Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyC'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

D’un mouvement de baguette sur la bouilloire que j’avais ramené dans la Salle Commune, je fis bouillir l’eau qu’elle contenait. Dans un coin de la pièce qui projetait ses reflets verdâtres, en provenance du lac, sur les murs. J’ai toujours trouvé cette pièce un peu glauque, mais peut-être que c’est parce que je n’avais pas trouvé ma place avant cette rentrée scolaire dans ma maison. Ou peut-être parce, que ce soit ma chambre à l’orphelinat ou celle dans l’appartement de mon oncle, j’avais toujours vécue en hauteur. Ou tout du moins, pas sous un lac.

Mais maintenant, je commençais presque à l’aimer, cette pièce. Ça faisait presque cinq ans que je l’apportais, que je passais la plupart de mes soirées entre ses murs, ou devant le feu. A faire mes devoirs ou, comme à présent, à me préparer un thé. Je ne savais même pas si c’était autorisé par les règles… Mais bon, il faut bien vivre dangereusement parfois ! Comme si un petit thé pouvait tuer quelqu’un… Je parcours du regard rapidement les élèves présents dans la salle – aucun ne fait attention à moi, d’ailleurs. Je ne connais personne.

Il est vrai qu’à part Josh et Lana, je ne connais pas grand monde à Serpentard. Je ne me suis jamais mêlée aux autres, avant mon échange scolaire, et quand je suis revenue de celui-ci… Et bien, le fait que je saute une classe, que je change de nom de famille aussi, je pense que ça a mis encore plus de distance entre moi et mes camarades. La petite Irina Liddell avait laissé la place à Irina Romanova, une jeune fille qui s’assumait telle qu’elle était. En y repensant, on ne peut certainement pas penser à un changement plus radical. Je souris, pour moi-même. J’ai promis à ma famille de faire des efforts, pour qu’ils soient fière de moi. J’ai promis à mon père adoptif de m’ouvrir plus aux autres. Et j’essaye, vraiment ! Mais ce n’est pas facile, et je pense que je dois juste prendre mon temps. On n’était qu’au début décembre, après tout !

Je fronces les sourcils. J’ai la sensation étrange, indistincte, qu’on m’observe. En me retournant, j’aperçois une jeune fille blonde. Juliette, je crois ? Elle est dans ma classe depuis cette année, et on a un an de différence. Je la côtoie depuis que j’ai onze ans, mais je ne connais pas grand-chose d’elle. Plutôt effrayant, quant on y pense… J’éteins la bouilloire d’un mouvement de baguette, je prépare une tasse, je verse le liquide dedans. Le thé que j’ai ramené du Japon a donne une belle couleur, ambrée, d’où montait une agréable fumée. Je sens toujours des regards qui se posent sur moi. Peut-être que le sifflement de l’eau chaude les a dérangé ? Je sursaute quand je vis la jeune femme blonde tout prés. « Oh, salut... » Je me retiens de justesse pour ne pas l’appeler Juliette. Et si je me trompais de prénom ? « Hum… Tu veux du thé ? » C’est la première chose qui m’avait traversé l’esprit, je l’avoue. Il faut dire que j’étais plutôt surprise de son apparition. « Assied-toi, je t’en prie... » Je lui désigne le sol. Contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre, celui-ci n’est pas froid. Je replie mes jambes sous moi, m’installant plus confortablement en attendant qu’elle prenne la parole. Je n’ai jamais été douée pour démarrer les conversations.
© 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

Si il y a bien une chose à savoir sur Juliette, c'est qu'elle aime le chocolat. Elle ne passe pas un jour sans manger ou boire quelque chose qui y ressemble (chocolat chaud, ce qui est plus rare vu qu'elle préfère le thé ; gâteau au chocolat...). Bref, si il y a du chocolat, c'est sûr qu'elle le mangera.

Ce que Juliette aime aussi, c'est de se poser à côté d'une fenêtre, alors qu'il pleut, avec un bon polar, comme elle aime. Comme la Salle Commune des Serpentards se trouve sous l'eau, c'est compliqué de lire quand il pleut. Mais qu'importe. Elle a apprit à aimer regarder les créatures marines qui passent langoureusement devant les vitres, en provoquant d'étranges bruits comme le chant de l'eau, ce qui remplace très bien la musique que provoquent les gouttes de pluie contre la vitre.

Elle était donc là, à côté de la fenêtre, plongée dans son roman, haletante. Le serial-killer s'approchait dangereusement de sa quatrième victime, un couteau à la main... Quand le bruit d'une bouilloire la fit sursauter. Juliette leva vaguement le nez pour voir une jeune fille de sa classe se préparer du thé. Quelle bonne idée elle avait eu ! Du thé accompagnerait très bien les chocolats qu'elle avait à côté d'elle. Mais abandonnerait-elle son thriller passionnant ? Telle est la question.

La jeune fille se versa une tasse. Le thé semblait diaboliquement bon... Et entraîna Juliette, sans que qu'elle ne me rende compte, à se lever et à s'approcher d'elle, son sachet de friandises dans une main, son livre dans l'autre. Elle se tourna vers Juliette.

"Oh, salut... Hum… Tu veux du thé ? "

Elle ne sais pas pourquoi, mais sa question la fit sourire. Avant même que Juliette ne réponde, elle me montra le sol :
"Assied-toi, je t’en prie... "

La serpentarde s'assis et posa son livre devant elle.

" Je m'appelle Juliette. Tu veux des Chocogrenouilles ? " demanda-t-elle en tendant le sachet.

Pour elle, le chocolat avait plusieurs effets magiques, comme commencer une discution.

   
Lilith


Dernière édition par Juliette le Jeu 2 Mai - 23:11, édité 2 fois

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

La jeune femme s’assit à côté de moi, posa son livre sur le sol. Je coule un regard vers le titre, mais il ne me dit rien. Il faut dire que je ne suis sûrement pas au fait de la littérature actuelle : j’ai conservé des mes années à l’orphelinat une certaine affection pour les œuvres plus anciennes, qui peuplaient les rayons de la maigre collection dont nous disposions.« Je m'appelle Juliette. » Ah, je ne m’étais donc pas trompé sur le prénom. Comme quoi, il faudrait peut-être que je fasse plus confiance à ma mémoire.

Sur le point de me présenter, la jeune femme poursuivit sans m’en laisser le temps. « Tu veux des Chocogrenouilles ? » « Heu... » Je dois avouer que cette demande était un peu trop soudaine, pour moi. Je n’ai pas l’habitude qu’on me propose des friandises après avoir prononcé quelques phrases d’une banalité consternante. « Enfin, je veux dire… Ouais, je veux bien. » J’évite de croiser son regard. Je ne sais pas pourquoi, mais Juliette m’intimide. Peut-être parce qu’elle a un an de plus que moi ? Ou alors parce qu’elle était sincèrement gentille ? Toujours est-il que je garde les yeux baissés en faisant apparaître une seconde tasse, que je remplie presque à ras-bord du liquide fumant.

« Tiens. » Lui fis-je en lui tendant avec un sourire timide, mais sincère. « Je m’appelles Irina, au fait. » Je prends un chocolat dans le sachet que Juliette m’avait tendu, comme si ça pouvait me donner la force de poursuivre. Mais parler, en vrai, ce n’était pas si terrible que ça. « On est dans la même classe, d’ailleurs. » Je lève enfin les yeux vers elle. Par Raspoutine, ce qu’elle a l’air gentille ! Pourquoi donc ne l’ai-je pas rencontrer avant ? « En fait, j’ai sauté une classe à la rentrée, et j’étais en échange scolaire l’année dernière… Je ne pense pas qu’on ce soit beaucoup croisé durant mes trois premières années ici, du coup. » Je souffles sur le haut de ma tasse, regardant avec un émerveillement non dissimulé la danse que formait les volutes de fumée. Je me sentais calme, apaisée, ce qui n’était pas arrivée depuis longtemps lorsqu’une conversation avec une quasi inconnue s’engageait.
© 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

" Heu...Enfin, je veux dire… Ouais, je veux bien.  "

Juliette l'oberva discrètement. La jeune fille ne semblait pas vouloir la regarder. Peut-être elle était très timide ? Juliette lui fit un sourire gentil pour la rassurer, en quelque sorte. Ce cliché des Serpentards méchans était relativement faux. Juliette, quelque part, était foncièrement gentille.

Cette dernière attrapa sa tasse. Elle sentit rapidement l'odeur qui s'en dégageait ; une vieille habitude, avant d'en boire une gorgée. Il était délicieux et n'avait pas du tout le même goût que les thés anglais qu'elle avait l'habitude de boire.

" Je m’appelles Irina, au fait.On est dans la même classe, d’ailleurs. En fait, j’ai sauté une classe à la rentrée, et j’étais en échange scolaire l’année dernière… Je ne pense pas qu’on ce soit beaucoup croisé durant mes trois premières années ici, du coup. "

Juliette lui sourit une nouvelle fois maintenant que Irina la regardait dans les yeux.

" Enchantée. Et c'est vrai, on ne s'est pas beaucoup parlé, mais je traînais souvent avec des élèves plus vieux qui sont partis maintenant. "

Juliette reprit une gorgée de thé. Bon sang, ce qu'il était bon ! Alors, elle reposa sa tasse, et lui demanda, avant de reprendre une Chocogrenouille :

" Ce thé est super bon ! Mais je n'ai pas l'impression qu'il est anglais, d'où il viendrait ? "

   
Lilith


Dernière édition par Juliette le Ven 3 Mai - 0:29, édité 1 fois

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

Je hoche la tête. Bon, elle ne devait pas faire parti du petit groupe qui aimait se moquer de moi, alors. De toutes façons, Juliette à l’air trop gentille pour être comme ça. Je ne sais pas pourquoi, ni comment, mais je le sens. Comme si c’était un sixième sens dû à ma Legilimencie, peut-être ? C’est vraiment dommage que ni Samuel, ni Jayce ne soient encore entre les murs du château. J’aurais tellement de questions à leur poser… !

« Oh, le thé... » Je reporte mon attention sur la jeune femme, en souriant sincèrement cette fois. Juliette semble faire partie de ses rares personnes qui arrivent très biens à communiquer leurs émotions aux autres, et à détendre toutes les situations. Ou alors, c’est moi qui suis un peu trop réceptive à ce que ressentent mes camarades. « Il vient du Japon.  Là-bas, il s’appelle Ko-cha. » Je lui souris en me resservant une tasse. Je ne devrais pas en abuser autant, mais ce thé me rappelle les bons moments que j’ai passé dans l’archipel.

« C’est un thé noir, enfin, ce qu’on appelle un thé noir. Au Japon, on le classe parmi les thés rouges. » Les différences entre les deux systèmes de pensées se retrouvent même dans de simples choses comme le thé. Ou la différenciation des couleurs. « Oh, mais désolée, c’est sûrement pas très intéressant pour toi ! Je parle trop, et il ne faut pas me lancer sur ce sujet : un de mes oncles travaillent dans l’industrie du thé, alors j’ai tendance à parler encore et encore... » Je sens que je rougis tandis que j’essaie d’excuser ma conduite auprès d’elle. Ça ne doit pas être très agréable, de commencer une conversation avec une inconnue qui ne faisait que parler d’elle, et de sa vie. « Sinon… quoi de beau, pour toi ? » Je lui lance un petit regard timide, pour l’inciter à me parler plus d’elle. Pas que je veuilles tout connaître de sa vie ! Juste… qu’on discute, tranquillement, de tout et de rien. « Tu vas participer à la journée de l'orientation, le 14 décembre? » Peut-être devrais-je la mettre au courant de ce qui se tramait pour ce jour-là?
:copyright: 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

Juliette attrapa une Chocogrenouille qu'elle mit dans sa bouche. Elle laissa le chocolat fondre sous sa langue en l'écoutant attentivement.

" Oh, le thé... Il vient du Japon.  Là-bas, il s’appelle Ko-cha. C’est un thé noir, enfin, ce qu’on appelle un thé noir. Au Japon, on le classe parmi les thés rouges. "

La jeune fille sourit. Sa camarade avait l'air d'avoir pas mal voyagé. Elle qui n'était jamais sortit de l'Angleterre, elle avait l'impression de voyager juste en humant le thé. Elle aimait bien trop son pays natal et la littérature qui en sortait pour regretter ce manque d'aventures, mais d'un autre côté, les récits de voyage la faisait sortir de cette pièce sombre verdâtre qu'elle affectionnait particulièrement. Alors, Juliette prêta une oreille attentive à Irina.

" Oh, mais désolée, c’est sûrement pas très intéressant pour toi ! Je parle trop, et il ne faut pas me lancer sur ce sujet : un de mes oncles travaillent dans l’industrie du thé, alors j’ai tendance à parler encore et encore... »

" Mais non, ne t'excuse pas ! Je trouva ça super intéressant ! Personnellement, j'ai une préférence pour les thés noirs, qui sont plus prononcés que les thés verts ou blancs. En ce moment, je bois pas mal de thé de Noël, mais aussi de thé noir à la cannelle qui s'accompagne suuuper bien avec le chocolat. En bonne anglaise, chez mes parents, j'ai ma propre collection de thés avec un nombre incalculable de tasses. Le seul point commun de ma collection, c'est que ce ne sont que des tasses offertes."

Juliette haussa les épaules. En parlant de thés, elle espérait avoir abordé un sujet sur lequel Irina était à l'aise, pour la détendre. Elle semblait stressée. D'ailleurs, pourquoi elle s'excusait de parler d'elle ? Elle lui offrit un petit sourire réconfortant pur l'inciter à reprendre la parole, ce qu'elle fit.

" Sinon… quoi de beau, pour toi ? Tu vas participer à la journée de l'orientation, le 14 décembre? "

" Je ne savais même pas qu'il y avait une journée de l'orientation. Répondit Juliette en haussant un sourcil interrogateur. Elle finit sa tasse le temps de digérer l'information. Je sais déjà ce que je veux faire... Non en fait, j'hésite entre deux... On verra si il y a des gens intéressants, où si ça fait sauter des cours. "

Déjà, si Irina venait, ça risquait d'être beaucoup plus intéressant, justement. Ca lui permettrait de passer du temps avec la jeune fille et de gratter cette première couche pour découvrir un peu plus la jeune fille.

   
Lilith


Dernière édition par Juliette le Ven 3 Mai - 0:27, édité 1 fois

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

La jeune femme était attentive à mes paroles, ce que je trouve… assez déroutant, en y repensant. Je n’aurais pas parié que l’histoire du thé intéresse quelqu’un d’autre que ma petite cousine, à Poudlard. Comme quoi, même en sixième année je peux encore aller de surprise en surprise. « Le thé… de Noël ? Qu’est-ce que c’est ? » Demandais-je, incrédule. Je ne sais plus si j’ai entendu déjà ce terme ou non. Mes connaissances en thé se limite, après tout, aux pendants japonais et russes. Et puis, je n’ai jamais vraiment aimé fêté Noël avant que Nikolaï entre dans ma vie. Les cadeaux impersonnelles de l’orphelinat, on a trouvé plus joyeux pour faire la fête. « Ça doit être bien, de partager une collection comme ça avec ses parents... » Je rougis. Qu’est-ce que j’ai encore dis, moi ? Pourquoi est-ce que j’avais ce ton aussi envieux et rêveur qui pointait dans ma voix ? « Tu dois avoir beaucoup de famille et d’amis, alors, avec autant de tasse ! » Je lui souris, en me servant encore une fois dans le paquet de chocolat.

« Je ne savais même pas qu'il y avait une journée de l'orientation. Je sais déjà ce que je veux faire... Non en fait, j'hésite entre deux... On verra si il y a des gens intéressants, où si ça fait sauter des cours. ». Un sourire pointe sur mes lèvres. Mon frère serait tellement fière de moi, en me voyant discuter aussi simplement avec Juliette. « Oh, tu sais, la journée d’orientation s’est décidé très vite apparemment, ça ne m’étonne pas du tout que tout les élèves ne soient pas encore au courant. » De toutes manières, les informations circulaient assez mal dans les murs du château. Le directeur devait mettre toute son énergie à torturer ses élèves, au lieu de s’adonner à l’éducation de ceux-ci. « Je crois bien que ça fera sauter les cours, oui… Et puis, il y aura des gens de l’université, et des autres écoles de magie. Ils présenteront les échanges scolaires.  Tu veux faire quoi, alors, après Poudlard? » J’aurais bien aimé pouvoir présenter l’échange avec Mahoutokoro, pour démontrer à tout le monde à quel point l’école japonaise était géniale, mais on ne m’avait pas demandé. Dommage. « Mais… Je te conseille de rester un peu en retrait, quand même. Loin de Baker… En fait, on prépare quelque chose. » Je lève mon regard, interrogateur, vers Juliette. Est-ce que je peux lui dire ? Après tout, je ne voudrais pas qu’elle soit prise comme cible par ce taré parce que je ne l’avais pas prévenu.
:copyright: 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

" Le thé… de Noël ? Qu’est-ce que c’est ? "

" Tu connais pas les thés de Noël ? " Fit Juliette étonnée. " C'est les thés qu'on boit avant Noël, pour nous plonger dans l'ambiance des fêtes... C'est souvent aux épices, j'en ai un aux épices à la cerise. Et ceux qui boivent des thés de Noël hors décembre sont des hérétiques. "

Elle sourit en finissant sa tasse. Le mois de décembre était son mois préféré, juste pour l'ambiance qui précédait Noël. Elle aimait voir l'excitation dans les yeux des gens, les décorations de Noël, les plats et les thés de Noël, réfléchir aux cadeaux... Elle n'avait pas de saison préférées, mais adorait la période avant Noël. L'occasion de dire aux gens qu'on les aimait. Et l'occasion de manger plein de chocolat, accessoirement ! Elle posa sa tasse et lança à Irina :

" Tu sais quoi ? je vais demander à ma mère de m'envoyer mon sachet de thé de Noël, je te ferais goûter ! "

" Ça doit être bien, de partager une collection comme ça avec ses parents... Tu dois avoir beaucoup de famille et d’amis, alors, avec autant de tasse ! "

Juliette éclata de rire. Pas par méchanceté, son rire était rempli de bonté, elle ne pouvait s'en empêcher ! Mais elle se dépêcha d'expliquer la raison de son rire :

" Désolée... C'est juste que je ne partage pas ma collection de tasses ! De thés, oui, mais pas mes tasses ! Ce sont mes cadeaux, et je pourrais te dire d'où vient chaque tasse et qui me les a offert. Ma petite sœur, une fois, a cassé une de mes tasses, j'étais verte de rage ! Heureusement que ma mère est une sorcière et l'a réparée rapidement. Mais je lui en ai voulu un moment, puis j'ai passé un pacte avec elle. Elle peut prendre mes tasses quand je suis là et si elle me demande à chaque fois, et quand les parents sont là, au cas où elle brise une tasse. "

Elle sourit rêveusement en pensant à ce jour. C'était un événement assez récent en fait, Juliette avait hurlé jusqu'à en perdre sa voix. Ses parents avaient rappliqué, et pendant que sa mère avait lancé un " Reparo ! ", Juliette s'était copieusement faite engueulée pour tant de violence envers sa petite sœur.  

Mais la jeune fille sortit de ses souvenirs pour regarder Irina en attrapant un nouveau chocolat. La jeune fille semblait avoir eu une longue période solitaire, pour manquer de confiance en elle comme ça. Elle semblait presque s'excuser de vivre par moment, dans certaines de ses paroles... Ou alors Juliette extrapolait ? En tout cas, elle eut un petit bond de joie en s'exclamant :

" Et si on profitait de la période pré-Noël ensemble ? On peut même fêter Noël ensemble ! Ou le Nouvel An ! "

Mais au même moment, Irina avait sortit :

" Oh, tu sais, la journée d’orientation s’est décidé très vite apparemment, ça ne m’étonne pas du tout que tout les élèves ne soient pas encore au courant. Je crois bien que ça fera sauter les cours, oui… Et puis, il y aura des gens de l’université, et des autres écoles de magie. Ils présenteront les échanges scolaires.  Tu veux faire quoi, alors, après Poudlard? "

Juliette haussa les épaules.

" Je ne sais pas trop quel type d'étude j'ai envie de faire... Déjà faudrait que je me décide entre prof d'Histoire et Psychomage, ensuite je ferais les études correspondantes. Mais déjà, je vais me concentrer sur cette journée d'orientation. Et sur mon séchage de cours, accessoirement. Ouais ! Je vais sécher des cours ! " Conclus la jeune fille avec un sourire victorieux.

Mais elle vit que Irina voulait lui dire un truc. Elle haussa un sourcil pour la pousser à poursuivre.

" Mais… Je te conseille de rester un peu en retrait, quand même. Loin de Baker… En fait, on prépare quelque chose. "

" Hu ? Comment ça ? "

Juliette était désireuse d'en savoir plus.

   
Lilith


Dernière édition par Juliette le Ven 3 Mai - 0:27, édité 1 fois

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

Je lui adresse un pauvre sourire en entendant l’étonnement dans sa voix – et sans le moindre brin de condescendance, ce qui est très agréable. « Non… Je n’ai jamais vraiment aimé Noël, ça ne fait que quelques années que je le fêtes en famille. » Trois ans, pour être exacte. Et encore, les premières fois, il n’y avait que mon frère pour moi. « Mais ça a l’air plutôt intéressant. J’aime bien l’idée, de fêter Noël avec du thé. » On dit souvent que l’alcool rapproche les peuples, mais j’ai plus l’impression que c’est le thé qui détient ce rôle. En tout cas, il me rapproche de Juliette, d’une manière dont je n’aurai jamais crû. «  Tu sais quoi ? je vais demander à ma mère de m'envoyer mon sachet de thé de Noël, je te ferai goûter ! » Je la regarde, si interloquée que j’en ferai presque tomber ma tasse. « Vraiment ? » Merlin, comment fait-elle pour être si gentille et si naturelle avec une fille qu’elle connaît à peine ? « Dans ce cas-là… Je pense que je pourrais demander à mes amis Japonais de m’envoyer du thé de là-bas, moi aussi. Et à ma famille en Russie. Mais ça prendra un peu plus de temps. » Je conclus en souriant, heureuse de pouvoir partager quelque chose avec Juliette.

Le rire de la jeune fille éclate dans la Salle Commune. Je me suis encore trompée en interprétant ses paroles… ça m’arrivait tout le temps, avant, mais c’est heureusement de plus en plus rare. Et même si ce n’est guère agréable, je le prends plutôt bien. Juliette n’est pas méchante, elle ne se moque pas de moi en agissant ainsi. « Tu as une petite sœur ? Elle va bientôt entrer à Poudlard ? » Ou alors, elle y était peut-être déjà ? Je ne me tiens pas vraiment au courant des élèves des années en dessous. « Moi aussi, j’ai une petite sœur. Mais elle est vraiment trop petite pour que je lui prête mes affaires, elle n’a qu’un an. » Je souris, presque sans m’en rendre compte, en imaginant Amalia gambadant joyeusement dans notre appartement. Elle me manque, bien plus que je ne l’aurai pensé. Je lance un regard oblique vers Juliette. C’est la troisième personne à qui je parle de ma sœur, avec Josh et Morgan. C’est encore… assez nouveau, pour moi. Et je ne sais pas vraiment comment aborder mon rôle de grande sœur avec les autres.

« Et si on profitait de la période pré-Noël ensemble ? On peut même fêter Noël ensemble ! Ou le Nouvel An ! » Je regarde Juliette, ébahie. Je sens qu’elle me fait cette proposition presque instinctivement, par pur gentilles. Wahou. « Oh. Oh ! Ça aurait été avec plaisir, vraiment mais… J’ai déjà des choses de prévues, pour Noël et le Nouvel An. » Mes yeux n’arrivent pas à quitter le sol. Sa proposition me fait chaud au cœur, vraiment, et s’en est d’autant plus difficile pour moi de la refuser. « Mais passer du temps ensembles avant les vacances, ce serait vraiment génial. Et si on ne peut pas faire le Nouvel An… pourquoi ne pas fêter à Poudlard le Nouvel An Russe ? Ce doit être autour du 14 janvier. » Mon sourire est aussi engageant que possible, j’espère. Je me sens tellement mal de lui refuser quelque chose dont elle se faisait une joie de fêter… Avec moi, en plus ! Alors, la moindre des choses, c’est que j’essaye de minimiser un peu, non ? Et je suis quand même plus à l’aise quand il s’agit de fêter le Nouvel An Russe que le Nouvel An, qui coïncide avec mon anniversaire.

J’essaie de lui expliquer du mieux que je peux la journée d’orientation. Au moins, ça a l’air de l’intéresser. J’ai l’impression que beaucoup de nos camarades, contrairement à Juliette, n’ont pas plus envie que cela d’y participer. « Je ne sais pas trop quel type d'étude j'ai envie de faire... Déjà faudrait que je me décide entre prof d'Histoire et Psychomage, ensuite je ferais les études correspondantes. Mais déjà, je vais me concentrer sur cette journée d'orientation. Et sur mon séchage de cours, accessoirement. Ouais ! Je vais sécher des cours ! » Je reprends encore une fois un chocolat – il faudrait peut-être que je m’arrête ! - en l’écoutant. Sa joie est communicative, et je me surprends à rire un peu lorsqu’elle évoque le fait de louper des cours. « On a encore un an, pour se décider. Prof d’Histoire… tu serais sans doute meilleur que celui qu’on a maintenant. Par contre… Psychomage, c’est comme les psychologues moldus, c’est ça ? » Je ne suis pas encore au fait de tout les termes du monde sorcier. Je préfère me concentrer sur les sorts et les notions de cours avant !

« Hu ? Comment ça ? » Je me pince les lèvres, en regardant mes mains. Comment expliquer tout ce qu’on a mis en place simplement, et discrètement ? « Je… On… on a décider de faire virer Baker. » Voilà, la bombe était lâchée. Je souffle, pour laisser le temps à Juliette de digérer cette nouvelle. « On est plusieurs, de toutes les années et de toutes les maisons et… on va passer à l’action durant cette journée d’orientation. » Je grimace, un peu par peur. Est-ce que j’ai raison de tout lui dire ? « En tout cas, on a aussi le soutien d’adulte. Mais je préfère te prévenir, au cas où ça dégénére, comme tu as été gentille avec moi... » Je rougis, en entendant mes paroles. J’ai l’impression d’être une gamine en disant ça. « C’est un secret, mais je peux compter sur toi, hein ? »
:copyright: 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

Irina semblait plonger dans ses souvenirs et adressa à Juliette un petit sourire.

" Non… Je n’ai jamais vraiment aimé Noël, ça ne fait que quelques années que je le fêtes en famille. Mais ça a l’air plutôt intéressant. J’aime bien l’idée, de fêter Noël avec du thé.

Juliette hocha la tête. C'était peut-être son côté anglais qui parlait mais pour elle, le thé était une sorte de breuvage magique. Il réconfortait légèrement après une peine cœur, rapprochait le peuple, était un excellent accompagnement pour la lecture, etc. Finalement, si Juliette ne faisait pas d'étude, elle se voyait bien ouvrir un salon de thé en commerçant ses breuvages. Elle sourit à Irina.

" Après, Noël, ce n'est pas que du thé... Comment expliquer ? C'est une sorte d'ambiance ? Faire les préparatifs par exemple... La décoration, réfléchir au menu, écouter les musiques de Noël... Et boire le thé de Noël, accessoirement. "

Elle attrapa un chocolat, qu'elle lança en l'air, puis mit sa tête en arrière pour que la friandise tombe dans sa bouche. En le laissant fondre, elle réfléchissait à un meilleur moyen d'expliquer son ressenti à Irina, mais sans l'avoir vraiment vécu, c'était compliqué.

" Dans ce cas-là… Je pense que je pourrais demander à mes amis Japonais de m’envoyer du thé de là-bas, moi aussi. Et à ma famille en Russie. Mais ça prendra un peu plus de temps. "

" Ce n'est pas grave, ne t'inquiète pas ! On profitera du thé de Noël en attendant ! " Fit Juliette en rigolant.

Elle se promit intérieurement d'écrire à sa mère cette semaine. Pour la jeune fille, cette période était magique, et Irina ne pouvait pas passer à côté. Elle se jura également de créer de nouveaux souvenirs  beaucoup plus joyeux pour Irina à propos de Noël. Avoir eu des mauvaises périodes durant cette époque de l'année était bien trop triste. Noël était un moment de joie et de partage. Ce que Juliette essayait de faire en ce moment-même.

" Tu as une petite sœur ? Elle va bientôt entrer à Poudlard ? " Demanda Irina.

" yep, elle s'appelle Irène. Mais non, elle rentrera à Poudlard après mon départ, on a une dizaine d'années d'écart. Elle a six ans là, et est déjà insupportable. " Répondit la blonde en roulant des yeux.

En réalité, elle adorait sa petite sœur, mais comme dans toute fratrie, elle s'était beaucoup disputée avec elle. Mais elle lui manquait, quelque part. D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle allait lui offrir à Noël ? Des friandises ? Sûrement.

" Moi aussi, j’ai une petite sœur. Mais elle est vraiment trop petite pour que je lui prête mes affaires, elle n’a qu’un an. "

" Ca viendra vite, ne t'inquiète pas pour ça. Mais tu vas sûrement louper le moment où elle sera pénible pour attirer ton attention quand tu es sous le même toit qu'elle... En tout cas, si tu as des questions, n'hésite pas à demander, j'ai des tonnes d'anecdotes sur nous. On est très fusionnelle. Mais du coup, ta sœur, elle s'appelle comment ? Tu as d'autres frères et sœurs ? "

Juliette la regarda. Elle s’intéressait réellement à elle. Irina était très gentille. La jeune fille eut aussi envie de lui offrir quelque chose à Noël. Elle devait trouver une idée originale et la noter avant qu'elle oublie.

" Oh. Oh ! Ça aurait été avec plaisir, vraiment mais… J’ai déjà des choses de prévues, pour Noël et le Nouvel An.  Mais passer du temps ensembles avant les vacances, ce serait vraiment génial. Et si on ne peut pas faire le Nouvel An… pourquoi ne pas fêter à Poudlard le Nouvel An Russe ? Ce doit être autour du 14 janvier. "

Irina avait baissé la tête et fixait le sol en répondant. Juliette aussi pencha la tête, mais encore plus, pour implanter ses yeux dans ceux de Irina. Quand elle eut capté son regard, elle lui fit un grand sourire.

" Ne t'inquiète pas pour ça ! On profitera du pré-Noël ensemble, avant les vacances. Pour que tu te plonges dans l'ambiance. On décorera ton dortoir et je te ferais goûter les friandises typiquement Noëliesques ! Même si ce mot n'existe pas, ce sera très sympa, tu verras. "

Elle se redressa ensuite. Sa position n'était pas des plus confortable. Elle se pencha légèrement en arrière pour courber son dos pour le faire craquer, puis elle regarda de nouveau Irina.

" On a encore un an, pour se décider. Prof d’Histoire… tu serais sans doute meilleur que celui qu’on a maintenant. Par contre… Psychomage, c’est comme les psychologues moldus, c’est ça ? "

" C'est sûr qu'avec mon humour extraordinaire, les cours seront beaucoup mieux ! " Fit Juliette d'un air hautain et crâneur, avant de prendre une de ses mèches blondes et de la jeter en arrière, tel une star, dans un mouvement très théâtral. Puis elle arbora un sourire moqueur envers elle-même. " Mais sinon oui, c'est la même chose. J'aime bien aider les gens. On m'a dit un jour que j'y correspondais, du coup j'y réfléchis. Vaguement. Quand je m'ennuie en cours.   "

" Je… On… on a décider de faire virer Baker. "

En entendant ces mots, Juliette se redressa. Elle voulait écouter attentivement. Dans ses yeux, toute trace d'humour avait disparu. Elle voulait enregistrer chaque mot. La jeune fille semblait même avoir oublier son sachet de chocolat.

" On est plusieurs, de toutes les années et de toutes les maisons et… on va passer à l’action durant cette journée d’orientation. En tout cas, on a aussi le soutien d’adulte. Mais je préfère te prévenir, au cas où ça dégénère, comme tu as été gentille avec moi... C’est un secret, mais je peux compter sur toi, hein ? "

Juliette ne répondit pas tout de suite. Elle tourna la tête pour regarder les flammes danser. Elle voulait prendre le temps de digérer cette information. Mais elle était ravie de voir que des élèves avaient décidé d'agir. Toute seule, elle n'aurait jamais osé. La jeune fille se tourna vers Irina et posa une main pour la sienne en souriant, comme pour la rassurer.

" Je ne dirais rien, ne t'inquiète pas. Je suis même contente de voir que des gens veulent faire bouger les choses. Si je peux être utile d'une manière ou d'une autre, n'hésite pas à me le dire. Je veux aider. Mais comment comptez-vous faire ça ? "

   
Lilith

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

« Après, Noël, ce n'est pas que du thé... Comment expliquer ? C'est une sorte d'ambiance ? Faire les préparatifs par exemple... La décoration, réfléchir au menu, écouter les musiques de Noël... Et boire le thé de Noël, accessoirement. » Je hoche la tête en souriant, pour montrer à Juliette que je comprenais où elle voulait en venir. Souvent, décembre rime avec films de Noël chez les Moldus, et j’en avais vu assez pour concevoir ce qu’était le véritable esprit de cette fête. Et puis, les fêtes qu’on avait chaque années à Poudlard avait aussi pas mal aidé à développer mon imaginaire de ce côté-là. Peut-être que, petit à petit, j’apprendrais à aimer Noël et toute l’ambiance qui s’en dégageait ?

Je ne peux pas m’empêcher de rire en entendant la description de sa petite sœur – ça promet de belles choses pour mes futures années en tant qu’aînée, tiens ! - mais aussi à cause de son prénom. « C’est drôle… Je porte le même prénom que ta sœur, mais la version russe. » Fis-je avec un vague sourire. C’était la première fois que j’entendais parler de quelqu’un qui s’appelait comme moi, ou presque, en Angleterre. « Je n’oublierais pas de te poser des questions quand je serais trop dépassée. » Je pouffe un peu, mais je sais au fond de moi que ça arrivera bien plus vite que je ne pouvais le croire. « Elle s’appelle Amalia. J’ai un grand frère, aussi, mais il n’a pas fait ses études ici. Il a été quelque temps serveur au Trois-Balais, peut-être que tu l’as déjà vu ? Il s’appelle Nikolaï , Nikolaï Romanov. Et puis... » Et puis. Il y avait aussi Assia. « J’ai aussi une grande sœur, mais qui vit en Russie. Elle a fait quelques mois ici, à Serpentard d’ailleurs. Anastasia Romanova, peut-être que tu l’as déjà croisée ? » J’espère sincèrement pour Juliette que non, car la venue d’Assia au château à sans doute laisser un souvenir assez amère à beaucoup de personnes. On ne peut pas dire que mon aînée faisait des efforts pour se faire des amis, ou au moins paraître agréable. « On est une grande famille, en fait... » Je souris à la jeune fille, un peu mal à l’aise. Aborder la généalogie des Romanov n’était jamais quelque chose de simple, tellement j’avais de cousins, d’oncle et de tantes. Alors oui, en écoutant ma description, on pourrait nous voir comme une famille unie. Mais la vérité, c’est que je ne sais même pas où est ma grande sœur.  J’ai dit Russie pour dire quelque chose, et parce que c’est le plus probable. Mais en vrai, je ne sais pas du tout où est Anastasia en ce moment.

Je tourne une mèche de cheveux, un peu perdue dans mes pensées. Les vacances de Noël, ça semblait tellement près maintenant… Et l’idée que Josh allait passer quelques jours chez moi me rendait assez nerveuse. Mais ce que proposait Juliette me détendrait peut-être un peu avant le début des vacances, non ? « Tu devrais proposer ce mot, il correspond très bien à ce que tu décris. Et ce serait un plaisir pour moi de décorer les dortoirs. J’arrive à faire des origamis, maintenant, et même si ce n’est pas vraiment dans le thème, ce sera ma petite contribution. » Je crois que c’est la première fois depuis longtemps que je me sens retrouver une âme d’enfant. Juliette a sûrement un don spécial, pour délier les langues et alléger les cœurs.

«  C'est sûr qu'avec mon humour extraordinaire, les cours seront beaucoup mieux ! » Je ris devant les mimiques de Juliette, qui me rappellent celles de Dmitry. Tout les deux ont un sens de la mise en scène assez fou. « D’accord, merci de m’avoir éclairé ! J’ai encore beaucoup de choses à apprendre sur le vocabulaire magique. » Il y avait encore des mots que j’avais appris au Japon, ou de la bouche de ma famille en russe, sans arriver à trouver leur équivalent anglais. « Je pense qu’on t’as dit que tu étais faites pour être Psychomage car tu es vraiment à l’écoute des autres. Regarde, tu connais déjà beaucoup de chose sur moi ! » Je ne rigole qu’à moitié. Même si c’est mon petit-ami, évidement, qui en sait le plus sur mon compte – et encore, il y a tellement de sujets que je n’ai pas put abordé avec lui.

Je soupire, en entendant la jeune fille me promettre de garder le secret. J’ai trouvé une sorte d’alliée, avec Juliette. C’est presque reposant de pouvoir parler de ce plan à quelqu’un en dehors de l’Association. « Je te redirais si on a besoin de quelqu’un en urgence, mais pour l’instant tout à l’air parti pour marcher comme des roulettes. » Ou presque. Je grimace quand elle me demande comment tout ceci va se dérouler. C’est vraiment la partie la plus craignos. « Hum... » Je regarde à droite, à gauche, avant de lancer un Assurdiato. Même dans la Salle Commune, les murs pouvaient avoir des oreilles. « Tu vois, il aime bien torturer les élèves... » Je lui jette un petit coup d’œil. Juliette a l’air d’être trop gentille pour avoir été une victime de Baker, mais elle avait dût en entendre parler. Tout le monde ne discutait que de ça, dans les couloirs. « … mais le problème, c’est qu’il ne se fait jamais choper en pleine action. Alors on va réunir des adultes, pour qu’ils le voient en train de torturer quelqu’un, et qu’ils le virent. » Je passe une main dans mes cheveux, les yeux dans le vague. Même en répétant encore une fois le plan à voix haute, je n’arrive pas à le trouver réalisable. « Ne t’inquiète pas pour la victime, elle est consentante ! » C’est le point faible, je trouve, de toute la machination. Mais Rose ne reviendra jamais sur sa décision de servir de bouc émissaire, malheureusement.
:copyright: 2981 12289 0[/b]

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

Juliette observa attentivement Irina. Elle semblait plus détendue. La jeune fille sourit. Peut-être que ça pourrait devenir plus que des camarades, plus qu'une copine, mais une véritable amie, qui sait ?

" C’est drôle… Je porte le même prénom que ta sœur, mais la version russe. Je n’oublierais pas de te poser des questions quand je serais trop dépassée. "

" Ca arrivera bien vite, lors de tes baby-sitting éventuels. "

Avec nostalgie, Juliette repensa à ses premières gardes avec sa petite soeur. Ca avait été très compliqué, déjà parce que Juliette ne voyait pas souvent Irène vu qu'elle était déjà à Poudlard, ensuite parce que leurs liens n'étaient pas aussi forts qu'aujourd'hui ; du à ses nombreuses absences. Il a fallu du temps, autant l'une qu'à l'autre, pour s"apprivoiser mutuellement.

" Elle s’appelle Amalia. J’ai un grand frère, aussi, mais il n’a pas fait ses études ici. Il a été quelque temps serveur au Trois-Balais, peut-être que tu l’as déjà vu ? Il s’appelle Nikolaï , Nikolaï Romanov. Et puis... J’ai aussi une grande sœur, mais qui vit en Russie. Elle a fait quelques mois ici, à Serpentard d’ailleurs. Anastasia Romanova, peut-être que tu l’as déjà croisée ? On est une grande famille, en fait... "

A chaque nom, la jeune fille secoua la tête.

" Non, ça ne me dit rien... Enfin, du coup, j'ai déjà sûrement croisé ton frère quand j'étais aux Trois-Balais alors qu'il bossait, mais sans savoir son nom. Aujourd'hui, je ne connais toujours pas sa tête. Tu me le montrera de loi ! " Elle lui sourit légèrement. " Mais ça doit être bien d'avoir une grande famille, non ? ''

Elle-même n'avait pas de cousins. Ses deux parents étaient enfant unique, elle n'avait donc pas de tante ou d'oncle. Elle avait une petite famille. Mais n'allez pas croire qu'ils étaient sages, elle et sa sœur faisaient suffisamment de bruit quand Juliette était à Londres. C'était d'ailleurs avec sa soeur qu'elle aimait inventer des mots. En réalité, elle le faisait quand elle commençait à apprendre à parler, pour voir jusqu'où Irène la croirait, au plus grand dam de ses parents.

" Tu devrais proposer ce mot, il correspond très bien à ce que tu décris. Et ce serait un plaisir pour moi de décorer les dortoirs. J’arrive à faire des origamis, maintenant, et même si ce n’est pas vraiment dans le thème, ce sera ma petite contribution. "

" Tu sais quoi ? Je devrais écrire mon propre dictionnaire. Avec mes mots et mes expressions. J'en ai tellement ! Un jour, j'en sortirais une devant toi, sans que tu comprennes. C'est presque une langue étrangère. " Juliette prend un air penseur. " Ah ton avis, comment on appellerait cette lange ? La Juliette ? La Julia ? La Julietta, comme en italien ? "

" D’accord, merci de m’avoir éclairé ! J’ai encore beaucoup de choses à apprendre sur le vocabulaire magique. "

" Tu peux tout me demander ! Sans vouloir me vanter, j'ai eu Optimal à tous mes examens en Etude des Moldus, sans réviser. Je suis une bête là-dedans. "

Elle eut un sourire malicieux en pensant à son père. C'était grâce à lui qu'elle était douée dans ce domaine. Forcée de vivre comme une Moldu durant les vacances aidait beaucoup.

" Je pense qu’on t’as dit que tu étais faites pour être Psychomage car tu es vraiment à l’écoute des autres. Regarde, tu connais déjà beaucoup de chose sur moi ! "

Juliette secoua négativement la tête. Elle ne pensait pas avoir un tel pouvoir sur les gens. Pour elle, il y avait une explication toute autre, qu'elle donna à Irina :

"Je pense que c'est le pouvoir du thé et du chocolat mélangé. D'ailleurs, prends la dernière friandise !Ne t'inquiète pas pour moi, j'en ai plein d'autre dans ma valise. Et si tu en veux d'autre, hésite pas à demander. Mais sache que je ne fais pas cette faveur à tout le monde ! "

Elle lui fit un clin d’œil et lui tendit le sachet. Puis Juliette se reconcentra sur le récit de Irina.

" Je te redirais si on a besoin de quelqu’un en urgence, mais pour l’instant tout à l’air parti pour marcher comme des roulettes. Hum... Tu vois, il aime bien torturer les élèves... mais le problème, c’est qu’il ne se fait jamais choper en pleine action. Alors on va réunir des adultes, pour qu’ils le voient en train de torturer quelqu’un, et qu’ils le virent. Ne t’inquiète pas pour la victime, elle est consentante ! "

Juliette hocha la tête, l'air de comprendre.

" J'ai entendu dire que c'était un sale con... Quand je sors d'Etude des Moldus, je fais tout pour l'éviter. Au cas où... En tout cas, votre idée n'est pas bête. J'espère qu'elle marchera. Tu me tiendras au courant ? Pour le résultat... Et pour la victime ? Même si elle était très courageuse, j'espère qu'elle n'en bavera pas trop... "

   
Lilith

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

Je ris en pensant déjà aux baby-sitting. Je ne suis pas sûre de pouvoir m’en tirer toutes seule, et encore moins avec l’aide de mon frère. Est-ce que Nikolaï sait au moins comment se change un bébé ? Mais, en vrai, je ne m’inquiète pas trop : ma famille adoptive a assez d’argent pour engager une armée de nounou pour ma petite sœur. Même si, au final, l’expérience de garder une enfant au moins pendant quelques heures me tente bien. Je suis presque heureuse que Juliette ne connaisse pas ma sœur aînée. Elle ne manque rien, vraiment. De toute façon, Anastasia préfère la compagnie des Sangs-Purs extrémistes dans leurs visions du monde. Il n’y a aucun moyen pour qu’elle se soit intéressée à une fille aussi gentille que Juliette. « Compte sur moi ! On repère Nik d’assez loin, de toutes façon. » Je ris un peu, avant de lui expliquer. « Il est toujours de bonne humeur, et sa voix porte assez. Surtout qu’il conserve un accent russe. » Ça lui rajoute un petit charme. Je soupire. J’espère qu’il va bien, à Londres, avec son travail. Ce n’est que temporaire, mais je sais que ce n’est pas le plus plaisant pour lui.

« Avoir une grande famille… c’est un peu déroutant, en fait. » Surtout pour moi, qui ne les connais que depuis peu. Mais je préfère garder cette information pour moi. « Les réunions de famille, c’est toujours un grand moment : j’ai une tante ukrainienne, des cousins hong-kongais et japonais… A chaque fois, on entends du russe, du mandarin, de l’anglais… Et même de l’italien, quand ma mère jure ! » La dernière fois, Clara avait sorti un magnifique  Pezzo di merda alors qu’elle venait de faire tomber son verre, déclenchant un fou rire général dans la salle de réception. Mais, outre la barrière des langues, c’était assez difficile pour moi de me mêler à ce monde qui était encore assez étranger. « Mais sinon… c’est bien, oui. Diffèrent des plus petites familles, certes. Et puis après tout, on ne choisit pas d’avoir une vingtaine de cousins ! » Ce chiffre m’avait toujours estomaqué. C’était tellement énorme ! Surtout quand on passait d’une famille de trois personnes.

« J’ai hâte de voir ton dictionnaire. » Je suis sincère. Je suis sûre qu’il peut en sortir de bonne chose, et des expressions ou des mots assez pratiques. Et puis, ça à l’air assez drôle pour aiguiser ma curiosité. « J’aime beaucoup la Julietta, on dirait un nom de comédie romantique. » De celle qui passe en été, le soir, à la télévision Moldue. Ou alors un mouvement de théâtre italien, remis au goût du jour. « Tu peux tout me demander ! Sans vouloir me vanter, j'ai eu Optimal à tous mes examens en Etude des Moldus, sans réviser. Je suis une bête là-dedans. » Je rigole doucement, en pensant que ça nous fait encore un point commun. « Moi aussi j’ai eu Optimal en Étude des Moldus. » Vivre douze ans avec dans la monde des Moldus m’avait incontestablement donné un avantage, c’était sûr. « D’ailleurs, j’ai eu Optimal partout aux BUSE, sauf en Histoire... » D’accord, j’avais eu un Effort Exceptionnel, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être un peu déçue. Il faisait vraiment tâche sur mon relevé de notes. « J’ai passé les épreuves en candidate libre. » Rajoutais-je, en anticipant sa future question.

Je lui souris, en piochant le dernier chocolat. Le pouvoir du thé et du chocolat combiné, ça me plaît bien comme idée. « Je me sens honorée, dans ce cas. » Fis-je en inclinant la tête, avant de mordre en souriant dans la friandise. C’est tellement agréable de pouvoir se comporter comme n’importe quelle fille de mon âge ! J’ai vraiment de la chance d’être tombé sur quelqu’un comme Juliette, qui ne se rappelle pas de comment j’étais durant mes premières années de Poudlard. « J'ai entendu dire que c'était un sale con... » Je hoche lentement la tête, en finissant ma friandise. C’est bien le meilleur qualificatif pour décrire notre directeur. « Tu as bien raison. Heureusement, il n’a pas encore aboli cette matière. » Je pense qu’il ne peut pas décider d’interdire une matière du jour au lendemain, juste parce qu’il le veut. Mais ce n’est pas l’envie qui doit lui en manquer. « Ne t’inquiètes pas, je te raconterai tout dans les moindres détails. » Je soupire intérieurement. Pauvre Rose, quand même. « Moi aussi, j’espère que ça ira pour elle. Mais on n’a pas put la résonner. » La jeune fille était resté sourde mêmes aux suppliques d’Eden, qui était pourtant un ami très proche.

« C’est vraiment super de discuter avec toi. » Je lâche après un petit moment de silence. Gênée, je détourne le regard. « J’ai pas vraiment l’habitude d’avoir des amis de ma maison, en fait. » A part Josh. Mais est-ce qu’il compte comme amis, alors qu’on sort ensembles ? Je hausse les épaules. Ce n’est pas vraiment le moment de se poser des questions comme ça. « Comme on a pas mal de cours ensembles, peut-être qu’on pourra se mettre à côté, quelque fois ? » La plupart du temps, je suis avec Josh ou à côté de mon cousin, mais je ne pense pas que l’un ou l’autre m’en veuille si je passe du temps avec le jeune fille. « Peut-être en étude des Moldu, vu qu’on a toutes les deux cette option ? » Je lui proposais avec un sourire engageant.
:copyright: 2981 12289 0[/b]

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

" Compte sur moi ! On repère Nik d’assez loin, de toutes façon. Il est toujours de bonne humeur, et sa voix porte assez. Surtout qu’il conserve un accent russe. "

" Ah, mais oui ! Ca me dit quelque chose ! Je l'ai sûrement rencontré. Enfin, j'ai une impression de déjà-vu oui. "

Elle hocha vaguement la tête, le regard dans le vide. Elle se posait des questions sur son frère. Etait-il gentil ? Aussi timide que sa sœur ? Ou au contraire, était-il arrogant et sûr de lui ? Elle ne savait pas trop. Après tout, sa petite sœur était son opposé quand elle avait son âge. Alors que Irène était tout le temps surexcitée, Juliette dévorait déjà des livres, sagement assise au pied de son père qui lisait le journal.

" Avoir une grande famille… c’est un peu déroutant, en fait. Les réunions de famille, c’est toujours un grand moment : j’ai une tante ukrainienne, des cousins hong-kongais et japonais… A chaque fois, on entends du russe, du mandarin, de l’anglais… Et même de l’italien, quand ma mère jure ! Mais sinon… c’est bien, oui. Diffèrent des plus petites familles, certes. Et puis après tout, on ne choisit pas d’avoir une vingtaine de cousins ! "

Juliette ouvrit grands les yeux.

" Une... Une vingtaine de cousin ? Mais... Wow... Ca doit être agité vos repas de famille... "

La jeune fille peinait à imaginer. Elle ne lui restait que ses grand-parents, qu'elle voyait rarement. Sa grand-mère paternelle était la seule qu'elle voyait régulièrement vu qu'elle était à Londres. Alors les réunions de famille se faisait à Londres. Même si ils étaient toujours joyeux, les repas devaient être calmes comparés à ceux d'Irina.

" J’ai hâte de voir ton dictionnaire. J’aime beaucoup la Julietta, on dirait un nom de comédie romantique. "

" Le vrai nom de Juliette Capulet. Enfin, bien prononcé, à l'italienne ! "

Sans complexe, la blonde se leva et prit une pose dramatique.

" Mais quelle est cette lumière à la fenêtre ? C'est l'Orient, et Julietta en est le Soleil Levant ! "

Elle avait évidemment dit la réplique en anglais, sa langue natale, mais avait prononcé Julietta avec l'accent italien. Elle regarda autour d'elle et haussa un sourcil en voyant qu'on la regardait. Elle n'avait pas été des plus discrètes. Elle fit un sourire d'excuse et se rassit en enchaînant :

" Tu peux tout me demander ! Sans vouloir me vanter, j'ai eu Optimal à tous mes examens en Etude des Moldus, sans réviser. Je suis une bête là-dedans. "

" Moi aussi j’ai eu Optimal en Étude des Moldus. D’ailleurs, j’ai eu Optimal partout aux BUSE, sauf en Histoire... J’ai passé les épreuves en candidate libre. " Répondit Irina en riant. "

Juliette émit un petit grognement de mécontentement. Pas envers son amie, mais envers elle-même. Elle venait de se rappeler de ses notes au BUSE. Elle avait été reçu partout, mais avait eu seulement deux Optimal, en Histoire et en Etude des Moldus. Tout le reste avait été des Efforts Exceptionnels, ce qui la dépitait. Elle voulait faire mieux en ASPIC. Bon, vu qu'elle n'avait pas du tout commencé la dissertation qu'elle devait rendre en Histoire, c'était mal barré. Mais elle avait encore un an pour améliorer ses méthodes de travail ! Elle chassa la dissertation d'Histoire de son esprit. Elle la commencerai samedi à la bibliothèque.

" Je me sens honorée, dans ce cas. "

" Tu peux l'être ! je refuse même cet honneur à ma petite soeur."

Juliette se leva pour jeter l'emballage au feu avant de se rasseoir. Elle regarda Irina et lui sourit, poursuivant à continuer leur discussion sur le directeur.

" Tu as bien raison. Heureusement, il n’a pas encore aboli cette matière. Ne t’inquiètes pas, je te raconterai tout dans les moindres détails. Moi aussi, j’espère que ça ira pour elle. Mais on n’a pas put la résonner. "

La blonde posa un regard réconfortant sur son amie.

" Je te comprends. Ca doit être angoissant de voir des amis se jeter dans la gueule du loup. Mais d'un autre comprends, je comprends aussi cette fille. Si j'avais été à sa place et que j'aurais eu l'occasion de le faire virer, je ne m'en serais pas privée. Et je n'aurais certainement pas écouté les autres. De toute façon, quand il s'agit de moi, je n'écoute jamais les conseils qu'on me donne, dans n'importe quel domaine ! "

Elle sourit légèrement, comme pour détendre l'ambiance. Irina semblait inquiète, et Juliette, qui ne participait pas au complot, se voulait être un réconfort pour la jeune fille. Ca semblait marcher, car après un petit silence, Irina reprit :

" C’est vraiment super de discuter avec toi. J’ai pas vraiment l’habitude d’avoir des amis de ma maison, en fait. Comme on a pas mal de cours ensembles, peut-être qu’on pourra se mettre à côté, quelque fois ? Peut-être en étude des Moldu, vu qu’on a toutes les deux cette option ? "

" Oh, tu sais, je n'ai plus trop d'amis non plus. J'en avais quelqu'un, des plus vieux, mais ils sont tous partis après leur ASPIC. Mais oui, je serais ravie de me mettre avec toi en Etude des Moldus. Et même dans d'autres matières, si tu es toute seule, et si je ne suis pas trop lourde à supporter, à la longue ! " Conclut-elle en riant légèrement.

   
Lilith

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...Mercredi 2 décembre

Je rigole doucement. Il faudrait que je dise à mon frère qu’il a vraiment marqué la plupart des esprits des élèves de Poudlard, lorsqu’il était serveur. C’est dommage qu’il travaille maintenant à Sainte-Mangouste. Je le vois moins souvent qu’avant. « Il laisse une bonne impression, la plupart du tout. Nick est vraiment extraverti. » Je conclue en pouffant un peu. Mon frère parle à tout le monde, sans jamais faire de distinctions, et je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un qui ne l’aime pas.

« Très agité, même ! Mais c’est vraiment très drôle aussi. » Et puis, il y avait quand même moins de petits enfants que d’adolescents, heureusement. Les réunions de famille des premières années, quand tout mes cousins étaient encore petits, devaient être un enfer. Je me demande vraiment comment c’était… Même si mes cousins me font sentir que je suis complètement à ma place, que je fais partie de la famille, je ne peux pas m’empêcher d’être un peu jalouse d’eux. Il y a tout un pan de leurs vies, leurs enfances, que je ne connais pas, et ça met quand même une sorte de distances entre nous.

« O Roméo, Roméo, pourquoi es-tu Roméo ? Renonce à ton père et abjure ton nom. » Je dis la réplique avec un petit sourire. Ce n’est pas la réponse à ce que vient de dire Juliette, je le sais. Mais c’est l’une des seules phrases dont je suis capable de me rappeler. Je n’ai jamais été une grande fan de Roméo et Juliette. Cette pièce tourne trop mal à mon goût.

« Je te comprends. Ça doit être angoissant de voir des amis se jeter dans la gueule du loup. Mais d'un autre comprends, je comprends aussi cette fille. »  Je souris en écoutant Juliette. Elle semble avoir plus de courage que moi : même si j’en avais l’occasion, je ne m’étais pas proposé volontaire, contrairement à Rose. Mais je n’ai pas autant de bonne raisons qu’elle de vouloir faire mordre la poussière à Baker. Après tout, le directeur est de mèche avec les personnes qui ont tués les parents de Rose.  « Je n’écoute pas vraiment les conseils qu’on me donne. » Je lui confie en riant à moitié. Je lui souris lorsque Juliette me confie qu’elle serait heureuse qu’on se mette à côté de moi pendant les cours. Pour être sincère, je ne suis pas souvent seule en cours mais… j’aimerai bien diversifier mes horizons. Je ne peux pas compter sur mon cousin ou Josh éternellement, il faut bien que je fasse par moi-même mes propres relations, non ?« Bon, il faudrait peut-être qu'on aille dans notre dortoir, non?» Je me lève, en faisant léviter les tasses et la théière devant moi. «Tu viens?» Je lui tends la main, avec un sourire, pour l'aider à se relever. Je crois que c'est la première fois que je suis aussi heureuse après avoir parlé à une camarade de classe.
:copyright: 2981 12289 0

_________________

ジャンケンポン!!

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
C'est le début de quelque chose, je le sens...

Mercredi 2 décembre

Juliette sourit en voyant l'émotion d'Irina qui parle de son frère. Elle aimait sa position de sœur aînée, mais pensait à celui qui illuminait son propre regard. Quelqu'un qui comptait vraiment pour elle. Mais il n'était plus à Poudlard, elle n'avait pas trop envie d'en parler encore. Il fallait juste qu'elle lui trouve un cadeau de Noël.

Elle pensait aussi à tous ces repas de famille quand Irina en parlait. Elle eut un pincement au cœur pendant un moment. Sa sœur lui manquait, mais elle savait pertinemment qu'au bout de deux jours elle n'en pourrait plus. Mais elle en était gaga, et comme d'habitude passerait ses vacances à lui offrir des tonnes de friandises.

" Je n’écoute pas vraiment les conseils qu’on me donne. " Confia Irina en souriant.

Juliette eut un petit sourire, puis elle se pencha vers elle en chuchotant, comme si elle allait lui confier une bombe énorme, alors qu'elle lui dit juste :

" Moi aussi, je n'écoute jamais les conseils qu'on me donne, haha. Tu te rendras bien compte au fur et à mesure ! "

Surtout en matière d'amour, ou pour accepter qu'elle avait un souci à régler. Le déni, une de ses règles de survie dans le grand bain de la vie. Sur ce plan-là, elle était insupportable. Elle lui sourit.

" Bon, il faudrait peut-être qu'on aille dans notre dortoir, non? Tu viens? "

Juliette regarda Irina lever les tasses de thé et lui tendit une main pour l'aider à se lever, main que Juliette accepta automatiquement. Elle traversa la salle commune pour jeter au feu le sachet de chocolats vides et la suivit dans les dortoirs. Elles se brossèrent les dents ensemble, puis la blonde lui sourit.

" Je te souhaite une bonne nuit, et j'ai hâte de te revoir au petit-déjeuner ! " Elle lui fit un clin d’œil et alla dans son lit, un sourire flottait sur ses lèvres. Elle était contente de renouer des liens avec des élèves de Poudlard, mais surtout des gens de son âge.

   
Lilith

_________________

Quoi ? Il n'y a plus de Chocogrenouilles ?

Si tu veux en avoir plus sur moi, n'hésite pas à lire ma ma fiche !

descriptionC'est le début de quelque chose, je le sens... EmptyRe: C'est le début de quelque chose, je le sens...

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum