Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyC'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
C'est ton jour de chance, p'tit !Lundi 1er novembre 2021

Tim s’entraînait dur en ce début d’année. Comme l’an dernier à vrai dire. Sauf qu’il avait un peu plus la pression. Il était en 2ème année et il n’avait été repéré par aucun agent. Quand l’un d’eux venait assister à un match, c’était toujours le Poursuiveur à côté de Tim qui était recruté. Lui était toujours mis de côté. Alors, après avoir injurié le coach, il se remettait à bosser deux fois plus. Il se levait désormais à 4h du matin pour faire quelques pompes et des étirements. La journée, il allait en cours, et dès qu’il avait une heure de libre, il partait faire quelques passes sur le terrain. Le soir, après quelques devoirs assez vite expédiés, il mattait quelques films sur les meilleures tactiques au Quidditch. Bien souvent, il s’endormait devant.

Il mangeait, certes peu, mais il prenait pas mal de vitamines pour compenser. Et puis, il y avait une nana qui lui filait quelques « bonbons » pour tenir le coup. Adrianna n’en savait rien bien sûr. Enfin, disons que quand il participait à quelques soirées pour lui faire plaisir, elle et lui adoraient se mettre stone, histoire de vraiment se détendre. C’était cool, ils faisaient ça ensemble, c’était devenu leur « rituel » depuis le voyage au Brésil. Ce qu’il prenait en journée, c’était juste pour l’aider à tenir le rythme, et puis, il n’était pas dépendant.

Le temps s’était refroidi en ce début de novembre. C’était pourquoi Tim avait filé quelques gants de dragon un peu plus épais et un bonnet plus rembourré. Il ouvrit la malle des balles et sortit le Vif d’Or. « Allez, à nous deux, mon petit ! » Être Attrapeur n’était clairement pas le meilleur poste. Mais c’était le poste décisif. Le poste clé. Celui qui avait le plus de pression également mais qui demandait une certaine agilité et un œil de lynx. Bartholomeo Krum avait bien voulu lui donner quelques conseils d’ailleurs lors du mariage des Avery et Tim tenait à les appliquer à la perfection.

Il s’entraînait depuis une heure déjà. Le brouillard qui s’accumulait lentement autour du terrain n’aidait pas les choses, mais Tim devait absolument s’entraîner, et dans n’importe quelles conditions. Il avait su repérer le Vif d’Or facilement mais ce dernier s’échappait toujours à la dernière seconde. Au final, Tim n’était arrivé à l’attraper qu’une seule fois. Il s’apprêtait à le remettre en jeu quand un léger « plop » lui fit comprendre que quelqu’un venait d’arriver. Il redescendit au sol en voyant un homme dans un grand manteau noir qui l’observait sur le côté du terrain. Tim reposa le Vif d’Or à sa place et s’apprêta à aller voir l’homme mais quand il se retourna, le sorcier avait disparu. « Que … Comment ? »

Soudain, une voix le fit sursauter derrière lui. « Qui êtes-vous ? » s’écria-t-il sur la défensive devant l’homme qui riait de ses réflexes. Mais … son insigne lui disait que … « Merlin, vous êtes Adryan Avery. Monsieur, je suis désolé, je ne vous avais pas reconnu. » s’empressa-t-il d’ajouter en déposant son balai sur le sol pour tendre la main à l’agent-recruteur. Etait-il venu pour lui ? Pour le voir ? Non, impossible, pas le grand Mr. Avery. « Vous cherchez surement Teddy Franklin ? Il est en cours de Redressement de balai, mais je peux aller vous le chercher si vous le souhaitez … » disait-il d’un ton moins entrain en pensant que sa chance lui passait encore sous le nez.
©️ 2981 12289 0

_________________


« Take me back to the night we met »

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz

Adryan J. Avery

C'est ton jour de chance, p'tit !

Direction l’UMS. Jameson Corwick me tanne depuis des semaines pour que je vienne assister à ses entrainements. Le coach de l’équipe universitaire veut placer ses poulains à tout prix. Et ce n’est pas seulement par bonté de coeur. Si l’un d’eux signe, il se met à s’entrainer également avec les équipes pros, gagne un sacré niveau en quelques semaines et ça permet à Corwick de s’assurer une très belle place dans la ligue universitaire. Et qui dit victoire dans la ligue universitaire dit primes et augmentation de salaire. J’ai pas trop le temps pour venir voir les entrainements de tout le monde. Je préfère venir aux matchs. C’est quand on voit les joueurs avec la pression du stade qu’on sait ce qu’ils ont sous le maillot. L’entrainement, c’est une zone de confort, les joueurs se donnent rarement à fond et s’ils se donnent à fond, ils se permettent aussi beaucoup plus d’erreurs puisqu’il n’y a pas d’enjeu. Mais bref, je lui en dois une, donc je vais faire le déplacement pour voir ce fameux… Teddy Franklin dont Corwick chante les louanges.

A cause du décalage horaire, j’ai des insomnies. Mon corps ne sait plus sur quel fuseau horaire danser. D’autant que je n’ai pas une vie très… reposante. Les restaurants, les matchs, les soirées… Judi me reproche de fuir notre foyer. Quelle blague ! Je quitte l’hôtel à l’aube et me dirige vers l’UMS. J’ai toujours une étrange sensation quand je reviens ici. Ca me rappelle mes premières années de joueur professionnel. L’adrénaline, la sueur, l’effort… Je n’ai plus jamais autant travaillé pour quelque chose que je souhaitais. Depuis cette époque, tout me tombe dans les mains, sans même devoir me baisser. C’était une époque incroyable.

En arrivant sur place, je réalise que le terrain est occupé malgré l’heure matinale. Je me pose près de l’un des gradins et observe la scène. Un jeune homme assez frêle file à toute vitesse après un Vif d’Or. Le Vif est particulièrement rapide mais il arrive à tenir la distance, il suit les changement de direction brusque. Il a un temps de réaction très impressionnant malgré le brouillard qui enveloppe le terrain. En quelques instants, sa main se referme sur la petite balle et il pousse un petit cri de victoire. Je souris et transplane au pied du terrain. Cette fois, il entend mon arrivée et se décide à mettre fin à son entrainement. 

Il fait plutôt froid ce matin et pourtant, il est seul à s’entrainer d’arrache-pied. Si c’est le fameux Teddy Franklin, ce serait un point en plus dans la balance. Le talent c’est bien mais la persévérance et le travail, c’est mieux. Je transplane à nouveau pour arriver dans son dos, j’applaudis.

« Très beau mouvement… »

« Qui êtes-vous ? » s’écrit-t-il sur la défensive. Je lève les mains en signe de paix, m’approchant lentement quand il me reconnait. Ça fait toujours plaisir de se faire reconnaitre. Je lui souris et lui serre la main. Il a une bonne poigne mais il semble très impressionné. Peut-être trop impressionné…

« Vous cherchez surement Teddy Franklin ? Il est en cours de Redressement de balai, mais je peux aller vous le chercher si vous le souhaitez … »

J’ai un sourire en coin. Ce n’est donc pas le Teddy Franklin. Etonnement, je ne suis pas surpris par cette nouvelle. Cormick a tendance à pousser des joueurs qui se sentent déjà bien trop à l’aise et sûrs d’eux. Ceux-là n’ont pas ce qu’il faut dans le ventre pour supporter les entrainements pro. Ils ne connaissent pas l’effort, la volonté, l’acharnement. Mais ce petit-là, semble savoir ce que c’est… Et j’ai un certain goût pour les outsiders.

« Non merci, sans façon. Je viendrai voir l’entrainement tout à l’heure. Les Canons recrutent de nouveaux réservistes. Je suis chargé de trouver les joueurs qui participeront aux essais prévus dans 10 jours… C’est comment ton nom ? »

« Timothé Lafont, Monsieur. »

« Et bien, Timothé, si tu me fais aussi bonne impression tout à l’heure, il se pourrait que tu fasses partie des essais… Ne t’épuise pas trop ! »


J’ai un hochement de tête entendu puis je transplane vers mon bar préféré. J’ai quelques heures à tuer d’ici l’entrainement.

________

Quand j’arrive à nouveau au bord du terrain, l’entrainement bat son plein. Le ciel est dégagé, un doux rayon de soleil éclaire le terrain. Le soleil, le meilleur ami et le meilleur ennemi des attrapeurs. Je m’aventure sur le terrain et serre la main de Cormick. Il me remercie d’avoir fait le déplacement et appelle ses joueurs. Je salue Dean McGregor d’un mouvement de tête auquel il répond sobrement.

« OK les gars. Vous savez certainement qui est Adryan Avery. L’un des meilleurs joueurs de sa génération et désormais l’un des meilleurs recruteurs. Les clubs recrutent en ce début de saison, faites-lui bonne impression et votre avenir est tout tracé ! »

J’ai un petit rire et je lui tape dans le dos, en bon camarade.

« Un bonne impression ne suffira malheureusement pas. A vous de prouver que vous êtes plus que ça ! »

J’ai un regard pour le fameux Timothé de ce matin. Ses joues sont rouges, il a l’air de s’être donné à fond pour l’échauffement mais le plus dur est à venir.

Je m’installe dans les gradins et le coach lance un match amical entre ses joueurs. Je remarque tout de suite qu’il a placé tous ses meilleurs joueurs dans la même équipe, l’équipe première, la seconde est constituée de réservistes dont… Timothé Lafont. Tiens, ce n’est donc pas un premier choix, intéressant. Côté poursuiveurs, l’équipe réserve donne du fil à retordre aux autres joueurs. Ils ne vont pas leur rendre la tâche plus facile. J’apprécie l’intention, je ne suis pas là pour voir un demi-niveau. Néanmoins, l’équipe première prend vite l’avantage. Tout va se jouer avec le Vif. Je lève les yeux vers les attrapeurs qui scannent le terrain avec la plus grande concentration. Soudain, l’adversaire de Timothé plonge vers le sol, très vite suivi par son compère. Voyons ce que ce petit a dans le ventre…

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
C'est ton jour de chance, p'tit !Lundi 1er novembre 2021

Adryan Avery s’apprêtait donc à observer l’entraînement de tout à l’heure ? Tim s’efforça à rester de marbre mais cette nouvelle le réjouissait tout autant qu’elle l’angoissait : c’était peut-être la chance de sa vie ! Et il recrutait pour les Canons de Chudley. Pas son équipe préférée, mais une équipe professionnelle tout de même ! « Je suis chargé de trouver les joueurs qui participeront aux essais prévus dans 10 jours … C’est comment ton nom ? » Oh Merlin, vite vite il devait faire bonne impression. « Timothé Lafont, Monsieur. » L’homme sourit : « Eh bien, Timothé, si tu me fais aussi bonne impression tout à l’heure, il se pourrait que tu fasses partie des essais … Ne t’épuise pas trop ! » Adryan Avery disparut rapidement dans un plop, laissant Tim se remettre de ses émotions. Il avait encore plus la pression que tout à l’heure. Mais il ne devait surtout pas se laisser impressionner maintenant. Il devait se montrer calme, patient et l’esprit vif.

Quelques heures plus tard, les autres joueurs étaient également sur le terrain, se lançant quelques souaffles pour s’échauffer. Le coach Cormack les rappela alors, s’apprêtant à donner les instructions. A côté de lui, Adryan Avery était déjà là. Les battements de cœur de Timothé s’accélèrent. Il pouvait y arriver, il devait y arriver. Après quelques dernières recommandations de la part du coach, les joueurs sont partis pour se donner à fond. Tim s’étira une dernière fois, avant d’enfourcher son balai. « A vous de prouver que vous êtes plus que ça ! » avait dit Adryan.

Tim ferma les yeux et se concentra sur sa respiration. S’il était trop excité, il n’y arriverait jamais c’était certain. Le visage d’Adrianna s’afficha dans son esprit. Il souffla plusieurs fois, tenant fermement le manche de son balai. Puis, il ouvrit les yeux. Il était déterminé à tout donner.

Les équipes sont constituées et le coach Cormack met les balles en jeu. C’est parti ! Le Vif d’Or était parti dans les airs, Tim sur sa piste mais rapidement il le perdit. Instinctivement, il se retourna vers Bonnie Prior, l’Attrapeuse de l’équipe adverse. Mais elle aussi cherchait en vain. Tim se pencha vers le match en-dessous de lui où l’équipe adverse menait déjà 30 points à 10. Soudain, Bonnie plongea vers le sol. Automatiquement, Tim la suivit et se mit à accélérer sur son balai en se baissant de plus en plus. Mais il ne voyait rien devant lui et il comprit avant qu’il ne soit trop tard ce que la jeune femme avait tenté de faire : la feinte de Wronski, comme on l’appelait. Tim lui lança un regard noir après avoir redressé son balai à la dernière minute, mais Bonnie était là pour gagner tout autant que lui sa place, et visiblement tous les coups étaient bons. Très bien, on allait s’amuser alors !

Le Français se mit à scruter le ciel à la recherche de la petite balle dorée mais elle restait pour le moment invisible à l’œil nu. Les battements de cœur de Tim s’accéléraient à nouveau, ayant conscience que le regard d’Adryan Avery était sur lui. Mais il ne devait pas se sentir déstabilisé maintenant. Il devait rester concentré et surveillait tout autant le ciel que Bonnie.

Ce fut quelques minutes plus tard qu’un sifflement se fit entendre près de son oreille. Tim n’hésita pas une seconde supplémentaire et dévia son balai pour poursuivre le Vif d’Or. Il pouvait sentir que Bonnie le suivait, aussi le jeune homme donna un nouveau coup d’accélération à son balai. La petite balle prenait de l’altitude et Bonnie se réjouissait de ça : son balai était bien meilleur que le sien pour résister à des changements de température. Elle allait bientôt le dépasser. Aussi, Tim commença à zigzaguer, espérant faire perdre de vue le Vif d’Or à Bonnie mais aussi à la ralentir.

C’est alors que la petite balle changea de direction se décidant à revenir vers le sol. Tim en profita. Il sauta de son balai, le faisant tourner en un claquement de doigts, perturbant Bonnie qui avait accéléré. Le Français se mit à rire et se pencha pour gagner en vitesse. Le Vif d’Or se rapprochait petit à petit et Tim tendit les doigts pour l’attraper … quand un Cognard le frappa à l’épaule. Tim fusilla le batteur du regard, permettant à Bonnie de prendre l’avantage sur lui.

Son épaule lui faisait mal, mais rien d’impossible. Il reprit la course avec Bonnie, le Vif faisant le tour du terrain. Bientôt, il fut à sa hauteur. « Laisse tomber, Lafont ! Tu n’as pas la carrure pour être un joueur pro ! Tu finiras plutôt comme Cormack ! » Tim donna un coup de coude à la jeune femme, ignorant ses remarques acerbes. Il en recevait tous les jours de toute manière.

Son balai commençait à dépasser celui de Bonnie, ce que la jeune femme ne manqua pas de remarquer. Tim tenta alors une nouvelle figure : il se redressa sur son balai, étant alors en équilibre sur le manche fin. Le Vif était à nouveau à porter de doigts. Il suffisait que …

○○○

Tim se massa la tête. Il était étendu sur l’herbe du terrain de Quidditch. En s’asseyant, il vit que son balai s’était retrouvé écrasé quelques mètres plus loin, et que le coach criait une faute « Croc-en-manche » à Bonnie Prior. Quelque chose s’agitait dans la manche de la robe de Quidditch de Tim. Celui-ci farfouilla dedans … avant d’en sortir le Vif d’Or !

Dean McGregor fut le premier à l’applaudir, rapidement imité par les joueurs de son équipe. Tim se mit à sourire de plus belle, ignorant bien royalement toutes les douleurs liées à sa chute. Il se redressa sur ses deux jambes présentant le Vif d’Or avec fierté. Il avait réussi.

Il vit le coach Cormack et Adryan Avery accourir vers lui. « Lafont, ce n’est pas le moment de faire la sieste ! » balança le coach avec son bagou habituel avant de s’apercevoir qu’il tenait réellement le Vif d’Or. « Et bah ça alors ! Tu es blessé, petit ? » Tim secoua la tête, bien loin de se préoccuper de sa santé. Au contraire, il jetait un regard vers Adryan Avery, espérant l’avoir séduit.
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Take me back to the night we met »

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz

Adryan J. Avery

C'est ton jour de chance, p'tit !


Chaque fois que je me retrouve sur le bord d’un terrain, cela me fait le même effet. L’excitation, l’adrénaline, cette envie de se laisser surprendre par de nouveaux talents. Le Quidditch est définitivement le meilleur sport au monde. Ces jeunes ne réalisent pas la chance qu’ils ont. Je les regarde avec envie, me rappelant la sensation indescriptible de se sentir porter par son équipe, bataillant contre les éléments dans un but commun. Ensemble vers un seul objectif, la victoire.

Le jeune homme rencontré ce matin joue avec passion et n’a pas peur de prendre des risques. Il est à deux doigts de tomber dans la feinte de sa rivale attrapeuse, mais se reprend au dernier moment. Mon regard est happé par Teddy Franklin qui se débrouille pas mal de son côté. Il est plutôt du genre robuste pour un poursuiveur. Il est agressif et n’hésite pas à rentrer dans le lard de ses adversaires. Il marque un nouveau goal dans un rugissement victorieux. Mes yeux glissent vers Dean qui semble ennuyé par la situation du côté des attrapeurs. En effet, ceux-ci sont aux coudes-à-coudes et le garçon fait un changement brutal de direction, laissant l’autre dans le vent. J’aperçois McGregor décocher un cognard puissant vers Lafont et le toucher en pleine épaule. La défaite n’est pas passée loin pour l’équipe première, sans l’intervention du batteur, la victoire aurait été assurée pour l’autre équipe. Dean n’est pas toujours le plus brillant mais il a un excellent sens de l’observation, on ne peut le nier.

A l’autre bout du terrain, Franklin marque un nouveau goal dans l’acclamation de ses coéquipiers. Cependant, Lafont est toujours dans la course et a réussi à récupérer la situation. Ils frôlent dangereusement l’un des poteaux des buts mais aucun des deux ne veut dévier de sa course. La suite se passe très vite, le jeune homme se lance dans une des figures les plus casse-gueules de l’histoire dans une parfaite ligne droite tandis que l’autre se couche pratiquement sur son balai pour devancer son adversaire. Soudain, le balai de Lafont pique à la verticale et se plante sauvagement dans le sol, laissant l’attrapeur dévaler le terrain comme une boule de neige à grande vitesse. Aïe. Ça ne sent pas bon…

Pourtant, tout le monde se rapproche du lieu de l’impact, moi compris, et Lafont se relève assez rapidement, brandissant son poing en l’air, victorieux. Il a réussi. Waw… Il en veut le p’tit ! J’ai un sourire en coin quand son regard croise le mien.

Cormack siffle la fin de l’entrainement et renvoie ses joueurs au vestiaire après les avoir félicité. Il revient immédiatement me voir, mi-inquiet, mi-curieux. Ce n’est pas son équipe première qui a remporté le match amical, cela peut paraitre comme une faute grave mais je le rassure.

« Vous avez une belle équipe, cette année, Coach ! Même vos réservistes en ont dans le ventre… »

« Je n’ai vraiment pas à me plaindre, en effet ! C’est un bon cru ! Vous avez vu le nombre de but qu’a marqué Franklin ? »


Je retiens un rire. Très peu subtil, Cormack mais peu importe.

« Vous pouvez me l’envoyer, j’ai deux mots à lui dire. » Sourire appuyé.

Je sors de ma poche la liste des joueurs et les notes que j’ai prises pendant l’entrainement. Je me racle la gorge.

« Et j’aimerais voir Lafont, également. »

Le coach fronce les sourcils, me demandant une confirmation silencieuse. J’hoche la tête.

« Timothé Lafont. Le deuxième attrapeur. J’imagine bien qu’il n’attrape par le Vif d’Or de cette façon à chaque entrainement. Mais il a quelque chose. Il est vif et passionné… Il a du potentiel. »

Cormack acquiesce vigoureusement.

« Oui, oui, tout à fait, je suis tout à fait d’accord. C’est pour cette raison que je l’ai recruté. Il est très… volontaire ! Je vais les chercher. »

« Merci Cormack. »

Quelques instants plus tard, Lafont et Franklin sortent des vestiaires, les joues encore rouges par l’effort et les cheveux encore mouillés par leur brève douche. Lafont semble avoir été réveillé en sursaut tant ses yeux sont écarquillés de surprise.

« Très belle démonstration, tous les deux. Vous ne vous êtes pas laissés impressionner par ma présence. Bravo. Franklin, tu manques encore de souplesse et de fluidité dans ton jeu. Tu joues aussi parfois un peu trop solo. Certains tirs auraient pu scorer si tu avais opté pour une passe en retrait. Le Quidditch est un sport plein de subtilité. »

Je me tourne vers l’attrapeur. « Lafont, bravo pour cette victoire. On sent que tu es un travailleur. Tes figures sont parfois risquées parce que tu ne les maîtrises pas mais tu te donnes à 100% pour ton équipe et c’est ce qu’on a besoin chez un attrapeur… »

Je marque une pause et décide d’arrêter de faire trainer le suspense, j’ai l’impression que Lafont n’a plus respiré depuis que j’ai ouvert la bouche.

« Je vous envoie donc aux essais pour devenir la nouvelle sélection de réservistes des Canons. Le 11 novembre prochain au Stade de Chudley. Je vous ferai parvenir un hibou prochainement avec tous les détails. Mais félicitations, vous venez de passer la première étape. »

Je leur tends la main qu’ils serrent avec vigueur tandis qu’ils me remercient pour cette opportunité. Espérons que j’ai misé sur les bons chevaux…

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
C'est ton jour de chance, p'tit !Jeudi 11 novembre 2021

« Anxieux ? » Tim tourna la tête vers Teddy Franklin qui esquissa un sourire en coin avant de lui donner un coup dans l’épaule. « Ouais, moi aussi … » Timothé prit une grande inspiration avant d’expirer tout son air. Il y était : aux essais pour joueurs professionnels. On lui donnait sa chance, c’était le moment de faire ses preuves.

Teddy et lui n’avaient jamais été de grands amis mais, ici, dans cet immense stade face à des joueurs bien plus expérimentés qu’eux, il fallait se serrer les coudes. On leur montra où ils pouvaient laisser leurs sacs et se mettre en tenue. Ils revinrent alors sur le stade où une vingtaine de joueurs potentiels étaient présents. Chacun leur tour, ils se faisaient mesurer, puis peser. On effectuait plusieurs sorts pour étudier leur morphologie et leurs muscles. Plusieurs ricanèrent quand Tim passa sous le mètre. Il était bien évidemment plus petit que les autres joueurs. « Rentre chez toi, p’tit ! » « Ici, c’est la cour des grands, t’as rien à y faire ! » Tim s’efforça de les ignorer. Il savait ce qu’il valait et ce qu’il voulait. Il n’allait pas se laisser impressionner maintenant. D’ailleurs, il se contenait surtout pour ne pas aller refaire le portrait à ces abrutis : personne ne voudrait d’un joueur qui ne savait contrôler son sang-froid même si Tim avait encore beaucoup de progrès à faire là-dessus.

Du coin de l’œil, il vit Adryan Avery arriver aux côtés des coachs qui leur faisaient passer les tests. L’un d’eux souffla dans son sifflet, leur demandant de s’échauffer avec des tours de terrains notamment. « Tu crois vraiment qu’on a nos chances ? » demanda Tim en courant aux côtés de Teddy. Celui-ci regardait Adryan Avery comme s’il était le Saint-Graal. « Avec Avery, j’ai vraiment envie d’y croire ! » répondit-il.

Quelques minutes plus tard, le coach les réunissait autour de lui pour leur donner un balai et les mettre en équipe. Lorsque ce fut le tour de Tim, le coach lui donna un maillot de Poursuiveur : « Excusez-moi, monsieur. Je joue au poste d’Attrapeur ! » Le coach revint lentement vers lui, sourcils froncés. « Un petit gaillard comme toi ? » Tim serra la mâchoire avant de se redresser. « Il faut être petit et passe-partout pour récupérer un si petit objet ! » Le coach haussa un sourcil avant d’éclater de rire comme si on venait de lui raconter une bonne blague. « Et voilà, mon garçon ! » dit-il en échangeant de maillot.

Tim sentit la confiance en lui remonter. Il avait réussi à se faire entendre. Sans hésiter, il enfila le maillot d’Attrapeur et se mit sur son balai. Comme aux entraînements d’il y a une semaine, le Français voulait se donner à fond. Il multiplia les prises de risques, manquant de tomber plus d’une fois de son balai. Les batteurs ne lui faisaient pas de cadeaux, bien déterminés à se débarrasser du petit gringalet qui l’ouvrait trop. Tim restait solidement accroché à son balai, cherchant la petite balle dorée des yeux. Il évitait de justesse les Cognards et gardait un œil sur Adryan Avery. Lui et les coachs surveillaient chacun des joueurs mais le regard d’Adryan revenait souvent sur lui, espérant surement avoir misé sur les bons chevaux.

Soudain, le Vif d’Or apparut dans le champ de vision de Tim qui donna un coup d’accélération. Mais ce fut à ce moment-là que l’autre Attrapeuse lui rentra dedans. Tim bascula de son balai, se retenant à une main. Merde ! L’Attrapeuse s’élançait après le Vif d’Or, attirant l’attention des coachs qui ne regardaient plus qu’elle. Merde, merde, merde ! En selle, petit ! Il puisa les forces sur son bras pour se redresser mais fut frôlé de justesse par un Cognard. Meeeerde ! Tim pestait sans arrêt. Ce balai n’était pas le sien et cela le déstabilisait quelque peu. Il n’avait pas eu le temps de l’apprivoiser.

Tim eut alors une idée. Il sortit sa baguette de sa poche : on avait le droit de l’avoir à condition de ne pas l’utiliser sur l’une des balles ou d’un joueur. Mais rien ne mentionnait son propre balai.

Le Français lâcha la main et tomba en chute libre vers le sol. « Accio ! » cria-t-il à son balai. Celui-ci s’anima et vint le cueillir de justesse au ras du sol. Tim remonta en flèche, rattrapant l’Attrapeuse qui s’apprêtait à refermer sa main sur le Vif d’Or. Tim donna un nouveau coup d’accélération avant de cogner l’épaule de la jeune femme qui se laissa surprendre. Malheureusement elle ne perdit pas l’équilibre comme Tim et réussit à maintenir sa hauteur au niveau de Tim. Ce dernier tendait déjà la main vers le Vif d’Or.

On entendit plus bas que Teddy Franklin venait de marquer un nouveau but. Tout semblait bien se passer pour lui.

« Laisse tomber, petit ! » La jeune femme lui donna un coup dans l’épaule et Tim se retint cette fois-ci correctement à son balai. Puis, à son oreille, il entendit un léger sifflement se rapprochant dangereusement. Une idée lui vint et il resta à la hauteur de la jeune femme avant de brusquement descendre d’altitude. Surprise, la jeune femme ne vit pas le Cognard rentrer dans son balai, lui cassant le manche. Tim sourit, victorieux avant d’accélérer l’allure pour en finir une bonne fois pour toute avec ce Vif d’Or. Plus que 3 mètres … 2 mètres … 1 mètre ! IL L’AVAIT !

« J’ai le Vif d’Or ! » criait-il en redescendant vers le sol vers les coachs. « J’ai attrapé le Vif d’Or ! » disait-il, fier de lui en présentant la petite balle dorée aux sélectionneurs. Le souffle rapide, Tim tourna le regard vers Adryan Avery, espérant peut-être y lire une certaine fierté ?  
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Take me back to the night we met »

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz

Adryan J. Avery

C'est ton jour de chance, p'tit !


J’applaudissais sobrement à chacun des but de Teddy Franklin alors que mon esprit explosait de joie et de fierté. J’avais vu juste, son coach avait vu juste. Il était bon. Un peu sauvage mais très bon. Je croisai le regard du sélectionneur qui hocha discrètement la tête, me faisant signe qu’il était content de cette nouvelle recrue.

« Alors ? Comment ils se débrouillent ? »

Je fis volte-face et saluai Dean McGregor, mon joueur, ici aux Canons. Il venait certainement voir comment ses deux camarades de l’UMS se débrouillaient pour cette fameuse sélection. Je lui serrai la main et reportai mon attention sur le terrain.

« Franklin impressionne tout le monde. Cormack avait vu juste. Mais il ne se passe pas encore grand chose du côté des attrapeurs. La fille est réserviste chez les Harpies. Elle a pas mal d’expérience mais son jeu est trop scolaire. »

Dean hocha simplement la tête et vint s’appuyer sur la barrière à mes côtés.

« Une chose est sûre, Tim est plein de surprises. Je ne l’ai jamais vu attraper deux fois un Vif de la même manière… »

Je scannai rapidement le terrain des yeux pour trouver Lafont et mon regard fut happé par un reflet doré. Presque immédiatement, les deux attrapeurs foncèrent vers l’objet scintillant avec la même détermination.

« On va voir ça tout de suite… »


Le duel était passionnant. J’en oubliai presque d’applaudir Franklin pour son nouveau but. Et les coaches étaient dans le même état. Les deux attrapeurs étaient aux coudes à coudes et il était impossible de prédire qui allait l’emporter. Je me mordis l’intérieur de la joue, nerveusement et tapotais la rambarde de mes doigts. Dean non plus ne tenait pas en place. Je l’entendais marmonner des paroles d’encouragement à l’égard de son camarade.

Puis, soudainement, un cognard frappa de plein fouet le manche du balai de l’attrapeuse qui plongea instantanément vers le sol. Ce n’est que quelques mètres avant l’impact avec le sol que l’arbitre lui sauva la mise et la fit atterrir en douceur. Il ne fallut que quelques instants supplémentaires à Lafont pour mettre fin au match. J’applaudis de bon coeur, suivi par Dean et les quelques spectateurs. C’était un sans faute.

Le jeune homme atterris et se dirigea béatement vers les coaches, brandissant l’objet de la victoire. Je dus me retenir de rire. Il était attendrissant mais tout de même, il devait gagner en confiance en lui, sinon on pourrait croire à une coïncidence… Son regard croisa le mien et je lui accordai un signe de tête encourageant. Il avait réussi son pari, j’étais fier de lui.

Les sélectionneurs rappelèrent les joueurs et leur annoncèrent qu’ils allaient devoir se concerter avant de prendre une décision et qu’ils recevraient un hibou prochainement leur annonçant leur éventuelle sélection. Ils renvoyèrent ensuite les joueurs aux vestiaires.

J’interceptai Lafont et Franklin sur le chemin, Dean a mes côtés.

« Bien joué, les gars ! Vous leur avez mis une branlée ! C’est certain qu’ils vont vous prendre ! »

Il leur fit une accolade pour les féliciter. Je me raclai la gorge et levai les yeux au ciel, cachant mon amusement.

« Calme ton enthousiasme, McGregor. Ce n’est pas encore joué. »

Il se recula pour me laisser la place.

« Vous vous êtes bien débrouillés. Si vous n’avez rien de prévu, je vous invite à déjeuner pour débriefer tout ça. Tu veux venir, McGregor ? »

« Sure, Avery ! »
Devant ma mine sévère, il se repris. « Monsieur Avery ! »

Je secouai la tête et fis signe aux deux autres d’aller se laver.

_________

« Bon, racontez-moi votre parcours. Vous avez toujours voulu devenir joueur pro ? »

Dean engloutissait son plat à une vitesse folle, peu sensible au fait qu’on se trouvait dans un des restaurants les plus classes de la région. C’était vraiment un campagnard. Il avait de la chance d’être aussi bon. Les deux autres faisaient bien plus attention à leurs manières. Mais après tout, ils étaient encore dans leur phase de séduction…


descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
C'est ton jour de chance, p'tit !Jeudi 11 novembre 2021

La sélection était terminée. Les coachs leur avaient promis de les tenir au courant dans les prochaines 48 heures pour savoir s’ils étaient sélectionnés ou non. Tim était tout excité. Il pouvait avoir sa place chez les Canons. Bon, en tant que remplaçant, mais c’était un début, non ?! « Bien joué, les gars ! » Tim s’arrêta en même temps que Teddy aux côtés d’Adryan Avery. A côté de lui se tenait Dean McGregor. « Vous leur avez mis une branlée ! C’est certain qu’ils vont vous prendre ! » Le sourire de Tim s’élargit en entendant ses paroles réconfortantes et rendit son accolade à Dean.  

C'est ton jour de chance, p'tit ! HNPM

« Calme ton enthousiasme, McGregor. Ce n’est pas encore joué. » répliqua Mr. Avery qui prit aussitôt la parole pour dire ce qu’il en pensait. « Vous vous êtes bien débrouillés. Si vous n’avez rien de prévu, je vous invite à déjeuner pour débriefer tout ça. » Tim hocha la tête rapidement tout comme Teddy. « Tu veux venir, McGregor ? » Les trois hommes se tournèrent vers Dean McGregor qui ne cacha pas son enthousiasme. « Sure, Avery ! Monsieur Avery ! » se reprit-il.

Tim et Teddy se dirigèrent rapidement dans les vestiaires pour prendre une douche avant de retrouver Mr. Avery qui les fit tous transplaner dans un restaurant que Tim ne connaissait pas.

« Bon, racontez-moi votre parcours. » commença Adryan Avery alors que le serveur venait de leur déposer leur plat devant eux. Tim observait les personnes autour d’eux. C’était assez guindé par ici et il n’en revenait pas de manger ici. Il n’osait imaginer la note à la fin du repas. Il espérait vraiment que ce n’était pas des paroles en l’air de la porte d’Adryan Avery quand il disait les inviter. « Vous avez toujours voulu devenir joueur pro ? » Teddy s’empressa de répondre. Il semblait être né pour ça. Il parlait bien, se tenait bien. Tim l’enviait presque.

C'est ton jour de chance, p'tit ! 68747470733a2f2f73332e616d617a6f6e6177732e636f6d2f776174747061642d6d656469612d736572766963652f53746f7279496d6167652f6b7a6241346641757838614736773d3d2d3533343439353433322e313531363935663632333764356561373935313531383735333031322e676966?s=fit&w=720&h=720

Il jeta un coup d’œil à Dean qui s’enfilait son repas sans se préoccuper des autres. Adryan tournait le regard à présent vers Tim pour entendre sa réponse. « Euh … oui. Enfin j’veux dire … Je n’étais pas très doué à l’école en faites et quand j’ai commencé à monter sur balai, j’ai compris qu’il existait peut-être un domaine dans lequel je pouvais être bon. Et j’me suis mis à en faire genre tout l’temps et bah … voilà, j’suis là ! » dit-il en tendant ses bras avant de prendre une nouvelle bouchée de son plat. Teddy lui donna un coup de coude, tout sourire. Tim se laissa lui aussi à sourire sincèrement.

« J’viens d’un milieu assez populaire, j’espère que ça n’pose pas de problème ? » demanda-t-il soudainement un peu inquiet. « Mes parents … enfin ils ne peuvent pas me payer quoi que ce soit … Il n’y a que moi. » expliqua-t-il, ne voulant pas en dire plus. Il fit une grimace avant de manger une nouvelle bouchée.

« Et, sinon, concrètement, si on est recruté, Teddy et moi, vous serez quoi pour nous ? » interrogea-t-il, curieux. « Est-ce qu’on a besoin d’obtenir notre diplôme ou on peut tout arrêter là ? Avec l’UMS j’veux dire. »  
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Take me back to the night we met »

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz

Adryan J. Avery

C'est ton jour de chance, p'tit !


Teddy était un bon gars. Cormack avait raison de placer ses espoirs en lui. J’avais cru voir en lui un simple gros plein de muscles mais il en avait dans le crâne. Je l’avais mal jugé. Les Canons seraient bien stupides de se passer de lui. Il avait toutes les qualités nécessaires.

J’écoutais attentivement la réponse de Tim Lafont. Son attitude, ses propos… Tout en lui semblait s’excuser d’être là. Il n’avait absolument aucune confiance en lui. Si, lors de l’entrainement test que j’avais pu voir, j’avais eu la sensation que son talent pouvait peut-être éclipsé par une bonne dose de chance, cette sélection avait prouvé le contraire. Il savait ce qu’il faisait. C’était un bosseur. Il connaissait sa technique, il devait juste travailler sa confiance en lui.

« Donc tu fais du Quidditch par dépit ? Parce que tu n’es bon en rien d’autre ? »

Les yeux du garçon s’arrondirent d’étonnement et se reprit rapidement.

« Il va falloir bosser cette histoire si tu veux être crédible auprès de la presse. Quidditch Mag’ avait adoré l’histoire du pauvre orphelin né-moldu de McGregor. » Celui-ci s’étouffa avec sa bouchée et grogna un « C’est pas moi qui ait raconté… »
« Peu importe ! C’est ce qui intéresse les gonzesses et c’est elles qui font tourner le merchandising ! C’est certainement pas ta façon de te tenir à table qui a permis de créer ta fanbase… »
Dean grimaça et repris sa dégustation plus tranquillement, un peu mal à l’aise.

« Le Quidditch, c’est du talent, certes, mais c’est aussi des histoires. Des héros, des ratés, des David contre Goliath. C’est ce qui fait vendre les places au stade. Ça rentre aussi en compte dans la sélection des coachs. »

Tim prit soudainement la parole. « J’viens d’un milieu assez populaire, j’espère que ça n’pose pas de problème ? » demanda-t-il soudainement un peu inquiet. « Mes parents … enfin ils ne peuvent pas me payer quoi que ce soit … Il n’y a que moi. »

J’arquai un sourcil, intéressé. « C’est justement ce dont je parlais, c’est parfait pour le storytelling, ça ! » Il ne semblait pas comprendre. « Ne t’inquiète pas pour l’argent, mon grand. Si tu es sélectionné, tout te sera fourni. Et si tu plais au public, tu attireras rapidement l’attention des sponsors et tu ne manqueras de rien. C’est quoi le deal avec tes parents ? Des né-moldus sans le sou ? »

« Et, sinon, concrètement, si on est recruté, Teddy et moi, vous serez quoi pour nous ? Est-ce qu’on a besoin d’obtenir notre diplôme ou on peut tout arrêter là ? Avec l’UMS j’veux dire. »

« Si vous avez la chance d’être recruté, comme c’est moi qui vous aie repérés et proposés aux Canons, vous entrez dans mon fichier. Je deviens votre agent. Je vous enverrai le contrat sous hibou prochainement pour que vous puissiez lire ça tranquillement. Mais concrètement, c’est moi qui négocierai pour vous auprès du club et j’aurai toujours vos meilleurs intérêts à coeur. Si une place se libère dans une autre équipe ou que j’entends qu’un transfert plus avantageux se profile, je m’occuperai des débats et de la paperasse. Concernant l’UMS, je vous conseille très sérieusement de continuer. Non seulement c’est toujours une possibilité pour vous de progresser puisque vous avez plus d’entrainements et plus de matchs au compteur, mais c’est aussi plus avantageux financièrement. Puisque vous restez étudiant, le gouvernement se sert moins dans votre paie. Le diplôme est un gage de qualité de votre formation, c’est un bon point en plus sur votre CV. Mais si c’est trop compliqué pour vous de gérer les deux, je ne vous oblige en rien… »


Je me tus et fis signe à la serveuse de resservir mon verre de vin. Elle m’offrit son plus beau sourire auquel je répondis d’un clin d’oeil entendu.


[/color][/b]

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
C'est ton jour de chance, p'tit !Jeudi 11 novembre 2021

Tim restait légèrement abasourdi par les paroles d’Adryan Avery. Il ignorait tout du monde de la célébrité et voilà qu’on lui disait qu’être Oliver Twist pouvait lui faire gagner de l’argent.

« C’est justement ce dont je parlais, c’est parfait pour le storytelling, ça ! Ne t’inquiète pas pour l’argent, mon grand. Si tu es sélectionné, tout te sera fourni. Et si tu plais au public, tu attireras rapidement l’attention des sponsors et tu ne manqueras de rien. »

Tim ne put s’empêcher de pousser un sifflement admiratif tandis que Franklin hochait la tête comme pour confirmer les paroles de l’agent.

« C’est quoi le deal avec tes parents ? Des né-moldus sans le sou ? »
« Euh … pas vraiment non … » balbutia-t-il avant de démarrer un autre sujet : le rôle de Mr. Avery dans tout ça.
« Si vous avez la chance d’être recruté, comme c’est moi qui vous aie repérés et proposés aux Canons, vous entrez dans mon fichier. Je deviens votre agent. »
« Oh … Cool ! »

Tim lança un coup d’œil vers Dean pour voir si c’était sincèrement une bonne nouvelle et fut rassuré quand McGregor leva son pouce en l’air.

« Je vous enverrai le contrat sous hibou prochainement pour que vous puissiez lire ça tranquillement. Mais concrètement, c’est moi qui négocierai pour vous auprès du club et j’aurai toujours vos meilleurs intérêts à cœur. Si une place se libère dans une autre équipe ou que j’entends qu’un transfert plus avantageux se profile, je m’occuperai des débats et de la paperasse. »

Ouah, cette histoire d’agent lui plaisait bien. Tim s’était toujours concentré sur l’idée de faire du Quidditch, apprendre les techniques, avoir un bon balai, en prendre soin. Mais tout ce truc de popularité qui arrivait quand on atteignait un tel niveau : bon sang … c’était incroyable ! Et Tim allait très certainement adorer ça !

« Concernant l’UMS, je vous conseille très sérieusement de continuer. Non seulement c’est toujours une possibilité pour vous de progresser puisque vous avez plus d’entrainements et plus de matchs au compteur, mais c’est aussi plus avantageux financièrement. Puisque vous restez étudiant, le gouvernement se sert moins dans votre paie. Le diplôme est un gage de qualité de votre formation, c’est un bon point en plus sur votre CV. Mais si c’est trop compliqué pour vous de gérer les deux, je ne vous oblige en rien… »

Tim hocha la tête, rapidement imité par Franklin.

« On continue l’UMS avec Lafont ! » confirma-t-il en lui lançant un clin d’œil.

Le Français sourit et regarda tour à tour la petite bande qui l’entourait. Teddy et lui étaient peut-être des concurrents, mais aujourd’hui ils étaient tous les deux sélectionnés. Dean semblait aussi fier qu’une maman tandis que Mr. Avery leur promettait monts et merveilles.

Une nouvelle vie s’annonçait pour Tim qui n’allait certainement pas laisser passer cette opportunité.

« Je crois que c’est l’un des premiers conseils de votre part que je vais suivre ! » confirma-t-il avec plus d’assurance qu’il n’en avait eu depuis le début du repas.  
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Take me back to the night we met »

descriptionC'est ton jour de chance, p'tit ! EmptyRe: C'est ton jour de chance, p'tit !

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum