Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionOn a parfois le droit à une pause EmptyOn a parfois le droit à une pause

more_horiz
 
On a parfois le droit à une pause

Jeudi 4 mars 2021

J’avais toujours apprécié la boutique des Ollivanders, même si depuis la mort de maman, j’y mettais moins souvent les pieds. Christian avait du le remarquer mais j’espérais qu’il ne ferait aucune remarque. Après tout, nous n’étions pas très proches. J’étais juste une cliente fidèle.

Tout avait commencé lors de l’achat de ma première baguette magique en août 2011. Avec Damian, nous étions des boules d’énergie ne cessant de sautiller d’un magasin à l’autre. Nos parents étaient complètement largués dans toute cette folie sorcière et c’était plutôt amusant de les voir en-dehors de leur élément. Christian et son épouse avaient été très abordables, et ils m’avaient souvent revu par la suite, étant donné que j’étais la reine pour casser ma baguette ….

Christian avait pris l’habitude de savoir parfaitement celle qui me convenait. Avec le temps, si je n’étais pas revenue pour un changement de baguette, je trouvais toujours une raison pour venir discuter avec le couple. En entrant à l’UMS, il m’était arrivé de venir déposer à la boutique des restes de Cornes de Basilic ou des Ventricules de Dragon pour la conception des baguettes. Christian me donnait toujours un petit quelque chose en échange.

Mais voilà, comme je le disais, ça faisait un petit moment que je n’étais pas revenue vers lui. Depuis la mort de maman, je n’avais peut-être du venir qu’une ou deux fois, un peu en coup de vent. Cet endroit me rappelait une autre époque, une époque bien lointaine. Cependant, depuis, j’étais allée voir Damian. Je ne pouvais pas vraiment dire qu’on s’était réconcilié mais … on avait eu un début de conversation civilisée. Oui j’étais de mauvaise foi, et alors ?

Bref, tout ça pour dire que, quelque part, j’avais peut-être réussi à pardonner à Damian. Et que peut-être la boutique Ollivander ne me semblerait plus aussi étrangère ?

Je poussais la porte où la cloche retentit. Un homme sortit d’une étagère, un chiffon sur les mains. « Bonjour Christian. Vous étiez en train de cirer quelque chose ? » demandais-je en refermant la porte derrière moi. Je m’approchais du comptoir et déposais mon petit baluchon. « Voici quelques Cheveu de Vélane que les enseignants nous font utiliser ces derniers temps. Oh, et je vous ai apporté deux Cornes de Basilic. » expliquais-je en ouvrant le sac.

J’observais la boutique. La lumière tamisée et les bouts de bois encore peu exploités me semblaient tout de suite familiers. L’odeur également et le bruit d’une machine. « Comment vous portez-vous ? Vous et Elora ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


« Alors, tu es tombée amoureuse ?
- Malheureusement, chère madame, je reste moi-même mon seul véritable amour.
- Au moins, tu ne risques pas d'être éconduite, Emily Evans.
- Pas forcément. Je m'envoie balader de temps en temps, histoire d'entretenir la flamme. »

descriptionOn a parfois le droit à une pause EmptyRe: On a parfois le droit à une pause

more_horiz

On a parfois le droit à une pause
Jeudi 4 mars 2021 - Ft Emily Evans

J'aime ces moments où je suis seul à la boutique. J'aime ma femme, mais je suis vraiment un solitaire dans l'âme. J'ai appris à aimer mes baguettes, à apprécier cette odeur de bois différents qui se mélange. J'aime la magie ténue qui se dégage des cœurs. Chaque baguette est unique, bien sûr j'en réalise des plus simple pour les adolescents, moins complexes et plus stables. Mais mes préférées sont toujours celle que je fabrique pour les adultes. L'être humain est complexe et c'est un véritable défi de trouver la baguette qui convient le mieux à un de mes clients.

Quand Hamilton a suggéré à ma femme de donner des baguettes moins bonnes aux sang-de-bourbes j'ai refusé. Il en est hors de question, je ne veux pas vendre de la mauvaise marchandise peu importe le statut de sang. Ce n'est pas envisageable, j'ai appris à aimer mon métier. Je ne peux pas penser faire du mauvais travail, cela engagerait ma réputation, mon professionnalisme ! Si ils tiennent tant à faire la guerre, qu'ils la fassent tout seul. Je ne me mêlerais plus à ce genre de chose, jamais. Pas avec ma famille, pas alors que mes convictions ne sont plus aussi radicales.

Je suis actuellement en train de cirer une paire de baguettes quand la cloche d'entrée sonne. Je sors de derrière les étagères mon chiffon à la main. Je suis surpris de voir Emily. Cela fait un moment que je ne l'ai pas vu roder dans le coin, enfin pas plus de quelques minutes.

"Bonjour Emily. Juste entretenir quelques baguettes, ça ne leur fais pas de mal." Je lui fais un sourire discret, je l'aime bien cette gamine malgré ses origines. Et c'est aussi sans doute pour ça que je n'irais pas m'engager dans un camp comme celui des Résurgents. Je m'approche pour observer de plus près ce qu'elle m'a apporté. J'hausse un sourcil.

"C'est une jolie prise, je te remercie." Oui cela peut paraître surprenant, mais je la tutoie. Elle a passé tellement de temps ici... "Tiens, ça devrait t'être utile." Je lui lance un flacon, en voyant son regard interrogateur, j'explique. "Pour renforcer le cœur de ta baguette avant de faire de la magie complexe. Je suis sûr que tu sauras l'utiliser." Et puis, je tiens vraiment à ce que cela reste donnant donnant.

"Nous nous portons très bien, merci de t'en soucier. Elora est un peu perturbée par les événements récents, elle s'inquiète beaucoup. Mais tout va bien vraiment. Et toi Emily ? Comment cela se passe t'il à l'université ?" Je demande plutôt curieux malgré un visage plutôt neutre. Ce qui n'est pas vraiment surprenant, je n'arbore que rarement un autre visage que celui là.
        
©️️️️Lilith

descriptionOn a parfois le droit à une pause EmptyRe: On a parfois le droit à une pause

more_horiz
 
On a parfois le droit à une pause

Jeudi 4 mars 2021

Le patron de la boutique s’approcha de mon petit sac, un chiffon à la main, un mince sourire aux lèvres, comme il avait toujours l’habitude de faire. « C’est une jolie prise, je te remercie ! » me dit-il. Je tenais cet homme en respect, presque plus que mon père. Il fallait dire qu’avec Mason, nous n’avions jamais eu une relation très fusionnelle. Maman et lui nous aimaient, Damian et moi, mais ils étaient très absorbés par leur carrière. Quand maman était morte, tout un pan de l’univers de papa s’était effondré et il avait trouvé du réconfort en se plongeant avec Damian dans leur mission des Insurgés.

« Tiens ça devrait t’être utile. » Christian m’envoya un flacon que je réceptionnais sans mal. Mes entraînements avec Rowan m’avaient permis d’améliorer mes réflexes et Christian n’était pas un mauvais lanceur. Je me demandais s’il avait joué au Quidditch dans sa jeunesse.

« Pour renforcer le cœur de ta baguette avant de faire de la magie complexe. » m’expliqua-t-il. « Je suis sûr que tu sauras l’utiliser. » J’observais un peu plus le liquide dans le flacon. Il avait une texture étrange. Avant de connaître Christian, j’ignorais que les baguettes nécessitaient un tel entretien. Il les connaissait mieux que personne et n’était sans doute pas vendeur dans cette boutique pour rien.

« Merci, ça me sera surement très utile. » confirmais-je en rangeant la fiole dans une pioche de ma veste en cuir. Je pensais notamment à la bataille du 16 mars en préparation. Je lui demandais comment ils allaient, lui et sa femme, qui était patronne elle aussi de la boutique. « Nous nous portons très bien, merci de t’en soucier. » J’oubliais parfois que Christian était un Sang-Pur et qu’il avait reçu une éducation très stricte. Cela se sentait par sa manière de parler.

C’était sans doute pour cela que je n’avais pas voulu revenir dans cette boutique avant. Il était un Sang-Pur, susceptible d’être un Résurgent, un de ceux qui aurait tué ma mère. Mais il ne devait pas y avoir d’amalgame. Les Parkinson étaient eux aussi des Sang-Purs et dirigeaient pourtant une école clandestine. Et j’avais vraiment du mal à considérer Christian comme appartenant à cette armée de monstres.

« Elora est un peu perturbée par les événements récents, elle s’inquiète beaucoup. » Je sautais sur un établi pour m’y asseoir, pieds ballants dans le vide. « Par rapport aux rafles vous voulez dire ? » demandais-je. De nombreuses créatures étaient arrachées à leur famille pour des vaccinations forcées. On en entendait plusieurs fois par mois et ces événements me donnaient la rage. L’envie de me battre, toujours plus.

« Et toi Emily ? » Je relevais les yeux vers le vendeur qui était retourné s’occuper d’une paire de baguette à cirer. « Ca va, je vous remercie. » Damian ou James me traiteraient surement d’hypocrite. Il était vrai qu’il était rare que je me montre aussi polie. Mais comme je le disais, Christian m’inspirait le respect et j’aimais beaucoup cet homme. « Comment cela se passe-t-il à l’université ? » Je haussais les épaules. « Comme des cours longs et ennuyeux … » soupirais-je avec un petit rire. Il était vrai que je n’avais pas choisi la voie de la facilité.

« La Médicomagie m’intéresse, vraiment, mais les cours théoriques ne sont vraiment pas faits pour moi. Pourtant, il y a beaucoup de choses à retenir, des informations à apprendre par cœur. » expliquais-je, les yeux un peu dans le vague. « J’avais l’ambition de devenir un grand Médicomage. Mais je me demande si je ne vais pas m’arrêter au stade de Guérisseuse. » J’eus alors une pensée pour Rowan qui m’avait conseillé de faire Psychomage avec les progrès que j’avais fait.

« Vous avez toujours eu envie de travailler avec les baguettes ? » interrogeais-je alors le vendeur. C'était sa passion, ça se voyait. Il aimait son travail et prenait soin de chacune de ses baguettes.

« Casey et Logan ne trouvent pas trop difficile le nouveau régime à Poudlard ? » demandais-je par la suite. Je ne pensais pas que Christian était un Résurgent, mais un Purificateur j’en étais moins sûre. Il ne semblait pas être un de ces puissants, mais il ne devait surement pas être aussi innocent qu’il voulait le prétendre. « L’école doit être bien vide avec ce Tournoi en Amérique. Vous suivez un peu ? » demandais-je. Dire que si nous étions toujours cette même bande, May, Simon, Damian et moi, on aurait certainement acheté nos billets depuis longtemps pour voir la finale …

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________


« Alors, tu es tombée amoureuse ?
- Malheureusement, chère madame, je reste moi-même mon seul véritable amour.
- Au moins, tu ne risques pas d'être éconduite, Emily Evans.
- Pas forcément. Je m'envoie balader de temps en temps, histoire d'entretenir la flamme. »

descriptionOn a parfois le droit à une pause EmptyRe: On a parfois le droit à une pause

more_horiz

On a parfois le droit à une pause
Jeudi 4 mars 2021 - Ft Emily Evans

« Par rapport aux rafles vous voulez dire ? » Me demanda la rousse, j'hochais la tête doucement. Sans pour autant en dire plus, les murs pouvaient s'avérer assez fin par les temps qui courraient. Et puis, mieux valait rester évasif en ces temps troubles. C'était une sécurité nécessaire. Il l'écouta ensuite avec un léger sourire, elle n'avait jamais été une grande travailleuse. Il avait eut tout le loisir de le constater plus d'une fois.

"Personne ne pourra te juger, Guérisseuse est un métier respectable aussi. Tout le monde ne peut pas devenir Medicomage. Les études sont longues et difficiles." Je réponds à la jeune femme. Je ne pouvais pas juger négativement au vu de mon propre parcours de toute façon. Et elle n'avait jamais fais montre d'un réel intérêt pour les études. Cela ne le surprenait donc pas vraiment. "La seule chose que tu dois te demander, c'est si tu ne regrettera pas de ne pas être allée au bout. C'était quand même ton souhait au départ." J'essaie de la faire réfléchir, Emily avait toujours été un peu tête brûlée.

« Vous avez toujours eu envie de travailler avec les baguettes ? » Je suis surpris par cette question, c'est inattendu. Et je n'aime pas vraiment être pris par surprise. "Non pas toujours, à dire la vérité je n'y avais pas songé avant certains événements. Mais mon métier me passionne aujourd'hui, c'est bien tout ce qui importe." J’explique sans m'étendre comme à mon habitude. Je n'ai aucune envie d'évoquer mon passage au tribunal et les sombres années qui ont suivi. Ce n'était pas des bons souvenirs.

« Casey et Logan ne trouvent pas trop difficile le nouveau régime à Poudlard ? » Je la regarde dans les yeux cette fois. Cela ressemble de plus en plus à un interrogatoire et je n'aime pas ça. "Ils ne sont pas vraiment concernés grâce à leur statut de sang. Leur sang les préserve pour le moment." dis-je avec une certaine méfiance. Je n'aime pas vraiment qu'on évoque mes enfants et ces lois dans le même temps. Ma femme et moi nous étions disputé à ce sujet. Hors de question qu'ils entrent dans la milice de Poudlard.

« L’école doit être bien vide avec ce Tournoi en Amérique. Vous suivez un peu ? » Je secoue la tête. "Pour être honnête non, ce tournoi ne m'intéresse pas beaucoup. C'est beaucoup de spectaculaire et de publicités pour quelque chose de très violent." Comme c'était ironique de dire cela alors que j'avais participé à des atrocité bien pire. Je ne suis plus la même personne aujourd'hui et j'ai largement payé ma dette à la société. Mais cela pouvait semblé mal placé à quelqu'un connaissant mon histoire.

"Et toi Emily, ces lois t'affectent elles à l'université ? J'ai pu lire des articles sur un certains nombre de restriction. Ça ne rend pas plus difficile ton apprentissage ?" Je demande curieux. Les étudiants avaient de quoi être perturbé à devoir partager un tant soit peu leur vie avec des créatures magiques. Même-ci elles étaient dans des classes séparées. Au moins les loups et les vampires n'avaient plus le droit à l'enseignement. Je n'étais pas anti-créatures, mais j'ai toujours trouvé dangereux de mélanger des jeunes ne pouvant pas se contrôler au milieu d'autres étudiants humains.
        
©️️️️Lilith

descriptionOn a parfois le droit à une pause EmptyRe: On a parfois le droit à une pause

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum