Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz

Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent.
Fin Juin 2021

Je suis encore chez Wyatt. Notre colocation se passe bien. Cela fait bientôt 4 mois que j'ai été libéré du Duc, que Wyatt m'a sauvé avec son équipe. Il a été le premier visage que j'ai aperçu après 4 ans et 7 mois de captivité. Le premier regard bienveillant, rassurant. Il s'est passé quelque chose, je lui ai fait confiance en une fraction de seconde. J'ai apprécié son aisance, son humour, il a su me mettre en confiance en quelques minutes. Aujourd'hui, je lui dois bien ça, je m'occupe de l'appartement, de faire des courses, de faire la cuisine. Sans moi il ne mangerait que des pizzas, porterait le même caleçon des jours d'affilés. Il n'ouvrirait même pas les volets.

J'ai pu revoir Lena et Gabriel. C'est par le plus grand des hasard que Gabriel et Wyatt se connaissent. Il 'ma raconté qu'ils ont grandit ensemble dans le monde moldu, et qu'à 11 ans, chacun a reçu sa lettre de sorcier, mais ils ne se le sont jamais avoué. Wyatt est parti en France et Gabriel est resté à Poudlard. Moi j'ai rencontré Lena chez les Poufsouffle. Elle a été ma meilleure amie pendant cinq ans. J'ai disparu à mes 16 ans, pour réapparaitre à mes 20 ans passé. Je vais avoir 21 ans le 5 août prochain. Tout pourrait être idyllique, mais ça ne l'est pas.

Il n'y a pas une nuit sans cauchemars.  Sans que je revive mon agression, ce loup-garou arrachant le visage de Steve, me mordant. L'arrivée du Duc, que je pensais salvatrice a été le début de mon enfer. Enfermée jour et nuit dans son manoir, coupée du monde, de l'actualité. Subissant ses morsures, inlassablement. Il n'a jamais voulu me transformer, il était dans une sorte de psychose où il pensait que j'étais sa fille perdue : Émilie. Il m'appelait l'Immune, parce que le venin de loup-garou n'a jamais agit sur moi. J'ai bien été mordu une nuit de pleine lune, mais je ne me suis jamais transformée. Il disait que mon sang était meilleur ces nuits là, et me laissait saignée à blanc, fébrile, si faible que je dormais toute la nuit et tout le jour avant d'avoir la force de me lever. Maintenant, les nuits de pleine lune, je préfère m'isoler, c'est un moment compliqué à vivre. C'est comme si j'étais connectée à cet astre sans jamais en subir les effets. Je ne me sens pas différente, mais pendant 55 nuits j'étais sous les crocs du Duc, sentant mon énergie s'enfuir.

C'est tout nouveau. Et nous arrivons à l'anniversaire de mort de Steve, à la date de mon enlèvement. Cela fait bientôt 4 mois que je suis sortie de cet enfer, mais que je n'ai pas souhaité retrouver mes parents, j'ai peur, pour le reste. Je sais que mon sang intéresse le Ministère. Bientôt je vais rencontrer des amis de Lena, qui auront peut-être des réponses pour moi, sur ma situation, en attendant, je dois faire profil bas.

Aujourd'hui je sors faire des courses, d'habitude je vais dans le monde moldu, mais là, j'ai besoin d'affaire sur le Chemin de Traverse. Je m'achète des livres pour me remettre à jour dans la magie avec baguette. Wyatt me donne de quoi acheter un livre par semaine. J'avais repéré Gueule de loup, cœur d'homme . C'est apparemment un récit déchirant qui raconte le combat d'un sorcier contre la lycanthropie.  Je m’ennuie beaucoup, alors j'étudie les manuels scolaires. Gabriel a porté un magnétoscope chez Wyatt et plein de vieilles cassettes à regarder. Il m'a montré comment m'en servir. J'écoute de la musique aussi. Je prends le temps.

J'enfile une robe de sorcier, et couvre ma tête. Je dois être la plus discrète possible. Je rentre dans la magasin, trouve rapidement le livre. Je paye tout aussi vite et je sors de la boutique, je percute alors quelqu'un, mon livre vole de mes mains, ma capuche retombe sur mes épaules, mais le temps que je la remette, je l'entends prononcer mon prénom. Mon cœur vacille. Je me relève en catastrophe, plantant là le livre dans la rue et la personne qui m'a visiblement reconnu. Mais rapidement il me rattrape, je sens sa main agripper mon bras. Mes yeux se relèvent alors sur lui. Shino. Il m'a déjà vu à Sainte Mangouste, j'avais feint de ne pas le reconnaitre. Mon cœur bat tellement vite que je suis au bord du malaise. D'ailleurs, il le remarque et me retient un peu plus fort pour ne pas que mes genoux flanchent.

"Je... il faut que j'y aille."

Mais il ne me lâche pas, et nous entraine sur un petit banc. Je commence à paniquer, je ne dois pas rester trop longtemps ici, au milieu des sorciers. Il me parle, mais mes yeux sont fous, regardent dans tous les sens, je réajuste ma capuche pour cacher mon visage, j'espère que personne d'autre ne m'a vu. Il comprend que quelque chose cloche.

"Je ne peux pas rester ici."

Alors nous filons, par le Chaudron Baveur, on quitte le monde des sorciers pour s'aventurer dans le monde moldu. Il dit qu'il va nous amener dans un parc tranquille. Et moi, pendant tout ce temps, je ne fais que me dire que je ne peux pas suivre n'importe qui, que je devrai lutter pour filer, mais le Duc m'a privé de tout bons réflexes, et je me laisse faire. Il faut vraiment que j'en parle à Wyatt. Si... si j'arrive à revenir chez lui. Que me veut Shino ? J'ai des souvenirs de lui, c'est un garçon au grand cœur, tout autant que Gabriel. On était dans un club ensemble. Il était lui aussi très protecteur envers sa sœur, Julie, Juliette, un truc comme ça. Je ne l'ai croisé que trois années finalement. Les souvenirs sont moins prégnants que ceux avec Lena, avec qui je passais tout mon temps.

Il nous amène dans un parc. Le Hyde Park à Londres, je vais trainer par là quand je m’ennuie trop à l'appartement. Déjà c'est un lieu qui m'est familier, alors j'arrive à respirer normalement. On trouve un banc. Je baisse alors ma capuche, mais garde mes yeux rivés sur mes chaussures. Je suis nerveuse et je joue avec mes doigts. Je sais qu'il ne me veut pas de mal. Je ne sais pas quoi lui dire. Il me demande si je vais bien. Je hoche la tête, je tente un regard et je vois ses yeux doux, chaleureux. Il me sourit, alors j'ai moins peur. Je ne sais toujours pas ce qu'il me veut, il a aussi voulu me parler à Sainte Mangouste. Je sais qu'il m'a reconnu. J'ai fais la Une de la Gazette beaucoup de jour, et l'attaque n'est pas passée inaperçu à Poudlard, ni ma soit disant mort et celle de Steve. C'est ce que m'a raconté Lena. Parce que le Duc m'avait caché tout cela après mon enlèvement.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   
Crois-tu que nos peines un jour se taisent ? Que nos plaies se referment ? Tu me répondras sait-on jamais, le passé peut renaître.

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz
Les fantômes, ce n'est que ça des souvenirs qui persistent.
C'était étrange, mais la vie reprenait toujours son cours, comme si rien d'inhabituel ne s'était jamais produit. Shino avait l'impression que ses dernières péripéties remontaient à loin, très loin. Même sa séparation avec Prudine lui paraissait lointaine, presque irréel... tout comme leur relation. Et puis il y avait eu cet affrontement avec les Résurgents et sa blessure à l'épaule. Shino avait essayé de protéger un jeune Sang-Pur contre un Insurgé. Certes, il n'était pas censé prendre parti pour les Résurgents mais ce garçon était tellement jeune... Shino connaissait leur famille depuis presque toujours et il ne pourrait pas supporter de causer leur malheur, même indirectement. Il s'était interposé dans ce combat inégal - l'Insurgé devait avoir le double de son âge et de son expérience - et s'en était tiré avec une belle brûlure magique à l'épaule. Et des remontrances, évidemment. Certains Insurgés avaient compris son geste, mais la plupart restaient méfiants à son égard. Cela reviendrait, avec le temps, Shino le savait.

Mais là n'était pas les préoccupations de Shino en ce moment. A peine sa première année à l'UMS terminée, il pensait déjà à la suivante, et plus particulièrement au stage qu'il allait devoir effectuer au Ministère. Il était, comme à son habitude, soucieux de bien faire. Il s'était déjà renseigné sur les maîtres de stage, sur le rôle de Langue de Plomb avec plus de profondeur. Aujourd'hui, il s'était chargé d'acheter de nouveaux costumes. Il fallait faire une bonne première impression. Il avait passé quelques heures à se faire prendre les mesures par la couturière de chez Madame Guipure. Il avait besoin d'un peu d'air frais après être resté enfermé pendant autant d'heures.

Shino décida de déambuler dans les rues du Chemin de Traverse. Elles n'étaient plus aussi animées que lorsqu'il n'était qu'un enfant, mais il appréciait toujours l'endroit, peut-être éprouvait-il une sorte de nostalgie. Il se souvenait de quand il était venu chercher sa première baguette, mais aussi celle de Jillian. Il s'arrêta une fraction de seconde pour regarder l'enseigne de chez Ollivanders, pensif, ce qui l'amena à percuter quelqu'un de l'épaule. Il reprit instantanément ses esprits.

- Oh Merlin, veuillez m'excuser... Camilla ?!

Elle avait déjà remis son capuchon le temps que Shino réalise de qui se tenait en face de lui. Il resta un instant figé. Ce n'était pas la première fois qu'il revoyait ce fantôme du passé cette année. Il l'avait déjà vue à Ste-Mangouste, mais elle s'était enfuie alors qu'il avait appelé son prénom. Shino s'était alors persuadé qu'il avait rêvé, qu'il s'agissait peut-être d'un effet secondaire des potions médicinales ou quelque chose... mais là, il était sûr de lui. Autant qu'il pouvait l'être. Après tout, cela faisait des années que Camilla avait disparu, tout le monde l'avait crue morte, Shino le premier.

Son regard se baissa sur le livre que Camilla avait laissé tomber en s'enfuyant à nouveau devant lui. Il le ramassa puis chercha la fugitive du regard. Il la repéra rapidement - les rues n'étaient pas vraiment remplies de sorciers. En quelques enjambées et slaloms bien sentis, Shino finit par la rattraper, attrapant son bras au passage.

- Camilla, ton livre...

Elle tremblait comme une feuille. Shino posa une main ferme sur son épaule et une bien plus délicate au niveau de ses hanches. Elle semblait proche du malaise. Shino fronça les sourcils.

- Est-ce que ça va ?

C'était une question inutile, bien sûr. Shino regarda rapidement autour de lui et vit un banc. Cela ferait certainement du bien à Camilla qui avait l'air d'avoir besoin de s'asseoir, de reprendre son souffle. Il la guida en gardant sa main sur son épaule, prêt à la rattraper au cas où.

- Te sens-tu mieux comme ceci ? Dis-moi si tu as besoin de quoi que ce soit.

Shino avait tout un tas de questions à lui poser mais il pouvait sentir que ça n'était pas le moment, et puis sa politesse l'empêchait d'harceler les autres de questions potentiellement invasives. Il insista pour s'assurer que Camilla allait bien, mais c'était comme si elle ne l'écoutait pas, comme si elle n'avait pas assimilé sa présence, même. Finalement, elle le regarda brièvement en soufflant qu'elle ne pouvait pas rester ici. Shino regarda autour d'eux. Il ne voyait personne de dangereux, mais il ne savait pas où en était Camilla dans sa vie, qui étaient ses amis et surtout qui étaient ses ennemis.

- Tu préfères aller du côté Moldu ?

Elle acquiesça d'une manière abrupte. Ils se levèrent, Shino menant la marche. Camilla restait derrière lui sans mot dire. Il devait se retourner de temps à autre pour s'assurer qu'elle était toujours là. Il ne voudrait pas qu'elle disparaisse à nouveau. Ils arrivèrent à Hyde Park dans un coin peu envahi par les touristes bruyants ou de personnes âgées avides de potins. Il la laissa s'asseoir en premier sur un banc avant de s'installer à son tour en lui laissant assez d'espace. Camilla sembla se détendre légèrement, retirant sa capuche. Il ne pouvait pas se méprendre: il s'agissait bien d'elle. Shino réitéra sa question et lui demanda comment elle allait. Est-ce qu'il lui demandait son état du moment, ou bien son avis sur les années où elle avait disparu ? Probablement un peu des deux. Leurs regards se croisèrent, il lui sourit. Elle avait toujours été de gentil à Poudlard et même s'ils ne s'étaient que peu fréquentés, sa supposée mort avait bouleversé Shino ainsi que tous ses autres camarades.

- C'est bien toi, pas vrai ? Excuse-moi, mais c'est difficile de le croire. On pensait que toi et Steve... enfin... désolé, je ne voudrais pas te mettre mal à l'aise.

Shino n'était pas sûr de comment aborder le sujet. Comment parler de la mort et de la résurrection de quelqu'un à cette même personne ? Il se passa une main dans la nuque en baissant les yeux. Il avait déposé le livre de Camilla sur ses genoux sans trop s'en rendre compte, se souciant d'abord d'elle plutôt que de l'objet. Il le posa entre eux. La couverture où était dessinée, entre autre, un loup-garou, le fit penser à Prudine. Il chassa celle-ci de ses pensées. Il attendait toujours une réponse à sa dernière lettre. Ses dernières lettres, à vrai dire.

- Intéressant, comme livre. L'opinion publique n'est pas réellement en faveur des loups-garous en ce moment... je dois admettre ne pas suivre cet avis.

Mieux valait parler de sujet d'actualité. Au moins, ça ne touchait pas la vie personnelle. En tout cas, pas trop directement. Shino sentait que Camilla était d'un côté, elle devait être du sien. Comment pourrait-il en être autrement ? Elle avait peut-être beaucoup changé, mais elle était quelqu'un de bien et elle devait toujours l'être. Et puis, quel genre de Purificateurs ou autre anti-créature lirait ce genre de livre ?

Codage pabr Libella sur Graphiorum


_________________

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz

Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent.
Fin Juin 2021

Je fixe son sourire, puis doucement mes yeux se relèvent sur les siens. Ils sont doux, brillant. J'ai des souvenirs de lui qui remontent à ma mémoire. Il a toujours été bienveillant, c'est quelqu'un d'intelligent aussi, je me souviens de lui comme un sorcier brillant. Préfet ou Préfet en Chef. C'est quelqu'un de confiance, que Poudlard a récompensé pour son sérieux. Je ne dois pas avoir peur de lui. Mais Wyatt et Lena m'ont prévenu que depuis 4 ans et demi, le monde a changé, les Lois, et qu'on ne peut faire confiance en personne. Pourtant, son regard est apaisant, et son sourire parvient à me rassurer.

- C'est bien toi, pas vrai ? Excuse-moi, mais c'est difficile de le croire. On pensait que toi et Steve... enfin... désolé, je ne voudrais pas te mettre mal à l'aise.

Je hoche la tête vivement.

"Oui c'est bien moi. Je sais que c'est fou cette histoire."

Je regarde à droite et à gauche. Nous sommes dans le monde moldu, peu de change de croiser des sorciers.

"On a cru que j'étais morte, mais c'était faux."

Je baisse les yeux. Comment expliquer que j'ai été kidnappé par un vampire qui me prenait pour sa fille pendant quatre ans et demi ? Comment dire qu'après ma libération, je n'ai pas voulu retourner chez moi, car j'ai peur de tout, je ne suis pas confiante. Je crains les gens, et même mes propres parents. Il faut dire que le Duc m'a bourré le crâne en disant que je n'avais plus de parents, qu'ils ne m'aimaient plus, qu'ils étaient soulagé que je disparaisse, et qu'ils ne me cherchaient pas. En réalité, il m'empêchait de voir l'actualité, les journaux. Parce que mes parents m'ont cherché pendant des années. J'ai retrouvé des vielles Gazette en fouillant chez les droguerie sur le Chemin de Travers. Il y avait des avis de recherche régulièrement. Au début tous les jours, puis toutes les semaines, ensuite tous les mois, puis tous les trimestres. Ils n'ont jamais cessé de me chercher.

- Intéressant, comme livre. L'opinion publique n'est pas réellement en faveur des loups-garous en ce moment... je dois admettre ne pas suivre cet avis.

Je relève la tête alors vers lui. C'est vrai ? Il n'est pas contre les loups-garous ? C'est plutôt positif n'est-ce pas ? Enfin c'est ce que dirait Lena et Gabriel. Je peux avoir confiance en Shino non ? Sinon il m'aurait demandé ce que je fais avec un livre pareil. Je le récupère d'ailleurs et le pose sur mes genoux.

"Je m'y intéresse. Comme tu dois le savoir, c'est un loup-garou qui nous a attaqué avec Steve. J'aime me renseigner sur le sujet. Je... malgré tout, je n'en veux pas à ce sorcier qui une seule fois par mois se transforme en bête féroce. Je lui en veux seulement de ne pas s'être mis à l’abri cette nuit si particulière pour lui. Il a tué Steve et a gâché ma vie...."

Je triture la couverture du livre et passe mes doigts sur la gravure du titre en relief.

"Ce que je veux dire, c'est que c'est l'erreur d'un homme. Ce n'est pas tellement la nature, c'est l'homme lui même."

On ne peut pas mettre toutes les créatures ensemble dans le même panier, juste parce qu'une seule a fait une erreur. Et c'est pas le loup qui a fait l'erreur, c'est le sorcier qui ne s'est pas mis à l'abri, sachant sa nature ! Avec sa tête penseuse d'homme, il aurait pu le faire, ce n'est pas une fois sous sa forme animale qu'il y pense. Mais apparemment, les Lois sont dures avec eux. C'est injuste, ils ne font pas la part des choses.

"Je suis un peu en décalage avec le monde actuel. Je... j'étais en autarcie pendant pas mal d'années suite à l'agression. Du coup, j'ai loupé plein de choses... c'est difficile à expliquer."

Je regarde de nouveau autour de nous, au cas où il y aurait des yeux ou oreilles indiscrètes.

"J'ai vu que les Lois étaient sévères. J'ai du mal à comprendre ce qui s'est passé au juste ? A l'époque de mon agression, il ne me semble pas que c'était comme ça. C'est depuis la mort d'Hermione Granger non ? Je l'ai lu la semaine dernière, en rattrapant mon retard. C'est affreux. Harry, Ron... C'était pourtant des héros, des modèles. Comment peut-on en arriver là ? A tuer et détruire des héros ?"

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   
Crois-tu que nos peines un jour se taisent ? Que nos plaies se referment ? Tu me répondras sait-on jamais, le passé peut renaître.

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz
Les fantômes, ce n'est que ça des souvenirs qui persistent.
C'était incroyable que cette personne puisse être réellement Camilla Rock, celle que tout le monde pensait disparue, morte, même. Shino se demandait si elle se rendait compte à quel point c'était insensé. Elle en parlait presque avec détachement, même si elle ne paraissait pas vraiment à l'aise de rentrer dans les détails. Peut-être qu'elle en avait assez de répondre aux questions que tout le monde lui posait. Shino avait lui aussi des questions qui lui brûlaient aux lèvres, mais il préféra la laisser tranquille.

- C'est un plaisir de te revoir. J'espère que ces dernières années ont été positives pour toi.

Qu'avait-elle bien pu devenir ? Peut-être Camilla allait-elle ressentir l'envie de se confier à Shino... ou peut-être pas. Sa curiosité le démangeait, mais il était sincèrement soucieux. Il n'aimait pas l'idée de quelqu'un de doux comme Camilla ait pu vivre de mauvaises choses pendant toutes ces années. Il avait comme un mauvais pressentiment malgré tout. Elle finit par relever la tête vers lui pour parler de ce livre. Elle avait l'air surprise de l'opinion de Shino. Il écouta en penchant la tête, la hochant de temps à autre.

- C'est vraiment très sage de ta part... je ne crois pas que beaucoup d'autres personnes pourraient réfléchir de la sorte.

Shino était réellement impressionné. Il n'était pas sûr qu'il puisse être aussi avenant que Camilla envers les loups-garous, s'il avait été à sa place. Il se souvenait d'elle comme quelqu'un de bon, et elle ne paraissait pas avoir changé, en tout cas, pas de ce point de vue là. Shino réfléchit un peu avant de répondre.

- Je pense que les tensions datent d'il y a très longtemps... ça a juste explosé, récemment. Il y a eu beaucoup de conflits, mais en effet, les choses ont pris de l'ampleur depuis la mort de Hermione Granger... J'ai beau avoir été attentif aux événements, c'est parfois difficile à comprendre pour moi aussi.

Shino s'installa un peu plus confortablement sur le banc, la tête tournée vers le ciel.

- Les temps sont durs. Il faut se serrer les coudes. Il pensa à Prudine. S'il ne se battait pas... eh bien, il ne la reverrait peut-être jamais, comme beaucoup avaient crus que cela serait le cas pour Camilla. Est-ce que tu es bien entourée ? Tu as des amis sur lesquels compter ? Beaucoup de personnes ont changé depuis... ta disparition.

Shino ne savait pas vraiment quelle relation Camilla entretenait avec ses parents avant tout ça, mais il s'imaginait qu'elle avait dû être heureuse de les retrouver. Elle devait sûrement vivre avec eux, du moins, il l'espérait. Il pouvait voir que ça n'était pas toujours facile pour elle de s'exprimer, comme si elle avait peur de quelque chose. Elle avait besoin de proches pour l'aider à se remettre, quoi qu'il lui soit arrivé.

- Si je peux t'aider de quelque manière qu'il soit, tu n'as qu'à le demander.

Shino se doutait qu'après tant de changements dans le monde, Camilla avait toutes les raisons de se méfier de lui. Il voulait lui prouver sa bonne foi, si c'était possible.

Codage pabr Libella sur Graphiorum


_________________

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz

Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent.
Fin Juin 2021

Je ne sais pas si c'est vraiment très sage de ma part, ou si je suis complètement dingue depuis que j'ai été capturé par le Duc. Y'a certainement des deux, mais ça, je n'oserai jamais le dire à Shino. Ces yeux sont si doux, il n'a pas l'air de me juger, il me met même en confiance. Les souvenirs de lui arrivent par vagues, je sais qu'il était très apprécié à Poudlard. Je crois que je l'aimais beaucoup pour le symbole qu'il représentait. Je ne pense pas qu'on était ami, je crois que c'était plus un modèle à atteindre, il a toujours eu de gentils mots, des encouragements. Qu'est-ce qu'il devient maintenant ?

Je l'écoute avec attention. Il est différent de Wyatt qui lui a débarqué à Londres il y a peu. Shino n'a semble-t-il jamais quitté ce pays. Alors je l'écoute attentivement, ses informations sont précieuses pour moi. Ça a "explosé" ? Comme ça ? La mort d'Hermione. J'ai l'impression de rétrécissement dans ma cage thoracique quand j'entends cela. C'était une grande femme, c'est injuste sa mort. Je le regarde avec émotion et je tente même un faible sourire quand il confit que pour lui c'est aussi compliqué à comprendre.

Je profite qu'il regarde le ciel pour mieux l'admirer, sans aucune gêne. Il est plutôt beau garçon. J'ignore pourquoi je pense ça comme ça, juste parce que le soleil illumine son visage bienveillant. C'est ce que je ressens quand je le regarde, quand il me parle, c'est un homme bon. Mmmh je sais pas si je suis forte à ce jeu là, j'ai bien cru que le Duc était quelqu'un de bon, et finalement... Oui mais pour le Duc, j'étais en état de choc après la violente attaque. Alors que là, je suis beaucoup plus en paix. Je n'ai rien à craindre de lui. Il se confit facilement, et c'est bon de partager ce moment avec lui. Je regarde de nouveau la reliure de mon livre quand il s'inquiète pour moi.

"Je crois oui. J'ai... je... je pense oui."

Je ne peux pas parler de Wyatt, je ne peux pas trahir ce qu'il a fait pour moi, il risque sa place au Ministère. Et j'ai cru comprendre que je ne dois pas parler de Lena et Gabriel, ils se protègent de ce monde. Ils ont un bébé. Alors je ne dis rien sur eux. Peut-être que Shino pense que je suis chez mes parents, mais je n'y suis pas revenue. Ça serait difficile à expliquer, mais j'ai mes raisons, et j'ai besoin de temps.

"Mes parents ne savent pas que je suis en vie."

Je tente un regard discret et timide vers lui, attendant son jugement, mais avant qu'il n'arrive je rajoute.

"J'ai vécu des moments douloureux, et je ne suis pas encore prête à... à revenir à ma vie d'avant. Je ne veux pas leur faire une fausse joie, je veux dire, je ne suis plus la même qu'il y a quatre ans, je veux qu'ils retrouvent leur fille, et pour ça, pour ça j'ai besoin de temps, je veux pas que tu penses que je suis un monstre. C'est juste que c'est compliqué pour moi."

Et le Duc m'a tellement bourré le crâne sur le fait que mes parents m'avaient déjà oublié, ne me cherchaient plus depuis des années, que j'ai fini par croire que je n'ai jamais compté pour eux, que je suis personne. Je souris quand il me propose son aide.

"Et bien... merci."

J'ai la gorge nouée, et les joues qui virent au rouge. Est-ce que je peux vraiment lui faire confiance ? Les souvenirs sont là, il était déjà bon au temps de Poudlard, pourquoi aurait-il changé ? Je sais que c'était un brillant élève, peut-être peut-il beaucoup m’apporter ? Si je le garde dans mon sillage ?

"Je sais que tu étais bon élève à Poudlard, tu deviens quoi maintenant ? Tu continues les études ?"

Tout est un peu flou pour moi, j'ai vécu plus de quatre années recluse, sans connaître les actualités, sans savoir comment le monde a évolué, j'ai beaucoup de lacunes. Je n'ai pas pu finir ma scolarité, ni la poursuivre en étude supérieure. J'ai 21 ans, je devrai être à l'université depuis 4 ans.

"J'aurai peut-être besoin de quelqu'un qui m'aide à... rattraper mon retard."

Est-ce qu'il pourrait faire ça ?
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   
Crois-tu que nos peines un jour se taisent ? Que nos plaies se referment ? Tu me répondras sait-on jamais, le passé peut renaître.

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz
Les fantômes, ce n'est que ça des souvenirs qui persistent.
Shino fronça les sourcils. Elle pensait avoir des gens sur qui compter ? Il ne comprenait pas comment elle ne pouvait pas être sûre, lui qui avait toujours été bien entouré et qui pouvait se permettre d'avoir une confiance aveugle en ses proches. Il ne lui en fallait pas plus pour lui proposer son aide. Il ne savait pas très bien ce qu'il pouvait faire, parce qu'après tout, la situation de Camilla était très floue et elle ne semblait pas disposée à en dire beaucoup plus. Evidemment, Shino ne pouvait ni ne voulait la forcer. A moins que... Il se tourna vers Camilla, un sourcil froncé. Alors ainsi ses parents n'étaient pas au courant qu'elle était en vie ? C'était pour le moins surprenant.

- Je suis sûr qu'ils t'aimeront toujours autant. Mais je peux comprendre que tu aies besoin de temps pour te reconstruire.

Se reconstruire par rapport à quoi, ça, Shino l'ignorait. Cependant, il pouvait plus ou moins ressentir qu'elle avait été secouée, peut-être même traumatisée. Il voulut poser sa main sur la sienne comme pour la rassurer mais se ravisa au dernier moment. Ce n'était sûrement pas la meilleure manière d'agir avec quelqu'un qui avait cherché à le fuir quelques minutes plus tôt. Il inspira profondément et reprit sans vraiment regarder Camilla.

- Je ne suis pas du genre à juger qui que ce soit, encore moins quand je n'ai pas toutes les pièces du puzzle.

Il espérait que cela rassurerait Camilla, d'une manière ou d'une autre. Il reprit rapidement la parole pour ne pas qu'elle se sente obligée de lui révéler quoi que ce soit de plus.

- Eh bien, je vais rentrer en 2ème année de Sciences Politiques. J'aimerais devenir Langue de Plomb, affirma-t-il avec une certaine assurance.

Etait-ce bien de sa part de faire miroiter ses réussites et son futur à Camilla ? A moins que justement, cela l'intéressait, peut-être que Shino pouvait lui être utile.

- N'en dis pas plus, répondit Shino avec un sourire.

_________________________

- Tu te souviens de Lenny ? Il avait un an de plus que moi, il était l'attrapeur des Serpentard. Je l'ai revu l'autre jour, il doit bien avoir pris 20 kilos !

Shino n'était pas du genre à raconter des ragots, mais avec Camilla, c'était différent. Elle avait toujours le mot pour rire, et puis, d'une certaine manière, cela contribuait à rattraper son retard. Bien sûr, Shino cherchait surtout à l'aider au niveau de la magie, mais il arrivait à la jeune femme de poser des questions sur leurs anciens camardes de classe, sur ce qu'ils étaient devenus. Shino était heureux de pouvoir partager un peu tout ce qu'il savait, et pas seulement du savoir intellectuel. Cela l'aidait un peu à se détendre.

Cela faisait presque un mois que Shino avait recroisé et parlé à Camilla. Ils s'étaient plusieurs fois vus dans des lieux publics, loin des regards, souvent dans le monde Moldu. Ce n'était malheureusement pas vraiment pratique lorsqu'il s'agissait d'enseigner des sorts et les pratiquer. Alors cette fois, Shino l'avait invité chez lui. Il avait craint que Camilla prenne peur et ne lui donne plus jamais signe de vie, mais elle était venue. Il lui semblait qu'elle commençait à avoir confiance en lui - il fallait dire qu'il faisait tout ce qu'il pouvait. Il n'y avait jamais un geste ou des paroles déplacés.

- Bref, reconcentrons-nous... Fixe le point, là-bas, et surtout, tiens bien ta baguette.

Ils étaient sur la terrasse du jardin et s’entraînaient à la métamorphose, un sujet particulièrement délicat car très précis et dépendant de la baguette. Shino avait rapidement compris que Camilla avait été privée de celle-ci pendant un certain temps. Elle était parfois encore un peu gauche avec sa baguette, pas très à l'aise. Il avait du mal à s'imaginer vivre sans la sienne, ce qui rendait parfois les choses compliquées car il n'arrivait pas toujours à se mettre à la place de Camilla.

- Pense à ce que tu veux faire apparaître...

Ils s'essayaient au sort Avis, qui faisaient apparaître des oiseaux. Shino l'avait appris lors de sa septième année à Poudlard, l'année à laquelle Camilla n'avait jamais pu accéder. C'était plus difficile de faire apparaître quelque chose depuis rien que de transformer quelque chose en une autre. Shino plaça sa main au-dessus du poignet de Camilla, sans la saisir, comme pour l'aider à faire le geste qui convenait. Son regard s'attarda sur les morsures de son "élève". Il savait que c'était dû au loup-garou qui l'avait attaquée, ainsi que Steve, mais il n'en savait pas plus. Il se perdit un instant dans ses pensées alors que Camilla lançait son sort. De petits oiseaux apparurent, mais ils finirent par se volatiliser au bout de quelques secondes. Pas mal, pour un début.

- Tu y es presque, dit Shino avec un sourire encourageant. Il laissa tomber son bras contre son corps. Veux-tu faire une pause ?

C'était Camilla qui devait concentrer, mais pourtant, c'était Shino qui se sentait le plus confus. Son regard tomba à nouveau sur les cicatrices de Camilla. Il ressentit, à ce moment là, quelque chose d'étrange. Comme s'il avait envie de faire tout ce qui était en son pouvoir pour la soigner, même s'il savait que c'était impossible.

Codage pabr Libella sur Graphiorum


_________________

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz

Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent.
Fin Juillet 2021

C'est dingue comme le temps semble filer à toute vitesse. Voilà un mois que j'ai rencontré ou retrouvé Shino, je ne sais dire. Et je redécouvre des plaisirs simples. Je retrouve doucement le sourire, la joie de vivre. Mes vieux démons sont bien là, et je ne suis pas prête de les oublier, mais j'arrive, l'instant de quelques heures, à les mettre de côté, à m'en séparer. Shino y est pour beaucoup, il m'aide à me raccrocher à cette vie qu'on m'avait mise sur pause. Pendant quatre ans et demi, le monde s'était arrêté. Ce n'est pas toujours évident, mais Shino y met toute son énergie et son tact. Et petit à petit, j'ai l'impression de sortir la tête de l'eau, de refaire surface, littéralement. Il me met à niveau aussi avec la magie. On a trouvé que j'étais plus à l'aise avec la magie sans baguette. En effet, chez le Duc, j'avais eu la ressource de faire quelques sorts sans ma baguette.

Il me ramène aussi tout doucement dans l'actualité, dans la réalité. J'ai gardé beaucoup de reflex de captive. Et j'essaye tant bien que mal à les supprimer de mon comportement. Et les moments avec Shino permette de briser ces codes. Il me raconte ce que sont devenus les anciens élèves quand je le lui demande. Je m'y intéresse, pour me détendre, pour faire un pause, pour ne pas faire que de la magie, pour penser à autre chose, pour me rapprocher de ce que je n'ai pas connu, de ce que j'ai perdu. Comme si je pouvais rattraper le temps. Et j'en redemande, je suis très bon public, et je retrouve mes repères, ceux de la fille que j'étais avant mon enlèvement. Et je sais que Shino le remarque, je sais aussi que ce n'est pas dans sa nature de faire des remarques sur les gens. C'est quelqu'un de bon, qui ne juge jamais personne. Il ne juge pas mon silence, mes reflex bizarres, mes craintes. Aussi, il a attendu plusieurs semaines pour me demander de venir chez lui. D'abord hésitante, j'ai décidé de lui faire confiance. Je suis en sécurité maintenant. Le Duc est mort. Et il faut dire que Shino me plait énormément, passer du temps avec lui me fait énormément de bien, et ce n'est pas juste pour la magie.

J'éclate de rire quand il me parle de Lenny. Cela fait du bien. Vraiment du bien. Petit à petit avec lui, je retrouve mes souvenirs, ma joie de vivre. Et je vois combien il en est ravi. J'adore le voir sourire, il est totalement craquant. Il est si gentil, si prévenant avec moi. Est-ce qu'il est comme ça avec tout le monde ? Sans doute, il le porte sur lui. Un vrai gentleman, un vrai sang-pur aussi. Je l'avais oublié. Mais quand j'ai vu sa maison, ça m'est revenu en pleine figure. Je lui ai demandé quinze fois si je ne dérangeais pas. Il m'a expliqué que c'était sa maison, et que sa sœur vivait aussi ici. Mais Jillian étudie énormément. Elle est déjà mariée, je n'en reviens pas, ça m'a fait un petit choc.

"A mon avis, il a du changé de balai, ou arrêter le Quidditch."

Je rigole de bon cœur, avant que la raison rattrape Shino. Je dois dire que son sérieux et la première chose qui m'a permise de me sentir en sécurité et en confiance avec lui. Je hoche la tête alors qu'il fait appel à ma concentration. Ce sortilège n'est pas évident. On y travaille depuis un petit moment déjà. On est sur la terrasse et il fait beau, rien d'étonnant pour un mois de juillet. Le soleil fait briller ses cheveux, et j'aime voir son air si concentré. J'espère au moins ne pas être un fardeau pour lui. Il semble prendre plaisir dans ses leçons, mais je ne voudrai pas être un poids ou une corvée. J'essaye de me concentrer, mais quand il m'effleure à peine, comme il le fait là, en plaçant sa main pour guider mon poignet, j'en ai des frissons et le souffle coupé. Depuis le Duc, personne n'avait eu autant de proximité avec moi. Je ravale ma salive et ferme les yeux. Il faut que je me concentre. Je respire lentement et tente de lancer le sortilège. Mais ce n'est pas très... probant. Je suis trop perturbée à vrai dire, mais j'ai tout de même fait apparaitre des oiseaux, et pas des sauterelles ou des papillons.

Je hoche vivement la tête quand il me propose une pause. Et je vois son regard. Il s'évade sur ma peau, plus précisément sur mes cicatrices. Je sais qu'il a eu la galanterie de ne jamais me poser des questions dessus. Il n'a écouté que ce que j'ai bien voulu lui dire. Je n'ai jamais vu un homme aussi patient et doux de toute ma vie.

"Oui s'il te plait."

Je soupire de soulagement. J'étais tendue, je m'en rends compte. Un elfe de maison vient rapidement nous proposer du thé glacé, que j'accepte avec plaisir. On s'installe sur une sorte de balancelle et admirons la vue. Je caresse alors machinalement mes avant-bras. Le silence devient pesant, mais d'un côté, il me permet de réfléchir à ce que je vais dire. Et je n'ai aucun regret de le dire. Il mérite d'en savoir un peu plus, après tout ce qu'il fait pour moi.

"Après l'attaque, un homme s'est porté à mon secours. Il m'a raccompagné chez lui pour me soigner. J'avais de vilaines blessures, et sans des soins rapides, j'aurai pu y rester. J'ai cru qu'il me ramènerait chez moi, ou qu'il appellerait mes parents. Mais il ne l'a jamais fait. C'était un tordu, il voulait que je l'appelle Le Duc."

Un frisson me parcourt tout le corps. Je relève mes yeux pour regarder Shino. Je n'ai rien à craindre avec lui.

"C'était chez lui que j'étais. Pendant quatre ans et demi, il m'a gardé captive. Son mode de vie était..."

Je découvre un peu plus mes bras en remontant mon chemisier. Laissant entrevoir d'autres cicatrices.

"C'était un vampire."

Mes yeux se remplissent de larmes et je vois bien que Shino s'inquiète de la peine que je peux ressentir en cet instant. Je le vois désolé. Mais heureusement, je ne vois aucune pitié. Il est sincèrement navré de ce que j'ai pu vivre. C'est alors qu'avant qu'il parle, je fais bondir mes mains vers lui, attrapant les siennes. Et je le serre. Je serre très fort, et il répond à ce contact. En fermant mes yeux, les larmes roulent sur mes joues, sur mes lèvres, coulent lentement dans mon cou, et je continue de serrer ses mains, de me nourrir de ce contact rassurant. J'ignore combien de temps on reste comme cela, mais le soleil brille moins haut quand j'ouvre de nouveau mes yeux. Shino s'est installé plus confortablement, et il me regarde en souriant. Il n'a pas lâché mes mains. Je...

"Oh Merlin est-ce que je me suis endormie ?!"

Je me redresse d'un bon, rompant notre contact. Je tente de me recoiffer un peu.

"Je suis tellement désolée !"

Je me confonds en excuse. Mais comme toujours, il me rassure. Je n'arrive pas à y croire. Je sens encore la chaleur de ses mains dans les miennes. Et cela réchauffe mon cœur. Son sourire bienveillant n'a pas changé. Et dans le crépuscule qui tombe, je le trouve encore plus beau qu'avant. Et même si rien n'a changé, j'ai pourtant l'impression que tout est différent à présent. Cette confidence nous a rapproché. Je sais que j'ai prouvé quand j'avais confiance en lui à présent.

------------

Mi-août

Voilà déjà presque quinze jours que je me suis confiée à lui. Et de temps en temps, je laisse entrapercevoir des brides de ma captivité. Cela devient de plus en plus facile de me livrer à lui. Il ne me juge jamais, et pose rarement des questions gênantes. Je me sens libre de raconter ce dont j'ai envie. Il y a des choses encore bien trop difficile que je n'ose pas dire. Par exemple, il ne sait pas encore que le Duc m'appelait L'immune et qu'il se délectait de mon sang lors des pleines lune, me laissant presque morte dans mon lit. Mais je sais que Shino n'est pas stupide. Il n'en a pas la certitude, mais je sais qu'il se questionne sur des possibles transformations lors des pleines lune. Je me suis promis de le lui dire. La pleine lune est le 22 août, autant dire dans quelques jours.

Mais en attendant, ce soir, il m'a invité chez lui. Habituellement on se donne rendez-vous en journée. Je suis assez étonnée qu'il le fasse en soirée. Peut-être que c'est une heure propice à certains sortilèges ? J'en sais rien. Il faut dire qu'on ne fait pas que cela maintenant, étudier. Depuis que je me livre plus, j'ai l'impression que notre relation a évolué. Le but premier de nos rencontres a changé. Il y a eu comme un rapprochement. Lui avoir - littéralement - tendue les mains nous a rendu plus tactile. On se fait la bise déjà quand on se voit. J'ignore à quel moment ça a changé. Il ose une main dans le dos pour me faire avancer dans une pièce. Il me touche pour me réajuster dans mes gestes avec la baguette. On a déjà cuisiné ensemble, pour un repas de midi. On s'est fait un pique-nique et on est allé au bord d'un lac. J'ai beaucoup rigolé ce jour là. Je me souviens parfaitement quand il a replacé une mèche de mes cheveux derrière mes oreilles, et la manière dont j'ai rougi, prétextant que c'était à cause du soleil.

J'arrive devant chez lui avec beaucoup d’enthousiasme. Quand il ouvre la porte, il me tend un énorme bouquet de rose. J'ai un hoquet de surprise. Il est magnifique et sent divinement bon. Mon sourire s’élargit d'avantage.

"Waoouh Shino, il est merveilleux. Merci beaucoup !"

Je le récupère dans mes mains. J'en reviens pas. C'est un geste très attentionné. Mais en quelle occasion ? Je n'ose pas lui demander. Je me rends compte que la maison a une lumière tamisée. Très agréable ambiance. Des senteurs délicieuses me parviennent de la cuisine. Il me propose un vase. Je ne savais pas qu'il en existait des aussi grands pour accueillir ce genre de bouquet.

"Elles sont vraiment belles, je te remercie beaucoup. Mais il ne fallait pas..."

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   
Crois-tu que nos peines un jour se taisent ? Que nos plaies se referment ? Tu me répondras sait-on jamais, le passé peut renaître.

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz
Les fantômes, ce n'est que ça des souvenirs qui persistent.
Shino était désormais sûr de lui. Sûr de ses sentiments. On ne pouvait pas parler d'amour à proprement parler car ces choses là prenaient du temps, mais il savait que ce qu'il ressentait à l'égard de Camilla était plus que de l'amitié. C'était ce qu'il suspectait depuis qu'il l'avait revue, mais il avait été difficile de se lier avec elle, dans un premier temps. Elle était souvent dans la retenue et parlait peu d'elle. Shino n'était pas du genre à poser des questions, non plus.

Cependant, Camilla avait commencé à lui parler de son passé, et plus précisément, de cet énergumène qui l'avait "recueillie", le Duc. Shino s'était attendu à à peu près tout, sauf à ça. Comment pouvait-il s'imaginer que la douce Camilla avait été en vérité séquestrée par un vampire déséquilibré pendant tant d'années ? Cela expliquait un certains nombres de choses, cependant. Shino comprenait maintenant pourquoi Camilla était si distante, tant physiquement que mentalement. Elle devait se construire des barrières, elle avait du mal à accorder sa confiance. Cela, Shino l'avait vite compris, même s'il n'en connaissait pas les raisons. Il avait pu identifier rapidement qu'il devrait se montrer patient avec Camilla. Non pas qu'il voulait quelque chose d'elle ou que celui lui coûta quoi que ce soit. Il appréciait simplement sa compagnie... mais ses confessions avaient changé les choses. Shino avait été véritablement ému par l'histoire de Camilla - comment pourrait-il en être autrement ? Il ne pouvait s'imaginer ce qu'elle avait vécu, il ne pouvait même pas compatir, mais il pouvait au moins être un soutien, une oreille attentive.

Shino avait essayé d'ignorer ses sentiments. Il se doutait que Camilla aurait des réticences, et puis lui n'était peut-être pas tout à fait remis de son histoire avec Prudine. Cependant, il ne cessait de repenser à ce long moment où ses mains et celles de Camilla ne faisaient qu'une... Cela l'avait comme électrisé. Il avait l'impression que tout cela, eux deux, ça avait du sens. Il n'était pas le genre de personne à croire au destin, mais il ne pouvait ignorer la chance qui avait poussé Camilla sur son chemin. Était-ce un signe, une manière de tourner définitivement la page de sa relation avec Prudine ?

Il avait invité Camilla en soirée, pour la première fois. Peut-être que Jillian y était pour quelque chose. Elle avait dû remarquer le changement d'attitude chez son frère et, avec quelques remarques subtiles dont elle avait le secret, Shino s'était senti pousser des ailes. Il était temps qu'il dise ce qu'il ressentait à Camilla. Il aurait l'impression de la tromper, de la trahir, presque, s'il ne lui disait pas la vérité. Il savait que sa confiance était une chose fragile et qu'il fallait en prendre soin. Elle devait de toute façon se douter de quelque chose. Shino avait légèrement changé son attitude envers elle, se montrant plus tactile que nécessaire. Il aimait à croire qu'elle appréciait ces petits gestes. En tout cas, elle ne l'avait jamais repoussé, et c'était plutôt bon signe.

Elle frappa à la porte. Shino se saisit du bouquet de rose qu'il avait préparé spécialement pour elle, inspira profondément, et ouvrit la porte, comme si de rien était. Il avait un peu le trac, et peut-être bien qu'il n'avait rien pu dire de très pertinent en tendant les fleurs à Camilla. Il ne pût que sourire devant sa réaction. Il avait été tellement inquiet, à se questionner sur quel genre de fleurs elle pourrait bien aimer, ou si ce geste n'était pas trop brusque pour elle. De toute évidence, il avait fait le bon choix.

- C'est avec grand plaisir, répondit Shino avec un sourire chaleureux, tandis que Camilla posait les fleurs dans le vase. Installe-toi, je t'en prie.

Conformément à ses habitudes et à son éducation, Shino tira une chaise pour installer son invitée. Prudine se moquait souvent de ses manières qu'elle trouvait trop pompeuses, mais Camilla semblait les apprécier. D'un coup de baguette, il fit arriver deux flûtes et une bouteille de champagne, qu'il versa d'abord pour Camilla.

- C'est sans alcool, précisa-t-il immédiatement. Il ne l'avait jamais vue boire. Je pensais que cela serait une bonne idée de se voir autour d'un dîner, pour une fois. Il s'installa en face de son invitée. Tu as tellement progressé, je crois que tu mérites bien ça, finit-il d'un air un peu taquin, avant de trinquer avec Camilla.

La soirée se passa sans encombres. Si Shino s'était senti un peu tendu au début, tout s'était dissipé en voyant à quel point il était facile de parler avec Camilla, comme toujours. Elle riait à ses blagues, en rajoutait une couche. Elle se confiait parfois brièvement sur sa vie d'avant. Elle complimentait la nourriture. Tout se passait bien, mais, alors que les desserts au chocolat venaient d'apparaître à table, Shino décida que c'était l'instant fatidique.

- Camilla...

Shino avait les bras posés sur la table, le regard droit devant lui. Il devait avoir l'air bien trop solennel, mais il n'arrivait pas à agir autrement. C'était une discussion bien trop importante à ses yeux.

- J'apprécie vraiment les moments que l'on passe ensemble, j'espère que tu le sais. J'espère aussi que c'est réciproque. Camilla semblait d'accord. J'espère qu'on pourra passer encore beaucoup de temps ensemble. En vérité, je me disais...

Un elfe de maison amena du thé que Shino s'empressa de servir à Camilla, laissant flotter la conversation un instant.

- Je pense que je t'apprécie un peu plus qu'en tant que simple amie. Je me demandais ce qu'il en était, de ton côté.

Il avait soudainement très chaud.

- Tu n'as pas à répondre tout de suite. Tu peux prendre le temps de réfléchir, je ne veux pas te mettre la pression.

Shino espérait que Camilla sentait son honnêteté. Il n'avait vraiment pas envie de la brusquer, il savait à quel point une relation amoureuse pouvait être compliquée, surtout pour Camilla. Il évitait cependant de le dire clairement, il ne voulait pas qu'elle s'imagine qu'il avait de la pitié pour elle. Ce n'était évidemment pas le cas. Il voulait juste la protéger.

Codage par Libella sur Graphiorum


_________________

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz

Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent.
Mi août 2021

J'ai l'impression de simplement rêver, toutes ces attentions sont absolument adorables. Je ne peux me défaire de mon sourire. Shino est toujours attentionné, prévenant, mais là c'est différent, c'est un effort encore supplémentaire, disons que c'est quelque chose de nouveau, et je dois dire que j'apprécie énormément. Mais c'est pour qu'elle occasion ? Est-ce que j'ai oublié son anniversaire ?

Je suis subjuguée maintenant qu'il sort les flûtes, et qu'il ait encore une fois la délicatesse de faire attention à moi. Pas d'alcool, c'est vrai que je ne bois jamais, je déteste perdre possession de mes moyens, c'est bien évidemment en lien direct avec ma captivité. Oh il faut dire qu'une fois, j'ai voulu boire, tout l'alcool qui passait par là dans les placards du Duc. J'ai fait un affreux mélange, du vin, des alcools fort, j'ai vomi, perdu connaissance. Je ne m'en suis sortie que par l'intervention du Duc. J'ignore vraiment ce que je voulais à ce moment là, rendre mon sang imbuvable, mourir ? Depuis, je ne peux plus boire une seule goutte d'alcool, cela me rappelle cette époque.

"Je te remercie beaucoup, pour toutes ces attentions, c'est vraiment touchant Shino, merci beaucoup ! Ce diner est une très bonne idée, merci de l'avoir organisé, vraiment, tout est super."

Je ne sais pas pourquoi j'ai besoin de le rassurer, peut-être parce que je le sens un peu nerveux. Il croit que cela ne me plait pas ? Alors que bien au contraire, j'adore cela. Il me montre de l'importance, il me fait me sentir femme. Je compte pour lui, pour qu'il se donne autant de mal, cela ne m'est pas arrivée depuis des années, ça fait toute la différence, et j'aimerai lui dire, mais je ne sais pas... je suis gênée, par tous ces compliments, alors qu'ils sont touchant et réconfortant.

"Je trinque à mes progrès alors. Je te remercie aussi pour ça, je me rends compte que c'est moi qui devrait faire ce diner pour toi, tu m'as énormément aidé. Tu m'héberges aussi. Ça permet au moins à Wyatt d'être tranquille de temps en temps."

Je rigole doucement. C'est vrai que mon ami (mon sauveur) est un bon vivant, et qu'il invite souvent ses collègues de boulot, je ne peux pas éternellement me cacher dans sa chambre. Wyatt n'est pas censé cacher une victime qui s'est enfuie. Ils n'ont jamais pu finir le rapport sur moi depuis leur intervention chez le Duc. En plus Shino a un manoir énorme, il dit que cela ne le dérange pas de m'héberger, il a insisté, disant qu'il avait assez de chambres d'amis comme cela. Du coup, j'ai même un petit tiroir dans la commode de la chambre d'ami avec quelques affaires. Il arrive qu'on rentre tard des répétitions, et que du coup, quand Zachary me ramène, je reste dormir. Je ne sais pas encore transplaner, Shino est censé m'apprendre, mais une chose après l'autre. Je veux d'abord revenir aux bases, je ne me sens pas prête pour un tel sortilège.

La soirée se passe divinement bien. J'adore écouter Shino, il est toujours éloquent, passionnant. Je ne me lasse ni de sa voix, ni de ses mimiques. Il est vraiment beau, doux à regarder. Il dégage une force et une sécurité qui me rassure, m'apaise. Je ne m'ennuie jamais à ses côtés. Il est toujours prudent et tendre avec moi. Il me fait rire, autant que je le fais rire. C'est facile de parler avec lui, de se confier aussi. Je lui raconte, souvent pas mégarde, sans même m'en rendre compte, des brides de mon passé. Des livres que j'ai lu pendant ma captivité, des plats que je préparai pour le Duc. Et à aucun moment je ne vois de la pitié dans ses yeux, peut-être de la peine, mais j'essaye alors de changer de sujet, et il ne revient jamais dessus. C'est comme cela qu'il est Shino. J'ai l'impression qu'il a trouvé comme me dompter, m'amadouer. J'ai de la chance d'être tombée sur lui.

Je tape des mains quand les desserts arrivent. "Mon moment préféré !" Je passe ma langue sur mes lèvres. Je n'ai pas arrêté de le féliciter tout le repas des succulents plats qu'il m'avait fait, parlant aussi avec lui des traditions sang-pur. Il a essayé de m'apprendre quelques trucs, et on a bien rigolé. Merlin quelle patience qu'il a avec moi. J'ignore s'il est toujours comme cela, avec tout le monde ? Mais je n'en doute pas.

- Camilla...
"Oui ?!" Je lève des yeux rieurs sur lui, perdant de vu mon objectif chocolaté. Soudain mon visage blêmis. Que se passe-t-il ? "Est-ce que ça va ?" Je lui accorde toute mon attention.
- J'apprécie vraiment les moments que l'on passe ensemble, j'espère que tu le sais. J'espère aussi que c'est réciproque. Camilla semblait d'accord. J'espère qu'on pourra passer encore beaucoup de temps ensemble. En vérité, je me disais...

J'ai la bouche ouvert, totalement à bout de souffle, j'attends la suite, sans même faire attention à l'elfe qui apport le thé. Je reste là, pendue à ses lèvres. Peut-être veut-il me dire qu'il doit arrêter tout cela ? Qu'il n'a plus le temps, entre l'UMS, mes leçons. Que je prends trop de place dans sa vie ?

- Je pense que je t'apprécie un peu plus qu'en tant que simple amie. Je me demandais ce qu'il en était, de ton côté. Tu n'as pas à répondre tout de suite. Tu peux prendre le temps de réfléchir, je ne veux pas te mettre la pression.

Ma bouche se referme. Plus qu'en tant que simple amie ? Est-ce que ça veut dire qu'il a d'autres sentiments pour moi ? Je détache alors mon regard de lui, pour admirer la table, les chandelles, les fleurs, le gâteau au chocolat, sa tenue. Merlin ! C'était un rendez-vous galant. J'ai un sourire qui vient se ficher sur mon visage. J'ouvre la bouche, et la referme de nouveau. Je ne sais pas comment répondre. C'est sa manière délicate de dire qu'il souhaiterai que nous deux... Oh... et moi ? Qu'est-ce que je ressens pour lui ? Je me repasse en boucle tout ce que je me suis dis, en off, dans mes pensées, depuis que je le connais, et là ce soir, pendant le repas. Qui ne voudrait pas d'un peu plus avec ce garçon ? Plus qu'une amitié ? Mais est-ce que je peux ? Est-ce que c'est le bon moment ? Merlin, il me demande de ne pas répondre de suite. Enfin, que je n'en suis pas obligée. Mais ce garçon a tellement de patience, il est tellement gentil, comment est-ce possible ? Je ne peux pas lui faire cela, le faire languir, jouer avec ses sentiments. Il mérite tout le respect qu'il a pour les autres. Il mérite toute l'attention qu'il donne.

Alors je me lève doucement de ma chaise, pas vraiment à l'aise. Je ne sais pas comment m'y prendre, mais il se lève aussi, je sais que c'est du à ses bonnes manières. Il se lève parce qu'il est affreusement poli, et je m’aperçois que j'aime cela aussi chez lui. Il s'inquiète de savoir ce qui m'arrive, alors je fais quelques pas vers lui, bientôt il ne reste que quelques centimètres qui nous sépare. J'ai peur, oh Merlin que j'ai peur, mais je sais qu'il ne me fera jamais de mal. Jamais. Alors je me lève sur la pointe de mes pieds, attrape son visage dans mes mains et colle mes lèvres tendrement sur les siennes.

Il reste droit, surpris sans doute, parce geste de ma part. Et je le suis aussi. Je n'ai embrassé personne depuis que j'ai 16 ans, depuis Steve. Mais je me dois de chasser tous ces souvenirs. Shino est la meilleure personne avec qui je peux oublier cela. La bonne personne pour commencer de nouveau, à retrouver le goût de ces contacts, de ses gestes, de cette passion. Il ne me fera aucun mal. Lui tenant le visage, je guide le baiser. C'est fou, je n'arrive plus à me décrocher de sa bouche. Doucement je sens nos langues se frôler, et bientôt je sens ses mains se refermer contre moi, me collant à lui. Même si j'esquisse un frisson, un léger sursaut, je me détends dans ses bras. Ma respiration s'accélère, et je sens une bouffée en moi, je me sens brûlante, et cela me pique les yeux, des larmes alors coulent de mes joues, sans que je ne les appelle. Shino fini par les sentir sur ses lèvres, parce que le baiser devient salé. Il rompt alors le baiser, me demandant ce qui m'arrive. Il s'excuse. Mais je garde mes mains sur son visage.

"Non, non tout va bien, je t'assure." Je souris pour le rassurer.

Je ne peux simplement pas lui dire, que cela faisait 5 ans qu'on ne m'avait pas serré dans les bras de cette manière. Que je n’avais pas connu cette chaleur humaine et donc que je ne m'étais pas sentie aussi bien, en sécurité et réconfortée. Je pose alors ma tête contre son torse, auprès de son cœur, que j'entends battre, fort, rapidement. J'enroule mes bras autour de lui. Il garde les siens serrés contre moi. Je pourrai bien rester des heures comme cela, et je crois qu'il le comprend. Sans qu'on se parle, il vient me soulever, et naturellement j'entoure mes jambes autour de sa taille, et il vient alors s'assoir sur le canapé. Je reste là, contre lui, sur ses genoux, et je m'endors tendrement, paisiblement, sans jamais le lâcher et qu'il me lâche, ou juste pour caresser mes cheveux.

***

Septembre et Octobre ont filé à une vitesse folle. Nous voilà déjà le 20 novembre. Chaque jour est une réussite, un combat gagné sur mon passé. Bien sûr rien n'est gagné, et il faudra des années. Mais je retrouve le goût de certaines choses, et je le dois à mes amis, à Shino. Je progresse magiquement, il faut dire que mon professeur est exemplaire. Avec Shino tout se passe bien, il est un ange incarné. Il ne presse rien, reste très chaste, m'amadouant toujours, on ne peut pas passer de zéro contact à la folie totale en quelques jours. Chaque soir je regagne ma chambre d'amie, même si je suis plus que cela.

J'en apprends un peu plus sur lui, sur sa famille, mais nous ne rentrons pas trop dans les détails. J'aime le voir évoluer dans son monde de sang-pur, je découvre qu'elle belle éducation il a eu de la part de ses parents. Ce pourquoi il est aussi bien élevé, poli, aimable, serviable. Mais je  découvre que sa grand-mère est un sacrée énergumène. Même s'il ne dit jamais qu'elle est extrémiste et trop traditionnelle - par respect pour les anciens -, cela transperce dans son discours. J'ai appris pour son mariage, pour Élise, pour sa sœur.

On parle de ma famille, de ce qu'on était avant, avant mon kidnapping. Je n'ai toujours pas franchi le pas, je ne suis toujours pas allée voir mes parents. J'ai un énorme blocage. Et j'ai l'impression de trahir le Duc. C'est un mécanisme complexe que je n'arrive pas à comprendre moi-même. Je devrai être ravie de les retrouver, mais je ne sais pas, j'ai passé 4 ans et demi à croire qu'ils se fichaient de moi, qu'ils m'avaient oublié, que je n'étais plus leur fille. Il me faut encore du temps, un jour peut-être.

Nous finissons le repas que nous avons préparé ensemble tous les trois. Jillian, Shino et moi. Je me retrouve à faire la vaisselle avec Jillian. J'aime beaucoup sa sœur, elle est souvent pétillante et joyeuse. Je vois bien qu'elle a été tout aussi bien élevée que lui. Mais sous ce masque de joie et d'enthousiasme, je vois bien sa tristesse. Je porte parfois ce masque, c'est pour ça. Shino me dit qu'il y a un peu des soucis de couple. Pourtant j'ai du mal à le croire, Zachary est super. Mais bon, je ne m'en mêle pas, c'est vrai que je ne le connais que depuis peu, on se croise maintenant un peu plus, vu qu'il est dans mon groupe de musique. Et oui, depuis le 16 Novembre, je fais partie de Spero Patronum. J'ai été fortement encouragé par Shino. Il m'a dit que cela me ferait du bien, c'est un moyen de m'exprimer, une sorte de thérapie. Et même si je suis encore timide, je vois très bien ce qu'il veut dire. Je vais trouver une certaine aisance avec ce groupe.

Après avoir passé la soirée à discuter autour d'un thé avec Shino - auprès de la cheminée qu'on vient d'allumer pour la première fois, au vue des températures qui baissent - je monte dans ma chambre, non sans un baiser passionné de mon amoureux.

***

Fin-Novembre.

Je rentre au manoir Wen complètement euphorique ce soir. Les répétitions se sont bien passées, j'ai trouvé un boulot, et très certainement un endroit où vivre. Et en plus, on a une grosse date de concert, le 24 Décembre au Chaudron, là où je vais certainement travailler ! J'explose de joie, et je trépigne dans le Magicobus qui roule sauvagement dans les rues de Londres. Quand j'arrive devant le portail de la propriété, je cours rapidement à l'intérieur. Je toque à la porte frénétiquement, et quand Shino ouvre la porte, surpris, je fais une chose que je n'avais encore jamais faite, je lui saute littéralement au cou. Cela le fait rire et il me fait tourner dans ses bras.

"Je vais avoir du travail ! Et on a une date de concert avec les Spero !" Déjà ! A peine 15 jours après la création du groupe.

On passe rapidement à table, je monopolise quasiment toute la conversation. Je lui raconte l'annonce de serveuse pour le Chaudron Baveur, et la petite chambre au dessus que je peux louer. Je lui parle des avancées du groupe. Lui propose de venir à une répétition. Je suis vraiment sur un petit nuage, aussi, quand nous regagnons l'étage de nos chambres, je ne vais pas directement dans la mienne quand je sors de la salle de bain trente minutes après. Je viens frapper à la porte de Shino. Je ne crois pas être venue souvent dans sa chambre, ce qui est étrange, vu que c'est mon petit-ami, mais il faut surtout dire que depuis le début on se voit beaucoup dans les parties communes. Il est surpris quand il ouvre la porte et me voit. Je suis aussi surprise de la voir là, avec un pantalon en soie, un peignoir de la même couleur, mais son torse nu, qu'il tente en vain de cacher en essayant de faire le nœud autour de sa taille. De suite il s'inquiète.

"Tu es vraiment trop adorable quand tu t'inquiètes pour moi et pour tout le monde Shino Wen."

Je viens l'embrasser tendrement en le repoussant à l'intérieur de sa chambre. On arrive au milieu de la pièce quand nos lèvres se détachent. Waouh j'ai tout de suite beaucoup plus chaud. Il me regarde comme s'il ne comprenait pas.

"Tout va bien, je suis juste super content aujourd'hui. Je sens que les choses bougent et évoluent dans ma vie. Et je te dois beaucoup de choses, alors je ne sais pas... J'avais envie de te voir encore. De te remercier, et de t'embrasser encore."

Je m'approche de nouveau de lui, de ses lèvres. Comment ne pas résister ? Mes mains viennent délicatement chercher un bâillement dans l'ouverture de son peignoir. Et mes doigts trouvent ses abdominaux, sa peau douce, ils glissent sur ses pectoraux, sur ses épaules, et bientôt je fais tomber son peignoir à ses pieds, sans jamais cesser de l'embrasser. Je vois bien qu'il ne sait pas où poser ses mains, quoi faire, comment réagir. Pourtant son baiser me répond positivement. On s'enflamme tous les deux, et il comprend finalement très vite mon désir. Nos lèvres se détachent et je le regarde souriante. Il me sourit aussi. Je m'abandonne à la contemplation de son corps. Je mords ma lèvre. Il est vraiment magnifique.

"Tu es vraiment beau Shino." Je touche encore son corps du bout de mes doigts, voyant les frissons que je lui fais. "Ta peau est parfaite, douce, sans aucune...trace." Et j'ai là le cœur qui se serre d'un coup. Oui, sa peau est délicate, pas comme la mienne, marquée de partout. Je recule alors d'un pas, croisant mes bras contre ma poitrine, le regard vers le sol. C'est là que je le vois s'écarter de moi, pour venir éteindre la lumière. Je relève la tête, mais bien évidemment ne voit plus rien, je ne fais que le sentir revenir vers moi, chercher ma main, et poser une autre sur ma joue. Il me murmure des choses rassurantes, bienveillantes, et je me sens mieux. Nos lèvres se cherchent, se trouvent, et de nouveau je me sens pleine de désir. Je ne mérite sans doute pas cet homme, il est vraiment trop bien pour moi.

Cette nuit là, fut la plus douce que je n'ai jamais connu. Il a été d'une attention très particulière. Il n'a jamais cherché à allumer la lumière, à toucher mes morsures, ni celles du Duc, ni celle du loup. Il a respecté mon cœur, mon corps. C'était vraiment parfait, ça l'est toujours avec lui. Nous avons dormi ensemble, et c'était reposant, bien que je me sois réveillée plusieurs fois, pas du tout habituée à une présence auprès de moi.

***

15 Décembre.

Je fais toujours un rapport complet à Shino de toute ma journée. Le groupe, les répétitions, les dates de concert. Il est déjà venu me voir. Je lui parle de mon boulot aussi, de mes progrès, de mes rencontres, et notamment de Nikolaï. Apparemment il le connait, mais il a été bien trop poli pour m'en dire plus. Il est comme ça Shino, voulant que les gens se fassent leur propre opinion. Il n'est pas du genre à casser du sucre dans le dos ou faire du commérage. Il est juste content pour moi, que je fasse des connaissances. Et moi, j'oublie d'être curieuse. Même si j'aimerai en savoir plus sur Nikolaï, je préfère le découvrir par moi même, Shino déteint certainement sur moi. Et puis, je dois dire que j'ai pas osé lui dire pour le fait qu'il boit beaucoup, beaucoup trop à mon avis. S'il le connait, et que cela ne se sait pas... je voudrai par mettre Nikolaï mal à l'aise.

***

26 Décembre

Il règne un silence de mort pendant le petit-déjeuner. Jillian est d'une humeur massacrante depuis Noël. Je lance des regards à Shino, mais on ne dit rien. Ce n'est que quand elle part, en débarrassant dans l'évier ses affaires qu'on peut souffler un peu.

"Tu crois qu'ils vont se réconcilier ?"

J'ai une boule dans la gorge. Je n'aime pas voir les gens se disputer. Et puis ça me rappelle mon engueulade avec Nikolaï, et la suite... Ce que j'ai appris sur lui, ses marques à lui. Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais prévenu Shino, de ce qui s'est passé entre moi et Nikolaï depuis le début, le fait qu'il pense que j'étais célibataire et qu'il me draguait, et que du jour au lendemain, quand je lui ai dit que j'étais avec Shino, il a changé de comportement. Qu'il a même été odieux avec moi.

Je chasse cette idée, parce qu'elle me rappelle que je n'ai par contre pas raconté à Shino la nuit du 23 décembre, où j'ai retrouvé Nikolaï complètement alcoolisé, dans un état de dépravation totale. Il avait bu, jusqu'à en vomi. En vomir sur mon dessus de lit ! Car j'avais été obligé de le sortir du bar, mon patron allait le sortir. Mais ne pouvant pas le laisser mourir sur un trottoir, je l'avais monté à ma petite chambre. Avec tout ce qui s'est passé ensuite, les préparatifs, Noël, je n'ai pas trouvé bon de dire à mon petit ami, que j'avais passé la nuit avec Nikolaï complètement bourré. Je suis un peu perdue, parce que même si je suis bien avec Shino, cela m'a troublé de voir que Nikolaï aurait aimé plus avec moi. Qu'il me draguait. J'ignore pourquoi j'ai cette sorte d'attirance pour lui. Je ne devrai pas. Il a peut-être raison, ce n'est qu'un enfoiré dont je dois me tenir loin. Pourtant je n'y arrive pas.

Quoi qu'il en soit, toutes mes pensées me donnent envie d'en savoir enfin un peu plus au sujet de Prudine. Oui là croyez-moi bien, j'ai retenu son prénom.

"Dis Shino, je voudrais que tu m'en parles. De Prudine. J'imagine qu'elle n'a pas réagi comme cela avec moi sans raison. Tu veux bien m'en parler ?"

Mes yeux brillent de supplication. Je voudrai comprendre, et même pourquoi c'est difficile pour lui d'en parler.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

 
   
Crois-tu que nos peines un jour se taisent ? Que nos plaies se referment ? Tu me répondras sait-on jamais, le passé peut renaître.

descriptionLes fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent EmptyRe: Les fantômes, ce n'est que ça, des souvenirs qui persistent

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum