Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.
Partagez

descriptionIl était une fois ... EmptyIl était une fois ...

more_horiz

Il était une fois ...Are you real or is that a dream ? I can't believe it. ○ Mercredi 2 juin 2021

Quand Irina était partie, les visites s’étaient succédées. En particulier, celles de sa famille. Ses amis n’avaient pas encore la possibilité de venir tout de suite mais ils lui avaient tous envoyés des messages. Si Josh jouait le fier face aux autres et celui qui se vantait d’avoir pleins de personnes qui l’aimaient, ils se rendaient compte que … oui, il y avait des personnes qui l’aimaient. Des personnes qui avaient eu peur pour lui. Des personnes pour qui il avait compté.

Ca faisait un an. Un an qu’il était endormi dans un sommeil presque sans fin. Il imaginait très bien ses proches perdre espoir qu’il se réveille un jour. Et c’était tout à fait compréhensible. Mais ce qui le perturbait le plus, c’était l’absence de souvenirs de cet accident. Il paraissait que ça devait revenir avec le temps mais il espérait tellement revoir Jillian pour qu’elle replace ses souvenirs.

Jillian. Elle devait certainement avoir refait sa vie. Lui en voulait-il ? Un peu, à vrai dire. Il y a un peu plus d’un an, quand ils s’étaient séparés, Josh était convaincu qu’il finirait ensemble. Mais aujourd’hui … il ne savait pas vraiment quoi en penser. Après tout, ça faisait un an qui dormait !

« Il s’est réveillé la belle au bois dormant ... ? » Josh tourna lentement la tête vers la porte d’où venait l’endroit. Une fille se tenait là. Ses cheveux étaient ternes et elle avait de lourdes poches de cernes sous les yeux. Mais ce n’était pas ça le plus visible : elle avait carrément la peau sur les os. Visiblement, elle n’avait pas l’habitude qu’on la détaille comme ça, mais avec sa tenue d’hôpital, on ne voyait que ça.

« T’es qui, toi ? » demanda-t-il un peu sur la défensive. Curieuse, elle entra dans la chambre et s’assit lourdement sur son lit. Elle commentait sa barbe et ses cheveux longs. « Ouais, bah faut croire qu’ils avaient pas de coiffeur de là où je venais … » grommela-t-il. « Tu m’observes depuis combien de temps ? » Bah quoi, elle avait l’air d’en savoir long sur lui alors qu’il ne lui avait jamais adressé la parole et, même, qu’il ne l’avait jamais vu.

©️ Justayne

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz
Il était une fois...


« Il est réveillé ! Josh Bennett ! Il est réveillé ! »

Mes yeux s’ouvrirent comme deux grosses billes rondes, les sourcils froncés, très clairement contrariée. J’avais enfin réussi à faire une grasse matinée. Ça ne m’était plus arrivée depuis… Des semaines !

« Il est réveillé ! »

Je poussais un gémissement de frustration en entendant les pas précipités dans le couloir. C’était quoi toute cette agitation ?! Je me levai d’un bond et ouvrit la porte de ma chambre.

« VOUS SAVEZ QUI EST REVEILLE MAINTENANT ?! TOUT CE PUTAIN D’HOPITAL ! »

Et je claquai violemment la porte. Je m’enfouis sous les couvertures et essayai de retrouver le sommeil que j’avais si brutalement perdu. Mais c’était peine perdue, mon cerveau était trop réveillé. Mes pensées glissaient vers la cause de ce tintamarre. Josh Bennett est réveillé. Josh Bennett… Josh… JOSH BENNETT !! Je me redressai d’un bond.

Josh Bennett. Je l’appelai la Belle-au-bois-dormant. Je m’étais un peu intéressé à son cas. Nos chambres étaient presque voisines. C’était un gars d’à peu près mon âge. Pas très causant… Ha. Ha. Elle est bonne. Mais du coup, ça le rendait moins fou que les autres. Donc je venais lui tenir compagnie parfois. Je lui racontais à quel point j’en pouvais plus d’être ici. Que je voulais rentrer chez moi. Je me plaignais des médecins, des infirmiers, de ma mère, des autres résidents. De tout, ouais, je me plains beaucoup, mais j’ai mes raisons.

En tout cas, moi, j’en étais sûre, son cas était désespéré. J’avais même parié un paquet de ces bonbons dégueulasses de Bertie-je-sais-plus-quoi avec le débile de la 312. J’avais évidemment parié qu’il ne se réveillerai jamais. Un coma si long, c’est du jamais vu. Le pire, c’est que même 100% inconscient, il recevait plus de visites que moi. C’était vraiment pas juste. En un an, les gens se lassent, non ? On passe à autre chose. En même temps, c’était logique qu’il en ait plus que moi. AUCUN DE MES VRAIS AMIS AVAIENT LE DROIT DE VENIR DANS CET HOPITAL DE BARGES !! « Gnagnagna, les ‘moldus’ n’ont pas le droit de venir ici… Gnagnagna… Notre existence doit rester secrète, blablabla… » UNE VRAIE SECTE ! Je n’en revenais pas que ma mère me laissait coincée ici. C’était de la torture !

Bon du coup, le réveil de la Belle au bois dormant, c’était la nouvelle du siècle. On ne parlait plus que de ça dans le service. Il avait reçu une tonne de visite. Il n’était plus jamais seul. Et franchement, ça me saoulait. C’était mon rituel ici de lui parler tous les jours pour me plaindre d’Yvan de la 303, ou du psy qui me lâchait pas les baskets. J’avais un trop plein de frustration à déverser et ma soupape de décompression était trop occupée à recevoir des fleurs, du chocolat et autre connerie achetée à la boutique de l’accueil.

Enfin, les infirmières passèrent signaler que les visites étaient terminées et qu’il fallait lui laisser l’opportunité de se reposer. Tu parles, ça fait un an qu’il se repose ! Je pense qu’il n’aura plus besoin de se reposer avant perpet’.

C’était mon signal, je me faufilai hors de ma chambre et m’appuyai nonchalamment contre le chambranle de sa porte. Le dévisageant sans retenue. C’était la première fois que je le voyais les yeux ouverts.

« Il a fini par se réveiller la belle au bois dormant ... ? »

Il tourna subitement la tête vers moi et me détailla du retard. Je voyais dans son regard qu’il fouillait ses souvenirs pour savoir s’il me connaissait ou pas. Mais ses yeux s’attardèrent sur mes épaules pointues et mes os saillants. Je me mordis l’intérieur de la joue, n’appréciant pas trop cet examen.

« T’es qui, toi ? »

J’eus un petit rire puis entrai dans la chambre en refermant la porte derrière moi. Je sautai agilement sur le bout du lit et m’assis en tailleurs face à lui.

« Je suis Robinson Crusoé et je suis venu te dire que le look de naufragé, ça ne va vraiment pas à tout le monde… »

« Ouais, bah faut croire qu’ils avaient pas de coiffeur de là où je venais … »

« Honnêtement, t’infliger une tronche pareille, c’est de la maltraitance. A ta place, je ferai appel à la ligue de défense des droits de l’homme… Ou à la SPA… »

« Tu m’observes depuis combien de temps ? »


Je le dévisageai un instant. Devais-je être honnête ? Je marquai une longue pause, réfléchissant.

« Depuis que je suis arrivée. 2 mois et 4 jours. On est devenu pote assez rapidement. Tu arrêtais de ronfler dès que j’étais dans les parages. Je sais reconnaitre un signe quand j'en vois un. »

Je marquai une nouvelle pause.

« Ça m’emmerde un peu que tu te sois réveillé, tu es nettement moins agréable et attentif. C’est à cause de la petite brune que tu t’es décidé ? C’est genre… Ta copine ? Après un an à t’attendre, elle t’annonçait qu’elle avait enfin trouvé quelqu’un d’autre. Et toi, comme l’égoïste que tu es, tu t’es réveillé pour reprendre ta place ? J’espère qu’elle t’a envoyé baladé. »

   
Lilith

_________________



Seamus & Dean
McGregor

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz

Il était une fois ...Are you real or is that a dream ? I can't believe it. ○ Mercredi 2 juin 2021

Elle avait refermé la porte. Etait-elle venue pour l’achever ? « Je suis Robinson Crusoé et je suis venue te dire que le look du naufragé, ça ne va vraiment pas à tout le monde … » Mais c’est qu’elle se moquait de lui en plus. Pour qui se prenait-elle ? Maltraitance, SPA. « Et t’as pensé à appeler l’UNICEF pour toi ? » répliqua-t-il.

Bah quoi ? Elle l’avait cherché ! Elle arrivait, toute souriante, toute parfaite, dans sa chambre, avec sa tenue d’hôpital pour juger son apparence. Il lui demanda depuis combien de temps elle l’observait au juste. Avait-elle attendu son réveil pour l’assassiner ? Elle observait son comportement et c’était particulièrement flippant, même pour une sorcière.

« Depuis que je suis arrivée. » Il haussa un sourcil mais elle consentit finalement à donner un peu plus d’information. « On est devenu pote assez rapidement. Tu arrêtais de ronfler dès que j’étais dans les parages. Je sais reconnaître un signe quand j’en vois un. » Il secoua la tête et se passa une main sur le visage. Elle était folle, c’était ça ? 2 mois et 4 jours, mon cul, ouais ! Elle était internée dans cet hôpital à l’étage de la Psychomagie. « Et moi, je sais reconnaitre une chieuse quand j’en vois une … » bougonna-t-il.

« Ça m’emmerde un peu que tu te sois réveillé … » « Bah voyons ! » « …tu es nettement moins agréable et attentif. » Il eut un petit rire. « Tant que je reste sexy c’est tout ce qui compte ! » Il faudra qu’il pense à envoyer un message à James ou Louis pour qu’ils lui ramènent un rasoir.

« C’est à cause de la petite brune que tu t’es décidé ? » « Hein ? » « C’est genre … Ta copine ? » Il fronça les sourcils avant de lever les yeux au ciel. Très bien, c’était clair, elle était amoureuse. « Après un an à t’attendre, elle t’annonçait qu’elle avait enfin trouvé quelqu’un d’autre. Et toi, comme l’égoïste que tu es, … » « Eeeeh ! » « … tu t’es réveillé pour reprendre ta place ? J’espère qu’elle t’a envoyé balader. »

Josh se redressa sur son oreiller devant le flot de conneries que cette nana déballait. « Primo, t’es mignonne quand tu es jalouse mais tu n’es pas mon genre. Deuxio, Irina n’est pas ma petite copine. Tercio, je ne suis pas égoïste. » récitait-il en appuyant sur ses doigts. « T’es relou comme nana ! Tu m’étonnes qu’on t’ait enfermé ici … »

Et voilà qu’elle se remettait à parler. Il leva cette fois-ci clairement les yeux au ciel. « Désolé, tu disais quelque chose ? Je me suis endormi. » La voyant se saisir d’une barre chocolatée que Dominique lui avait apportée un peu plus tôt, il l’arracha de ses mains. « Ecoute, je comprends que tu te sentes seule, tu n’es pas aussi populaire que moi et tu as clairement une déficience mentale. Mais … voilà, je peux rien pour toi ! Mon corps est seulement réservé aux nanas qui ont appris à se nourrir correctement. » Il lui lança un fier sourire, espérant qu’elle comprendrait le message.

Elle quitterait certainement sa chambre d’un air furibond et reviendrait quelques jours plus tard s’excuser, s’il n’était pas parti d’ici là. Il n’avait pas l’intention de s’éterniser dans ces lieux …
©️ Justayne

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz
Il était une fois...


Je mentirais si je disais que Josh Benett était exactement comme je l’avais imaginé. Mais honnêtement, ce n’était pas tellement loin du personnage que je m’en étais fait. Avec son air de mauvais garçon, mal rasé, ses fines cicatrices déjà blanches qu’on apercevait ça et là et surtout le fait qu’il soit tombé dans le coma après un féroce affrontement avec un animal… Je l’avais imaginé baroudeur, plutôt aventurier, populaire mais indépendant, appréciant également la solitude. Ce que je n’avais pas parié, c’était sur cet humour piquant voire blessant… A moins qu’il ne rigolait pas ? Que je lui tapais vraiment sur le système ? C’était encore plus appréciable dans ce contexte… Ceci dit, j’aimais les gens avec du répondant. Et on peut dire qu’il en avait !

Je le fixais alors qu’il tentait de se redresser sur son lit. Après un an d’immobilité totale, ses muscles étaient faibles et chaque geste lui demandait un effort considérable. Mais il ne le montrait pas. Il avait au moins ça pour lui…

« Primo, t’es mignonne quand tu es jalouse mais tu n’es pas mon genre. Deuxio, Irina n’est pas ma petite copine. Tercio, je ne suis pas égoïste. » récitait-il en appuyant sur ses doigts. « T’es relou comme nana ! Tu m’étonnes qu’on t’ait enfermé ici … »

Un sourire en coin s’était installé sur mon visage habituellement terne. Ça me faisait du bien de discuter avec quelqu’un qui ne me ménageait pas comme si je risquais de me briser en deux au moindre coup de vent. J’eus un petit rire.

« Oh crois-moi ce n’est pas parce que je suis… ‘relou’ » soulignai-je en mimant des guillemets « que je suis enfermée ici. Mais parce que je suis un ‘danger’… Pour moi-même et pour les autres, paraitrait-il. Mais tu n’es pas du genre à avoir peur du danger, n’est-ce pas, Sleeping Beauty ?! »

« Désolé, tu disais quelque chose ? Je me suis endormi. »
Il ne m’écoutait pas ou alors il faisait bien semblant. Dieu qu’il était plus agréable quand il était endormi… Machinalement, j’attrapais une barre chocolatée qui trainait sur la table de nuit. C’était un emballage qui ne m’était pas familier. Après tout, aucune de ces confiseries ne se trouvaient dans les magasins que je fréquentais, les magasins pour gens normaux. Je lus l’emballage pour comprendre en quoi ce chocolat pouvait-il être différent mais le garçon me l’arracha des mains.

« Hey ! » Non pas que je comptais la manger, j’étais juste curieuse. Du chocolat était la dernière chose qui me faisait envie. C’était bourré de sucre, c’était écoeurant.

« Ecoute, je comprends que tu te sentes seule, tu n’es pas aussi populaire que moi et tu as clairement une déficience mentale. Mais … voilà, je peux rien pour toi ! Mon corps est seulement réservé aux nanas qui ont appris à se nourrir correctement. »

Je le toisai en silence. Je faisais beaucoup ça en ce moment. Ça mettait les gens mal à l’aise. J’en avais marre qu’on me pose des questions et qu’on me force à parler de ma vie et des ‘expériences étranges’ qui m’étaient arrivées. C’était d’être ici qui était étrange ! Et je voulais retrouver ma vie normale, bon sang !

J’eus finalement un grand sourire et j’haussai les épaules.

« Tu t’es croisé dans le miroir récemment ? Parce que si quelqu’un a l’air de ne pas s’être nourri depuis 1 an… C’est toi, belle-au-bois-dormant ! Il va te falloir une sévère rééducation avant que des ‘nanas souhaitent à nouveau profiter de ton corps’ » dis-je en prenant une voix mièvre et en battant les cils.

Une brève pensée me traversa l’esprit. Nous n’étions pas dans un hôpital normal. J’avais vu des gens arriver ici dans des états incroyablement désespérés et repartir une heure plus tard flambant neufs. Ils n’avaient pas les mêmes façons de soigner ici. Peut-être que ce qui s’appliquait dans mon monde à moi, le vrai monde, n’était pas applicable ici ? Je chassai ces idées de ma tête. Réfléchir à ce qui différenciait nos mondes ne faisait que rendre celui-ci plus réel. Et je refusais d’admettre que c’était le cas. Ce n’étaient qu’une bande de fous, tous autant qu’ils sont.

« La même que la tienne tu veux dire ? » demanda-t-il en penchant la tête sur le côté avec un sourire moqueur.

« Je ne suis pas ici pour une rééducation. Je ne suis même pas ici pour me "faire soigner". Je suis coincée ici à cause de l'incompétence de ce que vous considérez être des médecins… »

« Bah toi t'es pas banale ! T'es Moldue ? Parce qu'ici, on appelle ça plutôt des Médicomages »


J’eus des frissons en réalisant que j’en avais déjà probablement trop dit. Il était certain que si je lui expliquais ce que je vivais, il me prendrait définitivement pour une folle. Pour le moment, j'avais le contrôle de la situation… tant que je continuais à faire semblant. Je me raclai la gorge, cachant mon malaise.

«  Oui, oui, des médicomages... Je sais. Ils sont juste… nuls. La preuve, ça fait un an que tu dors et aucune de leurs tentatives n'a fait mouche ! »

Il haussa les épaules mais n'ajouta rien.

« Et donc… ‘Irina’ n’est pas ta petite amie ? Vous aviez pourtant l’air bien proches tout à l’heure… Et c’est elle qui a réussi à te réveiller alors que c’est la première fois qu’elle venait te voir. Tu vas me faire croire que c’était une simple coïncidence ? »

« Tu lis trop de contes de fées… 
» répondit-il vaguement, chassant le sujet de la conversation d’un mouvement de la main.

Quelqu’un frappa poliment à la porte et je réalisai que j’étais cuite. Notre petite entrevue touchait à sa fin. Une infirmière entra, un sourire niais sur les lèvres comme si elle s’adressait à un enfant de 4 ans.

« Josh… Il est de l’heure de… Milo !? Qu’est-ce que tu fais encore ici, il a besoin de calme et de repos ! Blablabla… »

Je levai les yeux au ciel, exaspérée par les habituelles remontrances qu’on lui sortait dès qu’on la trouvait là où elle ne devait pas être. Ce qui arrivait au moins une fois par jour. Et habituellement, c’était pour essayer de trouver une sortie dans cet hôpital de fous.

Je poussai un grognement et un soupire agacé puis me glissai du lit sans un bruit. Je contournai l’infirmière et n’eus pas un seul regard pour Josh en regagnant ma chambre. Certes, il était moins réceptif à mes histoires qu’auparavant mais ça allait mettre un peu de piment dans mes journées fades et sans goût.

Ce n’était que le lendemain, juste avant qu’on nous serve le repas de midi que j’eus à nouveau une ouverture pour me glisser dans sa chambre. J’avais totalement conscience d’être une espèce de stalkeuse et que je devais passer pour une pimbêche amourachée du premier gars qu’elle croise. Ce n’était pas du tout le cas, Grand Dieu non ! Mais Josh ignorait tout de moi, de mon histoire, de pourquoi on m’avait coincé ici. Tous les autres internés étaient déprimants. Eux étaient complètement fous ! J’avais même parfois le sentiment qu’ils déteignaient sur moi. J’avais besoin de normalité. Josh était la normalité. Tant qu’il ne se mettait pas à sortir son horrible bout de bois maudit et fasse voler des choses à travers la pièce.

« Alors, la Belle-au-bois-dormant ! Tu as réussi à tenir debout ? »

Je l’avais vu sortir un peu plus tôt en chaise roulante (elle ne roulait pas vraiment pour être honnête, elle avait l’air de flotter…) pour se rendre au service de rééducation. Ils avaient dû tester ses muscles, voir l’étendu des dégâts. J’avais entendu des ‘médecins’ que tout était très positif, qu’il serait sur pied en un rien de temps. Ca voulait aussi dire qu’il serait très bientôt reparti et que je serai à nouveau seule.

Il avait l’air de très bonne humeur comparé à hier. Il devait avoir entendu les mêmes nouvelles que moi. Je n’avais pas envie de l’admettre mais entendre que tout se passerait bien pour lui me rendait profondément triste et jalouse. Moi aussi je voulais qu’on me laisse partir, bon sang ! Qu’on me ramène dans MA maison, dans MON école avec MES amis. Ma gorge se serra.

« Contente pour toi » dis-je d’une voix sans joie. A nouveau, je sautais sur le bout de son lit ne provoquant aucun remous. Comme si mon corps n’était qu’une plume qui venait d’atterrir doucement sur un nuage.

« Tu as des souvenirs de ton accident ? Le gars de la 217, Davinski, un dingue qui a avalé un truc toxique ce qui lui a fait perdre la boule, n’arrête pas de dire que tu t’es battu avec un loup-garou ! » Je partis dans un fou-rire que je ne pouvais retenir. Mais ça ne faisait pas du tout rire Josh. « Clairement, les gens ici sont fous ! Mais, au moins, on peut assister à des discussions assez marrantes… »
   
Lilith

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz

Il était une fois ...Are you real or is that a dream ? I can't believe it. ○ Mercredi 2 juin 2021

Pourquoi, pourquoi trouvait-elle réponse à tout ? Sincèrement, Merlin, qu’avait-il fait pour mériter pareil fléau ? Blablabla … je suis un danger … blablabla … rééducation … blablabla … Et qu’elle te servait en plus de ça des « Belle au bois dormant » à toutes les sauces ! Ma parole, qui avait laissé ce monstre ici ? Quand elle n’était pas là pour critiquer son allure, elle critiquait les Médicomages. Et quand elle ne critiquait pas les Médicomages, elle critiquait Irina.

« Tu as du te sentir vraiment seule pour imaginer tout ça ? » l’interrogea-t-il. Mais une infirmière venait de frapper à sa porte et chassait à présent la dénommée « Milo ». Drôle de nom. Il la regarda se lever et se diriger machinalement vers la sortie. « Et bah c’est pas trop tôt ! » soupira-t-il en se calant contre ses oreillers.

La journée avait été éprouvante et même s’il se réveillait d’un an de coma, ses muscles étaient encore très affaiblis. Toute sa famille était venue le voir et ils comptaient revenir le lendemain, en même temps que Louis, James et peut-être Minho ?! L’infirmière lui racontait quelles séances lui étaient promises dès le matin. Psychomage, Guérisseur en tous sens, ils allaient tous défiler. Il allait réapprendre à bouger ses membres, à aller pisser seul, à manger seul, à se laver seul. Et bientôt, il pourrait quitter cet endroit. Il lui tardait de reprendre une vie normale bien qu’il sentait que plus rien ne serait comme avant …

« Alors, la Belle au bois dormant ! » Pitié, pas elle …

Il était réveillé depuis 8h ce matin pour divers examens. C’était bizarre d’avoir besoin d’aide pour des trucs tout bêtes mais, comme disaient les Médicomages et plus particulièrement son père, la magie faisait des miracles ! On l’avait trimballé d’un bout à l’autre de l’hôpital pour ces examens et pour ces séances chez le Kinésomage. Il s’appelait François. Il était cool et le félicitait tout le temps pour ses progrès.

En règle générale, les infirmières aussi étaient sympas avec lui. Personne ne semblait croire à son réveil et pourtant ils étaient tous très heureux pour son père surtout.

Et puis, il y avait Jean-Marie. Il allait venir le réveiller chaque matin visiblement pour l’aider à faire sa toilette et faire le Psychomage. Apparemment, ça créait des liens. Il parlait tout le temps et n’avait aucune compassion pour Josh quand il ouvrait en grand les rideaux. Il n’était pas un adepte de l’humour non plus et, quand Josh lui lançait une blague, il ne la comprenait jamais. C’était un peu lourd.

L’une des infirmières venait de le ramener dans sa chambre et le remettre au lit en attendant le repas de midi. C’était pas la cantine de Poudlard, mais c’était mieux que rien. Et donc Milo était arrivé. « Tu as réussi à tenir debout ? » lui demanda-t-elle. Il afficha alors un grand sourire. « C’était difficile, mais oui finalement ! François, tu vois qui c’est ? Il m’a dit que c’était déjà beaucoup que mes jambes arrivent à supporter mon poids, et on tenterait la marche demain. » expliqua-t-il, plutôt fier de lui.

« Contente pour toi » répondit-elle avant de s’installer sur son lit. Ca allait devenir une habitude ? « Tu as des souvenirs de ton accident ? » Ah bah elle allait directement au cœur du problème. Remarquez, ça ne le dérangeait pas beaucoup, il n’était pas non plus le gars à tourner dix ans autour de la Mandragore.

« Un loup-garou ? C’est ce qu’il t’a dit ? » demanda-t-il en fronçant les sourcils. Aucun souvenir ne lui était revenu et ça l’énervait, ça l’angoissait de ne pas savoir comment il avait fini ici. Mais finalement, Dominique et Alex lui avaient expliqué les circonstances de l’accident et toute cette histoire lui semblait tellement surréaliste.

« Zachary Hamilton et Prudine Stanger se sont disputés et énervée, la jeune femme a pris sa forme lupine alors que tu étais venu pour les séparer. » lui avait expliqué Dominique. Il s’était stupidement cogné contre un rocher et avait eu un traumatisme crânien, rien que ça.

Il espérait cependant que Jillian pourrait lui en dire plus étant donné que Prudine avait disparu des réseaux. « Je dirai pas exactement « battu » en faites … » admit-il. Il en revenait pas d’avoir défendu Hamilton. Mais visiblement, c’était la version que tout le monde lui avait donnée.

Il secoua alors la tête, n’aimant pas réfléchir à tout ça en présence de la jeune femme. « J’ai fait des recherches. » dit-il, le plus sérieusement du monde. « Sur toi. Ou plutôt sur ton nom. » Il eut un petit sourire. « Tu m’appelles la belle au bois dormant, mais tu savais que Milo c’était aussi le nom d’un personnage Disney ? » C'était l'une des infirmières qui le lui avaient dit. « Thatch. Milo Thatch il s’appelle. » disait-il, fier de lui.

« Bon, et sinon pourquoi t’es là toi ? » demanda-t-il, curieux d’en savoir plus sur la jeune femme. « François m’a dit que tu n’étais pas sa patiente, mais que t’étais pas banale. Ca veut dire quoi ? » Un sourire aux lèvres, il se plaisait à imaginer n’importe quoi. « T’as des parents vampires ? ou t’es une Cracmol ? ou alors ça vient de ton internat ici, et tu as pris une Potion de Rattatinage ? C’est nul ces idées reçues pour maigrir de cette façon, tu le sais ça ? »

Josh avait un air beaucoup plus léger que le jour d’avant. Surement le fait d’avoir mieux dormi, d’avoir vu des visages familiers et d’avoir eu des bonnes nouvelles de guérison !

©️ Justayne

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz
Il était une fois...

Visiblement, Josh n'avait pas vraiment de souvenir de son accident. Il fronça les sourcils, fouillant sa mémoire à la recherche du moindre élément pouvant l'aiguiller. Cette sensation m'était si familière. J'avais passé tant de nuit à essayer de me souvenir de certains détails de mon enfance, à creuser dans cet épais brouillard pour avoir des réponses, pour comprendre. J'avais un jour demandé à ma mère si j'avais eu un accident dans ma jeunesse. Elle m'avait répondu que "non" étonnée par cette soudaine interrogation. J'avais compris que la mémoire était capricieuse, parfois fugace. Certains souvenirs nous marquent à vie, d'autres s'évaporent alors que l'on tente de les retenir. Que si j'avais oublié certains éléments, c'était mon inconscient qui avait choisi de les oublier. Je n'en connaissais pas encore la raison, mais je ne doutais pas qu'un jour, je comprendrai.
 
« Je ne dirai pas exactement « battu » en faites … »
 
J'arquai un sourcil. Il n'avait pas ri, il n'avait pas contredit, il avait juste accueilli cette possibilité comme ce qu'elle était... possible. Je déglutis. Non, je ne pouvais pas croire que ces malades croyaient aussi aux loups-garous ! Pas Josh ! Il avait l'air si normal... Je me mordis la lèvre, pour tenter de reprendre une consistance mais si à l'intérieur, je paniquais.
 
« J’ai fait des recherches. Sur toi. Ou plutôt sur ton nom. »
 
Je levai les yeux vers lui avec précipitation. Non. Je ne voulais pas qu'il se renseigne. Je ne voulais pas qu'on lui raconte des choses sur moi. Personne ici ne me connaissait, ou ne comprenait. Je préférai qu'il se fasse sa propre expérience.
 
« Tu m’appelles la belle au bois dormant, mais tu savais que Milo c’était aussi le nom d’un personnage Disney ? » J'eus un soupir de soulagement. Dieu merci, il n'avait pas parlé aux 'médecins'. Je posai ma main sur mon cœur pour le forcer à reprendre un rythme normal. « Thatch. Milo Thatch, il s’appelle. »
 
Un sourire sincère naquit sur mon visage. Évidemment, je connaissais ce Disney. J'avais eu droit à pas mal de remarques à l'école. Parce que mon prénom était celui d'un garçon. Et que, non, je n'étais pas un garçon.
 
« Je connais, oui ! Un très bon Disney si tu veux mon avis ! Enfin un film où la fille est une guerrière badass et le mec, un intellectuel maladroit ! »
 
Cela ne m'avait jamais dérangé d'avoir un nom à consonance plutôt masculine. 
 
« Bon, et sinon pourquoi t’es là toi ? »
 
J'essayais d'avoir l'air détendu mais ses suggestions me mettaient très mal à l'aise. J'avais soudainement la tête qui tournait et je fermai les yeux un instant pour reprendre le contrôle de mon corps qui avait parfois tendance à me lâcher.
 
Vampire, Cracmol... Potion de Ratatinage... Mes mains tremblèrent légèrement mais, enfin, je rouvris les yeux et les plongeai dans ceux du garçon, l'air grave.
 
« Je ne suis pas comme vous. Je ne devrais pas être ici. »
 
Josh fronça les sourcils et entama un paquet de cacahuètes posé sur la table de chevet à côté du lit.
 
« Ça, c'est clair que t'es pas banal comme sorcière ! »
 
Il balança nonchalamment une cacahuète vers sa bouche qu’il manqua lamentablement.
 
« C’est quoi ton truc ? T'as du sang de Troll ? T'as pas avalé la bonne Potion et un autre membre te pousse à quelque part… »
 
Son regard glissa sur mon corps, à la recherche d’un élément physique qui pourrait expliquer mon annonce. Je me laissai tomber contre le pied du lit et levai les yeux au ciel. J’étais néanmoins soulagée qu'il ne me prenne pas pour une folle, même s'il n’y comprenait rien.
 
« Non... Je veux dire… »
 
Je jetai un œil angoissé vers la porte, de peur que quelqu’un nous écoute. Je me redressai vers lui, me mordis la lèvre et annonça dans un souffle :
 
« Je ne suis pas une sorcière. Je ne suis pas l'une des vôtres. »
 
Il s’arrêta progressivement de mâcher, comme si son cerveau n’était pas capable de traiter l’information et manger en même temps.
 
« T’es une Cracmol ? »
 
Il balança une autre cacahuète qu'il loupa encore une fois. Je ne pus me retenir de pousser un grognement rageur, je n'avais aucune idée de ce dont il parlait.
 
« Noooon ! Rohlala tes neurones sont gravement atteins ou quoi ?! JE NE SUIS PAS COMME VOUS ! Je ne viens pas de votre monde !! »
 
Josh me fixa un instant, abasourdi. Puis soupira en se remettant à mâcher. Pas impressionné.
 
« Très bien, cool, meuf ! J'juge pas ! »
 
Puis se met à rire comme un idiot :
 
« T'es passé dans l'armoire de Narnia ? »
 
Je me laissai tomber la tête en arrière de lassitude.
 
« Mon Dieu, en fait tu t'entendrais très bien avec Artus de la 248, c'est un vieux qui se prend pour un enfant de 8 ans… »
 
Il cessa brusquement de rire.
 
« C'est vrai ? Faut que j'aille le voir ! »
 
Je me retins de sourire. Ce mec n’était jamais sérieux. Mais ça me plaisait, j’avais besoin de ce genre d’attitude dans ma vie de dingue.
 
« Bon alors, ok. T'es quoi alors, si t'es pas sorcière, Cracmol ou Narnien ? »
 
Je me redressai et écartai les mains, semblant signifier que j’étais probablement face à l'individu le plus stupide de la planète.
 
« T'es sérieux ? Vous pensez vraiment être le centre de l'univers, en fait ! MON monde, LE VRAI monde ! Celui où Disney et Narnia existent ! Enfin... N'existent pas vraiment... Bref... Le monde normal, des gens pas complètement barrés et contre-nature ! »
 
« Oh oh calme ! T'es déjà moche au naturel alors quand tu t'énerves tu ressembles à une harpie… »
 
Il lança une autre cacahuète en l'air qui retomba sur son ventre. Je ne relevai pas le fait que je n'avais aucune espèce d'idée de ce qu'était une harpie mais je me doutais que ce n'était pas vraiment un compliment...
 
« Et donc c'est quoi ton monde ? Le monde des Moldus, hein ? » demanda-t-il intrigué mais d’un calme olympien. J’aurais dû me douter que dans un monde aussi fou que le leur, rien ne les impressionnait jamais vraiment.
 
Je choppai le sac de cacahuète avant que Josh ne puisse réagir.
 
« Eh ! » répliqua-t-il en voyant son paquet partir alors que j’en lançai une dans ma bouche avec dextérité.
 
« Appelle ça comme tu veux. Même si je trouve ce mot horrible… »
 
« J'savais pas que des Moldus étaient internés ici. Ils t'ont rien dit ? »
 
Je m’étalai dans le lit, blasée.
 
« Je suis la seule, je crois. Ils se gourent sur moi. »
 
Josh haussa les sourcils.
 
« Mmh, donc tu veux dire qu'on te retient enfermer ici en tant que Moldu dans un hôpital rempli de sorciers ? »
 
Je lui fis un signe de victoire de ma main libre.
 
« Bien vu, Sherlock ! Je me demande si je suis pas l'objet d'une énorme caméra cachée… »
 
Il hocha la tête, un air dubitatif sur le visage : « D'accord … T'es internée en quoi déjà ? »
 
« Je sais pas... J'aurais dit psychiatrie vu qu'un pauvre mec me tape la causette tous les jours. Mais personne n'a l'air de me croire. »
 
Je me redressai brusquement.
 
« Je sais que tu me prends pour une dingue. Tout le monde me prend pour une dingue parce que je ne suis pas comme vous. Mais c'est pas moi le problème ! »
 
Je sentis les larmes me monter aux yeux comme après avoir abusé de la moutarde. J’avais conscience d’avoir l’air complètement désemparée. Il devait vraiment me prendre pour la dernière des folles. Je pensais que ça me ferait du bien de me confier à lui. Mais en fait, c’est tout le contraire. Il allait me rire au nez, comme tous les autres. J’essuyai vite une larme au coin de l'œil et me raclai la gorge pour cacher mon désarroi.
 
Josh garda le silence pendant quelques instants, des secondes interminables. Je pouvais presque voir son cerveau fumer.
 
« Je te prends pas pour une dingue, moi. » dit-il enfin. « Enfin, t'es un peu bizarre, mais comme toutes les meufs quoi … » Il haussa les épaules. « T'es sûr que t'es pas un peu sorcière ? »
 
Les paroles de Josh eurent un effet d'intense soulagement sur moi. Je souris.
 
« Certaine. Le psy n'arrête pas de me demander de me souvenir de choses inexplicables qui me seraient arriver mais il se trompe. J'ai la vie la plus banale du monde... »
 
« Mise à part que t'es maigre comme un Inferius … » se moqua-t-il en reprenant son paquet de cacahuète. Je lui en lançai une au visage en riant. Bien que je n’avais aucune idée de ce qu'était un inferius.
 
« J’ai jamais beaucoup mangé, c'est tout… »
 
« Milo ! C’est donc ici que tu te caches ? Nous avions rendez-vous il y a 25 minutes… »
 
Je sursautai en entendant une voix bien familière dans mon dos. C'était Matthew. Mon psy. Celui qui me forçai à parler de ma vie d'avant en ayant aucune considération pour le fait que ma vie d'avant me manquait atrocement. J'angoissai soudainement à l'idée qu'il sache désormais que je parlais avec Josh. Et s’il lui racontait ? S'il lui racontait pourquoi j'étais arrivé ici ? Je me redressai d'un bond et sautai du lit.
 
« Désolée. J'ai perdu la notion du temps... »
 
Tu parles ! J'aurais préféré pouvoir sauter cette séance inutile. Sans un mot pour Josh, je me faufilai hors de la pièce, en contournant Matthew. Mais celui-ci resta sur place, les yeux fixés sur le garçon. Merde. Merde.
 
« On y va ? »
 
Et Matthew fit demi-tour me suivant jusqu'à son bureau.

Lilith

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz

Il était une fois ...Are you real or is that a dream ? I can't believe it. ○ Vendredi 4 juin 2021

Depuis son réveil, Josh avait eu la visite de toute sa famille ainsi que de James et Louis. Jillian et Minho devaient venir le voir demain. Il n’avait pas revu Irina, et aujourd’hui, Alex et Nicky devaient revenir le voir. Oh n’allez pas croire qu’il s’ennuyait ! Ses exercices lui prenaient tout son temps. La magie accélérait les choses mais les Médicomages lui en faisaient voir de toutes les couleurs. Ses muscles étaient longs à bouger mais il y arrivait de plus en plus. François avait essayé de le faire marcher et il n’avait réussi qu’à mettre un pied devant l’autre, avant de retomber. Cela l’ennuyait. Et s’il ne pouvait plus jamais jouer au Quidditch ? C’était toute sa vie ! Ce matin, il avait demandé à Jean-Marie quand est-ce qu’il pourrait sortir, puis à François, puis à Edward, son Psychomage. Mais ils ne donnaient jamais de réponse exacte. Visiblement, rien n’était certain et Josh n’aimait pas ça.

Il aurait aimé qu’on lui dise que tout était parfait dans ses analyses et qu’il pourrait très bientôt quitter l’hôpital pour reprendre une vie normale. Mais ce serait dire adieu à Milo. Oh non, il ne s’était pas attaché à la jeune femme. Elle était vraiment exécrable quand elle s’y mettait. Mais hier, Josh avait compris qu’elle se sentait surtout incomprise et pas à sa place. Josh s’était longtemps senti en décalé avec les autres, le temps de faire le deuil de sa mère. Ce n’était peut-être pas exactement la même chose pour la jeune femme mais peut-être avait-elle besoin de faire son deuil de quelque chose elle aussi.

Quoi qu’il en soit, Milo revint comme hier dans sa chambre peu avant l’heure du déjeuner. « Ah ! » s’écria Josh en se penchant sur le côté pour attraper une pile de bouquins qu’il posa sur son lit. Son père avait cru halluciner quand son garçon lui avait demandé de lui rapporter ses livres de cours. Marcus n’avait pas été un père très consciencieux, mais il savait que Josh était loin d’être sérieux dans ses études. Mais ce dernier avait une petite idée en tête. « J’ai eu le temps de réfléchir hier ! » dit-il. « Oui, oui, moque toi, mais je réfléchis ! » dit-il. « Bref, vu que tu m’as dit que tu étais Moldu, je doute que les Médicomages te laissent repartir dans ton monde en te souvenant du monde de la magie ici, tu vois ? » La jeune femme haussa un sourcil. Elle semblait choquée qu’on puisse modifier la mémoire de quelqu’un.

« J’veux pas te faire peur, t’as pas l’air d’avoir froid aux yeux de toute façon. Mais je pense qu’ils vont faire en sorte que tu perdes la mémoire avec ce que tu as vu ici pour pas que tu dises que des sorciers existent. » La jeune femme était toujours perplexe, bouche bée : « C’est complètement tordu ! La mémoire, ça nous appartient ! Et à personne d’autre ! c’est horrible de faire ça ! »

Josh secoua la tête et se pencha pour expliquer un peu mieux. « C’est simple : on a un Code International du Secret Magique, où on a interdiction de révéler le monde des sorciers au monde des Moldus. J’écoute pas beaucoup en cours, mais je sais qu’avec ce qu’on faisait aux sorcières au Moyen-Âge – les bruler et tout ça – les sorciers veulent rester cachés. Bref. » Il s’égarait. Il tapota alors son plus gros livre sur les genoux. « J’me suis dit que ce serait dommage quand même que tu n’en saches pas plus sur notre monde avant que tu oublies tout. T’en penses quoi ? » Visiblement, elle ne semblait pas convaincue. Elle sembla se ratatiner sur elle-même, apeurée. En savoir plus ? Sur quoi ? Elle n’avait pas envie d’en savoir plus, elle en savait assez ! Et en même temps, elle se posait tellement de question…

« Je sais pas… Ça a l’air tellement compliqué… » avoua-t-elle. « Quoi ? Tu veux pas que je t’explique ce à quoi je t’ai comparé, un Inferius ? Quoi que, t’as raison, tu risquerais de me taper … » Elle eut un demi-rire, forcé. Elle hésitait.

« C’est juste que… Vous êtes certains que tout ça existe ? Je veux dire… Tu es certain que tu n’es pas juste membre d’une sorte de secte qui a inventé une religion tordue ? Et que tout ça… Vous pensez que ça existe, mais en fait, non ? C’est quelque chose qu’on vous fait croire ? » Josh éclata de rire, mais en voyant la jeune femme se renfrogner il cessa. Ce n’était sans doute pas comme ça qu’il allait la convaincre. « Désolé … c’est la première fois que je rencontre un Moldu … » admit-il. « J’ai toujours connu que ça. La magie, le Quidditch, les gnomes qui envahissent le jardin, mon père qui raconte sa journée avec des mages noires, ma mère … » Sa voix se brisa.

Il avait dormi un an. Avant ça, il avait réussi à faire le deuil de sa mère, grâce à Jillian. Mais c’était toujours douloureux d’en parler, mais … devant une inconnue ? Non, il n’allait pas gâcher leur bonne humeur ! Et puis, Milo n’était pas là pour ça. Pourtant, la jeune femme remarqua bien son malaise. C'était la seule personne qu'elle n'avait pas vu rendre visite à Josh. Il changea rapidement de sujet, une cabriole dont elle avait elle-même souvent usé pour éviter de parler de son père. Elle hésita à poser sa main sur la sienne, pour le soutenir mais se ravisa.

Josh chercha alors un livre par-dessus la pile qu’il tenait et en tendit un à la jeune femme. « C’est mon livre de Métamorphose. Long et ennuyeux, j’en ai jamais ouvert aucun … » Il leva les yeux au ciel comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Elle émit une grimace : « Métamorphose ? Tu sais changer d'apparence ? » Elle était entre l'admiration et l'angoisse.

Josh eut un petit rire. « Non je sais juste changer un scarabée en bouton et un chat en verre de vin ! » Il bomba le torse bien qu'il était vraiment une quiche en Métamorphose. « Par contre je connais une nana qui est douée en métamorphose. C'est la sœur de mon meilleur ami, Louis, mais crois-moi, tu veux pas la connaître. Elle est rabat-joie, mère poule et trop belle pour être naturelle. » Il frissonna de dégoût. « Elle a du sang de Vélane. Tu connais les Vélanes ? Ah bah non, tu connais pas. En faites, ce sont des créatures très très belles qui envoûtent les hommes autour d'elles avant de se transformer en de véritables harpies quand elles s'énervent. Ouais les gens font des associations bizarres, je confirme ! » dit-il en voyant la tête de Milo.

Elle était bouche bée. Ces détails étaient sans doute bien trop précis pour avoir été inventé, devait-elle penser. Comment était-ce possible que tout cela existe sans que les humains soient au courant ? Est-ce que le premier ministre l’était ? « Est-ce qu’il y a des… mordus ? Moldus ? Qui sont au courant pour vous ? » Josh hocha lentement la tête, comme faisant appel à de très vieux souvenirs.

« Hum ... je t'avoue que les cours d'Histoire de la Magie ne m'intéressent pas beaucoup mais il me semble que oui, votre Premier Président, Directeur ou Ministre je sais plus. Ils communiquent souvent avec notre Ministre de la Magie de ce que je peux me souvenir. » La jeune femme était encore plus étonnée. Il pouvait comprendre. C’était comme si on lui avait caché toute sa vie le monde des Moldus et qu’il apprenait tout d’un autre monde parallèle. D’ailleurs, il était bien assez souvent étonné de leur monde.

« C'est complètement dingue... est-ce que... Tu peux me montrer un tour de magie ? 'Fin... un de votre truc là ? Rien de trop dingue, juste... quelque chose ? » Elle jouait avec ses doigts nerveusement. « On ne m'a pas encore rendu ma baguette ... » soupira-t-il. Les Médicomages avaient fait plusieurs analyses sur celle-ci pour découvrir les derniers sorts utilisés. « Mais dès que je l'aurai je te l'amènerai ! » promit-il avec joie. « Oh par contre je sais parler Fourchelang. Rien de fun, mais ça surprend toujours au premier abord ! » s'amusa-t-il. C'était la première fois qu'il en parlait sur un ton aussi léger. « C'est la langue des serpents, alors ça fait peur à tout le monde ... » expliqua-t-il.

Quand il avait pris ce don, il était avec Jillian. Elle avait mené des recherches avec lui, enfin surtout elle (lui les bouquins …) et il avait découvert que sa famille descendait des Gaunt, eux-mêmes descendant de Salazar. Josh avait eu du mal à accepter qu’il était issu de la même famille que le célèbre Seigneur des Ténèbres qui avait fait trembler ses parents à l’époque. Mais voilà, Jillian l’avait encore aidé à accepter ce fait et il avait longtemps laissé ce don de côté. Ce n’était pas une chose dont il se vantait en vérité. Mais là, avec Milo qui ignorait tout, il sentait qu’il pouvait se sentir à l’aise.

Milo semblait d’ailleurs perplexe mais pas effrayée. « Parler aux serpents ? Pourquoi pas ... J'imagine que tu n'as pas un serpent sous la main pour me montrer ? » Oui, c’était vrai que c’était mieux. Comme il le disait il n’avait pas vraiment développé ce don et parler Fourchelang sans serpent ne l’inspirait pas tellement.

Josh parut réfléchir... Et une étincelle se fit alors dans son esprit. « T'aimes l'aventure ? » demanda-t-il avec un air malicieux sur le visage. On aurait cru qu’il était redevenu ce jeune homme insouciant qui faisait les 400 coups avec James, Minho et Louis. Milo joua la blasée mais ses yeux se faisaient rieurs. « Comme si on manquait d'aventure dans cette aile de l'hôpital... » Elle lui tendit la main pour sceller le deal. « Je marche, allons-y ! »

○○○

« On va pas se faire choper … » marmonna Milo. « C’est ça qui est amusant ! » répliqua Josh, déclenchant l’hilarité de la jeune femme. Elle n’avait surement pas autant ri depuis un moment et le Serpentard était heureux d’y être pour quelque chose.

Ils avaient emprunté un fauteuil roulant pour Josh qui ne pouvait pas encore faire de longs voyages dans l’hôpital. Milo conduisait et plusieurs fois, Josh avait juré en répliquant qu’elle ne serait jamais une championne au Quidditch. Mais la vérité, c’était qu’ils profitaient pleinement de sortir de la chambre de Josh et s’amusaient comme des enfants de leur âge ! Ils avaient manqué de croiser Matthew et François, leurs aide-soignants, mais Milo était maligne et arpentait les couloirs de ce bâtiment depuis 2 mois !

Rapidement, ils étaient descendus d’un étage pour aller trouver le centre de recherche où Josh avait appris que des serpents et toutes sortes d’autres créatures utilisées pour les Potions étaient retenues dans ces cages. « Nom d’un Scroutt ! Il y a un code ! » se plaignit Josh. En un coup de baguette, Louis aurait arrangé ça … Mais ils allaient devoir s’en sortir seuls. Josh passait en revue dans sa tête tout ce qui aurait pu les aider, mais les éliminer tour à tour en se rendant compte qu’il n’avait pas le matériel ni l’équipier nécessaire. Soudain, la porte s’ouvrit. Josh se retourna sur son fauteuil vers Milo qui tenait dans sa main une carte. Elle haussa les épaules, comme l’air de dire que c’était parfaitement normal qu’elle dérobe des objets sorciers aux Guérisseurs.

« J’en connais un qui va chercher sa carte demain … » s’amusa Josh rien qu’à cette pensée. Ils entrèrent dans la pièce où des créatures se reposaient. Milo conduisait toujours le fauteuil entre les rayons et ils approchèrent alors des vivariums. « Ok, t’es prête ? » dit-il avec un rictus amusé sur le visage. Il se retourna alors vers l’un des serpents, un Anilius Scytale selon sa fiche. Il était rouge avec des anneaux noirs.

La dernière fois que Josh avait parlé avec un serpent c’était il y a plus de deux ans … Il avait l’impression que cela faisait moins de temps mais c’était surement la faute à son coma. « Salut, l’ami ! » commença-t-il, faisant sursauter Milo à côté. Le serpent tourna la tête vers Josh. « Désolé de venir perturber ton repos, mais mon amie voulait voir un côté de la magie. Et je me disais que ce serait cool si tu pouvais dire à tes copains de lever la tête tous en même temps. » Il se mit à rire et regarda la tête de Milo qui observait, fascinée, les serpents répondre à l’appel en redressant tous leurs têtes vers les nouveaux venus.

Elle s’était approchée de la vitrine jusqu'à presque coller son front dessus. Elle restait bouche bée … puis tourna lentement la tête vers Josh. « C'est dingue ! Je t'avoue que je n'y croyais pas mais là... genre tu peux lui demander depuis combien de temps il est là ? » Josh s’exécuta. « Il est là depuis plusieurs mois. Je crois qu’ils n’ont pas la même notion du temps que nous … » expliqua le jeune homme après son échange. « Et pourquoi ça ne marche qu'avec les serpents ? » Josh haussa les épaules. « Même chez les sorciers, on a des légendes et des malédictions. Et parler aux serpents n’a pas très bonne réputation … » dit-il avec un sourire un peu crispé.

Mais Milo était bien loin de ces préjugés. Elle regardait, fascinée, les prouesses de Josh. Et quelque part, cela lui réchauffa le cœur. Même si Jillian, Minho, Louis ne l’avaient pas rejeté pour ce don, ils ne l’avaient jamais regardé avec autant d’admiration qu’à ce moment-là pour un tel exploit.

Un quart d’heure plus tard, ils étaient de retour dans leurs chambres, à rire à en avoir mal au ventre. On avait manqué de peu de les choper en train de traîner là où il ne fallait pas, et ça avait été tellement amusant de voir la tête de ce pauvre concierge tout abasourdi en les trouvant entouré de serpents. Et finalement, Josh pouvait le dire : il commençait vraiment à apprécier ce petit bout de Moldu.

©️ Justayne

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz
Il était une fois...


La dernière fois que je m’étais autant amusé semblait être il y a des siècles. Josh était drôle, vraiment. Il semblait être décomplexé de tout, intouchable. Les évènements tragiques qui lui étaient arrivés semblaient n’avoir eu aucune conséquence pour lui. Ou alors, était-il simplement heureux d’être en vie ? C’était rafraichissant de l’avoir à mes côtés. J’avais l’impression d’avoir pris 10 ans dans la vue depuis mon… enfermement. Sa présence me rappelait qui j’étais, au fond de moi, sous cette énorme couche de lassitude et de découragement.

Mais surtout, je commençais à accepter. Accepter cette réalité. Accepter ce monde. Et surtout accepter d’en faire partie. Et s’ils n’avaient pas tout à fait tort ? Et si, toutes ces choses inexplicables prenaient leur sens dans un monde comme celui-ci ? J’avais le bout des doigts qui picotaient. Comme s’il suffisait que j’ouvre les vannes pour que je puisse moi aussi animer des objets ou transformer des choses.

Nous étions de retour dans sa chambre. J’étais morte de rire en le voyant imiter le concierge qui nous avait pris la main dans le sac. Il avait des talents d’imitateur ! Je remarquai qu’il avait les yeux un peu éteint. Il devait avoir sommeil. Cette promenade avait été plus éprouvante pour lui que pour moi. C’était normal. Je sautai du lit et lui fis une petite courbette.

« Merci pour cette brillante démonstration, Monsieur le Charmeur de Serpents ! »

J’avançai à reculons vers la porte.

« J’ai… des trucs... cet aprèm... donc je ne pense pas que je vais pouvoir revenir te courir sur le haricot aujourd’hui. Mais ne t’inquiète pas, demain, tu n’y échapperas pas ! »

Il me balança une dernière vanne et je filai vers ma chambre.

°°°°

Je m’étais réveillée de bonne humeur le lendemain. J’avais eu des rêves complètement fous, mon imagination s’en était donné à coeur joie. Des serpents qui parlent, des objets qui flottent, des choses qui apparaissent. En temps normal, ça m’aurait probablement angoissé mais mes rêves avaient été léger, comme s’ils avaient conscience qu’ils n’étaient que des rêves. Je m’habillais rapidement, tressais mes cheveux et avala trois petites bouchées de mon petit déjeuner. Chaque déglutition me faisait un mal de chien. Comme si ma gorge était bien trop étroite pour laisser passer de tels morceaux. Je pris le temps de décomposer le contenu de l’assiette et de l’étaler pour donner l’illusion que j’avais mangé. Dès que l’infirmière ouvrit la porte pour venir chercher mon plateau, je m’engouffrai dehors et je filai vers la chambre de Josh.

Je m’installai sur le lit comme à mon habitude. Josh avait l’air somnolant mais je fis comme si de rien n’était.

« Bonjour Snake Whisperer ! J’ai fait des rêves trop bizarres avec ce que tu m’as montré hier.. J’en reviens toujours pas ! »

Josh eut un petit rire empli de fierté. Comme si je lui avais fait le plus beau des compliments.

« Et encore, t'as pas tout vu ! »

Il sortit de sous son oreiller un bout de bois que mon corps sembla identifier plus vite que moi parce que ma peau se couvrit de frisson et mon estomac se tordit.

« Je l'ai enfin récupéré ! » s'écria-t-il fièrement

J’eus un mouvement de recul et descendis du lit, paniquée.

« NE POINTE PAS CE TRUC SUR MOI !! »

« Ohoh calme ! »
s'exclama-t-il en fronçant les sourcils comme si j’étais totalement entrain d’exagérer. « Je vais justement te montrer comment on fait léviter un corps ! »

Il semblait plus heureux qu’un enfant le jour de Noël. Moi, je me décomposais, ne pouvant détourner mon regard de sa baguette. Il avait néanmoins réussi à éveiller ma curiosité.

« Un corps ? Un corps humain ? Entier ? »

« Ouais c'est top ! Je peux même faire apparaître un serpent, ou métamorphoser un objet en pierre ! Quoi que ça j'ai encore des difficultés… »


J’avais les yeux ronds comme la lune. Je le dévisageais en espérant qu’il éclate de rire en avouant que tout ça n’était qu’une vaste blague mais non. Je m’approchai prudemment.

« Mais t'es sérieux ? » Il hocha la tête le plus simplement du monde. « Ok, vas-y, montre ! »

Josh agita sa baguette :

« Avis ! »

Instantanément, des oiseaux apparurent dans la chambre et se mirent à gazouiller gaiement. Je ne pus détourner le regard. J’étais en état de choc. Est-ce que je rêvais encore ? Ca ne pouvait pas être réel, c’était… impossible !

«  Oh et je peux aussi faire ça ! Lumos ! »

Le bout de sa baguette s'alluma alors que le rire de Josh emplissait la pièce, comme si le fait de réaliser la magie lui redonnait des couleurs.

« Wingardium Leviosa ! »

Le livre sur sa petite table à côté du lit se mit à léviter dans la pièce. Mon cerveau tournait à 2000. J’avais des millions de questions qui se bousculaient. Comment était-ce possible ? Qui avait inventé ces sorts ? Y en avait-il pour tout et n’importe quoi ? Jusqu’où la magie pouvait aller ?

« Tiens, je peux même te faire un truc drôle sur toi ! »

Et avant d'avoir eu une quelconque autorisation, Josh pointa sa baguette sur moi :

« Tarentallegra ! »

Si le haut de mon corps s’était soudain mué en statue en sentant la baguette se tourner dans ma direction, mes jambes se mirent à danser sauvagement. Je baissai les yeux, horrifiée, tentant de ne pas perdre l’équilibre alors que mes jambes ne me répondaient plus.

"Stop..."

Ma voix était si faible que ce n’était qu'un murmure. C’était comme si le son s’était bloqué dans ma gorge et que j’étais incapable de m’exprimer. 

« Je n'arrive pas à... je ne contrôle pas… »

Je m’accrochais au lit et tentai d'arrêter mes jambes.

« Arrête ! » Enfin j’arrivais à parler mais Josh riait à gorge déployée, ne percevant pas la panique dans ma voix.

« Arrête !! JOSH ARRÊTE ÇA !! » J’avais fini par lui hurler dessus, les larmes me montaient aux yeux, cela devait s’arrêter tout de suite !!

Il finit par enfin arrêter de rire et pointa à nouveau la baguette dans ma direction. Je n’entendis pas ses paroles mais le mauvais sort se rompit parce que mes jambes s’arrêtèrent aussitôt comme si rien ne s’était passé.

« Quoi ?! C'était drôle, non ? »

« Drôle ?! Tu trouves ça drôle ?! De prendre le contrôle de quelqu'un ? De lui enlever tout libre arbitre ? »


J’avais les poings serrés de colère. Il ne comprenait pas, il ne voyait pas où était le problème ?!

« Ce n'est pas drôle ! C'est complètement tordu ! Vous êtes complètement tordus ! »

Je finis ma tirade en jurant sauvagement, fis volte face et partis en courant, ayant pris bien soin de claquer la porte le plus fort possible.

°°°°

Le reste de la journée et le lendemain, je n’avais plus vu Josh, je n’avais pas le courage de lui expliquer pourquoi j’avais réagi aussi fort. Et je comprenais que de son côté, il ne soit pas venu me voir. Les infirmières à qui j’avais demandé des nouvelles m’avaient affirmé qu’il était très occupé. Il enchaînait les visites, les examens, la rééducation…

De mon côté, le psychomage était de plus en plus insistant et… impatient ? Il voulait parler de ma jeunesse, de mon… géniteur. Et ça me mettait dans une colère noire. Je ne voulais pas en parler. Ce n’était pas là le problème. Pourquoi est-ce qu’il s’obstinait à creuser là où ça faisait mal ?! Ma mère s’était battue toute sa vie pour que je ne manque jamais de rien et certainement pas d’un père. Nous étions une famille unie, sans lui, un foyer aimant, équilibré, rempli d’amour. Je n’avais presque pas de souvenir de mon père, ma mère non plus. C’était comme ça, on était passé à autre chose et il était temps que ce psychomage en fasse autant !

Je m’étais énervée. Un peu fort. Et… Il y avait eu des conséquences. Je ne suis pas certaine que c’était lié mais la coïncidence était un peu grosse. J’en avais fait abstraction, comme de tout ce qui me dérange ici. J’avais juste claqué la porte, encore. On m’avait « puni » en verrouillant la porte de ma chambre. N’importe qui pouvait entrer mais je ne pouvais pas sortir. Dès que je posais ma main sur la poignée, la porte semblait verrouillée alors que personne ne trimbalait de trousseau de clés ici !

Maman était venue me voir. La larme à l’oeil, comme d’habitude. Elle me disait de coopérer, de faire ce qu’ils me demandaient de faire. Mais elle ne comprenait pas. Elle n’était plus vraiment elle-même depuis que j’étais ici. Elle avait bonne mine, mais son esprit était embrumé, ses souvenirs étaient confus. Elle répétait la même chose. « Fais ce qu’on te demande. Fais leur confiance. Ils ne veulent que ton bien. » On aurait dit un disque rayé, comme s’ils lui avaient fait un lavage de cerveau. Ça me révoltait encore plus.

Quand enfin, ils levèrent ma punition, je me rendis immédiatement chez Josh. Je ne pris pas la peine de frapper, je refermai la porte derrière moi et m’assis directement au bout de son lit, les yeux fixés dans le vide, vers la fenêtre de sa chambre. J’avais les yeux rougis et ma lèvre tremblait un peu, ravalant des sanglots et face à son silence interrogateur, je demandai :

« Alors, tu sais marcher maintenant ? »

Lilith

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz

Il était une fois ...Are you real or is that a dream ? I can't believe it. ○ Mardi 8 juin 2021

Milo n’était pas revenue. D’un côté, Josh ne comprenait pas pourquoi elle n’avait pas ri. C’était vrai, ils avaient un bon feeling jusque-là, ça se passait bien, ils riaient des mêmes choses. Mais là elle s’était emportée et elle était partie bouder. D’un autre côté … Josh se rappelait surtout qu’elle était Moldue et qu’elle ne comprenait pas certaines choses. En tout cas, c’était ce que son Psychomage avait essayé de lui faire comprendre. Josh n’était pas allé la voir. C’était préférable qu’elle revienne d’elle-même. Enfin, c’était que Josh avait toujours pensé. Avec Jillian, c’était pareil. Sauf que la Serdaigle avait tendance à le faire mariner longtemps et c’était finalement Josh qui revenait.

Bref, là de toute manière Josh n’avait pas eu le temps de bien s’en occuper. Il avait toujours un emploi du temps très chargé même si les visites s’étaient espacées. Ceux de Poudlard n’avaient plus leur autorisation spéciale, aussi il n’y avait que Nicky et Alex qui revenaient deux à trois fois par semaine. Marcus était, quant à lui, tous les jours à l’hôpital de toute évidence. Mais il y avait surtout les divers examens et la rééducation essentiellement. Ce n’était pas une partie de plaisir mais petit à petit, Josh arrivait à reprendre une vie normale.

Et puis, peu après la pause du midi, Milo apparut. Les cernes sous ses yeux s’étaient creusés et … bah elle était toujours aussi maigre. On aurait dit qu’un seul coup de vent pouvait la faire tomber. Elle ne parla pas quand elle referma la porte et s’installa sur son lit, sa place habituelle. Elle était bizarre. Enfin plus que d’habitude. Josh ne savait pas trop comment réagir et fut presque tenté de ranger sa baguette posée sur la petite table à côté de lui pour ne pas l’effrayer. Mais finalement, elle commença : « Alors, tu sais marcher maintenant ? » Oh. Donc elle s’inquiétait sincèrement pour lui ?

« A peu près. Enfin, je ressemble plutôt à un enfant de 2 ans qui fait ses premiers pas et menace toujours de retomber sur son derrière. » commenta-t-il en tentant une image assez drôle. Il garda le silence, observant la jeune femme. Merde, il n’était pas doué pour ça. « Euh … tu préfères que je la range ? » demanda-t-il enfin en pointant la baguette du doigt. Devait-il s’excuser ? Devait-il lui demander si ça allait ? Elle jeta un regard vers la baguette et sembla frissonner. Elle passa une main dans son cou, embarrassée. « Désolée pour... J'ai un peu... pété les plombs. Vos... baguettes ? Ça me flippe... » Elle marqua une pause en se mordillant la lèvre. « Je n'aime pas ne pas avoir le contrôle. » Josh se montra curieux. « Il y a d'autres fois où tu as perdu le contrôle avant ça ? »

Milo s'affaissa sur elle-même comme si elle en portait trop sur ses épaules. « Je ne sais pas... Je... » Elle leva les yeux vers lui, semblant se demander s'il était digne de confiance. « J'ai un sentiment étrange... quand je suis face à de la magie... Comme si mon inconscient savait que c'était dangereux et qu'il fallait que je m'en méfie. C'est plus fort que moi... c'est comme... une phobie ? » Josh l'observa un instant puis, voyant qu'elle était assez à l'aise pour parler, il laissa aller sa curiosité. « T'as déjà eu d'autres expériences avec la magie ? J'veux dire... Avant de venir ici quoi. »

Il se pencha vers elle, décidant de se montrer plus clair, alors qu’elle se mordait les lèvres. « C'est bizarre qu'une Moldue comme toi arrive ici, au milieu de sorciers … Tu n’penses pas qu'il y a eu un jour de la Magie dans ton histoire ? Peut-être... Peut-être que c'est ta mère qui est sorcière non ? Peut-être qu'elle n'a jamais voulu te le dire parce que t'es une Cracmol … » suggéra-t-il, s’emballant une nouvelle fois dans ses explications. Milo secoua la tête et fronça les sourcils. Un mince sourire se dessinait sur son visage. « Cracquoi ? » « Cracmol » reprit-il. « Ceux qui n’ont pas de pouvoirs mais qui ont quand même des parents sorciers. » Milo secoua à nouveau la tête. « Non... non ma mère ne peut pas être une sorcière. Sinon elle m'aurait tout avoué en arrivant ici … Elle est aussi déboussolée que moi ! » Elle marqua une pause. « Je ne me souviens pas avoir eu d'autres expériences avec la magie. C'était la première fois le jour de l'accident... Je crois. »

Intrigué, Josh demanda : « Qu’est-ce qui s’est passé le jour de l’accident ? Tu n’m’as jamais raconté. » Milo prit une grande inspiration. « Eh bien, d'abord, ma mère s'est faite renversée par une voiture dans le centre-ville … et dans la foulée il y a eu comme un tremblement de terre. Les voitures se sont envolées et le sol s'est fendu. C'était horrible, j'avais jamais vu un truc pareil ça semblait surnaturel ! ... Et visiblement ça l'était puisque des magiciens... des sorciers comme toi ont débarqué de tous les côtés et ont réparé la route et les voitures... Comme si de rien n'était... Je t'avoue que je n'étais pas super attentive parce que ma mère était entre la vie et la mort, c'était la plus grande frayeur de ma vie... Elle va bien maintenant, ils l'ont soigné en quelques jours. Mais ils m'ont gardé ici. » A nouveau, elle marqua un temps d’arrêt, pensive. Josh était impressionné par ce que racontait Milo. Il n'avait jamais entendu parler d'une chose pareille. Sûrement qu'une autre personne que lui, plus assidue et plus sérieuse, aurait su de quoi il s'agissait. Mais pour Josh, c'était juste un truc super méga impressionnant.

« Ceci dit, je ne comprends pas comment ça se fait que votre existence soit encore secrète avec tout le bordel que vous causez … Je veux dire, il y avait certainement plein de non-sorciers dans la rue ce jour-là et vous ne vous cachiez pas du tout ! Y'en a sûrement un paquet là-dedans qui savent que vous existez ! » « Non mais il les oubliette. Comme toi sûrement. Pour que t'oublies qu'on a des pouvoirs magiques. J'sais pas trop comment ça fonctionne mais je pense que tu garderas mon souvenir, sans tous les trucs bizarres que j'ai faits. À moins que tu m'oublies complètement... » Il réfléchit mais cette idée lui parut très triste. Il n’avait jamais été ami avec une Moldue mais là il comprenait pourquoi il était déconseillé aux sorciers de s’approcher d’eux. Dès lors qu’on entrait en contact avec eux, on devait songer un jour à les oublietter. Ce serait trop dangereux sinon … Les yeux de Milo se teintèrent de tristesse quand il aborda ce point. « Quoi ?! Ils peuvent me faire oublier jusqu'à ton existence ?! C'est dégueulasse de faire ça !! »

« Tu leur as déjà posé la question ? » demanda-t-il, inquiet. « Je n'en ai pas encore parlé, je ne pense pas qu'ils veulent que je le sache... Je ne leur parle pas beaucoup. J'ai l'impression qu'ils ne comprennent rien, qu'ils n'écoutent pas vraiment... Tu dois être la seule personne à qui je parle ici... » Josh ne répondit rien. C’était réconfortant dans un sens de savoir qu’on était aussi important dans la vie d’une personne, mais en même temps, c’était désolant de ne pas avoir de solutions pour aider la jeune Moldue. Et dans son cas, Josh ne voyait qu’une seule issue : la fin de leur amitié par le sortilège d’Oubliettes.

Malgré tout, ils ne restèrent pas sans se voir. Après cette discussion à cœur ouvert, ils se revirent tous les jours. Josh venait de temps à autre dans sa chambre, mais c’était Milo qui venait le plus souvent le voir. Comme il faisait petit à petit des progrès en marche, Milo l’obligeait à bouger dans les couloirs à la découverte de nouveaux patients avec des têtes parfois hilarantes. Ils se faisaient souvent gronder par les adultes d’ailleurs, mais qu’est-ce que ça représentait quand on avait le goût de l’aventure et de l’arrogance ?!

Les jours passèrent, puis les semaines. Finalement le 26 juin arriva plus rapidement qu’imaginé. Alex et Dominique étaient partis ce matin-même au Brésil avec leurs potes. Quant à Rachel et Mélodie, elles finissaient l’année à Poudlard et seraient à la maison ce soir ! Et Josh avec elles. Il avait tellement hâte de quitter cet hôpital même si les progrès n’étaient pas là. D’accord il marchait, et il arrivait à trottiner. Mais ses jambes étaient encore fragiles et il allait devoir garder ses béquilles tout l’été … Pff déprimant !

« Pouaaah c’était dégueulasse ce p’tit-déj ! » se plaignit-il en refermant la porte de la chambre de Milo. « Chais pas, j’pensais qu’ils allaient m’offrir un petit cadeau d’adieu, mais même pas ! Même Jean-Marie s’est mis à siffloter ce matin en ouvrant les rideaux. Ca devrait être interdit de siffloter quand tu réveilles des âmes innocentes ! » narrait-il en s’asseyant sur une chaise. « Tout le monde est bien trop content que tu te barres, Bennett. » bougonna finalement la jeune femme. « T'as trop foutu le boxon ici pour recevoir un cadeau de leur part … » D’un tour de magie, il transforma son assise en chaise à bascules, de quoi l’occuper quelques minutes. « Bon, j’espère que t’as un cadeau tout de même, sinon j’serai très déçu ! » ajouta-t-il en plaisantant.

Milo ricana. « Un cadeau ? Pour toi ? T'es au courant que je n'ai pas un balle et que contrairement à toi, je n'ai pas de baguette qui me permet de faire apparaître n'importe quoi ? » Il haussa les épaules. « C’est interdit par la loi de créer de la monnaie, et puis de toute manière, ça se voit tout de suite que ce sont des faux. Un « Finite » et ça capote ! » racontait-il comme s’il avait déjà fait l’expérience.

La jeune femme jeta un regard par la fenêtre, pensive. Puis elle se leva d'un bond, surprenant Josh qui la regardait faire. Elle ouvrit sa commode et dessous ses vêtements, sortit un carnet. Elle le feuilleta puis arracha une feuille avant de la tendre à Josh, les yeux un peu humides. Le jeune homme hésita avant de s’en saisir.

Sur la feuille était dessiné un garçon de profil, penché vers un vivarium où se dressait un serpent, langue pendue. Le garçon avait un air enjoué, insouciant. On reconnaissait Josh dans un style dessin de BD. « Cadeau... » « Ouah ! T’as un sacré coup de crayon ! » Il se sentit tout d’un coup un peu gêné. Il avait parlé d’un cadeau comme ça mais il ne s’attendait pas à recevoir quelque chose. Même si Milo allait dire que ce n’était rien, il comprenait qu’il manquerait certainement la jeune femme. « Tu sais ce que je vais faire ? Dès que j’suis sorti je vais aller t’acheter un cadeau, et je reviendrai te le donner lundi. Ca marche ? T’as juste à me dire ce que tu veux, et je t’le prends ! Mais attention, pas de baguette magique ! » se moqua-t-il.

Milo haussa les épaules, un peu décontenancée par l’offre. « Je sais pas moi... Un truc qui me permettrait de tuer le temps et l'ennui ?...Tu crois que je peux avoir un animal ici ? Un chat ou un chien ? » Le regard de Josh s’illumina. « Oh ! j’sais pas si t’as le droit, mais mes sœurs sont dingues des Boursouflets. Ca fait pas grand-chose mais visiblement c’est « trop mignon » pour citer toutes les filles que je croise. » Elle mima une grimace, ne sachant sans doute pas trop ce dont il s’agissait. Josh haussa les épaules. « Ou bien je peux t’offrir un hibou, comme ça tu pourras m’écrire. Bon, j’espère juste qu’ils ont une volière ici, parce que bon … bonjour les excréments ! »

Milo s’anima sur son lit : « Un hibou ? » Josh fronça les sourcils. « Ouais, tu sais, les bestioles volantes, comme les chouettes quoi ! » « Vous vous écrivez par hibou ? » reprit-elle. « Ouais, c’est c’que j’viens de t’dire ! » « Comme avec des pigeons voyageurs ? » « Euh non … on utilise pas de pigeons, nous … » répondit-il prudemment, se demandant de quel asile de fous elle sortait. « Tain, vous vivez dans quel siècle ? » Elle eut un petit rire. « Barf, ce sont les vieux surtout qui aiment ça. Nous on les taquine pour avoir des portables maintenant. Mais rien à faire, rien ne capte à Poudlard. Donc le hibou te sauve toujours la mise ! » répondit-il en se grattant le crâne, comme réfléchissant à comment le directeur pouvait brouiller le réseau. « C’est sociable, ça, un hibou ? » Josh haussa les épaules. « Celui que j’ai est une véritable teigne, mais celui de Mélodie est affectueux comme tout. J’imagine que j’peux lui demander conseil pour en choisir un un minimum intelligent. » Josh n’aimait pas beaucoup les hiboux, ou plus généralement les bestioles. Alors évidemment que son hibou lui rendait la pareille. Ne disait-on pas tel maître, tel hibou ?

Elle haussa les épaules, perplexe. « Va pour un hibou alors ! De toute façon, c’est pas comme si j’avais mon portable ici. Donc un hibou, ça peut être le bon plan… » Josh se mit à rire et donna un petit coup de poing dans l’épaule de la jeune femme. « Ca marche, coéquipière ! » Il tendit son poing vers elle pour qu’elle checke. « Allez, et promets-moi de me renforcer tout ça ! » dit-il en la désignant. Elle répondit mollement à son check, un sourire triste aux lèvres. « S’ils servaient de la nourriture un peu moins dégueulasse, ça aiderait. » Elle savait que ça n’aiderait pas du tout mais il fallait bien trouver une excuse. Elle sentait que leurs adieux étaient proches, son coeur se mit à palpiter.

« Tu vas retourner à… Poudlard ? A la rentrée ? » Un sourire vint se placer sur le visage de Josh. « Ouaip ! Il est temps que je ramène mes fesses là-bas, ils s’ennuient trop sans moi. Et je promets que ce directeur chelou ne va pas rester longtemps ! » Son esprit vagabondait déjà vers ce château d’Ecosse où tout ce qui lui restait à présent l’attendait là-bas. Milo sourit, amusée de le voir si emballée par cette école. Jamais elle n’avait connu quelqu’un si impatient de retourner en cours… « Ce serait génial si un jour tu venais étudier là-bas ! » s’exclama-t-il. « J’sais pas, peut-être que quand Baker sera plus là, ils accepteront les Moldus comme toi à venir étudier, afin de rester proche de la magie. Et comme ça, tu ne serais pas obligée de tout oublier. A moins que tu le veuilles, peut-être ? » Ses paroles la touchèrent. « Non… Non, je n’ai pas envie d’oublier. Ce sont mes souvenirs, ma mémoire, je ne veux pas qu’ils y touchent ! Ça me plairait bien d’étudier ça, c’est 1000 fois plus intéressant que mes cours à moi ! » Josh se mit à rire mais ne trouva rien à redire à tout ça. Il ignorait bien ce qu’il adviendrait de Milo sitôt qu’il serait parti, mais il se faisait la promesse de venir la voir le plus souvent possible, sinon, surement qu’elle lui tirerait les oreilles, si ce n’était pas pire …

« Bon … Je vais y aller … » dit-il, hésitant. Il n’avait pas envie de quitter son amie mais en même temps, il mourrait d’envie de respirer le grand air et de faire enfin ce qu’il voulait sans avoir de Guérisseurs sur son dos. Ses jambes n’étaient toujours pas au top mais c’était mieux que rien. « La prochaine fois qu’on se voit, tu auras ton hibou ! » promit-il d’un ton plus enjoué. Elle hocha la tête, se forçant à sourire. « Ça marche. »

Elle se racla la gorge et se dirigea un peu maladroitement vers lui. « Bon… Prends soin de toi, je suis certaine que tu récupéreras tes guiboles en un rien de temps ! » Josh hocha la tête et, hésitant, s’approcha pour tapoter le dos de la jeune femme. Il n’avait jamais eu d’amis filles, enfin, en dehors de sa cousine bien sûr et de Dominique, mais c'était différent. Alors il n’était pas très sûr de comment s’y prendre, mais visiblement, il en était de même pour Milo. Après une accolade un peu gênante, Josh s’écarta et se saisit de ses béquilles. « Allez ciao ! » Pourquoi il disait ça ? Il disait jamais au revoir comme ça … Merlin, et dire que ce pauvre garçon sortait aujourd’hui de l’hôpital ...

©️ Justayne

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionIl était une fois ... EmptyRe: Il était une fois ...

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum