Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons
Vendredi 31 décembre 2021

Dean et moi n’étions plus ensemble. Nous avions compris que si nous voulions chacun progresser dans nos carrières sans en faire pâtir l’autre, nous devions pour un temps vivre l’un sans l’autre. Nous n’aurions pas le poids sur nos épaules de savoir que l’autre nous attendait à la maison, ou de mettre sa carrière entre parenthèses le temps que l’autre réalise ses rêves. Non, Dean et moi étions ambitieux et nous voulions avancer vite. C’était la solution que nous avions donc trouvée : se séparer le temps que nous atteignions nos rêves. C’était une sorte de promesse. Nous nous retrouverions plus tard.

C’était avec cette pensée que je m’étais donc encore plus plongée dans mon travail. J’avais pu assister à une réunion importante vendredi dernier, et même si c’était la veillée de Noël, cela n’avait pas d’importance. De toute manière, je n’avais personne avec qui passer les fêtes. Natasha était rentrée dans sa famille, Anton dans la sienne. J’avais ainsi pu me consacrer une journée de plus à rendre des dossiers importants. Kyle Scott avait été surpris de me voir au Ministère ce jour-là mais ne m’avait pas chassé. Je savais que son honneur en avait pris un coup quand sa fille, May, avait témoigné contre les Purificateurs tout au long du mois. La seule réjouissance avait été de voir tomber Shane Baker que personne ne pouvait encadrer.

Et l’homme qui m’accompagnait ce soir-là était l’un des plus heureux de cette nouvelle.

Le Ministère de la Magie organisait une réception pour fêter la nouvelle année comme il se devait. Les familles étaient évidemment conviées et les plus riches faisaient un don à des associations. On avait fait venir un groupe de musiciens classique et j’avais reconnu dans les mélodies celles de Beethoven. Cet univers me plaisait même si je savais que je risquais d’y croiser ma mère. Mais je n’étais pas seule puisque ce soir-là, j’avais tout le soutien de la famille Romanov. Je me tenais au bras de l’un d’eux et je sentais enfin que le vent pourrait tourner.

J’avais connu l’un des membres de la famille Romanov en travaillant au Ministère. Nous avions fait connaissance et il avait été séduit par ma façon de parler mais aussi mes ambitions. Il m’avait offert à dîner un soir de décembre et c’était là que j’avais rencontré Dmitry. Un peu plus jeune que moi, il n’en était pas moins mature et avait le sens des affaires. Il se disait honoré que ce soir je l’accompagne à ce bal de charité. Et je l’étais également. Si j’avais été une Sang-Pur reniée, aujourd’hui je regagnais un certain statut en m’affichant au bras d’un Romanov, connu pour leur richesse et leurs postes haut-placés.

Je ne lâchais pas le bras de Dmitry alors que nous saluions chacun des convives. Dmitry avait beau avoir 15 ou 16 ans, il n’en restait pas moins l’un des partis les plus prisés et avait parfaitement le sens des conventions. « J’ai hâte d’aller saluer ma mère. » lui chuchotais-je alors que nous quittions Mr. Scamander, devenu directeur du département de la gestion des créatures magiques au cours du mois. Dmitry m’adressa un sourire complice. Il savait ce qu’il y avait à savoir, c’est-à-dire ce qu’on lisait dans la Gazette notamment. Mais je me doutais également que sa famille avait du faire une enquête sur moi avant de me laisser la chance de m’afficher au bras d’un de leurs membres.

Le jeune homme me tendit une flûte de champagne que je fis tinter contre la sienne. « A votre santé, Mr. Romanov ! » dis-je avec un sourire. J’aimais cette ambiance. Robes de soirées, discours hypocrites et paillettes. J’étais baignée dans cet univers depuis toute petite et je me sentais à l’aise. Je savais où je mettais les pieds. « Y a-t-il une personne que tu souhaites rencontrer ? » lui demandais-je, car, malgré le fait que je ne sois qu’une simple stagiaire, j’avais su tisser des relations petit à petit. Le Ministère de la Magie était devenu comme un deuxième chez moi en six mois que j’y travaillais.

La musique changea et une musique de Carter Burwell s’éleva. Dmitry me reprit ma coupe de champagne et m’invita alors à danser. Je pris sa main avec plaisir et à sa suite, j’arrivais sur la piste de danse. Il y avait déjà quelques couples qui dansaient, mais notre entrée fut remarquée par quelques politiciens qui étudiaient autant notre accoutrement que nos gestes. J’avais pensé louer une robe, avec les faibles revenus que j’avais, mais les Romanov m’avaient fait cadeau d’une robe rouge pailletée ce soir. Surement s’étaient-ils doutés des moyens que j’avais et ne souhaitaient pas que je tourne en ridicule Dmitry.

Le jeune homme posa une main sur ma hanche et m’attira à lui alors que son autre main venait se saisir de la mienne pour suivre le rythme de la musique. « J’ignore si je te l’ai déjà dit, mais je suis vraiment honorée d’être ta cavalière ce soir. Tu n’imagines même pas ce que cela va changer pour moi. » lui expliquais-je avec un sourire sincère. Je ne me faisais pas d’illusions, je savais que c’était seulement le temps d’une soirée. Mais c’était déjà mieux que rien.
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Et puis tu mets tes bras autour de moi, et nous tombons au sol, et puis tu dis : je pense que nous sommes seuls maintenant »

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valonsVendredi 31 décembre 2021

Une fête,encore une. Pendant le Nouvel An occidental, cette fois. Dmitry était plus que ravie lors de la réception de cette invitation, qui n’était pas vraiment inattendue. Sa famille comptait, certes, mais lui aussi, en tant que fils de Mikhaïl et Milena Romanov. Et, il faut bien se l’avouer, il était tout de même plus présentable et rompu à l’exercice des bonnes manières et des faux-semblants que sa jumelle. Le jeune homme se demandait ce qu’elle était en train de faire, en ce moment… Sûrement à boire, avec ses amis américains, et à provoquer des disputes. Le caractère de Svetlana, déjà explosif en tant normal, atteignait des dimensions à peine imaginable lorsqu’elle buvait un peu trop.

Dima regarda la jeune femme à son bras, en souriant. Elise O’Collin… Un cas intéressant de ce que pouvais produire la bonne société si peu permissive des Sang-Purs anglais. Tradition, rigueur et peu d’amour… Un mélange qui ne provoquait que deux schéma parmi les enfants : soit ceux-ci adhéraient complètement en mettant de côté leurs esprits critiques, soit à l’inverse, ils se rebellaient, fuguaient, sortaient avec des Sang-Mêlés ou des Né-Moldu. Et Elise faisait parti de cette catégorie. Son histoire avait défrayé la chronique, provoquant l’émoi dans le monde pas si rose des Sang-Pur anglais. En prenant connaissance des divers potins, Dmitry n’avait pas put s’empêcher de rires des bien-pensant un peu trop coincé. Mais il était loin de se douter qu’il rencontrerai Elise en personne !

C’était sa mère, de passage au Ministère de la Magie, qui l’avait tout d’abord rencontré. Milena avait toujours eu le nez pour trouver les personnes extraordinaires, les étoiles montantes du monde magique. Elle l’avait invité à un dîner en famille, sans grande prétention, et le jeune homme avait fait sa connaissance. Au départ, il était assez intrigué par la jeune femme : avait-elle des idées novatrices, ou bien était-elle partie de chez elle juste car elle sa crise d’adolescence ? Dima avait tranché : Elise était intéressante, très même. Il l’avait invité à un bal de charité, le 31 décembre. Et elle avait accepté.

Bien sûr, Dima savait que ce n’était pas pour ses beaux yeux que la jeune femme avait accepté. Elle cherchait, par lui, de regagner sa place chez les Sang-Purs, bien évidemment. Lui aussi, il y gagnait au change. En s’affichant avec une jeune femme au bras, Dmitry montrait à tous qu’il n’était plus vraiment libre. Fini les demandes incessantes d’alliances de la part des parents, ou les minauderies ridicules des jeunes filles. Elise lui servait de faire-valoir, lui permettant de se concentrer sur sa relation avec Morticia. « J’ai hâte d’aller saluer ma mère. » Le jeune reporta son entière attention sur Elise, en lui souriant. Il savait que tout n’était pas rose entre la jeune femme et sa mère, et c’était un bien doux euphémisme. Le report produit par son oncle Ilya avait été des plus instructifs sur ce point. « La saluer en toute amitié, bien entendu. » Lui souffla-t-il, complice, en lui tendant une flûte de champagne.

« Y a-t-il une personne que tu souhaites rencontrer ? » Elise non plus ne nourrissait pas d’illusion à propos de leur… collaboration. Bien sûr, Dima avait invité la jeune femme pour faire plaisir à sa mère, mais ce qui l’avait aussi motivé, c’était le poste de stagiaire qu’elle occupait. Elise était en lien avec tout les membres travaillant Département de la coopération magique internationale, le département que Dima briguait, justement. Il avait toujours eu de l’ambition, et parler couramment quatre langues était un avantage significatif pour devenir Conseiller en Commerce International. « Je t’avoue que Mr. Percy Weasley serait une personne très intéressante à rencontrer… décisive pour mon avenir, si tu vois ce que je veux dire. » Mais en disant cela, il savait que cette rencontre ne se ferait pas maintenant.

Et pour cause. Une nouvelle musique s’éleva, entraînante. Le jeune homme prit la coupe de champagne que tenait toujours Elise, effleurant ses doigts fins avec un sourire. Une vraie main de petite aristocratique, blanche et délicate. « M’accordez-vous cette danse, Miss O’Colin ? » demanda-t-il sans se départir de son sourire qui en charmait plus qu’une. Sur la piste de danse, Dmitry mit délicatement sa main sur la hanche de la jeune femme. Il sentait les regards assez insistants, sur eux deux. S’il y avait d’autre couple qui dansaient, c’était Elise et Dima qui cristallisaient tout les regards. Un des héritiers les plus en vue, une belle mais renégate jeune fille… voilà ce qui allait alimenter les potins pendant quelques temps. « J’ignore si je te l’ai déjà dit, mais je suis vraiment honorée d’être ta cavalière ce soir. Tu n’imagines même pas ce que cela va changer pour moi. » « Oh, ne t’inquiète pas, j’ai tout de suite compris ce que je pouvais représenter pour toi. » Le jeune homme rit, en écartant une mèche de cheveux qui tombait dans les yeux de la jeune femme. Ce geste allait sûrement faire jaser plus que de raison. « Et, pour être sincère, je suis tout aussi honoré que toi. Outre d’être accompagné d’une magnifique jeune femme, tu me donne un peu de répit quant aux demandes d’alliances matrimoniales et autres. Notre collaboration est un succès. » Dima énonçait un simple fait. De toute façon, la jeune femme était assez intelligente pour ne pas le considérer comme un gamin tombant amoureux dès le premier regard.

La danse finit, le jeune homme prit la main d’Elise, la guidant un peu à l’écart. Prenant à la volée deux coupes d’un alcool doré et inconnu, ils trinquèrent. « A notre collaboration. » Déclara le jeune homme en souriant franchement. « Alors, dis-moi, qu’attends-tu de moi quand nous serons confronté à ta mère ? Devrais-je être en retrait, ou pourrais-je utiliser ma répartie… naturelle ? »©️ 2981 12289 0

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons
Vendredi 31 décembre 2021

Le jeune homme savait très bien que notre collaboration était purement professionnelle et c’était qu’il me plaisait encore dans mon ancien mode. On créait des alliances uniquement politiques. Je me souvenais d’une phrase que m’avait glissé mon père un jour : « Les mariages et la politique sont une seule et même chose. » Et me marier à Shino Wen avait été une affaire de politique. Même s’il avait la tare de ne pas être totalement de Sang-Pur, ses parents avaient eu des postes haut placés au Ministère et les Wen étaient riches. Nos enfants auraient été des Sang-Purs et mon père aurait pu avoir la main mise sur la fortune des Wen par d’ingénieux coups politiques.

Je savais que je m’étais éloignée de cet univers en me faisant renier en janvier 2020, bientôt 2 ans, mais depuis ma rupture avec Dean, je ne pouvais m’empêcher d’y repenser fortement. J’avais défié l’autorité de mon père pour être une femme libre, forte, indépendante et ambitieuse. Mais surtout pour choisir l’homme que j’aimais. Et c’était la femme que je deviendrais. Mais pas seulement : quand j’aurai atteint le sommet, je me voudrais une femme tolérante, ouverte d’esprit et juste. C’était les valeurs que m’avaient enseigné les McGregor, et je ne souhaitais aucunement les renier. De plus, il y avait une vérité que je souhaitais un jour restaurer : celle sur la famille Black et l’existence de mes cousins. Ils avaient eux aussi droit à leur place dans ce monde.

Je repris mes esprits quand Dmitry écarta une mèche tombant sur mes yeux. « Et, pour être sincère, je suis tout aussi honoré que toi. » Je haussais un sourcil, curieuse de savoir ce que je pouvais lui apporter. « Outre d’être accompagné d’une magnifique jeune femme, tu me donne un peu de répit quant aux demandes d’alliances matrimoniales et autres. » Je souris, avant de finalement lâcher un rire amusé. « Je comprends ce que c’est. Avant que mes fiançailles ne soient actées avec la famille Wen, tous les hommes de Sang-Pur me tournaient autour. » Je levais les yeux au ciel, me souvenant que cette époque était bien loin désormais. « Notre collaboration est un succès. » Je hochais la tête. « Tu peux être sûre qu’un article de la Gazette nous sera dédié demain. » ajoutais-je avec un grand sourire. Oui, c’était un bon coup politique, ça, Elise.

La danse se termina et après une révérence digne des plus grands aristocratiques, Dmitry nous ramena à l’écart pour trinquer avec deux nouvelles coupes. « A notre collaboration. » Je trinquais à mon tour. « Et à notre avenir ! » Car cette collaboration influerait forcement sur notre avenir à chacun. Nous devions en profiter. Nous avions toute une soirée pour nous.

D’ailleurs, Dmitry devait lire dans mes pensées puisqu’il me demanda : « Alors, dis-moi, qu’attends-tu de moi quand nous serons confrontés à ta mère ? Devrais-je être en retrait, ou pourrais-je utiliser ma répartie… naturelle ? » Je me mis à rire. « Je serai ravie de découvrir ta répartie naturelle. » Je jetais un coup d’œil alentour avant de voir le Diable en personne. « Viens, c’est le moment parfait ! » lui annonçais-je en avisant qu’elle parlait à Percy Weasley.

Dmitry me tendit à nouveau son bras et nous nous dirigeâmes vers les deux directeurs. Ma mère manqua de s’étouffer en me voyant approcher mais Percy Weasley tourna la tête vers nous, un sourire aimable sur le visage. « Mrs. O’Colin ! Quel bon plaisir de vous voir ici ! » Je serrai sa main, lui offrant un grand sourire. Après tout, il était le chef de mon tuteur. « Le plaisir est partagé, Mr. Weasley ! Permettez-moi de vous présenter Mr. Dmitry Romanov. Il a été très impressionné par votre politique sur l’ouverture des frontières, notamment pour l’apprentissage des langues dans les universités. » Percy Weasley remonta ses lunettes, à son tour impressionné. Il serra vigoureusement la main de Dmitry, entamant une discussion passionnée avec le jeune homme. Je lâchais son bras pour m’approcher de ma mère, restée légèrement en retrait face à ses présentations.

Bras croisés, elle buvait son verre comme une enfant qui boude. « Mère, je ne peux pas dire que ce soit un plaisir de vous voir, en revanche. » Johanna O’Colin émit un léger rire. « Je devrais sans doute en dire de même. » Elle relâcha ses bras et fit un pas vers moi. « Vous vous débrouillez bien. S’afficher au bras d’un Romanov est une belle manœuvre. Malheureusement, vous ne pourrez jamais effacer les erreurs que vous avez commises, Elise. Aux yeux de tous ces gens, vous restez et resterez toujours une personne en qui on ne peut avoir confiance. » Je relevais le menton, prenant un air sûr de moi.

« Vous vous trompez. J’ai réussi à gagner la confiance mais aussi le respect des Romanov, tout comme celle de Mr. Weasley. Je ne doute pas que je parviendrai à toucher davantage de personnes, quand j’aurai pris votre place bien sûr. » Johanna secoua la tête, un sourire en coin. « Vous avez été reniée Elise, vous êtes sans un sou, vous vous acoquinez d’un Sang-de-Bourbe et vous n’avez même pas été foutues de rejoindre l’Alliance Unitaire ou le Merlin Club. »

Je déglutis alors que Johanna poursuivait : « Vous m’avez toujours déçu. Déjà quand vous jouiez du Bach ou du Beethoven, ces saletés de Moldus, alors que je vous l’interdisais. En fréquentant cette Rosie Nott. Regardez où elle est maintenant ! En annulant votre mariage. Vous avez tout foutu en l’air, Elise. Vous avez échoué, et cela démontre juste que ce sera la même chose pour tout ce que vous tenterez d’entreprendre. Votre père a toujours cru bon de croire en vous, mais je peux vous dire qu’il serait aussi déçu que moi s’il était encore des nôtres. Vous l’avez tué, Elise. » Ses paroles s’enfoncèrent en moi comme un coup de poignard. J’avais littéralement tué mon père, c’était certain, mais ma mère employait seulement la manière figurée. Seulement, cela me coupa la voix. Heureusement, je sentis la main de Dmitry dans mon dos. Il venait de terminer sa discussion avec Percy et s’apprêtait à utiliser sa fameuse réplique naturelle.
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Et puis tu mets tes bras autour de moi, et nous tombons au sol, et puis tu dis : je pense que nous sommes seuls maintenant »

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valonsVendredi 31 décembre 2021

Dima trinqua avec la jeune femme. Il se sentait bien, en sa présence. Peut-être pourrait-il en faire, plus qu’une alliée, une amie ? Ce serait à voir, pour bien plus tard. Dans ce monde de mensonge et de faux-semblant, il fallait parfois des années avant d’être sûr de pouvoir accorder sa confiance à autrui. Heureusement, le jeune était patient. Très patient, même. Pour l’instant, sourire au bras de la jeune femme lui suffisait amplement. Elise comprenait ce qu’être Sang-Pur signifiait, avec toute les contraintes, mais aussi les bons côtés. C’était quelque chose dont Dmitry ne pouvait pas parler avec sa sœur. Ce n’était pas que Svetlana était immature, mais juste que son caractère fort, affirmé, ne voulait pas se plier aux règles de cette société.  Sûr d’elle, la jeune femme avait prit depuis bien longtemps le parti de dire merde à tous, et qu’importe les conséquences.

En son for intérieur, Dima rejoignait sa jumelle. Il se foutait bien du jugement des autres. Sauf que, contrairement à sa sœur, il avait toujours aimé le faste des réceptions, le langage à double-sens que l’on y parlait… Alors, il suivait les règles. Tout du moins, en surface. « Tu peux être sûre qu’un article de la Gazette nous sera dédié demain. » Dmitry reporta son attention sur la jeune femme, en lui souriant. « Oh, mais j’y compte bien. Après tout, c’est pour cela qu’on s’affiche autant, non ? » Tout allait à merveille. Leur plan marchait comme des roulettes, et rien ne semblait leur barrer la route. Elise voulait qu’il utilise sa langue acérée contre sa mère ? Grand bien lui fasse, elle allait être servi ! Il laissa la jeune femme guider son regard sur Percy Weasley, qui discutait avec une femme, que Dima ne tarda pas de reconnaître comme la mère tant haïe. Grand prince, il tendit son bras à Elise. Que la vengeance leur semblait douce, en cette soirée de Nouvel An ! Les horloges allaient bientôt atteindre minuit et, telle Cendrillon, la jeune femme commençait de nouveau son ascension dans la bonne société.

« Bonjour, Mr. Weasley. » Répondit sobrement le jeune homme, en inclinant légèrement la tête. Il valait mieux avoir une attitude un peu trop obséquieuse envers un grand ponte du Ministère que de passer pour un rustre mal éduqué. « Vous faites de grandes choses, Monsieur, et je suis persuadé que votre nom restera dans les annales de l’Histoire. Il y a si peu de sorcier qui comprennent que les langues, c’est notre avenir ! » Derrière son dos, Dmitry massa un peu sa main en écoutant la réponse de Mr. Weasley. Il avait une poigne d’enfer ! « Vous êtes vous-mêmes intéressé par ce genre de cursus, à l’université ? » « Oh, pas vraiment, je me dirige plutôt vers le commerce international. Mais je parle déjà quatre langue, et c’est pour cela que je trouve votre politique formidable. Les enfants sorciers n’ont pas tous la chance de voyager de par le monde. » Dmitry sourit. Mr. Weasley semblait assez impressionné par sa conversation, ses bonnes manières. Il posa encore quelques questions à Dmitry, avant que la discussion ne se tarissent d’elle-même. Mr. Weasley était un homme très demandé, et il ne pouvait pas rester toute la soirée avec un simple élève de 6ème année, fut-il Romanov. Le jeune homme lui serra une nouvelle fois la main, lui assurant sa sympathie. « Et bien, je surveillerai votre avancement avec intérêt, Mr. Romanov ! »

Durant leur conversation, Elise avait commencé à parler avec sa mère. Et ce que Dmitry avait pût percevoir ne lui plaisait guère. Le jeune homme se glissa derrière sa compagne, passant sa main sur son dos pour la calmer, et l’attirer à lui. Pour montrer à sa mère que Elise n’était pas seule, mais qu’elle avait désormais son soutien et, par extension, celui de toute la famille Romanov. « Excusez-moi, je ne crois pas qu’on nous a présenté. » Commença-t-il d’une voix doucereuse. « Je suis Dmitry Romanov, mais vous le savez déjà, je suppose. Et vous... » Il laissa sa phrase en suspens, avec une nuance de dégoût sur le vous, comme si la simple vue de cette femme le répugnait. Et à vrai dire, la vérité n’était pas loin. Qu’une mère se montre aussi horrible avec son enfant avait, aux yeux de Dmitry quelque chose de malsain, qui n’étais pas naturel. « Vous devriez être un peu plus ouverte d’esprit, si je puis me permettre, Madame. Prôner la pureté absolue du Sang-Pur est tellement daté… A moins que vous aimiez les tares génétiques et la consanguinité, bien entendu. » Rajouta Dmitry avec un demi-sourire. « Oh, et pour votre gouverne, je ne suis pas une quelconque manœuvre de votre somptueuse fille. » Le jeune fut glisser sa main sur la taille d’Elise. Il ne la regardait pas, mais il pouvait comme sentir qu’elle était d’accord avec ce qu’il allait faire. Après tout, c’était pour ça, non, qu’ils avaient décidés de s’afficher ensemble ? Alors, autant ne pas y aller de main morte. « Je trouve totalement scandaleux ce que vous osé insinuer les liens qui nous lient, votre fille et moi. Soyez assuré que ma mère sera mise au courant dans les plus brefs délais. Vous savez, avec son influence, elle pourrait vous interdire l’accès à des réceptions comme celle-ci. » Il embrassa d’un geste la salle, avant de caresser délicatement la joue d’Elise.« Chérie… je ne pensais pas que ta mère était rétrograde à ce point… Tu m’en vois sincèrement désolée. »

Dmitry lança un regard en coin à la mère. Elle bouillonnait de se faire insulter par un gamin, devant tous. Car depuis qu’il avait pris la parole, quelques personnes s’étaient arrêté pour profiter de leurs échanges. C’était le moment parfait. Le jeune homme pencha son visage sur celui d’Elise, l’embrassant à pleine bouche sous les douze coups de minuits. Quand l’horloge se tut et qu’il brisa le baiser, le jeune homme lui adressa un clin d’œil. « Ça, Ms. O’Colin, c’est ce qu’on appelle couramment l’amour. Si tant que ce mot existe dans votre vocabulaire... »  Dmitry reprit la main d’Elise, lui souriant discrètement. Elle avait parfaitement remplie son rôle, aujourd’hui. « Oh, et bonne année ! » Rajouta-t-il en se retournant avant de partir, la jeune femme à son bras.

***

« Ahaha ! Par Raspoutine, c’était parfait ! » Dmitry avait laissé éclaté sa bonne humeur dés qu’ils avaient pût se poser dans un couloir vide, avec Elise. Il avait joué le rôle du garçon froid un peu trop longtemps à son goût, mais la tête de la mère d’Elise valait bien tout les sacrifices. « N’empêche, j’aurais jamais crû que ta mère soit aussi bête ! Pas d’offenses, hein. » Il prit sa coupe de champagne, qu’il avait ramené avec lui. Après une aussi belle revanche sur la vie, il avait bien le droit à un peu d’alcool. « Ah, et désolée pour le baiser. J’avais juste l’impression que c’était le seul moyen de la faire taire . » Par contre, autant il se doutait qu’Elise laisserait couler, autant il avait peur de la réaction de Morticia. Bah, la jeune fille comprendrait sûrement qu’il avait pas le choix, et en rirait bien avec lui.:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons
Vendredi 31 décembre 2021

Je sentis la main de Dmitry dans mon dos avant de le voir s’approcher. L’acteur entrait en scène. « Excusez-moi, je ne crois pas qu’on nous a présenté. » Sa voix était calme, posée, réfléchie. Difficile de croire qu’il n’avait que 16 ans. « Je suis Dmitry Romanov, mais vous le savez déjà, je suppose. Et vous... » Je redressais mes épaules alors que les gestes de Dmitry suffisaient à exprimer ce qu’il ressentait.

« Vous devriez être un peu plus ouverte d’esprit, si je puis me permettre, Madame. Prôner la pureté absolue du Sang-Pur est tellement daté… A moins que vous aimiez les tares génétiques et la consanguinité, bien entendu. » Je me retins de sourire même si je jubilais intérieurement. J’avais si souvent entendu des répliques de ce genre, ses répliques contre lesquelles je luttais. Alors que maintenant, je les acceptais avec tellement de joie et de soulagement. « Oh, et pour votre gouverne, je ne suis pas une quelconque manœuvre de votre somptueuse fille. » Je sentis sa main prendre la mienne et la serrer fort. J’ignorais si c’était pour montrer à ma mère que nous étions unis ou si c’était pour me rassurer. Peut-être les deux. Mais je ne bronchais pas et laissais Dmitry continuer à déblatérer.

« Je trouve totalement scandaleux ce que vous osiez insinuer les liens qui nous lient, votre fille et moi. Soyez assuré que ma mère sera mise au courant dans les plus brefs délais. » Je tournais la tête vers Dmitry, sincèrement surprise. J’ignorais qu’il irait jusqu’à proférer de telles menaces. Il impliquait sa famille dans son ensemble. Pour moi. Quelques personnes s’étaient à présent retournées pour écouter un peu plus ce qu’il se passait. Le visage de Johanna avait viré au cramoisi. Je ne cachais plus désormais un sourire fier sur mes lèvres quand je tournais à nouveau la tête vers ma mère. « Vous savez, avec son influence, elle pourrait vous interdire l’accès à des réceptions comme celle-ci. » Dmitry aimait enfoncer la baguette dans la plaie et je tournais un visage tendre et amical vers lui quand sa mère vint caresser ma joue. A mon tour d’entrer en scène ! « Chérie… je ne pensais pas que ta mère était rétrograde à ce point… Tu m’en vois sincèrement désolée. »

« C’est moi qui suis sincèrement de t’avoir fait perdre ton temps. » répliquais-je. « Je pensais que ma mère pouvait changer, mais je me suis manifestement trompée. » Je lui jetais un coup d’œil, la détaillant de la tête au pied. Les douze coups de minuit résonnèrent dans la pièce alors que quelques-uns se souhaitaient déjà la bonne année. Je tournais la tête vers Dmitry alors que celui-ci se penchait désormais sur moi pour coller ses lèvres aux miennes. Il avait osé, alors ! Je passais mes mains dans son cou pour l’attirer à moi et prolonger le baiser sous le regard éberlué de ma mère.

« Ça, Mrs. O’Colin … » reprit Dmitry qui se tourna vers ma mère, le regard empli de fierté. « … c’est ce qu’on appelle couramment l’amour. Si tant que ce mot existe dans votre vocabulaire... » Dmitry attrapa ma main et je lui souris comme pour acquiescer. « Oh, et bonne année ! » ajouta-t-il à Johanna qui nous regardait, en colère et surtout couverte de honte. Je laissais Dmitry m’entraîner loin de ma mère, loin de ce qui était ma dernière attache à ma vie d’avant. J’avais entendu les flashs des appareils photos à notre baiser et j’entendais déjà quelques sorciers s’approcher de ma mère alors qu’elle tentait de reprendre la face. Ce serait difficile après une telle mise en scène.

○○○

Quelques minutes plus tard, Dmitry et moi nous étions éclipsés dans un couloir vide. Dmitry riait de son jeu d’acteur et je laissais un sourire fier apparaître sur mes lèvres.

« N’empêche, j’aurais jamais crû que ta mère soit aussi bête ! Pas d’offenses, hein. » Je levais les mains. « Pas le moins du monde ! C’était fantastique ! » confirmais-je en le regardant vider sa coupe de champagne. « Ah, et désolée pour le baiser. J’avais juste l’impression que c’était le seul moyen de la faire taire. » Je baissais la tête, perdant mon sourire. « Oui … C’était parfait pour ma mère … » Mais pas pour Dean. Dire que je lui avais dit la semaine d’avant que je ne risquais pas de retrouver quelqu’un de sitôt. Demain tous les journaux en parleront. C’était une très bonne manière d’accéder à ce que je voulais mais je savais que ça ne plairait pas à Dean. Sauf que nous n’étions plus ensemble. Il était peut-être temps d’arrêter de se soucier de ce qu’il allait penser. Nous avions rompu pour une bonne raison, et j’étais presque certaine qu’il s’était déjà envoyé trois filles au cours de cette seule soirée du Nouvel An. Il devait faire la tournée des bars avec Jacob ou le reste de son équipe, bien loin de se soucier de ce que je faisais. Et je devais faire de même.

Je relevais la tête. « Dmitry, merci. Sincèrement. » lui dis-je. « Je vais peut-être abuser mais … » Le jeune homme était certes plus jeune que moi, mais il était un Romanov et après le coup de ce soir, on ne pouvait décidémment pas s’arrêter là. « … je me dis que, quand une équipe fonctionne, il faut peut-être la garder, non ? » Je relevais les yeux vers lui.

« Je te propose un accord : on peut voir avec tes parents, ta famille. Mais je pense sincèrement que nous deux, on peut vraiment s’entraider, et pas juste ce soir. Tu me suis ? » M’afficher au bras d’un Romanov serait un franc succès et je mesurerai la portée de cet effort dans les prochains jours. Mais j’étais presque certaine de ce que je faisais, et j’avais besoin de Dmitry. « Je peux continuer à éloigner pour toi les demandes de fiançailles et je peux t’aider à rencontrer d’autres personnes au Ministère. » arguais-je comme arguments. « En plus de ça, on s’entend bien, alors … Je peux peut-être t’être utile autrement ? » J’aurai besoin de lui et un Romanov était avare de richesses. Seulement, je ne possédais rien, rien de matériel. Du moins pour le moment. Je me doutais que si la famille voulait passer un accord avec moi, ce serait sur du long terme : 10% du chiffre d’affaires de ma future entreprise par exemple ?
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Et puis tu mets tes bras autour de moi, et nous tombons au sol, et puis tu dis : je pense que nous sommes seuls maintenant »

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valonsSamedi 1er janvier 2022

Dmitry rendit son sourire à Elise, avant de siroter tranquillement son champagne. Il aurait préféré un bon verre de vodka russe, mais bon, il fallait croire que cet alcool n’était pas assez classieux pour cette réception. Il se rattraperait bien au Nouvel An russe, avec sa sœur. Ils avaient maintenant l’âge où ils pouvaient enfin s’essayer aux jeux à boire – et le jeune homme avait le pressentiment que Svetlana ressortirait vainqueur de cet amusement.  « Je vais peut-être abuser mais … »  Le jeune homme releva la tête, en regardant Elise. S’il ne connaissait pas un tant soit peu la jeune femme, Dmitry craindrait qu’elle ne lui demande de sortir avec elle. Mais heureusement, Elise était Elise : une Sang-Pure prête à tout pour retrouver son rang, et qui n’avait pas vraiment de scrupules. Pas vraiment le type de fille romantique, où de celle qui faisait craquer le jeune homme. « Vas-y, je t’écoute. » Dmitry posa sa coupe, vide, par terre, avant de croiser les doigts sous son menton pour fixer Elise du regard. Il n’arrivait pas à savoir ce qu’elle voulait. Un poste dans le cabinet de sa mère, peut-être ?

« … je me dis que, quand une équipe fonctionne, il faut peut-être la garder, non ? »  Dima haussa un sourcil. Il ne s’attendait vraiment pas du tout à cela. Mais, d’un autre côté… Le jeune homme ne pouvait qu’approuver les dires d’Elise. Ils étaient vraiment bon, tout les deux, cette soirée l’avait bien prouvé. Ils avaient été assez fusionnels, ce soir, et Dmitry savait qu’ils avaient marqués des points. Ensemble. « Je comprends ce que tu veux dire. » Répondit-il, sans se mouiller. Son regard croisa celui de la jeune femme. Elle était déterminée, Dmitry le savait, il le sentait. C’était presque reposant d’avoir à ses côtés quelqu’un qui l’aiderait dans ses ambitions. Une présence sur qui il pourrait se reposer, sur qui il pouvait compter. Oui, il se pourrait bien que faire une partie de son chemin à deux soit bénéfique. « Je te propose un accord : on peut voir avec tes parents, ta famille. Mais je pense sincèrement que nous deux, on peut vraiment s’entraider, et pas juste ce soir. Tu me suis ? »  Dmitry prit la main D’Élise dans la sienne, dans un élan qu’il ne savait pas expliquer. Il se sentait proche d’elle, car ils avaient l’air de partager les mêmes schémas de pensées. « Je te suis. » Le jeune homme regardait Elise dans les yeux, sûrement plus sérieux qu’elle ne l’avait encore jamais vu. « Mais ma famille n’a rien à voir là dedans. » Dima lui prit sa main, la serrant dans la sienne. Il fallait qu’elle comprenne ce qu’il voulait. « Si on passe un accord, il ne concerne que nous deux. Je veux me construire seul. » Prouver qu’il valait quelque chose, même sans sa famille. Les mots de Milana avaient touchés juste, sans qu’elle le sache, et le jeune homme s’était rendu compte qu’il n’était rien, sans sa famille. Bien sûr, il ne reniait pas sa fidélité et son attachement aux Romanov mais… il devait se prouver à lui-même sa valeur.

A chaque arguments de la jeune femme, Dmitry hochait la tête. Elise avait vraiment compris tout ce qu’ils pouvaient accomplir ensemble. C’était un échange de service sur le long termes, en sommes. « En plus de ça, on s’entend bien, alors … Je peux peut-être t’être utile autrement ? »  Le jeune homme passa une main dans ses cheveux, en réfléchissant. « Pour l’instant, je ne sais pas. Mais je trouverai bien quelque chose. » Il mit ses mains sur les épaules de la jeune femme, avec un sourire malicieux sur les lèvres. « Pour l’instant, on va s’occuper de ton cas, Miss Elise. » Il remit quelques mèches derrière son oreille, toujours avec un visage sérieux. S’ils menaient à bien leur partenariat, il fallait que la jeune femme soit toujours la plus belle, la plus intelligente, et la plus désirable de la salle. Il en valait de leurs réputations, à tout les deux. « Est-ce que tu te sens de retourner dans la salle avec tout le monde ? Ou tu préfères discuter ici ? » Dmitry se dirigea vers une des fenêtres, perdant son regard dans la nuit noire. Si Elise ne tenait pas à retourner tout de suite se confronter à sa mère, de quoi pourraient-ils bien parler ? La jeune femme avait raison en relevant qu’ils s’entendaient plutôt bien, mais est-ce que ce serait suffisant ? « Aaaaah, j’suis vraiment pas doué pour agir normalement... »  Lâcha-t-il en soupirant. Changer de personnalité aussi souvent l’épuisait, mais c’était pour la bonne cause : après tout, il ne s’était pas autant amuser depuis bien longtemps. « Bon, qu’est-ce que tu décide Elise ? »:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons
Vendredi 31 décembre 2021

« Je te suis. » déclara Dmitry en me prenant la main comme pour insister sur ses propos. Je me sentis regonflée d’espoir en entendant sa réponse. « Mais ma famille n’a rien à voir là-dedans. » Je fronçais les sourcils, intriguée. Alors, il voulait passer un accord sans sa famille. De Romanov à O’Colin, on passait de Dmitry à Elise. C’était entre nous. Il n’avait que 16 ans mais il tenait à faire ses propres choix et cela m’emplissait de fierté pour lui et de soulagement pour moi. Je hochais la tête comme affirmant que j’étais d’accord. « Si on passe un accord, il ne concerne que nous deux. Je veux me construire seul. » Je souris et ma main vint naturellement se poser sur sa joue. Je n’étais pas du genre très tactile, fuyant même ce genre d’attention, mais Dmitry et moi, nous nous comprenions, nous nous complétions parfaitement. « Je comprends et je respecte parfaitement ce choix. » lui indiquais-je.

Mais nous devions fixer les termes de notre accord. Que voulait-il de moi ? Je savais ce qu’il pouvait m’apporter et, quelque part, je savais aussi ce que je pouvais lui donner, mais j’attendais de voir ce qu’il réclamerait de moi. « Pour l’instant, je ne sais pas. Mais je trouverai bien quelque chose. » J’ouvris la bouche pour dire quelque chose : je n’aimais guère que les règles ne soient pas fixées d’avance. Mais le jeune homme avait déjà posé ses deux mains sur mes épaules : « Pour l’instant, on va s’occuper de ton cas, Miss Elise. » Je souris. Il serait toujours temps de fixer les règles dans quelques jours, quand la tension de cette soirée serait retombée. Les choses pouvaient encore évoluées.

En attendant, il faudrait que je tienne Dean au courant de ces changements. Je ne voulais pas reproduire les erreurs du passé et même si nous n’étions plus ensemble, je voulais conserver bonne réputation à ses yeux. Je tenais toujours à lui, je l’aimais toujours. Mais cette alliance était importante pour ma carrière. Je ne voulais pas qu’il aille s’imaginer que je pouvais avoir plus d’affection pour Dmitry. Il serait le partenaire idéal mais ça n’irait certainement pas plus loin.

« Est-ce que tu te sens de retourner dans la salle avec tout le monde ? Ou tu préfères discuter ici ? » Je jetais un coup d’œil vers le couloir par lequel nous étions venus alors que Dmitry se dirigeait vers la fenêtre, comme hésitant soudainement sur la marche à suivre. Où était passé le jeune homme très confiant ? « Aaaaah, j’suis vraiment pas doué pour agir normalement... » Je souris en l’entendant se plaindre de son attitude. Je m’approchais de lui et attrapais sa main, comme pour lui dire que j’étais avec lui. Son regard se détourna de la fenêtre pour plonger dans mes yeux noirs et sombres. « Bon, qu’est-ce que tu décides, Elise ? » Je relevais nos mains liées entre nous et déclarais en souriant : « Nous avons encore tout un show qui nous attend. Allons poursuivre la représentation. »

Son sourire malicieux rejoignit la main et je pris cette fois-ci son bras pour retourner dans le hall du Ministère afin de jouer l’amoureuse transie au bras de Dmitry. J’en profitais également pour présenter quelques hommes et femmes d’affaires importants. Je voyais les yeux de Dmitry s’illuminer face à ces rencontres et ces opportunités et je me rendais compte à quel point le jeune homme possédait de multiples facettes. Il était l’homme parfait pour les apparences en public. Un homme que mon père aurait aimé. Mais en coulisses, Dmitry paraissait presque comme un petit garçon encore fragile. Comme s’il avait peur de se faire du mal … ou faire du mal aux autres.

Alors, j’en venais à me demander ce que me rapporterait en fin de compte cette alliance. Sera-t-elle aussi avantageuse que je le pensais ? Ou est-ce que je m’engageais sur un terrain glissant ?
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Et puis tu mets tes bras autour de moi, et nous tombons au sol, et puis tu dis : je pense que nous sommes seuls maintenant »

descriptionNous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons EmptyRe: Nous avons une chance de prouver au monde ce que nous valons

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum