Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.
Partagez

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?Jeudi 24 juin 2021 Une nouvelle année scolaire touchait à sa fin et celle-ci était assez attendue par Luke. En effet, cette année n’avait pas vraiment été pour lui une croisière de plaisance. Pour commencer : Prudine était partie Merlin sait où, il avait retrouvé Calla Andrews qui lui avait annoncé qu’il était papa, Olympe et lui semblaient avoir fait la paix à présent que ses souvenirs étaient effacés, son frère Ian était de plus en plus malade et Baker était arrivé à la tête de Poudlard. Peu de nouvelles joyeuses en somme et il restait encore un paquet de choses à régler.

Depuis sa tentative de suicide le 2 mai, Calla reprenait petit à petit goût à la vie. C’était comme si elle avait eu une décharge électrique. Luke ne remercierait jamais assez son meilleur ami de s’être trouvé là au bon moment. Depuis aussi, Luke passait tous les samedis au Sanctuaire : le matin, il restait avec Olympe, l’après-midi avec Calla. Le dimanche était consacré à Ian et à son rétablissement. Le vaccin l’avait considérablement affaibli. Ian souffrait d’un cancer, décelé par les Médicomages en avril et même si la magie faisait des miracles, elle restait encore parfois un mystère pour les cancers. Mais Ian gardait la face même s’il refusait que Luke dise quoi que ce soit de son état pour le moment. Luke trouvait ça un peu égoïste de la part de son frère, mis tenait parole.

Aujourd’hui était un jour comme les autres. Il venait de finir deux heures d’option de Vol avec des élèves de 3ème et 4ème année. On ne pouvait pas dire qu’ils étaient des flèches même si l’une d’eux pouvait s’avérer prometteuse avec plus d’entraînement. Il avait appris le réveil de Bennett, un petit prodige sur un balai. Il avait hâte de revoir le petit en selle. Mais surtout, il pensait à Prudine qui s’était toujours senti coupable de ce qu’elle lui avait fait. Immédiatement, il lui avait envoyé un hibou pour lui annoncer la bonne nouvelle. Aujourd’hui, elle venait de lui répondre. Il redescendait donc de la volière quand il rencontra une jeune Serdaigle sur son passage.

« Bonjour Tris ! » Luke s’était toujours montré poli avec les amies de sa sœur, même si avec Tris il y avait eu une histoire spéciale. Il y a un peu plus d’un an et demi, la jeune femme lui avait avoué avoir des sentiments pour lui, et Luke avait tenté tant bien que mal de mettre fin à ses espoirs. Il s’en était assez mal sorti encore une fois mais la jeune femme était revenue en avril 2020 pour lui demander d’être ami. Luke, soulagé, avait immédiatement accepté, mais voilà, si les choses avaient bien fonctionné au départ, depuis le départ de Prudine, Tristelle et lui n’avaient jamais bien pris le temps de se reparler. Une année s’était écoulée, et comme l’avait fait remarquer le professeur de Vol, il avait été plutôt bien occupé. Il ignorait ce qu’il en était pour la jeune femme en revanche. Même s’ils se saluaient toujours dans les couloirs, ils ne s’étaient jamais arrêtés pour échanger quelques mots comme deux amis. Peut-être que Luke pouvait prendre quelques minutes de son temps pour faire un effort vers Tris ?

« Comment vas-tu ? » demanda-t-il d’un ton qui se voulait nonchalant même si ce n’était sans doute pas très bien réussi. Ils étaient dans l’encadrement de la porte menant à la tour de la Volière et le soleil cognait fort en ce fin de mois de juin. Luke avait déjà le teint bronzé à force de rester sur le stade ou dans la cour pour ses cours. Il avait aussi des traits fatigués, dû à ses nuits à penser à tout le reste, et surtout à Bryn, sa fille.

« Ça fait un moment qu’on n’a pas eu l’temps de bien parler, tous les deux … ! » lança-t-il tout en mâchouillant un chewing-gum. « Que … quoi de neuf ? » Il vit qu’elle avait du courrier dans la main. « C’est pour tes parents ? T’as eu des nouvelles de Prudine ? Je viens justement de recevoir une lettre d’elle mais chuuuut ! » dit-il en mettant un doigt sur ses lèvres avec un petit sourire. Ce n’était pas très drôle. Si Baker ou un autre Brigadier les chopait, ils risquaient gros mais Luke était bien trop heureux de recevoir des nouvelles de sa petite sœur. « Samedi, c’est la finale du Tournoi. Jillian n’angoisse pas trop pour son copain ? »

Il les connaissait tellement toutes les trois. Il se souvenait très bien quand elles venaient pour les étés à la maison. Jillian avait des problèmes avec sa grand-mère pour ses fréquentations impures, et Tristelle, même si elle avait des parents ouverts d’esprit, accueillait moins souvent le groupe que Prudine. En plus, les étés, les parents Stanger n’étaient pas souvent à la maison, aussi c’était à la charge de Luke ou bien de Ian que revenaient de surveiller les filles alors âgées de 12, 13, 14 ans, etc.

© YOU_COMPLETE_MESS

Dernière édition par Luke J. Stanger le Mer 19 Déc - 11:54, édité 1 fois

_________________


« A million dreams is all it's gonna take, a million dreams for the world we're gonna make »

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?
Luke Stanger & Tristelle Arden

Je traine mon dossier partout avec moi. Stephen m'a aidée à le remplir et c'est comme si je ne pouvais plus le quitter des yeux sans qu'il ne risque de s'envoler, de s'enflammer, de disparaître. Je ne pouvais pas attendre pour le remplir. Et là, dans cette enveloppe, il y a tout : mon dossier d'inscription à l'UMS section médicomagie duement rempli, la demande de bourses complétée avec tous les justificatifs exigés, ainsi que la demande de logement. On l'a relu une bonne vingtaine de fois pour être sûr de ne rien oublier, puis enfin je me suis décidée à l'envoyer par hibou. Mais je ne sais pas, ça me fait peur, ça rend les choses concrètes.

Dire que ça y est. C'est la dernière semaine où j'arpente ces couloirs. Pourdlard c'est terminé à la fin de la semaine. On va aller voir mes parents, et puis je vais passer deux mois avec Stephen. Et ensuite, ce sera la rentrée. Je vais à la fac ! Les cours – si on peut encore appeler ça des cours – sentent déjà les vacances. La plupart sont tournés vers le Tournoi des Six Sorciers. Il faut dire que Zach est bien parti. Jillian est si fière, il y a de quoi. Elle est fiancée au futur Vainqueur ! Il va y avoir son mariage en plus, oh lala.  Je suis tellement perdue dans mes pensées que je manque de percuter quelqu'un...

« Oh, bonjour Luke. »

On se croise de temps en temps, mais on ne s'est jamais posé assez longtemps pour vraiment discuter. Et puis il y a eu tellement de choses cette année. C'est dingue quand on y pense.

« Comment vas-tu ? »

Oh, je ne m'attendais pas à ce qu'il veuille me parler. Je veux dire... On n'est pas fachés, il s'est juste... passé beaucoup de choses. Je l'observe un instant... Il a un peu changé, il n'est pas comme dans mes souvenirs. Enfin je veux dire, si, il reste Luke bien sûr, mais... je ne sais pas, il a l'air fatigué.

« Je vais bien. Je vais même très bien à dire vrai. Oui, c'est vrai qu'on ne s'est pas beaucoup vu. Mais quelle année ! »

Entre le fait que j'ai « disparu » de Poudlard une bonne semaine, qu'il y a eu cette alerte, les examens... Et évidemment tout le reste, Stephen... Merlin, je réalise que c'est Luke, en face de moi, et que je ne rougis plus comme avant. Je regarde le courrier que je tiens dans mes mains et qu'il désigne.

« Une lettre de Pru ? Elle va toujours bien ? »

Avec les examens, notre correspondance a ralenti, j'ai tant hâte de la revoir elle aussi. Dire qu'il va falloir attendre août. Je lui montre mon énorme enveloppe.

« Non c'est... C'est le dossier de l'UMS. J'ai été acceptée en médecine suite à mes résultats aux ASPIC. Je vais avoir une bourse et une place aux Estudiantines. »

Et je suis encore sur mon petit nuage. Une nouvelle vie commence, et si je sais qu'elle ne va pas être facile, parce que Prudine ne sera pas avec moi, que Jillian et Stephen feront semblant de ne pas connaître... mais de nouvelles perspectives d'avenir s'ouvrent à moi.  

« Samedi, c’est la finale du Tournoi. Jillian n’angoisse pas trop pour son copain ? »
- Son futur mari tu veux dire. Elle a peur bien sûr, mais elle le soutient de toute sa force. Il est super bien placé pour être le futur vainqueur en plus ! J'essaie de tenir « tu sais qui » au courant d'ailleurs. Tu... tu montes un instant ? On pourrait peut-être parler plus tranquillement ? »

Je regarde autour de moi, au pied de la volière, ce n'est pas évident de parler librement, surtout de Prudine. Et puis je dois trouver un hibou assez vaillant pour porter mon dossier.

« Tu as l'air vraiment fatigué, sans vouloir te vexer. Tout va bien de ton côté ? Laisse-moi deviner tu vas rempiler pour une nouvelle année à Poudlard ? Tu redoubles beaucoup ! »

J'essaie de plaisanter. Pru m'a confié qu'il avait eu une année pas facile, qu'il avait appris qu'il était père, qu'il avait une enfant quelque part... visiblement ce n'était pas terminé

black pumpkin

_________________

They don’t know about the "I love yous"

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?Jeudi 24 juin 2021 « Oh, bonjour Luke. » Tout comme lui, Tristelle semblait assez surprise de le voir ici, et surtout de le voir s’arrêter pour discuter. Ils vivaient chacun une vie à cent à l’heure. Décidément, les choses avaient bien changé ! « Je vais bien. » Luke se félicita de cette nouvelle en faisant remarquer qu’ils ne s’étaient pas vus depuis longtemps. « Oui, c’est vrai qu’on ne s’est pas beaucoup vu. Mais quelle année ! » Luke eut un sourire. « En effet, je sais que de mon côté, l’année s’est montrée … assez mouvementée. » plaisanta-t-il.

« Une lettre de Pru ? Elle va toujours bien ? » Luke hocha une nouvelle fois la tête. « Oui, enfin, il me semble. » Il désigna une nouvelle fois la lettre. « Je ne l’ai pas encore ouverte et comme elle tarde toujours à me répondre, je n’ai de ses nouvelles qu’une fois par mois. Mais tout semble aller pour elle. Vous … vous vous parlez un peu ? » demanda-t-il prudemment, espérant ne pas faire de boulettes. Les filles étaient vraiment trop compliquées : elles faisaient parfois des histoires pour un rien et avec ces trois-là, il fallait s’attendre à tout.

A son tour, la Serdaigle désigna son enveloppe. « Non c’est … C’est le dossier de l’UMS. » « Oh ! » Cela n’aurait pas du surprendre Luke. Tristelle était intelligente, douée pour les études et ambitieuse. Alors, qu’elle aille étudier à l’UMS comme à peu près tous les élèves de Poudlard était assez normal. « J’ai été acceptée en médecine suite à mes résultats aux ASPICS. » poursuivit-elle. « Je vais avoir une bourse et une place aux Estudines. » Ce n’était pas dans le genre de Tris de se vanter. Non. Elle était simplement rêveuse et heureuse. « Félicitations, même si je n’ai jamais douté de tes capacités à réussir. Tu es une sorcière remarquablement douée et c’est un super Médicomage que l’UMS va récolter. » répondit-il en triturant la lettre entre ses doigts.

Il regardait la jeune femme. Elle avait bien changé en un an. Elle semblait plus épanouie, moins discrète, plus sûre d’elle. Elle était jolie. Pourtant Luke s’était toujours obligé de la considérer seulement comme l’amie de sa petite sœur, et pas autrement. Et cela devait le rester. Malgré tout, il se demandait si elle pensait toujours à lui et de quelle façon.

Il aborda le sujet du Tournoi des Six Sorciers, se déroulant à Ilvermorny. C’était tout un événement dans le monde des sorciers et Luke aurait aimé y assister avec Barth, mais ce dernier avait une compétition très importante quelques heures auparavant. Tant pis, il le regarderait depuis son poste de télévision avec Ian et un pack de Bièraubeurre. « Son futur mari tu veux dire. » reprit Tris avec un sourire malicieux. « Oui, c’est vrai, j’ai encore du mal à me faire à cette idée. » avoua-t-il. Il espérait bien d’ailleurs que Prudine ne lui annoncerait pas cela de sitôt mais il y avait peu de chance. Prudine partageait sensiblement son caractère de célibataire volage et le mariage n’était clairement pas dans leurs projets.

« Elle a peur bien sûr … » reprit la jeune femme en parlant de Jillian. « … mais elle le soutient de toute sa force. Il est super bien placé pour être le futur vainqueur en plus ! » Luke acquiesça. « En effet ! J’ai regardé les pronostics et beaucoup ont parié sur lui. Hamilton est un jeune homme très prometteur et Poudlard sera fier de le voir gagner. » « J’essaie de tenir « tu sais qui » au courant d’ailleurs. » Prudine devait certainement jalouser tous ses camarades de ne pas pouvoir y assister. A coup sûr qu’elle aurait déposé sa candidature dans la Coupe de Feu.

« Tu … tu montes un instant ? On pourrait peut-être parler plus tranquillement ? » Luke regarda à nouveau sa lettre puis Tristelle. Il avait encore des papiers à faire pour les dossiers médicaux de Ian … mais il pouvait bien s’accorder quelques instants de répit. Il soupira et hocha la tête avant de suivre Tris dans les escaliers menant au sommet de la Tour.

« Tu as l'air vraiment fatigué, sans vouloir te vexer. » Luke baissa la tête, en ayant toutefois un petit sourire. « Ca se voit tant que ça ? » souffla-t-il. « Tout va bien de ton côté ? » demanda la jeune femme en jetant un coup d’œil derrière elle. « Laisse-moi deviner tu vas rempiler pour une nouvelle année à Poudlard ? Tu redoubles beaucoup ! » Luke eut un nouveau sourire devant la plaisanterie de la jeune femme.

« J’ai envie … de te dire oui. » répondit-il en se concentrant sur les marches de la volière qu’ils grimpaient. « Les choses se sont longtemps compliquées, mais les beaux jours reviennent j’ai l’impression. Je ne dis pas que tout est réglé mais … c’est sur la bonne voie. » Ils arrivèrent dans la volière et Luke caressa le hibou qui lui avait ramené la lettre de Prudine tandis que Tris s’approchait du sien. « Je suppose que Prudine t’a confié une partie de … « mes préoccupations », non ? » demanda-t-il, curieux.

Il s’appuya alors contre une poutre en bois, observant la jeune femme attacher son enveloppe à la patte du hibou, bras croisés. « Tu as changé. » nota-t-il cette fois-ci à voix haute. « Pas en mal, j’veux dire. » s’empressa-t-il de la rassurer. « Mais tu es … différente. L’absence de tes deux meilleures amies aurait-elle eu du bon ? » demanda-t-il, toutefois peu convaincu. Elles s’adoraient toutes les trois, et Tris avait du trouver l’année bien longue, alors qu’avant elles étaient inséparables. Mais forcément que quelqu’un d’autre avait su l’aider à conserver ce teint frais.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« A million dreams is all it's gonna take, a million dreams for the world we're gonna make »

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?
Luke Stanger & Tristelle Arden

Je prends le temps de rassurer un peu Luke. Prudine et moi, on s'écrit. D'accord, un peu moins ces dernier temps parce que ça a été la course, mais on se donne des nouvelles, on essaie de ne pas casser une amitié qui a beaucoup souffert depuis quelques temps. Puis je lui parle de mon admission à l'UMS, de mes résultats. Ça me rend fière et heureuse. Pour certains, ce ne sont que des mots sur un bout de papiers, mais j'ai toujours pris mes notes et résultats très au sérieux et le fait que l'UMS m'offre une place et une bourse c'est une véritable chance, une vraie reconnaissance. Je souris à ses félicitations. Je rosis un peu, certainement, bafouille probablement un « merci ». Par bonheur, il évoque ensuite le tournoi des Six Sorciers et le mariage de Jill, ce sont des sujets qui me rendent plus à l'aise, j'ai du mal avec les compliments. Je hoche la tête avec ferveur quand il affirme que Zach est bien placé. Oui, j'y crois, beaucoup croient en lui.

Oui, il se passe réellement énormément de choses. Et quand Prudine m'a dit pour lui... Merlin, j'ai encore du mal à réaliser. Quand j'en pinçais pour lui... lui il... il était déjà papa. Ou plutôt, il le devenait. Je ne sais pas trop. Luke c'est... c'est Luke, j'ai du mal à l'imaginer papa. Je hoche la tête en faisant une petite grimace lorsqu'il me demande si sa fatigue se remarque.

« Une partie,oui. Ça doit... déboussoler pas mal... je pense. Et tu... tu en sais plus ? »

Je sais que je suis indiscrète, mais dans mes rêves les plus fous, il y a encore un an, c'était avec moi qu'il était amené à avoir des enfants. On en aurait voulus, on les aurait attendus, on aurait été heureux. Les choses ne se seraient pas passées ainsi. Pourtant rien du tout ne s'est passé comme dans mes rêves. J'ai fait d'autres rêves. Et je me rends comte aujourd'hui que ce n'est pas avec lui que j'espère une telle vie. J'espère en revanche que ce genre de découverte n'arrivera pas à Stephen.. J'ignore comment je réagirais ! Pour ne pas y penser, j'attache avec une précaution infinie mon précieux dossier au valeureux hibou qui l'emmènera tout droit à l'UMS.

Tout à coup, je tourne la têt, pour l'observer. Il dit que j'ai changé. Ilnstinctivement, je regarde mes vêtements. Il parle de mon style ? Non, il parle d'autre chose, et de nouveau, je me sens rougir. Les filles aussi m'ont dit que j'étais différente depuis que Stephen et moi... Merlin, ça se voit autant que cela ?

« ça a été comliqué sans elles. Surtout avec tout ce qu'il s'est passé, l'attaque de la Chambre des Secrts, ce genre de choses... »

Il faut que je lui parle de Stephen ou pas ? C'est à « ça » qu'il fait référence ou c'est juste une manière de parler ? Nerveusement, je détourne le regard et repousse une mèche de cheveux derrière mon oreille.

« Mais j'ai... hum... j'ai rencontré quelqu'un. Un étudiant. »

Merlin, je sens que je deviens rouge comme une pivoine. Dire que je lui avais dit que j'étais amoureuse de lui avant de le supplier d'oublier pour qu'on reste amis. Et là, je lui parle de Stephen.

« J'aurais pensé qu'on irait toutes les trois à l'UMS. Je pensais qu'on aurait un appartement, Jill, Pru et moi. Je n'arrive pas à croire que je vais encore faire une rentrée sans ta sœur. Quant à Jillian... Zachary est gentil avec moi, mais tu n'es pas sans savoir ce que pense sa famille... »

Je hausse les épaules. On ne sera plus jamais vraiment le Trio. Mais tout le monde est en sécurité, c'est déjà ça.

« Mais toi non plus tu n'aurais pas imaginé ta vie comme ça, pas vrai ? »


black pumpkin

_________________

They don’t know about the "I love yous"

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?Jeudi 24 juin 2021 Tristelle semblait mal à l’aise à l’idée d’un Luke papa. Son regard fuyait et elle répondit d’une petite voix : « Une partie, oui. Ca doit … déboussoler pas mal … je pense. » « Sacrément ! » renchérit-il avec un rire dans la voix. « Et tu … tu en sais plus ? » Il poussa un long soupir, en disant long sur toute cette histoire. « Elle s’appelle Bryn. Ma fille. » précisa-t-il en posant son regard sur Tristelle. « Ca me fait bizarre d’appeler ce … cette image dans ma tête …. « ma fille ». Je l’ai jamais vu et j’ignore à quoi un bébé de … je sais pas, je crois 2 ans peut ressembler. Enfin, si je pense à Noun, mais elle c’est pas pareil … » Il souffla à nouveau, mal à l’aise encore à l’idée d’un enfant. Noun avait été sa filleule quelques mois après sa naissance et Luke l’avait tout de suite adoré. Mais ce n’était pas pareil d’être un parrain puis un père. « Disons que maintenant, j’arrive à me faire à l’idée que j’ai un enfant … à quelque part. Mais j’ai du mal à m’imaginer … père. Tu vois ce que je veux dire ? Je crois que j’aurai du mal à comprendre ce que veut un enfant quand il pleure, ou à savoir ce qui est le mieux pour lui. » Il rentra les mains dans ses poches. « Au final, je pense que Bryn est sans doute mieux sans moi … »

Il s’appuya contre une poutre en bois, observant la jeune femme qui se trouvait face à lui. Elle était différente de la jeune fille qui lui avait avoué ses sentiments il y avait de cela presque 2 ans. Est-ce qu’ils auraient pu connaître une histoire ensemble ? Peut-être. Dans une autre vie. Si Luke avait été assez mature, assez responsable, assez généreux pour penser à Tris plutôt qu’à lui. Il n’avait jamais perçu Tristelle comme une femme jusqu’à ce qu’elle lui fasse part de ce qu’elle ressentait pour lui. Elle n’était plus seulement la meilleure amie de sa petite sœur mais une femme comme une autre. Ou presque. Elle était gentille, sérieuse, attentionnée, prudente, calme. Si Luke était intervenu dans sa vie, il aurait certainement chamboulé tout ce qu’elle était et ça n’aurait rien eu de bon. Enfin, on pourrait refaire le monde avec des si, n’est-ce pas ?

« Ca a été compliqué sans elles. » confirma la jeune femme. « Surtout avec tout ce qu’il s’est passé, l’attaque de la Chambre des Secrets, ce genre de choses … » Ouais, ce genre de choses. « C’est vrai que, encore une fois, l’année à Poudlard n’a pas été de tout repos. » se moqua-t-il avec une légère ironie. « Mais cette attaque aura peut-être amené de bonnes choses en somme : au moins, Nott est parti. » Luke n’avait jamais pu apprécier ce directeur qui était en plus de cela son grand-père, l’homme qui avait chassé sa mère de la maison quand elle était enceinte de Luke. Il y avait de quoi le haïr.

« Mais j'ai... hum... j'ai rencontré quelqu'un. Un étudiant. » Luke tourna brusquement la tête vers Tris. S’attendait-il à ce qu’elle lui parle d’un mec ? Oh que non. Il était surpris. Enfin, pas que Tristelle était loin d’être belle, pas du tout. Elle était vraiment une jolie jeune femme et comme il l’avait dit plus haut, elle avait pleins de bonnes qualités. Non ce qu’il étonnait, c’était qu’un garçon la mérite. Certes, il ne devrait pas penser comme ça. Il faisait déjà la chasse à tous les prétendants de Prudine, alors s’il commençait à faire pareil avec Tris, ça ne plairait certainement pas à beaucoup de monde, et surement à la principale concernée.

« Oh. Bien. C’est cool, ça. Comment … enfin … Je le connais ? » demanda-t-il, essayant de se donner un air nonchalant, détaché. « Il te traite bien, j’espère ? » Et voilà qu’il rejouait ce vieux numéro de grand-frère.

« J'aurais pensé qu'on irait toutes les trois à l'UMS. » Luke releva la tête vers la jeune femme. « Je pensais qu'on aurait un appartement, Jill, Pru et moi. Je n'arrive pas à croire que je vais encore faire une rentrée sans ta sœur. » Il pinça les lèvres, bras croisés. Oui, Prudine n’était pas prête de revenir, encore une fois. Ce qui lui pesait le plus, c’était d’avoir quitté sa sœur après leur dispute cet été. C’était quand il avait compris que Barth et elle avaient eu une liaison. Ils s’étaient disputés et avaient du s’expliquer en vitesse avant qu’elle ne parte pour cette meute. Ils n’avaient repris leur échange par lettre que mi-décembre.

« Quant à Jillian... Zachary est gentil avec moi, mais tu n'es pas sans savoir ce que pense sa famille... » Zachary Hamilton. Il était toujours triste de constater que des familles de Sang-Purs très traditionnalistes existaient toujours. Jillian n’était pas née dans la bonne famille mais elle aurait encore pu s’en sortir … si elle n’était pas tombée dans les bras de cet Hamilton. Luke préféra garder pour lui ce qu’il pensait, mais ce qu’il constatait, c’était que la jeune femme avait choisi l’amour plutôt que son amitié vielle de plusieurs années. Sans doute avait-elle de bonnes raisons d’avoir accepté d’épouser Zachary. Peut-être était-il différent ? Mais ce que disait Tristelle ne lui laissait rien présager de bon à vrai dire. « Peut-être arrivera-t-il à se détacher de l’emprise de sa famille, qui sait ? » argua-t-il pour laisser de l’espoir à la jeune femme.

Elle haussa les épaules, comme guère convaincue. « Mais toi non plus tu n'aurais pas imaginé ta vie comme ça, pas vrai ? » Il émit un petit rire. « Non … Certainement pas. Mais je n’étais qu’un gamin, je n’avais pas de perspectives d’avenir. Je ne vivais que dans le présent. Et … à présent je crois que j’ai réalisé que je pouvais faire mieux. Je dois faire mieux. Pour ma fille. » Il releva les yeux vers Tristelle alors que le hibou auquel elle avait attaché son dossier s’envoler. Il s’approcha d’elle alors qu’ils regardaient tous les deux le hibou partir à tir d’elle. « Tu es heureuse ? Même si la vie n’est pas celle que tu avais souhaité, es-tu heureuse de celle-ci ? » demanda-t-il en penchant son visage vers elle.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« A million dreams is all it's gonna take, a million dreams for the world we're gonna make »

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?
Luke Stanger & Tristelle Arden

Bryn. C'est un joli prénom. Pourtant, ce n'est pas lui qui l'a choisi. La maman peut-être ? Je me demande ce qu'il sait réellement de la petite. A-t-elle une famille ? Est-elle entourée de parents adoptifs aimants ?

« Deux ans... c'est énorme à cet âge. Ils grandissent si vite. »

J'ai pu le constater avec mes cousins, à force de ne rentrer que deux fois l'an, je les voyais transformés. Qu'est-ce que ça fait pour un homme d'apprendre qu'on est papa d'un enfant qui sait marcher ? C'est bien une chose qu'on ne pourra jamais savoir, jamais saisir. Surtout, il doit se sentir trahi, j'ai cru comprendre qu'il n'a pas été mis au courant de la grossesse de cette fille... Bryn a deux ans. Et il y a deux ans, je me lançais pour lui dire que j'étais amoureuse. Tu parles d'une coincidence. Il faut croire que nous n'étions réellement pas destinés à avoir une histoire.

« Je crois que tous les parents se posent les mêmes questions tu sais. Cet été dans un repas de famille il y avait un bébé et même sa mère ne savait pas pourquoi il pleurait. »

C'est Stephen qui avait su le calmer...

« Mon père m'a toujours dit qu'il ne s'est senti père que le jour où je me suis calmée dans ses bras. Un enfant a besoin d'une présence. Tu sais si... Si elle a été adoptée ? »

Le sang, pour un enfant, ce n'est pas primordial. Du moins au début. Mais qui sait où se trouve cette petite actuellement. J'ai tant de mal à l'imaginer père moi aussi. Enfin je veux dire... quand j'en pinçais pour lui, j'imaginais notre vie avec des enfants, et je ne doute pas qu'il soit un bon père... mais c'est Luke. Le grand frère de tout le monde. Pas le père d'un enfant.

Je rougis quand il parle de Nott. Je sais qu'il est de la famille de Stephen, que je fréquente en secret depuis plusieurs mois. Et ça aussi, c'est bizarre d'en parler... de l'évoquer, plus exactement.

« Enfin, avec Baker, on n'a pas vraiment gagné au change. »

Au contraire même. Au moins, je peux échapper à tout cela désormais. Je signe pour une toute autre galère, mais je n'aurais pas un tyran sur le dos.

« Oh. Bien. C’est cool, ça. Comment … enfin … Je le connais ? Il te traite bien, j’espère ? »

Oh Merlin ! Est-ce qu'on est vraiment en train d'avoir cette conversation ? Je l'ai déjà eue au téléphone avec mes parents et c'était encore moins génant que là. Machinalement, je replace une mèche de chveux derrière mon oreille. Bien sûr que Luke doit le connaître, d'une manière ou d'une autre... et s'il savait, ça ne lui plairait pas du tout. J'essaie toutefois de cacher ma gêne derrière un sourire et une plaisanterie.

« Alors c'est ce que tu réserves à tu sais qui quand elle te parle de garçons ? Je ne pense pas que tu le connaisses, non, mais ne t'inquiète pas pour moi. Il est gentil. Et prévenant. Il... il va rencontrer mes parents bientôt. »

Est-ce que j'ai peur ? Je suis terrifiée. C'est mon premier petit ami. C'est la première fois que je vais présenter un garçon à ma famille. Oh, je sais qu'il va exceller, il est rôdé à ce genre d'exercices depuis qu'il est né. Mais ça me fait... bizarre. Parce que ce n'est pas comme si on pouvait officiellement être ensemble aux yeux des sorciers. Alors oui, tout change. J'ai changé, mes plans d'avenir aussi, l'université avec les filles... C'est très loin désormais. Est-ce que Zachary parviendra à tracer son propre chemin, en dehors de la sphère familiale ? Sincèrement ? J'ai peine à y croire. Si Jillian a intégré les Résurgents, c'est pour faire plaisir à Zach, qui voulait lui même faire plaisir à son père. Merlin, je n'en sais rien. Je hausse les épaules.

« Qui sait...Mais toi non plus tu n'aurais pas imaginé ta vie comme ça, pas vrai ? »

Vivre dans le présent... je n'ai jamais su le faire avant de sortir avec Stephen. J'imaginais toujours l'avenir, je me préoccupais de tout ce qui pourrait m'arriver si je prenais telle ou telle décision. Bon, d'accord, ça m'arrive encore maintenant, mais je suis en progrès. Je souris distraitement quand il dit vouloir faire mieux pour sa fille. Ça aussi, c'est être papa, bien qu'il n'en ait pas conscience. Mon hibou s'envole. Mon destin est accroché à sa patte, et ça fait quelque chose de le voir partir.

« Tu es heureuse ? Même si la vie n’est pas celle que tu avais souhaité, es-tu heureuse de celle-ci ? »

Cette fois je le regarde, sans détourner les yeux. Il est assez proche de moi, ce qui aurait pu me troubler il y a encore peu de temps. Est-ce que je suis heureuse ? Par Merlin je... je n'en sais rien à dire vrai.

« Je crois que oui. Enfin... pas totalement, si je dois être honnête avec toi. Mais je pense que je peux l'être. Je pars de cet endroit, bien loin de notre directeur. Je vais dans une bonne université, où je ne serai pas toute seule. C'est un bon point de départ, pas vrai ?

Je serais vraiment heureuse si Jill et Stephen pouvaient me parler publiquement, si les insultes envers ma naissance cessaient ou si Pru pouvait être là.

« On ne devrait pas rester aussi longtemps sans se parler. Je veux dire... J'ai passé presque autant de temps chez vous que chez moi. Et je sens que je vais avoir besoin de conseils pour me faire des amis à la fac. Et toi, tu vas faire quoi maintenant ? Que ce soit vis à vis de ta fille, ou de sa mère... et de tout le reste ? Toujours profs ? Tu penses que les choses vont... s'améliorer ? »

Parce que tout le monde est malheureux avec tout ce qui se passe, alors que Poudlard était un havre de paix.

black pumpkin

_________________

They don’t know about the "I love yous"

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?Jeudi 24 juin 2021 Tristelle n’y était pas obligée, mais elle faisait tout pour le rassurer, pour le mettre à l’aise. Ils n’avaient échangé que des banalités en un an, et pourtant ils se retrouvaient aujourd’hui à parler à cœur ouvert dans la volière de Poudlard. Est-ce qu’ils auraient pu être heureux ensemble ? Deux ans plus tard, Luke n’avait pas changé d’avis. Il ne la méritait pas. Tris était une fleur délicate qu’il n’était pas destiné à cueillir. Il était beaucoup trop brusque, trop immature même maintenant qu’il était prêt à prendre ses responsabilités en tant que père.

« Mon père m'a toujours dit qu'il ne s'est senti père que le jour où je me suis calmée dans ses bras. Un enfant a besoin d'une présence. Tu sais si... Si elle a été adoptée ? » Luke pinça les lèvres avant de soupirer bruyamment. « Non, je ne sais pas vraiment grand-chose. Quand … quand Calla l’a mise au monde, on lui a enlevé directement. Le bébé ne devait avoir plus aucun contact avec la mère, c’était le vœu de Calla à l’époque. » Le regard de Luke se perdit entre les poutres du toit. Dans un sens, il avait envie d’espérer que son enfant ait été adopté, qu’il ait une belle vie, une vie paisible et remplie d’amour. Mais dans un autre sens, il espérait que son enfant était quelque part à l’attendre. Qu’il aurait l’occasion de le connaître et peut-être même de l’élever.

Quand Tristelle évoqua qu’elle avait rencontré un garçon, Luke manqua de s’étouffer. Quelque part il aurait du s’en douter. Tris était une jolie fille qui était en âge de connaître ses premiers amours, même si pour lui c’était encore trop jeune. Qui pouvait bien la mériter ? Mettait-il la barre trop haute ? « Alors c’est ce que tu réserves à tu sais qui quand elle te parle de garçons ? » souleva Tris avec un sourire. Les muscles de Luke se détendirent et il lâcha un rire. « Non, c’est … c’est dix fois pire sans doute. Mais ne lui demande surtout pas ! Elle exagère toujours tout. » la prévint-il. La dernière fois qu’il avait mis mal à l’aise Prudine avec un garçon, c’était quand elle fréquentait ce Conrad et qu’il les avait surpris en train de se bécoter, séchant leur cours de Métamorphose. Prudine lui avait hurlé dessus surement autant que lui, mais au final, c’était Luke qui avait gagné. Sa petite sœur s’était prise quelques heures de retenue, l’empêchant par le même temps de voir ce Serpentard.

« Je ne pense pas que tu le connaisses, non, mais ne t’inquiètes pas pour moi. Il est gentil. Et prévenant. Il … il va rencontrer mes parents bientôt. » « Oh … bien. » S’il s’apprêtait à rencontrer les parents de Tris, c’était forcément déjà qu’il était ouvert d’esprit sur les Moldus et qu’il voulait d’une relation sérieuse. « J’ai hâte de le rencontrer également ! » glissa-t-il avec un sourire amusé, bien que très sérieux dans ses paroles. Pourquoi il ne pourrait pas en avoir l’occasion lui aussi ? Peut-être parce qu’il n’avait pas été très bon quand il avait rencontré le petit-ami de Lya. Très exigeant une nouvelle fois, Luke avait plus qu’essayé d’impressionner le jeune Edward Lupin qui était bien en peine cette fois-là. Au final, ils apprêtaient à se marier et allaient avoir deux magnifiques enfants.

La conversation dévia sur la vie qu’ils menaient tous les deux à présent. Le hibou de Tristelle venait de s’envoler par la fenêtre grande ouverte. Le soleil cognait fort ce jour-là, laissant un peu de fraîcheur au sein de cette Tour. « Tu es heureuse ? Même si la vie n’est pas celle que tu avais souhaité, es-tu heureuse de celle-ci ? » demanda-t-il. La jeune femme tourna les yeux vers lui alors qu’il venait de se mettre à côté d’elle pour regarder le hibou s’envoler à tire d’ailes. « Je crois que oui. Enfin … pas totalement, si je dois être honnête avec toi. Mais je pense que je peux l’être. » Luke sourit doucement, notamment à la mention de Baker. « Oui c’est un bon point de départ. » confirma-t-il avant d’étendre son bras vers elle.

La Serdaigle hésita une demi-seconde avant de s’approcher de lui afin qu’il passe son bras sur ses épaules dans une étreinte fraternelle. Ils en avaient fait du chemin jusqu’ici. Et la vue sur Poudlard était un assez beau paysage pour résumer leur relation. « On ne devrait pas rester aussi longtemps sans se parler. » déclara Tris. « Je veux dire … J’ai passé presque autant de temps chez vous que chez moi. » Luke émit un petit rire. « Je me souviens encore de ce pyjama affreux avec ces Moldus avec des casques rouges. » dit-il en se remémorant les trois filles de 12 ans à l’époque, venues pour une soirée pyjama.

« Et je sens que je vais avoir besoin de conseils pour me faire des amis à la fac. » commenta-t-elle. « Oh tu n’auras pas besoin des miens. » dit-il d’une voix douce. « Tu as toujours été très douée pour le faire toi-même. Regarde Jillian et Prudine. Regarde ton petit copain. Tu as un don pour choisir les bonnes personnes autour de toi. Fais-toi simplement plus confiance et tout ira bien. » Il embrassa le sommet de son crâne.

« Et toi, tu vas faire quoi maintenant ? » demanda alors la jeune femme. « Que ce soit vis à vis de ta fille, ou de sa mère... et de tout le reste ? » Luke poussa un nouveau soupir bruyant, le même qui agaçait ses professeurs à Poudlard ou Carter quand il était en retenue. « Peut-être … » Il se mit à réfléchir. Allait-il vraiment dire ça ? Oui. « Peut-être qu’il serait temps que je construise ma propre famille. » lâcha-t-il alors. Il savait parfaitement ce que cela signifiait. Il avait trop longtemps attendu que Calla aille mieux, il était temps à présent pour eux de devenir les parents qu’ils auraient dû être il y avait deux ans. « Toujours prof ? » « Toujours prof ! » répondit-il du tact au tact. « Maintenant que Bennett est réveillé, il va falloir quelqu’un pour le remettre à niveau. » pensa-t-il à haute voix.

« Tu penses que les choses vont... s'améliorer ? » Cette fois-ci, Luke hésita avant de répondre. Avec Baker à Poudlard, les choses ne s’annonçaient pas vraiment bien à vrai dire. Mais est-ce que Tristelle avait vraiment besoin d’entendre ça maintenant ? Non, c’était une journée pleine d’espoir. « Je pense … que les choses iront bien mieux pour nous, à présent. » dit-il d’une voix confiante, ne quittant pas l’horizon du regard.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« A million dreams is all it's gonna take, a million dreams for the world we're gonna make »

descriptionVoudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ? EmptyRe: Voudrais-tu me voir, m'oublier, m'approcher, me croire ?

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum