[IMPORTANT] Hogwarts Family fait le plein de nouveautés !
[ACTIVITÉ] La compétition reprend de plus belle grâce au premier tournoi intermaison HF !

Membres à l'honneur

Lya Stark Seamus McGregor

Breaking News

♫ 01/10/2018 - Le nouveau Wizard est dans les bacs !
♫ 17/09/2018 - Le tournoi de dés inter-maisons a commencé !
♫ 01/09/2018 - Le Wizard Times N°24 est sorti !

Scénarios orphelins

testtesttesttest
testtesttesttest

Liens Importants

[♪] Rapeltout
[♪] Le Retourneur de temps
[♪] Listing Personnages
[♫] Coupe des 4 Maisons
[♫] Fonctionnalités du forum
[♫] Quêtes

Wizard Times

wt

Partagez|

Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
DC : DC Victoire
Points : 0

RPG
Nom et Prénom : Luke Julian Stanger
Activité: Professeur de Vol à Poudlard
Age: 23 ans (né le 13 juin 1996)
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Luke J. Stanger
MessageSujet: Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again Lun 2 Juil - 21:27
Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again
Samedi 13 mars 2021

Luke avait mis du temps avant de revenir au Sanctuaire. L’échange qu’il avait eu avec Bartholomeo et Lya l’avait cependant convaincu que c’était la meilleure chose à faire. Il ne s’était pas montré correct envers Calla : il s’était enfui lâchement, n’avait pas compati à sa douleur et ne disposait d’aucune information sur leur enfant. Il avait longtemps cru que c’était lui qui méritait de l’attention, de la compassion, mais ce n’était pas lui qui avait supporté la torture de perdre ses parents et son enfant la même année. Calla avait tout perdu et avait affronté la vie seule depuis. Il avait été égoïste de la traiter comme il l’avait fait.

Aussi, ce jour-là, il était revenu au Sanctuaire … avec un bouquet de jonquilles. Un parallèle avec sa précédente visite sans doute. Lya lui avait ouvert les portes de la bâtisse avant de lui indiquer la chambre de Calla. Luke emprunta le chemin, se souvenant très bien de la fois où il l’avait pris en sens inverse, en courant, affolé à l’idée d’être père. Et puis il arriva devant la porte. Il inspira un grand coup et se décida à frapper.

Aucune réponse.

Il frappa une nouvelle fois mais la porte s’entrebâilla alors, laissant apparaître la tête de Calla. Elle le regarda un instant mais ses yeux semblaient vides, comme ne réagissant pas vraiment au fait qu’il était là, planté à sa porte.  Il posa une main sur la porte, comme intimant la jeune femme à l’ouvrir. « Est-ce que je peux entrer un moment ? » demanda-t-il doucement en penchant la tête vers elle. « Il faut que je te parle … »

Calla releva les yeux lentement vers lui. On aurait dit qu’elle venait tout juste de se rendre compte de sa présence. Mais elle demeurait impassible. Luke put voir un petit haussement d’épaules comme si elle se moquait bien de ce qu’il pouvait faire. Merlin, était-ce de sa faute si elle était dans cet état ? Il poussa la porte alors qu’elle se reculait pour le laisser entrer et ne put s’empêcher de froncer le nez.

Elle n’avait pas du mettre le nez dehors depuis un sacré bout de temps et un tas de linge sale s’entassait sur le côté. Après un rapide tour d’horizon où Luke pensait se retrouver dans sa chambre d’adolescent, il revint sur Calla et déglutit un instant, l’observant. « Comment vas-tu ? » Ouais, un peu bête cette question, mais il fallait bien commencer quelque part. La jeune femme gardait ses distances, les traits du visage toujours aussi apathiques, comme n’approuvant pas sa présence. Peut-être était-ce le cas ?

« Qu’est-ce que tu veux ? » Oui, c’était sans doute le cas.

« Te dire que je suis désolé … » répondit-il, un air penaud sur le visage. Il la fixa un instant, comme essayant de juger s’il pouvait continuer. Puis il se lança à nouveau : « J’ai merdé, je le sais, j’suis un con. Je … j’ai flippé et j’ai pas été vraiment à la hauteur de tes attentes. » Puis, comme voyant que pour le moment le message passait bien, Luke tenta : « M’enfin, faut comprendre aussi que j’ai été surpris … »

Calla ne répondait toujours rien. Elle écoutait, tout simplement, et son visage ne laissait rien paraître. Et puis, finalement, elle hocha la tête et répondit : « Ok. » Ok, bien elle acceptait. « Tu peux t'en aller maintenant … » Quoi ? Hein ? Comment ? « … j'ai plein de trucs à faire aujourd'hui. » disait-elle d’un ton indifférent.

Luke fronça les sourcils et fit un pas vers elle. « Attends, je crois que t’as pas bien entendu. Je suis désolé et je … » Mais la jeune femme s’était rapprochée de lui, une main sur son torse, le faisant reculer vers la porte, avant de lui couper la parole. « Au revoir Luke » lança-t-elle en lui claquant la porte au nez.

D’accord, il n’avait jamais été bien doué pour les discussions avec les nanas mais là Calla y allait fort. « Eh ! Je me suis excusé ! » balança-t-il. Mais la porte resta close. Il soupira bruyamment, se passa une main sur le visage avant de regarder de gauche à droite. Une petite fille l’observait au bout du couloir mais quand elle vit que Luke l’avait repéré, elle courut à toutes jambes. Super ! Il effrayait même les mômes maintenant. Comment pourrait-il faire un bon père sincèrement ?

Soupirant une nouvelle fois, il déposa le bouquet au pied de la porte et fit demi-tour.

Dimanche 14 mars

Bon, heureusement que Lya était là pour lui donner un gros coup de pied dans le derrière parfois, sinon il n’en serait pas sorti.

D’un air un peu plus énergique cette fois-ci que la veille, il donna deux grands coups, forts, dans la porte de Calla. Lorsqu’elle ouvrit la porte, elle ne put voir qu’une immense montagne de jonquilles. Luke ne chercha pas à savoir et entra à l’intérieur en déposant, essoufflé, la vingtaine de bouquets de fleurs qu’il avait su porter jusque chez la jeune femme. Certains d’ailleurs retrouvaient leur forme originelle (Luke avait été obligé d’en rapetisser quelques-uns).

« Salut à toi ! » lança Luke en déposant son sac à dos dans la pièce en ignorant parfaitement Calla du regard. « J’espère que tu es en forme ! » lança-t-il en commençant à chercher dans son sac à dos, à genoux. « … car aujourd’hui … » Il sortit de son sac des gants qu’il fit claquer. « Qu’est-ce que tu fous Luke ? » soupira la jeune femme d’un air plus qu’ennuyé. « C’est opération nettoyage de printemps ! » lança-t-il. Il prit sa baguette dans une main et lança un sort pour ouvrir les deux fenêtres de la chambre de la jeune femme.

« Bon, et puis, je ne vais pas tout faire, alors … tu pourrais peut-être chanter pour faire venir les écureuils et oiseaux afin qu’ils viennent nous aider ? » Il lança un clin d’œil à la louve mais déjà il se rapprochait du coin de linge sale. D’un coup de baguette, il envoya tout ça dans une corbeille qui arriva sur le pas de la porte. « Il parait que nettoyer permet de remettre en ordre ces idées … Enfin c’est ce que ma mère disait toujours … » dit-il en balançant un chiffon à la tête de Calla. « Alors, on reste à la baguette ou on passe à la version Moldue ? » demanda-t-il avec une tête qui ne laissait pas vraiment le choix à la jeune femme.

Cette dernière poussa un long soupir et tourna finalement le dos à Luke pour commencer à nettoyer avec sa baguette une étagère. Il eut un sourire. Au moins, c’était mieux que rien !

Le jeune homme n’était pas un adepte du ménage. Il fallait dire qu’il avait déjà du mal à le faire chez lui et quand sa mère venait, elle ne pouvait s’empêcher de bondir au plafond. Mais là, il s’agissait d’une urgence et Calla ne pouvait pas se laisser aller comme ça.

Cela faisait déjà une bonne demi-heure qui nettoyait la chambre. Au fur et à mesure que Luke nettoyait une étagère, un bureau ou une commode, il récupérait un vase pour déposer un bouquet dedans, fier de lui. Il lançait quelques fois des commentaires à la louve, espérant la faire réagir. Il lui demandait d’admirer son travail ou bien lui demander de l’aider avec un sortilège. De toute évidence, elle lui en voulait mais pas suffisamment pour le mettre dehors.

« Comment l’as-tu appelé ? » Il venait de jeter un sort à une serpillère pour qu’elle nettoie le sol. La jeune femme tourna la tête vers Luke, semblant ne pas comprendre. Mais le jeune homme s’appuya contre le bureau et croisa les bras. « Notre fille, comment s’appelle-t-elle ? » Calla lui jeta un coup d’œil avant de répliquer d’un air dédaigneux : « Quelle importance ça à maintenant ? »

Luke pinça les lèvres alors que la jeune femme terminait sa tâche. Puis, elle releva les yeux vers Luke et prononça dans un murmure : « Bryn … » Il tourna vivement la tête vers Calla. Bryn ? Ca sonnait légèrement gallois. C’était un beau prénom. « J’aimerais que tu partes maintenant. » reprit la louve. « Quoi ? Mais, enfin … je pensais qu’on aurait pu … » « S’il te plait Luke. » Le regard déterminé de la jeune femme dans le sien lui fit comprendre qu’encore une fois elle aurait le dernier mot.

Il soupira et envoya le chiffon dans le seau un peu plus loin. Au moins il avait eu un prénom. Rien qu’un prénom. Il pouvait mettre un nom sur … sur son enfant. C’était un début. Calla avait répondu à l’une de ses questions. Il ne restait plus qu’à revenir le week-end suivant et encore le week-end suivant pour avoir d’autres informations.

Elle lui avait confié une lourde épreuve de sa vie et il n’avait pas su être à la hauteur. Il devait en payer le prix et se montrer patient désormais.
©️ 2981 12289 0




We wanna live young love, with better start, today

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Dom'
Points : 0

RPG
Nom et Prénom : Calla Ashley Sawyer / Andrews
Activité: UMS
Age: 1ère année
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Calla Sawyer
MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again Ven 6 Juil - 11:14
Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again
Mercredi 21 avril 2021

Comment avais-je pu en arriver là ? Comment avais-je pu supporter une nouvelle fois cette douleur lancinante ? Pourquoi l'avais-je fait ? Pour Luke. Je regrettais, je regrettais tellement. Tous les souvenirs que j'avais mis tant de temps à étouffer au plus profond de moi, ils étaient revenus et étaient aussi douloureux qu'au premier jour. Comme si, après avoir pansé une blessure, on m'arracher d'un coup les bandages pour ensuite approfondir la plaie avec un couteau. Depuis que j'avais tout avoué à Luke, depuis que j'avais narré mon histoire en Amérique, depuis que j'avais versé toutes les larmes de mon corps, je me devais d'arrêter cette souffrance. Je le devais pour moi, pour pouvoir continuer à vivre, c'était ce que j'avais fait la première fois, je devais arrêter de penser, de ressentir quoi que ce soit. Je savais que comme cela, rien ne pourrait m'atteindre, même pas le bonheur mais surtout pas cet élancement qui me rappelait ce que j'avais fait.

Luke était pourtant revenu et se borner à vouloir ouvrir une nouvelle fois ma déchirure. Pourquoi tant d'acharnement ? Il voulait être père soudainement ? J'avais bien essayé de le repousser, de lui faire comprendre que dans le fond j'étais indifférente à toute cette situation, que je n'attendais rien de lui, pourtant il s'obstinait à venir me visiter régulièrement. Plus les rencontres se multipliaient, plus il m'était difficile de demeurer apathique même si la vie était beaucoup plus simple ainsi. Ces derniers temps je m'accordais plus de ballades sous forme de louve même si je savais que c'était risqué, mais ça me permettait de penser à autre chose car ainsi je me sentais différente, j'étais quelqu'un d'autre.

Aujourd'hui, je ne voulais penser à rien, comme tous les autres jours et je sentais que la journée démarrait bien, je n'avais aucunement ressenti le besoin de retenir mes larmes. Pourtant, quelqu'un en avait décidé autrement, Luke venait d'apparaître dans la grande pièce du réfectoire alors que je prenais un petit déjeuner. Il s'assit en face de moi et ne put s'empêcher de me piquer un petit gâteau dans mon assiette. J'essayais de garder les yeux baissés, je savais qu'ainsi je supporterais mieux sa présence mais, je ne pouvais pas m'empêcher de le contempler, de l'admirer tendant la main vers un rêve qui ne se réaliserait jamais à présent.

- Que me vaut l'honneur de cette énième visite ?

Malgré mon visage toujours aussi impassible j'avais essayé de mettre un peu d'ironie dans ma question. Il l'avait remarqué et répondit sur le même ton :

- Comment ça ?! tu n'es pas heureuse de voir mon visage aussi séduisant ?

Mais cela avait durer assez longtemps dorénavant, je devais y mettre un terme avant que ma blessure béante ne saigne encore.

- Écoute Luke, je vais bien. Je sais me gérer et j'aimerais que tu arrêtes de venir me voir juste... parce que tu te sens coupable.

Il croqua dans son gâteau à pleine dents avant de me répondre :

- Je ne me sens pas coupable... En faites, je venais te parler d'une fille. Tu sais que j'ai du mal à comprendre les nanas alors je voulais avoir ton avis sur un truc ou deux …

Je voulais lui répondre que ça n'avait aucune importance, que je ne voulais plus le voir, que je ne voulais pas qu'on soit amis mais... devant son visage angélique je ne pus que répondre, les yeux sur le contenu de mon assiette réduit en bouillie à cause de la fourchette que je tournillais sans cesse :

- ... Mmh...

Seul ce petit son sortit de ma bouche alors que je continuais de contempler mes œufs au plat à présent mélangé qui ressemblait à du vomi de fromage cramoisi.

- Tu fais cette tête par rapport à ton assiette ? Parce que ouais, clairement, ça n'a pas l'air vraiment ragoûtant … Bon alors, je te disais, cette nana. Elle s'appelle Olympe. Et … comment dire  … bon c'est gênant …  Je vais le dire très vite : bon Olympe était mon premier amour, ma première fois, voilà. Elle m'a blessé et depuis j'ai plus eu de relation sérieuse. Voilà, chapitre terminé, je veux pas de question.

Luke semblait vraiment nerveux, son geste habituel de passer sa main dans ses cheveux me le prouvait. Je ne savais pas vraiment ce que je ressentais face à ce qu'il me disait. Je ne savais pas quel regard porter sur cette Olympe. Je ne savais pas non plus si j'étais en colère par son initiative de venir me voir pour me demander des conseils en matière de filles alors que Bryn... alors que j'avais abandonné mon enfant ou si j'étais tout simplement triste de la tournure de notre relation. Malgré mon chagrin, pourtant, je ne dis rien, le laissant poursuivre même si je ne pouvais pas cacher mon ennui face à un tel récit.

- Bon, et donc Olympe est revenue dans ma vie quand elle est devenue Brigadière à Poudlard. Tu sais, je t'ai déjà parlé de Baker et Avery, ces deux cons. Bah elle fait partie de leur équipe et elle n'a franchement pas été aimable avec moi quand on s'est revu. Une fois, elle m'a …
Bref, c'était pas l'entente tu vois entre nous. Mais voilà, elle s'est pointée lundi soir dans mes appartements en pleurs. C'était la première fois que je la voyais … si humaine. On a eu une longue discussion, à laquelle je n'ai pas vraiment cru au départ. Elle disait se trouver horrible et vouloir changer de vie. Je l'ai renvoyé, ne croyant pas à sa rédemption soudaine. Mais j'ai eu un doute, et hier je l'ai quand même interrogé à nouveau à propos de tout ça. Et là ça a été de révélation en révélation. Et enfin, donc, elle m'a demandé de l'oublietter.


Il fit une courte pause où il me piqua une nouvelle fois un petit gâteau, je levais les yeux au ciel, exaspéré.

- Ouais comme ça, elle m' a sorti ça de but en blanc. Sauf que c'est quand même pas rien de se faire oublietter. Tu te ferais oublietter toi ? Moi non. Elle va tout perdre. Bon elle a déjà tout perdu tu vas me dire, mais je me comprends, tu vois …  Bon, et donc tu ferais quoi toi ?

Qu'étais-je censé répondre, dire ? "Ouais, super Luke ! Je suis contente que tu es retrouvé ton amour de jeunesse ! L'oublietter ? Et ben elle n'y va pas de main morte celle-là ! Mais vas-y Luke, vas la retrouver, oubliette-là et vous serez heureux ! Moi, ce n'est pas grave, en réalité je ne suis juste qu'une amie qui a abandonné ton enfant et dont tu n'en as plus rien à foutre maintenant que tu es certain de ne pas avoir à assumer ton rôle de père."

Pourquoi ne pouvais-je pas lui balancer ça à la gueule ? Pourquoi tout demeurait coincer dans ma gorge ? Pourquoi dans le fond je n'avais pas envie de lui dire tout cela ? Je crois que je le savais mais je ne pouvais pas le penser, je savais que si je le faisais je m'infligerais une souffrance inutile de plus.

Je finis par laisser tomber, à côté de mon assiette peu ragoutante, ma fourchette, regardant partout sauf dans ses yeux, cherchant en vain une échappatoire. Je ne savais pas vraiment quoi lui dire.

- ... Je ne sais pas Luke...

"Et je m'en fous". Je ne pouvais pas lui dire ça mais il semblait toujours attendre une réponse de ma part.

- Le sort n'est pas simple... tu es sûre de le maitriser ?

Voilà la seule chose qui m'était venue à l'esprit, et je me doutais de sa réponse...

- Tu as une meilleure solution peut-être ?

Je n'aimais pas repensé à cela, repensé à cet homme qui avait profité de ma détresse. Pourtant, j'avais été tellement soulagée de le rencontrer, d'avoir un toit, de quoi manger dans mon assiette tous les jours, de pouvoir survivre à cette nouvelle vie désastreuse qui commençait. Il m'avait donné l'argent nécessaire pour m'en sortir durant des mois de galère, en échange de quoi ? Du sang. Oui au sens propre, le sang de créature lui était précieux pour faire des expériences, enfin, je ne savais pas exactement de quoi il retournait et au fond je ne voulais pas le savoir. Malgré le fait je m'en sortais sans lui aujourd'hui et donc que je n'avais aucune envie de revoir cet homme, je voulais aider Luke. Pourquoi ? Peut-être pour me faire pardonner de lui avoir coller ce rôle de père sur le dos du jour au lendemain. Peut-être aussi parce que je l'aimais...

- Je connais quelqu'un... enfin je connaissais... il m'a rendu quelques services avant... Je pense qu'il peut t'aider.


Luke était soupçonneux, j'étais si in-intéressé au début et maintenant je lui disais que quelqu'un pouvait oublietter sa petite amie à sa place. J'étais contradictoire, je déroutais les gens, je me perdais moi-même mais... je le faisais pour Luke.

- De qui s'agit-il ? Tu crois … tu crois qu'il accepterait de me "rendre service" ?

En faisant cette proposition malgré tout je savais à quoi je m'exposais, mais...  je voulais l'aider, qu'importe le sacrifice que cela devait me coûter. Je ne voulais plus faire souffrir les autres parce que je n'arrivais à cicatriser d'un événement qui datait de deux ans. Malgré le temps qui avait passé j'en étais toujours au même point, à attendre que la douleur s'efface et pourtant... toujours aussi vive, toujours aussi meurtri... J'en avais marre d'attendre.

- Il s'appelle Rafaël, oui il fera ce que tu veux... il me doit quelque chose donc il fera bien ça pour moi...


Accompagné d'un sourire qui était sincère même si le cœur n'y était pas, je me décidais enfin à regarder Luke dans les yeux. Dans le fond, ce n'était qu'une prise de sang, du sang contre une rédemption. Oui ce n'était rien surtout comparé au sourire soulagé que Luke me renvoyait.

- Ce serait fantastique ! Tu crois que tu pourrais le faire venir ce Week-end ? Olympe ne va pas pouvoir être encore bien longtemps en sécurité à Poudlard …


Son sourire était rayonnant, pendant un instant j'avais envie de me laisser aller à tant d'allégresse, à rire, à vivre dans sa lumière. C'était si agréable cette chaleur qui m'envahissait mais... une fois qu'il partait l'obscurité revenait, m'abandonnant à mes démons. Je savais que je devrais les affronter un jour ou l'autre, il le fallait... J'avais repoussé cette échéance, j'étais convaincu qu'il y avait une autre solution, que je pouvais me laisser aller à la vie mais le temps s'était déroulé sans qu'aucune amélioration ne pointe le bout de son nez. J'étais indépendante, je ne voulais pas attendre Luke pour pouvoir vivre, je ne pouvais pas et puis... il ne voulait de toute manière pas de moi... Les ténèbres, eux, m'attendaient...

- Je le ferais venir au plus vite... je suis contente de pouvoir te rendre service Luke.

En effet, Rafael aimait se faire désirer et il allait être compliqué de lui faire accepter ce marché mais je savais que mon sang l'intéressait encore et qu'il n'avait guère apprécié notre "rupture". Je le contacterais par poudre de cheminette et je jouerais un peu de mes charmes mais il accepterait bien vite mais pas certain qu'il soit ici cette semaine toutefois.
Luke s'en était allé, sourire aux lèvres, soulagé. Son attitude me fit chaud au cœur qui me restait. J'étais consciente de ce que j'allais faire, du courage que j'allais devoir réunir pour le quitter, pour quitter ce monde si affreux et pourtant si beau. J'étais prête à le faire maintenant, j'y avais seulement songé avec la catastrophe en Amérique mais j'avais réussi à me relever malgré tout. A présent, je n'avais plus grand chose à quoi me raccrocher et je ne m'étais toujours pas pardonné ce que j'avais fait... J'étais prête... prête à en finir avec la vie...
©️ 2981 12289 0



Calla Ashley Sawyer/ Andrews
La pire chose dans la vie, c'est de finir entouré de gens qui te font te sentir seul.
Robin Williams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Victoire
Points : 0

RPG
Nom et Prénom : Luke Julian Stanger
Activité: Professeur de Vol à Poudlard
Age: 23 ans (né le 13 juin 1996)
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Luke J. Stanger
MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again Mar 24 Juil - 13:50
Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again
Samedi 8 mai 2021

Cette nouvelle année n’était vraiment pas de tout repos pour Luke. Après avoir appris qu’il était papa d’une fille de 2 ans, que la mère de son enfant était une femme loup-garou pour laquelle il avait commencé à ressentir quelques sentiments nouveaux, qu’Olympe était venu présenter ses excuses avant de se faire oublietter, à présent, Calla avait tenté de mettre fin à ses jours. Luke n’avait sans doute jamais eu aussi peur de sa vie avant.

C’était le dimanche 2 mai. Le monde sorcier célébrait encore, comme chaque année, la victoire contre Lord Voldemort il y avait à présent 23 ans. Pour l’occasion, Luke était sorti avec Allen Spencer dans les rues de Pré-au-Lard, prêt à fêter dignement cette victoire. Toutes les raisons étaient bonnes pour se bourrer la gueule comme on disait. Olympe et Calla étaient en sécurité au Sanctuaire, Ian tranquillement à la maison, surveillé par les parents et Prudine était quelque part dans la nature. Il n’y avait pas de raison de s’inquiéter, n’est-ce pas ?

Jusqu’à ce qu’il reçoive l’appel de Bartholomeo. Luke savait qu’il devait les rejoindre dans l’après-midi, mais il ignorait totalement qu’il était allé voir Calla avant. Le professeur de Vol, qui s’était déjà enfilé quelques verres, parut dessouler immédiatement. Peu recommandé de transplaner, ce fut Barth qui vint le récupérer à un arrêt du Magicobus.

Quand il arriva dans cette salle du Sanctuaire … Il ignorait même qu’il y avait une infirmerie ici, mais le domaine était si vaste que ça en était presque logique. Edward Lupin était rentré d’urgence du Merlin Castle pour prendre en charge Calla. Elle était là, étendue sur cette table, le visage livide, les lèvres légèrement entrouvertes. Lya s’était chargée de refermer ses blessures aux poignets alors que Edward effectuait un massage cardiaque sans relâche. « Respire ! Respire ! Allez ! Calla ! Respire ! » Luke ne se souvenait que de ces phrases tournant en boucle, le visage pâle comme la mort de la louve … et puis il avait vomi.

Le fait que Barth la trouve aussi rapidement lui avait permis de lui sauver la vie. Quelques minutes de plus, et ça aurait été terminé. Luke ne pouvait croire ce qu’il avait vu. Calla avait tenté de mettre fin à ses jours. Elle avait voulu en finir. Barth et Lya lui avaient fait pas mal de remontrances par la suite, insistant sur le fait qu’il devait être plus doux avec la jeune femme. Il était vrai qu’il ne l’avait pas ménagé et qu’il avait surtout pensé qu’à sa pomme.

Seulement, avoir vu Calla ainsi lui avait fait l’effet d’un électrochoc qu’il n’était pas prêt d’oublier. Lya lui avait recommandé de lui laisser le temps de s’en remettre mais Luke n’avait pu résister bien longtemps : le samedi suivant, le 8 mai, il était allé voir Calla. Lya lui avait encore fait la morale sur la manière dont il devait agir et Luke était certain de bien avoir retenu la leçon. Il frappa deux coups à la chambre de la jeune femme et entra sans attendre.

Calla avait installé quelques fauteuils près de la fenêtre et regardait les extérieurs avant de tourner la tête vers Luke quand il rentra. L’air frais du mois de mai emplissait la pièce et il nota que quelqu’un lui avait déjà apporté un bouquet de muguets. Il eut un sourire un peu triste et referma la porte. « Salut toi ! » dit-il un peu à voix basse. Il tenait dans ses mains un paquet cadeau qu’il tendit à la jeune femme. « Tiens, j’ai vu ça en vitrine du Chemin de Traverse l’autre jour. J’ai pensé que ça te ferait plaisir. »

D’un coup de baguette, il attira un tabouret vers lui et s’y installa, laissant la jeune femme sur ses coussins. Il évitait de regarder ses poignets. Lya avait fait un excellent travail avec ses sortilèges, mais les cicatrices resteraient à jamais visibles. Il observa alors son visage. Elle n’était plus blanche comme la dernière fois. Au contraire, elle semblait avoir profité du soleil ces quelques derniers jours car elle avait un léger teint rosé. Ses cheveux avaient poussé depuis octobre qu’il l’avait revu. Ils atteignaient désormais ses épaules, et même un peu plus. Ils avaient des reflets blonds au soleil et Luke adorait ça.

La jeune femme déballa le cadeau et découvrit une boîte tout en longueur. Elle hésita un instant avant de l’ouvrir à son tour et y découvrir une chaîne avec un médaillon ayant la forme d’une pleine lune. Un sourire éclaira le visage de Calla, mince mais sincère. Son expression semblait moins apathique, désespérée que la dernière fois. Elle paraissait mieux, plus endurcie. « C'est un très beau médaillon… Merci. » lui dit-elle. « Tu peux l’ouvrir ! » intima-t-il alors. La jeune femme s’exécuta et y découvrit une première photo de Luke et Calla. C’était la fois où, en hiver, peu avant Noël, ils s’étaient pris en photo dans un photomaton sorcier. Calla riait car Luke prenait trop de place et avait obligé la jeune femme à s’asseoir sur ses genoux. Mais leurs têtes avaient du mal à rentrer dans le cadre. De l’autre côté du médaillon, il n’y avait pas de photo mais un mot : « Notre fille, Bryn ».

Elle releva la tête vers lui, un air triste sur le visage, et il eut un doux sourire : « Je me demande à quoi elle ressemble. » Il avait eu beaucoup de temps pour y réfléchir depuis qu’il savait pour sa paternité, et surtout depuis qu’il savait à quel point cela avait affecté Calla. Il se rendait compte combien elle avait souffert d’assister à la mort de ses parents puis d’abandonner son enfant. Leur enfant. « Je ne suis pas certain de faire un bon père, Calla. Je ne suis déjà pas terrible en tant qu’ami. Mais ce dont je suis certain, c’est que tu ferais une excellente mère. »

« Jamais je ne te demanderais d'être père Luke… » lui confia la jeune femme. Luke eut une mine perplexe mais déjà la louve s’approchait de lui et posa sa main sur la sienne. C’était leur premier contact physique depuis … depuis longtemps. « Ce qui m’est arrivée n’est aucunement de ta faute, tu le sais n’est-ce pas ? » Son regard plongé dans le sien, elle s’inquiétait sincèrement de ce qu’il pouvait penser. « Laisse-moi me sentir coupable. » dit-il en posant alors sa main sur la sienne. « Inconsciemment, j’ai contribué à te mener jusqu’à … » Il ne termina pas sa phrase, baissant les yeux, mais déjà Calla prenait une grande inspiration, comme se préparant à dire quelque chose de difficile.

« Tout ça c'est du passé, on ne devrait plus y penser… J'ai mis beaucoup de temps à m'en remettre, j'y travaille encore mais… je suis enfin tombée au fond et comme dirait quelques philosophes, je ne peux pas tomber plus bas, je ne peux que remonter. Et tout ça c'est grâce à vous, Barth, Lya et … toi. » Il releva les yeux vers elle : « C’est avant tout grâce à toi. » dit-il doucement. « Mais t’as pas tort, on y est peut-être un peu pour quelque chose, sans nous vanter … » ajouta-t-il en plaisantant.

« Tu peux être fière de toi, Calla. Mais … » Il secoua la tête et se passa la langue sur les lèvres. « … je suis certain qu’un autre philosophe a dit qu’il fallait absolument vider tout son sac pour se sentir entièrement libre de recommencer sa vie. » Il descendit de son tabouret et vint s’asseoir avec la jeune femme sur les coussins. « Je n’ai pas été à la hauteur quand tu m’as parlé de ce drame : tes parents, Bryn. J’ai été égoïste et je n’ai pensé qu’à moi. » Il anticipa alors les paroles de Calla : « Et oui, je sais que tout ça c’est du passé, mais, je tiens à en reparler. J’ai besoin … de faire mieux sur ce coup-là. Et je veux que tu sois enfin en paix avec toi-même vis-à-vis de tout ça. »

Calla fronça les sourcils, ne voulant probablement pas comprendre ce qu'essayait de lui dire Luke, elle répliqua : « Je suis en paix Luke. Enfin avec le temps j'arriverais à passer au-dessus de tout ce qui m'est arrivé. Avec votre aide, j'y arriverais. » Elle insista sur les derniers mots, contemplant Luke à ses côtés avec un sourire sincère mais fade comme si elle regardait un rêve qui ne se réaliserait jamais. Le jeune homme resserra alors les doigts de la jeune femme dans sa main et ajouta : « Je ne veux pas te brusquer. Je veux qu’on prenne notre temps. Mais j’aimerais que tu me parles de notre fille. Je voudrais la connaître. Te connaître mieux. »

« Je ne comprends pas Luke … Qu’est-ce que tu veux savoir de plus ? Je t’ai déjà tout dit, il n’y a rien de plus à en tirer … Mes parents sont morts pour me sauver et j’ai abandonné mon enfant. Point. » Luke avait à nouveau envie de baisser les bras. Pourtant Lya et Barth l’avaient prévenu, vivre avec Calla ne serait pas une mince affaire mais il lui devait bien ça. Seulement l’irritation dans la voix de la jeune femme lui fit comprendre qu’elle cachait bien encore de la rancœur par rapport à son passé. « Il n’est peut-être pas trop tard pour aller le récupérer ? » Il lut de la surprise dans le regard de la jeune femme et d’ailleurs, lui aussi pouvait presque être surpris par ses propres mots. Mais il haussa les épaules d’un air nonchalant : « Oui, je me disais que … enfin … tu vois … peut-être que … Bryn nous attend peut-être à quelque part ? »

Calla secoua la tête. « Mais… Luke, on n'est pas prêts à être parents… je ne suis pas prête… » Elle le regardait dans les yeux, surprise et désolée de devoir refuser sa requête. Il secoua la tête, un mince sourire aux lèvres. « Si, Calla, tu es prête. Et au pire, on apprendra sur le tas ! » Il pencha son visage près de la jeune femme. « Je sais que cette demande te trouble, mais ... écoute, on peut au moins y réfléchir, non ? Je sais que tu te dis qu'elle est surement mieux ailleurs mais ... imagine un instant qu'elle nous attend ? »

Le regard de Calla s'affola quelques secondes en entendant les dires de Luke, regardant furtivement autour d'elle, comme s’il y avait une caméra cachée à quelque part. Le souffle saccadait, elle réussit malgré tout à dire : « Je ne sais pas Luke… C'est une grande responsabilité… il n'y aura pas de retour en arrière possible… » Elle sembla toutefois peser le pour et le contre en regardant le jeune homme dans les yeux, une inquiétude dans le regard. « Elle est peut-être mieux là où elle est… Peut-être qu'elle a une famille à présent… Peut-être que c'est mieux ainsi…. Pour tout le monde. »

Luke voyait bien qu'elle hésitait et qu’il avait surtout vu juste. La perte de son enfant la tuait plus que tout le reste. Lui n’avait jamais été taillé pour être père, du moins c’était ce qu’il avait toujours pensé. Mais depuis plusieurs semaines à réfléchir sur lui, sur son existence, sur Calla, sur … Bryn, il avait sans doute bien plus mûri que depuis ses cinq dernières années. Ils avaient des responsabilités, celles d’être des parents. Alors, oui sans doute qu’ils seraient merdiques au départ, surtout lui. Mais il était prêt à le faire. Pour son amie, pour sa fille.

Mais Calla n’était pas encore prête à entendre cela. Tout ce qu’il voulait faire, c’était planter l’idée. Il la nourrirait régulièrement. Mais l’idée était là. Et elle n’attendait que de grandir.

« Bien, comme tu veux ... » dit-il nonchalamment en se relevant. Calla ouvrit la bouche un instant lorsqu'il lâcha l'affaire, semblant vouloir dire quelque chose, revenir sur sa décision mais elle se tut encore. « On en reparlera » promit-il alors et la jeune femme sembla se détendre légèrement. « En attendant, j'aimerais te montrer quelque chose, tu me suis ? » Il lui tendit la main pour l'aider à se relever.

« Que veux-tu me montrer ? » demanda-t-elle en attrapant sa main. Même encore fatiguée, elle souriait à l'entente de sa surprise, soulagée aussi de changer de sujet. « Ahah, c'est ce qu'on appelle une surprise ! » dit-il en pointant la baguette sur les yeux de la jeune femme pour lui bander les yeux. La jeune femme laissa échapper un hoquet de surprise mais se laissa finalement guider quand Luke l’entraîna à sa suite en sortant de la chambre.

Au fur et à mesure du temps qui passait, le Sanctuaire se remplissait. Des familles qui avaient dû échapper aux rafles, aux vaccinations forcées. Parfois elles ne restaient pas longtemps. C’était le temps de s’organiser, de souffler et de se trouver un point de chute dans un autre pays. Mais le domaine était toujours en mouvement. Et c’était important que Calla ait du mouvement. Ça l’empêchait de se sentir seule, de se renfermer sur elle-même. Pourtant, Luke ne voulait pas rester dans la maisonnée. Au contraire, il ouvrit la porte de dehors et se dirigea vers la forêt qui faisait parti du domaine sécurisé. Elle s’étendait sur plusieurs hectares et était un vrai bonheur pour les créatures.

Calla ne pouvait s’empêcher de poser des questions mais Luke faisait durer le suspense. Au bout de 10 minutes à marcher, Luke déclara : « J’espère que ça va te plaire … » avant de lever le sort. Ils étaient arrivés dans la forêt. Le bois n’était pas aussi sombre que la Forêt Interdite mais était assez épais. Une tente avait été montée juste devant Calla et Luke. « Tu devrais rentrer … » intima-t-il avec un petit sourire. Il fit un nouveau geste de tête vers la louve et elle lui emboîta le pas.

Il y avait à l’intérieur deux couchettes, mais comme toutes les tentes de sorcier elle était bien plus grande vu de l’intérieur que de l’extérieur. La « chambre à coucher » était sur le côté droit et au centre on trouvait un chevalet avec une toile blanche posée dessus. Il y avait quelques meubles et sur l’un d’eux une boîte. Lorsque Luke vit Calla poser les yeux sur celle-ci, il l’encouragea à aller l’ouvrir.

La jeune femme hésita, regarda Luke puis la boîte, s’approcha et l’ouvrit. Il s’agissait d’une boîte à musique. Luke sortit à nouveau sa baguette et lança un sort dessus. La musique changea. « Je t’apprendrai le sort. Mais pour t’aider à peindre, ça peut peut-être te détendre … » Après de longs mois à passer auprès d’elle durant l’automne 2020, il avait appris à connaître ses goûts.

La jeune femme se tourna vers lui, un sourire sincère, frais au visage. « Je ne me rappelle pas t'avoir dit que j'aimais peindre. Merci beaucoup Luke. » Il eut un petit sourire amusé. « Je ne retenais pas beaucoup les cours du professeur Wallas, mais il y a certaines choses qui me restent en mémoire ! » dit-il. La jeune femme eut un nouveau sourire et c’était vraiment agréable de voir cet air aussi léger sur son visage. Luke ne le laisserait plus jamais partir.
©️ 2981 12289 0




We wanna live young love, with better start, today

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DC : DC Dom'
Points : 0

RPG
Nom et Prénom : Calla Ashley Sawyer / Andrews
Activité: UMS
Age: 1ère année
avatar
Sorcière Hebdo qui traîne sur la table
Calla Sawyer
MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again Mar 21 Aoû - 11:42
Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again
Samedi 3 juillet 2021

Deux mois et un jour. Deux mois et un jour que j'étais de nouveau en vie, que ma soit-disant renaissance avait débuté. Etais-je heureuse ? Voilà une question dont j'ignorais la réponse, dans le fond qu'est-ce que c'était être heureux ? Le plus important était qu'il y avait eu une amélioration, que plus les jours passées, plus mon morale remontait et cela me suffisait pour le moment. Enfin, je croyais. Il m'était difficile de mettre un mot exacte sur ce que je ressentais, sur mon état mental même si j'aurais bien aimé savoir où j'en étais exactement. En attendant de vraiment savoir, je préparais mon inscription au Merlin Castle, je peignais à l'endroit où Luke m'avait emmené il y avait de cela quelques semaines, j'écoutais sa boîte à musique avec moins de mélancolie plus le temps passé. J'essayais même de faire des projets pour l'avenir...

De plus, j'avais très souvent vu Luke ces derniers temps et à mon plus grand soulagement nous n'avions pas trop parlé de Bryn mais tout simplement de nous enfin du moins de l'un et de l'autre. De nos aspirations, de nos rêves, de nos hobbies. Il était agréable de parler avec Luke, de ne pas malgré tout oublier ce qui nous était arrivé mais sans non plus trop sans soucier. Il était agréable d'être soi-même avec une personne que j'aimais sincèrement. Il était mon plus fidèle ami et je ne savais pas comment l'en remercier, moi qui m'était sentie si seule ces dernières années, j'avais l'impression de revivre, d'être quelqu'un d'autre qui ressemblait étrangement à Calla Sawyer... Malgré la douleur, je commençais à parler librement de ce qui s'était passé en Amérique, de la mort de mes parents, de ce que j'avais ressenti sans trop pleurer, je parlais aussi de ma vie d'avant sans trop de mal, sur ce qui me rendait heureuse autrefois. Je racontais parfois avec un sourire nostalgique les manies de ma mère, les paroles amusantes de mon père, les bêtises que j'avais pu faire à Ilvermorny et cela sans trop de mal. Je ne savais pas vraiment ce que cela signifiait, mais j'avais l'impression de me retrouver, de me redécouvrir comme je redécouvrais la vie et sa joie. Peut-être était-ce cela la cicatrisation ?...

Sans trop m'emballer sur ma santé mentale, je poursuivais ma vie, je notais même tout ce que je voulais faire avant... avant de réellement mourir. Je retrouvais mes rêves d'avant, ma détermination de devenir tireuse d'élite, j'envisageais sérieusement même de rejoindre les Insurgés, de m'impliquer pour une fois vraiment dans le monde qui m'entourait. Je voulais vivre en tant que louve, je ne voulais plus me cacher, je voulais vivre... Tellement de choses, de sentiments, d'émotions que je n'avais pas ressenti depuis longtemps refaisaient surface, comment avais-je pu me priver de tout cela avant ? Au tout début, le retour à une vie avec des émotions avaient été brutal, dur mais j'avais su m'entourer de Luke, de Barth, de Lya pour me soutenir pour cette épreuve. Cette fois-ci je ne m'étais pas renfermée sur moi-même, je n'avais pas cherché à résoudre toute seule mes problèmes, j'avais tendu une main et on me l'avait tendu aussi. A présent, mes épaules n'étaient pas toutes seules à porter ce fardeau si lourd, mes amis avaient été là pour que je reste debout. Cela ne faisait pas de moi quelqu'un de faible, mais au contraire, j'étais forte, j'avais été assez forte pour demander de l'aide. Et même si m'attacher autant à Luke, ou qui que ce soit d'autre pouvait être douloureux si ce dernier quittait brusquement ma vie, je savais que j'avais la possibilité de me relever malgré tout, car la vie était un mélange étrange de bonheur intense et de souffrance atroce. Je devais seulement trouver un équilibre...

Aujourd'hui Luke devait passer la journée avec moi, nous n'avions rien planifié, juste se voir était suffisant pour l'un comme pour l'autre. Je l'attendais alors patiemment, assise sur mon lit continuant de remplir ma liste de choses à faire lorsqu'il déboula dans ma chambre deux grosses valises en main, tout souriant.

- Luke ? Qu'est-ce que tu fais avec ça ?
dis-je en désignant les bagages dans ses mains, sourire aux lèvres, connaissant Luke il avait quelque chose derrière la tête...
- C'est parti pour l'aventure ! On part en voyage !

Cela n'avait pas loupé...

- Prend le nécessaire, on achètera tout sur place !


Un sourire s'élargit sur mon visage, j'éclatais de rire alors qu'il déposait l'une des valises sur mon lit.

- Très drôle Stanger ! Où es-tu allé chercher ces valises pour me faire une blague pareille ?

Je n'avais pas bougé d'un millimètre alors que je continuais de rire à sa mauvaise blague. C'était fou comme le simple fait de le voir pouvait me rendre si joviale, il y avait longtemps que je n'avais pas autant ri, le cœur presque léger.

- Chez moi ! Je t'ai déjà dit qu'avec Barth on avait fait quelques voyages !

Il jouait parfaitement son rôle, commençant à ouvrir tous mes placards avant que je ne lui dise, tout en faisant la moue, l'air boudeuse.

- Ce n'est pas très sympa de faire ce genre de plaisanterie ! Ce que j'aimerais voyager ! J'ai d'ailleurs fait une liste de tous les endroits où je voudrais aller, tu veux voir ?!

Sans attendre de réponse, je me mis à énoncer à haute voix mes destinations préférées, les yeux remplies d'étoiles.

- Tout d'abord l'Asie, je trouve ce continent tout à fait fascinant, il parait que les sorciers chinois sont d'excellents cuisiniers, tu le savais ? C'est sur que ça te plairait gourmand comme tu es ! Ensuite, le Brésil, cet endroit était vraiment fabuleux, je voudrais trop y retourner !...

J'allais poursuivre lorsque Luke m'interrompit…

- Bon, je vais te couper, chérie, mais ce n'est ni l'Asie, ni le Brésil notre destination. Tu sais, je t'ai déjà dit que chaque été, on a pour habitude de partir avec Barth en Amérique, chez notre pote, Jackson O'Donell. Eh bien, Barth a bien voulu te céder son billet.

Je regardais ce dernier qu'il me tendait, un air ahuri au visage. Je l'écoutais parler, n'arrivant pas à croire ce qu'il me disait tandis qu'il continuait d'ouvrir mes tiroirs pour y trouver des affaires. Je me levais alors, me dirigeant vers, lui, refermant l'un d'eux avant de dire :  

- Quoi ? Dis tu voudrais pas m'expliquer clairement ce que se passe au lieu de fouiller dans mes petites culottes !


Mon ton n'était pas sévère mais seulement suspicieux alors qu'il me répondit immédiatement.

- Quoi ? Y'avait des petites culottes ici ?


Je souris, amusée, alors qu'il mimait d'ouvrir une nouvelle fois le tiroir mais je repris vite un air sérieux, lui attrapant le menton pour tourner sa tête vers moi pour avoir des explications sérieuses. Luke ne semblait bizarrement pas plaisanter et je me demandais pourquoi cette décision soudaine. Il ne se fit pas prier plus longtemps pour me répondre sur un ton léger puis sérieux.

- Calla, on part pas en lune de miel. Mais on part en Amérique, tous les deux. C'est là-bas que sont tes racines. Il est temps que tu tires un trait sur ton passé. Et surtout …surtout il est temps qu'on devienne des parents.

Tout s'enchaina très vite sans que je ne comprenne vraiment ce que Luke me disait. Un voyage. Racines. Passé. Parents… Que faisaient tous ces mots dans la même phrase ? Remettant progressivement dans l'ordre chaque mot, je compris mais j'étais encore trop sonnée pour répondre quoi que ce soit alors que déjà Luke s'empressait de poursuivre, attrapant ma main.

- On en est capable, Calla. On peut le faire. On peut l'être, pour Bryn. Notre fille.


Le regard du jeune homme plongea dans le mien alors qu'il serrait ma main tout en disant ces mots que je m'efforçais déjà d'oublier. Je me retirais brusquement de son étreinte, m'écartant également de lui, le regardant surprise, blessée.

- Pourquoi tu remets ça sur le tapis ? Tout allait bien… On était bien comme ça… Pourquoi tu insistes Luke ? Pourquoi tu t'acharnes à ouvrir encore une fois cette blessure ?


Je ne souriais plus à présent, je le regardais sévèrement, en colère par ce qu'il me disait. Mais déjà il contre-attaquait :

- Parce qu'il le faut. On ne peut pas continuer sans en parler, sans faire quelque chose. Tu t'es reconstruite, tu es devenue plus forte. Tu dois cesser de douter de toi. Bien sur que tout va bien, et bien sur que tout ira bien ensuite.


Non je ne pleurerais pas, non je n'allais pas me laisser faire ! A quoi jouait-il ? Un rire ironique sortit de ma bouche alors que je continuais de l'attaquer.

- Ça te fait plaisir de me voir souffrir ?
- Bien sur que non !
- Pourquoi tu fais ça ?
- Parce que je ...
- Qu'est-ce que tu veux réellement Luke ? Ce n'est pas un jeu !...
- Je le sais ! Calla … Je sais que ce n'est pas un jeu. Et je sais aussi que je ne suis plus le garçon immature à qui tu as annoncé qu'il était père. J'ai grandi, j'ai changé, j'ai mûri. Selon mes parents, il était temps que ça arrive …
se moqua-t-il.Je veux la connaître. Je sais, j'ai fait le con, je t'ai dit des choses horribles. Mais … plus je pense …. à nous, à Bryn …. j'ai l'impression de passer à côté de tellement de choses. Et …. Je veux qu'on arrête de perdre du temps et qu'on aille récupérer notre fille. Tu me suis ?

Tout cela était insensé, quelques minutes plus tôt nous étions tranquillement en train de plaisanter et puis voilà que tout basculé encore une fois. Non, je ne devais pas, je ne voulais pas laisser faire cela. Luke contra chacune de mes attaques pour finir par une tirade dont je ne savais pas quoi répondre. Son regard dans le mien, cela me déstabilisait et pourtant je gardais les sourcils froncés. Pour lui tout semblait si simple mais c'était loin de l'être de mon côté.

Il tendit une main vers moi pour que je le suive mais à la place je la contemplais, croisant les bras, comme regardant un rêve dont je savais que je ne pouvais pas atteindre. Je repris alors la parole, avec un ton plus calme qu'auparavant, essayant de comprendre les révélations du jeune homme.

- Je ne veux pas la même chose que toi Luke… Je crois surtout que Bryn est mieux là où elle est et moi aussi. Je voudrais qu'on arrête de remuer le passé…
- Bryn fera toujours partie de ta vie Calla, pas seulement de ton passé. Tu ne peux pas tirer un trait sur elle comme tu as fait pour la mort de tes parents. Tu dois avancer. Tu dois aller de l'avant.


Mon ton était presque suppliant alors que j'attrapais sa main mais pas dans l'intention qu'il souhaitait. Je plongeais mon regard dans le sien, prenant une voix douce et me rapprochant un peu de lui pour le convaincre de rester, de rester avec moi.

- Et puis… Il y a très peu de chance qu'on la retrouve, je ne sais pas où elle peut être, je ne me souviens pas clairement de cette nuit-là... Je n'ai pas envie de me souvenir d'ailleurs…

Je poussais un soupir, découragée, fatiguée par tout cela comme si j'avais vécu un siècle. Je me reculais un peu, lâchant sa main, baissant la tête pour dire ce que je pensais vraiment pour une fois même si je ne l'assumais pas encore.  

- J'ai peur… Elle a tout juste deux ans maintenant… j'ai peur qu'elle me déteste… Je ne veux pas… je ne veux pas revoir ses yeux… c'est trop dur…

J'avais relevé la tête, fixant Luke, les larmes presque aux yeux mais je me contrôlais, affichant seulement une mine désolée par mon manque de courage.

- Et moi alors ? Tu ne crois pas qu'elle va me détester quand je lui dirai tout ce que j'ai fait pour m'échapper de toi, et d'elle ? Mais je crois qu'on peut encore se rattraper. Il n'est pas trop tard, Calla. Tu peux faire mieux. Tu peux faire ton deuil.

Il posa alors ses mains sur mes épaules, me regardant dans les yeux. Je l'écoutais patiemment, je ne le dirais pas mais je voulais me laisser convaincre. Au plus profond de moi, je désirais plus que tout tenir Bryn dans mes bras et revoir ma mère à travers ses yeux mais une autre partie de moi souhaitait seulement ma protection. Il était mieux pour ma santé mentale que je ne la retrouve pas, je le savais… Et pourtant je continuais d'écouter Luke.

- C'est de la folie… Es-tu vraiment prêt à assumer un tel rôle ? A l'élever ? A être pour toujours lié à moi ? Et Olympe ? Ce sera pour le reste de ta vie Luke !...

Je ne savais pas vraiment si ce que je disais s'adresser à lui ou à moi, un message de mon subconscient, un dernier avertissement. Pourtant j'avais déjà pris ma décision… Il me répondit sans réfléchir.

- Calla … dit-il en soupirant.Je serai toujours lié à toi. C'est notre fille, et ça, rien ni personne ne changera ce fait. Est-ce que je suis prêt à assumer ce rôle ? Pas vraiment. Je suis terrifié. A l'élever ? Je suis son père, c'est mon rôle et je ferai du mieux que je peux. Mais je ne doute pas qu'elle sera toujours mieux avec ses parents, ses vrais parents plutôt qu'avec des inconnus. Elle voudra connaître un jour ses origines, qui est sa mère, ce qui s'est passée. On doit être là, on doit être présent pour répondre à ses questions, pour l'aider à évoluer dans ce monde.

Luke. Ce voyage. Bryn. Tout relevait du rêve et de la folie en même temps. La voix qui me retenait ici s'éteignit totalement pour laisser place à une détermination dévorante qui devait se lire dans mes yeux. J'avalais difficilement ma salive, me préparant mentalement à ce que je m'apprêtais à dire à Luke qui semblait exténué par tous les moyens qu'il avait mis en œuvre pour me convaincre.

- Je… Je veux bien essayé de la retrouver…


J'étais incapable de dire quoi que ce soit de plus, j'étais moi-même surprise par la décision que je venais de prendre, je doutais encore tellement et pourtant j'étais tellement prête. C'était comme de l'adrénaline qui se versait en moi alors que sans un mot de plus j'ouvris un tiroir pour y attraper des affaires pour les mettre dans une des valises prévues à cet effet. Luke me regarda avec des yeux ahuris, je ne savais pas trop ce que je faisais mais si nous devions partir alors c'était maintenant, je ne voulais pas changer d'avis entre temps.

- Et ben alors tu m'aides… ?


(Luke resta un instant abasourdi, comme choqué qu'il puisse arriver à convaincre quelqu'un, mais quand la jeune femme le brusqua, il hocha vivement la tête et s'activa à ouvrir le tiroir des petites culottes.)

- Je pense qu'il nous en faudra quelques-unes pour le voyage ! lança-t-il d'un ton joyeux.

(Il continua ses plaisanteries tout le long, voulant à tout prix revoir ce sourire qu'il aimait si bien sur le visage de Calla. Il savait qu'aujourd'hui était une petite victoire, mais le plus dur restait encore à venir. Les recherches ne seraient pas aisées, et revenir en Amérique serait sans aucun doute douloureux pour Calla. Mais Luke voulait être présent pour elle, n'ayant pas pu l'être autrefois.)
©️ 2981 12289 0



Calla Ashley Sawyer/ Andrews
La pire chose dans la vie, c'est de finir entouré de gens qui te font te sentir seul.
Robin Williams.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again

Revenir en haut Aller en bas
Take me down to the fighting end, wash the poison from off my skin, show me how to be whole again
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Flesh Wash - Quand y'en a pu.... comment qu'on fait ?
» Fiche Wash
» Bill Clinton, G. W. Bush & the U.N. Fighting Corruption in Haiti - no joke!‏
» Tutos, techniques et conseils à ne pas manquer.
» 02. Still fighting it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Family :: Monde RPG :: Royaume-Uni :: Le Sanctuaire-
Sauter vers:
©️ 2016-2018 Hogwarts Family, le contexte, le design, les idées sont la propriété du staff d'HF. Toute reproduction partielle ou totale est interdite.