Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionHow dare you ...?! EmptyHow dare you ...?!

more_horiz

Daichi Horiuchi feat. Josh Bennett

How dare you... ?!

Ce samedi 2 janvier était glacial. Je venais d'arriver à Londres, par l'aéroport Moldu. C'était la solution de facilité, pour moi, même si c'est plus long. Je ne connais pas assez Londres, et encore moins sa partie sorcière, pour pouvoir transplaner en sécurité à l'hôtel où je vais dormir. Un hôtel Moldu, et de luxe, bien sûr. En tout cas, ce n'est pas sûr que ça me plaise.

Les rues sont désertées, à mesure que j'avance dans la partie sorcière de la ville, voir des visages se fait de plus en plus rare. Le froid, et aussi la date doit y être pour quelque chose. Le 2 Janvier... Beaucoup de personnes préfèrent rester chez elles, je suppose. Moi-même, j'aurais aimé ne pas être là, à marcher dans la neige sur une terre étrangère, mais aller au temple avec ma famille. Mais le travail avant tout. Les affaires de mon père avant tout. Et les vacances du fils prodigue en anglais passent après, bien entendus.

D'un côté, je ne m'en plains pas. Ça m'évite de penser à Miki. Et dire qu'hier encore, j'en parlais avec Dylan dans un bar de New-York... Est-ce que ma vie va se résumer à ça, une fois avril passé? Est-ce que je suis destiné à ne faire que des allées-retour dans des pays étrangers, mêlant travail, contrats, réconforter Irina, boire des pintes d'absintes avec Deathrow et me faire du soucis pour Miki? Je ne sais pas si c'est très enviable, mais c'est ce que je vois pour mon avenir. Que pourrais-je faire d'autre, hein? Cette situation m’excède. Au moins, si j'avais ma cousine de mon côté! Si elle pouvait comprendre ma vie, ou me comprendre! Et quelle idée a eu mon oncle de semer une gosse dans la nature comme ça! Rien ne va, quand j'y pense, dans ma vie. Le Nouvel An devrait apporter joie, solution et bonheur, et pourtant, moi je n'ai que les mêmes soucis que l'année dernière, qui s'empirent en plus!

- Excuse-moi!

Je me retourne, un peu surpris. Je n'ai pas senti le jeune homme qui me fait face me bousculer, pour tout avouer, j'étais bien trop perdu dans mes pensées pour m'en rendre compte. Je m'apprête moi aussi à m'excuser, quand je me rends compte que la personne est déjà loin. Hé, mais c'est quoi ce manque de respect! Je sais qu'ici, personne n'est obligé de me faire des courbettes, mais quand même. Et puis, je suis déjà énervé. De ne pas savoir quoi faire de mon avenir, de ne pas savoir quoi faire de Miki, de ne pas savoir quoi faire pour qu'Irina aille mieux. J'ai besoin de me défouler.

- Eh, toi! fis-je en attrapant le jeune homme par le col de son blouson.

Je le rejette violemment. Nous sommes seul dans la rue. Parfait. Je n'ai pas joué le rôle de racketteur depuis environ cinq ans, et ça me manque un peu. Surtout que la personne en face de moi n'a pas l'air de savoir où il a mis les pieds. Et comme je l'ai déjà dit, je suis énervé. Il fera un punching-ball parfait.

- Ouais, toi! C'est quoi ton nom? On t'as jamais appris le respect, hein?

Mon accent ressort, quand j'emploie ce type de langage. Comme quoi, on se réserve toujours des surprises à sois-même. Comme si l'autre n'arrivait pas à connecter deux de ses neurones, il bégaya son nom, comme un demeuré. Ben... Bennett? Josh? Un rire m'échappe. C'est trop beau. Un signe du destin? En tout cas, c'est mon jour de chance.
Mon poing part, s'écrasa sur sa gueule d'ange. J'espère qu'il a mal, autant qu'Irina souffre. Voir un peu plus. Je regarde mon poing, blessé. C'est qu'il a des os solides, le petit salaud! Je lui fais signe de la main, qu'il approche. Peut-être que je vais le laisser me toucher, pour jouer? Si j'en finis trop vite avec lui, je ne serais toujours pas calmé pour autant...  Son coup de poing ne se fait pas attendre, suivi d'autre coups. Surprise, stupeur, je me ressaisi. Bien joué, Irina, t'as pris quelqu'un qui savait se battre! Comme quoi, c'est un peu du gâchis quand même, cette dispute.

La neige tombe, et je la teinte de mon sang en cracha le liquide métallique qui envahit ma bouche. Je passe ma langue sur mes dents, pour m'assurer que tout est bien en place. Et puis après tout, même un dent cassé n'est pas très grave, pour un sorcier! Je passe ma main dans mes cheveux. Je ne sens plus le froid, désormais, je me sens vivant. Ma colère est peu à peu passé, comme si je la transposait sur le fait que je cassais la gueule du jeune homme. Un rire m'échappe encore, mais de joie cette fois. Il y avait bien longtemps que je ne mettais pas autant amuser! Je me promis de payer ma tournée à mon opposant, s'il arrivait encore à tenir sur ses jambes quand j'aurais finis avec lui. Il profita de mon moment d'égarement pour m'atteindre au ventre, d'un superbe coup de pied. Je crois bien que je l'aurais félicité, si je n'étais pas à terre, en train d'essayer de reprendre mon souffle, et de ne pas vomir. Il avait l'air si content de lui. C'était un spectacle détestable, mais il n'était pas au bout de ses surprises. Comme s'il pouvait gagner, contre moi!

La douleur se faisant lancinante, sourde. Elle me prenait la mâchoire, pour descendre dans mon bas ventre. Mes jambes commençaient un peu à flancher, et je crois bien que mon front saignait lui aussi. Je souris, repassant la langue sur mes lèvres qui devaient être rouge sang, avant de foncer sur le jeune homme en hurlant. Il était finalement à terre, je le plaquais de tout mon poids.

- Tu. Sais. Pas. À. Qui. T'as. Affaire! je criais en lui assénant un coup de poings à chaque coup.

Voile noir sur mes yeux. Les sons se firent de plus en plus lointain, comme si... Je connaissais bien les signes. Ceux qui montre que le combat était finis. Je m'écroule, puis je me traîne pour m'allonger à côté de ma victime et de mon bourreau, un fou rire irrépressible me secouant en entier. Je voyais pas le visage de Bennett, mais je pouvais deviner l'incompréhension qui dansait dans ses yeux. Le pauvre, une bête venait de se jeter sur lui, hein? J'avais presque pitié, presque. Mais au moins, il se défendait bien, au niveau du combat. Sinon, je serais pas en train de saigner comme un imbécile heureux dans la neige.

- Aaaah, putain, c'était fun! Tu veux boire une bière?

Je sais que c'est étrange. Mais c'est comme ça que les amitié se forment, avec moi. Je me suis battu avec Svetlana avant qu'elle n’intègre ma bande. Je me suis battue avec Ryû, Masao, Minami et Irina. Elle avait même failli m'avoir en traite, la petite Anglaise! Mais je lui pardonne, c'est apparemment de famille, chez les Romanov. Je me relève, en tendant la main à mon adversaire. On doit vraiment faire peur à voir.


codage par LaxBilly.

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
How dare you ... ?!
Samedi 2 janvier 2022

Josh était plongé dans ses pensées : alors qu’il pensait avoir fait une croix sur Jillian, celle-ci apparaissait régulièrement dans ses rêves. Mais Irina était là, elle aussi, bien présente. Comme s’il ne pouvait s’en défaire. Car il devait bien avouer qu’elle lui manquait, elle lui manquait horriblement. Demain, il prendrait le Poudlard Express pour revenir à l’école. Il espérait qu’il la croiserait dans le train et qu’ils pourraient ainsi s’expliquer un moment, car il avait cruellement besoin de réponses.

Il était sorti sur le Chemin de Traverse pour acheter un nouveau chaudron. Bien sûr, il avait attendu le dernier moment pour le faire. Et surtout il avait attendu le jour le plus glacial. Vêtu de son anorak, mais également d’un bonnet, d’une écharpe et de gants, il avançait dans les rues pavées du Chemin de Traverse quand il bouscula quelqu’un. Raaaah, pourquoi ces idiots de piétons ne pouvaient pas marcher sur un côté. Sans se retourner, il bougonna un « Excuse-moi » espérant que ça ferait l’affaire. Tout ce à quoi il songeait pour le moment, c’était de rentrer au plus vite dans le magasin de chaudonnerie, pour ensuite rejoindre au plus vite son chez lui. Si seulement, il savait transplaner !

« Eh toi ! » Josh parut un instant sonné quand l’inconnu qu’il avait bousculé l’attrapa par le col de son blouson violemment. Eh mais c’était quoi son problème à celui-là ?! « Qu…. Quoi ?! » Merde, pourquoi on venait le faire chier. « Ouais, toi ! » Le jeune homme, car il ne devait pas avoir plus de 22 ans, avait l’air d’avoir du mal à contenir sa rage. Ses yeux bridés et son accent prononcé laissaient présager qu’il venait d’un pays asiatique et qu’il était arrivé depuis peu. « C’est quoi ton nom ? On t’a jamais appris le respect, hein ? » Mais … c’était quoi son problème ? Il s’était excusé merde ! Quoi, il fallait en plus qu’il s’incline et lui baise les pieds ?! « Bennett, Josh Bennett … » répondit-il un peu décontenancé, ne sachant pas s’il devait s’énerver à son tour ou bien laisser couler.

Mais l’asiatique ne lui laissa pas l’occasion de prendre une décision : il cogna le premier. Josh sentit sa mâchoire s’engourdir alors que le coup de poing résonnait dans tout son être. Merde, où étaient passés ses réflexes ? Mais en tout cas, maintenant, il voyait rouge. Poussant un cri de rage, Josh se jeta sur lui, balançant un coup de poing au ventre avant de lui donner un coup de coude dans le menton. Il n’allait pas se laisser faire parce que ce petit con avait passé une sale journée, certainement pas !

Le sorcier face à lui prit le temps de se remettre, comme si Josh pouvait le lui accorder. Ni une, ni deux, il décida de porter le coup de grâce en l’envoyant valser un mètre plus loin, après un coup de pied dans le ventre bien senti. Josh se dit qu’il était sans doute temps de laisser tomber et de partir. Si on le trouvait là avec un gars à terre, crachant du sang, on l’emmènerait surement au bureau des Brigadiers et son père serait obligé d’interrompre l’une de ses opérations pour venir récupérer son délinquant de fils. Franchement, son père n’avait pas besoin de ça, surtout qu’ils essayaient tous les deux de se réconcilier.

Seulement, l’asiatique se mit à rire, un rire presque de dément. Alors donc il n’avait pas eu son compte ?! Mais il était quoi ? Une machine de guerre ?! Et sans lui laisser le temps de plus se réagir, le jeune homme se releva en un éclair avant de foncer droit sur Josh. Il le plaqua à terre, le Serpentard étant bien en peine de riposter. « Tu. Sais. Pas. À. Qui. T'as. Affaire ! » Mais merde, c’était quoi ce dingue ?! L’asiatique abattit ses poings sur le visage de Josh qui peinait à se protéger. Pas le nez, pas le nez, pas le nez. Il détestait ce sort qui faisait un mal de chien pour le remettre en place.

Ses yeux commençaient à se voiler, il tournait machinalement la tête de gauche à droite, ses mains peinant à le protéger. Et puis, le jeune homme arrêta et se laissa tomber à côté de lui. Ca y était ? C’était fini ? La tête de Josh était lourde et il peina à tourner la tête sur le côté pour regarder l’asiatique, un éclat de rire le prenant.  C’était ça, il était dingue. « Aaaaah, putain, c’était fun ! Tu veux boire une bière ? » Ouais, complètement dingue.

Josh porta la main à son front qui saignait, et sans doute aussi sa tempe. Il avait également un goût métallique dans la bouche et il se tourna sur le côté pour cracher à son tour. Quand il se retourna, il vit le jeune homme lui tendre une main. « Attends, ton truc c’est de cogner un inconnu dans la rue et l’inviter boire un coup ? Désolé, mec, mais on n’a pas encore intégré les traditions de Pékin … » Le jeune homme continuait à rire.

Ok, il devait bien avouer qu’il y avait longtemps qu’il ne s’était pas défoulé comme ça, ni battu comme ça. C’était … jouissif. Josh lâcha un rire et attrapa la main du jeune homme qui le tira d’un coup sec. Ses jambes flageolèrent légèrement mais au bout de quelques secondes il réussit à retrouver une vision normale. « Je t’ai dit comment je m’appelais mais … pas toi. Alors ? » demanda-t-il d’un air un peu désinvolte.

« Peut-être qu’on devrait essuyer un peu ce sang avant de rentrer au Chaudron ? J’suis pas sûr que le patron nous accepte comme ça. » se moqua-t-il. Ils se jetèrent plusieurs sorts et les tâches de sang sur leurs vêtements avaient disparu. Il avait également métamorphosé un peu de neige en un paquet de mouchoirs pour essuyer les plaies qui cessaient petit à petit de couler.

Josh l’emmena avec lui pour lui montrer le fameux bar, l’un des plus célèbres ici. Ils se dirigèrent tout naturellement vers le comptoir et regarda le jeune homme. « Tu connais les boissons locales ? » demanda-t-il en se souvenant de son accent prononcé. « Une bièraubeurre » dit-il au serveur qui s’approchait.
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz

Daichi Horiuchi feat. Josh Bennett

How dare you... ?!

Heureusement que les rues étaient désertes, car il y a fort à parier qu’on nous aurait pris pour des fous. Surtout moi, à vrai dire. J’avais perdu le contrôle, vraiment. Est-ce que je le regrettais ? Bien sûr que non. Dans ma famille, on m’a toujours appris à ne pas regretter ses actes, mais à les assumer, même si ceux-ci se révèlent être au final des erreurs. Je n’ai toujours pas décidé si me battre dans la rue et le déshonneur avec Josh en était une ou non, mais cela semble être une assez bonne entrée en matière, à la réfection.

« Attends, ton truc c’est de cogner un inconnu dans la rue et l’inviter boire un coup ? Désolé, mec, mais on n’a pas encore intégré les traditions de Pékin … »

« Qu’est-ce que tu veux, les Amerloques nous ont empêchés de vous civiliser! » Répliquais-je en m’esclaffant, avant de l’aider à se mettre debout. « Moi, je suis japonais!»

Je suis habitué aux blagues un peu racistes sur les bords, et cela ne me dérange pas du tout. Je suis d’ailleurs pas le dernier à en faire, alors je ne peux pas juger les autres. Mon accent est un peu moins prononcé, maintenant que je suis calmé, mais le choc du combat m’a sonné. Il m’a remis les idées en place, aussi. Quand je rentrerais au Japon, je dirais la vérité à Miki. La vie est trop courtes, les émotions et les relations beaucoup trop instables, elles ne tiennent qu’à un fil, pour que l’on se cache des choses aussi importantes. Je saisis au vol ce que me demande Bennett.

« Horiuchi Daichi, pour te servir. » Fis-je avec une petite courbette ridicule, comme celle que l’on voit dans les films historiques occidentaux.

Je ne sais pas si mon nom va évoquer quelque chose dans son esprit. Je ne sais pas non plus si Irina lui a parlé de nous, ou du Bunka Bu. A vrai dire, je ne sais pas vraiment ce que la jeune Anglaise a put évoquer avec Bennett, et ce qu’elle a passé sous silence.  Alors je préfères attendre sa réaction, pour ne pas trahir mon amie.
Je hoche lentement la tête, pour marquer mon approbation. Nettoyer derrière nous le sang et les traces de combats était ce qu’il y avait de plus rationnel et évident à faire, et je n’y avais même pas pensé. La brusque montée d’adrénaline avait sûrement brouillée mes capacités à formuler des pensées cohérentes. Je pince un peu les lèvres, dérouté et dégoûté d’être moins prévoyant que le jeune homme, avant de me mettre au travail avec lui.

La neige avait un peu fondue à notre contact, se transformant en une sorte de bouillie sanglante. C’est la première fois que je voyais ça. Me battre sous la pluie, oui, mais dans un terrain enneigé, c’était une première pour moi. En y repensant, cela avait un certain charme, mais je ne sais pas si Bennett est de mon avis… quoi que, il n’avait pas l’air si en colère que ça, qu’on ce soit pris une raclée réciproquement. En deux ou trois coups de baguettes, nous avions repris peu à peu figure humaine. J’avais vu, je crois bien, les sourcils de Bennett se froncer pendant que je lançais mes sorts en japonais, mais c’était peut-être juste une ombre. Quant à moi, je ne me cachais pas de le fixer intensément par instant. Je n’avais toujours pas décidé si oui ou non, je lui faisais confiance. Après tout, il venait de trahir Irina, non ? Mais dans le même temps, le jeune homme m’était étrangement sympathique.

Après peut-être cinq minutes à crapahuter dans la neige, j’entrais après lui au Chaudron Baveur.  Je connais cet endroit de nom,  mais je n’y ai encore jamais séjourné.  A part cas exceptionnel, je préfères les hôtels comme le Claridge ou le Savoy. Ils sont tellement plus classe et accueillant que ce trou ! Mais je m’en contenterai pour boire et dormir, je suppose.

« Tu connais les boissons locales ? »

« Oh, je t’en prie, je suis pas si largué que tu veux le croire ! Un Whisky Pur-Feu pour moi, s’il vous plaît. Et de l’absinthe aussi, si vous en avez.» rajoutais-je en espérant provoquer la surprise dans le regard de mon adversai… mon compagnon.

J'attendis que le serveur soit retourné en cuisines pour me laisser aller à la satisfaction de savourer mon petit effet. Je ne suis pas un très gros buveur, en tout cas je ne suis pas alcoolique. Bien sûr, je me suis déjà mis minable lors de fêtes mémorables, car c’est un peu comme ça que l’on gagne le respect des gens plus âgés. En tout cas, je tiens assez bien la boisson pour m’en sortir tout à fait honorablement ce soir.

« Alors, pourquoi t’étais tout seul? Et pourquoi t’as pas transplané, ou utiliser ta baguette contre moi ? »


On m’a toujours dit que poser des questions directes à un inconnu ne se faisait pas, mais je ne m’embarrasse pas de ce genre de règles, ou de convenance. On m’a toujours dit que j’étais au-dessus de tout ça, et on ne se refait pas. Et je trouve mes questions plutôt légitimes. N’importe quel autre sorcier aurait fui, ou aurait utilisé la magie contre moi – à part peut-être les Né-Moldus, dans le feu de l’action, mais je savais de source sûre qu’il ne l’était pas. J’essaye de le sonder, peut-être un peu plus brutalement que nécessaire, avec mes questions. Pourquoi est-ce que tu as plaqué Irina, hein ?


codage par LaxBilly.

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
How dare you ... ?!
Samedi 2 janvier 2022

« Qu’est-ce que tu veux, les Amerloques nous ont empêchés de vous civiliser ! » répliqua le jeune homme, toujours hilare. Josh pensa qu’il avait un bon sens de l’humour, et c’était plutôt un bon point. Parce que, s’il s’énervait rapidement, il était aussi capable de comprendre le second degré. « Moi, je suis japonais ! » précisa-t-il toutefois. Ouais, japonais ou chinois, quelle différence y avait-il ?! Mais il se garda cette réflexion pour lui car déjà le jeune homme se présentait.

« Horiuchi Daichi, pour te servir. » Ouah, il se croyait vraiment dans un film de capes et d’épées, par la barbe de Merlin ! En revanche, Josh n’était pas certain de bien retenir son prénom, ou son nom. Irina lui avait expliqué que là-bas, en Asie, ils inversaient les noms et prénoms, ou quelque chose dans ce goût-là. D’ailleurs, en pensant à Irina, Josh pensa avoir déjà entendu le nom du jeune homme, mais bon, si ça se trouve, c’était un nom (ou prénom) très répandu.

Après avoir nettoyé l’allée de leur sang puis leurs visages afin de se redonner figure humaine, Josh emmena l’asiatique au Chaudron Baveur. Ils avaient bien mérité un petit remontant ! Le Serpentard prit place sur un tabouret, s’interrogeant sur les connaissances du jeune homme avant de commander une Bieraubeurre. « Oh, je t’en prie, je suis pas si largué que tu veux le croire ! » riposta le jeune homme. « Un Whisky Pur Feu pour moi, s’il vous plait. Et de l’absinthe aussi, si vous en avez. » Josh ne cacha pas sa surprise. « Rien que ça ?! » se moqua-t-il. « Je comprends pourquoi tu es aussi dingue. Tu vis pas les choses à moitié, je me trompe ? » commenta-t-il en tambourinant de ses doigts sur le comptoir.

Malgré son petit air supérieur et le fait qu’il lui avait quand même défoncé la gueule, Josh l’aimait bien. Il avait … un petit côté amusant. « Alors, pourquoi t’étais tout seul ? » demanda-t-il. Josh était toujours aussi incapable de se souvenir de son prénom. « Euh, bah … J’ai pas pour habitude de me balader avec le reste de mon gang … ? » hasarda-t-il avec une moue amusée.

« Merci » dit Josh alors que le serveur leur ramenait leurs boissons. « Et pourquoi t’as pas transplané ? » Encore une fois, Josh hésita : « Euh … » « … ou utiliser ta baguette contre moi ? » Le Serpentard se massa la nuque, un peu décontenancé. « Bah, je … je sais pas trop … » Dis comme ça, c’est sûr que son attitude avait été stupide. Il haussa les épaules avant de boire une gorgée de sa Bieraubeurre. « Je suppose que j’ai toujours été plus à l’aise avec mes poings. » répondit-il, ne regardant même pas l’asiatique. « Mes parents étaient tous les deux sorciers, j’ai toujours été élevé avec la baguette, mais, j’ai toujours eu tendance à préférer cogner. » avoua-t-il. Il n’avait non plus jamais été bien scolaire pour apprendre tous les sorts utiles, ni un excellent duelliste. Quant au transplanage, il commençait tout juste l’apprentissage.

« Bon, Davies, tu viens d’où ? » demanda-t-il, hasardant un prénom au passage. « Tu connais les spécialités locales, tu parles plutôt bien anglais, mais je t’ai jamais croisé dans le coin. » Josh était plutôt curieux de savoir à qui il avait affaire. Après tout, ce n’était pas une rencontre banale. Il but une nouvelle gorgée de son verre. « Mahoutokoro tu dis ? Eh mais peut-être tu connais … Irina ? » demanda-t-il, curieux. Peut-être que c’était finalement l’occasion d’en apprendre plus sur la jeune femme. Elle avait toujours parlé librement de cette école, sans pour autant s’étendre sur le sujet. Et au cours de ses vacances où Josh avait pas mal pensé à leur relation, Mahoutokoro était souvent revenu comme l’une des principales questions. Après tout, il semblait que c’était là-bas qu’elle avait le plus changé.
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz

Daichi Horiuchi feat. Josh Bennett

How dare you... ?!

Je hausse les sourcils, un peu surpris. D’accord, je voulais impressionner le jeune homme, mais ce n’était pas une commande si énorme que le laissait supposer son ton. L’absinthe est certes un alcool fort, mais pas la Bièrraubeurre. Au final, je trouve que ça s’équilibre assez bien. Avec un petit sourire supérieur, je me tourne vers Bennett pendant que le serveur repartait avec notre commande.

« La vie est beaucoup trop courte si on ne la vis pas entièrement, hein ? Je ne pense pas qu’un gamin comme toi puisse comprendre, mais faire les choses à moitié… C’est de la lâcheté. Si tu es lâche, tu as peur. Si tu as peur, les autres peuvent prendre un avantage sur toi, car tu les laisse te marcher sur les pieds. Alors non, je ne vis pas les choses à moitié… et ça vaut aussi pour mes cuites ! » Concluais-je en entamant une des pintes de bières qu’on venait de nous amener.

Par-dessus le liquide ambré, je le scrute. Je crois bien qu’il commence vraiment à me plaire, ce petit gars. Il est peut-être un peu trop faible à mon goût, mais la vie à l’occidentale doit être facile, et ramollir les jeunes hommes comme lui. Je sais que je ne devrais pas faire des généralités sur l’Occident, mais… était-ce l’ivresse du combat ou la chaleur de la bière ? Je me sentais bien, bien mieux que depuis longtemps d’ailleurs. J’étais certes avec celui qui avait fait souffrir Irina, mais… Je ne peux pas m’empêcher de me sentir bien en sa compagnie. Il était marrant, il faut bien se l’avouer. Il accepte de me parler après que je l’ai remis à sa place, si ce n’est pas un signe, ça… !

« Euh, bah … J’ai pas pour habitude de me balader avec le reste de mon gang … ? »

Je hoche la tête. C’est vrai que les gang, les yakuza, ça ne court pas les rues par ici. C’est une énorme différence, qui ne manque jamais de m’étonner dès que je remets les pieds en Angleterre. Chez moi, tout le monde sait où et qui sont les yakuza. On nous respecte, on nous craints et même si ce que nous faisons est illégal, du moment qu’aucun civil n’est blessé, la police ne fait rien contre nous. Alors qu’ici, et en Amérique aussi, les gens comme moi se cachent, vivent dans le mensonge et la crainte d’une descente de police.

Je l’écoute répondre à mes questions, en me servant de l’absinthe. Elles semblent un peu le déstabiliser, mais pour moi elles ne sont que naturelles. Je suis habitué à être celui qui mène la danse, qui interroge.  Je repose la bouteille pour porter à mes lèvres le verre remplie à ras-bord, avant de tiquer quand Bennett prononce sa dernière phrase.

« Étaient ? Tu veux dire… que tu es orphelin ? »

Si tel est le cas, ça expliquerait la force des sentiments d’Irina pour lui, non ? Elle peut penser que, puisqu’ils sont dans la même situation familiale, le jeune homme peut la comprendre mieux que quiconque. Ce n’est pas si bête, comme raisonnement… et je n’en attendais pas moins de la jeune Anglaise.

« Bon, Davies, tu viens d’où ?  Tu connais les spécialités locales, tu parles plutôt bien anglais, mais je t’ai jamais croisé dans le coin. »  

Je me ressers un verre d’absinthe, sous le regard du jeune garçon que j’imagine être effaré. Et encore, il ne sait pas à quel point je tiens l’alcool. Avec un signe impérieux, je lui tends un deuxième verre, lui intimant de boire. Mon regard était très clair : si tu ne bois pas, tu sais à quoi t’attendre…

« Da-I-Chi » épelais-je  en détachant bien les syllabes pour qu’il comprenne et se souvienne. « Je te l’ai dit, je suis japonais. Je suis ici pour… affaires commerciales, on va dire. Je voyage souvent. Et pour l’anglais, tu crois quoi ? Qu’on n’a pas de cours de langues à Mahoutokoro ? »

Je croise les bras, un peu exaspéré. Les autres écoles nous désigne toujours comme le milieu le plus propice pour apprendre le Quidditch, mais elles oublient de mentionner nos autres enseignements. Comme si ce sport était tout ce qui comptait, tout ce qui faisait notre identité !

« Mahoutokoro tu dis ? Eh mais peut-être tu connais … Irina ? »  

Enfin. La question que j’attendais. Je me penche sur la table, en lui demandant de faire de même d’un signe de doigt. Comme si je lui faisais une confidence spéciale. Il a sûrement dû entendre parler de moi par Irina, mais quant à savoir ce qu’elle lui as dit sur mon compte… Pas grand-chose, à mon avis, vu qu’elle lui a même caché sa situation familiale. Mais elle a dû au moins lui parler du Bunka Bu. Elle n’a pas pût lui cacher cela.

« Bien sûr que je connais Ira-chan. On faisait parti du même club, à Mahoutokoro. C’est triste qu’elle soit partie, d’ailleurs, tout le monde s’entendait bien avec elle... » Je pouffe, en repensant aux baffes qu’elle collait parfois à Ryu quant il l’embêtait trop. C’était le bon temps… « Et, pour tout t’avouer, c’était ma première Anglaise. » Je me redresse sur ma chaise. L’alcool rend les confidences plus faciles, et il m’aide aussi à raviver mes souvenirs de cette année scolaires. « Au début, on dirait pas qu’elle sait y faire. Elle était si timide… Mais en vrai, je te le dis, elle doit tenir ça de sa famille. J’ai rarement vu une fille aussi déterminée qu’elle ! »



codage par LaxBilly.

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
How dare you ... ?!
Samedi 2 janvier 2022

Josh tiqua légèrement lorsque le japonais l’appela le « gamin » mais il se retint de dire quelque chose. Non … disons qu’il allait essayer de voir s’il continuait à se la péter un peu trop, auquel cas Josh se plairait de remettre les pendules à l’heure. Il n’était certainement pas un gamin et ce n’était pas un asiat’ comme lui qui allait lui apprendre la vie.

« Etaient ? Tu veux dire … que tu es orphelin ? » Josh ferma les yeux un instant, se sentant bête soudainement. Depuis le début de la conversation, il avait l’impression de se marcher sur les pieds en répondant au jeune homme alors, au final, il commençait à comprendre pourquoi il l’appelait le gamin. « Non, enfin si, mais pas vraiment. » Il secoua la tête et rouvrit les yeux pour les tourner vers le japonais. « Ma mère est morte et mon père … il l’a longtemps été à mes yeux. Je recommence seulement à lui reparler et à lui accorder une 2ème chance. » Il ignorait pourquoi il se confiait autant. Il avait fallu des semaines avant qu’il en parle à Jillian, et là, en une boisson, il confiait toute une partie de sa vie au jeune homme qui l’avait tabassé sans remord dans la rue. C’était … étrange.

Autant essayer de lui retourner quelques questions maintenant, afin d’en apprendre plus sur lui. Il était tout de même un personnage assez curieux dans son genre. Le jeune homme, pendant ce temps, se resservait de l’absinthe dans son Whisky Pur Feu. Josh ne masquait son étonnement … jusqu’à le jeune homme lui serve un verre et l’encourage à boire. « Non, sans façon ! » dit-il en agitant les mains devant lui. Mais le regard du japonais le dissuada soudainement de refuser encore une fois. Josh but une gorgée et eut soudain la gorge en feu. Ce souvenir lui rappela quand Dmitry lui avait servi un verre de vodka pur. Cette fois-ci, cela lui semblait bien plus fort. Il essaya d’avoir bonne figure mais il consentit à attendre un peu avant de reprendre une gorgée.

« Da-I-Chi ! » précisa le jeune homme. « Oui, Daichi, ok. » s’obligea à mémoriser Josh en répétant le nom dans sa tête, comme un attardé. « Je te l’ai dit, je suis japonais. Je suis ici pour… affaires commerciales, on va dire. » Josh haussa les sourcils. Affaires ? Il était donc plus vieux qu’il ne le pensait. Josh pensait qu’il était encore en âge d’aller en cours. « Je voyage souvent. Et pour l’anglais, tu crois quoi ? Qu’on n’a pas de cours de langues à Mahoutokoro ? » Le regard de Josh s’éclaira. Oh mais s’il venait de l’école japonaise, alors il pouvait connaître Irina !

Soudainement, Da-I-Chi se pencha par-dessus le comptoir, comme s’apprêtant à lui confier un secret de la plus haute importance. Oh bon sang, Josh venait-il de se faire embarquer malgré lui dans la mafia japonaise ? Il glissa un coup d’œil vers le verre que Da-I-Chi lui avait fait goûter et soupçonna que son cerveau était déjà en train de tourner au ralenti à cause de ce truc. Déjà qu’il n’était pas bien rapide …

« Bien sûr que je connais Ira-chan. On faisait parti du même club, à Mahoutokoro. C’est triste qu’elle soit partie, d’ailleurs, tout le monde s’entendait bien avec elle... » Josh sourit, rassuré d’entendre ça, bien que la façon dont il appelait Irina était étrange. Était-ce son équivalant japonais ?

« Et, pour tout t’avouer, c’était ma première Anglaise. » Josh cligna plusieurs fois des yeux. Sa … sa première anglaise ? Il se redressa en même temps que le japonais, un peu décontenancé. Donc … Da … enfin Da-machin-truc était un ex à Irina ?! Josh fronça les sourcils. « Au début, on dirait pas qu’elle sait y faire. Elle était si timide… Mais en vrai, je te le dis, elle doit tenir ça de sa famille. J’ai rarement vu une fille aussi déterminée qu’elle ! » Josh attrapa soudainement le verre et en vida une plus longue gorgée, reposant un peu brutalement le verre sur la table.

Daichi riait de voir qu’il prenait finalement plaisir à cet alcool. Josh tourna lentement la tête vers lui, un regard presque mauvais soudainement. « Alors … c’est à cause de toi ? C’est à cause de toi si Irina a tellement changé ? » demanda-t-il. Il coupa même la parole au japonais qui lui répondait. « Non, j’veux dire, Irina est une chouette fille, vraiment chouette. Même trop chouette. Parce que je pensais qu’elle était trop bien pour moi mais … il y a l’air de s’être passé tellement de choses à Mahoutokoro, des choses dont elle refuse de me parler … Tu vois, j’étais même pas au courant qu’il y avait eu un truc entre vous ! » dit-il d’un ton un peu dédaigneux, le dos voûté sur le verre qu’il n’avait pas encore terminé. « Je veux … je veux que tu me dises tout ce que tu sais sur elle. J’ai besoin de la connaître mieux. J’ai besoin de comprendre. »

Comprendre quoi ? Josh se pencha par-dessus le comptoir, imitant à nouveau Daichi tout à l’heure. « Comprendre pourquoi elle a tiré sur un homme sans sourciller. »
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz


How dare you ... ?!Samedi 2 janvier 2022Peut-être est-ce parce que les brumes de l’alcool ont déjà envahis mon cerveau, mais je ne comprends pas très bien l’histoire du jeune homme et de ses parents. Je lui tapote l’épaule, comme pour le réconforter. « Mec, je suis d’avis que la famille, c’est sacré. Faut toujours laisser une deuxième, troisième, voir quatrième chance. » Et je ponctue ma tirade en avalant cul sec le reste de mon verre.

Moi-même, n’ai-je pas donner plusieurs secondes chances aux différents membres de ma famille. A mon père, en choisissant de le respecter et de l’aimer malgré son éducation si dur, à mon oncle qui avait abandonné son bébé pour le faire adopter sans vraiment se renseigner sur ce qu’il devenait, et à ma cousine, aussi. Miki. J’aurais pût ne pas la prendre sous mon aile, ne pas la protéger, et nos vies en auraient été assurément beaucoup moins complexes. Mais la famille, c’est sacré, même pour une petite cousine bâtarde. Que voulez-vous, je suis une personne bien trop droite dans mes idéaux pour ma propre sérénité. Mais, depuis ma discussion avec Dylan, ma décision était prise. Il fallait que Miki connaisse d’où elle venait, et quel était son héritage. Je n’avais pas le droit de lui cacher cela indéfiniment.

Tout allait bien, entre  le jeune homme et moi, avant que je lui fasse mes petites révélations sur Irina. C’était comme si une bombe venait d’exploser. Moi, responsable ? Qu’il se tourne plus vers sa famille, oui ! Ce n’est pas ma faute si elle a une hérédité plutôt chargé question illégalité, pouvoir et argent. Je me suis juste proposé de l’entraîner – oh, et si peu ! - à Mahoutokoro.

« Je ne sais pas, tu entends quoi par changer ? » Je ne sais pas s’il a conscience que je ne connais Irina que depuis six mois – enfin, un peu plus maintenant. Je n’ai pas de référence à ce qu’elle était avant, à part les quelques échos dont j’ai eu le droit : une petite fille, orpheline, un peu timide. Et c’est tout. « Tu sais, Bennett, je t’aime bien au final. T’es cool, et tu me regardes ni de haut, ni de bas, comme les autres. J’veux pas me battre avec toi à cause d’Irina, tout compte fait. » J’essaye de rassembler mes pensées, exercice plutôt ardu vu mon état d’ébriété avancée. Ce qui me console, d’un côté, c’est que Josh est pire que moi actuellement.

« T’as bien raison de dire qu’Irina est une chouette fille. Mais sa situation familiale est assez complexe, comme tu le sais sûrement. Ah, ça doit pas être facile d’être adoptée par son oncle maternel... » Dans mon cas, si mon oncle m’avait adopté, ça aurait arrangé bien des choses au niveau de la succession. J’aurai été le seul héritier légitime. Malheureusement, je suis toujours le quatrième enfant de mon père, sans aucun espoir quant à la succession du clan. Dommage.  « Tout ce que je peux te dire, c’est qu’Irina est entré dans mon club, à Mahoutokoro, comme son cousin et sa cousine avant elle. Et ça va pas te faire très plaisir, mais c’est un club où on se bat avec d’autres élèves. Une sorte de mini-gang, en quelque sortes... »

Je prends la bouteille – autant faire les choses jusqu’au bout ! - pour boire un coup. Je n’ai jamais été à mon aise quand je devais faire de long discours, ou quand je devais parler trop longtemps. Mais le jeune homme a quand même le droit de savoir ce qui c’était passé au Japon, non ? Surtout si il ne comprenait pas encore toute les particularités de la maison des Romanov...

« Je suis un enfant de yakuza, de mafieux quoi. Et il y a trois clubs à Mahoutokoro qui reprennent les codes des yakuza. Bref. » Je balaye l’air de la main, comme si je disais que ce n’était pas bien important. « Donc, oui, j’ai appris à Irina à se battre, et on s’est même battu ensemble. Je te rassure, elle m’en a collé des belles ! Mais tu sais, le combat, c’est dans la famille. Son frère aîné travaillait dans un Fight Club, avant. » Je lui tapote l’épaule, pour lui montrer que je comprenais : ce n’est pas toujours facile de faire face au passé d’une personne aussi proche de soit qu’une petite amie. « Mais ce n’est pas ma faute si elle a tiré sur ce mec. Ça, c’est quelque chose qui relève de la sphère familiale, et je m’en lave les mains. Faire affaire avec les Romanov, pourquoi pas, mais hausser la voix contre eux… Je ne suis pas suicidaire. »

Toutes ses révélations me donnèrent assez chaud pour que je remontes mes manches. Un geste machinal, innocent même, mais qui montrait bien à quel point j’avais bût. Au Japon, jamais, au grand jamais je n’aurais remonter ainsi mes manches, qui recouvrent mon tatouage, aussi impunément. C’était un geste qui pouvait me faire expulser des lieux publics, car je montre ainsi explicitement mon appartenance à un clan de yakuza. Mais, heureusement pour moi, en Angleterre, on ne trouve mon tatouage ni menaçant ou de mauvais goût, mais juste beau.  

« Tu vois ça ? » Fis-je au jeune homme après avoir capté son regard un peu insistant. « Ce tatouage montre mon appartenance à une bande de mafieux. Quoi que je fasse, où que j’aille, je serais toujours un yakuza… et ce, depuis mes dix-sept ans. » Je lui fais un petit clin d’œil, pour détendre l’atmosphère. On a l’impression que je me plains, mais si c’était à refaire, je ne changerai pas d’avis. Je ne regrette pas ce tatouage, car le regretter serait comme faire une croix sur tout un pan de ma vie, de mon enfance.

Tatouage :
How dare you ...?! Koi_vis_tattoo
How dare you ...?! Carpe-koi-1-600x600


« Maintenant que j’y pense, c’est un peu pareil pour Irina je pense. Elle doit se dire que, quoi qu’elle fasse et où qu’elle aille, elle portera les fautes de ses parents sur ses épaules. Je n’en sais pas plus. » Fis-je en coupant court à ses futures interrogations. « Sous sa carapace, elle est vraiment fragile. Fais bien attention à elle, d’accord ? » Contrairement à Dmitry, je pense que Bennett peut vraiment aider la jeune fille à être en accord avec son passé, ses parents. Cela dure depuis bien trop longtemps, la plaie doit se fermer.
© Justayne

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
How dare you ... ?!
Samedi 2 janvier 2022

Daichi fronça les sourcils. « Je ne sais pas, tu entends quoi par changer ? » Josh secoua la tête, un peu trop longtemps de s’il avait été sobre. « J’sais pas, tu vois … Elle était … elle était chiante, bordel, qu’est-ce qu’elle était chiante ! » Il eut un petit rire en se remémorant des souvenirs. « Elle me reprenait souvent parce que je faisais perdre des points à la maison, parce que je faisais trop le con, parce que j’étais immature et bête. On se disputait tout le temps … Et puis … un soir, on a eu un ennemi commun. » Josh regardait droit devant lui, se balançant légèrement. « Elle était forte, elle voulait être forte. Elle voulait se battre. Et puis elle m’a regardé comme elle l’avait jamais fait avant. »

Il se tourna vers Daichi. « Elle était sincère et elle … elle me trouvait cool je crois. Elle disait qu’elle m’avait mal jugé tout compte fait. » Josh sourit. « Je crois que moi aussi. » Il marqua une pause, un peu pensif avant de reprendre : « Et puis bon, après je suis tombé dans le coma et je ne l’ai revu qu’à mon réveil. Adieu la petite fille timide et intello, j’avais face à moi une Irina déterminée et … combative. »

L’asiatique qui l’écoutait se confier depuis tout à l’heure en silence déclara alors : « Tu sais, Bennett, je t’aime bien au final. T’es cool, et tu me regardes ni de haut, ni de bas, comme les autres. J’veux pas me battre avec toi à cause d’Irina, tout compte fait. » Josh haussa un sourcil. « Ah oui ? » L’alcool aidait vraiment beaucoup. Le Serpentard se sentait plus mélancolique, plutôt qu’une envie de se battre.

« T’as bien raison de dire qu’Irina est une chouette fille. » poursuivit Daichi. « Mais sa situation familiale est assez complexe, comme tu le sais sûrement. Ah, ça doit pas être facile d’être adoptée par son oncle maternel... » Josh fronça les sourcils. « Son oncle maternel ? » répéta-t-il. Sa voix était légèrement faible et il tanguait d’un côté comme de l’autre. Le jeune homme ne tenait pas vraiment l’alcool.

« Tout ce que je peux te dire, c’est qu’Irina est entré dans mon club, à Mahoutokoro, comme son cousin et sa cousine avant elle. Et ça va pas te faire très plaisir, mais c’est un club où on se bat avec d’autres élèves. Une sorte de mini-gang, en quelque sortes... » Josh écarquilla les yeux. « Irina ? Dans un gang ? » Il ricana, sincèrement surpris, y croyant à peine. Remarquez, ça pouvait expliquer pourquoi elle se sentait plus … libérée, prête à se battre ?

« Je suis un enfant de yakuza, de mafieux quoi. » Josh hocha lentement la tête, comme prenant le temps d’ingérer cette nouvelle. S’il avait été plus sobre, il aurait surement paniqué, mais pour le moment, cette nouvelle était très intéressante. « Et il y a trois clubs à Mahoutokoro qui reprennent les codes des yakuza. Bref. Donc, oui, j’ai appris à Irina à se battre, et on s’est même battu ensemble. Je te rassure, elle m’en a collé des belles ! Mais tu sais, le combat, c’est dans la famille. Son frère aîné travaillait dans un Fight Club, avant. » Josh avait du mal à comprendre tout ce qu’on lui disait. « Nikolaï ? Dans un Fight Club ? » Alors … le Serpentard repensait à ces fois-là où Irina avait mentionné sa famille, sa famille retrouvée, sa famille adoptive, ses parents biologiques qui n’étaient pas faciles à assumer. Elle avait donc ça dans le sang ?

Josh sentit Daichi lui tapoter l’épaule, compatissant. « Mais ce n’est pas ma faute si elle a tiré sur ce mec. » ajouta-t-il toutefois. « Ça, c’est quelque chose qui relève de la sphère familiale, et je m’en lave les mains. Faire affaire avec les Romanov, pourquoi pas, mais hausser la voix contre eux… Je ne suis pas suicidaire. » Josh papillonna quelques instants des yeux, prenant le temps de réfléchir. « Les Romanov … ce sont des mafieux eux aussi ? » demanda-t-il.

L’asiatique releva les manches de son pull et désigna un tatouage à Josh. On aurait dit une sorte de poissons. Un beau poisson, très très beau, très coloré aussi. Josh pencha la tête alors que Daichi lui expliquait que ce tatouage montrait son appartenance à une bande de mafieux. Josh siffla d’admiration alors que l’asiatique venait de lui commander une limonade.

« Maintenant que j’y pense, c’est un peu pareil pour Irina je pense. » Le serveur vint poser un verre devant Josh qui chopa la paille avec un peu de difficultés grâce à sa bouche. « Ah oui ? » « Elle doit se dire que, quoi qu’elle fasse et où qu’elle aille, elle portera les fautes de ses parents sur ses épaules. Je n’en sais pas plus. » Josh poussa un long soupir comme un peu abattu. « Tu les as connu, toi, ses parents ? » demanda-t-il, un peu rêveur. « Sous sa carapace, elle est vraiment fragile. Fais bien attention à elle, d’accord ? » Josh hocha la tête comme si on venait de lui confier une mission capitale. « Aucun souci, mon capitaine ! » dit-il avec un geste un peu étrange qui ne ressemblait pas vraiment au salut des militaires. Daichi se mit à rire et lui servit un peu de sa bouteille dans son verre de limonade. Josh se mit à rire avant de pousser un nouveau sifflement. Les deux jeunes hommes trinquèrent alors en chœur, l’un avec la bouteille, l’autre avec son verre. « A Irina ! » dirent-ils avant de boire une longue gorgée.

○○○

« Ouaaaah ! Le plafond est magnifique ! » Josh se laissa tomber sur le lit de Daichi, une main sur son ventre. Daichi ricanait un peu plus loin. Il essayait de viser le trou des toilettes pour pisser mais rencontrait quelques difficultés. Lui aussi sentait désormais les effets de l’alcool mais il tenait mieux l’alcool que Josh, c’était certain. « C’est là que tu vis ? » demanda le Serpentard en se redressant. « Et t’en as d’autres, des poissons, sur ton corps ? Et et et, tu crois que je pourrais en avoir un moi aussi ? » Il retroussa ses manches et ricana. « J’suis sûr que ça ferait bon effet à Poudlard. Et si ça s’trouve, ça plaira à Irina. Tu crois qu’Irina aime les tatouages ? » Il se laissa retomber sur son lit en gémissant. « Han, j’ai tout gâché avec elle. »

Il sentit le matelas bouger quand Daichi tomba lui aussi lourdement. « T’as déjà connu une fille, Daichi ? tu sais, ce genre de filles qui … quand tu la regardes, tu te dis qu’elle est trop bien pour toi. Ce genre de filles pour qui tu serais prêt à tout, même à partir à l’autre bout du monde pour aller la chercher. Ce genre de filles … bordel j’ai envie de pisser ! » Josh se releva péniblement. « Où c’qu’ils sont tes toilettes, mon capitaine ? » demanda-t-il en tanguant toujours difficilement. Il ricana quand il manqua de trébucher sur une valise. « Ouh loulou ! c’est pas bien rangé par ici. Mon père, y’serait là, y’dirait : « Josh, range ta chambre parce que … parce que sinon, pas de cadeaux pour Noël ! » Eheh, et moi j’répondrai : « Tant pis, je suis un mafieux et je m’en fooooous ! » Oh tiens j’ai trouvé les toilettes ! »
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
[q

How dare you ... ?!Samedi 2 janvier 2022J’écoutais le jeune homme, en essayant de ne pas m’endormir. Pas que le récit de l’évolution de sa relation avec Ira-chan, mais l’alcool, ça m’a toujours fait pioncer. Un truc d’asiatique – et c’est même pas raciste, en plus ! Et puis, pour être tout à fait honnête, je n’arrive pas à penser à la jeune anglaise comme quelqu’un de chiant. Timide, réservée à la limite ? Enfin, après, je ne l’ai pas connu quand elle avait onze ou douze ans, ça doit aussi beaucoup jouer. Sur la fin du monologue de Bennett, je connaissais l’histoire. Irina me l’avait raconté, dans les grandes lignes. Le coma, son échange scolaire, le réveil de Bennett. Un vrai conte de fée… « Tu sais, elle est partie au Japon un peu à cause de toi. Parce que t’étais plus là. Elle pouvait pas supporter, alors elle est partie. Sinon, jamais elle n’aurait accepter cet échange. » Je siffle la fin de mon verre, sans croiser le regard du jeune homme. Bon, je viens de dévoiler le secret d’Irina, mais comme on est tout les deux bourrés, est-ce que ça compte vraiment ?

« Irina ? Dans un gang ? » Je hoche la tête en ne faisant pas attention à l’autre. Bennett peut rigoler autant qu’il veut, mais c’est comme ça que ça fonctionne à Mahoutokoro. Et tant pis s’il trouve l’idée risible. Après tout, qui est-il pour me juger ? Je hoche une nouvelle fois la tête quant il parle de Nikolaï. Par tous les sorciers, on dirait un perroquet. « Mais dis-moi, Bennett, est-ce que tu connais vraiment la vie de la famille de ta copine ? » Je lui demande sur un ton assez incisif. « Tu leur à poser des questions, au moins ? » Je pense que je ne devrai pas être aussi méchant avec lui. Voir une jeune fille tirer sur quelqu’un d’autre, ça doit causer un certain choc chez les personnes normales. Mais bon, je n’y peux rien : le voir aller de surprise en surprise avec mes révélations est beaucoup trop drôle.

« Les Romanov … ce sont des mafieux eux aussi ? »  Je pose mon verre, songeur. Les Romanov… il y en a tellement, de toutes façons, que résumer simplement est à la limite du possible. « Vaste question… Tu sais, Irina a une vingtaine de cousins germains, alors je te laisses imaginer à quel point cette famille est étendue. » Sincèrement, on leur avait jamais parlé de contraception ? La jeune fille nous avait une fois que, la moyenne des enfants étaient de quatre par couple. « Mafieux, pour une petite part. Je crois que la mère d’Irina est la fille d’un mafieux italien. Sa mère adoptive, hein. » Je passe une main dans les cheveux, pour essayer de ressembler ce que je sais sur la famille Russe. « La branche au Japon est sûrement liés au Yakuza, d’ailleurs. Sinon… Politiciens, ou gros industriel. Voir les deux en même temps. Le grand-père a longtemps occupé un poste prestigieux au Ministère Russe, ça te donne une vague idée... »

« Tu les as connu, toi, ses parents ? » Je ne m’attendais pas vraiment à cette question. Ma parole, il fait vraiment une fixette sur eux ! Pourquoi il ne pose pas ces questions à Nikolaï, ou à Irina, plutôt ? Je fronces les sourcils un instant. C’est un peu compromis pour Irina, vu qu’ils se sont disputés… mais avec son frère aîné, tout baigne, non ? « Non. Je ne sais pas grand-chose d’eux. Juste que le père est mort quelques années après son abandon, et que sa mère est décédé l’année dernière. Ou il y a deux ans. » A vrai dire, je m’en foutais un peu de qui ils étaient. Savoir qu’Irina avait été abandonné bébé par eux était, à mes yeux, une raison on ne peut plus valable pour qu’elle soit très discrète à ce sujet. Heureusement, Bennett arrête un peu avec toute ses questions. Et j’arrive à lui extorquer la promesse qu’il fera attention à mon amie – enfin ! C’était ce que j’attendais. « A Irina ! »

***

Je ne peux pas m’empêcher de rire en voyant les réactions de Bennett. D’une part parce qu’on a tout les deux bien trop bût pour arriver à marcher droit, et de l’autre car l’étonnement du jeune homme, son ébahissement naïf, est tordant. « Je ne vis pas là, les dieux m’en gardent ! Mais c’est une suite que je prends souvent. C’est pas comme si je manquais d’argent ! » Rajoutais-je, hilare. J’avais abandonné l’idée de me montrer sous mon meilleur jour, avec lui. De toute façons, je ne suis pas sûr qu’il se souvienne de cette soirée avec tout ce qu’il a ingurgité… Ni des petits problèmes que j’avais rencontré aux toilettes.

« Et t’en as d’autres, des poissons, sur ton corps ? Et et et, tu crois que je pourrais en avoir un moi aussi ? » Je ricane, un peu grassement, en le voyant retrousser ses manches. Pendant un instant, j’eus envie de lui répondre, de lui expliquer que je souhaitai un autre mais… Bah. Ce n’était pas le genre de soirée prise de tête. De plus, il semblait bien parti sur sa lancée.  « J’suis sûr que ça ferait bon effet à Poudlard. Et si ça s’trouve, ça plaira à Irina. Tu crois qu’Irina aime les tatouages ? » Je hausse les épaules. Je savais au fond de moi qu’il n’était pas du tout prêt à se faire faire un tatouage traditionnel, mais l’imaginer hurler de douleur me faisait bien rire. Autant ne rien dire, qui sait ? « T’as qu’à demander à Irina, écoute, moi j’me fous un peu de ses goûts, c’est pas moi qui suis amoureux d’elle. » De toutes façon, Irina était… trop petite, trop gentille aussi pour moi.

« Han, j’ai tout gâché avec elle. » Ah, merde, c’est ma faute si il déprime ? « Je… je suis sûr que ça ira mieux, non ? » En fait, je n’en était absolument pas certain. Irina a la rancune extrêmement tenace ! « T’as déjà connu une fille, Daichi ? » Un sourire un peu graveleux étire les coins de mes lèvres. Si seulement il savait… Mais, malheureusement, Bennett ne parle pas de ce genre de fille. « Tu sais, ce genre de filles qui … quand tu la regardes, tu te dis qu’elle est trop bien pour toi. Ce genre de filles pour qui tu serais prêt à tout, même à partir à l’autre bout du monde pour aller la chercher. Ce genre de filles … bordel j’ai envie de pisser ! Où c’qu’ils sont tes toilettes, mon capitaine ? » Et le jeune homme me planta là, sans aucune cérémonie. « Deuxième porte à droite ! » Je lance d’un ton morose. La description qu’il venait de faire, c’est exactement ce que je ressentais pour Miki. Une fille bien, beaucoup trop bien pour faire partie de ma famille. Pour me considérer comme autre chose que son chef. Pour me considérer comme son cousin, quelqu’un sur qui elle peut compter. Je poussai un énorme soupir, mélancolique. C’était comme si toute l’ivresse était parti d’un coup, évaporée. Mon téléphone portable affiche 3 heure… C’était le matin, au Japon. Qu’est-ce qu’elle faisait ? Est-ce qu’elle retourné chez sa famille, pour les vacances ?

« Ouh loulou ! c’est pas bien rangé par ici. Mon père, y’serait là, y’dirait : « Josh, range ta chambre parce que … parce que sinon, pas de cadeaux pour Noël ! » Eheh, et moi j’répondrai : « Tant pis, je suis un mafieux et je m’en fooooous ! » Oh tiens j’ai trouvé les toilettes ! » J’avais à peine prêter attention au bavardage du jeune homme. C’était le type de personne que l’alcool rend loquace, sûrement. Ma chambre n’était pas si mal rangée, quand on la connaissait un peu, mais bon… Je m’adossa à la porte des toilettes. C’est plus facile de faire des confidences à un mec bourré. Et à travers une porte. « Ce genre de fille, que tu as décrit… En fait, j’en connais une. Un vrai petit rayon de soleil, intelligente, gentille avec tous, et attachante. J’ai fait, je fais encore des trucs ouf, pour elle, sans qu’elle s’en rendes compte... » Je me laisse glisser lentement sur le sol, mon portable toujours dans ma main. Miki, il va vraiment falloir que tu sois forte à la rentrée. « Va pas t’imagine des trucs, Bennett ! C’est pas comme toi et Irina. Pas d’amour, juste… Miki est comme ça. C’est la personne que je veux protéger, coûte que coûte. » Pourquoi les mots sortent-ils si facilement pour un mec que je viens de dérouiller, mais ce bloque dans ma gorge quand je suis en face d’elle ? « C’est une vrai histoire d’amitié, entre nous. Je la connais depuis qu’elle a sept ans, quand elle était haute comme trois pommes ! Elle est devenue très amie avec Irina, même si Miki n’a que onze ans… Je sais qu’elles s’écrivent beaucoup, toutes les deux. » Miki. Ma toute petite cousine pour qui je serais capable de décrocher la lune.
:copyright: Justayne

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
How dare you ... ?!
Samedi 2 janvier 2022

Josh avait du mal à viser. D’habitude, il était champion. Il faisait même des prouesses. Mais là, il ne savait pas pourquoi, la cuvette n’arrêtait pas de tanguer de gauche à droite. « Ah bah c’est pas évident tu sais ! J’sais pas, mais ta cuvette doit être un peu trop enchantée si tu veux mon avis. Elle danse avec moi ! » se moquait-il.

Il entendit quelqu’un se caler contre la porte à moitié fermée des toilettes. « Ce genre de fille, que tu as décrit… En fait, j’en connais une. » raconta Daïchi. « Ah ouais ? » « Un vrai petit rayon de soleil, intelligente, gentille avec tous, et attachante. J’ai fait, je fais encore des trucs ouf, pour elle, sans qu’elle s’en rende compte... » Josh posa une main sur le mur, sentant que le sol se dérobait presque sous ses pieds. « Eheh … J’savais qu’il y en avait une ! »

« Va pas t’imaginer des trucs, Bennett ! C’est pas comme toi et Irina. Pas d’amour, juste… Miki est comme ça. C’est la personne que je veux protéger, coûte que coûte. » Bon, il était temps de ranger son engin. Mais c’était pas si évident que ça, vous savez. Il fallait croire que tout se dédoublait ici. « T’as un appartement magique Daïchi ! » disait-il.

« C’est une vraie histoire d’amitié, entre nous. » poursuivait l’asiatique de l’autre côté de la porte. « Je la connais depuis qu’elle a sept ans, quand elle était haute comme trois pommes ! Elle est devenue très amie avec Irina, même si Miki n’a que onze ans… Je sais qu’elles s’écrivent beaucoup, toutes les deux. » Miki, Miki … Déjà que Josh ne retenait pas grand-chose des bavardages de sa petite-amie ou plutôt ex petite-amie, il ne savait plus trop, bref, déjà qu’il ne retenait pas grand-chose, alors là, le nom lui échappait encore plus. « Oops ! » Daïchi ouvrit la porte sans ménagement, voulant savoir ce que faisait son invité. Josh tanguait toujours, à peu près rhabillé, mais il avait décroché un tableau. « J’ai cru qu’il allait me tomber dessus, alors j’ai préféré le poser. » se justifia-t-il. L’asiatique secoua la tête mais l’aida à reposer la peinture au sol, l’enjoignant ensuite à sortir pour éviter de faire plus de dégâts.

Josh retrouva avec l’aide de son nouvel ami le lit et s’étendit de tout son long. « Et bah … Miki doit avoir de la chance d’avoir un mec comme toi. » conclut-il avant de se redresser. « Tu veux pas me faire un tatouage ? » Daïchi haussa les sourcils mais déjà Josh se mettait – difficilement – à genoux pour le supplier. « S’te plait, s’te plait, s’te plait ! Irina sera tellement fière … » L’asiatique secoua la tête mais il ne disait pas non. Alors Josh en profita pour insister davantage : « S’te plait, je sais déjà où je le veux ! » Daïchi rendit rapidement les armes et …

○○○

« Oh bon sang … » Voix faiblarde, Josh papillonna des yeux. Il avait bavé. C’était assez dégueulasse. Mais le pire, c’était qu’il dormait par terre. Où ça d’ailleurs ? Oh bon sang. Il avait envie de pisser. Il se redressa et découvrit un lit à côté de lui. Ah, il avait du tomber. Mais soudain, il se sentit très nauséeux. « Oh merde ! » eut-il juste le temps de dire avant de se relever d’un bond, chancelant, pour trouver la pièce qui contenait les toilettes. Et ce fut juste à temps !

Cinq bonnes minutes plus tard, Josh revenait dans la chambre. Daïchi était couché en travers du lit, prenant toute la place. C’était sans doute lui qui l’avait poussé … Josh renifla. Il avait mal à la tête et se sentait sale. Il se planta face au lit, observant l’asiatique. Manifestement, il ne dormait pas car il se moquait déjà de la tronche de Josh. « Tu … tu m’as forcé à boire. » Faux, Bennett. Tu l’avais fait tout seul. « Han … » soupira-t-il en venant s’asseoir sur le lit, se tenant la tête. « Qu’est-ce qui s’est passé ? » soupira-t-il. « On était en train de discuter au Chaudron, et puis, on a … on est monté ici. On a discuté et … » Ses yeux s’écarquillèrent d’horreur alors qu’il retirait son tee-shirt et qu’il s’approchait de la glace positionnée en face du lit. « Meeeeerde ! Mais … bon sang, c’est quoi ça ?! » s’écria-t-il.

Un tatouage japonais était dessiné sur son épaule droite. Daïchi se levait déjà pour lui expliquer qu’il avait écrit le prénom d’Irina, comme il le voulait … « Comme je le voulais ?! » répéta lentement Josh. « Mon père va me tuer … » Il leva les yeux au ciel avant de se souvenir. « Merde, mon père ! » Rapidement, il retourna à ses affaires pour récupérer son téléphone. Il avait 6 appels manqués. 5 étaient de son père, l’autre d’Alex. Putain, il avait même appelé Alex. « Faut que je le rappelle … » soupira-t-il.
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz


How dare you ... ?!Samedi 2 janvier 2022
La voix de Josh s’était tue, brutalement, depuis un petit moment déjà. Oh, me dites pas que… Je pris sur moi pour ouvrir la porte, me préparant à devoir relever un mec torché qui s’est écroulé sur le trône. Un tel désastre mériterait sans doute bien une petite photo-souvenir, si je n’étais pas aussi dépité de la situation. « Oops ! » Bon, c’était pas aussi terrible que ce que j’avais put imaginer. Il avait juste décrocher un tableau qui faisait parti de la décoration de la chambre. « Ouais, bien sûr, et  c’est absolument pas parce que tu ne tiens pas l’alcool... » Je l’aide à déposer le tableau sur le sol, en prévoyant de remettre la pièce en ordre dès que Josh sera reparti chez lui. Mais à quoi je pensais en l’invitant ici ? Ce n’était qu’un gamin, et il se conduisait comme tel. Surtout avec une dose massive d’alcool dans le sang, apparemment !

« Et bah … Miki doit avoir de la chance d’avoir un mec comme toi. » « T’es vraiment un imbécile, Bennett ! » Je lui donne un petit coup sur la tête, avec un grand sourire. Pourquoi est-ce qu’Irina était tombé amoureuse d’un tel benêt ? « Tu comprends vraiment rien à rien, hein ? Miki, c’est ma petite cousine ! » Je secoue la tête en le regardant d’un air dépité. Déjà que ce n’était pas une lumière lors de notre rencontre, là Josh à l’air carrément au fond du trou. C’est à me demander pourquoi je m’encombre d’un tel guignol, tiens ! « Tu veux pas me faire un tatouage ? » Je hausse un sourcil, mon regard plein de jugement. Est-ce qu’il était sérieux, là ? Il était même en train de s’agenouiller devant moi pour me supplier. C’est bien la première fois que ça m’arrive. Normalement, on se mettait à genoux devant moi pour me montrer son respect, et on implorait ma pitié que lorsque j’avais trop frappé. Je secoua de nouveau la tête, vaguement amusé. Après tout, ce n’était pas ma faute si Josh était aussi… lui-même, n’est-ce pas ?

Sans rien dire, je fais signe au jeune homme de s’asseoir sur mon lit. Je n’étais pas prêt – et je n’avais surtout pas les compétences – pour lui faire un tatouage dans les règles de l’art. Mais un tatouage tracé avec ma baguette, ça je pouvais. Bien sûr, il serait indélébile, mais ce n’était qu’un détail… Je pris fermement le bras que me tendait Josh, pour commencer à tracer les signes qui composait le prénom de son ex – c’était son choix, après tout, non ? Je ris un peu en apposant les derniers signes, dans un encart rouge, sur le bras du jeune homme qui a l'air de s'endormir. Je venais de signer mon œuvre avec mon nom de famille.

Tatouage :


***

« Oh bon sang … » Je me retourne, un grand sourire ironique barrant mon visage. Je suis levé depuis quelques heures déjà, mais je n’ai pas encore trouvé la force de sortir de mon lit. La beuverie d’hier, et la bonne blague que j’avais joué à Josh m’avait exténué.  Et sûrement le fait que j’avais poussé le jeune homme du lit aussi… On avait dû se battre pour la place dans notre sommeil. Je n’ai jamais aimé partager, de toutes façons, même quand je suis endormi. Josh venait juste des toilettes, visiblement assez en colère. « Tu … tu m’as forcé à boire. » « Est-ce que c’est ma faute si tu ne sais pas dire non à tes aînés ? » Lui fis-je remarquer doucement, en me redressant. C’est mignon, il essaye de se souvenir de la soirée. Et pour l’instant, il a l’air d’avoir oublié le plus croustillant…

« Meeeeerde ! Mais … bon sang, c’est quoi ça ?! » J’explose de rire. Sa tête horrifiée est tout simplement trop tordante. « Mais c’est le tatouage que tu voulais, Josh. Le prénom japonais d’Irina, avec la signature de ton nouvel… ami. » « Comme je le voulais ?! »  « Hé, je te rappelle que tu m’as même supplié à genoux pour que tu aies Irina dans la peau. » Je lève les yeux au ciel. Il ne sera donc jamais content… ? J’ai hâte de voir la tête d’Irina quand elle découvrira ce fameux tatouage. Pour sûr, elle allait être folle de rage. Contre eux deux, d’ailleurs. « Mon père va me tuer … »  Et oui, mais il aurait fallu y penser avant mon petit. Un tatouage, ça ne se fait pas à la légère. J’essaye de garder mon sérieux devant son air effaré, quand il compte les appels manqués. Peut-être que c’était mis qu’il n’ai pas répondu, vu son état… Enfin. D’un coup de baguette, je range la pièce tandis que Josh s’habille en quatrième vitesse. Il doit bientôt rejoindre Poudlard, je crois. Sur le pas de la porte, alors que je le raccompagne, je lui attrape le bras avec un petit sourire. « Bennett, ton tatouage… Le premier signe du prénom d’Irina, il signifie princesse. Tu la traitera comme telle, d’accord ? On la surnommait parfois Hime-chan pour ça, à Mahoutokoro... » Je relâche mon étreinte, avant de lui coller une grande claque amicale dans le dos. « Bon vent, Bennett ! Et fais gaffe avec la boisson, ça à pas l’air de te réussir ! » Je referme la porte quand je le vois tourner dans l’angle du couloir. J’ai fait du mieux que j’ai put pour rabibocher leur couple, et j’espère sincèrement que ça a marché...
:copyright: Justayne

descriptionHow dare you ...?! EmptyRe: How dare you ...?!

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum