[in RPG] Que la deuxième épreuve du Tournoi des Six Sorciers commence : Cliquez !
Venez découvrir la nouvelle formule du membre du mois par ici !
Pour en savoir plus sur les changements de la Nouvelle année, il faut aller là !

Membres à l'honneur

test

Meilleure Initiatrice
Victoire

test

Meilleur Posteur du Mois
Wazlib

Wizard Times

wt

Breaking News

♫ 01/02/2018 - Wizard Times édition n°17 dans les bacs !
♫ 21/01/2018 - La 2ème épreuve du Tournoi des Six Sorciers commence !

Liens Importants

[♪] Les lois du contexte
[♪] Le Retourneur de temps
[♪] Listing Personnages
[♪] Liens importants du RPG
[♪] Rapeltout
[♫] Coupe des 4 Maisons
[♫] Fonctionnalités du forum
[♫] Activités Maraudeuses
[♫] Top 5 des élèves
[♫] Quêtes

Partagez|

Et si on avait une chance de tout recommencer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
DC : DC Evens
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Wolfgang A. Parkinson
MessageSujet: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Lun 12 Fév - 18:36

Et si on avait une chance de tout recommencer ?
15 Février 2021

Je tombe sur le côté du lit, en nage, en même temps que Reagan. Nous lâchons tous les deux un râle de bonheur, comme après chaque réveils crapuleux. Il s'est passé tellement de choses depuis le mois de novembre, depuis la rencontre avec son demi-frère. Depuis la révélation de la prophétie. Elle n'a plus parlé à Liam à partir de ce jour là. Je n'ai été là que pour la soutenir et parfois la faire se ressaisir. La faire rire, la raisonner. Lui changer les idées. L'aimer, juste l'aimer. Hélas tout s'est accéléré depuis le mois de janvier. La réunion des Insurgés, pour faire de Seamus le nouveau dirigeant aux côtés de Liam et Élisabeth. Et surtout le hibou d'Aloysius.

On a du débarquer sur les terres de son frère. Celles qu'on avait foulé ensemble à l'époque d'Aodhagan. Celles qui étaient les siennes autrefois avec Liam. Sauf que ce n'était pas gagné. Elle a cru voir mourir celui qu'elle a considéré comme un père. Elle a du être confronté à Tarek, en parlant de nouveau à Liam pour demander le passage pour Galway. Et son frère a joué à l'alpha prétentieux, pourtant ils ont pu parler. Et Élisabeth a pu guérir Aloysius, je crois qu'on ne la remerciera jamais assez. Elle a été incroyable, encore une fois. Je lui confierai ma vie sans problème. Et puis il y a eu... le jour de la pleine lune. Le jour de la confrontation avec son père, qui a eu vent que le frère et la sœur s'étaient retrouvés. Une nuit de cauchemars.

Je sais qu'au fond, elle a revécu - avec Liam - la nuit de leur destitution, celui où ils ont du quitter l'Irlande et Galway. Sauf que cette fois, aux côtés de la Lune Rousse, ils ont chassé Fergal, dans une lutte acharnée, le père a été répudié par ses deux enfants. Mais son demi-frère ne s'en est pas sorti aussi bien que nous. Par cette occasion, on a découvert qu'une ancienne blessure, à la base une morsure d'un loup infecté par le vaccin, était en train de l'empoisonner. Heureusement, encore une fois, qu’Élisabeth était sur place. Je ne sais pas où en est Reagan avec son frère, elle reste plutôt discrète sur le sujet, c'est encore trop frais, trop récent.

Alors que mes doigts parcourent la peau transpirante de son bras, j'entends Laoch qui jappe derrière la porte, quelque chose ne va pas. Et ce n'est pas l'heure de sa pause pipi. On se regarde avec Reagan et après un rapide baiser du bout des lèvres on se lève d'un bond pour s'habiller. En sortant de la chambre, j'attends un bruit de transplanage derrière la porte de notre appartement. Et puis ça toque. C'est Rowan.

"Amadeus, Reagan, on a un soucis en salle de cours de potion."

J'ouvre la porte alors que Reagan enfile encore une veste, et nous transplanons vers la salle. Quand on arrive, il y a un brouhaha. Sur place on évacue déjà les élèves présents. Rowan les attrapes quatre par quatre pour les sortir. Ces petits malins avaient forcé la porte pour s'amuser en douce avec les potions. Au fond de la salle, il y a un énorme chaudron qui crépite et menace d'exploser. Alors que Rowan attrape les derniers, je m'avance vers l'énorme récipient pendant que Reagan arrête le feu dessous avec un tir précis qui étouffe les flammes. Ça gronde et ça bout violemment, évidemment c'est très risqué, n'importe quel produit pourrait créer une explosion.

"Je vais le récupérer et transplaner dans les bois, en dehors du château."

Reagan me regarde inquiète. Mais il n'y a pas d'autre solution.

"Fais un tour de forêt, ramène tous les élèves dans le château. Je vais transplaner près de la côte, si ça brûle on aura l'eau juste à...."

BOUUUUUMMMM. Pas le temps de finir ma phrase que le chaudron explose. J'ai juste le temps de me précipiter vers Reagan que le souffle de l'explosion nous propulse vers un mur de la pièce. Une énorme fumée se forme, étouffante, s'infiltrant dans nos narines, je tousse, crache, jusqu'à perdre connaissance alors que je tiens dans mes bras ma femme, qui n'est pas dans un meilleur état que le mien.

Lorsque je me réveille, mes oreilles sont à vifs, ça bourdonne très fort, les bruits sont encore plus insupportables. Je remarque que du sang coule de mes oreilles, mes tympan ont du être touchés, et je ne reconnais pas les lieux. Je vois un homme qui me parle, tatoué, mais je n'entends rien, son visage est inquiet, il a l'air d'ordonner des choses. Mais ce bruit dans mes oreilles, ces acouphènes ne me permettent pas de comprendre ce qu'il me veut.

Je me rends compte alors que je tiens quelque chose, ou plutôt quelqu'un dans mes bras. Une femme. Est-ce que j'étais sur une mission ? Est-ce que c'est une victime ? Merde, je me souviens pas de ce que je fous ici. Je relâche la femme, qui à l'air de se débattre. Ça va tout doux ! Je me relève en titubant, et regarde autour de moi. On dirait que je suis dans un château, mais actuellement ça ressemble à des ruines. Il y a une partie du mur effondré, un énorme trou nous permet de voir l'extérieur. Putain de merde, mais où est-ce que je suis, qui sont tous ces gens ?

"Ama...us ? A...deus tu m'ent... ?"

Je me retourne vers l'homme qui touche mon bras. Maintenant j'y vois un peu plus clair, je vois mieux ses tatouages. Un guerrier ? Une rune de maitre de la magie noire ? QUOI ?! Qu'est-ce que ? Un mage noir ? Oh Merlin, c'est une attaque ? Je lance mon bras vers l'homme devant moi et mon sort le frappe en pleine poitrine. Et plutôt précis ce sort ! Il s'écroule au sol, ligoté.

D'autres personnes viennent alors à la rescousse de l'homme à terre, mais je ne connais personne. Ils se jettent sur moi. Je suis alors très réactif, même si mes repères sont biaisés, j'agis par instinct. Je lance des sorts, et rapidement je me retrouve face à un petit groupe qui me braque leur baguette dessus, mais de mon côté je ne suis pas seul, il y a cette fameuse femme, on se regarde, essoufflés. Ennemie ? Allier ? Je ne sais pas, je ne me souviens de rien. Elle aussi semble se débattre avec les autres qui nous pointent. L'homme que j'ai attaché s'est libéré.

"Amadeus, Reagan, mais qu'est-ce qu'il vous arrive ?"

Cette fois ci, malgré l’acouphène j'ai bien compris ce qu'il me disait.

"Qui êtes vous ?"

Le tatoué regarde un de ses collègues.

"Il va falloir appeler un médicomage, de toute urgence et déterminer ce qu'était cette potion !"

Codage par Libella sur Graphiorum




"A présent, il y avait entre eux comme une évidence, un élan, une alchimie. Un sentiment primitif qui remontait aux peurs et aux espoirs de l'enfance. La certitude vertigineuse d'être enfin face à la personne capable de combler leur vide, de faire taire leurs peurs et de guérir les blessures du passé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Lena

RPG
Nom et Prénom : Reagan Cavanaugh-Parkinson
Maison/UMS/Job : Directrice du Merlin Castle, prof de chasse. Ex tireuse d'élite de baguette magique
Age & Année : 25 ans, mariée
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Reagan C. Parkinson
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Lun 12 Fév - 22:25
Et si on avait une chance de tout recommencer ?
Amadeus & Reagan Parkinson

Je pousse un soupir de soulagement, et un rire nerveux m'échappe. Ça m'arrive quand c'est vraiment vraiment vraiment très bon. Et ça l'a été. L'air de la saint Valentin réussit à mon mari, et j'en avais besoin. J'avais besoin d'un bon réveil comme celui-ci. Malgré nos corps transpirant, je me colle à lui et embrasse son torse, son poignet tatoué. Dire qu'on aspirait seulement à un peu de calme. C'est pour cela qu'on a fondé cette école. Pour protéger les enfants, et faire une pause dans les combats. Et finalement c'est la guerre qui nous rattrape. Tout le temps. Comme avec mon père. Il n'avait pas trainé pour réagir, au fait que tarek et moi nous étions finalement rencontrés. Et comme il s'était débarrassée de moi à l'époque, il n'a témoigné d'aucune volonté de me connaître, ne songeant qu'à nous éliminer Tarek et moi. Parce que nous « serions sa perte », et qu'en digne père qu'il est, mieux vaut lui que ses enfants.

J'ai dû me battre contre mon propre géniteur. J'ai découvert que d'une certaine manière, j'avais une famille dont j'ignorais tout. Trois demi-frères et deux demi-soeurs. Et l'un d'eux est mal en point. Je risque de perdre un frère que je ne connaissais pas il y a encore quelques mois. Je sais qu'Eli est sur le coup, je sais à quel point elle est douée. Mais même s'il est capable d'être un con arrogant... Je suis fatiguée de perdre les gens. Et Merlin soit loué, j'avais, j'ai toujours eu Amadeus à mes côtés pour traverser tout cela. Mais je m'en veux. Je lui impose tout cela, je lui impose une guerre perpétuelle, et il ne se plaint jamais. Mais avant que je ne puisse laisser ma main glisser pour aller le remercier, Laoch se fait entendre de l'autre côté de la pièce. Ok, c'est bizarre. On s'embrasse et on se lève, Laoch est parfois pire qu'un enfant !

Le temps qu'on s'habille, Rowan est déjà là lui aussi. Un problème ? Merlin, qu'est-ce qui s'est passé ? Les cours n'ont pas commencé pourtant ! On se met en route, pour découvrir un attroupement d'élèves que je fais reculer, tandis que Rowan évacue les présents. Certains regardent déjà leurs pieds. Oh oui, ils ont intérêt parce que ça va barder pour eux quand on aura sécurisé les lieux. Je sors ma baguette pour éteindre le feu qui fait bouillir et déborder la marmite. Je sens que Wakanda ne va pas aimer du tout...

"Je vais le récupérer et transplaner dans les bois, en dehors du château."

Oh, je n'aime pas ça du tout. On ne sait pas ce que nos chers élèves ont mis la dedans, ce n'est clairement pas stable. Mais il est en mode « il faut prendre une décision d'urgence ». Je soupire et hoche la tête, mais un grondement retenti...

Et la seconde d'après j'ai le corps tout endolori. Ça siffle dans les oreilles avec une violence inouie. Je plisse les yeux, tousse un peu... J'ai l'impression qu'un rouleau compresseur m'est passé dessus. Je distingue des silhouettes mais... Mais merde c'est qui ce type qui me tient comme ça !? J'essaye de me débattre ! Mais il va me lâcher oui ? Je me recule, il sent le demi-loup, comme moi, mais je ne l'ai jamais vu, il appartient pas à la meute. La meute ! Liam ?! Où est-ce qu'il est ? Et où est-ce que je suis d'abord ? Je me relève en braquant ma bag... Bordel mais c'est pas ma baguette ça !

« Cá háit a bhfuil mo chara? Cad é an praiseach seo?  »
Spoiler:
 

Je tourne ma tête vers... un mage noir ! Mais avant que je puisse exécuter le moindre sort, le demi-loup le ligote... Magie sans baguette ? Ça m'a toujours dépassé ça. En tout cas, ça ne l'en rend que plus dangereux. Sauf que déjà, d'autres personnes arrivent, et elles aident le mage noir. Merde ! J'suis tombée où moi ? Du coin de l'oeil, je remarque que le demi-loup est vif, il se débrouille plutôt bien, et de mon côté, je tire pour désarmer ceux qui s'intéressent à moi. Mais ils sont malins, et c'est comme s'ils connaissaient ma manière de faire... Mais s'il y a bien un truc que je déteste, c'est qu'on tente de me tirer dessus. Je cours, esquive des sorts, jusqu'à ce que mon flanc percute celui du demi-loup. J'lui fais pas confiance mais visiblement, on a des problèmes avec le même groupe de personnes.

"Amadeus, Reagan, mais qu'est-ce qu'il vous arrive ?"

Reagan ? Comment est-ce qu'il connait mon nom ? Je regarde le type à côté de moi. Amadeus donc. Bizarre comme nom. Mais tout ce qui est vraiment bizarre, c'est leur accent. Ce sont des british, à n'en pas douter. Mais pourquoi je suis là moi ? Il y a quelques heures, j'étais en Irlande, je dormais avec Liam. Enfin dormir.... Qu'est-ce qui s'est passé ?

"Il va falloir appeler un médicomage, de toute urgence et déterminer ce qu'était cette potion !"

Hors de question que je reste une seconde de plus. D'un geste rapide et précis, je profite de la distraction du mage noir pour tirer et tous les paralyser.

«Déanann tú cad is mian leat, tá mé ag fágáil! »
Spoiler:
 

Je me mets à courir comme une dératée en tirant sur tout ce qui est vivant et qui se trouve sur mon chemin. Mais je ne reconnais rien, je ne sais pas du tout où on est et je suis dans un état de nerf tel que je n'envisage même pas de tenter un transplanage. Mais il y a des murs partout, on dirait un vieux château, enfin, plus grand et plus moderne que le Doughiska Castle. Y a des gosses ici, de plusieurs races et... BORDEL ! Un vampire. Je le stupéfix immédiatement et je cours, sentant l'odeur des arbres. Je sais qu'on nous a pris en chasse, mais je cours vite, navrée pour eux. Je franchis le mur qui me sépare d'une forêt, dans laquelle je m'enfonce. Et je m'arrête quand je ne sens plus que le demi-loup. Et en un éclair, je me tourne vers lui et pointe ma … enfin, la baguette que j'ai, contre sa gorge.

« Tu es qui et on est où ? Et t'avise pas de me mentir ! »

Je le fixe et je suis foutrement sérieuse. Je sais ce qu'on dit : les ennemis de mes ennemis sont mes amis, mais là, j'en suis moyennement convaincue. Il a l'air plus vieux que moi mais moins que Liam.

« T'es de quelle meute ? »
- Je vois pas pourquoi ça serait à moi de répondre aux questions !? »

Oh il croit vraiment pouvoir m'impressionner avec ce regard ? J'AI inventé ce regard ! Mais je suis surtout attentive à ses mains. Il a pas besoin de baguette et j'aime pas ça.

« Tu crois qu'il te suffit de pointer ta baguette sur mon cou pour que je te parle ? Vraiment ? » il soulève un sourcil. « T'es qui toi ?
- Celle qui a sorti ton joli ptit cul de là. On... est... où ?
- Joli petit cul ? Mmh merci, des années de Quidditch. »

Mais quel con ! Il sourit avant de regarder autour de lui, avant de faire un signe en regardant ma baguette.

« Si je te dis que j'en ai pas la moindre idée, tu me lâches ? »

Je lui souris... et balance un sort qu'il contre. Je le frappe, mais il m'entraine avec lui dans sa chute. On roule un peu au sol. Il est fort, je dois le reconnaître, mais j'apprends à me battre dans une meute de loups machos depuis quatre ans. Je le renverse alors qu'il me dominer et me retrouve sur lui, je le frappe et bondis pour courir aussi vite que j'en suis capable. Putain, il faut que je me barre d'ici, que je trouve Liam... Mais je n'arrive pas à transplaner ! Par Merlin, je ne peux pas transplaner !

black pumpkin



Tu es la pièce manquante de toute mon existence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Wolfgang A. Parkinson
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Dim 18 Fév - 22:38

Et si on avait une chance de tout recommencer ?
15 Février 2021

Je comprends rien à ce qu'elle raconte ? C'est quoi cette langue ? Je savais que j'aurai du prendre option langue à l'UMS. Ce que je sais en tout cas, c'est que c'est une demi-louve, il n'y a aucun doute. Et c'est vraiment étrange qu'on se fasse attraper ensemble. Bon sang mais j'ai aucun souvenir de ce stage ou de cette mission. Je reconnais aucun de mes collègues ou professeur. Le mage noir veut appeler un médicomage, même si je comprends sa langue, je sais pas ce qu'il dit celui là aussi. J'ai l'impression d'être dans un brouillard total. La demi-louve, vraiment canon, lance alors un sort impressionnant avec ... PUTAIN ! Ma baguette ! Pourquoi elle a ma baguette ? Elle est dans une boite, depuis la fin de Poudlard, sous mon lit chez ma mère. Elle se tourne vers moi dans son dialecte étrange et se met à courir comme si elle avait des Détraqueurs à ses fesses. Mais je n'hésite pas trop longtemps à la suivre, je veux récupérer ma baguette.

Apparemment vu ses zigzag, elle ne sait pas plus où elle va. Mais d'instinct je l'imite, et je lance mon bras, à droite, à gauche, neutralisant tout ce qui bouge et nous menace. Tout ce qui nous approche. Je suis surpris par la précision de mes sortilèges, et par le fait qu'il m'en vient de nouveau. Mon cerveau a vraiment pris un coup, mais ça me va, si c'est pour améliorer ma magie.

Ce que je comprends pas, c'est que le mage noir n'utilise aucun sorts offensifs sur moi. Et il contre pratiquement tous les miens, comme s'il connaissait mes coups à l'avance. Bordel. Je lève ma main sur la droite avant de voir un enfant et d'arrêter mon sort. HEY, c'est quoi ça encore ? Je regarde un peu mieux autour de moi. Un château, on dirait Pourdlard, mais en carrément plus fun. Y'a des enfants partout ma parole, je fais attention aux sorts que je lance. WAOUH, je manque de bousculer un vampire qu'elle a stupéfixé devant moi, mais quelques secondes seulement, le sort ne tient pas sur eux. C'est quoi ici ? On se retrouve alors rapidement devant un mur, et je vois l'étrangère - mais dans mon camp - l'escalader. Pas mal, canon, je veux dire belle paire de fesses, mais elle a toujours ma baguette, alors hors de question de la perdre de vue, j'accélère et saute à mon tour le mur.

Je cours dans son sillon, me fiant à la trainer qu'elle laisse de son odeur. Une délicieuse odeur de Musc, suave, sauvage. Son odeur a un côté exaltant et sensuel dans cette forêt. Je dois être vraiment tombé sur la tête pour faire attention à ce genre de détail alors que je cours vers nulle part, derrière une femme que je ne connais pas, pourchassé par de parfaits ennemis inconnus. Mon cerveau a vrillé total. Je jure que j'ai pourtant rien fumé depuis des mois ! Et je tiens l'alcool, alors vraiment, je ne comprends pas. Au bout d'un moment, je n'entends plus personne derrière nous, ça se joue juste entre elle et moi. Elle pivote alors sur elle et plaque MA baguette contre ma gorge. WOH tout doux ma jolie. C'est qu'elle est hargneuse celle là. Foutu caractère.

"Je vois pas pourquoi ça serait à moi de répondre aux questions !? Tu crois qu'il te suffit de pointer ta baguette sur mon cou pour que je te parle ? Vraiment ?" Enfin, sa baguette, sa baguette ... Elle est sérieuse ? Elle croit m'intimider avec MA baguette ? Elle est fidèle et je ne lui ai pas donné, donc elle ne se rebellera jamais contre moi. Elle ne m'a pas non plus désarmé, puisque je ne l'utilise jamais. Mais alors pourquoi est-ce qu'elle l'a en sa possession ? Je soulève un sourcil.

"T'es qui toi ?"
"Celle qui a sorti ton joli ptit cul de là. On... est... où ?"

Je ricane. Merci pour le compliment. Le sien est pas mal non plus, mais j'ai appris à ne pas trop le dire à haute voix, des collègues se sont déjà pris une paire de claque pour ça. Et si vous voulez mon avis, elle n'a pas l'air commode celle là.

"Joli petit cul ? Mmh merci, des années de Quidditch."

Je ne résiste pas à un charmant sourire à son intention, avant de faire signe de mon menton la baguette.

"Si je te dis que j'en ai pas la moindre idée, tu me lâches ?"

Elle me renvoi son sourire et je crois avoir gagné quand je vois le mouvement de la baguette et lance un protego plutôt rapide. La garce j'y crois pas ! Et elle me cogne en plus, une femme violente. Je l'attrape et on roule au sol. Elle se défend bien, mais y'a un truc étrange, c'est que ce corps à corps me dit vaguement quelque chose, je n'arrive pas à avoir le dessus, et elle non plus. On roule, je prends le dessus, et puis c'est elle. Elle finit par me frapper pour bondir loin de moi. Merde. Je me relève et fonce vers elle, je cours à m'en faire brûler le poumons pour la retrouver, j'arrive derrière elle et attrape son bras ballant avant de la plaquer contre un mur. Elle me pointe de sa baguette et moi j'enserre son cou d'une main, en la maintenant dos contre l’écorce. Nos regards se foudroient.

"C'est ma baguette. Tu as ma baguette !"

Je la regarde dans les yeux. Elle ne me croit pas.

"Ok, très bien, tu me crois pas. Est-ce que c'est ta baguette ? Regarde là." Moi je ne décroche pas mes yeux d'elle, et je ne desserre pas non plus ma main sur sa gorge.

"Bois de Pin. Olivander m'a dit sensible aux sortilèges informulés parce que j'ai une prédisposition pour la magie sans baguette. Un bois qui choisira un sorcier indépendant, curieux. Cœur en plume d'oiseau-tonnerre, extrêmement puissant. Si tu regardes sur le côté du bois, tu verras une trace de brûlure en forme de lune."

Merlin ses yeux. Ses grands yeux sombres, ils brillent de mille éclat. Elle est troublée par ce que je lui dis. J'ai un coup de chaud tout d'un coup, mon corps contre le sien, ma main contre sa peau, je sens son pouls sous mes doigts. Je sens comme une attraction, je déglutis. Mon regard reste braqué sur elle. Qui est-elle ? Qu'est-ce qu'on fout là ? J'entends, enfin, on entend alors des bruissements de feuille à côté de nous, et un gamin sort derrière un bosquet. Vu l'odeur, un loup garou. On le regarde avec prudence tous les deux, ne se lâchant pas pour autant. La confiance règne.

"Baaah Madame et Monsieur Parkinson, qu'est-ce que vous faites ?"

Quoi ? Je relâche la demi-louve de surprise. Il vient de dire quoi ? Je suis pas sûr d'avoir compris. Je me recule. Je crois qu'elle est aussi stupéfaite que moi. Sa baguette ne me pointe plus, mais elle pointe le gamin. Je m'avance en mettant une main sur le côté, lui faisant signe de baisser la baguette, c'est qu'un morveux. Un morveux qui connait mon nom de famille. Tout le monde ici à l'air de nous connaître.

"Qu'est-ce que tu viens de dire ?"
"Heuu, ben qu'est-ce que vous êtes en train de faire ? C'est un cours ? On dirait que vous étiez en train de vous battre. Pourtant c'est dans votre règlement, c'est interdit !"
"Non, pas ça, comment tu nous a appelé ?"
"Oh pardon ! Madame la Directrice et Monsieur le Directeur."

J'ai un mouvement de recul avec ma tête, mes sourcils se froncent. Mais où je suis ? C'est un test ? C'est Ricky ? C'est un tour de mon collègue farceur ? Il a foutu quoi dans la bouffe ? Et de quel règlement parle-t-il ? Directeur ? Le petit est aussi dans la combine ? Et pourquoi il l'appelle comme ça ?

Alors que je m'accroupis vers le gamin, j'entends un craquement et un énorme filet s'abat sur nous trois. Je tente de m'en défaire, mais c'est un filet anti magie. Je grogne et bientôt débarque le mage noir. Je me débats avec les mailles, mais rien à faire. On dirait un filet du Ministère de la Magie, que j'ai déjà utilisé sur des situations complexes. Le mage s'approche de nous, à une distance raisonnable.

"Reagan, Amadeus, j'ignore ce qui vous arrive, mais ça a certainement un rapport avec la potion. Vous avez respiré les vapeurs et vous n'avez plus toute votre tête. Je vous demande de vous calmer, et de me suivre au château."

Il attrape alors le filet et tire dessus. Nous forçant à le suivre. Le petit est complètement flippé. Il fait que trébucher, je le soulève alors pour le prendre dans mes bras. Je vais devenir dingue. Cette situation me rend dingue. Je ne comprends rien. J'ai l'impression d'être fait comme un rat. Aucun sort ne sort de ce filet. La demi-louve a aussi tout essayé. Autant vous dire que nos deux loups sont dingues.

"Tout ça c'est ta faute ! Si t'avais pas discuté et retourné MA baguette contre moi, on en serait pas là !"

OUI, tout à fait ! Elle a voulu faire sa maline, madame je suis la plus forte, voilà le résultat. On serait déjà loin si elle s'était pas retournée sur moi. Va falloir qu'elle apprenne les bases de la fuite ! On ne s'arrête pas de courir en plein milieu d'une tentative d'évasion.

Codage par Libella sur Graphiorum




"A présent, il y avait entre eux comme une évidence, un élan, une alchimie. Un sentiment primitif qui remontait aux peurs et aux espoirs de l'enfance. La certitude vertigineuse d'être enfin face à la personne capable de combler leur vide, de faire taire leurs peurs et de guérir les blessures du passé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Lena

RPG
Nom et Prénom : Reagan Cavanaugh-Parkinson
Maison/UMS/Job : Directrice du Merlin Castle, prof de chasse. Ex tireuse d'élite de baguette magique
Age & Année : 25 ans, mariée
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Reagan C. Parkinson
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Lun 19 Fév - 20:04
Et si on avait une chance de tout recommencer ?
Amadeus & Reagan Parkinson

Bordel de scrout gallois ! Il ne va pas me lâcher ?! Je sens sa main enserrer mon cou tandis qu'il me plaque contre un tronc d'arbre. Mais s'il croit que je vais me laisser faire, il ne me connait pas, foi de Cavanaugh !

"C'est ma baguette. Tu as ma baguette !
- Ta baguette mais bien sûr ! Et moi je suis la reine d'Angleterre ! Oups, j'ai blasphémé.
- Ok, très bien, tu me crois pas. Est-ce que c'est ta baguette ? Regarde là.

Il me fait tout un speech sur sa putain de baguette. Je connais ma baguette, elle est en chêne rouge, excellente pour les duelliste et elle représente l'alliance des deux chênes avec celle de Liam et... Et par la barbe de Merlin ! Ce n'est vraiment pas ma baguette que je tiens ! Mais... où est la mienne ? Et pourquoi est-ce que je manie celle-ci sans problème ? Pourquoi est-ce qu'il m'énerve à ce point mais que ma louve ne le perçoit pas réellement comme un danger ? On tourne la tête en même temps vers un gosse qui vient de débarquer, sans pour autant relâcher notre prise l'un sur l'autre.

Madame et monsieur Parkinson ? Pardon ? C'est quoi ce délire ? Je m'écarte quand il me lâche et je tiens le gosse en joue. Parkinson, c'est quoi ce nom sérieusement ? Et ce gamin là... il a pris un coup sur la tête ou quoi ? Un cours ? C'est... les gosses tout ça... on est dans une école ? Madame la Directrice ? PAR-DON ? Jamais je bosserai dans une école c'est trop... ennuyeux et contre nature pour les gens comme nous. Rester enfermé en classe, non merci. J'ai besoin d'adrénaline, d'aventure, de combat ! Jamais je ferai un boulot où j'aurais le cul vissé à une chaise.

Je lève la tête quand j'entends un craquement. Qu'est-ce que... RAAAAAAAAAH ! Qu'est-ce que c'est que ça ?! Je tire sur le filet, multiplie les sorts dessus... en vain. Et puis j'entends mon prénom. Bordel, c'est qui ce mage noir ? C'est quoi cette histoire de potion ? Je bascule sous le coup qu'il donne pour nous obliger à avancer. J'ai horreur de ne rien pouvoir faire. Surtout quand il y a un mage noir dans l'équation.

"Tout ça c'est ta faute ! Si t'avais pas discuté et retourné MA baguette contre moi, on en serait pas là !"
- Pardon ? Rappelle moi qui était planté comme un poireau et qui allait se faire mater en un rien de temps ? TA baguette ? Laisse moi rire. Visiblement elle préfère largement être avec moi. »

Et tout à coup, plus rien ne sort de ma bouche... ni de la sienne. Putain ! C'est le mage là qui nous a coupé la chique ! Non mais j'y crois pas ! On s'ignore royalement, le demi-loup et moi, jusqu'à ce qu'on arrive dans ce qui semble être une infirmerie. Le type récupère le gamin et nous demande de nous tenir tranquille le temps qu'il aille chercher « Elisabeth ». On est censé savoir qui c'est peut-être ? Dès qu'il me rend la parole, je fonce sur lui, mais me heure à un mur.

« Je vous préviens, j'appartiens à la meute de Liam Braeden, et quand il va découvrir que je suis là, ça va pas lui plaire ! »

Liam est connu chez nous. Mais ici ? En tout cas, c'est sûr qu'il va me chercher. Et qu'il va tous leur casser la gueule. Je croise les bras, et le regard du dénommé Amadeus.

« Et toi, je te serais gré de ne faire aucun commentaire. »

Ma louve grogne, parce qu'elle déteste être enfermée. On tourne, comme des lions en cage. Ce qui m'énerve, c'est que son odeur m'est familière, mais je ne l'ai jamais vu auparavant. C'est long, c'est trop long..

« Tais-toi ! Dis-je dès qu'il ouvre la bouche. Nan nan, tais toi, sérieux ! »

Ah non hein, qu'il n'en rajoute pas. Puis la porte finit par s'ouvrir. Liam ! Enfin !

« Merlin soit loué, j'ai cru devenir folle ! », que je dis en fonçant vers lui pour glisser mes bras autour de ses hanches et me hisser sur la pointe des pieds pour... Pour qu'il me repousse ?

« Reagan, mais qu'est-ce que tu fabriques ? »

Je le regarde, passablement énervée. Il ne va pas s'y mettre aussi pas vrai ? Et en plus il me repousse... devant des gens ? Et... je renifle en faisant la grimace. Il... il y a... l'odeur d'une autre ?

« T'as levé une femelle ? »

Attendez attendez... il... il m'a trompée. Je renifle encore et l'odeur est...

« C'est toi sa pétasse ? »

C'est cette nana, là, cette brunette ? Mon sang ne fait qu'un tour. Il a osé me tromper avec elle et la ramener sous mon nez devant de parfait inconnus pour m'humilier ? Alors foi de Park... Cavanaugh, je vais lui refaire le portrait à cette nana qui a dû agiter son croupion devant lui. Je lui fonce dessus, toutes griffes dehors. Enfin, façon de parler, parce que c'est mon poing qui vole vers elle. Mais elle se défend bien la garce ! Je lui attrape les cheveux et essaye de la faire plier. Et Liam, ce fils de... il l'attrape par les hanches et je sens qu'on en fait de même pour moi. Je me sens soulevée et je sais très bien que c'est le demi-loup.

« Comment tu peux me faire ça ? Je te jure que tu peux dire adieu à ce que tu as entre les jambes ! »

C'est quoi cette journée ? C'est quoi ce bordel ?! Je sais bien qu'on se dispute presque tout le temps, qu'il me gave à m'étouffer, à vouloir tout contrôler, mais qu'il ose...

« Rea bordel calme toi ! On n'est plus ensemble depuis des années !
- Tu te fous de moi ?
- Rea, il vous est arrivé un truc à Wolfgang et toi, laisse Elisabeth t'ausculter. »

Wolfgang ? Mais c'est qui ce Wolfgang maintenant ? Et qu'est-ce qu'il raconte comme connerie ?

« Hors de question que ta grognasse me touche ou je lui refais le portrait ! 
- Reagan ! Regarde ton poignet et le sien ! On n'est plus ensemble, tu es avec lui. Vous êtes mariés ! 
- QUOI ?! »

Moi ? Mariée ? Jamais de la vie ! J'y crois pas à ces conneries, j'le connais pas en plus. Et je refuse de regarder mon poignet. Je le connais mon poignet, merci bien. Et là, j'entends un bruit mais Amadeus pare le coup. Ils ont essayé de nous sédater ou je rêve ? Enragée, je fonce contre Liam, qui m'envoie à l'autre bout de la pièce tandis qu'il fait sortir sa grognasse. PUTAIN !

Je suis en nage, furieuse, hors de moi. Quand je me relève, je finis par relever frénétiquement ma manche et...

« J'ai un tatouage. J'ai jamais fait de tatouage. »




Je le montre à l'autre demi-loup... Qui a le même. C'est quoi ces conneries ? J'y comprends rien. J'y comprends rien et je suis mega en colère. Je m'approche alors d'Amadeus, rivant mon regard dans le sien. Et puis je laisse tomber ma veste au sol, avant d'ôter mon haut, me retrouvant en soutien-gorge devant lui, qui me demande ce que je fais.

« On est censé être mariés, non ? »

Et si Liam m'a trompée, j'vois pas pourquoi j'en ferai pas autant. Alors d'autorité, je lui attrape le visage pour l'embrasser et... Et c'est vraiment très bizarre. Ma... ma louve aime bien. Je la sens qui s'ébroue.... alors qu'il me sort par les trous de nez ce type. Mais j'ai encore cette sensation familière...

black pumpkin



Tu es la pièce manquante de toute mon existence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Evens
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Wolfgang A. Parkinson
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Mar 20 Fév - 23:17

Et si on avait une chance de tout recommencer ?
15 Février 2021

La meute de Liam Braeden, gnagnagna. C'est qui encore celui là ? Mais ça me donne un indice de pourquoi elle est aussi sauvage cette fille, elle vit en meute. Et j'en ai croisé, des femmes comme elle, je mettrai ma baguette à brûler que c'est la compagne d'un alpha. Elle fait prétentieuse, tout lui est du, elle a raison sur tout. Et là, elle a besoin de revendiquer qu'elle fait parti de la meute de ce mec. Franchement. J'ai envie de lui dire qu'ici, probablement son loup est pas là, mais elle m'invective comme quoi je devrai me taire. Minute, elle se prend pour qui ? D'un c'est pas mon alpha, de deux, je fais pas partie de sa meute.

"Et toi tu devrai plutôt de taire et observer, on est pas en position de négocier."

Je repère les lieux. J'ai appris ça en cours, en stage. C'est très important de sa familiariser avec son environnement. On est dans une infirmerie, y'a des lits d'appoint. Ouai du genre comme Poudlard. Sauf que quand on y regarde bien, y'a que des trucs pour créatures magiques, des produits spéciaux. J'ouvre un frigo et j'y vois du sang. C'est quoi le délire ? Je vois la demi-louve qui va faire des sillons dans le sol à force de tourner en rond. Sa louve grogne et je dois dire que ça ne plait pas à mon loup. Je repère alors une fenêtre, en hauteur, par laquelle on peut sortir, mais apparemment, ça mène sur le toit, enfin, sur un dénivelé du toit, mais c'est jouable. Je regarde Reagan - c'est comme ça qu'elle s'appelle - pour lui dire que j'ai peut-être trouver un moyen si elle arrive à viser la fenêtre, mais déjà la porte s'ouvre derrière nous.

Et c'est là que c'est pire pour mon loup. Il grogne en voyant cet homme. Un loup-garou, le fameux Liam n'est-ce pas ? Ça gronde dans ma poitrine, je comprends pas vraiment pourquoi. Mais il la repousse. Haha. Oui ok, je comprends pas la jalousie mal placée, mais ça la remet un peu à sa place la Reagan. Elle semble furieuse et elle le renifle, je vois qu'il me lance un regard passablement désolé ou affolé, comme s'il me connaissait. Hey mec, chacun sa merde. Je lève pourtant un sourcil quand elle devient furibonde et lui demande si il l'a trompé. Oups, j'aimerai pas être à la place du loup-garou. Et d'un coup, apparemment arrive la femelle en question. Et Reagan pète un case. Elle se jette sur la louve, qui arrive à parer les coups, mais essayant de ne pas les rendre, pas aussi fort. Sur le coup, je dois dire qu'elles sont plutôt sexy, et qu'elles se battent bien, mais j'avoue que c'est pas le lieu pour apprécier ça. La demi-louve l'attrape finalement par les cheveux et la louve lui demande de se calmer. Elles vont finir par vraiment se faire mal. Je vois le loup bondir vers... son amante, et l'instinct me pousse à séparer Reagan, à la protéger. Elle est hargneuse, mais je l'encercle de mes bras autour de ses hanches, je suis obligée de la soulever littéralement du sol pour la faire reculer.

"Calme toi !"

Mais elle m'écoute pas, évidemment. Elle se débat, mais je la garde contre mon torse.

« Comment tu peux me faire ça ? Je te jure que tu peux dire adieu à ce que tu as entre les jambes ! »
« Rea bordel calme toi ! On n'est plus ensemble depuis des années !
- Tu te fous de moi ?
- Rea, il vous est arrivé un truc à Wolfgang et toi, laisse Elisabeth t'ausculter. »

HEY, mais d'où il me connait ? Là ça devient vraiment étrange. D'abord le mage noir, qui m'appelle par mon deuxième prénom, puis lui, le mec de cette femme ? J'ai l'impression que mon cerveau va exploser. Cette situation est plus complexe que je le pensais, en fait je pensais rien, mais là c'est vraiment la merde. Et là, il lâche la bombe, au même moment où je lâche Reagan. Mariés ? On est marié ? Non franchement... Je vais avoir 19 ans, je crois pas, j'ai encore de belle chose à vivre avant de me retrouver marié. J'ai pas de métier, ma soeur à surveiller, ma mère a aidé. Il parle de son poignet, je ne comprends plus rien. Je suis largué, total. Alors je fais ce que je sais faire le mieux, je les regarde tous, méfiant et je vois la louve faire un signe au mage noir, et je lance un bouclier. Qu'est-ce qu'ils essaient de faire ? Je grogne et lance une multitudes de sort sur le mage noir.

"Amadeus arrête ça, laissez Élisabeth vous ausculter."

Je vois Reagan voler à travers la pièce et mon œil noir se pose sur le loup qui vient de lui faire ça.

"Dégagez ! Dégagez d'ici !" Que je hurle, les mains lançant des sorts que je ne me savais même pas capable de faire. Mon dernier est un bouclier.

Ils sortent tous en trombe, et je m'enferme dans la pièce. Je suis essoufflé, en colère. Et quand je me retourne vers la demi-louve, je vois qu'elle n'est pas dans un meilleur état que le mien. J'avance vers elle et elle me pointe des tatouages. J'approche mon poignet du sien. Ouah, on a le même.

"Je comprends rien à cette histoire, c'était ton mec là ? Celui de la meute ?"

Pourquoi elle me regarde comme ça et elle ne me répond pas ?

"Ok ok, qu'est-ce que tu fous. T'as visiblement aussi perdu la tronche."
« On est censé être mariés, non ? »
"Non... c'est du délire ce qu'ils racontent, tu..."

Elle m'embrasse, je rêve, elle...

"Tu devrai pas." Disé-je mes lèvres contre les siennes.

Mais déjà elle passe ses mains sous mon t-shirt pour me l'enlever. Bordel, je suis dans la merde. Mathilde... Oui c'est ma copine du moment, c'est plutôt sérieux entre nous et... je gémis quand elle mord ma lèvre. Mes yeux roulent de plaisir. Je vous jure que je tente de la repousser, mais déjà elle s'attaque à mon pantalon. Et puis dans une pulsion de ... ben je sais pas, j'arrive à la repousser.

"Reagan, je crois que toute cette histoire n'est pas nette et qu'on devrait pas..."

Mais en fait, elle profite que je l'ai repoussé pour s'enlever son pantalon et son soutien -gorge. Ma bouche s'entrouvre et mon loup fait des bonds de dix mètres. Y'a un feu sauvage qui s'empare de moi quand elle vient fondre de nouveau sur mes lèvres. Cette odeur, cette bouche. Bon sang, mes mains trouvent la familiarité sur sa peau, elle glisse sous sa culotte pour me saisir de ses fesses. Et l'image de Mathilde devient lointaine, si lointaine.


Je sais qu'elle se sert de moi, pour faire du mal à son mec, mais j'arrive pas à résister, même si je sais que clairement il est pas loin. Et que je peux me faire péter la gueule, et c'est jamais arrivé, je suis pas ce genre de mec. J'ai eu des copines, mais j'ai jamais fait ça. Mais c'est comme si tout ça, c'était à moi. Elle. Tout son corps, ses baisers, ils sont pour moi, pas pour ce Liam. Et là tout de suite, il n'y a rien de plus qui compte que de la satisfaire, toute cette rage qu'elle a en elle, fait qu'il faut la contenir.

Ses mains se font expertes, elle fait exactement ce que j'aime, c'est dingue, comme si on avait déjà couché ensemble, comme si elle savait pour les baisers à cet endroit. Et son corps semble m'appartenir, car j'arrive à la faire gémir, d'une seule caresse. Bientôt je la soulève dans mes bras, persuadé de faire une connerie, et pourtant mon loup est le plus heureux. Je viens m'allonger sur elle, le poids de mon corps l'enfonce dans le matelas de cette infirmerie. Je crois qu'on fait tomber des choses sur notre passage. Plus rien existe. Pourquoi elle fait ça ? Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est quoi ces tatouages ? Est-ce qu'on est vraiment marié ?

Ça devient brûlant, intense, à tel point que je ne peux pas m'arrêter. Et je deviens alors totalement inconscient avec cette louve, je ne me protège pas, je n'ai qu'une envie, me fondre en elle, je me rends compte qu'on se retient mutuellement. Ses mains dans mon dos m'empêche de reculer, mon corps sur le sien l'empêche de se relever. On s'embrasse avec frénésie, mon loup hurle d'amour comme je ne l'ai jamais entendu le faire. Je suis près à basculer en elle, en ayant pleinement conscience que ce qu'on fait est insensé, idiot et dangereux. Ma mère ne m'a pas élevé comme ça. Pourtant je n'y tiens plus, on ne fait plus qu'un, dans des gémissements sauvages, absurdes. On ne se connait pas, mais nos corps s'enflamment ensemble.

Même une fille à la sortie d'une boite ne m'a jamais fait un tel effet, même Mathilde. Et pourtant elle m'a agacé, elle est bouffée d’orgueil, arrogante, imbue d'elle même, le type de fille avec qui je peux pas finir. En attendant, je savoure qu'elle se cambre sous mes coups de reins, c'est totalement, mais alors totalement dingue. Je bascule alors sous elle, qui me dévoile entièrement son corps, sans aucune pudeur, sans aucune retenue. Elle est plutôt audacieuse pour une femme qui se venge. Ce corps que je n'ai aucune honte à toucher, à m'approprier. Mon loup est en phase avec la sienne. C'est juste dingue, on est vraiment marié ? Est-ce vraiment possible ? Où est-ce encore un tour de magie noire ? Mais même toutes ces interrogations ne me font pas perdre le fil de cet ébat. Et c'est quand elle finit par s'écrouler sur moi, tremblante de désir alors qu'on a tous les deux atteint le point culminant de cette danse, que je touche sur sa peau une cicatrice.

"Un autre tatouage ?"

Je la vois se mettre de côté et regarder par elle même, chassant ma main, comme si à présent je n'avais plus le droit de toucher. Puis elle se lève d'un bond, et je me redresse aussi.

"Quoi ? Tu réalises enfin qu'on vient de coucher ensemble, sans se protéger ?"

Je vois un peu mieux la cicatrice, on dirait... une morsure ? Je me lève pour récupérer mes vêtements, elle en fait de même. Puis on se regarde.

"Complètement inconsciente. C'est bon ? Satisfaite ?"

Pourquoi j'ai pas pu lui résister ? C'est qui cette attraction entre nous ? C'était quoi ça ?

Codage par Libella sur Graphiorum




"A présent, il y avait entre eux comme une évidence, un élan, une alchimie. Un sentiment primitif qui remontait aux peurs et aux espoirs de l'enfance. La certitude vertigineuse d'être enfin face à la personne capable de combler leur vide, de faire taire leurs peurs et de guérir les blessures du passé."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Lena

RPG
Nom et Prénom : Reagan Cavanaugh-Parkinson
Maison/UMS/Job : Directrice du Merlin Castle, prof de chasse. Ex tireuse d'élite de baguette magique
Age & Année : 25 ans, mariée
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Reagan C. Parkinson
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ? Mer 21 Fév - 23:12
Et si on avait une chance de tout recommencer ?
Amadeus & Reagan Parkinson

Par la barbe de Merlin, il parle beaucoup trop. Tout ce que je veux, c'est oublié ce que m'a fait Liam. Il prétend que je suis mariée avec ce type, non ? Alors y a pas de mal à coucher avec lui, personne n'y verra le moindre problème. Et j'ai... j'ai comme des flashs quand il me touche, quand il empoigne mes fesses. Une sensation de déjà vu très agréable. Mais Liam ne m'a jamais touchée de la sorte. J'ai l'impression de le connaître. C'est stupide, on ne se connait pas, c'est uniquement parce qu'ils disent qu'on se connait que j'ai cette impression. Je suis en balai automatique, j'ai la sensation que j'ai laissé tout le contrôle à mon corps, et à ma louve, qui exulte. C'est elle qui prend le dessus, n'est-ce pas ? Parce que... je me sens plus à l'aise, comme si... comme si j'étais plus expérimentée. Ou que je savais exactement où appuyer, où caresser pour qu'il gémisse.

Et c'est... c'est bon ! C'est... c'est juste incroyablement fort et intense et ma louve est plus que ravie. Elle danse, elle hurle et elle est en symbiose avec son loup. Et surtout, il me laisse être au dessus. Liam n'y met pas du sien quand je veux être au dessus. Je laisse mes râles s'échapper sans pudeur. Je n'ai pas du tout besoin de le guider, il sait exactement quoi faire, comment faire. Et j'atteins très vite le summum de mon plaisir. Et je ne vais pas le dire trop fort, mais ça n'a jamais été aussi bon. Un tatouage ? De quoi est-ce qu'il parle ? Pourquoi est-ce qu'il parle d'abord ?

Qu'est-ce que j'ai sur la peau ? Qu'est-ce que c'est que ça ? Je pousse sa main, merlin, il va m'empêcher de voir ou quoi ? Je touche les bords de cette cicatrice que je découvre, l'effleurant en tremblant.

« Une morsure de loup... ? »

Mais qui a pu me faire ça ? Et quand ? C'est quoi ce délire ? Et merde, j'attrape mes vêtements, je suis énervée, tout ça m'énerve, il m'énerve. Il est beaucoup plus beau et intéressant quand il ne parle pas.

"Complètement inconsciente. C'est bon ? Satisfaite ?
- Bof, j'ai connu mieux, Parkinson. »

C'est pas vrai, mais je ne le supporte pas. Ma louve l'apprécie peut-être, mais pas moi et... Non mais je prends ma potion pour pas avoir d'enfant. Enfin... je crois. La moi que je connais, en tout cas. Mais... et la moi que ces tarés là connaissent ? Oh BORDEL ! Je veux pas d'un bébé ! J'ai dix-neuf ans, je ne peux pas... non... je ne veux pas être mère, je ne veux pas d'un enfant, je veux... je veux me battre, je veux agrandir le territoire. Liam sait que je ne veux pas d'enfant et... Putain... Mais ce Liam là s'en fout, il dit que je suis mariée avec ce... Mais qui dit être mariée dit vouloir faire des gosses non ? Dès que je suis rhabillée, je vais frapper contre la porte de l'infirmerie.

« OUVREZ-NOUS ! Laissez-nous partir d'ici ! Toi ! J'espère au moins que tu m'auras pas refilé une saleté de maladie ! »

Je refuse d'imaginer que je puisse être... C'est terrifiant. En tout cas, tout le monde nous ignore. Ça n'a aucun sens... Aucun ! Je vais me fourrer dans un coin, bien loin de lui. Le sexe était bon, mais clairement, ça n'a rien arrangé. Comment ma louve a-t-elle pu me faire ça ? Je ne saurais dire combien de temps on reste comme ça, à se faire la gueule, enfermés dans cette infirmerie... Et quand la porte s'ouvre, je bondis sur mes pieds. Liam... Bon sang, je sens déjà mon poing qui me démange.

« Rea, Wolfgang, visiblement il y a un problème grave et si vous êtes incapables de me croire, je sais qui vous croirez. Qui tu croiras, Rea. Ta mère...
- Ma mère est ici ? Ou c'est encore un de tes mensonges ?
- Ta mère est ici. Dans vos... Ecoute là. »

Je croise les bras, rivant mon regard dans le sien. Liam n'a jamais su me mentir, c'est aussi pour ça qu'on s'engueule si souvent. Et là, il a pas l'air de me baratiner. Je tourne légèrement la tête pour voir la tronche d'Amadeus. Je suis paumée, je ne comprends rien et je n'aime pas ça.

« Ok. »

Il faut que je sache, et j'ai confiance en ma mère, elle a toujours été là pour moi. Je m'avance doucement, jusqu'à être à la hauteur de Liam.

« Au fait, j'ai couché avec mon mari. Du coup, je serai peut-être enceinte de lui, puisqu'on ne s'est pas protégés. »

Et je continue, la tête haute. Et ouais. Je n'ai jamais cédé à son loup ou à ma louve pour lui pondre des gamins, aucun printemps ne s'est mis en travers de mes plans. Est-ce que j'espère lui faire mal ? Carrément. Sauf qu'il ne semble... Il semble un peu vexé, mais franchement sans plus, il y a même... comme une lueur étrange dans son regard. Comme s'il était... désolé ? Ah non hein ! Il n'a pas le droit d'être désolé pour moi si je suis enceinte ! Je refuse qu'il me prenne en pitié !

J'ignore royalement les deux hommes et si je suis Liam apparemment docilement, en réalité, je grave le chemin dans mon esprit, parce qu'il est hors de question que je reste ici. Si ma mère est vraiment là, foi de Cavanaugh, je l'embarque et on se barre loin. Et je récupère la meute de Liam, pour lui apprendre qu'on ne me trompe pas ! Il nous conduit face à une grande porte et s'écarte. Il dit que c'est à nous d'entrer.

« Une seconde. Puisque tu sembles tout savoir de « ma vie », explique moi quel est l'enfoiré qui m'a fait ça. »

Je soulève mon haut pour dévoiler cette cicatrice dont je n'ai pas le moindre souvenir. Y a un abruti de loup qui m'a mordue en pensant me transformer ou quoi ? J'aime pas la tête qu'il fait, j'aime pas ça du tout.

« Va voir ta mère, on en parle après. »

Liam qui me dit ça ? Ok, ça craint, ça craint vraiment. Je pousse la porte, en même temps qu'Amadeus. J'ai beau renifler, je ne sens pas du tout l'odeur de ma mère.

« Maman ? Liam, si tu t'es foutu de...
- Reagan ? »

Maman ? Je tourne sur moi même pour... pour comprendre que la voix vient d'un tableau. Un tableau ? J'avance, horrifiée. Comment...

« Est-ce que c'est vraiment toi ?
- Oui ma chérie... Liam m'a avertie qu'Amadeus et toi avez eu un problème. »

Je regarde Amadeus. Ma mère ne peut pas le connaître. Ma mère ne peut pas être dans un tableau.

« Tu sais pourquoi je suis là. »

Je secoue la tête, je secoue la tête. Et instinctivement, je me tourne vers Amadeus.

« Comment ma mère peut être dans un tableau ? 
- Parce que je suis morte il y a un peu plus de deux ans.
- Non. Non non non. C'est impossible, il y a deux ans on...
- On était en 2018, en décembre. Et la meute a été vaincue. »

Non, non c'est du délire. Ma mère ne peut pas être morte et on n'est pas en... ça fait quoi ? 2020 ? 2021 ?

« On est en 2015...
- Non, ma chérie. On est en 2021, dans l'école que tu as ouverte avec Amadeus. »

Une école ? Moi ? Moi j'aurais fondé une école.

« Impossible. Je suis tireuse, j'adore mon boulot, jamais je n'arrêterai.
- Vous avez raccroché quand une mission a mal tourné. »

ça ne va pas, je ne me sens pas bien du tout. J'étouffe. Et en plus, je me rends compte que je me suis reculée jusqu'à ce que mes doigts frôlent ceux d'Amadeus. Mon mari ? Ma mère... ma mère morte ? Et j'ai... j'ai vingt cinq ans ?!

« Fais moi sortir de là. Ou fais les sortir, s'il te plait. »

C'est à Amadeus que je le demande. Je ne sais pas qui il est mais visiblement, il est – pour tout le monde – mon meilleur soutien ici. Et ceux en qui j'avais toute confiance me semblent des étrangers. Ma louve, elle, le reconnaît. Et comme je ne peux plus me fier à ma mémoire, autant suivre l'instinct de ma louve.


black pumpkin



Tu es la pièce manquante de toute mon existence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et si on avait une chance de tout recommencer ?

Revenir en haut Aller en bas
Et si on avait une chance de tout recommencer ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tout cela m'avait tellement manqué! [PV : Shizu']
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Family :: Monde RPG :: Merlin Castle-
Sauter vers:
©️ 2016-2018 Hogwarts Family, le contexte, le design, les idées sont la propriété du staff d'HF. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.