Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptySister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz

Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start
Début Mars 2021

Bon, ça fait une semaine qu'elle est rentrée de ce week end avec son homme mystérieux. Je trouve qu'elle a esquivé la conversation assez longtemps. Alors qu'elle est encore dans la boutique pour clôturer la soirée, j'ai décidé d'improviser une soirée pyjama. Ça fait un moment qu'on en a pas fait, et pourtant on adore ça. On se fout dans une tenue légère, en général de très grand t-shirt, de longues chaussettes et on mange dans le lit. Je prépare un grand plateau. Des chips, des toasts au fromage, des petits pains au maïs, du maïs soufflé sucré et salé, des pop corn quoi. Des petits manchon de poulet. Deux verres de vin blanc. Un bol de carrés chocolat. Oui j'ai fait l'effort de les couper. Ok et un paquet de bonbons, mais j'y suis pour rien, il était sur la table.

Quand elle monte à l'étage, je la pousse littéralement sous la douche. Pas de temps à perdre, après elle va dire qu'elle est trop crevée. Non hors de question. J'ai BESOIN qu'elle me raconte son week end de rêve. J'vois bien qu'elle est rentrée avec le sourire. Je veux les détails ! Ce soir ! Quand elle sort de la douche, en peignoir, je la tire vers la chambre. Pas le temps qu'elle se déconcentre sur un inventaire ou je ne sais quoi. Et Tadammm ! Son sourire me fait du bien.

"Bon alors, il faut que tu me racontes ! Tu as passé la semaine à éviter le sujet, prétextant du boulot à la boutique. Je t'ai laissé du temps pour imaginer ta manière de romancer ce week end, mais maintenant ça suffit ! Vient t'assoir et parle ! Pitié... ma vie amoureuse est un désastre, j'ai besoin d'espoir !"

Jaëlle se met à sourire et à mordre sa lèvre inférieure. YES ça c'est bon ! Vas y balance avant que je te menace....

"Oh Naëlle c'était..."

Elle se laisse tomber sur le lit. Et je bondis dessus. Hiiiiii !

"Physiquement j'ai... J'ai jamais connu aussi bien. C'était dingue, c'était parfait. Bon, il a un caractère de merde par contre, et je sens que ça va être sportif parfois mais... Oh Bordel Naëlle..."

Je croque dans du maïs soufflé le regard captivé. Elle me vend du rêve. J'veux aussi que ça soit dingue et parfait dans ma vie. Alors ce soir, ça sera par procuration.

"Mon Dieu.... t'arrête pas de parler, continues !" Je m'avance pour capter son regard et la regarder de haut. "Sportif ça c'est bien, tu fais jamais de sport ! Caractère de merde, faut voir, ça colle avec le tien !" Je ricane. Ooh ça va hein. Elle vient d'avoir un week end de rêve, je peux chambrer un peu. "Ahahaha!" Sort-elle avec sarcasme. Elle se redresse, pour s'assoir et manger un morceau. Je lui passe un plat. "Alors c'est genre officiel, vous allez vous revoir ? J'veux tous les détails !"

"Je crois que oui... je crois bien qu'on va se revoir. J'ai envie de le revoir. C'est grave non ?" Elle tourne la tête vers moi, un air à la fois coupable et en même temps très heureuse. Je secoue la tête pour lui dire qu'elle ne doit pas se sentir coupable. "Sérieux Naëlle, on l'a fait dans la douche et il était... oh mon dieu! Et il s'est conduit en parfait gentleman, a installé le repas, m'a fait danser... Bon, on se prend quand même la tête mais ouais, je crois qu'on va continuer à se voir."

C'est moi qui me laisse tomber sur le lit. Waouh. J'veux ça aussi. Où est-ce qu'il faut que je signe ? J'ai pas couché depuis quand ? J'l'ai même jamais fais avec Will. Bon aller, faut plus que je pense à lui. "Sous la douche, j'crois que je l'ai encore jamaiis fait. T'avais déjà fait ça pour comparer ?" Je me redresse pour savoir. Elle l'avait déjà fait ?! Elle m'a jamais rien dit la cachotière, je rêve ! "Non c'est pas grave, arrête, pour une fois qu'un mec se comporte comme un gentlemen, attend, il sait cuisiner ? Danser ? Mais épouse le !" Je pique dans le paquet des chips. "Vous vous prenez la tête sur quoi ?"

"J'avais essayé une fois mais laisse tomber la galère. On glisse tout le temps, le savons, bah c'est pas agréable et sérieux, les carreaux c'est froid. Mais avec Rafaël... Je ne peux même pas expliquer. Cuisiner je sais pas, il a fait réchauffer le plat, mais oui, il sait danser, il est cultivé, intéressant. Et je crois qu'il tient vraiment à moi." Elle se mord la lèvre inférieur, un peu soucieuse. Hum quoi ? "Oh... il aime avoir raison, et tu me connais." Elle me fait un clin d'œil. Oui ça c'est clair je la connais. "T'es sûre que ça ne t'embête pas ? Il est plus vieux tu sais ?"

Je mâchonne un toast au fromage. "OK je note, je veux tenter dans la douche, on sait jamais, ça sera juste pour te faire un comparatif." Je me mets en tailleur sur le lit. "Arrête, j'te jure, ça fait une semaine que j'organise cette soirée, si ça m'embêtait j'aurai fini par lâcher l'affaire." Je lève les deux pouces pour dire que c'est ok. Et elle se marre, alors je limite. Elle vient piquer un bout de pain. Non vraiment. Ça me manque ce genre de conversation avec ma jumelle. C'est pas parce que j'ai rompu avec Will depuis plusieurs semaines que je dois vivre dans ma caverne où je cache mes sentiments. Cependant, je tique sur un truc. "Plus vieux, genre vieux comment ?"

"Ok, ok, c'est juste que je veux pas que... enfin, ce sera toujours toi et moi, tu sais ?" Elle détourne le regard. Mais non, ne fait pas ça Jaëlle, vraiment. "Il est... un peu plus vieux... genre... un peu beaucoup ? mais on s'en fout, pas vrai ?"

Je fais le geste avec ma main, je fais rejoindre mes doigts comme dans les films. "Blablabla. Ouais c'est toi et moi, mais j'vais pas m'envoyer en l'air avec toi sous la douche alors... Garde le pour ça au moins." Je rigole de plus belle avec elle. Alors qu'elle me chatouille. J'éclate de rire en tentant d’éviter ses doigts, puis j'essaye de rajouter "Oui on s'en fout de l'âge, mais tu m'intrigues. C'est genre comme le prof de potion d'Ilvermorny ? Ou comme George Clooney ?"
"Beurk, ce prof, j'en frissonne encore, il avait une haleine de mandragore ! Et il est plus jeune que Clooney... what else ! Il a la trentaine. Mais au moins, il sait y faire."
"What else !! Mais dis moi, il s'appelle comment ? Il fait quoi dans la vie ? Il est richeeee ?"

"Riche ? Mais tu es devenue une femme vénale ma parole. Je ne t'ai pas éduquée comme ça! Et Rafaël est rédacteur en chef pour... un journal."
Je rigole avant de lèver les yeux en l'air. Oh ça va, on sait jamais. Elle mérite un beau prince. Mais on est d'accord. On a grandit dans l'argent, et c'est pas ce qui nous plait le plus. Puis elle m'a pas élevé, elle a juste quelques minutes de plus que moi. "Je prends tout ce qu'il y a" Je la regarde plus attentivement.  Un journal, n'est-ce pas ? Elle m'a pas dit lequel, donc je pense que c'est "Le... Wizard Times ?" Je baisse le regard et bois un peu de vin. C'est un sorcier. Évidemment que c'est un sorcier. Elle ne pourrait plus sortir avec un No-Maj, comme avant. Elle me regarde embêtée

"Pour le Wizard, oui. Mais je te promets que je fais attention et on se voit côté No-Maj."
"C'est toi et moi, et tu sais que je ne pourrai pas te suivre dans ce monde. On nous a déjà fait beaucoup de mal. Je veux qu'il te rende heureuse.... mais... Il sait pour nous ?"
"Je sais. Et je ne pars pas, Naëlle. Il sait que je ne ferai passer personne avant nous. Je lui ai dit que les parents avaient voulu me marier."

Je retrouve un sourire que je force un peu malgré ma soudaine peur. Je hais la magie, je hais les sorciers, mais je dois être heureux pour Naëlle. Il a l'air d'être un chouette garçon. Mûr, la trentaine, sûr de lui, romantique, appliqué. Et il sait pour nous deux, pour nos parents. Puis j'inspire pour ravaler mes craintes. Aller, ça va aller Nanou.

"D'accord ! Rafaël, ça sonne italien comme tu le prononces ? Et tu le revois quand ? Vous vous êtes rencontré où d'ailleurs ? Tu ne sors jamais ! Ici, à la boutique ? Il fait du sport ? Décrit le moi physiquement."

Je me mets à l'imaginer. Il doit porter des lunettes, il bosse dans un journal. Quoi que... c'est pas le type de Jaëlle. Pourquoi Will me manque... Je n'ai pas assez compartimenté mes émotions...

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


 
Naëlle Sharp

« Je vais découvrir un autre chemin, et il va falloir que tu sois mon guide dans cette obscurité. Elle pourrait nous entrainer tous les deux. »
 

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz
Sister to sister. Heart to heart.
Bonded together from the start
Naëlle & Jaëlle Sharp

« Hey mais qu'est-ce qu... »

Ma sœur est folle, c'est officiel. Bon, depuis vingt ans que je la côtoie, je le savais, mais tout de même. Elle m'a fichue à la douche comme une malpropre ! J'ai à peine le temps d'enfiler un peignoire après m'être lavée qu'elle m'attire directement sur le lit. Je vois. Soirée pyjama. Autrement dit, c'est un traquenard. J'aurais dû m'en douter. Ça fait une semaine que je la fais mariner sur mon week end avec Rafael. Si seulement j'avais pu tout lui déballer d'une traite, je l'aurais fait, parce que ce qui s'est passé en deux jours c'était tout bonnement dingue. Sauf que voilà, y a un gros point noir : Rafael est un demi-vampire. Et un demi-vampire qui s'assume pleinement. Qui a chez lui un Avery tout fraichement transformé... Et ça, je ne peux pas vraiment en parler à ma sœur.

Mais bon je peux au moins lui raconter toute la partie croustillante, pas vrai ? Parce que ça, c'était grandiose. On n'a pas vraiment de tabou entre nous, alors parler de sexe avec ma sœur c'est... naturel. Je sais qu'elle ne sera pas dans le jugement, au contraire. Et parfois on se donne des petits trucs aussi. Je me rends compte que ça me fait du bien de lui parler de Rafael. Parce que mine de rien, il me plait. Je sais que je ne devrais pas, que je me suis fait une promesse, que les garçons n'ont pas apporté grand chose de bon dans nos vies. Je sais aussi que Rafael est insupportable quand il s'y met... Mais voilà.

En tout cas, ça faisait un moment que je n'avais pas autant ri. Et ça fait du bien, tout commme ça me fait du bien de la voir sourire. J'ai eu peur, après sa rupture avec Will, parce que pour le coup je croyais vraiment que c'était parti pour durer. Mais là, même si elle tique sur le fait que ce soit un sorcier, elle ne le rejette pas. Bon en revanche, ça ne m'encourage pas vraiment à lui préciser qu'il est demi-vampire, je crois que ce serait trop pour elle.

«  D'accord ! Rafaël, ça sonne italien comme tu le prononces ? Et tu le revois quand ? Vous vous êtes rencontré où d'ailleurs ? Tu ne sors jamais ! Ici, à la boutique ? Il fait du sport ? Décrit le moi physiquement.
- Miss Sharp, vous être trop curieuse pour votre bien ! Alors si tu veux tout savoir, je l'ai rencontré à la boutique... Et je l'ai détesté ! Je l'avais trouvé imbu de sa personne, limite méprisant tu vois, envers mes grigris. Pourtant, il m'a déposé la Teugghia et il m'a aidée quand j'ai eu les ennuis avec le Macusa. C'est grace à lui qu'on a encore la boutique. Quand j'étais chez lui, on se prenait toujours la tête, et quand ce n'était pas le cas, on sortait, on dinait, et c'était super. Il est... Oh Naëlle il est canon! Il a de ses yeux... et d'accord, il est bien foutu, ce qui ne gâche absolument rien!"
- Il va falloir que tu me le présentes alors. Que je bave un peu dessus aussi...  »


Non mais je rêve, elle ose ! Et en plus, elle arbore ce sourire de faux ange qui ne lui va pas du tout.

« Pour que tu lui fasses subir un interrogatoire en règle, ouais ouais...
- Il va t'amener dans son pays ? Je te préviens, tu me ramènes les spécialités locales !
- L'Italie, je ne sais pas, j'ai déjà galéré à l'emmener à la Nouvelle-Orléans..."


Je bois un peu de vin, ce qui me permet, finelement, de filtrer les informations que je peux ou non lui donner.

« Sportif, pas vraiment, il s'entretient. Pourquoi ? Toi tu as... repéré un sportif dans ton école ? »

On ne sait jamais. Peut-être qu'elle a ouvert les yeux et qu'elle a vu que des tas de garçons gravitaient autour d'elle. Des sportifs, notamment, pour oublier Will. Mais elle soupire. Et je connais ma sœur, quand elle soupire, ce n'est pas bon signe.

« Non toute seule c'est bien. Je me consacre aux études. L'amour c'est pas pour moi. J'ai une soeur pour vivre ça''.

Elle rit, je ne sais pas si je suis amoureuse ! Enfin, non, je ne le suis pas. Ou en tout cas, je ne veux pas l'être. Et si je le suis, on va faire comme si je ne l'étais pas. Je lui pince le ventre.

« Tu vas tomber amoureuse d'un chat. Ou d'un lémurien. Je te verrais bien avec un lémurien!
- Il est dresseur de Dragon. »


Quoi ? Pause ! Will... Will est dresseur de dragons ?

« Un lémurien c'est pas mal. Il pourrait faire le show dans ta boutique si je le dresse.
- Genre, comme celui que tu as dans le dos? »
- Genre comme la seule chose qui me manque de ce monde. »


Merde, je me rennds compte que j'y mets un peu trop d'enthousiasme... c'est à cause de ça qu'elle l'a quitté... Je me laisse retomber sur le dos en croquant un petit pain.

« Je présume que tu as raison, un Dragon ça aurait pris trop de place. Mais je l'aimais bien. Tu crois que ça se vend sans l'option sorcier ce genre de mec ?
- J'espere que ça se vend sans l'option sorcier
, dit elle après s'être allongée à côté de moi et avoir pris ma main. Sinon je vais devoir acheter des bananes pour le lémurien.
- Et moi je vais devoir me ruiner à t'acheter des sex-toys. »

Et on éclate de rire toutes les deux. Cette nuit là, après avoir mangé on s'endort dans le même lit, comme ça nous arrivait tout le temps quand on était gamines. Je m'inquiète pour elle, et en même temps, je suis tellement heureuse d'avoir cet espace de liberté qu'elle m'offre avec Rafael.


***


Ma sœur bosse trop. Elle bosse mille fois trop, j'aime pas ça. Même ses potes s'inquiètent parce qu'elle ne sort plus. Et quand j'essaie de plaisanter, de lui proposer de changer de tête pour rire comme on faisait quand on est arrivé dans le monde no-maj... rien à faire. Alors cette fois, c'est moi qui l'ai attrapée au sortir de la douche, pour la faire s'asseoir de force sur le lit et pour qu'on mange ensemble. J'ai fait des ramequins de jambalaya, et j'ai ramené quelques produits italiens du resto de l'ami de Rafaël.

« Dis moi ma chérie, comment ça se fait que ce séduisant Jake se pointe régulièrement pour prendre de tes nouvelles et que tu n'aies toujours pas accepté un rencard avec lui ? 
- J'ai pas le temps pour ça... J'ai même pas le temps pour cette soirée pyjama tu sais...,
me répond-elle en soupirant.
- Bien sûr, et moi je vais rentrer dans les Ordres. J'ai partagé un utérus avec toi, je sais très bien quand tu me mens. Alors ?
- Jake m'intéresse pas. À chaque fois que je rencontre un garçon qui me plaît vraiment.. Je dois rester concentrer. Je suis épuisée... »


Oui, ça je le vois qu'elle est épuisée, sérieux, elle n'arrête pas. Quand elle revient de l'école, c'est pour aussitôt ressortir pour aller courir ou boxer ou que sais-je. Sans déconner, elle n'arrête pas, et je vois bien qu'elle est toujours sur les nerfs. Heureusement qu'elle ne boit pas trop de café...

« Eh bien diminue la boxe et tous tes autres trucs qui te font revenir en sueur et avec une odeur... Viens faire du yoga avec moi plutôt. Quant aux garçons...., je me rapproche d'elle, le premier était un crétin, un abruti fini. Mais l'autre... il a pas eu peur . Et un mec qui n'a pas la trouille, ça devient de plus en plus rare. 
- J'ai besoin de boxer, pas de faire de la méditation. J'ai besoin de vidé mon énergie, de suer Jaëlle, c'est de lus en plus difficile de... enfin bref. Jake est un ami. Et Will... il avait pas peur, mais c'était un sorcier. Et ça, ça me fout la trouille, et tu le sais. »


Elle tripote le coussin qu'elle a sur les genoux nerveusement.

« Moi j'te fous pas la trouille, si ? C'est difficile parce que c'est pas naturel ce que tu fais. Et ça me manque de ne plus me transformer avec toi.
- Tu m'fous pas la trouille, parce que tu es ma sœur, t'es mon âme sœur. J'ai confiance en toi, je sais que tu me respectes. Je peux pas être avec un No-Maj, pour nous protéger, parce qu'un jour... ça pourrait se savoir. Et je peux pas être avec un sorcier, parce que je ne veux pas que cela soit mon quotidien. Je veux plus être une sorcière... Ca ne me manque pas à moi. »


Menteuse va.

« Et qui te dit qu'un type ne te respectera pas autant que moi ? Et je suis sûre que ça te manque. Par exemple, de ne plus te transformer en la Pamela Anderson du quartier »

Je me transforme en blonde décolorée avec une poitrine énorme.

« Ou en moi, parce que soyons lucide, je suis la plus canon des deux. 
- Parce que... parce que tu es celle qui croit le plus en l'amour ? »


Pffff, n'importe quoi, je te jure. Elle se marre, je sais que ça lui manque, mais ça me soulage de la voir rire, même un peu.

« Tu dis ça parce que tu as les cheveux court, mais je pourrai aussi bien les couper....
- Naëlle Sharp, je t'interdis de faire ça ! J'aurais pu te bouffer dans le ventre de notre mère, je t'ai laissé la vie, sois reconnaissante, je te prie ! »


Non parce que c'est la seule chose qui nous distingue physiquement et on a suffisamment eu droit aux vêtements et coiffures identiques quand on était gamine. Sans crier gare j'enroule mes bras autour d'elle et je nous fais basculer, dos sur le lit.

« J'aime pas te voir comme ça, Naëlle, c'est tout. A faire semblant que tout va bien alors que je sais très bien que c'est pas le cas. Tu as mal, j'ai mal, tu es bien, je suis bien. Merde, j'espère que tu sens pas les orgasmes parce que ce serait gênant ! »

Je ris avec elle. Elle me manque, c'est vrai. Et Will qui ne donne pas signe de vie, qui n'est pas venu à la boutique. Elle a dû toucher le précieux orgueil masculin.

black pumpkin

_________________

I’m a mess right now
Inside out, searching for a sweet surrender, but this is not the end. I can’t work it out. How? Going through the motions, going through us

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz

Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start
Début Mars 2021

J'aime voir ma sœur comme ça. Heureuse, épanouie. Je peux ressentir son bien être, ses rêves. Et dès que je me les imagines, j'ai aussi très peur. Deux sentiments qui me parasitent, me chamboulent. Il me font perdre ma stabilité mentale, et c'est effrayant de dire cela. Parce que oui, j'ai peur. Peur qu'elle me quitte, peur de la ralentir dans ses projets. Je sais qu'on arrive à un âge ou on est censé construire notre avenir, durablement. Je suis encore dans les études, No-Maj qui plus est. Mais Jaëlle, elle a un train d'avance. Elle travaille, elle vient de rencontrer quelqu'un. Jusqu'à présent ça a toujours été elle et moi. Toujours. On a tout partagé, même le ventre de notre même. Même œuf, même poche. Des jumelles parfaites. Même taille, même poids, même pointure de pieds. Notre seule différence c'est parce qu'on la marque en coupant nos cheveux. Elle est mon double, mon âme sœur. Et à présent j'ai peur de me retrouver seule. Elle me rassure, mais depuis que je m'éloigne de la magie, je sens, je sens que je m'éloigne d'elle aussi.

Elle m'interroge sur des conquêtes que j'aurai pu avoir. Mais depuis Will, je n'ai personne. Je ne veux personne. Je ne suis pas prête, et je ne suis pas sûre de pouvoir retomber dans ce genre de relation. Finalement, j'ai vu avec Will comme il était difficile, au fond, de cacher qui j'étais. Et puis quoi ? Si je trouve quelqu'un et que la relation de ma sœur marche, ça se passera comment ? On va demander à son Rafaël de feindre ? De mentir ? De se retenir ? Et si je veux être honnête avec moi même, il faudra que je le sois avec quelqu'un. Comment baser notre relation sur un immense mensonge ? Comment cacher ce monde si, le jour où j'ai un enfant avec lui, il découvre qu'il ou elle est sorcière ou sorcier, ou métamorphe. Mon vente se noue. Si j'ai un enfant... je... je pourrai transmettre tout ça. Il faut que je chasse cette idée de mon esprit. Je souris, je prends quelque chose à manger. J'ironise sur le fait que je vais tomber amoureuse d'un chat, d'un lémurien et... je pense à Will, soigneur de Dragons. Franchement ! Franchement... Oui, comme mon tatouage. La blague n'est-ce pas ? Je sais que si elle ne se retenait pas de parler des signes, de la magie, elle dirait que Will n'est pas arrivé au hasard dans ma vie. Elle évite le sujet et je l'en remercie. Parler de sex-toys c'est beaucoup plus distrayant. On éclate de rire, et j'aime ça. J'aime son rire, quand je la regarde, j'imagine que c'est moi, cette personne, celle qui rigole. Je projette tout sur elle. Elle rit pour moi, elle aime pour moi, ça devrait m'être suffisant.

Quand je m'endors à ses côtés ce soir là, je retrouve cette étuve qu'on a connu pendant 9 mois, qu'on a partagé enfant, et qu'on partage encore parfois adulte. Et un jour, quelqu'un prendra ma place. Mais ce soir, elle est ma chaleur, mon espoir, mon repos.

***

J'ai trouvé un rythme. Dans mes livres, dans mes études. Je fais plus de travaux pratiques qu'il n'en faut, je reste au laboratoire, en dissection. Je fais aussi plus de devoirs, plus de recherches. Des heures à la bibliothèque. Je ne compte plus les heures, et je suis le bonheur de mes professeurs. Crouler sous le travail m'évite de penser, de réfléchir. J'inquiète mes amis, avec qui je sors de moins en mois. Mais je préfère consacrer le peu de temps libre que j'ai à boxer. Je me défoule comme jamais. J'ai progressé radicalement d'après mon coach. Il m'a dit que c'était une aubaine que je me sois faite larguée - j'ignore comment il l'a appris, sachant que j'ai pas vraiment été larguée, que c'est l'inverse - car j'ai la niaque d'une conquérante. Le ring m'appelle, et je dois dire qu'en fait, ça me canalise. J'enchaine les combat. Hommes femmes. J'ai une rage sourde, effrayante. Il y a comme un souffle glacial qui circule en moi. Parfois ça me paralyse, et ça m'effraie. Mais je n'ai rien dit à Jaëlle. Elle ne voit déjà pas d'un bon œil mon comportement. Je l'évite un peu.

Alors que je rentre d'un entrainement tardif, que c'est le week end, ma sœur m'attrape alors que je sors de la douche. Je lance un "héééé" pour la forme. Heureusement qu'on a la même anatomie hein ! J'enfile rapidement des sous-vêtement et ma sortie de douche en pilou pilou. Ok ok, elle a préparé à manger. Est-ce que j'ai faim ? Je sais pas. Mon ventre gargouille comme pour me donner un début de réponse. OK peut-être qu'il faut que je le nourrisse.

On ne pouvait pas se contenter de... de manger ? Faut vraiment qu'elle me parle de Jake ? Non mais sérieusement. Il m'a fait un plan l'autre jour, disant qu'il avait été un poil jaloux de me voir avec le rouquin. Qu'il a réalisé que... alors que personne était au courant de ma relation. Mais c'était la dernière fois au bar, en fait, il ne faisait pas que surveiller que Will soit un psychopathe, il était jaloux ? Je lui ai posé un vent. Il était déçu, mais espérait qu'on reste ami. Tu parles, est-ce que j'ai le choix ? Il est dans ma promo. Mais que Jaëlle m'en parle, c'est le toupet ! J'y crois pas qu'il se pointe à la boutique. Mais bon voilà, j'ai pas le temps pour ça, l'amour c'est que des ennuis. Et au lieu du sexe j'ai le sport.

« Eh bien diminue la boxe et tous tes autres trucs qui te font revenir en sueur et avec une odeur... Viens faire du yoga avec moi plutôt. Quant aux garçons.... le premier était un crétin, un abruti fini. Mais l'autre... il a pas eu peur . Et un mec qui n'a pas la trouille, ça devient de plus en plus rare. »

Je fronce mon nez. Je déteste quand elle fait ça, je déteste quand elle dit ça, quand elle fait son truc là, qu'elle stimule mon esprit, mes pensées, quand elle a raison. Peut-être que oui, c'était un chouette type. Il a pas eu peur. Mais moi j'ai peur. Et y'a ce truc en moi, qui grandit. Je pense, je pense que c'est ma part humaine n'est-ce pas ? Elle prend plus de place. Et la magie me réchauffait. La magie est chaude, puissante, elle nous permet de vivre pus longtemps que les No-Maj. Donc si j'ai froid, de plus en plus froid, c'est que mes efforts payent, ça marche. Et j'ai besoin de boxer, d'être dans l'action. Peut-être que la méditation viendra après ? Bref, je le lui dis, j'ai encore besoin de puer.

Mais non je n'ai pas peur d'elle. C'est compliqué. Pfff Jaëlle... Je peux pas, c'est tout. Pourquoi est-ce si difficile pour elle de se faire une raison ? La magie, la métamorphose, ça ne me manque pas que je lui balance. Mais en fait, en fait je sais que je me mens à moi même. Je sens la colère m'envahir, rapide, comme un flash, comme si elle surgissait de mes entrailles, dès qu'on parle de magie. Et ça s'apaise quand j'en prends conscience. Et je ne peux m'empêcher de sourire quand elle se transforme sous mes yeux. Bon sang cette paire de sein, je m'y ferai jamais, sur elle ou sur moi. Elle arrive encore à me faire rire. En vrai, avec tout ce qu'elle mange, j'aurai pas étonné qu'elle me bouffe dans le ventre de notre mère.

On rigole de nouveau, et elle me plaque littéralement sur le lit. J’atterris sur le dos tout comme elle et je fixe le plafond alors qu'elle revient à la charge. Elle est lucide, affreusement lucide. Et je me rends compte que je parle à ma jumelle. Celle qui me connait mieux que personne. On a toujours eu une connexion depuis l'utérus. Celle propre aux jumeaux.

« J'aime pas te voir comme ça, Naëlle, c'est tout. A faire semblant que tout va bien alors que je sais très bien que c'est pas le cas. Tu as mal, j'ai mal, tu es bien, je suis bien. Merde, j'espère que tu sens pas les orgasmes parce que ce serait gênant ! »

Je me retourne vers elle et éclate de rire. Puis je prends un air plus sérieux.

"Tu rigoles, j'espèèèère que je vais sentir tes orgasmes car je suis pas prête à en avoir !"

J'éclate de nouveau de rire alors qu'elle me balance un coussin sur moi.

"Du coup, du coup ça veut dire qu'avec Rafaël, vous en êtes là ? Il a réussi à... te faire grimper au rideau? Sérieusement. Combien de mecs ont réussi ça avec toi ?"
"Sérieusement ? Aucun à ce point là. Il est... je ne sais pas... différent, et c'est cool. Quant à toi, tu en aurais des orgasmes si tu laissais les mecs t'approcher"

Au fur et à mesure qu'elle me dit ça, elle s'est mise à me pincer de plus en plus vite, jusqu'à me chatouiller. Je gesticule dans tous les sens pour y échapper. On fini par être de nouveau assise sur le lit.

"Heyyy.... arrête ! Mais c'est quoi son secret ? Me dit pas qu'il a eu des multiples conquêtes, je supporterai pas ça pour toi..."
"Écoute, franchement? Peu importe son secret, tant qu'il fonctionne." Elle me regarde avec un grimace sceptique. Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ? "Va vraiment falloir que je t'achète un jouet, c'est ça ?"

Je me retiens de rire.

"Non tu sais, quand j'envoie un grand gaillard au tapis dans le ring, c'est assez... jouissif figure toi. Rien à voir avec les positions du spaghetti que tu dois prendre au Yoga, quoi que... peut-être que ça t'aide avec Rafaël"

Je m'attends à me recevoir un truc dessus et prend une position pour retenir un éventuel geste ou objet. Elle me pousse avant de se laisser tomber, dos sur le lit de nouveau.

"Tu dois pas être ma sœur. J'ai un doute depuis toujours, mais c'est sûr aujourd'hui"

Un sourire barre mon visage. Je sais que pour ça, on ne se comprend pas. Jaëlle a toujours été la plus téméraire de notre duo. Elle n'a jamais rien eu à faire pour en imposer, nous défendre. Et quand on est arrivée dans ce monde, je me suis dit que je pouvais changer un peu. La boxe pour être un peu plus dégourdie, un peu plus solide. Mes joues rougissent avant même que je me mette à parler.

"J'ai jamais grimpé au rideau..." Je m'écroule avec elle et tourne ma tête vers elle. "J'ai jamais été vraiment à l'aise avec un homme, j'avais peur de perdre le contrôle au moment de..., tu vois... ce que je veux dire ?"

J'ai toujours eu peur, sous l'effet du plaisir de perdre totalement le contrôle sur ce don. Imaginez la tête du mec si je change ma couleur de cheveux, d'yeux, que je deviens un feu d'artifice de couleur alors que je jouis. Ou pire, si je deviens une autre personne...

"Pourtant ça pourrait être drôle. T'imagine ? Pile au moment crucial, le mec se retrouve au lit avec un basketteur ?" Elle rit de sa propre vision avant de reprendre son sérieux. Non mais c'est bon, j'ai visualisé aussi. "Écoute, j'ai jamais eu ce problème là, mais c'est vrai que j'utilise encore ma magie. Si tu as peur de confier ce que tu es à quelqu'un, alors il faut au moins travailler ta métamorphomagie, pour être sûre de la maitriser tu crois pas ?"
"Bien essayé. Mais ça me rassure que ça ne te soit jamais arrivée."

Je reste silencieuse un petit moment, elle aussi. Je crois qu'on se connecte à autre chose. Moi je repense à la dernière fois que je me suis transformée en policière quand il y avait la scène de crime à la boutique. Du sang partout, la peur que j'ai eu. Jaëlle était en réalité avec Rafaël, enfin il l'a sauvé. C'est un homme bien je suppose. Et Will a été là pour moi. Il m'a vu me transformer. Il n'a pas eu peur, étonné, peut-être même vexé, mais il n'a pas eu peur, ni de la sorcière que j'étais, ni de mon don. Toujours est-il que je ne sais pas grand chose de cette histoire, je ne sais que la version de Will. Que le MACUSA fouillait.

"Jaëlle, est-ce qu'on est toujours en sécurité dans la boutique ?"

Elle joue avec une mèche de mes cheveux.

"On l'est, je te promets. Je n'aurais pris aucun risque."
"D'accord. Ça serait vraiment dommage que tu perdes la boutique. Tu serais obligée de devenir prof de Yoga pour le plus grand malheur de Rafaël."

On rigole de nouveau. Et puis on se met devant la télé, dans le même lit, collée l'une à l'autre. En réalité ces moments me manque. Je lui parle un peu de l'école, de mes progrès. Soigner les animaux c'est vraiment une passion. On pourrait peut-être en avoir un d'ailleurs ? Mmmh non, pas avec le rythme que l'on a. Je lui promets de faire des efforts, de sortir plus, de travailler moins.

***

Et quelques semaines après, je n'ai pas tenu parole. Au contraire, je me suis ensevelie sous les travaux, la boxe, la course. Courir dans Central Park c'est sortir non ? Aujourd'hui je n'ai pas été bien en cours. On a vu un reportage sur la condition animale de certaines boucheries, je me suis sentis tellement en colère. C'était comme si je perdais le contrôle de mes émotions. Et alors que j'avais des fourmis dans les mains, le rétroprojecteur a pris feu, ainsi que toute la salle. On a du évacuer d'urgence tout le bâtiment des sciences. Les pompiers de New York sont venus.

Je n'arrête pas de me dire que c'était peut-être moi, ma magie. Même si je n'ai pas ma baguette, c'est quand même très étrange. Le rétroprojecteur s'est enflammé d'un coup, et les flammes étaient déjà très hautes. La salle a brûlé en moins de trois minutes, les pompiers ont dit qu'ils n'avaient jamais vu ça. Jake a été blessé, il est brûlé sur l'avant bras. Il doit bénéficier d'une greffe. C'est lui qui a sorti tout le monde de la salle en réagissant très vite. Je m'en veux, terriblement, la culpabilité me ronge. Et quand j'arrive à la maison, je vomi dès que je passe la porte des toilettes.

Je vomis du sang. Du sang noir. Pourtant les pompiers m'ont fait passé un test au CO2, ont vérifié mes poumons, mes bronches. Je n'ai rien, grâce à Jake. J'entends Jaëlle qui arrive et me demande si tout va bien. Je tire vite la chasse et sort des toilettes pour me passer un coup d'eau sur le visage. Elle est étonnée que je sois rentrée si tôt.

"Il y a eu un feu à l'université."

Je me tourne vers elle.

"Et je crois que c'est moi qui l'est allumé."

Mon cœur tambourine. Je peux encore ressentir la sensation des picotements.

"Je suis peut-être dingue, ou... ou alors il y avait un autre sorcier dans la salle, mal attentionné. Jake a failli mourir, tous... en fait..."

Jaëlle vient m'assoir sur le bord du lit, mes jambes tremblent.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


 
Naëlle Sharp

« Je vais découvrir un autre chemin, et il va falloir que tu sois mon guide dans cette obscurité. Elle pourrait nous entrainer tous les deux. »
 

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz
Sister to sister. Heart to heart.
Bonded together from the start
Naëlle & Jaëlle Sharp

Je n'aime pas cacher des choses à ma sœur. Alors lui cacher le « secret » de Rafaël depuis tout ce temps, c'est compliqué. Mais elle a une peur bleue de la magie, ou qu'on ait de nouveaux ennuis avec la boutique. Donc comment je suis censée lui dire que mon petit-ami est un demi-vampire, tout comme sa sœur qui en plus bosse au MACUSA ? Sérieusement, si je fais ça, elle sera victime d'une attaque cardiaque, c'est sûr ! Je plie note linge distraitement. Je n'arrête pas de penser à la proposition que m'a faite Raphaël. Il doit partir fin avril en Angleterre et il m'a proposé de l'accompagner.

Est-ce que j'ai envie de partir avec lui visiter un autre pays où je ne suis jamais allée, m'envoyer en l'air avec lui autant que je veux et prendre des photos devant le palais de la Reine avant d'aller dans les restos les plus chics ? Carrément que j'ai envie. Mais il y a la boutique, et Naëlle. Si la boutique peut rester fermée quelques jours, je doute que ma sœur puisse rester seule.

Elle sort un peu depuis notre dernière grosse discussion, mais clairement pas pour faire la fête ou flirter ou tout ce qui l'aiderait à aller mieux. Et ça m'embête. Je sais très bien qu'elle m'évite en plus. Comme quand j'ai essayé de fumer y a des années et que je me planquais partout dans la maison pour esquiver l'odorat de papa ou maman.

La porte claque et j'entends cavaler dans la maison. Naëlle ? Je regarde ma montre. Mais... elle n'est pas censée être en cours là ?

« Naëlle ? »

J'entends la chasse d'eau... Merde, elle a eu une urgence toilette genre un truc dégueu ? Je laisse le linge en plan pour la rejoindre dans la salle de bain. Merlin, elle n'a vraiment pas l'air d'aller bien. Elle tremble et elle est nettement plus pâle que d'habitude.

« Naëlle t'as la même tête que la dernière fois que tu as eu la gastro, qu'est-ce qui t'arrive ?
- Il y a eu un feu à l'université."
- Quoi ? Mais il n'y a rien eu à ce sujet ! »


J'attrape mon teléphone et je parcours rapidement les notifications, mais aucune ne fait référence à un quelconque incendie.

"Et je crois que c'est moi qui l'ai allumé."
- Quoi ? Mais qu'est-ce que tu racontes ?
- Je suis peut-être dingue, ou... ou alors il y avait un autre sorcier dans la salle, mal attentionné. Jake a failli mourir, tous... en fait..."


Je viens l'attraper par les épaules et l'emmène jusquà sa chambre, pour qu'elle s'assoit sur son lit. Ce qu'elle raconte n'a absolument aucun sens.

« Naëlle, pourquoi tu serais à l'origine d'un incendie ou que la magie le serait ? Les incendies ont lieu aussi dans la monde No-Maj, tu le sais, tu baves autant que moi sur les pompiers !
- Je sais pas Jaëlle, c'était… étrange. Du genre "étrange"
(et elle mime les guillemets en plus!) Je sais pas, j'étais énervée etc... peut-être que tu as raison… »

Elle fronce les sourcils, soucieuse. Se passe une main sur le visage, dans les cheveux.

« Imaginons que ce soit « étrange », on n'a jamais fait ça toi et moi, même quand on était gamine... Et qu'est-ce qui t'a énervé pour que tu.. matérialises un feu ? 
- C'était… j'étais en colère, on regardait un reportage sur de la torture animale, ça m'a révolté, mes doigts ont… »
Elle regarde ses mains comme si elle se souvenait de la sensation « ...ils picotaient et la seconde d'après, le rétro a pris feu… d'un coup. »

Je fronce les sourcils, je n'ai entendu parler de cela que dans un cas.

« Tu crois que tu développes de la magie sans baguette ?
- Non... c'est pas comme la magie… c'est… enfin je sais pas, c'est probablement rien. Ne t'inquiète pas. J'ai juste eu très peur. »


Il faudra tout de même que je me renseigne, parce que c'est vraiment bizarre tout cela. Mais pour ce soir, je reste avec elle, je veux la veiller, m'assurer que tout va bien. On regarde un film calme (autrement dit ennuyeux), et quand elle finit par s'endormir, je la veille, comme une enfant. Dire que je suis inquiète pour elle est un euphémisme, et c'est dans des jours comme celui-ci que je me demande si j'ai vraiment pris la bonne décision autrefois.


***


« Et comment je peux te croire Will ? Tu as disparu pendant des mois ! Et ensuite tu envoies un hibou... avec ce message ?!
- Jaëlle écoute moi par Merlin ! Je suis en train de te dire que je vais t'emmener dans le lieu le plus secret de New-York, tu crois que je fais ça pour le fun ?!
- Elle peut pas avoir un Obscurial, ce n'est pas une enfant !
- Je te dis ce qu'on m'a dit ! Si tu veux te faire une idée, grand bien te fasse, mais tu dois me suivre... »

Je tapote frénétiquement du pied. Je n'aime pas ça du tout ! Sérieusement, il débarque après des mois pour me dire que ma sœur a tué un mec parce qu'elle est sous le coup d'un obscurus, c'est du délire ! N'empêche qu'elle est vraiment pas rentrée... Et là il me dit ce truc... Ce truc qu'il n'y a qu'elle qui puisse savoir... Ok d'accord, elle est peut-être bien avec lui. J'accepte alors de le suivre et il se dépêche de trouver une cheminée, qui nous permet..

D''atterrir dans un endroit hallucinant... Il y a des étoiles parout au dessus de nos têtes. Alors, c'est ça le « Télescope » ? Mais j'm'en fous je ne veux pas visiter, je veux ma sœur, et juste ma sœur. Will me conduit alors à travers les couloirs...

« Naëlle ! »

Je cours vers elle et lui saute presque dessus, la serrant fort comme si elle pouvait disparaître à n'importe quel instant.

« J'étais morte d'inquiétude ! Raconte-moi, j'ai besoin de savoir, par toi, qu'est-ce qui s'est réellement passé ? »

black pumpkin

_________________

I’m a mess right now
Inside out, searching for a sweet surrender, but this is not the end. I can’t work it out. How? Going through the motions, going through us

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz

Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start
Finalement quand le jour se lève, j'ai bien envie de rester au lit. J'ai mal à la tête. Ma nuit a été trop courte. Les rêves m'ont réveillé sans cesse. D'être dans un lieu que je ne connais pas. Un lieu remplit de magie, de sorcier. Il y avait parfois des bruits bizarre. Je sais que je suis en sécurité, mais je ne connais pas tout le monde ici, en fait, je ne connais personne à par Will.

Je ne me sens pas vraiment fraiche, je n'ai pas de vêtements propres, j'ai besoin d'une douche, d'un thé ou d'un café, tout m'ira tant qu'il y a un truc pour me réveiller. Je sors de la chambre, dans les couloirs je rencontre des gens pressés, ils me regardent étrangement, mais me disent bonjour sans s'attarder. Honnêtement, je me dirige aux odeurs, je sens qu'une cuisine ou un réfectoire n'est pas très loin.

"Morgane. T'es la nouvelle recrue ? Déjà réveillée ?"

Une voix derrière moi. Je me retourne.

"Heuu... Naëlle, pas vraiment la nouvelle..."
"T'inquiète, Marcus nous a parlé de toi. Y'a pas de soucis."

Pas de soucis ? Mhhh. Je force pour ne pas faire une grimace en souriant. Alors ils savent tous c'est ça ? En même temps, forcément. Ici ce n'est pas n'importe où. Ils ont une bombe à retardement dans leur Centre ultra secret, autant que tous soient au courant. Mais c'est gênant. Elle me dévisage, au début je crois que c'est parce qu'elle m'étudie, mais elle finit par me dire de la suivre pour trouver des vêtements de rechange. Elle m'amène dans une pièce, avec des cabines de douche. Elle me trouve un survêtement à ma taille, des serviettes. Elle m'explique que c'est les douches du Centre d'Entrainement.

"Retrouve moi là bas quand tu as finis."

Où est Will ? Je hoche la tête et m'engouffre sous une douche. L'eau me fait du bien. Cela m'apaise. Je prends un peu mon temps, je dois dire que je ne suis pas pressée de sortir de là, dans ce monde inconnu. Mais je finis par m'essuyer et enfiler le survêtement. Je me fis cette fois ci à mon audition. J'entends les cris, les bruits de lutte, et je découvre la salle d'entrainement. Waouh. WAOUH ! Je retrouve mon sourire. Y'a des sacs de frappe, plein d'objets pour le combat. Je reste quelques minutes à regarder dans un coin. Je me crispe quand je les vois utiliser la magie pour contrer des coups. Il y a plusieurs techniques ici, mais certains ne se servent que de leur corps, et par de leur baguette.

"Et la nouvelle !"

Morgane me fait signe. Elle me présente aux autres. Mais cela me dérange qu'elle m'appelle la nouvelle. C'est pas vraiment ça. Je suis plutôt une invitée non ? Je suis pas une Insurgée. Je suis là parce que je suis un danger pour les No-Maj et les sorciers.

"On a vu ton sourire, ça te plait ici ? T'as envie d'essayer ?"
"Disons que c'est familier avec ce que j'ai connu. Mais je ne préfère pas."

C'est un peu comme ma salle de boxe.

"Ooh aller..."

Elle me donne un coup dans l'épaule amicalement. Mais je secoue la tête.

"Je suis pas vraiment sûr d'être prête à enfiler de nouveau des gants. Je suis pas sûre que cela soit le moment."

C'est encore trop tôt, je sais pas si je vais maitriser ce truc en moi.

"Ok je comprends. Quand tu seras prête, ici c'est toujours ouvert."

Elle me fait un clin d’œil.

"Vous savez où est Will ?"

Ils rigolent ensemble.

"Tu le trouveras pas ici, il fuit un peu cet espace. Mais il a dit qu'il faisait une course, et m'a demandé de m'occuper de toi avant qu'il revienne. Tu as fin ? Un café ?
"Volontiers !"

Je souris et je la suis alors dans les couloirs. On va manger et boire un truc. On discute un peu. Morgane a quelque chose que je n'arrive pas à déterminer. On dirait qu'elle est... c'est étrange ce que je vais dire, mais on dirait qu'elle n'est pas humaine. Et ce n'est pas parce qu'elle a mangé un steak au petit déjeuner que je dis ça. Je ne sais pas, sa manière d'être, de parler, de bouger. Elle est tellement à l'aise, elle semble forte, elle a du caractère. Mais y'a un truc. Je ne pose pas la question, je ne voudrai pas la vexer. Mais Will avait raison, les quelques personnes que j'ai croisé sont vraiment sympas.

« Naëlle ! »

Je me retourne. Mon cœur bat la chamade. Jaëlle ! Je me relève et rejoint ma sœur qui me saute dans les bras. J'ai envie de pleurer mais je me retiens. Je suis tellement heureuse, soulagée. Elle est venue. Au dessus son épaule, je croise le regard de Will. C'était ça sa course ? Oh merci, merci merci. Je murmure un merci sur mes lèvres en le regardant. Et je serre Jaëlle, aussi fort qu'elle me serre, en fermant mes yeux. J'ai l'impression de ressentir une chaleur essentielle à ma vie dans tout mon être.

« J'étais morte d'inquiétude ! Raconte-moi, j'ai besoin de savoir, par toi, qu'est-ce qui s'est réellement passé ? »

J'attrape alors sa main et je nous amène dans ma chambre. Je nous assois sur le lit.

"Est-ce que Will t'a parlé un peu ? Tout ce qu'il a pu te dire est vrai."

Je serre sa main, l'air grave. Je mords ma lèvre de stress.

"J'ai, y'a un truc en moi, parce que j'ai repoussé la magie toutes ces années. J'ai perdu le contrôle. J'ai tué quelqu'un, un Purificateur, une sorte de, je sais pas, c'est fou cette histoire.

Ma voix tremble d'émotion. Je crains sa réaction.

"Il était en train d'attaquer un vampire, j'ai pas réfléchi Jaëlle, c'est venu comme ça. J'ai pas vraiment de souvenir."

Je n'avais jamais vu de vampire avant ça. Tout ça c'est nouveau aussi. J'ai fuis le monde de la magie, pour me retrouver dans un coin très spécial de cette communauté.

"Ça a réveillé ce truc en moi, un truc monstrueux et j'ai tué cette personne que je ne connais pas. Comme le feu à l'université, je crois que c'était cette chose en moi aussi. Je suis dangereuse. J'ai fini au MACUSA, et sans Will, sans... lui, j'aurai fini à la Silver Line. Il m'a amené ici. Je ne savais pas si tu allais venir."

Je m'arrête de parler, reprend mon souffle. Je passe une main sur mon visage, remonte dans mes cheveux encore humides de la douche. Et je reprends ma sœur dans mes bras, contre mon cœur.

"J'ai peur de ce que je suis capable de faire. Ils veulent que je reste ici, et je dois dire que j'ai peur de sortir de toute façon. Ils veulent m'apprendre à maitriser ce truc. Cet Obscurial. Il faut que je refasse de la magie."

Je me décale pour la regarder.

"C'est beaucoup d'informations je sais. Il faudrait que je te dise pour ici, les Insurgés. C'est assez dingue pour moi, je sais même pas si j'ai le droit vraiment de t'en parler."

Elle passe une main sur mon visage, et je me calme. Je ferme mes yeux en posant ma main sur la sienne. Je reprends ma respiration.

"Je suis tellement désolée... je savais que tu serai inquiète, tout s'est passé si vite."

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


 
Naëlle Sharp

« Je vais découvrir un autre chemin, et il va falloir que tu sois mon guide dans cette obscurité. Elle pourrait nous entrainer tous les deux. »
 

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz
Sister to sister. Heart to heart.
Bonded together from the start
Naëlle & Jaëlle Sharp

Un truc en elle... Alors c'est vrai cette histoire d'obscurus ? Je croyais que ça n'arrivait qu'aux enfants... Et qu'ils n'y survivaient pas d'ailleurs. Je ne lâche pas sa main, au contraire je la serre plus fort quand elle m'avoue avoir tué quelqu'un. Je la connais, elle doit se sentir terriblement mal. Même si je ne comprends rien à ces histoires de Purificateur. C'est quoi encore ce délire ? Elle me parle aussi d'un vampire. Elle a sauvé un vampire ? Sans que cela ne la terrifie ?

« Je ne suis pas sûre de comprendre tout ça, Naëlle... »

Le MACUSA, la Silver Line... Je n'ai pas quitté le monde magique depuis assez longtemps pour ignorer ce qu'on y fait à la Silver Line. Les battements de mon cœur s'accélèrent. Ma sœur. Ma moitié, j'aurais pu la perdre de mille façons.

« Bien sûr que j'allais venir, je t'aurais toujours retrouvée. »

Du moins je l'espère, mais elle, je ne peux pas l'abandonner, je ne le pourrai jamais. On se serre dans les bras l'une de l'autre, peut-être pour réaliser, peut-être pour qu'on ne nous sépare pas. Je n'aime pas quand elle me dit qu'elle doit rester ici. Une part de moi a conscience que je ne peux pas l'aider, qu'ici elle est certainement plus en sécurité qu'avec moi, mais je n'ai pas envie qu'on nous sépare. On n'a jamais été séparée, jamais. On a grandi ensemble, on s'est enfuie ensemble, on s'est construit une nouvelle vie ensemble. Je caresse sa joue. Oui, ça fait un flot d'informations. Les Insurgés maintenant.

« Je crois qu'il va falloir que tu reprennes tout doucement d'accord ? S'ils peuvent vraiment t'aider... »

Je n'arrive pas à dire à voix haute qu'elle va rester ici, qu'elle ne va pas rentrer avec moi. Ce n'est pas possible, même si je sais que c'est la meilleure chose à faire pour elle. Mais qu'est-ce que je vais faire toute seule ? Qu'est-ce que je vais faire sans elle ? Mais il le faut, c'est pour son bien.

« Insurgé, Purificateur, tu m'expliques ? Tu me dis s'il faut te ramener quoi que ce soit, d'accord. Je pourrais revenir, hein ? »

On prend un peu de temps toutes les deux, elle essaie de m'expliquer les choses comme elle peut, comme elle les a comprises. J'essaie de ne rien oublier quand elle me dresse la liste de ce que je dois lui ramener mais je demande à rester ici cette nuit. Je ne suis pas encore prête à la laisser. Je sais qu'il va falloir mais je n'ai pas la force ce soir. C'est Will qui nous apporte une assiette, avant de nous laisser passer du temps ensemble. Comme à notre habitude, on se couche dans le même lit. On parle longtemps. Je lui parle un peu de Rafaël, elle me parle du Télescope.

« Je veux que tu prennes soin de toi, d'accord. Tu fais ce qu'il faut pour que tu te sentes mieux, tu prends le temps qu'il faut. Je veux que tu ailles bien. Tu t'inquiètes pas pour moi, je vais avoir l'appartement pour moi toute seule, enfin de la place. »

J'ai horriblement mal au cœur en vrai, mais je souris. Parce que si je craque, si je lui montre que j'ai peur, elle aura peur elle aussi et on n'avancera pas. J'espère vraiment qu'elle est en sécurité ici, qu'ils ne vont pas l'entrainer dans toutes ces histoires et essayer de la recruter. Je ne veux pas qu'ils abusent d'elle, de sa bonté, de son grand cœur. Elle finit par s'endormir, avant moi. J'en profite pour la regarder, comme si elle allait disparaître. Là, plus que jamais, j'ai conscience de ces quelques minutes qui ont séparé notre naissance, et du fait qu'elle est ma petite sœur.

black pumpkin

_________________

I’m a mess right now
Inside out, searching for a sweet surrender, but this is not the end. I can’t work it out. How? Going through the motions, going through us

descriptionSister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start EmptyRe: Sister to sister. Heart to heart. Bonded together from the start

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum