Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyUn voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

Un voleur n'a ni compassion, ni moral.
Ft Rose O'Dylan
30 octobre 2020

Alvin n'avait pas revu Rose depuis leur dernière dispute. Il l'avait empêché de faire une connerie plus grosse qu'elle et ses remarques l'avaient blessé. Il ne voulait plus la voir et le sentiment semblait réciproque. Qu'elle ait pu penser qu'il aimait l'humilier; la rabaisser l'avait vraiment vexé. Il n'était pas du tout comme ça. Il était un voleur sans foi, ni lois mais quand même ! Il n'était pas un enculé finit pour prendre plaisir à rabaisser les autres. Du coup, cela faisait trois mois que la jeune femme n'avait pas remis les pieds dans sa boutique. Il y passait de fait encore moins de temps, il avait adapté son emploi du temps pour elle. Pour ne pas la laisser devant une porte close.

Il avait sans doute fait plus d'efforts envers elle qu'elle pouvait l'imaginer. Mais si elle ne voulait pas le voir c'était son problème ! Maintenant, cela faisait un mois qu'il avait un binôme. Li Mei pouvait se montrer fort utile avec sa connaissance de la technologie no-maj. Et la demoiselle n'était pas farouche, Alvin admettait beaucoup s'amuser avec elle. Il n'y avait absolument rien de sérieux entre eux. Mais et bien cela faisait du bien aussi d'être lui même. La jeune femme ne s'attendait pas à ce qu'il soit autre chose qu'un voleur et un escroc. Et elle était directe, pas de faux semblant. Elle voulait juste s'amuser et ça lui allait parfaitement.

Ils bouclaient d'ailleurs un marché qu'ils avaient ouvert tous les deux avec un client fortuné. L'homme avait un peu tiqué au début de voir qu'Arsène n'était pas seul. Mais finalement Li Mei avait su s'imposer et gagner sa confiance. Enfin, autant que pouvait le faire une apprentie voleuse ! Alvin avait une main posée sur la cuisse de la jeune femme, comme souvent. Depuis leur première rencontre, il y a presque deux mois, ils entretenaient une relation. Alvin avait toujours été plutôt tactile et être avec une louve et bien il en avait pour son argent ! Il devait avouer que ça lui faisait du bien une relation sans prise de tête. Alors qu'ils concluaient l'échange contre une poignée de main et de gallions, la porte s'ouvrit et quelqu'un entra dans le bar. Alvin n'y prêta pas vraiment attention sur le moment. Leur client s'éclipsa et Li Mei déclara qu'elle devait elle aussi partir rejoindre le clan. Alvin fit la moue avant de l'attirer à lui pour un baiser torride.

"A bientôt ma petite guerrière, tu vas me manquer." Souffla l'homme tout près de ses lèvres, avec un regard de braise. Il n'y avait là pas de sentiments amoureux, juste un fait. Il s'était attaché à la jeune femme. Il pouvait dire que même quand ils interrompraient leur relation, ils resteraient sans doute amis. Alors que la louve sortait, une voix le tira de sa contemplation silencieuse. Oui il était en train de reluquer sa petite amie, il avait le droit ?

©️Lilith


_________________


"I want you back !"

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

   
Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

   
I can't stop this feeling, deep inside on me. Girl, you just don't realize, what you do to me. When you hold me, in your arms so tight, you let me know, everything's all right. I'm hooked on a feeling, I'm high on believing, that you're in love with me

   
Vendredi 23 octobre 2020

   
Et la vie avait repris son cours. Un proverbe qu’un sage m’avait dit lors de mon voyage en Afrique du Sud m’était revenu en mémoire : « Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens. » Et j’avais repris confiance en moi. J’avais été très éprouvée par l’attentat du 26 juin. Cette date resterait sans doute gravée dans ma mémoire sans pour autant que j’y associe une personne de mon entourage qui y était touchée. Mais je savais que les personnes comme mon père ou mes cousins étaient concernés. Et je ne pouvais m’empêcher de prendre toutes ces choses à cœur.

Il y avait aussi le fait que j’avais abandonné mes visites chez Alvin Campbell. Notre dernière discussion m’avait faite voir très clair dans son jeu et je ne pouvais continuer cette relation malsaine avec ce voleur qui se permettait tout ce qu’il voulait sur moi. J’étais bien trop naïve, et Andrea ne cessait de me le rappeler. Alors j’avais repris mon petit boulot de bibliothécaire. Je continuais à reprocher aux élèves de ne pas se plonger assez dans la lecture. Je parlais toujours autant, et, d’ailleurs, Noah et Isaac s’étaient ligués contre moi pour trouver tous les moyens inimaginables pour me faire taire. Les Insurgés étaient toujours ma préoccupation et je m’activais à enquêter encore sur le nom que nous avions trouvé la dernière fois avec Will et Alvin.

Je n’étais pas devenue plus sage, au contraire. Disons, que je m’étais résolue à ne pas perdre mon temps avec ceux qui n’en valaient pas la peine. La vie était trop courte. Et chaque jour sur cette Terre me le rappelait. Il y a une semaine, papa était tombé malade. Rien de bien sérieux, disait-il. Mais on m’avait appelé hier pour me dire que sa maladie s’était aggravée et qu’aucun médicament ne réussissait à le calmer. Il avait des poussées de fièvre et aucune Médicomage ne trouvait le mal qui le rongeait. Moi je le connaissais : depuis qu’Amanda avait quitté sa vie, mon père trouvait sa vie fade et il dépérissait à vue d’œil. Si j’avais eu l’espoir qu’il s’en remettrait un jour, je me trompais. Or, je n’étais pas prête à le perdre.

C’était cette envie de sauver mon père, ce désir non dissimulé de faire une bonne action, qui m’avait mené jusqu’à la Goutte Noire. Alvin m’y avait déjà conduite une fois, pour l’une de ses transactions. Et pour une fois, j’avais appliqué ses conseils : je portais des vêtements noirs, le regard baissé, le pas discret. Alvin m’aurait sans aucun doute fait remarquer que je faisais toujours autant de bruits qu’un troupeau de Sombrals mais j’avais l’avantage qu’il n’était pas là. Ce qui m’étonnait en revanche c’est que j’étais toujours en train de penser à lui, et à ce qu’il aurait dit de moi. A croire que son avis m’importait …

J’entrais dans le bar où quelques personnes étaient présentes. Presque toutes se retournèrent mais, je préférais regarder en direction du bar. Je ne connaissais absolument rien au monde des affaires, et encore moins au monde des voleurs, mais s’il existait ici un moyen de sauver mon père, je me devais de le saisir. J’arrivais près du comptoir et retirai la capuche que j’avais posé sur ma tête. Je jetais un regard aux alentours et vis une assez jolie femme se lever de la chaise sur laquelle elle était installée. Elle embrassait langoureusement un homme qui se trouvait être de dos. J’ignorais que de telles démonstrations affectives pouvaient avoir lieu dans pareil endroit.

« Vous vous êtes perdus, ma p’tite dame ?! » Je reportais mon attention sur le barman qui nettoyait quelques-uns de ses verres. Je souris, de mon air toujours aussi chaleureux et bienveillant : « Oh non, je cherche une personne qui pourrait me procurer du sana febricitantem. Il s’agit d’un médicament assez rare, qui tire son origine de … » « Je pense avoir ce qu’il vous faut. » me coupa une voix de l’autre côté de la salle. Je tournais la tête vers lui et m’approchais à grands pas. « Est-ce vrai ? En avez-vous sur vous à cet instant ? Combien dois-je vous payer pour ce très généreux service ? » Je ne pouvais croire que cela fût aussi simple ! Mon cœur bondissait dans ma poitrine à l’idée que j’avais sans doute trouvé un remède pour mon père.
   

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

Un voleur n'a ni compassion, ni moral.
Ft Rose O'Dylan
23 octobre 2020

Cette voix lui était familière et il tourna donc son regard dans cette direction intrigué. Son regard tombait sur une jeune femme qu'il connaissait bien, et il fût surpris... Elle avait troqué ses horribles fripes colorées pour un vêtement sombre. Dommage qu'elle se fasse remarquer tout de même par son empressement. Rose se tenait là son ton un brin désespéré fit froncer les sourcils d'Alvin. Ça, ça sentait mauvais ! Si lui l'avait remarqué, tous les gars un peu louche l'avait fait et allaient se faire un plaisir de l'escroquer. Il se rapprocha donc tout sourire et posa un bras sur les épaules de la jeune femme. Son regard pourtant lui était polaire alors qu'il lançait un sourire hypocrite à celui qui avait dit avoir ce qu'il fallait à Rosie.

"Tu t'es recyclé en botaniste Jimmy ? J'étais pas au courant de ce détail, aux dernières nouvelles tu vendais t'jours ta camelote comme potion miracle...." Se moqua Alvin mauvais. "J'aime pas vraiment qu'on essaye d'arnaquer mes amis, tu vois." Souffla l'homme son sourire insupportable toujours collé au visage. Le dit Jimmy semblait vert de rage, il y avait peu de chance pour que cela soit son véritable nom par ailleurs.

"Parce que tu vaut mieux que moi le cambrioleur ?" Grinça Jim en jetant un regard à la jeune femme. "Tu lui as dit au moins à celle là que tu avais déjà une copine et que tu étais un voleur ?" Alvin fronça les sourcils et relâcha la jeune femme avant de se pencher vers Jim, le regard menaçant. "Dis moi Jim, en quoi ce sont tes affaires ce que je fais des miennes ?" Le ton n'était ni courtois, ni amical. Il y avait même un brin de menace alors qu'Alvin souriait de nouveau.

"Maintenant que tout est clair." Il se releva et attira la jeune femme sans qu'elle ait pu dire un mot à sa suite à la table qu'il venait de quitter plus tôt. "Dites moi Chatterbox, vous pensez vraiment penser arriver à quelque chose en paraissant aussi désespéré ? La seule chose que vous allez faire c'est attirer ces chacals qui vous vendront tout ce que vous voulez, mais certainement pas ce que vous cherchez..." Ajouta Alvin en roulant des yeux. Il observa cependant minutieusement la jeune femme, elle avait l'air triste et épuisé. Alvin s'inquiéta bien malgré lui pour la brune.

©️Lilith


_________________


"I want you back !"

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

   
Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

   
I can't stop this feeling, deep inside on me. Girl, you just don't realize, what you do to me. When you hold me, in your arms so tight, you let me know, everything's all right. I'm hooked on a feeling, I'm high on believing, that you're in love with me

   
Vendredi 23 octobre 2020

   
L’homme n’avait pas un air mauvais sur le visage, j’étais persuadée qu’il pouvait m’aider. J’étais tellement soulagée d’un coup, j’avais l’impression que plus rien ne pourrait obscurcir cette nouvelle … à part si Alvin se trouvait là lui aussi. Je sentis un bras attraper mes épaules et regardais l’homme intrigué avant de reconnaître ce maudit voleur qui avait eu le culot de se mêler plus qu’un peu de ma vie. Que faisait-il là à ruiner mon arrangement ? Pourquoi se sentait-il toujours le besoin d’intervenir là où je pouvais m’en sortir seule comme une grande fille ?! « J’aime pas vraiment qu’on essaye d’arnaquer mes amis, tu vois. » Alors maintenant j’étais son amie ? Je tournais la tête vers lui, apercevant son sourire tout à fait hypocrite sur son visage. Mais pour une fois il n’était pas dirigé vers moi et le voleur jouait plutôt avec le dénommé « Jimmy ».

Justement, ce dernier répliqua d’un air mauvais, bien loin de celui auquel j’avais eu droit. Une copine ? Non ça il ne m’avait pas dit. Comment une femme pouvait d’ailleurs supporter pareille compagnie ? Et un voleur, ça merci j’étais au courant. Alvin, surement touché, se pencha vers l’homme et murmura quelques mots que je ne réussis pas à bien entendre. « Maintenant que tout est clair ! » prononça-t-il en m’attirant avec lui à une table plus loin. « Que ? Quoi non ! » C’était bien la première fois que je perdais mes mots. Et je savais à qui était la faute.

« Dites-moi Chatterbox, vous pensez vraiment penser arriver à quelque chose en paraissant aussi désespéré ? La seule chose que vous allez faire c’est attirer ces chacals qui vous vendront tout ce que vous voulez, mais certainement pas ce que vous cherchez … » Et sbaf ! La gifle vola sans qu’il n’ait pu comprendre ce qui lui arrivait. Et d’ailleurs moi-même je n’en crus pas mes yeux. Je n’aimais absolument pas la violence et faire ce genre de geste m’étonnait moi-même. C’était sa faute à lui encore, il me changeait en une autre. Il me regarda, sonné et surpris de mon geste. « Croyez-moi, vous en méritez bien d’autres mais je ne puis m’y résoudre maintenant. » répondis-je d’un air contrit, ramenant mes mains contre moi.

« Alors considérez que ça vaut pour toutes les fois où vous n’avez cessé de me rabaisser, où vous avez balancé tous mes défauts en pleine figure sans aucun état d’âme et comme vous continuez encore de faire. » Je le regardais, ne craignant pas de hausser le ton en pareil lieu. « Vous dites que je suis désespérée, mais je crois qu’on peut tous l’être quand une personne qu’on aime va mourir d’un moment à l’autre. » Je retins un sanglot, réalisant ce que je venais de dire. Non, papa n’allait pas mourir. Il était simplement malade. Il allait être soigné, je voulais encore garder espoir.

Je relevais les yeux, furieuse contre cet homme : « Vous me mettez hors de moi, Alvin. Jamais je n’ai ressenti tant … tant de sentiments contradictoires à l’égard d’une personne. » Contradictoires ? Il m'insupportait à cet instant, mais pouvais-je dire que je l'aimais également ? « Vous avez une copine ? Tant mieux pour vous ! Mais j’ignore pourquoi elle vous ne la repoussait pas comme vous n’avez pas arrêté de faire avec moi ?! Je vous aimais beaucoup, Alvin, mais vous … » L’homme me coupa soudainement la parole, en ayant manifestement assez entendu. Alors quoi ? Ca allait encore se terminer comme ça ?

« Je n’en ai pas fini avec vous, Alvin ! » haussais-je le ton. Merlin, je ne me reconnaissais pas moi-même. « Vous avez ruiné la seule chance de sauver mon père. Vous devez m’aider. » Je le regardais droit dans les yeux. « Si vous avez un minimum d’humanité, ou même d’affection pour moi, je vous en conjure, Alvin, aidez-moi. Vous seul pouvez m’aider. » Il devait certainement connaître assez de monde sur le Black Hole qui pourrait m’aider, non ?
   

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

Un voleur n'a ni compassion, ni moral.
Ft Rose O'Dylan
23 octobre 2020

Celle-là, il l'avait pas sentit venir. Alvin se frotta la joue en fronçant les sourcils. Pourquoi elle lui filait une beigne ? Elle avait ses règles ou quoi ? Les femmes sérieux ! Il était cependant surpris, il lui semblait avoir déjà fait bien pire ! Et là il avait essayé d'aider, elle était jamais contente ! Et puis Rose ne frappait pas, alors pourquoi d'un coup elle se mettait à le frapper lui ? Il pouvait se sentir vexer ! Cependant, il réalisa bien vite que quelque chose n'allait pas, comme il l'avait soupçonné au départ.

« Alors considérez que ça vaut pour toutes les fois où vous n’avez cessé de me rabaisser, où vous avez balancé tous mes défauts en pleine figure sans aucun état d’âme et comme vous continuez encore de faire. » Lui balança la demoiselle à la figure avant de hausser le ton. Putain elle lui en voulait vraiment beaucoup en fait ? Il avait vraiment été un tel connard ? Il s'en souvenait pas. « Vous dites que je suis désespérée, mais je crois qu’on peut tous l’être quand une personne qu’on aime va mourir d’un moment à l’autre. » Hein ? Qu'est ce que c'était que cette merde ? Il jeta un œil à la jeune femme, alors c'était ça son regard de chien battu ? Il compatissais en son fort intérieur, mais il n'allait pas le montrer en public. Il avait une réputation merde. Ha non elle avait pas l'droit de pleurer, elle allait le faire se sentir mal ! Il en oublia même pourquoi il lui en voulait ces dernières semaines en la voyant ainsi.  

« Vous me mettez hors de moi, Alvin. Jamais je n’ai ressenti tant … tant de sentiments contradictoires à l’égard d’une personne. » Ouais ben lui non plus, hein ! Elle croyait quoi qu'il était sans cœur ? Il était un connard, il avait bien compris, merci. Elle n'avait eut de cesse de le répéter depuis qu'ils se connaissaient ! C'est lui qui aurait dû être vexé ! « Vous avez une copine ? Tant mieux pour vous ! Mais j’ignore pourquoi elle vous ne la repoussez pas comme vous n’avez pas arrêté de faire avec moi ?! Je vous aimais beaucoup, Alvin, mais vous … » Hein quoi ? C'était quoi ça ? Il essaya d'intervenir mais se fit couper l'herbe sous le pied. Putain même en colère et à moitié en larmes, elle trouvait le moyen de le noyer sous son flot de paroles ! Sans déconner, en plus il comprenait que dalle à ce qu'elle racontait. Li Mei et lui c'étaient rien d'important en plus !

« Je n’en ai pas fini avec vous, Alvin ! Vous avez ruiné la seule chance de sauver mon père. Vous devez m’aider. » Elle lui filait les jetons avec son regard et son ton autoritaire, putain on aurait dit... On aurait dit sa mère. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas pensé à elle... Il sentit un brin de culpabilité le saisir parce qu'il ne savait pas bien quoi faire pour Rose. « Si vous avez un minimum d’humanité, ou même d’affection pour moi, je vous en conjure, Alvin, aidez-moi. Vous seul pouvez m’aider. » Le supplia t'elle presque. Alvin jeta un regard aux alentours et attira la jeune femme dans un une salle attenante déserte. C'est bon ils s'étaient déjà assez donné en spectacle. Il se sentait en colère lui aussi, se rendait-elle compte du risque qu'elle prenait à faire une scène pareille en un tel lieu ? Non bien sûr que non ! Lui il vivait depuis des années ici, il pouvait dire qu'il avait connu que ça même.

"Maintenant que madame a finit de pleurnicher sur son sort, j'peux parler ?" Le ton d'Alvin était mordant, ouais elle l'avait peut-être plus qu'un peu vexé en fait. Il n'avait pas oublié. "J'suis navré pour votre père, vraiment j'le suis. J'voulais pas être désagréable mais ce gars ne vous aurait pas aidé. Tout juste bon à vous vendre ses propres poils de cul en les faisant passer pour je ne sais quelle plante miracle." Le ton d'Alvin était dur lui aussi. Il avait des raisons de pas être sympa, de pas faire confiance aux gens. Il plissa les yeux alors qu'elle essayait d'intervenir. "Taisez vous ! C'mon tour de parler Rose." Souffla Alvin, pour la première fois sans doute elle voyait l'homme à travers le masque. Le véritable Alvin était plus sombre qu'il n'y paraissait. Et surtout très seul.

"Vous supposez depuis le début que tout c'que je dis vise à vous rabaisser. Et j'sais bien que j'sais pas exprimer mes sentiments comme vous, les gens en dehors du Black Hole. Mais j'dois me protéger avant tout, les gens comme vous ne font que passer, ils restent jamais ! Voir l'envers du décors, c'est pas tellement leur trip, faut croire." On pouvait sentir une pointe de rancœur dans ses paroles. Il faisait constamment le mariole et c'était une part de lui mais c'était aussi un masque.

"Si j'vous repousse... c'pas parce que j'vous aime pas." Justement le hic était là, il l'appréciait un peu trop. Mais elle ne resterait pas, tout le monde finissait par quitter le Black Hole un jour ou l'autre. Sauf pour les orphelins comme lui, il était attaché à cette allée malfamée, c'était sa maison. "J'vous aiderais Rose, pas parce que j'me sens coupable. Mais parce que ouais j'tiens à vous, même-ci j'devrais pas. On fait pas partie du même monde." Il secoua la tête avant de la regarder un peu tristement, un sourire mélancolique sur les lèvres. "J'le ferais parce qu'on a tous besoin que quelqu'un nous aide dans ce genre de moment. Moi, c'est Merlin qui m'a tendu la main, même-ci c'était trop tard." Et qu'il n'y avait rien à faire, sa mère était déjà condamnée à l'époque. Son cancer avait été diagnostiqué trop tard, mais Merlin avait essayé d'aider le petit garçon qu'il avait été. Il en avait dévoilé plus sur lui même que pendant tous ces mois à la côtoyer. Mais l'entendre dire qu'il lui voulait du mal ou presque, ça lui était insupportable. Il n'était pas le type qu'elle lui décrivait.


(c)Lilith


_________________


"I want you back !"

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

   
Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

   
I can't stop this feeling, deep inside on me. Girl, you just don't realize, what you do to me. When you hold me, in your arms so tight, you let me know, everything's all right. I'm hooked on a feeling, I'm high on believing, that you're in love with me.

   
Vendredi 23 octobre 2020

   
L’homme sembla réfléchir, comme s’il jugeait que j’en valais la peine ou non. Puis il regarda dans les alentours et m’attrapa une nouvelle fois le bras pour nous emmener ailleurs. Ca commençait à devenir une manie ou quoi ? Ils se déplacèrent dans une salle juste derrière le lieu de réception, la porte était un rideau et l’intérieur était rempli de divers objets de cuisine entassés ça et là. Ils n’avaient pas l’air d’avoir de femme de ménage par ici. « Maintenant que madame a fini de pleurnicher sur son sort, j’peux parler ? » Oh le voilà qu’il recommençait avec ces sales manières ! Non, s’il voulait que je pleurniche, je préférais aller plus loin. J’essayais de me dégager mais il me tenait fermement le bras, de telle sorte qu’il voulait que j’assiste à tout ce qu’il avait à dire.

Et alors il commença à exprimer des sentiments à l’égard de son père ? Il était navré ? Connaissait-il vraiment ce mot et venait-il de l’employer ? J’allais répliquer mais il m’ordonna de me taire. Je me tendis, voyant là qu’il était plus que sérieux. C’était un sentiment que je ne lui connaissais pas et j’avais l’impression de le redécouvrir. Voulait-il dire qu’il avait agi ainsi dans le but de ne pas s’attacher à moi ? Pensait-il que j’aurai pu un instant eu l’idée de l’abandonner ? Il m’avait poussé également à ne pas m’attacher, comment voulait-il qu’on s’accroche à lui ? Mais cela m’amenait à m’interroger sur son passé : qu’avait-il donc vécu pour réagir ainsi ? Que lui avait-on enseigné ? Qu’est-ce que ce Merlin avait pu lui mettre en tête ? « Si j’vous repousse … c’pas parce que j’vous aime pas. » Je relevais les yeux vers lui et ouvris la bouche, comme pour parler, mais rien n’en sorti. Alors, voulait-il dire qu’il m’appréciait ? Est-ce que je lui avais manqué durant ces mois ? Je réalisais alors ce moment-là qu’il avait surement pensé que je l’avais abandonné. Pour qui je passais à présent ? Moi qui avait toujours tenu à faire le bien autour de moi, me voilà que je m’étais retrouvée à juger trop vite un homme qui avait pourtant bon fond.

« Alvin … » commençais-je pour m’excuser mais l’homme me coupa une nouvelle fois. « J’vous aiderai Rose, pas parce que j’me sens coupable. Mais parce que ouais j’tiens à vous, même si j’devrais pas. On fait pas partie du même monde. J’le ferai parce qu’on a tous besoin que quelqu’un nous aide dans ce genre de moment. Moi, c’est Merlin qui m’a tendu la main, même si c’était trop tard. » Son regard croisa le mien et je compris qu’il était à cet instant l’homme le plus sincère du monde. Il semblait tellement triste, tellement … lui. J’ignorais que cet homme pouvait avoir une autre facette et j’ignorais que je pourrais tant avoir envie de soigner cette partie de lui-même. Et comme poussée par une certaine forme de magie, ma main s’accrocha au bras qui me tenait et je me hissais sur la pointe des pieds pour coller mes lèvres aux siennes. C’était tout naturel. Le baiser ne fut pas long et l’homme ne bougea pas, comme toujours aussi surpris de mes actions aujourd’hui. Moi-même j’en étais étonnée et je me reculais un peu, redescendant sur mes talons. L’homme me demanda pourquoi j’avais fait ça. Nos regards se scrutaient l’un et l’autre et je répondis le plus naturellement : « Je n’en ai aucune idée. » Je baissais les yeux, gênée devant ce que je venais de faire.

   

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

Un voleur n'a ni compassion, ni moral.
Ft Rose O'Dylan
23 octobre 2020

Alvin vit bien le choc causé par ses paroles. Putain, il avait encore trop parlé, merde. Il avait envie de se coller des beignes, sérieusement y'avait pas idée d'être aussi con. Et de bavasser autant non plus, elle l'avait fait sortir de ses gonds et lui il courrait. Abruti. Crétin. Et attendez quoi ? Il jeta un regard complètement paniqué à Rose. Qu'est ce qu'elle venait juste de faire ? Il lui posa d'ailleurs la question, complètement stupéfait. Il recula d'un pas, se cognant dans le mur derrière lui. Rompant le charme entre eux. Une casserole en équilibre précaire lui était tombé sur le crâne.

"Aie, bordel ça fait mal." Il se frotta le haut du crâne. Putain mais que fichait cette casserole là haut ? Il fusilla du regard l'objet incriminé, oubliant par la même ce qui venait juste de se passer. Rose reprit alors la parole lui proposant de fait de trouver l'endroit pour se procurer les médocs de son père ! Bonne idée, ils allaient faire ça. Il fit bien attention de ne pas toucher la jeune femme en passant devant elle pour prendre la tête des opérations. Ce qui venait de se passer, n'était jamais arrivé. JAMAIS. Il se fichait de passer pour un lâche mais il voulait pas gérer le bordel que ce simple geste avait causé dans sa tête.

"Allez allez, on se dépêche ma petite dame ! On a pas toute la journée !" L'appela Alvin en reprenant son masque à peine la porte passé. Faisant encore le mariole, reprenant son attitude habituelle. Il dirigea la jeune femme vers la sortie tout en râlant beaucoup sur sa lenteur. "T'as toujours du jus avec toutes tes copines, Arsène ?" Se moqua la voix de Jimmy avec un rire gras suivi de quelques autres abrutis. Le voleur se raidit imperceptiblement, leur lançant un regard polaire. "Ton impuissance crasse te rends jaloux Jimmy ?" Rétorqua l'homme avec un sourire moqueur et une petite révérence.

Il ne dit pas un mot en sortant du bar, pourquoi tout le monde soulignait le fait qu'ils avaient des copines tout le tour du ventre ? C'était en plus complètement faux ! Ok il en avait eut plusieurs mais toujours une à la fois ! Il n'était pas un mufle non plus ! Il entraîna Rose dans une boutique aux allures franchement louche. Avant de passer la porte il ficha son regard dans celui de la jeune femme.

"Prête Chatterbox ?" Demanda l'homme en usant une nouvelle fois de ce surnom irritant. Il devait mener les opérations, ça valait mieux pour eux deux. A chaque fois qu'elle prenait des initiatives ça finissait mal. Il franchit le pas de la porte tout sourire.

"Hey vieille branche, tu te caches où ?" Demanda Alvin sous le regard éberlué de la jeune femme. Un bruit se fit entendre dans un recoin, des pas se rapprochèrent d'eux et ils tombèrent sur un vieil homme édenté. "Alvin, petite canaille !" La dite vieille branche lui asséna un coup de canne, c'était sa manière bizarre de saluer les gens. Ou juste lui en fait. "Où est donc passé la jolie asiatique ?" Demanda le vieil homme avec malice. "Mais vous allez arrêtez avec Li Mei !" Gronda désespéré Alvin, putain il savait pas pourquoi il avait l'impression d'avoir fait un truc de travers aujourd'hui. Il c'était levé du pied gauche ou quoi ?

Le vieil homme regarda la jeune femme devant lui, semblant l'analyser. "Ça suffit papy, j'ai compris ! Rose voici Arnold, Arnold voici Rose. Maintenant, j'avais un service à te demander pour la demoiselle." Sourit Alvin avec un certain effort pour être poli. "Elle sait parler non, elle peut me demander son service elle même !" Marmonna le vieil homme. Alvin roula des yeux. Ouais sans doute, il regarda Rose l'air de dire demandez lui. Il ne l'aurait sans doute pas aidé, si elle n'était pas venu accompagné par lui. L'homme était un vieil escroc n'aidant que ceux qu'il avait envie. Pour une raison bizarre, il l'avait toujours eut à la bonne.


(c)Lilith


_________________


"I want you back !"

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

   
Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

   
I can't stop this feeling, deep inside on me. Girl, you just don't realize, what you do to me. When you hold me, in your arms so tight, you let me know, everything's all right. I'm hooked on a feeling, I'm high on believing, that you're in love with me.

   
Vendredi 23 octobre 2020

   
« Aie, bordel, ça fait mal. » répliqua le jeune homme alors qu’une casserole venait de lui tomber sur la tête. J’en profitai de ce moment pour faire diversion et oublier ce moment de confusion. Ça n’avait de toute manière aucun intérêt. S’embrasser alors qu’on se disputait, ce n’était pas logique, pas rationnel. Non, non, oublions ça ! « Oh, tenez, appliquez ça si vous voulez … » J’avais, selon les dires de Noah et Isaac, une quantité de choses incroyable dans mon sac et j’en sortis par ailleurs un mouchoir que j’enduis d’une Potion spéciale. « Ça devrait soulager la douleur … » dis-je en lui tendant le mouchoir. « Bon, eh bien, si on allait trouver dorénavant les médicaments pour mon père ?! » ajoutais-je, évitant de croiser son regard.

Alvin semblait soudain très enthousiaste à la nouvelle et reprit son rôle de rigolo de service pour me pousser vers la sortie. On était parti. Tout ce qui comptait était de trouver un remède pour mon père. J’ignorais par ailleurs les remarques des autres voleurs et malfrats de ce bar, suivant Alvin, espérant qu’il avait sérieusement une idée pour m’aider. Il était peut-être un criminel comme toutes les autres personnes présentes dans cette rue, mais je savais que je pouvais avoir confiance en lui.

On traversa le Black Hole pour se diriger vers une boutique qui était encore plus effrayante que les autres. Je fis une grimace en voyant s’entasser des monticules d’objets guère légaux. « Prête Chatterbox ? » Je relevais les yeux vers lui, la première fois depuis notre baiser, et le fusillais du regard, n’aimant définitivement pas qu’il use de ce surnom à tout va. « De toute manière, je n’ai pas le choix … » soupirais-je. Si je voulais trouver ce médicament, il fallait que je passe ici, et avec Alvin, j’avais sans doute plus de chance de l’obtenir … du moins je l’espérais. « Hey vieille branche, tu te caches où ? » Je haussais un sourcil en franchissant la porte en entendant le surnom qu’il venait de donner. C’était une manie chez lui de donner des surnoms aussi idiots les uns que les autres ?

Je regardais un peu dans tous les coins, essayant de deviner l’activité de ce marchand mais à vrai dire il y avait un peu tout et n’importe quoi. Mais beaucoup de Potions. Aux couleurs étranges. « Alvin, petite canaille ! » Je sursautais en voyant un vieil homme apparaître. Il devait pour sûr avoir plus d’un siècle et il semblait manquer de pas mal de dents. D’un coup de canne, il tapa sur la tête du voleur qui m’accompagnait et j’en fus encore plus surprise. Ils avaient vraiment des pratiques étranges, mais soit … « Où est donc passé la jolie asiatique ? » « Mais vous allez arrêter avec Li Mei ! » Je jetais un coup d’œil à Alvin et croisais les bras. Une asiatique du nom de Li Mei ? Je ne doutais pas qu’il était un Don Juan mais de savoir qu’elle était une partenaire connue d’Alvin provoqua en moi … une pointe de jalousie ?

« Enchanté Arnold ! » dis-je de mon ton le plus poli avec mon grand sourire habituel. Le vieil homme souhaitait que je m’exprime moi-même et c’était bien ce que je comptais faire. « Je suis à la recherche d’une personne qui pourrait me procurer du Sana Febricitantem » expliquais-je. « C’est un médicament rare pouvant guérir la fièvre … » « J’ai ce que tu cherches ! » déclara le marchand, se dirigeant vers son comptoir. Je jetais un coup d’œil à Alvin avant d’avancer à sa suite. Il allait chercher dans ses réserves et je crus presque voir des Potions voler, alors qu’il cherchait celle que je voulais. Et puis, au bout de quelques secondes, il revint, victorieux, avec une Potion aux couleurs mauve et orangé. Je souris en reconnaissant celle que je recherchais. « C’est bien celle-ci ! » dis-je en tendant le bras vers elle pour la prendre. Mais le marchand ne semblait pas prêt à la donner comme ça.

   

_________________


« I'm not in love, it's just a silly phase I'm going through »

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz

Un voleur n'a ni compassion, ni moral.
Ft Rose O'Dylan
23 octobre 2020

Alvin se sentait mal à l'aise face au regard d'Arnold. Qu'il arrête de le disséquer du regard merci bien ! Il était pas une bête de foire ! Déjà qu'il comprenait pas bien pourquoi il se sentait prit en faute au sujet de Li Mei. Après tout il avait rien à se reprocher, c'était sa copine. Y'avait rien de sérieux entre eux, ils s'amusaient juste en fait. Bon elle était sans doute ce qui se rapprochait le plus d'une amie à ses yeux... Ce qui en soit était bien plus que ce qu'il avait l'habitude. Mais, elle lui ressemblait un peu. Elle était un peu comme lui, ne rien prendre au sérieux pour ne pas souffrir.

Il regarda Rose exposer sa requête sous l’œil attentif du vieil homme. Si Alvin ne s'y connaissait pas beaucoup en plante et autres trucs du genre. Il laissait ça aux gens plus compétents. Rose n'apprenait jamais, toujours impatiente. Arnold haussa un sourcil et jeta un œil intrigué à Alvin. Le jeune homme haussa les épaules avec un air blasé, évitant tout de même de se faire repérer par la brune. Elle allait encore gueuler après lui après. Il avait prit assez d'une baffe aujourd’hui merci ! "Tss, elle est naïve la petite. Qu'est ce que j'y gagne à t'aider dans l'histoire, gamine ?" Interrogea Arnold avec un air de requin. Alors que Rose allait sans doute s'insurger encore une fois, Alvin lui bâillonna la bouche de sa main. "On se calme, Chatterbox. Et on ne dit rien sans réfléchir, ok ?" Chuchota Alvin dans son dos, près de son oreille. Son regard ne quittait pas le vieil homme. Alors qu'il relâchait la jeune femme alors qu'elle hochait la tête.

"De quoi est ce que t'as besoin, vieil escroc ?" Lui demanda avec un sourire rusé Alvin, il venait de faire comprendre que ce n'était pas Rose qui paierait. Arnold le compris tout de suite et ses yeux s’écarquillèrent légèrement. Il ne sembla pas comprendre pourquoi Alvin aidait la jeune femme. Il plissa les yeux soupçonneux. "Du venin d'acromentule et un service." Exigea le vieil homme, ayant suffisamment d'affection envers Alvin pour ne pas inclure la jeune femme dans le paiement.

"De qui tu t'moques, Arnold ! Du venin d'acromentule, t'sais à quel point cette cochonnerie est difficile à obtenir. Et t'voudrais un service en plus ? Il faut pas charrier vieille branche." Se moqua Alvin, il lui fit un sourire crispé. Il était pas près à rendre un service pour un remède. Et puis quoi encore. Voyant son sérieux, le vieil homme fit la moue. "Bien bien, pas la peine de faire ta mauvaise tête sale gosse. Du sang de dragon fera très bien l'affaire aussi." Bouda le vieil homme. "Marché conclu. Maintenant donne la fiole à la demoiselle. On sait tout les deux que j'ai qu'une parole. J'te trouverais ça." Ajouta Alvin alors qu'Arnold donnait la fiole à Rose. Elle lui lançait un drôle de regard, ouais il savait qu'elle avait pas l'habitude de son altruisme inexistant. Il lui fit un grand sourire innocent, avant de la pousser vers la sortie et de la ramener vers les quartiers un peu moins malfamés.


(c)Lilith


_________________


"I want you back !"

descriptionUn voleur n'a ni compassion, ni moral. EmptyRe: Un voleur n'a ni compassion, ni moral.

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum