Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière Mardi 14 décembre 2021

Depuis qu’elle avait été sortie du Q.G des kidnappeurs, Lya n’avait pas remis les pieds au Merlin Castle. Elle était encore trop faible, trop fragilisé par ce qu’elle avait vécue ces derniers. Et surtout, la torture… en fermant un instant les paupières, elle pouvait encore entendre les cris, si vivaces – étaient-ce vraiment les siens, ou ceux d’une autre personne ? - et ressentir la morsure dans sa chair des sortilèges. Elle n’avait pas signé pour ça. Au début, elle s’était engagée chez les Insurgés seulement pour avoir la garantie d’un endroit sûr pour élever ses enfants. Jamais, au grand jamais, il n’avait été question de participer à des missions, d’endurer les pires tortures… Et pourtant…

Et pourtant. Elle avait dut monter une expédition, prendre des risques inconsidérés, être capturée puis secourue. Tout ça car des personnes, à la tête des Insurgés, trouvait que la vie de sa fille n’était pas si importe que cela. Lya se demandait comment cela se serait passé si c’était leur famille qui avait été touchée. Ils auraient sûrement fait des pieds et des mains pour les libérer, au mépris de toutes les règles de sécurités qu’ils avaient établis. Ah, c’était bien beau de prôner l’égalité et la fraternité à travers tout le monde magique, mais il demeurait apparemment une sorte d’élite, de privilégié. Comme quoi, rien ne changeait sous le soleil, pensait amèrement la jeune femme.

Teddy lui avait apporté des gâteaux, des vêtements et plusieurs livres pour qu’elle ne s’ennuie pas lors de son séjour au centre de soin. Il était passé par le transplanage d’urgence, inquiet et anxieux de son état. Mais il avait, comme toujours, montré un visage souriant, bienveillant. Pour ne pas qu’elle s’inquiète. Le jeune homme lui avait aussi donné beaucoup d’informations, avec forces de détails, sur leurs enfants. Et surtout sur Noun, qui n’avait aucune séquelle – il l’avait assez examiné pour en être totalement sûr. Mais, jamais il n’avait abordé le sujet, ce qu’elle avait vécue. Comme s’il voyait dans ses yeux qu’elle ne pouvait pas, qu’elle n’était pas encore prête à parler.

De petits coups, discrets, frappèrent la porte de la chambre de Lya, et une infirmière entra pour lui annoncer que quelqu’un venait pour la voir. Victime de terreurs nocturnes depuis son retour, la jeune femme avait eu le droit à une chambre bien isolée où elle demeurait seule. Le point positif, c’était qu’on n’était jamais dérangé lors des visites. Intriguée, la jeune femme s’assit en tailleur sur le lit, abandonnant la lecture de son roman. Qui pouvait bien venir la voir à cette heure-là ? Ça ne pouvait pas être Teddy, il ne l’avait pas prévenu…

« Oh, Nik ! »
S’écria la jeune femme, assez surprise de voir le jeune homme. Comment savait-il qu’elle était là… ? Sûrement par Teddy. Depuis la mort de Shani, Lya n’avait pas vraiment eu le temps d’avoir une vraie discussion avec le jeune homme. Shani… encore une victime collatérale de l’immobilisme des Insurgés.  Une larme solitaire roula sur la joue de la jeune femme, qui se détourna assez vite pour ne pas croiser le regard de son ami. « Ça faisait longtemps. Comment ça va ? » Demanda-t-elle en souriant. Se préoccuper des autres, et non de soi tenait à distance l’horreur et la peur de la jeune femme. Présenter au parrain de son fils un visage souriant, lumineux, n’avait jamais été aussi facile.
©️2981 12289 0

_________________


I will not stop hoping thanks to you ♥️

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière
Mardi 14 décembre 2021

Nikolaï avait été prévenu des mésaventures de Lya assez tardivement. Noun avait été enlevée par les Purificateurs au début du mois de novembre et Lya s’était lancée dans une quête pour la retrouver. De son côté, Teddy avait voulu la soutenir du mieux qu’il pouvait en veillant sur les deux derniers. Si Nikolaï s’était étonné de pas avoir de nouvelles de ses deux amis, il s’était rassuré en se disant qu’ils avaient sans doute besoin d’un peu d’espace.

Le jeune homme oscillait donc entre son travail de serveur à Sainte-Mangouste puis la préparation de son diplôme à Durmstrang. Il était assez occupé pour ne se soucier que de ça. Et puis, il avait eu tendance à retomber dans ses vieux démons depuis quelques mois : la bouteille. Il remerciait chaque soir son vieux père pour lui avoir transmis cette maudite addiction, mais il y avait que ça qui arrivait à lui faire oublier un court moment la merde dans laquelle il s’était mis. Shani était morte, il avait rejoint un groupe dans l’illégalité, le monde allait de travers et c’était la merde partout. Ouais, c’était un peu sa façon de penser ces derniers temps : sans compter les fois où il ruminait sur ses parents de merde, et sur sa scolarité de merde, et sur ses envies de combat de merde. Les Fight Club en Russie lui manquaient. Ilya lui avait conseillé plusieurs fois de s’inscrire dans un club de boxe ou une salle de sports pour se défouler mais Nikolaï n’avait pas encore franchi les pas.

Bref, tout ça pour dire que Nikolaï avait été un très mauvais ami. Début décembre, il avait envoyé un hibou à Edward et Lya pour avoir une idée du cadeau qu’il pourrait acheter pour Noël à son filleul. C’était Edward qui lui avait répondu, lui demandant de passer voir Lya s’il avait le temps car elle allait mal. Etonné, Nikolaï avait tenu à en savoir plus et c’est dans une discussion par cheminette que Kolia en avait su plus. Il se sentait plutôt honteux de ne pas avoir pensé que ses amis pouvaient avoir des problèmes de ce genre.

Aussi, il espérait se rattraper en se rendant aujourd’hui au Centre de Soins Clandestins pour rendre une petite visite à Lya. Depuis qu’elle avait délivré des Purificateurs le 1er décembre, elle n’avait pas réussi à quitter cet endroit et à reprendre une vie normale. Nikolaï avait du mal à penser qu’une jeune femme pleine de vie comme elle soit dans cet état. Il se souvenait aisément de Shani et Lya qui riaient ensemble et dansaient, et chantaient. A elles deux, elles étaient de véritables rayons de soleil. Mais encore une fois la guerre avait eu raison d’elles.

Sur le chemin, il croisa quelques Insurgés. Poli, il les salua d’un signe de tête avant de demander à Elisabeth s’il pouvait voir Lya. La louve essaya alors de lui parler, savoir comment il allait et sans doute tâter le terrain pour un retour possible. Nikolaï leva la main en l’air : « On n’va pas faire ça, Eli. » Il secoua la tête. « Je veux simplement voir mon amie, une nouvelle victime de la guerre, de VOTRE guerre. Et comme tu peux le voir, je suis toujours en colère. » Il haussa les épaules avant de s’éloigner dans le couloir, seul. Il entendit la jeune femme soupirer derrière lui mais elle ne chercha pas à le suivre. Et c’était tant mieux.

Au bout de quelques essais, une Guérisseuse s’approcha de Nikolaï pour savoir qui il cherchait. « Lya Stark. » répondit-il. La Guérisseuse sourit et l’amena un peu plus loin avant de toquer. Elle entra et annonça que quelqu’un venait rendre visite à la patiente. Elle se retourna pour laisser Nikolaï passer. « Oh, Nik ! » s’écria la jeune femme. L’ancien Insurgé regarda la Guérisseuse refermer la porte avant de porter son regard sur Lya. Elle était amaigrie, signe qu’elle ne se nourrissait pas beaucoup. Ses cheveux étaient ternes et ses joues roses. Elle avait pleuré il n’y a pas longtemps. Elle venait de reposer un livre sur son lit défait, signe qu’elle ne le quittait pas beaucoup.

« Bonjour Lya. » répondit-il avec un sourire avenant. Il vit une larme rouler sur la joue de la jeune femme qui se détourna rapidement. Il décida de faire comme s’il n’avait rien vu et s’assit sur le lit. « Ça faisait longtemps. Comment ça va ? » lui demanda-t-elle avec un sourire. Il ne l’avait jamais vu celui-là. Ce faux sourire que lui présentait chaque jour mais qu’elle, elle ne faisait jamais. C’était toujours sincère, naturel. Là c’était forcé et ça masquait tout le reste. Mais encore une fois, il décida d’ignorer ce fait.

« Si on oublie que je déteste toujours autant les cours et que je me tue à la tâche dans un travail de merde, ça va plutôt bien. » Il fit sourire la jeune femme. Elle connaissait depuis presque aussi longtemps que Teddy sa passion pour les études. « Et toi comment tu vas ? Noun n’est pas avec toi ? » s’étonna-t-il.

Il avança le sac qu’il tenait pour le mettre sous le nez de la jeune femme. « Je t’ai apporté quelques spécialités du salon de thé dans lequel je travaille. » lui dit-il. Il y avait quelques sachets de thé mais aussi des donuts. « Ils ne se sont surement pas aussi délicieux que tes Pookies mais ils valent le coup. » Il sourit et lui donna un petit coup de coude avant de se relever pour examiner la chambre. « Plutôt sympa ce coin ! Tu comptes y rester pour les fêtes de Noël ? » demanda-t-il d’un ton détaché, les mains dans les poches. Il jeta un coup d’œil par la fenêtre. Le Centre de Soins Clandestins ne restait jamais longtemps au même endroit et ce jour-ci, il était au sommet d’un ancien Observatoire.

« T’es au courant des dernières actualités ? » demanda-t-il en se retournant, appuyant son dos contre les carreaux. Il avait le visage plus sérieux mais un léger optimisme s’entendait dans sa voix. « Les Purificateurs sont en procès. Et je suis heureux de voir que cette saleté de Chef des Aurors tombe ! » Nikolaï avait eu des ennuis avec la jeune femme et il s’était réjoui de voir sa tête parmi les autres Purificateurs démasqués. « Irina m’a dit aussi qu’ils comptaient faire tomber Baker aujourd’hui. J’ai hâte de voir ce que ça va donner ! » D’un Accio, il attira une pomme posée dans la coupe de fruits sur la table de nuit et y croqua dedans. « En revanche, j’ai bien peur qu’ils ne mettent jamais la main sur ce Troll d’Avery. » Il croisa le regard de Lya qui l’interrogeait. Nikolaï hésita un moment avant de poursuivre : « C’est celui qui a démasqué … Shani. »

Kolia jouait à présent avec la pomme pour qui il se désintéressait. Il ne prononçait jamais son nom à voix haute, ça ramenait trop de mauvais souvenirs. Son regard fouilla automatiquement chaque recoin de la chambre à la recherche d’une goutte d’alcool qui lui ferait oublier tout ça. Mais il n’y avait rien. Il se frotta le nez avant de reporter son regard sur Lya. « Tu sais, elle est toujours là. » dit-il, énigmatique. Lya ne comprenait pas. Il laissa planer un silence avant d’ajouter : « Cette petite étincelle, cette joie de vivre que tu avais avant. Elle est toujours là. » Il voulait la rassurer, il ne voulait pas qu’elle perde espoir. Pourquoi ? Bah, peut-être que Lya lui rappelait Shani à quelque part …
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« J'ai réalisé que qu'importe où tu sois, ou ce que tu fasses, ou avec qui tu sois. Je ne vais jamais cesser, honnêtement, sincèrement, pleinement de t'aimer. »

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière Mardi 14 décembre 2021

Lya balança ses deux jambes sur le bord du lit, touchant de la pointe du pied le sol froid de sa chambre. Elle ne se levait que très rarement, depuis qu’elle avait repris pleinement ses esprits. La jeune femme était encore trop faible, elle avait la désagréable impression que le monde tanguait autour d’elle dès qu’elle se tenait debout trop longtemps. Lya sourit en entendant le jeune homme, qui mâchait toujours aussi peu ses mots. « Quand ce sera finit, tout ira pour le mieux, non ? » Souffla-t-elle en levant les yeux vers lui. Sa phrase valait autant pour les études de Nik que pour les choses qui se passaient dans leurs vies et qu’ils ne maîtrisaient pas. La guerre. Les Insurgés. Les Purificateurs. « Tu feras quoi, après avoir obtenu ton diplôme ? Tu iras à l’université ? »

L’université… Non, décidément, Lya ne voyait pas le jeune homme en études supérieures. Elle croisa les mains sur ses genoux, toujours souriante. Se passionner pour la vie de son ami lui permettait d’éloigner… ce qu’il s’était passé. Et ce qu’elle avait décidé d’oublier, de taire. La jeune femme éluda la question la concernant, ne se focalisant que sur la deuxième partie de la phrase de Nikolaï. « Noun est rentrée avec Teddy. C’est mieux pour elle, d’être auprès de ses frères et loin du Centre de Soin. » D’être loin des Insurgés, surtout. Les savoir dans l’entourage de sa fille rendait Lya nerveuse. Même si, au final, sa famille était encore avec les Insurgés, au Merlin Castle, elle préférait les savoir au château. C’était mieux qu’ils ne la voient pas comme ça.

« Je t’ai apporté quelques spécialités du salon de thé dans lequel je travaille. » Lya prit délicatement le sachet qu’il lui tendait, pour regarder ce qu’il contenait. Elle y préleva deux donuts, en proposant un à Nikolaï. Avec regret, elle ne pouvait pas faire de thé. Il n’y avait aucun moyen de faire chauffer de l’eau, dans sa chambre. « Ils sont quand même très bon. » Lui répondit-elle en picorant une bouchée du donuts avant de le poser sur sa table de nuit. « Les Pookies me manquent… j’adorais les faire, dans les cuisines de Poudlard ou à Honeyduke. » C’était un temps bien plus heureux et paisible. « Plutôt sympa ce coin ! Tu comptes y rester pour les fêtes de Noël ? » Lya haussa les épaules. C’était bientôt Noël, c’est vrai… elle avait presque oublié que décembre était déjà entamé. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée, pour les enfants. Ce ne serait pas trop bizarre, comme cadre ? » Elle soupira, inquiète du bouleversement et de l’incompréhension que devait traverser les petits. « Peut-être qu’il vaut mieux qu’ils fêtent Noël avec la famille de Teddy… Je ne sais pas. Je… on n’y a pas encore réfléchit, en fait. » Elle haussa de nouveau les épaules. Fêter Noël ne lui disait pas grand-chose. Elle n’avait pas vraiment la tête à ça, pas maintenant en tout cas.

« T’es au courant des dernières actualités ? » Lya le regarda, interrogative. « Non, vas-y, dis-moi ? Je ne sors pas vraiment d’ici. » La jeune femme se refusait de lire les journaux, aussi. Lire des nouvelles d’enlèvements, de disparitions, de meurtres… de telles choses ne faisaient qu’accentuer ses angoisses et ses terreurs nocturnes. « Les Purificateurs sont en procès. Et je suis heureux de voir que cette saleté de Chef des Aurors tombe ! » Lya n’arrivait pas à se réjouir à cette nouvelle. A la digérer. Sa gorge était nouée. « Ah... » Est-ce qu’elle était une des dernières victimes des Purificateurs ? Est-ce qu’ils pouvaient enfin croire à la fin de ce cauchemar ? « Tomber… Baker ? » Répéta-t-elle en se glissant sous sa couverture. Dire une nouvelle fois ces mots à voix haute rendait la chose un peu plus réelle, plus tangible. « J’espère que les élèves ne feront pas des folies... » Baker était tristement célèbre, et les enfants de Poudlard ne méritaient pas de tomber entre ses griffes cruelles.

« En revanche, j’ai bien peur qu’ils ne mettent jamais la main sur ce Troll d’Avery. » Lya leva les yeux vers son ami. Elle n’arrivait pas à remettre ce nom sur un visage. Il y avait tellement d’Avery de par le monde. « C’est celui qui a démasqué … Shani. » Cet Avery. Le visage de la jeune femme se ferma subitement tandis que le visage de son amie s’imposait dans son esprit. Shani était une personne si solaire, prête à aider son prochain et qui n’avait, elle, jamais fait le moindre mal à quelqu’un. Et c’était tombé sur elle, par une obscure décision du destin. Parce qu’Avery faisait lui aussi parti de cette guerre stupide, à la fois victime et bourreau. Comme eux tous. « Tu sais, elle est toujours là. » Elle… Shani ? Est-ce que Nik voulait dire que Shani était toujours présente, dans l’esprit de ses amis ? Que sa gentillesse rayonnait par-delà sa mort ? « Cette petite étincelle, cette joie de vivre que tu avais avant. Elle est toujours là. »

« C’est gentil, Nik... » souffla-t-elle, un peu surprise par ce brusque changement de sujet. « … Mais je sais qu’elle n’a pas disparu. Je suis comme avant, tu sais ? Juste… malade. » Elle lui sourit, radieuse. Il ne fallait pas qu’il s’inquiète, lui aussi. Déjà qu’elle n’arrivait pas à donner le change avec Teddy, il ne fallait pas que Nikolaï se mette lui aussi à lire en elle comme dans un livre. « C’est temporaire. Rien de grave. » Elle balaya l’air de la main, comme pour lui demander de changer de sujet. « Parles-moi plutôt de toi. Est-ce que tu comptes bientôt retourner en Russie, pour des vacances ? Je sais que ce pays avait vraiment plût à Teddy, quand il était étudiant, peut-être que tu pourrais organiser quelque chose avec lui… ? »</rp018txt>
:copyright:️2981 12289 0[/b][/color]

_________________


I will not stop hoping thanks to you ♥️

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière
Mardi 14 décembre 2021

« Tu ferais quoi, après avoir obtenu ton diplôme ? Tu iras à l’université ? » Nikolaï pouffa de rire. « Moi ? à l’université ? » Il secoua la tête. « Ilya aimerait bien … et … j’avoue que ça me tente moyen. Je ne suis pas pressé de voir l’année se finir, aussi je prends le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre. Sincèrement. » Non, les études n’étaient pas faites pour lui, mais si ça lui permettait d’obtenir un bon poste au final … Il ne savait même pas ce qu’il souhaitait faire ! Depuis toujours, il essayait de se démerder dans la vie comme il pouvait. Et là, avec les Romanov, on lui offrait tout un tas de possibilités.

La conversation se poursuivit entre les deux amis, abordant les enfants restés avec Teddy, le temps des Pookies puis les fêtes de fin d’année qui approchaient. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée, pour les enfants. » répondit Lya en regardant sa chambre. « Ce ne serait pas trop bizarre, comme cadre ? » Kolia haussa les épaules, admettant que ce n’était certainement pas le mieux pour fêter Noël avec des enfants. « Peut-être qu’il vaut mieux qu’ils fêtent Noël avec la famille de Teddy… Je ne sais pas. Je… on n’y a pas encore réfléchi, en fait. » Nikolaï la regarda. Lya était un peu perdue manifestement. Perdue dans le temps, perdue dans l’endroit. « Moi, je pense qu’ils seraient mieux avec leur mère. » dit-il en la regardant droit dans les yeux. Puis il détourna rapidement la conversation vers le procès des Purificateurs qui était engagé depuis une quinzaine de jours.

Lya gardait le silence, glissant quelques mots par-ci par-là. Ca faisait de la peine à voir. Mais Nikolaï refusait de croire que c’était la fin du soleil de Lya. Non, ça ne pouvait être ainsi. Il décida alors de tenter une nouvelle approche.

« C’est gentil, Nik … Mais je sais qu’elle n’a pas disparu. Je suis comme avant, tu sais ? Juste… malade. » Nik eut un petit rire amusé. « Si tu le dis … Je veux te croire. » Il releva la tête vers elle, sincère. Rien que pour Teddy. Il méritait d’avoir une femme aussi radieuse qu’avant. Mais aussi pour donner le change face à ces Purificateurs : vous voyez, non, vous ne m’avez pas pris ma joie de vivre. Vous n’avez pas réussi. « C’est temporaire. Rien de grave. » Nikolaï hocha la tête, se promettant que ce serait la dernière fois pour aujourd’hui qu’il aborderait le sujet. Lya n’avait nul besoin d’être harcelée. Ses blessures se guériraient petit à petit.

« Parle-moi plutôt de toi. » Lya se redressa, souhaitant visiblement avoir un peu de distraction. « Est-ce que tu comptes bientôt retourner en Russie, pour des vacances ? Je sais que ce pays avait vraiment plu à Teddy, quand il était étudiant, peut-être que tu pourrais organiser quelque chose avec lui… ? » Nikolaï sourit, étonné de voir que la jeune femme semblait vouloir se débarrasser de son fiancé. « La Russie restera toujours dans mon cœur. » confirma-t-il. « Mais … pour le moment, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. » dit-il. « La Russie me rappelle trop de mauvais souvenirs … Un peu comme l’Angleterre au final. » Il laissa échapper un rire nerveux. « Je ne pense pas avoir d’attache nulle part, du moins pour le moment. Alors, revenir en Russie … très peu pour moi. Au contraire, si j’ai l’occasion d’aller voir ma cousine Svetlana en Amérique, je sauterai sur l’occasion ! » Oui, découvrir d’autres pays, avoir l’occasion de recommencer à zéro à autre part … Mais pas pour le moment : Irina avait encore besoin de lui.

« J’ai rencontré une fille. » dit-il à Lya en jonglant avec sa pomme à moitié mangée. « Ne va pas te faire d’idées : ce n’est pas une fille pour moi. » reconnut-il. « Elle a déjà un copain. » précisa-t-il. « Mais elle est … spéciale. » Il haussa les épaules. « Elle est timide, douce. Elle a un petit côté attachant. Elle est mystérieuse aussi. Et pleine de surprise. » Il sourit, pensif. « Je l’ai rencontré un soir, au Chaudron Baveur. » Il secoua la tête, hilare. « Ce n’est pas une alcoolo comme moi. Oh non ! Je suis même certain qu’elle n’a jamais touché à une goutte d’alcool. Elle boit que du jus de citrouille. Et elle m’a aidé pour un devoir d’Histoire. » Il rejeta la tête en arrière et soupira. « Je n’ai pas une vie bien palpitante mis à part cette fille. Mon professeur est assez sympa. Noah Simons, tu connais ? » Kolia rentra les mains dans les poches avant de faire quelques pas dans la chambre, agacé de rester immobile.
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« J'ai réalisé que qu'importe où tu sois, ou ce que tu fasses, ou avec qui tu sois. Je ne vais jamais cesser, honnêtement, sincèrement, pleinement de t'aimer. »

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière Mardi 14 décembre 2021

Nikolaï riait. C’était si bon de l’entendre rire à nouveau, après tout ce qui s’était passé. Tout redevenait normal, peu à peu. Tout du moins, en apparence. Lya ferma les yeux, un instant. Oui, tout redevenait normal, malgré les pertes subies, et les évènements, les mots et la terreur qui ne pourront jamais être complètement oubliés. « Tu ferai sans doute un malheur, à l’université. » La jeune femme lui sourit gentiment. Nik était doué en magie, et il aurait sans doute d’excellentes notes dans les cours pratiques – même si la théorie semblait être son point faible. Il se ferait sans doute tout un tas d'amis, aussi.  

« Moi, je pense qu’ils seraient mieux avec leur mère. » Lya se sentit comme glacée. Ce que venait de dire le jeune homme la remuait, sans qu’elle ne comprenne bien pourquoi. Ses enfants seraient mieux avec leurs deux parents, certes, mais… est-ce qu’elle pouvait encore assumer son rôle de mère ? Est-ce qu’elle pouvait encore prétendre pouvoir s’occuper de ses enfants, de leur prodiguer de l’amour alors que, alors que… ? Et si un jour, on venait à savoir ce qu’elle avait fait ? Et si un jour, on embêtait ses petits, on leur fermait des portes juste parce qu’elle était un monstre ? Peut-être… oui, peut-être devrait-elle mieux prendre ses distances avec eux, dès maintenant. Ne pas leur faire subir le poids de ses fautes, de ses erreurs. Teddy… Teddy serait sans doute soulagée aussi, de ne plus l’avoir entre les pattes, non ? La jeune femme s’absorba dans l’observation de ses mains. Son absence ne dura pas plus d’une minutes, mais Nik avait sûrement dût la voir. Se mordant la lèvre, Lya pria pour que le jeune homme mette cela sur le compte de la fatigue.

La jeune femme retrouva peu à peu son sourire, alors que Nik commençait à parler de ses projets futures. La diversion avait mieux marché qu’elle ne l’avait pensé : le jeune homme semblait ne pas pouvoir s’arrêter de parler. Un petit sourire flotta sur ses lèvres. C’était sans doute mieux ainsi. Il fallait qu’elle enterre ses peines et ses doutes au plus profond d’elle, et qu’elle se consacre à deux cent pour cent aux autres. « Si jamais tu vas en Amérique, tu reviendras quand même, dis ? » Lya le regarda, le menton dans les mains, assise en tailleur sur son lit. Elle paraissait minuscule ainsi, et semblait enfin avoir son âge : dix-neuf ans. « Tu manquerai beaucoup trop aux jumeaux. Et à moi, aussi. » La jeune femme baissa les yeux. Elle n’aimait pas dire des choses comme cela, elle passait sûrement pour une personne égoïste, qui ne pensait qu’à son petit bonheur. Nikolaï, après tout ce qu’il avait subit ici avait toutes les raisons du monde de vouloir recommencer ailleurs, sur un autre continent.

« J’ai rencontré une fille. » Lya releva la tête, sincèrement intéressée. Un peu d’amour dans leur quotidien de violence et de morts, ça ne pouvait faire de mal à personne. « Nik… Tu es trop dur avec toi-même. » La jeune femme se rapprocha de son ami, en essayant de faire abstraction de ce mot, qui tournait dans sa tête. Le Chaudron Baveur… Un endroit remplie de souvenirs, avec ses amis, avec Teddy, avec… Carl. Elle ferma les yeux, se maudissant de penser à lui. Depuis longtemps, elle avait réussi à oublier, à refermer une porte sur ce pan de son passé, alors pourquoi maintenant ? « Tu n’es pas un alcoolo. Et je suis sûre que cette fille va vite se rendre compte de tes qualités. » Refouler, encore et encore. Refouler Carl, son oncle, leurs meurtres. Refouler la peur, la torture des Purificateurs. Refouler la mort de cet homme. Lya inspira à fond, se força à sourire, avant de poursuivre. « Tu es sûr qu’elle a un petit-ami ? Peut-être que tu t’es trompé ? » Faux, tout ça sonnait terriblement faux aux oreilles de la jeune femme. Mais que pouvait-elle faire d’autre ? Que pouvait-elle dire d’autre ? Nik avait besoin d’elle, et elle, elle avait besoin d’oublier sa propre vie.

« Je n’ai pas une vie bien palpitante mis à part cette fille. Mon professeur est assez sympa. Noah Simons, tu connais ? » Lya secoua la tête, négativement. Mais toujours avec ce fameux sourire sur les lèvres. Calme, il fallait qu’elle reste calme. « Non, mais les professeurs ont dû changer depuis ma sixième année, tu sais. » Elle se leva, prit un verre d’eau sur la table de nuit. Ses mains tremblaient. Combien de temps pourrait-elle tenir, ici ? Dans cet endroit dirigé par des gens qu’elle haïssait ? Combien de temps garderait-elle ce secret ? Elle avait moins de crise de panique, et ne sombrait plus dans des délires mais… Est-ce qu’elle pourrait vivre comme ça éternellement ? « Ta vie est sans doute plus palpitante que la mienne, je ne fais rien de mes journées à part lire. » Les visites, trop rares à son goût, de ses amis et de sa famille améliorait un peu son humeur. Mais à chaque fois, elle retombait immédiatement dans l’angoisse lorsqu’ils partaient. Tenir ce rôle de personne souriante et chaleureuse alors qu’elle se sentait ravagée à l’intérieur la détruisait à petit feu. C’était bien trop dur… « Mais bon, je ne me plains pas, on me chouchoute bien ici. » Un tremblement de sa main plus fort que les autres envoya valser le verre sur le sol. Lya laissa échapper un juron, avant de se pencher pour ramasser les morceaux coupants. « Laisse, Nik, je vais le faire… Merde. » En voulant trop se précipiter, elle s’était entailler la main. Du sang coulait, du sang rouge, en abondance… La jeune femme ferma les yeux, pour éviter d’avoir conscience que son regard se voilait de larmes. Tout ce qu’elle contenait depuis presque quinze jours remontait à la surface. « Je n’en peux plus, Nik. Je veux que ça cesse. » Souffla-t-elle. C’était les premiers mots totalement sincères qu’elle adressait à quelqu’un. C’était la première fois depuis qu’elle était ici que le carapace qu’elle venait de se forger se brisait suffisamment pour lui permettre de dire cela.<[/b]/rp018txt>
:copyright:️2981 12289 0

_________________


I will not stop hoping thanks to you ♥️

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière
Mardi 14 décembre 2021

« Nik… Tu es trop dur avec toi-même. » répliqua la jeune femme, arrachant un sourire à Nikolaï. « Tu n’es pas un alcoolo. Et je suis sûre que cette fille va vite se rendre compte de tes qualités. » Nik hocha la tête, guère convaincu cependant. Il était un alcoolo, il buvait beaucoup trop pour la normale, beaucoup trop, et beaucoup trop souvent. Quant à ses qualités, est-ce qu’il en avait vraiment ? On disait de lui qu’il était gentil, avenant, affectueux. Mais n’était-ce pas un masque pour cacher le garçon mélancolique, triste et esseulé qu’il était ? N'était-ce pas pour cacher son véritable visage ? Il n’était pas un gars bien, il avait prétendu l’être dans les bras de Shani mais il devait se rendre à l’évidence : il était autant responsable que les Insurgés de sa mort. Il détruisait tout ce qu’il touchait.

« Tu es sûr qu’elle a un petit-ami ? Peut-être que tu t’es trompé ? » Nikolaï secoua la tête. « Elle me l’a dit elle-même. » expliqua-t-il avant d’hausser les épaules. « C’est pas grave. Elle a l’air bien avec lui. Et c’est tout ce qui compte. » assura-t-il bien qu’une partie de lui, égoïste, aurait réclamé qu’elle soit malheureuse pour qu’il ait une chance.

Il voulut changer de sujet, parler de son professeur particulier. Après tout, il n’y avait rien de plus à en dire sur Camilla. Les choses n’étaient pas allées plus loin, et elles n’iraient pas plus. Voilà tout. « Non, mais les professeurs ont dû changer depuis ma sixième année, tu sais. » Nik sourit. « J’suis pas certain en plus que Noah soit allé à Poudlard. Il a un léger accent français. » dit-il en voyant la jeune femme prendre un verre d’eau. Elle paraissait si fragile rien qu’en esquissant ce geste que Kolia ne pouvait s’empêcher de river son regard sur le verre d’eau. « Ta vie est sans doute plus palpitante que la mienne, je ne fais rien de mes journées à part lire. » Nik esquissa un sourire, comme désolé d’apprendre cela. Mais il ajouta sans tarder : « J’ai hâte que tu puisses sortir de cet endroit et que tu puisses à nouveau goûter au soleil sur ta peau. Même si ces derniers temps, il se fait rare. La neige a recouvert tout Londres et ça ne compte pas se terminer avant deux bonnes semaines. » Il ne parlait que rarement météo, mais cela permettait d’ignorer le tremblement de la main de Lya alors qu’elle portait le verre d’eau à sa bouche. Devait-il dire quelque chose ? Ou laissait les choses se faire ? Peut-être qu’il s’inquiétait pour rien ?

« Mais bon, je ne me plains pas, on me chouchoute bien ici. » Nik hocha la tête quand soudain, le verre échappa des mains de la jeune femme et s’écrasa sur le sol dans un grand éclat. Nik se redressa alors que la jeune femme se pencher pour ramasser les morceaux. « Attends, je vais t’aider, je … » « Laisse, Nik, je vais le faire… Merde. » « Attention ! » s’exclama-t-il, trop tard, tandis qu’un liquide rouge perlait du doigt de la jeune femme. « Ce n’est rien, ne t’inquiètes pas, je … » Mais la jeune femme se laissa glisser au sol, ignorant les autres morceaux coupants et soupira, les larmes aux bords des yeux. « Je n’en peux plus, Nik. Je veux que ça cesse. » Il releva la tête vers elle, accroupi. Elle craquait. Elle avait voulu paraître forte tout le long mais cette fois-ci, sa carapace craquait.

D’un coup de baguette, il déplaça les bouts de verre vers la fenêtre, assez éloigné pour que la jeune femme ne se coupe pas à nouveau, et vint s’asseoir à côté d’elle, le dos appuyé contre le lit. « Que veux-tu qui cesse ? » demanda-t-il doucement en jetant un « Ferula » qui fit apparaître un bandage autour du doigt de la jeune femme. Nik passa un bras derrière les épaules de Lya et l’invita à poser la tête sur son épaule. « Je sais que c’est difficile pour le moment, que tu n’arrives pas à trouver d’issues, que tu penses que tu n’arriveras jamais à surmonter mais que tu dois tout de même le faire pour tes enfants. Mais je te promets, Lya, je te promets qu’un beau jour, tu te réveilleras, et ça ira un tout petit mieux que le jour d’avant. Et puis le lendemain, ça ira encore un peu mieux. Ce sera imperceptible au départ, mais ça ira mieux. »

Il embrassa le haut de son front et caressa doucement ses cheveux, comme l’adaptant à sa voix basse et paisible. « Ca ne veut pas dire que tu ne seras plus jamais triste en repensant à tout ça. Il y aura des jours où ça n’ira pas, mais pense toujours que le lendemain, tu pourras faire mieux. Tu retrouveras le sourire, le vrai sourire, je veux dire. Pas celui que tu m’as servi en entrant. » Il sourit doucement et ses doigts vinrent caresser son épaule, réconfortants.

« Les choses vont rentrer dans l’ordre. Cette épreuve t’aura changé à tout jamais, c’est certain. Mais tu vas redevenir mère, tu vas reprendre goût à la vie, et tu vas aimer. Tu vas aimer encore pendant longtemps. » promit-il alors que ses doigts vinrent relever le menton de la jeune femme. « Je sais que je ne suis pas le mieux placé pour donner ce genre de conseils. J’ai encore du mal à m’en sortir moi-même. Mais je me bats, je me bats chaque jour que Merlin fait, parce que je sais que des gens comptent sur moi. Et … je sais que Shani aurait voulu que je vive au lieu de m’apitoyer sur mon sort. C’est dur, mais c’est ce qu’est la vie : injuste avec quelques moments de bonheur. Et c’est pour ça qu’on continue à l’apprécier. »

La jeune femme croisa son regard et il eut un petit sourire moqueur. « Quoi ? Tu me trouves trop solennel ? » Il fit une grimace. « Ouais, ça ne me ressemble pas trop ces grands discours. Mais j’ai parfois des portées philosophiques alors … profite ! » Son sourire s’élargit et il embrassa à nouveau le sommet du crâne de Lya. « Je tiens à toi, c’est tout. Et je veux que tu comprennes que ce n’est pas grave. Ce n’est pas grave si ça ne va pas aujourd’hui. Tu as le droit de trébucher. Le plus important est de se relever. » Il glissa un clin d’œil avant de lever ses mains en l’air. « Je te promets que c’était mon dernier dicton ! »
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« J'ai réalisé que qu'importe où tu sois, ou ce que tu fasses, ou avec qui tu sois. Je ne vais jamais cesser, honnêtement, sincèrement, pleinement de t'aimer. »

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière Mardi 14 décembre 2021

La jeune femme n’osa pas aborder plus en profondeur le sujet de cette fameuse fille. Nik avait vraiment l’air de tenir à clore ce chapitre, et elle le comprenait : si cette fille était déjà en couple, autant ne pas remuer le couteau dans la plaie. Et Merlin savait que le jeune homme n’avait pas besoin de cela, surtout en ce moment. Elle le laissa alors choisir de s’épancher sur d’autres sujets. Tout était bon à prendre, du moment qu’il était heureux, et qu’il la distrayait. Lya ferma les yeux lorsqu’il lui parla de la neige. Ça faisait remonter des souvenirs… La première fois qu’elle en avait vu, elle avait à peine dix ans. Elles avaient été tellement émerveillées, avec Lucie, qu’elles étaient restées debout jusqu’à tard dans la nuit. De gros flocons qui tombaient sans discontinuer du ciel, c’était vraiment magique pour deux jeunes Australiennes comme elle. Lya aurait voulu retourner à cette époque, de toutes ses forces. Tout était tellement plus simple, plus évident…

Le verre d’eau… le verre d’eau lui avait échappé des mains, et elle n’avait pût que le regarder sans rien faire. Comme si le temps lui-même était ralenti, interrompu. Lya s’était à peine rendu compte du regard de Nik, elle n’avait pas entendu sa mise en garde. Tout était si flou, si cotonneux autour d’elle. Elle se sentait comme prise au piège, menacée. « Que veux-tu qui cesse ? »  La jeune femme se mordit les lèvres, assez fort pour y laisser les marques de ses dents. Elle n’arrivait pas à lui répondre, et ne savait pas quoi dire. Du bout des doigts, Lya toucha le bandage que Nik venait d’invoquer grâce à la magie. Elle s’assit plus confortablement sur le sol, profitant que le jeune homme ait débarrassé les débris du verre pour les mettre plus loin d’elle. Détournant le regard, elle fixa ses mains, pour ne pas avoir à regarder son ami dans les yeux alors qu’il faisait tout pour la rassurer. C’était trop… dur de se sentir impuissante comme ça, surtout pour elle qui avait toujours tout fait pour soutenir les autres de son mieux. Et cette fois, c’était Nik qui se chargeait de ce rôle pour elle. Alors qu’il avait tellement, tellement souffert… La jeune femme ferma les yeux, encore une fois. Elle était égoïste, avec lui, et elle ne pouvait pas supporter d’être comme ça.

Lya prit la main du jeune homme, qui lui caressait l’épaule, dans la sienne, tout doucement. La serrer rendait tout un peu plus réel. Elle voulait le croire, elle voulait tellement le croire lorsqu’il lui disait que tout irait mieux. Elle voulait croire que Nik ne reverrait plus jamais ce masque de faux-semblant qu’elle s’était consciencieusement composée pendant ses deux semaines. Lya essaya d’écouter jusqu’au bout, de retenir tout ce que lui disait son ami. C’était un discours emprunt d’espoir, d’optimisme. Et si elle avait bien besoin d’une chose en cet instant, c’était de croire que tout allait redevenir normal. La vie était vraiment injuste avec elle, depuis qu’elle avait seize ans, mais il y avait eu de petits moments de purs bonheur, irremplaçables. Noun, ses amis, son travail, Teddy et les jumeaux… Elle devait continuer à se battre comme Nikolaï, pour eux, pour sa vie avec eux. La jeune femme regarda son ami dans les yeux, un lueur un peu rieuse brillant au fond de ses prunelles. « Quoi ? Tu me trouves trop solennel ? »  Lya pencha la tête d’un côté, en souriant doucement, pour lui faire comprendre que oui. Ce n’était pas souvent qu’elle avait le droit à un tel laïus de sa part. Elle connaissait beaucoup plus le Nik blagueur, celui qui ne perdait pas une occasion pour faire rire les autres. Mais qu’il soit un peu plus sérieux de ne la gênait pas, loin de de là. C’était exactement ce dont elle avait besoin.

« Je tiens à toi aussi, Nik. » Lya leva les yeux vers le jeune homme. Elle n’avait qu’un léger sourire sur le visage, car elle avait retenu la leçon : pas de faux sourire pour lui. « Et je sais que tu seras là, quoi qu’il arrive. Et c’est réciproque pour moi. » Ils avaient tout deux subit de grandes pertes dans cette guerre, ils devaient se serrer les coudes. Les amis étaient là pour ça, de toutes façon, non ? « Je pense… Je pense que je vais quitter les Insurgés. Définitivement. » Durant ses jours de convalescence, elle y avait longuement pensé. Ses cauchemars ne mettaient pas en scène juste ses bourreaux, mais aussi ceux qui étaient censés être ses alliés, ses amis. Comment pourrait-elle ne serait-ce que remettre les pieds au Merlin’s Castle dans ces conditions. « J’ai… j’ai besoin d’une vie normale. Ça fait trop longtemps que je me cache, que j’ai peur. » Une vie normale… Elle pourrait reprendre son ancien appartement, son ancien emploi. Élever ses enfants sans avoir peur de les laisser seule un instant. Ne pas craindre une attaque des Purificateurs à chaque instant… Un tel énoncé la laissait un peu rêveuse. C’était ce que Nik avait fait, non ? Alors pourquoi pas elle ? Lya se leva et le prit dans ses bras. Elle se sentait un peu mieux, après son discours. Culpabiliser parce qu’elle ne se sentait pas bien actuellement ne servait à rien, de toutes manières – il faudra bien qu’elle garde cette idée en tête à chaque fois qu’une crise de ce genre viendra. « Tu pourras me rendre visite quand tu veux, tu sais ? Je crois… qu’on a tout les deux besoin d’un bon soutien mutuel. »

La jeune femme se pinça la lèvre inférieur. Pouvait-elle, ou ne pouvait-elle pas en parler avec le jeune homme ? Elle connaissait son passé assez tumultueux… Peut-être qu’il pourrait l’aider, la rassurer ? « Nik… Je fais sans cesse le même cauchemar. » Doucement, elle prit la main du jeune homme pour qu’il s’assoit à côté d’elle, sur le lit. « Dans ce trou où m’ont jeté les Purificateurs… Quand j’ai été libérée, c’était la folie. Tout le monde courrait dans tout les sens, et des sorts fusaient de partout. » Elle déglutit avec difficulté, les yeux dans le vague. Tout lui semblait si réel, alors qu’elle ne faisait que l’évoquer. « A un moment, je me suis retrouvé coincé, avec Noun. J’avais tellement peur qu’ils me reprennent ma fille… Je n’ai pas réfléchi, j’ai agit instinctivement. » Le sort était venu tout seul sur ses lèvres, sans qu’elle n’ait eu à se demander si elle faisait quelque chose de mal. « J’ai tué quelqu’un, Nik. Et son visage me hante chaque nuit. » La jeune femme regardait ostensiblement le sol, n’osant pas affronter le regard de son ami. « Je… j’ai tué quelqu’un, et je ne sais pas comment vivre avec ça Nik. Comment je peux encore regarder mes amis, mes enfants ou Teddy en face, alors que je suis une meurtrière ? » Instinctivement, elle se rapprocha de lui, pour chercher une présence rassurante. Elle voulait juste qu’on la comprenne, qu’on la rassure. « Je ne l’ai encore jamais dit à personne… Même pas à Teddy, je crois. » Elle avait eu plusieurs crise de colère, ou de panique. Peut-être avait-elle lâché quelque chose qui l’avait trahis à ce moment-là ? En tout cas, Teddy n’y avait jamais fait allusion.
:copyright:️2981 12289 0

_________________


I will not stop hoping thanks to you ♥️

descriptionAccepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière  EmptyRe: Accepte ta part d'ombre, retrouve ta lumière

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum