel, ce que Victoire et David ne sont pas. Et surtout, je me demande comment elle, elle vit tout ça. Seamus ne va plus changer, il sera ainsi pour toujours. Ça ne doit pas être évident.


black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Can't we just sit down and talk ? BadgeHFAlebargeCan't we just sit down and talk ? BadgeHFAHP

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?

Mercredi 28 octobre 2020

Lena m’annonça qu’elle ne pouvait me battre dans le concours des vies désastreuses et j’accueillis sa phrase avec un rire léger. Ca faisait toujours du bien de pouvoir rire de ces choses, sinon je pense que je pourrais devenir folle. « Il faut que tu me racontes ces histoires-là, ton brigadier et ta baby-sitter. » m’enjoigna-t-elle. Je soupirais en passant une main dans mes cheveux. « Oh si tu savais … Le Brigadier, c’est Shane Baker. Son nom va bientôt être connu dans tout le pays. Il traumatise tous les gamins et de plus en plus partent de l’école. Bientôt je n’aurai plus d’emploi … » me lamentais-je. « Mais bref, je reviens à ce … Baker … il est … affreux. Il est machiavélique, sadique, manipulateur. Tu penses l’avoir touché, et bam, il trouve toujours un moyen de t’avoir. Tu tombes dans ses filets pour ne plus jamais en sortir … » J’avais conscience que je m’excitais toute seule sur ma chaise mais bon sang, ça faisait tellement de bien de pouvoir lâcher tout ce que j’avais sur le cœur.

Je mangeais un bout de ma glace. « Je n’en ai pas parlé à Seamus. Ca aurait fini de l’inquiéter. Mais ma dernière altercation avec Baker s’est assez mal terminée … » Je fis une grimace, ne voulant pas en dire plus. « Et la baby-sitter, eh bien disons que je les ai trouvé, Seamus et elle avec David, en train de partager un super bon repas, en train de rire et de passer … de passer un super bon moment en famille … » terminais-je avec un long soupir, les yeux dans le vague.

Je fis une grimace. Un moment plus tard, Lena se mit à parler d’elle et de ce qu’elle vivait. J’imaginais assez bien les regards qu’on pouvait lui lancer. La pauvre n’avait jamais eu une vie facile et si les autres, autour, en rajoutaient … « Ne te préoccupe pas des autres. Pense à toi, au bébé, à Gabriel. » Je souris et ajoutais : « Vous allez fonder une famille, votre famille. C’est tout ce qui compte. » Elle sourit à son tour et posa une main sur son ventre, m’informant que son bébé était en parfaite santé. C’était effectivement le plus important. Elle me parla des cours de préparation à l’accouchement. Je me mis à rire en entendant que Gabriel était surement le plus stressé. Les pères étaient parfois étonnants. « Ne t’inquiète pas, tout se passera bien. » lui assurais-je, couvrant les pleurs de David. « Je t’avoue que j’ai vraiment paniqué quand c’est arrivé. J’étais dans la cabane de Seamus quand j’ai perdu les eaux. C’est Dominique qui m’a emmené avec elle jusqu’à la cheminée du directeur ! » dis-je avec un sourire sur les lèvres. Ma sœur était encore plus angoissée que moi à ce moment-là.

« Quand on est arrivé à l’hôpital, j’étais vraiment effrayée. Des visages inconnus et puis, l’angoisse de ne pas assurer, d’avoir mal. Et puis le visage de Seamus est apparu … et j’ai su que tout irait bien. » C’était étrange comme encore aujourd’hui je gardais une image sécurisante du père de mon enfant. Je n’avais jamais eu de crainte à ses côtés. Même quand il était devenu un vampire. J’avais tenu à l’aider et j’avais toujours montré un visage neutre et jamais craintif. Je n’hésitais plus à laisser David avec lui. Je savais parfaitement qu’il le protégerait. Qu’il nous protégerait.

Je mangeais quelques cuillères de plus de ma glace alors que Lena m’informait qu’elle et le bébé avait passé un accord. Je me mis à sourire, me doutant qu’elle en aurait du fil à retordre. On en reparlerait dans quelques mois. « Dis-moi … » dit-elle soudain en se calant contre le dossier de la chaise alors que David jouait avec une figurine de Quidditch. « C’est moi où tout a changé cette année ? J’ai l’impression qu’il s’est écoulé mille vies et qu’on n’a rien maîtrisé. » Je haussais les sourcils et replongeais sur ma glace. « Ce n’est pas qu’une impression … » dis-je doucement. « Je pense … je pense que nous craignons quelque part qu’aujourd’hui soit notre dernier jour et nous faisons tout pour en profiter. Le climat n’est pas sécurisant et … tellement de choses changent, tellement de choses se produisent. » Je regardais David. Ce visage innocent. Qu’allait-il advenir de lui dans le futur ? Je voulais le protéger à tout prix et à cause de moi, il avait encore du sang de Vélane. Je caressais ses cheveux avant d’ajouter : « Je t’avoue que l’avenir m’effraie, chaque jour, un peu plus. » dis-je doucement.

« Est-ce que ça va, avec Seamus ? » me demanda-t-elle, s'interrogeant surement sur ce que j'avais laissé dans le vague tout à l'heure. Je soupirais avant de répondre : « J’ai conscience que je n’arrête pas de repousser Seamus, et que c’est donc normal qu’il se tourne vers quelqu’un d’autre ... la nounoun ... mais … » Je levais les yeux vers Lena avec une pointe de culpabilité. « Je l’ai dans la peau … On se cherche, on se tourne autour depuis maintenant 3 ans je crois, je sais plus … et voilà le truc c’est que je n’arrive pas à imaginer ma vie sans lui … Mais en même temps, j’ai tellement souffert avec nos histoires, que j’ai peur qu’il me repousse une nouvelle fois … C’est un vampire, alors quand je serai vieille et ridée, je n’oserai même plus le regarder. »

Mon visage se ferma. « Il est un bon père pour David. Mais où j’en suis avec lui c’est une autre histoire … » Je terminais ma glace et appuyais mon visage dans ma main : « Et toi, comment vas-tu ? Et Jena ? Comment le vit-elle, tout ça ? » Avec la mort de leurs parents, la relation de Gabriel et Lena, le futur bébé. Je ne connaissais pas vraiment la jeune fille et je ne l’avais plus en cours, mais je me doutais que ça ne devait pas aller fort.

« Je me disais que ce serait bien si prochainement on s’organisait quelque chose avec Gabriel, Seamus, toi et moi ? » dis-je pour détendre l’atmosphère. « Les garçons s’entendent bien, nous aussi, et quand ton bébé sera là, tu auras bien besoin de te détendre un peu ! On laissera nos deux bouts de choux chez la nounou, histoire qu’ils fassent connaissance ! » Et dire que s’ils allaient un jour à Poudlard, ils auraient 2 années de différence. Pourtant, je craignais qu’ils ne connaissent jamais cette école …

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?

Victoire Weasley & Lena Standford

Poudlard... ça craint vraiment cette histoire, d'après ce qu'elle me raconte. Nous n'avions pas de Brigadier, lorsque nous y étudiions. Les choses ont vraiment mal tourné. Dire que Jena y est encore.  Elle n'en parle pas mais ça ne m'étonnerait même pas qu'elle ait déjà eu des ennuis avec ce fameux Shane Baker, connaissant son caractère.

« Et l'école clandestine, tu y as déjà pensé ? Quoique ce serait peut-être bizarre... »

C'est vrai que ce n'est pas l'idéal mais vu comme la situation a l'air d'évoluer, je crains que de plus en plus d'emplois interdits aux créatures et à leurs hybrides. C'est si... insupportable. A croire qu'on ne retient vraiment rien des leçons de l'histoire.

« Et y a pas moyen de faire virer ce type ? On a des journalistes chez les Insurgés, tu leur en as parlé ? Peut-être que s'il rende ce qu'il fait public ça pourra... donner un coup de pied dans la fourmilière. »

La presse est un vrai pouvoir, ce n'est pas pour rien que les gazettes sont censurées, contrôlées par le Ministère. Il faudrait, je ne sais pas, essayer de les prendre à leur propre jeu. Je n'aime pas savoir qu'un tel type rôde dans l'école. Je l'écoute me raconter pour cette histoire de baby-sitter. Concrètement, il ne s'est rien passé de répréhensible entre Seamus et elle, mais je crois que je peux comprendre ce que ressent Victoire. Ils sont une famille, elle, Seamus et David. Et même s'ils ne sont plus ensemble, le fait qu'une autre joue son rôle... D'accord, on ne prendra pas de baby-sitter, c'est plus prudent.

« Je présume qu'avec tes nouveaux horaires, ce n'est pas évident... »

Comment avoir une vraie vie de famille quand on bosse de nuit et qu'on a un petit qui a besoin d'un rythme régulier ? Je ne sais pas comment font tous ces parents, qui parviennent à trouver un équilibre malgré tout. Pour le moment, je n'ai pas cette problématique à gérer. Je repousse cette réflexion à plus tard, quand je me sentirai prête à retourner à l'université après l'accouchement. Ça me paraît encore si loin. Non, contrairement à Victoire, je n'ai pas tout cela à gérer. J'ai juste les regards et les jugements. Je sais qu'il faut seulement penser à notre famille, mais ce n'est pas si facile. Au moins, tout se passe bien pour la grossesse. Mon bébé est en forme, il grandit bien. Trop vite aussi. Le terme se rapproche et ça me fait peur, alors elle essaie de me rassurer en me narrant son accouchement. Je sais que Gabriel nous emmènera à l'hôpital, je sais qu'il y a plein de méthodes pour accoucher sans douleur de nos jours. D'accord, tout ira bien. Je lui souris et nous entamons bien notre glace. Rien n'est normal. Tout a changé. On a changé. C'est dingue. Ce monde est pourri, et malgré tour, on y fait des enfants. Quel avenir pour eux ? Le mien sera encore épargné mais David ? Je lui demande alors comment se porte sa relation avec Seamus, s'il est toujours capable de la rassurer, s'ils sont ensemble, ou pas. Et même elle n'a pas la réponse. Je sais ce que ça fait que d'aimer quelqu'un sans oser, en ayant peur que l'autre nous repousse. J'étais amoureuse de Gabriel depuis tellement longtemps ! Et j'ai eu beau essayer d'avoir des histoires en avoir eu de belles, je ne pouvais pas l'oublier, ça ne s'oublie pas quand on est amoureuse.

« Et qu'est-ce qu'il en dit, lui, de votre nouvelle différence ? Est-ce qu'il ne peut pas... Je ne sais pas... vieillir avec toi ? Je veux dire, Tobias a été transformé enfant et aujourd'hui, il a le corps d'un type de notre âge. Il doit bien y avoir un truc. »

Je termine ma glace, en réfléchissant un peu.

« Tu sais, quand j'ai dit à Gabriel que je l'aimais, ça a été le saut dans l'inconnu. Il m'a... on ne peut pas dire qu'il m'ait vraiment repoussée à l'époque mais... ça n'a pas été facile, ça ne s'est pas fait tout seul et on s'est fait du mal. Mais je ne regrette pas de nous avoir donné une chance. »

Mais je crois qu'il faut vraiment qu'elle en parle avec Seamus, que les conséquences de sa transformation soient réellement mises à plat. Ce n'est pas romantique mais leur problématique est si... particulière.

« Jena est...elle est super forte. Malgré tout ce qu'elle a enduré, elle encaisse. C'est dingue. Je t'avoue qu'on ne s'attendait pas à ce qu'elle prenne si bien la grossesse. Même si elle nous a quand même un peu sermonné sur notre inconscience. Mais on approche de la date de... dans deux mois ça fera un an que les parents ont été tués, et ça c'est pas évident ».

Pour personne. Je crois qu'ils n'auraient pas accepté notre relation avec Gabriel. Je crois qu'en fait, lui même ne l'aurait pas accepté s'ils avaient été encore en vie. Mais j'aurais voulu qu'ils soient avec nous. J'aurais aimé avec ma mère pour lui poser toutes les questions que j'ai eue durant ma grossesse, pour lui parler de tout ce que je redoute à la naissance.

« Oh oui, ça pourrait être vraiment sympa. Tu te souviens à Poudlard, on ne les arrêtait jamais quand il s'agissait d'aller jouer au Quidditch. Depuis quand ils ne sont pas montés sur un balai ? »

Gabriel se sacrifie beaucoup, on a tendance à oublier qu'on a à peine vingt ans. Il faudra bien vivre. Pas juste survivre.

« Dire qu'il y a encore peu de temps, on allait danser en boîte. Maintenant dès que j'ai un peu de sous je fais un stock de vêtements pour le bébé. T'as pas... je sais pas, des potins ? Des trucs à raconter pour qu'on ait l'air d'avoir vingt ans et pas quarante ? »

Je la regarde, presque suppliante, avant de me redresser d'un coup.

« Oh mais attends, j'en ai une de nouvelle moi. Accroche-toi bien à ta chaise, tu ne devineras jamais sur qui on est tombé en Tanzanie ! Bon y a eu mon ex déjà, Will. Tu te souviens un peu de lui ? Roux, de super yeux, il avait disparu du jour au lendemain ? En fait, c'est son oncle qui l'a emmené en Amérique. Et c'est pas tout. On a aussi revu un autre fantôme. Casey Morgan. L'ex copine de Gab. »

Je réalise à quel point on dirait une mauvaise série télé qui fait ressusciter les morts à tour de bras.

black pumpkin

_________________

“I don’t want to be just one thing.”



Can't we just sit down and talk ? BadgeHFAlebargeCan't we just sit down and talk ? BadgeHFAHP

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Can't we just sit down and talk ?

Mercredi 28 octobre 2020

Après avoir écouté mon histoire rocambolesque à Poudlard avec Shane Baker, Lena me conseilla l’école clandestine. « J’y ai déjà pensé … Mais, qui s’occupera de tous ces jeunes à Poudlard sinon ? » dis-je. Seamus me tarabustait pour que je vienne au Merlin Castle, que j’y serai plus en sécurité, mais je ne pouvais m’empêcher de me dire que j’avais toujours rêvé d’enseigner à Poudlard un jour. Que je voulais transmettre du rêve, de la magie. Que je voulais apprendre la Métamorphose mais aussi d’enseigner des valeurs. Et la lâcheté n’en faisait pas parti. Je voulais montrer l’exemple en tenant bon à Poudlard malgré la terreur qui y persistait. Et puis … tant que Shane s’en prenait à moi, il laissait les élèves tranquille, non ?

Lena me conseillait d’en parler à la presse. C’était une option qui restait à envisager et je la rangeais dans un coin de ma tête. Je lui parlais de l’histoire de la baby-sitter, la rassurais pour son accouchement, débattais de notre monde de dingue puis de mon histoire avec Seamus. L’après-midi avançait sans qu’on ne voit défiler les aiguilles. Lena m’apportait ses conseils, de temps en temps on riait de David et je devais avouer que je pensais un véritable bon moment. « Je … n’en ai jamais reparlé avec lui depuis notre discussion en juillet en vérité … » dis-je en grinçant des dents. « A l’anniversaire de David, on a essayé d’aborder le sujet et on s’est à nouveau engueulé. Puis il y a eu la mort d’Hermione, Harry et Ron et on est pas mal resté en famille après ça. J’avais moins d’occasion de reparler à Seamus de ça … » Je plongeais ma cuillère dans ma glace avant de la porter à ma bouche, me délectant de cet instant.

Elle m’expliqua ce qui s’était passé entre Gabriel et elle. Leur histoire était incroyable et tellement belle d’une certaine manière. Je souris quand elle ajouta qu’elle ne regrettait rien. Mais elle me rabroua au même instant pour que je parle véritablement à Seamus. Je roulais des yeux : « Oui … je le ferai … » Elle me fit les gros yeux. « Je le ferai ! » Elle se mit à rire et je secouais la tête avant d’aborder le sujet Jena.

« Jena est...elle est super forte. Malgré tout ce qu'elle a enduré, elle encaisse. C'est dingue. Je t'avoue qu'on ne s'attendait pas à ce qu'elle prenne si bien la grossesse. Même si elle nous a quand même un peu sermonné sur notre inconscience. Mais on approche de la date de... dans deux mois ça fera un an que les parents ont été tués, et ça c'est pas évident ».

Je baissais la tête. Je me souvenais très bien qu’il y a un an j’étais avec Wolfgang. On avait décidé de se redonner une chance et il m’avait abandonné pendant les vacances de Noël pour aller s’occuper de Lena et Jena après le meurtre de leurs parents. Je leur avais fait parvenir une lettre de condoléance bien qu’à ce moment-là encore, je ne connaissais rien des Insurgés et des Purificateurs. Je posais une main sur celle de la jeune femme et la serrai. « Ce n’est pas évident, mais vous êtes trois à vous serrer les coudes. C’est le plus important. » C’était ce qui m’avait fait tenir quand mes oncles et tante avaient été tués cet été. Nous avions pris le temps de faire notre deuil en famille, et c’était important de savoir qu’on pouvait compter les uns sur les autres, quoi qu’il arrivait, dans n’importe quelle situation.

Pour lui changer les idées, je lui proposais de se prévoir une sortie entre nos deux hommes et nous deux bientôt. « Oh oui, ça pourrait être vraiment sympa. Tu te souviens à Poudlard, on ne les arrêtait jamais quand il s'agissait d'aller jouer au Quidditch. Depuis quand ils ne sont pas montés sur un balai ? »

Je me mis à rire en me souvenant de mes dernières semaines à Poudlard. C’était à ce moment-là que mon histoire avec Seamus avait commencé, ce 14 février 2018. Je l’accompagnais à ses entraînements de Quidditch et je me souvenais encore quand avec Lena on jouait les supportrices. C’était il y a tellement de temps ! « Tu te souviens de cette partie en juin dernier sur la plage de l’UMS aussi ? » Juste avant l’annonce de l’attentat, on s’était pourtant bien amusé. « Dire qu'il y a encore peu de temps, on allait danser en boîte. Maintenant dès que j'ai un peu de sous je fais un stock de vêtements pour le bébé. » Je me mis à rire doucement. Oui ce n’était clairement plus la même vie. « Tu as des regrets ? » demandais-je en calmant mon rire.

« Des regrets ? Non... pas vraiment » Son regard se perdait un peu dans le vague. « Je ne peux pas nier que tout est arrivé avant que je ne sois prête, mais... Je vais avoir une famille. On ne peut pas vraiment regretter ça. N'est-ce pas ? » Je tournais la tête vers David qui faisait désormais l’avion avec sa figurine. Il avait les yeux bleus si caractéristiques de Seamus, cette frimousse qui pouvait soit aller à Dean, soit à Louis quand ils préparaient de mauvais coups. Les mêmes cheveux blonds que les miens. Et je pensais à ce qu’était devenu mon quotidien avec lui. « Non, on ne peut pas vraiment le regretter. » dis-je en souriant.

« T'as pas... je sais pas, des potins ? Des trucs à raconter pour qu'on ait l'air d'avoir vingt ans et pas quarante ? » Je souris avec un petit air malicieux. « Tu veux dire que tu n’as pas quarante ans ? Tu … m’as … menti ! » Mon visage redevint sérieux un instant. « Oh tu sais à part les couches sales de mon bébé, non, mais je peux te décrire la couleur, la longueur et leur poids si tu veux. » Oui il m’arrivait toujours de flipper en voyant quelque chose d’anormal dans les couches. Seamus était agacé par mon comportement mais on n’était jamais trop prudent !

« Oh mais attends, j'en ai une de nouvelle moi. Accroche-toi bien à ta chaise, tu ne devineras jamais sur qui on est tombé en Tanzanie ! » Je haussais un sourcil avec un sourire, m’attendant à tout et n’importe quoi. « Bon y a eu mon ex déjà, Will. Tu te souviens un peu de lui ? Roux, de super yeux, il avait disparu du jour au lendemain ? » J’ouvris de grands yeux. « Oh mais oui ! Gabriel en parlait souvent à Seamus à une époque. Que lui est-il arrivé ? » « En fait, c'est son oncle qui l'a emmené en Amérique. » Je fronçais les sourcils. Carrément ?! Incroyable les choses qui se passaient parfois à Poudlard et plus généralement dans le monde de la magie.

« Et c'est pas tout. » Je tapais des mains sur la table pour imiter un roulement de tambours, rapidement imitée par David. « On a aussi revu un autre fantôme. Casey Morgan. L'ex copine de Gab. » Mes yeux s’agrandirent avant d’avoir un sourire moqueur sur les lèvres. « On était super pote à Poudlard … » dis-je en replongeant dans mes souvenirs. « Enfin, c’était avant que je commence à me détacher d’elle en 5ème année, chose qu’elle a déjà moyennement apprécié je crois, et puis qu’ensuite je me mette à fréquenter Seamus. Elle en pinçait pour lui à l’époque. » Je levais les yeux au ciel. C’était de bien vieilles querelles. « Et alors ? Qu’est-ce qu’elle devient ? » demandais-je. Elle adorait parler produits de maquillages avant, peut-être avait-elle ouvert un institut ?

Lena poussa un petit rire en levant les yeux au ciel à la mention du crush de Casey sur Seamus. « Je n'ai jamais été très proche d'elle, même si elle jouait la belle-fille idéale auprès de nos parents. » Je roulai des yeux, imaginant parfaitement Casey, pendant que Lena poussait un gros soupir « Elle était portée disparue depuis décembre 2018. Gabriel avait mis du temps à s'en remettre. » Elle se pencha pour que moi seule puisse entendre : « Elle a été mordue par un vampire. Elle n'a plus grand chose à voir avec la Casey qu'on a connue, tu peux me croire. » Je reculai, fronçant les sourcils, avant de déglutir. Mordue ? Par un vampire ? Alors c’était ça maintenant ? Tous ceux qu’on avait connu devenaient des créatures ? Je fis une grimace un peu étrange avant de répondre après une grande inspiration : « Eh bien … Elle doit sans doute se sentir mieux dans sa peau. Où est-elle à présent ? On va la revoir chez les Insurgés, tu penses ? »

Elle haussa les épaules « Elle ne vit plus en Angleterre. Alors je crois qu'elle passera juste voir sa famille de temps en temps. Je l'imagine mal chez les Insurgés, mais va savoir. Will, elle... maintenant je m'attends à tout. » J’ai un faible sourire, me perdant un peu dans mes pensées face à ses révélations. Mais c’est David qui me ramena brusquement sur Terre en pleurant. Je tournais la tête vers lui, m’attendant au pire mais vis que c’était seulement sa figurine qui avait perdu sa tête. « Dean avait dit qu’ils étaient incassables … Il faudra en redemander à Noël ! » Je l’attrapais dans mes bras et commençais à le bercer. Je levai la tête vers Lena. « Il est fatigué, je pense que je vais devoir y aller. » Et comme pour m’encourager, ses pleurs redoublèrent. Et oui, quand il ne faisait pas sa sieste il était tout de suite très susceptible. « Merci pour ce rendez-vous, Lena, c’était top ! On se tient au courant pour la sortie à 4 et j’attends ton faire-part … » dis-je en pointant son ventre.

Je me levais, sentant les regards sur moi tandis que David me filait une nouvelle fois la honte. Je me penchais à l’oreille de Lena. « Ca aussi, il faudra que tu t’y fasses ! » dis-je en pointant les gens autour de nous avec un rire, avant de transplaner avec un signe de la main.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

descriptionCan't we just sit down and talk ? EmptyRe: Can't we just sit down and talk ?

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum