Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionWe'll be lucky if we ever see the sun EmptyWe'll be lucky if we ever see the sun

more_horiz
« Well, call me loser, call me thief. Tell me I'm special when you spit at me, cause I don't wanna be lonely. I wanna be loved and I want you hold me like I'm the only one. » We'll be lucky if we ever see the sunSamedi 24 avril 2021

Aujourd’hui, c’était une journée risquée. Mais il fallait dire que Sacha et Toby pouvaient être très convaincants. Tous les deux en 5ème année, ils n’avaient pas l’âge requis pour aller sur la Voie Lactée. Pourtant les deux compères souhaitaient aller acheter une nouvelle baguette pour Toby qui avait cassé la sienne en faisant bien sûr une connerie. Afin d’éviter des heures de retenue à sa sœur et au meilleur ami de celle-ci, Audric avait accepté de les emmener. C’était plus que risqué à vrai dire. Les surveillants contrôlaient leurs affaires et Audric sentait fortement qu’ils allaient se faire choper.

« On va jamais y arriver … » souffla-t-il au milieu de la marée d’élèves qui attendait sa vérification. Il récolta alors un coup de pied dans le dos. Sacha et Toby se trouvaient dans son sac à dos extensible et, grâce à Alyssa, ils étaient protégés par un sort de Désillusion. Il sentit alors la main de la jeune femme dans la sienne et il en eut le souffle coupé. Il tourna brusquement la tête vers la jeune femme et elle lui glissa un sourire timide. Ils avaient fait des progrès. Depuis la Saint-Valentin, ils avançaient à leur rythme et parfois c’était étrange. Comme de se tenir la main. Mais bizarrement, cela calma les craintes d’Audric. Il se présenta face à Alice James, la surveillante la plus redoutable d’Ilvermorny.

Elle tâta quelques instants ses poches et lança un sort « Hominum Revelio ! » Oh bordel ! Le sort émit un bruit en direction du sac d’Audric. « Tenez, mais qu’avons-nous là ? » Victorieuse, la surveillante ouvrit le sac mais c’est à ce moment-là qu’Alyssa lâcha la main d’Audric. Ce dernier se retourna pour voir la jeune femme tomber au sol. Les deux surveillants se précipitèrent vers elle, délaissant Audric. La jeune femme au sol attirait tous les regards vers elle et elle faisait tout ça pour eux. Bon, peut-être pas consciemment car le stress avait sans doute la faire s'évanouir, mais elle leur sauvait la peau quand même ! « C’est le genre de chose que l’on fait pour ses amis » se souvint-il de cette phrase qu’elle avait prononcée une fois.

Plus un instant à perdre, Audric se dépêcha d’avancer pour rejoindre les paniers des Oiseau-Tonnerres et décoller sans plus attendre. « Vous penserez bien à remercier Alyssa … » chuchota-t-il pour éviter le regard des autres dans le panier.

« Eh mais regardez qui voilà ! » Bon, visiblement, ce n’était pas son jour. Deux des harceleurs réguliers du jeune homme vinrent se poster de part et d’autre de lui, tandis qu’Audric portait ses mains aux bretelles de son sac. « Audric part en vadrouille ! Qu’est-ce que tu transportes là-dedans, dis-moi ? » « Rien d’important … » balbutia-t-il. « C’est ça, tu m’en diras tant … Les gars, videz-moi ce sac ! » Audric se retourna d’un bond, saisissant le poignet d’un des gars s’apprêtant à ouvrir. La surprise se lut sur leurs visages alors qu’il relâchait le jeune garçon. « Non. » dit-il, d’un air peu assuré malgré tout. « Non ? Comment ça, « non » ? » Audric inspira profondément et pensa à Austin. Il lui avait souvent fait remarquer de prendre de l’assurance, de la fermeté. « Vous ne toucherez pas à mon sac. »

« Sinon quoi, gros balourd ? » ajouta un nouvel énergumène. Les autres garçons commençaient à s’en mêler tandis que les filles pouffaient de rire dans un coin. « Vaudrait mieux pas que tu t’agites trop, tu casses tout ce que tu touches … » Audric serra les poings. Il était vraiment la risée de toute l’école. Il entendait les filles qui riaient encore en fond et les gars de devant cherchant une faille pour lui enlever son sac. « Arrête de faire celui que tu n’es pas, mon grand. » continua le premier. Trois des garçons lui chopèrent alors les bras et deux autres lui enlevèrent son sac. « Qu’est-ce que tu transportes, Hulk ?! Ca pèse un Hippogriffe ce machin ! » « Eh mais ! » Sacha et Toby sortirent du sac, le sort de Désillusion s’estompant.

« Eh Audric, on t’a pas dit que les mini-pouces n’avaient pas leurs places à la Voie Lactée ? » Sacha commençait à pester. « Bande d’idiots ! Vous allez voir si je m’énerve … » « Oh, elle va s’énerver. C’est ta sœur ça, Audric ? » Toby brandissait déjà ses poings mais le pauvre petit était bien ridicule. « Laisse-la ! » disait-il en mettant un coup de pied au leader du groupe mais le petit fut poussé vers l’arrière du panier alors que l’un des gars attrapait le bras de Sacha. « Ne la touchez pas ! » s’écria Audric. « Sinon quoi ? Tu vas … » Mais il n’eut pas le temps de finir sa phrase.

Audric se dégagea de l’emprise des trois autres gars et attrapa le leader par le col de sa veste. « Tu ne la touches PAS. » Tenant fermement sa prise, Audric déplaça son bras au-dessus du vide, attirant les cris des jeunes filles. « Lève encore la main sur elle, et je te promets que … » « C’est bon, c’est bon, j’ai compris mon grand. On ne touchera plus à ta sœur ! Maintenant repose-moi … » Le regard du garçon se faisait presque suppliant d’un seul coup. « C’est bon, Audric. » Le jeune homme tourna la tête vers sa petite sœur qui lui glissa un sourire encourageant.

Le demi-géant ramena alors le garçon à bord du panier, le lâchant au milieu de sa bande. Il récupéra son sac alors que Toby et Sacha venaient se serrer contre lui. Trente secondes après, les voilà qui arrivait au Chaman, sur la Voie Lactée. « Ne crois pas que tu vas t’en tirer comme ça, Bloom ! » pesta alors le leader. Audric se retourna vers lui et rebroussa finalement chemin. Ca ne servait à rien.

« Ouah, c’était génial ! » commença Toby avec de grands gestes. « Tu l’as attrapé comme s’il pesait pas plus lourd qu’une Noise et tu la menaçais c’était … ouah ! » « T’es mon héros, Audric, merci ! » Le jeune homme eut un sourire de fierté en entendant cette fois-ci qu’on vantait ses exploits. Mais il se souvint de la menace de l’autre gars et de sa bande qui l’avait considéré pendant un instant comme un monstre. Comme une créature à vacciner. Il déglutit. « Bon, oui, on va acheter cette baguette ? »

Une demi-heure plus tard, les voilà qu’ils ressortaient tous les trois avec un grand sourire de la boutique Le Météore. « Oh ! Audric, on peut aller au Sagittarius ?! Dis-oui, dis-oui, s’il te plait ! » Le regard de Sacha et Toby convint Audric de dire oui. « Ok, mais on traîne pas. » « Ouaaaais ! » Les deux bambins traversèrent la rue pour aller dans la boutique d’en face, bousculant un individu qui posa sa main sur l’épaule de Sacha. Audric avança le pas jusqu’à eux. « Excusez-les monsieur, ils voulaient seulement aller goûter les sucreries de … » L’homme leva les yeux vers lui. Oh par Merlin. Cet homme avait un regard horrible et un sourire bien peu amical. « Mes papiers ? Euh, je … je dois les avoir ici … »

Et voilà qu’il fallait qu’ils tombent sur un contrôle de papier. Il sortit sa carte d’identité et la tendit à l’homme qui jugea un instant. « C… celle de Sacha ? Euh oui … » Il fouilla dans son autre poche et sortit le papier demandé. Vu le temps qu’il prenait pour s’attarder sur les papiers, Audric jeta un regard vers Sacha et Toby qui fronçaient les sourcils, sentant aussi que cela n’augurait rien de bon. « Vous pouvez … peut-être … les relâcher ? Je reste là avec vous, pour discuter, si nécessaire … »

L’homme ne leva pas la main de Sacha qui regardait d'un oeil inquiet son frère aîné. Cela n’était pas rassurant. Il leva les yeux vers Audric qui continuait de trembler de la tête au pied. Et s’ils étaient emmenés au Macusa à cause de leur sang de créature ? Que diraient leurs parents ? Serait-il obligé de se faire vacciner ? Sacha aussi ? Non, pas Sacha. Il la protégerait de cet homme. Il en était hors de question qu’elle le suive, elle aussi.

©️ 2981 12289 0

descriptionWe'll be lucky if we ever see the sun EmptyRe: We'll be lucky if we ever see the sun

more_horiz
We'll be lucky if we ever see the sun

J'aimais me balader sur la Voie Lactée. Certaines mauvaises langues disaient que j'y rôdais mais c'était tout à fait faux. Je veillais à l'ordre public, voilà tout. Au lieu de me critiquer, moi et mes Purificateurs, les gens feraient mieux de me remercier. S'ils n'étaient pas massacrés par des vermines comme des vampires ou des loups-garous, c'était grâce à nous et personne d'autre. Ils avaient beau parler de leur vigilance à toute épreuve, c'était moi qui les sauvait.

Je passais notamment par le Chaman les jours de sortie des élèves d'Ilvermorny. En tant qu'employé du MACUSA, j'avais le droit de contrôler les identités de n'importe quel individu et je ne m'en privais pas. J'avais déjà trouvé quelques unes de ces abominations qui ne s'étaient recensées comme la loi le prévoyait. A quoi cela servait de faire de la paperasse, que je pousse mes idées si quelques petits malins ne les respectaient pas ? Heureusement que je veillais toujours au grain.

Je n'avais rien vu de choquant parmi les élèves. Je l'admets: j'étais un peu déçu. J'aimais bien instiller la peur chez les gens, particulièrement chez les plus jeunes. Ils étaient tellement influençables.. ça en était presque fascinant. Bref, n'ayant pas pu me distraire, j'avais continué à me balader dans les rues de la Voie Lactée, scrutant chaque personne en détail. Je voyais bien que je les mettais mal à l'aise, c'était amusant. C'était trop facile, les adolescents étaient de pauvres petites choses faibles. Quand j'aurai des enfants, je m'assurerai qu'ils ne soient pas des chiffes molles de ce genre là, c'était déjà très clair dans ma tête.

Je scrutais donc avec attention le moindre passant... et tout cela pour rien. Finalement, ça m'était tombé dessus, quasi littéralement. Je sentis quelqu'un me rentrer dedans, et pas de manière subtile. Je me retournai. Il s'agissait d'une fille de je ne savais trop quel âge. Elle me regardait comme une idiote. Je soupirai avant de mettre ma main sur son épaule, ainsi que sur celle du gamin qui l'accompagnait.

- Tu ferais mieux de regarder où tu mets tes pieds lui dis-je avec un sourire carnassier. et d'apprendre à t'excuser, aussi.

Je relevai le regard lorsque quelqu'un m'interpella. J'arquai un sourcil. Ce garçon était grand et fort, bien trop grand pour être parfaitement humain. Tiens tiens, qu'avions-nous là. Je regardai à nouveau la fille. C'était en vérité une fillette, ses traits trahissaient son jeune âge malgré sa grande taille.

-Vos papiers s'il vous plait grognai-je.

Ce grand malin ne me donna que les siens. Je ne m'étais pas trompé: demi-géant. J'eus une grimace. Ces bestioles n'avaient beau pas être aussi dangereuses, elles n'en restaient pas moins une abomination. Nous étions assez d'êtres humains pour nous reproduire entre nous, non ? Pourquoi se mêler d'aller se reproduire avec des animaux et autres races ? Cela me dépassait totalement. Je regardai les deux gamins.

- Et les vôtres ?

Le garçon était un sorcier tout ce qu'il y avait de plus normal. Je regardai le demi-géant chercher dans ses affaires comme le gros balourd qu'il était. Et après on se demandait pourquoi je les traitais d'abomination... c'était pourtant évident. J'allais lui demander d'accélérer juste au moment où il me sortit la carte de sa sœur. Demi-géante également, donc. Et voilà que le gros balourd voulait que je relâche les enfants, comme c'était mignon.

- Allez, vas-t-en, petit, mais toi... toi tu restes ajoutai-je à l'égard de la fillette.

Je regardai le garçon hésiter. Oh Merlin, ça y est, on allait avoir droit à du mélodrame. Mais la petite fille lui sortit un discours pour l'y encourager. A défaut d'être silencieuse, elle était au moins brave... plus que son frère qui tremblait de la tête aux pieds.

- Ta sœur a bien plus de cran que toi, mon grand... Tu n'as pas un peu honte ?

J'observai à nouveau leurs cartes. J'eus un petit rire en voyant la date de naissance de la fille.

- Dis donc... tu es bien jeune pour être ici.

Elle essaya d'argumenter. Je levai les yeux au ciel. Elle parlait beaucoup trop et d'une voix beaucoup trop criarde. Ça me donnait mal à la tête, je ne supportais pas ça. Alors, d'un geste de baguette, je la fis taire. J'eus un soupir de soulagement absolument pas contenu, et je me tournai vers l'aîné de la famille.

- Es-tu au courant du règlement d'Ilvermorny ? Toi et moi on sait très bien qu'elle n'a pas le droit d'être là... Et son petit ami non plus.

Je relâchai mon étreinte sur l'épaule de la dénommée Sacha et je me postai derrière le garçon et me penchai un peu vers lui. Il était un peu plus grand que moi, et certainement plus fort, mais ça n'était que du physique. Mentalement, il était une poussière par rapport à moi. Je pouvais sentir sa peur, c'était tellement bon.

- Devrais-je peut-être le signaler à vos surveillants ? Peut-être... à Miss James ? Nous sommes des amis, je ne voudrais pas qu'elle aille des problèmes à cause de toi...

J'étais très fier d'avoir quelques uns de mes sbires à Ilvermorny, surtout que Alice James était un très bon élément. Elle me donnait beaucoup de renseignements utiles sur les créatures et sur leurs familles. J'avais le registre quasiment complet des créatures de l'école.

- Je ne me souviens pas qu'elle m'ait parlé de vous... Comme vous avez l'air d'aimer briser les règles, je me permets de vous le demander: vous vous êtes bien fait enregistrer à l'école ?

Alice ne m'a jamais parlé d'eux, ou bien j'ai oublié. Il faut dire qu'on se concentre sur les plus gros nuisibles comme les vampires et les loups-garous. C'était une erreur: il fallait aussi éradiquer. Je me doutais bien qu'ils devaient être enregistrés cependant, parce que c'était difficile de les louper et parce que c'était écrit sur leur carte d'identité. Simplement, je jouais avec lui, avec sa peur. C'était pour ça que j'étais venu, je n'allais pas rentrer chez moi sans m'être au moins un peu amusé. Si je pouvais en plus récolter des informations supplémentaires, ça n'était que du bonus.
©️ 2981 12289 0

descriptionWe'll be lucky if we ever see the sun EmptyRe: We'll be lucky if we ever see the sun

more_horiz
« Well, call me loser, call me thief. Tell me I'm special when you spit at me, cause I don't wanna be lonely. I wanna be loved and I want you hold me like I'm the only one. » We'll be lucky if we ever see the sunSamedi 24 avril 2021

L’homme les jugeait comme s’ils ne valaient pas mieux qu’un elfe de maison. C’était peut-être ça ? Des elfes de maison.

Quand il ne restera plus que les « vaccinés » et les « autres ». Peut-être qu’ils seraient relégués au même rang que les elfes de maison ? « Allez, va-t’en, petit, mais toi … toi tu restes. » Audric regarda, paniqué, Toby et Sacha. Quoi ? Mais pourquoi ils devaient rester ?

« Ta sœur a bien plus de cran que toi, mon grand … » commenta l’homme alors que Sacha avait encouragé son meilleur ami à partir. « Tu n’as pas un peu honte ? » le rabroua-t-il. Tout le corps d’Audric tremblait à l’idée de ce qui pourrait se passer, mais, malgré lui, ses points se serrèrent. Sacha le regardait elle aussi avec un mélange d’appréhension, ses grands yeux noisette le fixant. Il ne pouvait même pas la tenir serrer contre lui, cet homme gardait fermement sa poigne de main sur son épaule, comme sur une proie.

« Dis donc … » Audric ferma les yeux en entendant le contrôleur ayant remarqué une infraction. Et Sacha qui prenait la parole : « Noooon mais c’est ma maman qui a signé un papier exprès, exprès au directeur. Vous pouvez lui demander, monsieur, il vous le montrera le papier. Parce que c’est ma maman qui l’a signé en faites et que … » Mais l’homme agita sa baguette et d’un coup, la jeune fille avait perdu la parole. « Qu’est-ce que … » réagit Audric en voyant sa sœur s’inquiéter de sa voix.

L’homme poussa un long soupir de soulagement, tout pour se faire remarquer. Manifestement il se délectait de ce moment. Quelques passants les regardaient avec grand intérêt, certains les pointaient du doigt. « Ce sont des créatures ? » « Des abominations ! » « Ces monstres font du mal aux nôtres ! »

Audric se força à ignorer ses voix. Il savait que c’était ce que voulait cet homme. Qu’il craque et qu’il réclame la création d’un vaccin pour les demi-Géants. Mais non, il ne le ferait pas. Il avait toujours détesté son sang de Géant qui lui donnait un air lourdaud, mais il savait que ce n’était pas ce que voudraient ses parents pour lui. « Nous … nous sommes au courant du règlement d’Ilvermorny. » affirma Audric aux questions du contrôleur.

« Ca … ça ne se reproduira plus … » répondit-il un peu maladroitement alors que Sacha, désormais libre de l’étreinte de l’homme, alla se caler contre Audric. Ce dernier voulait la prendre dans ses bras mais il se contenta de poser ses deux mains sur ses épaules tandis que l’homme se déplaçait autour des deux demi-Géants, surement pour mieux observer leur carrure.

« Devrais-je peut-être le signaler à vos surveillants ? » Audric garda le silence. Il savait qu’ils avaient déjà été repérés et si Alyssa ne les avait pas sauvés « in extremis » (sans le vouloir d’ailleurs) ils ne seraient jamais venus ici. Et cela aurait peut-être mieux valu. « Peut-être … à Miss James ? » suggéra l’homme avec un sourire satisfait non dissimulé.

« Je … Non, s’il vous plait, monsieur, nous vous promettons de ne plus causer de tort à l’école de cette manière. » déclara Audric tandis que Sacha mourrait d’impatience de dire quelque chose. Elle ne quittait pas des yeux l’homme qui les jugeait toujours.

« Je ne me souviens pas qu’elle m’ait parlé de vous … » Audric déglutit et commença à paniquer alors que l’homme suggérait une histoire possible. « Non, non, monsieur. Nous sommes des élèves sérieux. Jamais … je … enfin … nous sommes enregistrés. » L’homme haussa un sourcil comme pour le faire douter. « Nous n’irions pas à l’encontre de la loi. Jamais. » assura-t-il avec la voix tremblotante.

« C'est très bien, je vois que vous êtes responsables, malgré tout » reconnut Calvin non sans un ricanement.

« Mes parents ne seront pas contents quand je leur dirai que vous nous avez interrogé ! » Audric regarda sa petite sœur. Comment avait-elle retrouvé la parole ? Aucun doute que Toby devait certainement y être pour quelque chose. Mais pas le temps de s’en préoccuper. L’homme se moquait déjà du ton de la petite fille : « Je doute que vos parents aient quoi que ce soit à dire… Travaillent-ils au MACUSA ? » Audric tenta une réponse : « Je … en faites … c'est-à-dire que … » « C'est bien ce que je pensais » le coupa l’homme sans ménagement.

Mais voilà que Sacha continuait encore : « Mon papa, il va vous botter les fesses ! » ayant pour seul effet de faire hausser un sourcil à leur interlocuteur. « Je ne comprends pas pourquoi vous parlez d’enregistrement alors que nous n’avons rien fait de mal. Laissez-nous partir et vous, allez vous faire enregistrer ! » s’écriait-elle, attirant le regard de nouveaux passants.

Audric bouscula sa petite sœur, l’incitant à se taire. Elle allait à coup sûr s’attirer les foudres de cet homme d’Etat. « Tu ferais bien de suivre l'exemple de ton frère et de te tenir à carreaux. Ce n'est pas recommandé pour quelqu'un de ton espèce de se faire remarquer de la sorte… conseil d'ami. »

Sacha le jugea de la tête aux pieds : « Vous n'êtes pas mon ami. » L’homme se pencha à sa hauteur, bien qu’elle lui arrivait déjà à la poitrine pour son âge. « Ce n'est pas très poli… Votre éducation laisse à désirer. » La jeune fille allait reprendre mais Audric eut cette fois-ci le réflexe de plaquer une main sur sa bouche. « Vous pensez que parce que nous sommes des demi-Géants nous n'avons pas le droit de vous répondre ? » demanda-t-il alors d’un air hésitant.

L’homme se redressa et glissa un coup d’œil vers l’aîné des demi-Géants et eut un sourire malicieux : « Voyons, je suis pour la liberté d'expression de tout un chacun… à condition de respecter les règles de politesse. » Il s’attarda un moment sur la jeune fille qui le foudroyait du regard, ne pouvant se débarrasser de la main de son grand frère.

Celui-ci tenta alors une sortie de secours : « Pouvons-nous nous en aller à présent, monsieur ? » Autant rester dans ses bonnes grâces. En plus, l’homme conservait toujours leurs papiers entre ses doigts acérées.  

©️ 2981 12289 0

descriptionWe'll be lucky if we ever see the sun EmptyRe: We'll be lucky if we ever see the sun

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum