Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyJust for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Et je suis à la bourre. Mais j'ai pas vraiment envie de me dépêcher de partir du bureau pour une fois. J'ai travaillé tard sur un dossier. Une demi-louve s'est faite agressé il y a quelques jours et elle est devenue folle de rage. Elle était enceinte et à voulu protéger son enfant. L'instinct maternel. Il est particulièrement développé chez les louve, mais les hybrides ne sont pas mal non plus.
Mon rôle dans tout ça est de décider si oui ou non cette jeune femme aura droit à une audience où si elle doit être sanctionné sans en prendre la peine. Cela me ferait mal au coeur d'envoyer à cette future mère un bourreau d'animaux dangereux.
Probablement mon côté femme qui prend le dessus sur mon vampire. Ouais, j'y ai longuement réfléchit. Rafaël et moi recherchons depuis longtemps le moyen de devenir de vrais vampires. Mais...l'ennui...C'est qu'être à moitié humaine présente tout de même un avantage majeur. La fertilité. Je me dis que si jamais je vais jusqu'au bout, je n'aurais jamais d'enfant, je ne vivrais pas la grossesse. Pas que les vomissement, le gonflement de mes membres, les caprices, les nausées m'attire particulièrement. Mais j'ai 25 ans et comme toute femme normale, j'ai envie d'enfanter.
Et j'espère sincèrement pouvoir le faire avant de devenir un véritable vampire.

Je soupire et referme le dossier, c'est finit pour aujourd'hui. J'éteins la lampe et commence à ranger mes affaires. J'attrape mon sac, mon manteau et referme la porte de mon bureau à clé derrière moi.
Il n'y a plus personne au MACUSA, pas dans mon service en tout cas. Il est déjà tard, tous ont dû déjà retrouver leur famille pour le dîner. Femmes, maris, enfants.
Je suis d'humeur mélancolique ce soir, je n'ai pas envie de rentrer. J'ai peur que mon frère ne le remarque et ne veule me tirer les vers du nez. Je ne peux rien lui cacher.

En passant devant l'un des bureau, près de la cage d'ascenseur, je remarque qu'une pièce est toujours allumée.
Probablement un oubli. Seulement j'entends un bruit, un coeur qui bat, un souffle régulier, un crayon qui gratte contre le papier, le tapotement d'un pied contre la moquette rouge. Je ralentis et m'arrête devant la porte entrouverte.
Un jeune homme est en train de bosser sur quelque chose. Damian Carter, un nouveau stagiaire. Je ne l'ai jamais rencontré mais je retiens tout dans cet endroit.


Je pensais être la seule à traîner encore  ici, je lance en m'adossant contre le chambranle.

Je souris alors qu'il relève la tête, surpris. J'entre, mon manteau crème parfaitement assorti à ma jupe crème et à mon chemisier bleu ciel, et m'approche doucement.


Je n'ai pas encore eu l'occasion de me présenter,je reprends d'un air d'excuse. Rebecca Fortini, directrice adjointe du quartier de régulation et contrôle des créatures magiques. Et tu dois être...Damian Carter, le nouveau stagiaire du quartier de la coopération magique internationale.  Enchantée.

Bon je l'avoue, j'ai un peu une attitude de charmeuse, que voulez-vous, on ne se refait pas ! Et puis j'ai dû hériter ça de ma mère vu que Rafaël est doué du même don pour se faire apprécier des gens.
Je dois me faire bien voir au MACUSA pour remplir la mission qu'il m'a confié, à savoir de nous trouver des cobayes pour nos petites expériences avec le doc.

Apparemment il doit avoir finit de travailler puisqu'il referme son écrit d'un geste de la main.


Que fais-tu donc encore ici à cette heure là ? Callum Avery est-il si exigeant sur ton travail ? je lui demande alors que mon regard  glisse sur son bureau. Ou alors n'es-tu pas pressé de rentrer chez toi ?

Je réfléchis un instant. Peut-être va t-il être effrayé ? Je pourrais le comprendre, je peux être malaisante ou même intimidante.


Ho excuse moi, j'ai tendance à tutoyer facilement, ça ne te dérange pas j'espère ? je lui demande en souriant à nouveau. Pardonne ma curiosité, je ne voudrais pas te mettre mal à l'aise.

Damian doit être à peine plus jeune que moi, trois ou quatre ans à tout casser, il est plutôt mignon il faut l'avouer, ça m'amuse il à l'air tout...gentil. Un petit agneau tout doux. Mais on dit qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

code by Silver Lungs


Dernière édition par Rebecca Fortini le Dim 7 Jan - 22:47, édité 1 fois

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz

Just for a moment we could forget the rest


Damian avait eut une journée crevante comme souvent. Pour celui qui n'avait jamais été un bosseur acharné, le voilà qu'il se retrouvait à travailler comme un esclave. Gagner la confiance de cet Avery était une plaie, il était bien trop pointilleux. Et lui sans doute pas assez, il devait jouer l'hypocrite en usant et abusant de formules de politesse à chier. Sérieusement, être quelqu'un d'autre était une tâche harassante. Seul son objectif le retenait d'envoyer tout promener. Il notait dans son calepin tout ce qu'il avait retenu de sa journée. En fait si on y regardait de plus près... C'était l'emploi du temps de Callum qui y était noté, tout comme les personnes qu'il avait pu voir dans la journée. Les interactions qu'il y avait entre eux et tout un tas de détails qui pourraient être utile.

Damian notait furieusement tout cela chaque soir avant de quitter le boulot, pour ne pas oublier. Mais aussi pour mieux cerner l'homme qu'était Callum. L'homme semblait avoir un énorme point faible, sa femme et ses enfants. Il avait des relations cordiales avec tous, même les nés-no-maj, ce qui avait drôlement surpris Damian. Si, il n'avait pas su l'homme comme étant un Résurgent, il aurait pu en douter. Il était doué pour passer entre les mailles du filet. De fait, Damian était encore plus précautionneux. Ne notant rien en sa présence, son patron avait des yeux dans le dos.

Il fût interrompu dans ses notes par une voix féminine, il sursauta légèrement. Il se morigéna intérieurement, il ne devait plus jamais se faire surprendre ainsi. Plus jamais. Sinon sa tête allait tomber, il lui fit un sourire. C'était une belle blonde, vraiment très jolie.

"Je pensais que j'étais le dernier." Lui renvoya Damian avec un léger rire. "Je suis impressionné, je crois que tu es la seule personne après Monsieur Avery à dire le nom des services en entier. Enchanté de te rencontrer.." Il avait toujours un sourire sur les lèvres alors qu'il s'était levé de sa chaise. C'était plus poli et puis il n'avait pas vraiment envie de s'attarder ici plus longtemps. Damian nierait avec force ne pas être charmé pas la belle blonde, il avait vraiment un faible pour celles-ci. Au grand dam d'Emily à qui le blond rappelais sa rivale,Victoire. Il referma son cahier de notes d'un geste nonchalant de la main, le rangeant dans son sac.

"Tu es déstabilisante." Lui sourit Damian une nouvelle fois. A savoir qui essayait de charmer qui maintenant ? Elle posait beaucoup de questions, trop. Et il préférait faire diversion que réellement répondre à l'une d'entre elle. "Loin de moi cette idée, Merlin sait que je préfère le tutoiement au vouvoiement ! Tu es toujours aussi inquisitrice ?" Lui demanda franchement le jeune homme, ne répondant à aucune question qui pourrait en amener d'autres. "Ce n'est pas trop dur d'être la directrice adjointe d'un quartier comme le tiens, en ce moment ?" Damian lui lança un regard amical, presque compatissant. Recentrant la conversation sur elle et non sur lui. Serpentard un jour, serpentard toujours.
 


©Lilith

_________________


Parfois, j'me demande ce que j'fiche ici ?

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Je l'ai surpris. Normale, je suis de nature très silencieuse. Comme tous les vampires, évidemment, nous sommes des prédateurs par définition. Le garçon réplique qu'il pensait la même que moi en riant. Il est quand même un peu nerveux, je le sens de par mes instincts vampires mais aussi ma Legilimencie.
Je me présente, et je sais exactement qui il est au sein du MACUSA.
Je plisse le nez, amusée quand il remarque que Callum Ave=ry et moi devons être les seuls à donner les noms de chaque quartier en entier.


L'habitude, je réponds en souriant.

Il se lève et range ses affaires tandis que je commence à lui poser des questions. Dont il n'est pas vraiment nécessaire qu'il réponde puisqu'au pire, si ça m'intéressait réellement, je pourrais me contenter de fouiller son esprit à la recherche des informations. Mais c'est simplement de la curiosité, et un moyen de faire un peu la conversation. Et mon petit numéro de charme aussi probablement.
Je ris quand il me dit que je suis déstabilisante.


On me le dit souvent oui, j'approuve en  hochant la tête.

Et c'est vrai, j'ai cette capacité à déstabiliser les gens. Je le sens mal à l'aise devant toutes les questions que je lui pose à la chaîne. Je souris intérieurement, tiens donc, il n'a pas envie de me répondre visiblement. On a tous nos petits secrets, mais répondre à une question par une autre m'intrigue et me donne plus envie de connaître le fin mot.
Il n'est pas dérangé par le fait que je le tutoie. Je souris, un point.
Je fais mine de réfléchir un instant.


Je crois que oui, je réponds avec un sourire angélique.

Et là c'est lui qui prend l'initiative de me demander des choses. Je m'appuie sur une table, croisant les bras.


Disons qu'en ce moment ça représente beaucoup de travail, mais j'aime mon travail alors...tu sais ce que disent les moldus ! Quand on aime, on ne compte pas, je réponds sur un ton léger avec un clin d'oeil amusé.

Je me dirige vers le fond de la pièce. C'est l'ancien bureau de Stephen Larritzman, et je sais qu'il gardait toujours une bouteille cachée dans un petit compartiment secret imbriqué dans le mur.
Je trouve la petite fente et pousse le panneaux en faux plâtre pour y découvrir une bouteille de whisky pur feu. Je l'attrape avec un sourire satisfait. Techniquement je suis en dehors de mes heures de travail et de toute manière il n'y a personne ici.
Je me tourne vers le jeune homme qui m'observe d'un air curieux.


Je te sers un verre ? je lui lance en faisant apparaître deux verres d'un coup de baguette. Mon ancien collègue, qui travaillait dans ce bureau, avait ses petites habitudes, j'ajoute devant son regard interrogateur.

Je hausse les épaules. Ce vieux gars bedonnant était un alcoolique notoire. On savait tous qu'il buvait comme un trou même au bureau. C'est en parti pour ça qu'il à été oublietté et gentiment remercié par le MACUSA.


Je note un accent dans ton anglais, serais-tu britannique ? je lui demande en lui tendant l'un des verres. Pourquoi es-tu venu ici ? Ho excuse moi, je recommence à poser des questions. Mais je préfère ça plutôt d'aller chercher les réponses moi-même. 

Je souris innocemment. Non je ne suis pas une psychopathe, je ne fouine pas dans la vie des gens, je jette juste un petit coup d'oeil dans leurs tête. 

code by Silver Lungs

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz

Just for a moment we could forget the rest


Damian avait vraiment une drôle d'impression avec la jeune femme... Il avait l'impression d'être la souris et elle le chat. Il n'était pas certain d'aimer ça, il continuait de sourire cependant. Ne voulant pas montrer son trouble. Il ne pouvait pas dire qu'il n'était pas attiré par elle, physiquement elle était vraiment très belle en fait. Mais il y avait quelque chose de presque prédateur dans son attitude. Elle aimait son travail, hein ? Il frissonna, marquer comme du bétail des créatures magiques ? Il retint une grimace, bon il avait remarqué qu'ici les lois étaient moins avancées en ce qui concernait les créatures magiques... Mais quand même. Il manqua de faire une gaffe avec sa référence moldu. Bien sûr qu'il connaissait, mais il n'était pas censé le faire.

"Non je ne connais pas, mais ça a un certain sens." Lui répondit Damian avec aplomb, difficile de savoir qu'il mentait. Il avait toujours été un bon menteur. Il la regarda faire comme chez elle, sortant une bouteille de Whisky d'une cache qu'il n'avait pas remarqué. Elle semblait bien connaitre ce bureau et elle lui confirma en expliquant qu'il était celui d'un ancien collègue. Il hocha la tête.

"Pourquoi pas ? Je n'ai rien à faire de mieux pour le moment." Il haussa les épaules, c'était la vérité. Mais peut-être qu'il aurait tout simplement dû partir ? Il attrapa le verre qu'elle lui tendit alors qu'elle posait encore des questions. Sa dernière remarque le fit tiquer bien qu'il n'en montra rien. "Je suis britannique en effet, ça s'entends tant que ça ?" Il prit un air faussement catastrophé. "Je fais des efforts pour chopper l'accent d'ici mais ce n'est pas évident." Il réalisa que le mot chopper était peut-être trop familier pour un sang-pur, mais c'était trop tard.

"Tu sais que tu es vraiment angoissante ?" Nan parce que sa remarque ça faisait un peu stalkeuse quand même. Il se décida tout de même à lui donner un os à ronger en donnant une partie de la vérité. "Je n'ai plus rien qui me retiens en Angleterre. Et j'avais besoin de changer d'air ! Et je me suis dis, pourquoi pas l'Amérique ?" Ce qui était une partie de la vérité, et non un mensonge. "Tu travailles depuis longtemps ici ?" Demanda le jeune homme curieux malgré lui. Il avait toujours été d'un naturel curieux et bavard. Même-ci il devait faire attention à son langage en présence d'Avery. Et des autres sang-purs et de manière générale quand il était en présence de sorciers qui le croyait de sang-pur. Il n'y avait vraiment qu'au Télescope qu'il pouvait être lui même et parler comme il le souhaitait. C'était éreintant mine de rien de toujours peser chaque mot.  


©Lilith

_________________


Parfois, j'me demande ce que j'fiche ici ?

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Je n'ai même pas besoin d'entrer dans sa tête pour savoir ce qu'il ressent. Je l'angoisse, il n'est pas à l'aise. Et moi je m'amuse comme une folle à entretenir ce stress à base de sous-entendu, de sourire amusé et de questions qui, visiblement, lui posent problème.

Quand il dit qu'il ne connaît pas l'expression moldue, je sais qu'il ment. Mais je ne dis rien, je me contente d'un sourire incrédule pour lui signifier que je sais qu'il ment et je me garde de tout commentaire.

Je lui propose un verre qu'il ne refuse pas. Je verse le liquide ambré dans les deux récipients que j'ai fais apparaître. Soit je l'intrigue, soit il a trop peur pour s'enfuir. Je penche pour un peu des deux.
Il me donne une info malgré lui. Rien d'autre de mieux à faire hein ? Pas de famille ? Pas de copine, ou de copain ? Pas d'amis ou de coloc' ? Je sais qu'il vient juste d'arriver à New-York, et j'en conclus que ce n'est pas un retour aux sources. Comme s'il voulait simplement faire peau neuve. Intéressant.


Disons que j'ai une bonne ouïe, je réponds en souriant d'un air un peu énigmatique. Et d'où viens-tu en Angleterre ?

Je hausse un sourcil. "Choper" ? Les Sang-Pur peuvent-ils vraiment dire des trucs comme ça ? Cela me paraît assez...Familier...Mais bon, en même temps je m'en fiche, qu'est-ce que ça peut me faire. Je suis sûre qu'il y a plein d'autres choses plus intéressantes à apprendre sur Damian.
J'éclate de rire quand il me demande si je suis consciente de l'angoisse que je crée.


Oui, je le sais, je lance avec un clin d'oeil avant de m'asseoir, jambes croisées, sur le bureau face à lui et de porter mon verre à mes lèvres. C'est du travail tu sais, d'entretenir ça, ce côté angoissant....

Un simple besoin de changer d'air ? Avec ce qu'il se passe en Angleterre il n'y a rien d'étonnant. Mais...je ne sais pas, son explication me laisse entendre qu'il n'y a pas que ça. Je le sonde un instant du regard sans entrer réellement dans sa tête.

Et alors ? L'Amérique te plaît pour le moment ?

Il oriente le sujet sur moi.


C'est ma 6ème année au MACUSA, je réponds. Cela peut paraître long, mais en vérité le temps file à toute allure.

Je prononce ces derniers mots sur un ton mélancolique. Le temps, mon pire ennemi à moi qui suis mortelle. J'ai hâte qu'il s'arrête. De devenir enfin une véritable vampire.


Et combien de temps va durer ton stage ?
code by Silver Lungs

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz

Just for a moment we could forget the rest


Damian commençait à se demander si il n'aurait pas mieux fait de se sauver à toutes jambes. La blonde semblait lire à travers lui, à travers son masque de faux sang-pur. Il n'aimait pas ça, elle pouvait être une menace pour le rôle qu'il devait jouer. Sa remarque sur son ouïe piqua l'intérêt de Damian. Il lui jeta un regard pénétrant, l'observant attentivement cette fois. Il y avait quelque chose d'étrange chez elle, il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Et cela l'agaçait prodigieusement.

"Londres plus précisément, ce qui n'est pas vraiment surprenant." Il lui fit un sourire ironique, parce que c'était une réponse sans en être une. Ce n'était pas un mensonge mais ce n'était pas la vérité. Londres était seulement le dernier endroit où il avait été et non de la où il venait. Il savait qu'elle savait qu'il mentait. Il avait bien relevé son regard incrédule. Mais il pouvait être deux à jouer à ce jeu.

"Je n'en doute pas." Répondit-il simplement évitant son regard cette fois. Il avait l'impression bizarre qu'elle pouvait lire en lui. Ce pouvait-il qu'elle possède un don de l'esprit ? Ou était-elle simplement très observatrice ? Il ne savait pas ce qui était le  moins flippant. Il haussa les épaules à la question de la blonde. "Honnêtement, je ne sais pas vraiment. La différence de culture me laisse dubitatif." Il eut un petit rire en passant une main dans ses cheveux. Les américains étaient bien trop envahissant, trop tout en fait. C'était toujours tout dans la démesure. Il l'observa attentivement, sa mélancolie avait piqué sa curiosité. 6 ans ? Mais quel âge avait-elle ? Elle paraissait peine plus âgé que lui.

"Un an normalement, mais j'aimerais être embauché après."  Pieu mensonge par ailleurs, il ne tenait pas à rester aux USA plus longtemps que nécessaire. Mais il devait venger sa mère. Et pour cela, il prendrait tout le temps qu'il faudrait. "Fortini ça ne fait pas très américain, vous avez des origines étrangères dans votre famille ? Cela sonne assez latin comme nom. Peut-être italienne ?" Demanda curieusement Damian, semblant percuter le nom qu'elle lui avait donné plus tôt. C'était plus pour meubler le silence qu'autre chose, parce que la jeune femme le mettait pas vraiment à l'aise. Il y avait vraiment quelque chose de bizarre à son propos.


©Lilith

_________________


Parfois, j'me demande ce que j'fiche ici ?

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Londres ? Je n'y ai jamais mis les pieds, enfin si il m'est arrivé d'avoir des rendez-vous au Ministère, des rencontres ou réunions. Mais je ne me suis jamais accordée le temps de visiter ou de flâner dans la ville.
En revanche...pourquoi cela ne serait-il pas surprenant ? Je veux dire, il aurait pu venir de n'importe où ça n'aurait pas été une surprise.

Il devient un peu trop suspicieux, il n'est pas à l'aise. C'est amusant, j'ai l'impression d'être un chat et lui une petite souris acculée. C'est un peu ça en fait, mon instinct de prédateur qui ne peut s'empêcher de jouer avec la peur du jeune sorcier sans défense. Enfin, "sans défense", ça reste à prouver tout de même. J'imagine qu'il ne doit pas être nul si Callum Avery l'a pris sous son aile, il doit avoir une quelconque valeur dans au moins un domaine. A part s'il a été pistonné, mais cela m'étonnerait à la manière dont il a parlé de lui un peu plus tôt. Il essaie sincèrement de le contenter et si il n'avait pas mérité sa place, il ne s'en préoccuperait pas, de lui plaire j'entends.


C'est vrai, les américains sont du genre...Excessifs, je répond en acquiesçant. Quand je suis arrivée  à New-York, je trouvais ça très étouffant.  

Il faut dire que dans le passé, j'habitais dans une grande maison, sur un magnifique domaine de campagne en Italie. Avec mes frères nous pouvions jouer tantôt dans les bois, tantôt dans la rivière, tantôt dans les champs de blés, de tournesol ou de maïs. Nous piquions dans les fraisier, les vignes et les orangers. C'était si lointain à présent.  


Haa, tu veux entrer dans le grand rouage qu'est le MACUSA ? je lui demande en levant un sourcil. Tu n'as pas vraiment la tête d'un bureaucrate, j'ajoute en posant mon verre déjà vide.

Heureusement que les demi-vampire ont une grande capacité d'absorption. L'alcool n'a donc que très peu d'effet sur moi, dans la mesure où j'en bois autant qu'un humain normal. Pour être saoul, il faudrait que je boive deux fois plus qu'eux.
Sauf que ça, Damian ne le sait pas...


Italienne, molto bene* ! Je suis née à Firenze, je réponds en souriant plus franchement cette fois.

Je le sens toujours aussi tendu, je me demande si je ne devrais pas entrer dans sa tête pour l'apaiser un peu. Grâce à ma faculté de Legilimens, j'ai le pouvoir de jouer sur les émotions et sentiments des autres.

*
Traduction :
Très bien

code by Silver Lungs

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz

Just for a moment we could forget the rest



Damian hocha la tête, oui les américains étaient étouffants. Tout allait très vite ici aussi, tout était plus sournois. Ils avaient une manière bien à eux de manipuler la presse tout en laissant croire qu'elle était libre. C'était quelque chose que les anglais ne savaient pas faire. Bien qu'ils avaient fait des progrès ces dernières années.

"C'est dépaysant, c'est certain. Je ne suis pas sûr que j'arriverais jamais à m'y faire." Il haussa les épaules. Peut-être que si il avait eut quelqu'un avec qui partager tout ça, il aurait changé d'avis. Mais surtout plus que tout c'était qu'il avait un but bien précis en venant ici. Et ce n'était pas du tout dans l'optique de rester ici. Il haussa les épaules à sa question. "Pourquoi pas ? Je veux dire, je ne sais pas vraiment quoi faire. Au moins, le MACUSA est un emploi sur." Il eut un sourire un peu ironique malgré lui, même à ses oreilles cela sonnait faux. Il détestait chaque moment passé dans le bureau d'Avery. Il le faisait parce que c'était nécessaire. Pas parce qu'il aimait ça. Il n'avait pas choisit la protection magique par hasard... Il sursauta à sa remarque suivante, il releva les yeux vers elle.

"Je dois le prendre comment ?" Il haussa un sourcil, un demi-sourire amusé. "Ceci dit... Je dois dire que tu as sans doute raison. Je ne me voyais pas finir dans un bureau non plus. " Mais on ne faisait pas toujours ce qu'on voulait dans la vie. Ni même ce qu'on avait prévu. Il n'avait jamais eut l'intention de venir ici. Ni d'être responsable de la mort de sa propre mère. Il aurait souhaité que sa sœur puisse lui pardonner. Il lui en voulait aussi d rejeter la faute entièrement sur lui d'ailleurs. Mason lui avait dit que ça lui passerait, mais il n'avait pour autant jamais démenti la part de responsabilité de son fils.

"Tu as vécu longtemps en Italie ou tu es arrivée dans ce coin du monde enfant ? Tu n'as pas vraiment d'accent, mais je suppose que ça ne veut pas dire grand chose. " Il la regardait curieusement, commençant doucement à se détendre. Il faisait tourner l'alcool dans son verre sans vraiment boire le contenu de son verre. Pourtant sa méfiance avait baissé, cependant, depuis la mort de sa mère... Il n'avait plus vraiment fait la fête.


©Lilith

_________________

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Il confirme mes dires. C'est vrai que la transition Londres/New-York doit être assez impressionnante également. C'est un tout autre style de vie j'imagine.


Bien sûr que si, au bout d'un an tu seras ici comme un poisson dans l'eau, je réponds. On se fait à tout.

A regret bien sûr, je me suis habituée à la mort de mes frères, à la présence de mon demi-frère qui était l'auteur de leur meurtre, à notre déménagement ici, à New-York, et à un tas d'autres choses.
Non, définitivement il n'était pas intéressé par le fait de rester au Macusa bien qu'il affirme le contraire. Enfin il n'a pas l'air très convaincu et son sourire empreint d'ironie ne m'échappe pas.
Je m'assois sur le bureau face à lui, croise les jambes et le dévisage une seconde.


Un emploi sur ? D'accord, mais qu'est-ce qui te plaît à toi ? je demande avec intérêt.

Je ris de sa réaction à ma remarque sur le fait qu'il n'ait pas l'air d'un bureaucrate. Il confirme ce que je pensais. Il n'a aucune envie de travailler ici. Mais dans ce cas, que fait-il ici ? Pourquoi s'acharner pour un job qu'il n'apprécie pas ?


Alors ne le fais pas, je réponds en haussant un sourcil. Si tu n'aimes pas cela, pourquoi restes-tu ?

Il me demande si cela fait longtemps que j'ai quitté l'Italie, en effet je n'ai plus d'accent.


J'avais 16 ans quand je suis arrivée ici, donc tu vois cela va bientôt faire 10 ans.

10 ans depuis la mort de mes frères. Dans quelques mois, ce sera leur anniversaire à tous les trois. Et à papa, ainsi qu'à ma gouvernante, Dorothea. Elle était comme une mère pour moi. Chaque anniversaire est un jour difficile, c'est le seul où je m'autorise à pleurer la mort de ma famille et à détester Rafaël. Je ne suis jamais à la maison ce jour-là, je m'isole quelque part où il ne peut me trouver. Et je gère de différentes manières selon les années.
Ensuite je redeviens Rebecca, la jeune femme qui aime sincèrement son demi-frère et passe outre ses actes. Qui est entièrement dévouée à sa cause et ferait n'importe quoi pour lui.
C'est ce que je suis, c'est ce que je ressens, sincèrement vraiment.

J'ai perdu mon accent à force mais il revient quand je suis en colère ou que je ressens des émotions fortes.

code by Silver Lungs

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz

Just for a moment we could forget the rest


Damian haussa les épaules, l'avenir il s'en fichait un peu pour le moment. Il ne se voyait pas rester ici, mais peut-être, peut-être qu'il avait tort ? Mais ça l'avenir seul pourrait le lui dire. Actuellement, il ne voyait pas si loin. Il était simplement focalisé sur son objectif. Et si pour cela, il devait faire un travail qu'il détestait ? Il s'en fichait, sa mère méritait bien ce sacrifice. C'était peu comparé en rapport à ce qu'il lui était arrivé, en rapport à sa mort. Elle ne serait plus jamais là pour le réprimander, pour l'aimer comme seule une mère pouvait le faire. Oui, tout cela en valait la peine. Mais ça ne regardait pas la blonde avec lui ce soir.  

"Je ne sais pas vraiment, je ne me suis jamais réellement intéressé à quoi que ce soit. Les études, c'était pas vraiment ma tasse thé." Il fit un sourire amusé, pourtant il ne l'était pas vraiment. C'était autant un mensonge qu'une vérité. Il n'avait pas eut de réelle passion pour aucun domaine de la magie, ça c'était sans doute vrai. Pour autant il n'avait jamais été un mauvais élève, plutôt dans la moyenne. La seule chose qu'il aimait et pour laquelle il se révélait doué, c'était sans doute la manipulation. Mais ça, il n'allait certainement le balancer comme ça. La plupart des gens verraient sans doute cela comme un défaut.

"Parce que c'est nécessaire, mais cela ne te regarde pas. Chacun à ses raisons, et je n'ai pas envie d'exposer les miennes." Déclara sans ambages le jeune homme, son regard sérieux croisa celui de la blonde. Non il ne partirait pas, parce qu'il était déterminé à mener à bien sa vengeance. Mais ça elle n'avait pas besoin de le savoir et lui ne voulait pas en parler. Fin de l'histoire.

"Je comprends mieux pourquoi ton accent est moindre. L'Italie ne te manque pas ?" Demanda t'il curieux malgré lui. Ils discutèrent encore plusieurs minutes avant que Damian prenne congés. Il était fatigué et de plus en plus mal à l'aise face aux interrogations de Rebecca. Il n'avait confiance en personne ici, à part les insurgés. Elle n'en faisait pas partie de cela il en était sûr. Il la salua donc avant de quitter la jeune femme afin de rentrer chez lui. Enfin chez lui, au QG plutôt...


©Lilith

_________________


Parfois, j'me demande ce que j'fiche ici ?

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Rebecca Fortini&Damian Evans
Just for a moment we could forget the rest
Je hausse les épaules, ça date pas d'hier, les études comme elles sont aujourd'hui, ne sont pas toujours adaptées à tout le monde.
Je souris d'un air amusé, il refuse de répondre. Cela en dit long sur lui. Il a donc une raison précise à sa présence dans nos couloirs, et quelque chose qu'il n'a de surcroît pas envie de partager avec moi. Je hausse les épaules d'un air indifférent, quand j'aurais envie de le savoir, je m'inviterais dans sa tête on verra bien.


Comme tu veux je n'insiste pas cependant, je tiens à te prévenir Damian, fais attention à qui tu parles, ici les secrets sont très, très rapidement découverts.

Je lui fais un clin d'oeil. Oui ça m'amuse de le titiller un peu.


On a tous des choses à cacher pourtant, surtout ici.

Je lui adresse un sourire équivoque. Même moi je ne tiens pas à ce que le fait que je profite des registres des créatures pour trouver des jeunes cobayes au professeur Sovinski ne soit découvert. De plus je suis une demi-vampire, ça aussi ça devrait rester bien enfouie.


L'Italie me manque plus que tout, je réponds du bout des lèvres d'un air songeur. Je n'y suis pas retourné depuis que je suis partie.

Quelques minutes plus tard il finit par prendre congé, je le salue et le regarde s'éloigner, appuyée contre le bureau, mon verre vide à la main, les bras croisés. Je me remplis un autre verre, j'en ai besoin avant de rentrer  chez moi. Je finis par quitter le bureau, éteignant soigneusement la lumière et sort du bâtiment, me plongeant dans la fraîche nuit de New-York.

code by Silver Lungs

descriptionJust for a moment we could forget the rest EmptyRe: Just for a moment we could forget the rest

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum