Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyI am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedMercredi 15 septembre 2021Je descendais l’escalier quatre à quatre, en saluant au passage quelques uns de mes camarades. La conversation que j’avais eu avec Athéna, hier, n’arrêtait pas de tourner dans ma tête. Si jeune, et déjà si réfléchie… c’était incroyable. J’étais vraiment heureux de lui avoir laisser mes coordonnés, et d’avoir put obtenir les siennes. Je prévoyais déjà que je la reverrais, et qu’on deviendrait amis… Peut-être que je m’emballais un peu trop, certes, mais je n’y pouvais rien ! Une partie de moi voulait aider, conseiller la jeune femme. J’avais ressenti, en sa présence, un peu le même élan que celui qui me poussait à prendre la défense de mes sœurs devant Roland, et à les entourer de soins quant elles n’allaient pas bien. Et, vraiment, c’était quelque chose que je n’arrivais pas à m’expliquer…

Arrivé au Cicero je senti l’appel du café ressurgissant au plus profonde de moi. Ça non plus, je ne pouvais rien y faire. J’avais pourtant essayer, une fois d’être moins dépendant en espaçant les prises – par Merlin, comment est-ce que j’en parles, on dirait que je prends de la griffe de dragon en poudre ! - mais mal m’en pris. Je ne me suis jamais senti aussi faible, à l’ouest et déphasé que ce jour-là. J’avais même dû prendre une journée de repos pour m’en remettre – et je n’exagère en rien ! Souvent, pour blaguer, je disais à mes amis que de la caféine devait couler dans mes veines, depuis le temps. Mais parfois, je pensais sérieusement que c’était le cas…

« Un café, s’il vous plaît ! » Demandais-je, tout sourire, à la dame qui prenait les commandes à l’accueil. Je me demande si, depuis le temps, elle n’en as pas marre que je dévalise ses stocks… ? « Je suis désolée, mais on est à cours de café, M’sieur. Je viens de servir le dernier à la d’moiselle, là-bas, et on sera livré que demain... » Je sais qu’elle attend ma réponse, que je commande autre choses, mais je n’arrive pas. Mon regard est fixé sur la jeune fille qui venait de s’asseoir à une table, le divin nectar encore brûlant posé devant elle. « Je… tant pis ! A une prochaine fois, alors ! » J’aurais put mieux faire, être plus gentil, je le sais. Mais je sens déjà mes doigts fourmillaient, comme si mon corps avait compris que je n’aurais pas ma dose. Et, pour tout arrangé, je ne pouvais pas me permettre de faire un allé-retour dans une épicerie quelconque : mon prochain cours débutait dans une heure, à peine.

« Bonjour. » J’ai la gorge un peu sèche. Je me déteste pour ce que je vais faire, mais il le faut ! Tant pis si je passe pour le mec étrange, totalement défoncé à la poudre lunaire. « Je sais que c’est totalement discourtois ce que je vais faire, mais j’ai quelque chose à te demander… Non, non, t’inquiètes, je suis pas en train de te draguer ! » Tentais-je de la rassurer en levant les mains. Et voilà, elle me prenait pour je ne sais pas quoi. « C’est juste... » Je soupirais devant l’absurdité de ma requête. A croire que le manque inhibait toutes les convenances chez moi. « J’ai vraiment besoin d’un café, la machine est en panne et… est-ce que tu peux me passer le tien ? Je le paierai ! »
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz



I am totally and irremediably drugged


Mercredi 15 septembre 2021

Je poussais un soupir en sortant de l'amphi, bordel ce que les intervention de ce journaliste étaient barbantes. A peine deux semaines depuis la rentrée et il me soûle déjà. Il faut l'faire quand même ! Alors que j'adore le journalisme, ce gars là trouve le moyen de rendre cela parfaitement ennuyant. A moins que ce soit le sujet qu'y soit vraiment à chier ? Ou les deux ? Il est genre dix heures, je décide de me diriger vers la cafet', j'ai besoin de manger un truc et de boire quelques chose de chaud.

Me voilà à une table pour manger de bons cookies et un café bien chaud. J'pensais profiter d'un moment de tranquillité, mais apparemment j'ai dû faire quelque chose de mal dans une autre vie. Je lève les yeux vers la voix qui m'interromps grossièrement dans mon moment de quiétude. J'observe le gars se prendre les pieds dans ce qu'il me raconte. J'le regarde un peu interloqué, il se paye ma tête ? Apparemment non, il est très sérieux et nerveux avec ça.

"J'ai cru que tu te foutais de ma gueule. Mais en fait personne ne ferait ça, même pour une blague." J'hausse un sourcil en le dévisageant. Un sourire éclaire soudain mon visage, pas très magnanime le sourire d'ailleurs. Mais j'suis une Morgan, même-ci le pauvre à aucune idée de ce que ça veut dire pour lui.

"J'peux éventuellement t'échanger mon café contre un chocolat chaud. Mais il va falloir que tu supportes ma présence pendant que tu dégusteras ton sacro-saint café... Deal ?" Je demande en croisant les bras sur ma poitrine, un sourire amusé aux lèvres. Je sais pas pourquoi, mais j'l'aime bien. Il a le mérite de m'amuser, et ça fait longtemps que j'ai pas parlé à un simple inconnu. Pourtant, je suis sociable malgré mon caractère de cochon et mon franc parlé.

"Oh et bonjour, moi c'est Taylor. Et toi ?" Je le salut enfin, il m'a tellement pris de court que j'ai pas pensé à le faire. Je me rattrape avec un sourire et une présentation, nan ? Je continue de le regarder avec malice, j'suis pas du genre à faire grand cas de grand chose. Alors bon si il veut mon café, il doit se montrer réceptif. C'est même pas de la drague, il me distrait juste et il a l'air sympa.

 
©Lilith


Dernière édition par Taylor Morgan le Dim 30 Juin - 14:43, édité 2 fois

_________________


Tu vas crever si tu ne te bats pas, alors relève la tête et écrase les !

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedMercredi 15 septembre 2021
« J'ai cru que tu te foutais de ma gueule. Mais en fait personne ne ferait ça, même pour une blague. » Aie… Je regarde la jeune femme, désespéré. Je savais, je le savais que ça allait tourner comme ça ! Elle me prends pour un détraqué, un fou, c’est sûr. En même temps, je dois admettre qu’elle n’a pas foncièrement tord. Je suis vraiment en train d’agir stupidement. Est-ce qu’elle va appeler quelqu’un à l’aide ? La jeune femme est en train de sourire, avec un air assez mauvais. Oh, pitié, ne me lance pas de sorts, j’ai juste besoin d’un café… !« J'peux éventuellement t'échanger mon café contre un chocolat chaud. Mais il va falloir que tu supportes ma présence pendant que tu dégusteras ton sacro-saint café... Deal ? » Je regarde la jeune femme, surprise. Elle a l’air vraiment sérieuse, même si elle sourit, et c’est assez déroutant. « Et comment que c’est un deal. » Je souffles un peu, croyant à peine à ma chance. Parler pendant quelques minutes à une inconnue, ce n’était pas aussi mortelle que subir le manque de caféine.

Je tire la chaise en face de la jeune femme, humant l’arôme du café. Merlin, il est si proche… Je pourrais presque le toucher de mes doigts. Mais je me fais violence, pour reporter mon attention sur ma bienfaitrice. « Oh et bonjour, moi c'est Taylor. Et toi ? » Ah. Oui. Les politesses. J’avoue les avoir vraiment oubliées, en lui demandant. Mais je ne suis plus vraiment moi, quand je suis dans cet état. « Bonjour, c’est vrai. » Mes doigts s’agitent un peu lorsque je pose les mains sur la table, mais j’essaye de me contenir. Ou tout du moins, de ne pas que la jeune femme me prenne pour un grand malade. « Mathys. Ravie de te rencontrer. » Je lui lance un petit sourire, en passant une main dans les cheveux. Je ne suis pas vraiment à l’aise, en cet instant. J’ai l’impression qu’elle va me reprocher de la draguer, alors que j’en ai pas du tout l’intention.

Je lorgne sur son gobelet de café. Je ne sais pas ce qu’elle attend, peut-être que je me présente un peu plus ? Ou alors la jeune femme veut juste s’amuser… Elle a l’air gentille, mais je n’ai ni le temps, ni la tête pour ça ! Je dois encore finir deux parchemins pour la semaine prochaine, et commencer un devoir de recherches à rendre en février, sans compter les recherches que je commençais à mener en tant que futur Chercheur ! Je passe une main devant mes yeux, pour souffler un peu et me calmer. Du calme, Mathys, du calme, tu peux y arriver… J’ai juste à être gentil avec cette fille, et à passer quelques minutes avec elle, non ? Ce n’est pas grand-chose. Je respire un bon coup, avant de reprendre contenance et d’offrir à Taylor mon plus beau sourire. « Est-ce que je peux boire le café, maintenant ? » Et merdeeee, c’était pas du tout ce que je voulais dire ! Je m’apprêtais à lui demander quelles études elle faisait, mais les mots étaient juste sortis tout seuls de ma bouche. Je soupire intérieurement, en jetant un regard en coin à la jeune fille. Je peux dire adieu à mon café, hein ?
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz



I am totally and irremediably drugged


Mercredi 15 septembre 2021

Ce garçon me fais rire, j'vois bien son air désespéré. Il a vraiment envie de ce café, et il finit par accepter mon deal stupide. Mais au moins j'vais pouvoir discuter sans me prendre la tête. J'sais bien que j'dois paraître aussi bizarre que lui, mais j'm'en fous honnêtement. J'ai autre chose à faire que me prendre la tête avec les rumeurs. Je le regarda s'installer sans être aller me chercher mon chocolat chaud. Je sens que j'vais m'amuser un peu à ses dépends. C'est pas très charitable, mais et bien j'reste une Morgan. Une vraie peste quand j'veux.

"Moi de même Mathys. C'est un prénom pas très commun, j'aime bien." J'avoue sans grand complexe, je lui souris de nouveau. Je l'observe il a l'air en état de manque. Manque de caféine ? J'pensais pas qu'on pouvait en arriver à ce point là avec du café. Je le vois lancer un regard insistant à mon café, j'ai envie de rire parce que c'est vraiment comique. Il ne s'en rend pas compte trop obnubilé par mon café. Le dernier. Je l'observe simplement attendant qu'il craque. J'sais que c'est pas bien, mais j'm'amuse un peu trop là.

« Est-ce que je peux boire le café, maintenant ? » C'est plus fort que moi j'éclate de rire. Parce qu'il est vraiment mignon là tout de suite avec son air pris en faute. J'vois bien que ça lui a échappé qu'il avait sans doute pas eu l'intention de dire ça.

"Mon chocolat." Je chantonne les yeux rieurs. Si tu m'amène mon chocolat chaud, tu peux." J'explicite alors que je vois qu'il ne semble pas comprendre ce que j'entends par là. J'crois qu'il a oublié déjà. Alors qu'il se lève précipitamment pour aller chercher le fameux chocolat, je ris. Il revient avec le chocolat quelques instants plus tard et je fais glisser le café vers lui.

Voilà ton dû, Mathys. Dis moi t'es dans quel cursus ?" J'lui demande avec mon sourire toujours en place. Je m'amuse bien trop. Le visage du jeune homme s'était illuminé en attrapant le café. Il eut l'air soulagé en buvant la première gorgée. Ça faisait longtemps que j'n'avais pas autant ris. Depuis Yaxley en fait, et c'est agréable vraiment. J'ai été bien trop triste après ce que cet imbécile m'a fait. Et puis il y a eut cet enlèvement duquel j'ai mis du temps à me remettre. J'avais peur, tout le temps. La peur est toujours là, mais amoindri. Ça passe avec le temps.

 
©Lilith


Dernière édition par Taylor Morgan le Dim 30 Juin - 14:31, édité 1 fois

_________________


Tu vas crever si tu ne te bats pas, alors relève la tête et écrase les !

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedMercredi 15 septembre 2021

J’agite mes doigts, les mains tremblantes, en attendant de pouvoir faire glisser la tasse remplie de mon côté. Est-ce que cette jeune femme est sadique ? J’ai presque l’impression qu’elle fait exprès de me faire poireauter… Je fermes les paupières, pour tenter de me calmer. Après tout, elle ne peut pas savoir que je suis vraiment en manque. Des personnes qui se shootent à la caféine, j’ai bien vite compris que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus courant. Même quand j’ai une addiction, ça doit être lamentable… Enfin, je ne vais pas me plaindre, je crois que je serais dans un état vraiment lamentable si j’avais commencé à prendre de la Griffe de dragon en poudre.

« Ah… ? Ah ouais ? » Je me passe une main sur le visage, pour essayer de rester alerte malgré le début de migraine que je sens venir. Si ça continue, je vais être KO pour mon prochain cours, et je ne peux pas vraiment me le permettre. J’essaye de fixer la jeune femme, Taylor, mais je n’arrives pas à lui rendre son sourire. Je n’arrives pas vraiment à contrôler mes mouvements, ou mes réactions. « Taylor, c’est pas mal non plus. » Je souffle, au prix d’un grand effort. J’essaye d’être gentil, de ne pas lui faire peur – même si, soyons sincère, je dois vraiment avoir une tête horrible ! Mon prénom… c’est la seule chose qui me reste de mes parents, de mes vrais parents. Je fermes une  nouvelle fois les yeux, de douleur cette fois. La migraine commence à avoir raison de mon aptitude à être social.

Alors je craques, je demande la tasse. A travers les flash de douleurs qui passent devant mes yeux, je vois le visage souriant de Taylor. Est-ce que… est-ce qu’elle est en train de se moquer de moi ? « Mon chocolat. » Elle a dût me voir froncer les sourcils, car la jeune femme me remet tout de suite les idées en place. « Si tu m'amène mon chocolat chaud, tu peux. » Je me lève, tellement rapidement  que j’en manque de faire tomber la chaise. Heureusement que la pièce n’est pas remplie de trop de monde, mon attitude aurait sans doute déclenchée l’hilarité générale. Je balance quelques pièces sur le comptoir pour payer le chocolat que je viens de commander, sans compter. Je n’ai pas le temps. Je crois que si je me dépêche pas de ramener sa tasse à Taylor, je vais m’effondrer. Je fais glisser le chocolat vers la jeune femme, qui me tend en retour le café. ENFIN. L’arôme me monte au cerveau, et je me sens presque instantanément mieux. C’était comme si le souvenir de ma soudaine migraine était déjà bien loin.

Je bois la première gorgée avec délice, sans me soucier du rire de la jeune femme. Je sais que j’ai l’air complètement taré, mais je ne lui demande pas de comprendre. « Je suis en Magie Avancée, et toi ? » J’adresse à Taylor un sourire. Maintenant, elle doit vraiment avoir peur de moi. En seulement deux secondes, je passes de junkie en manque à… juste moi. Un étudiant lambda qui discute posément, en souriant. « Je suis désolé. » Je fixe la tasse du regard, en la faisant tourner du bout du doigt. Elle est déjà vide. Je suis incapable de résister bien longtemps. « J’ai… juste un petit problème, avec le café. » Je risque un petit sourire contrit, comme pour me faire pardonner. Je n’aimai pas en parler, mais j’avais l’impression que je devais bien ça à la jeune femme. Elle m’avait sauvé, après tout ! « Et sinon, tu voulais une discussion en échange de ton café, c’est bien ça ? » Pour être honnête, je n'avais écouté que d'une oreille ses conditions.
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz



I am totally and irremediably drugged


Mercredi 15 septembre 2021

J'suis amusée par ce gars, il est assez hors cadre ? Je sais pas, mais j'le trouve vraiment sympa et il a l'air spontané. J'aime ça, j'préfère ça aux faux semblants. Par contre son addiction au café ça a pas l'air d'être de la rigolade. J'vois qu'il se se sent pas bien, même-ci j'm'amuse un peu à ses dépens. Mais c'est pas méchant, juste de la taquinerie. J'ai l'impression que ça fait des siècles que j'ai pas été aussi naturelle moi aussi. Trop de choses se sont passées.

"J'suis en info et com ! C'est assez différent d'ton cursus. T'as déjà une idée du domaine dans lequel tu veux te spécialiser ?" J'demande curieusement. J'fais un signe de la main quand il me fait des excuses. "T'inquiètes pas pour ça, chacun ses travers j'suppose." J'hausse les épaules gardant un sourire sur mes lèvres. Ça m'dérange pas, j'ai connu des gens plus bizarre que ça.

"C'est ça Mister Coffee." J'lui fait un clin d’œil en pouffant. "J'aime bien parler avec des gens que j'connais pas. C'est sympa et ça change du quotidien." J'explique, ce qui doit sans doute être aussi étrange que son addiction au café. Mais j'm'en soucie pas en fait. C'est pas mon problème c'que les autres peuvent penser d'moi. On discute encore quelques minutes puis j'dois partir pour mon prochain cours.

"Demain, même heure ?" J'demande avant de m'sauver sans vraiment attendre de réponse. J'vais vraiment être en retard bordel. J'ai un sourire le reste de la journée, juste pour avoir parlé un type que je recroiserais peut-être jamais. J'sais bien que je lui ai donné un rendez vous d'main, mais j'suis vraiment pas certaine qu'il y soit. Et pourtant le lendemain, il est là. Et d'une manière ou d'une autre c'était devenu une sorte de routine entre nous. Parfois nous décalions l'heure, ou prévenions l'autre qu'on serait pas là.  

Jeudi 4 novembre 2021

Ça fait trois semaines, trois semaines depuis qu'on s'est parlé dans la cafétéria la première fois. C'est drôle qu'on ait appris à se connaitre comme ça. Tout se fait facilement entre nous deux. C'est tellement loin de ce que j'ai pu vivre avec Garrett. Oui parce que j'me rends compte qu'il me plait, et certainement pas comme je le pensais au départ. C'est pas juste de l'amitié, j'm'en rends compte. Et dire que j'ai dis à Casey y'a quelques jours que je m’intéressais à personne. J'ai menti, ou plutôt il a fallu qu'Alex Bennett m'ouvre les yeux. J'ai déjà dis à quel point ce gars est un crétin ? Bon c'pas vrai j'l'aime bien... Mais j'me souviens de c'que j'ai dis à Casey... J'me suis moquée de Dominique et Alex et apparemment j'fais pareil avec Mathys.

J'rejoins Mathys à notre table attitré de la cafet' depuis presque un mois. "Hey Mathys ! Comment ça va aujourd'hui ? T'es dispo ce soir ? On aurait pu manger un morceau en dehors de l'UMS pour changer ? J'commence à en avoir marre de la cafet'." J'lui fais un clin d’œil complice. J'ai même pas à me forcer, parce que c'est vrai en fait. Mais c'est pas seulement ça, j'ai envie qu'on se voit en dehors du cadre de l'UMS. Et j'ai p't être jamais eut de copain avant mais j'suis pas du genre à rester passive. J'sais pas si il va comprendre c'que ça veut dire. Mais je tournerais pas autour du pot comme certains, n'en déplaise à Alex. Maintenant que j'en ai pris conscience, j'compte bien agir dessus. Et même-ci ça match pas, c'est pas la fin du monde.

 
©Lilith

_________________


Tu vas crever si tu ne te bats pas, alors relève la tête et écrase les !

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedMercredi 15 septembre 2021

Je vois dans les yeux de Taylor qu’elle se moque de moi – gentiment, bien sûr. Elle doit vraiment me trouver étrange, avec mon regard fou et mes doigts qui n’arrêtaient pas de s’agiter. C’est même un exploit, selon moi, qu’elle soit restée aussi longtemps. Qu’elle supporte mon comportement. « Je voudrais devenir Chercheur, découvrir d’anciens sortilèges, tu vois ? » Je me demande si elle va avoir la même réaction que la plupart des personnes à qui je dis ça. L’intitulée de mes recherches, ce n’est pas vraiment ce qui fait rêver. « Oh. Je suis en sixième année. » Je précise, sans vraiment savoir pourquoi. Je souris à la jeune femme. Oui, on a tous nos petits démons, et le mieux est la caféine. En vrai, j’aime beaucoup le fait qu’elle ne me juge pas. Ça change vraiment agréablement.

« Mister Coffe ? » Je relève la tête, en haussant un sourcil. Je n’ai pas l’habitude qu’on me donne des surnoms, surtout pour rire. Je souris. Finalement, je crois que celui-ci va bien me plaire. Je ne dis rien quand Taylor m’avoue aimer converser avec de parfait inconnu. Je ne vais pas commencer à faire mon vieux moralisateur. La jeune femme a l’air assez capable pour se débarasser d’une personne un peu trop… entreprenante, ou collante. Mais je n’aimerai pas que Jordan ou Amber fasse la même chose de leur côtés. Trop protecteur, moi ? À peine… Mais ce sont mes petites sœurs. Il est fréquent qu’on devienne vite déraisonnable lorsqu’on parle de mes petites sœurs.

« Demain, même heure. » Confirmai-je avec un sourire. Mais elle est déjà partie. Taylor… Une vraie boule d’énergie. Tout le contraire de moi, et de mon petit train-train quotidien tant aimé. Mais je pense quand même qu’on va bien s’entendre, tout les deux. Je ne sais pas, une sorte d’intuition. En tout cas, je l’attendrai demain. Et les autres jours, si autre jours il y a.  

Jeudi 4 novembre 2021

Trois semaines. Je n’arrives pas à m’en rendre compte. J’ai l’impression d’avoir connu Taylor depuis toujours, j’arrive à lui parler de tout. Enfin, de presque tout. Je ne veux pas aborder les sujets trop sensibles, la famille… Je ne peux pas. Je n’en ai pas envie, de plus. Taylor… n’a rien à voir avec tout cela, je ne vois pas pourquoi j’irais l’embêter avec mes histoires.  Pourquoi gâcher l’ambiance, alors que tout va si bien entre nous deux ?

« Hé, hé, hé, on se calme ! » Je regarde Taylor en souriant. À peine arrivée, et déjà de bonne humeur et en train de parler avec entrain, comme si elle ne pouvait pas s’arrêter. Et après, on dit que c’est moi, l’addict au café, alors que je suis le plus calme de nous deux. La vie est injuste. « Alors, premièrement, ça va bien, oui, et vous miss Taylor ? » Je prends mon temps avant de répondre à ses autres questions. Pourquoi est-ce qu’elle serait toujours la seule à s’amuser, hein ? « Ensuite. Je suis libre ce soir. » Je fais encore traîner en longueur, pendant une dizaine de seconde supplémentaire. Elle va m’en vouloir à mort, à force. Je commence à sourire franchement, presque à rire. « Donc oui, on peut aller ailleurs. Tu veux manger quoi ? » Je suis l’étudiant débordé lambda, quant il s’agit de manger : des pâtes ou un sandwich. Du moment que ça va vite, je ne suis pas très regardant. Mais là, si je vais quelques part avec Taylor… Taylor, ce n’est pas une amie comme les autres. Je ne sais pas pourquoi, mais elle a une place importante dans mon cœur. Je pense à elle souvent, quant elle n’est pas là. Je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qu’elle fait, où elle est, si elle est en train de sourire… Amoureux ? Je le suis probablement, même si je ne la connais pas depuis longtemps. Mais elle… je ne sais pas. J’ai l’impression qu’elle est joyeuse et aussi gentille avec tout le monde. Que je ne suis pas particulier.

« Je sais… je sais qu’il y a ce fast-food, tu sais, Barberus Bragge et Cie ? » Je n’y mets presque jamais les pieds. Par habitude, je préfère rester dans la cafét’, ou manger sur le pouce entre deux cours. Et puis, ils servent un bien meilleur café, ici. « Ou alors, tu préfères aller ailleurs, dans un endroit un peu plus... » Je croise son regard, indéchiffrable. Je n’arrives pas à savoir ce qu’attend Taylor de moi. Un rendez-vous amical ou un peu plus ? Je déteste ne pas savoir. J’ai l’impression que je fais faire un faux pas en essayant juste d’être gentil. « … Enfin, où il y a moins de monde ? Dis-moi où tu veux aller, je te suivrai. »
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz



I am totally and irremediably drugged


Mercredi 15 septembre 2021

Je lui souris, il est vraiment chou en fait. Il à l'air de s'attendre à ce que je me moque de lui. Pourtant son choix est pas plus con qu'un autre. C'est pas courant c'est clair, mais c'est pas bizarre ? Si ? J'sais pas peut-être que pour les sorciers si... Je sais jamais avec eux, j'peux m'attendre à tout j'crois. J'suis née moldue et peut-être que ça change ma façon d'voir les choses.

"C'est cool ! J'suis sûre qu'y'en a un paquet qui ont été oublié avec le temps." J'ajoute avec entrain, parce que ça doit même être passionnant. C'est aussi découvrir une part d'histoire. Je hoche la tête quand il me répète le surnom que j'lui ai trouvé. J'lui demanda quand même ci ça l'gêne pas. Mais il m'dit qu'non, que ça change des surnoms qu'on lui donne.

Jeudi 4 novembre 2021

Je ris quand il m'demande de m'calmer. Mister tranquillité a un peu du mal avec mon débit et mon côté speed. Mais j'crois que ça lui fait du bien autant qu'à moi nos différences. Je l'écoute se moquer d'moi avec une moue boudeuse. Il me connait bien maintenant, assez pour savoir que j'me vexe pas facilement. J'ai une grande gueule, mais j'suis pas méchante. Juste moi.

"Je vais bien cher ami." J'lui réponds avec emphase en battant des cils. On arrive, je ne sais trop comment à ne pas éclater d'rire. On est cons tout les deux, j'apprécie vraiment sa compagnie. Ça me change de Yaxley, et j'crois que j'ai envie d'lui laisser sa chance. J'lui mets un coup dans l'épaule quand il me fait tourner en bourrique. "T'es un sale gosse, tu l'sais ça ?" Je m'assois à côté d'lui avec un sourire. Je réfléchis un instant.

"Franchement ? Aucune idée, juste pas ici c'tout ce à quoi j'ai pensé." Je réponds en haussant les épaules. J'ai juste voulu passer du temps avec lui, en dehors du cadre scolaire. J'ai vraiment pas pensé plus loin. J'écoute quand il me propose le fast-food pas trop loin. J'suis pas du genre à me soucier de ma ligne, j'mange normalement. J'grignote pas et j'mange sain la plupart du temps. Alors un burger de temps en temps ça m'fais pas peur. "Va pour le fast-food. Comme j'te disais, j'y avais pas réfléchis. J'voulais juste passe du temps avec toi en dehors de l'unif." J'hausse les épaules. Et puis je réalise ce que j'viens de dire et me prends de passion pour mon chocolat chaud. Et j'percute seulement ce que lui aussi viens de dire, ok on est tout les deux gênés maintenant. C'est chouette !

"Ce soir à Barberus Bragge et Cie, vendu ?" J'essaie un peu de me rassurer, parce que c'était assez transparent sur ce que j'attends de ce soir. C'est un rendez vous, et j'viens de clairement le laisser entendre. De toute façon, ce qui est fait est fait. Et c'est p't-être pas plus mal. De toute façon, j'sais pas faire semblant. Je sais ce que j'ai envie, et j'ai pas envie de tourner autour du pot.

"Pas trop chiante ton début de matinée ? J'me suis levée en retard ce matin, encore. J'sais pas pourquoi mais mon réveil m'en veut personnellement, j'crois ! D'habitude il hurle jusqu'à c'que j'me lève mais là il la met en veilleuse. Après le prof de Com m'a demandé si je serais encore en retard au prochain cours ! C'est qu'la deuxième fois, il est d'un relou. J'dois m'contenir de fou pour pas l'envoyer paître. Fin tu m'connais un peu maintenant, j'm'énerve vite." Je raconte mes déboires du matin facilement, reprenant comme d'habitude.  
 
©Lilith

_________________


Tu vas crever si tu ne te bats pas, alors relève la tête et écrase les !

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedJeudi 4 novembre 2021
Je souris en la regardant battre des cils. Ça ne lui va tellement pas, ce genre d’attitude, et pourtant j’arrive à trouver ça terriblement mignon. Et vraiment tordant, aussi. Je détourne le regard, le baissant sur la table, un peu mal à l’aise. Je n’ai pas beaucoup d’expérience avec l’amour, ou les filles en général. Oh, bien sûr, j’ai déjà eu quelques histoires. Mais je ne suis toujours pas habitué au jeu de séduction – et je crois que je ne le saurais jamais. Et Taylor… Je ne sais même pas ce qu’elle pense de moi. Je ne sais pas si je pourrai devenir autre chose que son « cher ami »… En tout cas, je la regarde en souriant. Oui, je suis un sale gosse de vingt-trois ans avec elle. Et j’aime bien ça.

« Oui, ce soir. Je t’attendrai vers l’entrée de l’UMS vers… 20 heure ? Ça te va ? » J’essaye de prendre un air détendu, en me passant une main dans les cheveux. Je crois vraiment que je m’emportes trop, non ? Les sorties entre amis, ça se fait. Ce n’est pas forcément un rendez-vous romantique… Et c’est normal que Taylor veuille passer du temps avec moi en tant qu’ami en dehors de l’université, non ? Non ? Je ne sais pas… J’aimerai beaucoup que ce ne soit pas que amical, entre nous deux. Mais je préfère ne rien dire, du moins pour l’instant. Je préfères être sûr avant de déballer ce que je ressens. Je crois que c’est ma déclaration qui a mal tournée à Saoirse Parkinson qui fait que je fonctionne comme ça. Je n’ai pas vraiment envie de me reprendre un râteau…

« T’es vraiment impossible, Taylor. » Je secoue la tête, en riant légèrement lorsque l’entendant raconter le début de sa journée. Se réveiller en retard, aussi souvent… Je ne sais pas comment elle fait. « Je devrai venir chez toi pour te réveiller chaque matins, à ce train-là ! » Je croise son regard, qui me fait baisser les yeux. Est-ce qu’elle m’a mal compris ? Pourtant je ne voulais pas dire que… Enfin, bref. Taylor sait que je ne pensais pas à mal, elle sait comment je m’exprime et même comment je pense maintenant. Je ne devrai pas me prendre trop la tête, même si toute cette histoire de rendez-vous tourne encore dans mon esprit « Essaye de ne pas te faire renvoyer de ce cours, quand même. Il est important, pour toi. D’accord ? » Je lui adresse un petit sourire, en finissant mon café. Elle doit sûrement trouver que j’ai des remarques de vieux con, mais je ne peux pas m’en empêcher. Je n’aimerai pas que Taylor soit en mauvaise posture scolairement parlant à cause d’un prof un peu trop con.

« Ma matinée ? Ce n’était vraiment pas mal. J’ai passé deux heures à la bibliothèque… Avec du café, comme d’habitude ! »
Je lui désigne du doigt ma tasse vide. Elle sait très bien maintenant que je ne peux pas me passer de ce breuvage, c’est presque aussi puissant qu’une drogue pour moi. « Mon cours Arithmancie était calme, comme toujours… Il n’y a pas beaucoup de personne qui prenne cette option. Mais moi j’ai toujours bien aimé cette matière. C’est vraiment loin de mon domaine de recherches, mais bon… J’aime bien élargir mes horizons. » Enfin, en études tout du moins. Je ne suis pas vraiment aventurier dans ma vie de tout les jours. Je sais que je suis un peu trop routinier pour mon âge, mais j’ai toujours eu besoin de garder mes repères pour avancer. La conversation se poursuit entre nous deux, tranquillement, même si Taylor parle assez pour nous deux. Je n’arrête pas de sourire, quant elle est près de moi. Sa rapidité et son débit de parole me fait rire, ça contraste tellement avec mon calme.

Vers 20h, devant l’UMS

Ça fait déjà vingt minutes que j’attends Taylor. Je sais que je lui ai donné rendez-vous à vingt heure, je sais qu’elle ne sera peut-être pas là à l’heure mais… je n’ai pas put m’empêcher de venir en avance. Calé sur le mur de l’entrée, j’essaye de me calmer. Je ne sais pas pourquoi je me sens aussi bizarre… J’ai beau me dire que ce n’est qu’une sortie entre ami, que même si Taylor veut – par je-ne-sais quel miracle – que notre évolution évolue, je ne devrai pas angoissé autant. Enfin, angoissé n’est pas le bon mot. Je suis plus… mal à l’aise. Timide. J’ai peur de mal faire, de tout faire foiré alors que rien n’a encore commencé. J’aurai dût prendre un autre café avant de me poster à l’entrée de l’université.

« Taylor ! » Je lui fais signe dès que je la vois, un peu rassuré. Au moins, elle ne m’a pas oublié. Je commençais vraiment à croire que la jeune femme allait me poser un lapin… « J’espère que ta fin de journée était meilleure que le début. » J’essaye de prendre un ton normal, d’agir normalement aussi. « T’es prête ? » Je me mords la lèvre, en me rendant compte de la stupidité de mon interrogation. « Excuse-moi, c’est vraiment nulle comme question... » Je me mords la lèvre inférieur en commençant à marcher aux côtés de Taylor en direction du fast-food, toujours légèrement mal à l’aise. Je ne sais pas trop ce que Taylor pense, pour ce rendez-vous. Et je n’ose pas me jeter à l’eau en premier. Pas tout de suite. J’ouvre la porte du fast-food, la retenant le temps que la jeune femme entre. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas trop pour mon attitude. « Tu me conseilles quoi, ici ? Je ne connais pas grand-chose... » C’est assez chère, tout compte fait. Mais je peux me le permettre, au moins pour faire plaisir à Taylor et lui payer le repas. Je n’ai pas fait d’extravagances financières ces dernières semaines, et Noël est encore assez loin. Et je n’ai pas à m’inquiéter de Roland avant le début du mois prochain. « De toute façon, du moment que le café est potable… » Je murmure doucement, avec un sourire.
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz



I am totally and irremediably drugged

Jeudi 4 novembre 2021

"C'est parfait pour moi !" J'lui fais un grand sourire ravi. Mon cœur bas fort dans ma poitrine. J'ai des sentiments pour ce garçon, ça ne fait aucun doute. Et il est gentil, j'ai vraiment envie que ça fonctionne. Après la débâcle avec Yaxley. Le pire c'est les non-dits entre nous deux. J'sais bien qu'il a essayé l'dernier soir mais j'me suis barrée. Et j'crois toujours qu'j'ai bien fait. Mais Mathys, c'est différent. Les choses sont normales entre nous, y'a pas d'jeu. Et ça m'fait un bien fou.  

"Pas sur que même là t'y arrive ! C'pas d'ma faute si j'veille tard." Je ronchonne. Ouais c'était pas d'ma faute, pas vraiment. J'arrive pas à oublier ma séquestration en mars dernier. J'ai des réminiscences tout l'temps. J'ai caché à tout mes proches à quel point ça m'a affecté. J'ai eut tellement peur cette nuit là. J'capte vaguement le malaise de Mathys même*ci j'en comprends pas l'origine.

"Ouais ouais, j'sais bien... Monsieur l'prof." J'me moque gentiment. Parce qu'il est tellement sérieux. J'suis pourtant une bonne élève quand j'me démène mais c'est vrai que là... Ce prof peut pas m'voir, c'est évident pour toute la promo mais bien sûr... Y'en aura pas un pour m'défendre pfff ! Je pouffe oui, Mathys et le café c'est une grand histoire d'amour. Il est tellement mignon et il s'en rend pas compte.

"Le café t'perdra. Et t'as raison, il ne faut se fermer aucune porte, jamais !" Concluais-je avec un sourire. Je soupire ça va être l'heure de reprendre. "Bon et bien à ce soir Mathys !" Je l'embrasse sur la joue, m'attardant sans doute un peu plus que nécessaire. J'suis tactile et il le sait. C'est pas la première fois que j'fais ça, mais c'était différent c'matin. J'lui fait un sourire un peu incertain avant d'me sauver à toute vitesse pour mon prochain cours.

Jeudi 4 novembre 2021 - 20h10

J'suis en retard, comme toute cette fichue journée. Comme-ci le retard du matin avait décalé toute ma foutue journée. Ça m'embête d'autant plus que j'ai rendez vous avec Mathys. J'sais bien qu'il m'en voudra pas, mais quand même... J'ai pris l'temps de repasser chez moi pour poser mes affaire de cours et me mettre un peu en valeur. Rien d'extravagant, j'me suis pas changée. Juste un peu maquillée, ce que je fais rarement. Et j'ai changé de chaussures pour mettre des bottines plus seyantes que des baskets. Et je me suis surprise à vouloir changer de tenue. Mais j'me suis dis que se serais trop.

Je repère rapidement Mathys et je le rejoins avec un air penaud. "Hey t'excuses pas, c'est moi qui d'vrait ! J'suis en r'tard... Mais j'l'étais depuis l'matin. Et ça a fait que se cumuler toute la journée. A croire que ça voulait pas me lâcher. Et toi alors ta journée ?" J'demande parlant un peu plus vite qu'à la normale encore. Je me mords la lèvre un instant essayant de calmer le kaléidoscope de sensation qui m’envahit. J'me rappelle pas avoir déjà ressenti tout ça avant. On entre finalement dans le restaurant. Mathys a l’air un peu mal à l’aise, et évite de regarder Taylor dans les yeux. Oh, tu sais, comme d’habitude… Cours, bibliothèque, cours. C’est pas vraiment intéressant. Mais cette soirée… C’est bien, ça change. » Je fonds totalement devant le comportement très gentleman de Mathys. Il est tellement mignon, vraiment. Je sens mes joues s'assombrir. Ma peau noir ne rend pas facile de voir mes rougissement et c'est tant mieux !

"Ils ont des dragons burger vraiment sympa ! Évidement c'est pas du dragon, mais j'ai demandé quand même la première fois ! Parce que tu sais les sorciers sont quand même un peu bizarre parfois." J'hausse les épaules, c'était un fait. Mathys savait pour mon ascendance moldue et comme il s'en fichait ça me convenait. Mais c'était vrai que les sorciers avaient une logique bien à eux. « Je veux prendre ça, alors, si tu me le conseilles ! Je te fais confiance. » Il a un petit sourire bizarre. "Ton sacro saint café, hein ?" Je rigole en serrant l'épaule du jeune homme.  Mathys rit un peu, avant de faire semblant d’être en colère. « Miss Taylor, un peu de respect pour vos aînés qui ont besoin de carburant pour suivre les cours. » C'est moi qui rigole cette fois, parfois il parle vraiment comme un vieux papy. Mais ça fais son charme. On s'installe finalement à une table. "Oh c'est vrai, j'avais oublié que t'étais un vieux papy édenté..." Je me moque alors qu'on est désormais installé, j'hausse un sourcil amusé.

Mathys sourit, faisant exprès de montrer ses dents. « Je suis plutôt en forme pour une vieille personne, non ? T’en penses quoi Tay ? » J'éclate de rire. "Ouais ok t'es canon pour un papy !" Je roule des yeux, pourtant j'me sens bizarre. Mathys s’étouffe en buvant son verre d’eau, il regarde ostensiblement la table, mal à l’aise mais en souriant quand même. J'ai parlé un peu plus vite que j'ai réfléchis... J’enchaîne rapidement. "Fais gaffe tu vas éblouir la populace avec tes dents étincelantes." J'hausse les sourcils comiquement. Ou comment essayer de noyer l'poisson. Qu'elle imbécile je fais, c'est sorti tout seul. C'est ça qu'on appelle flirter ? J'suis même pas sûr, c'est pas comme ci j'avais eu foule d'expériences avant ça. Il risque un regard vers moi, avant de me sourire assez tendrement ? « Je m’en fous d’éblouir la populace, c’est toi que je veux éblouir Miss » me dit-il sur un ton mi-blagueur, mi-sérieux.

J'ouvre la bouche fort peu élégamment surprise. J'me reprends comme je peux, je sens mes joues chauffer. J'pourrais détourner l'regard et m'enterrer dans un trou... Mais j'ai pas été répartie à Gryffondor pour rien à l'époque de Poudlard. Je m'entends donc répondre : "J'aimerais bien voir ça tiens !" Sur un ton de défi très gryffondorien. J'ai envie de me tarter. Putain j'aime trop les défis pour mon propre bien. Mathys, gêné, me regarde quelques secondes, avant de se pencher vers moi pour m’embrasser. Il rompt le baiser, en gardant une main sur ma joue.

« Oh, désolé… Ce n’était peut-être pas à quoi tu t’attendais. » Dit-il en enlevant rapidement sa main. « Je devrai peut-être m’en aller… ? » Je suis presque choquée, pas dans l'mauvais sens. Mais j'pensais pas que ça aboutirais à ça. Non pas que j'me plaigne bordel, j'ai qu'une envie qu'il recommence. J'le regarde en fronçant les sourcils quand il s'excuse. "Oh non t'vas pas t'en sortir comme ça ! Si tu t'casses j'te botte le cul." Ça s'était encore sortit tout seul. Pour autant je ne le regrette certainement pas. J'attrape sa main et entrelace mes doigts avec les siens sur la table. J'lui fais un sourire penaud mais résolument heureux. Mathys se fige, et se laisse prendre la main. « Je… je croyais que tu allais mal le prendre. Je pensais pas que... » "J'étais surprise, parce que j'pensais pas que... enfin que tu réagisses au pied de la lettre." J'éclate de rire. J'suis soulagée et juste super heureuse là tout de suite.

Il rit avec moi, en caressant ma main. « Moi aussi j’étais surpris. Il n’y a que toi pour me forcer la main à t’embrasser. » "J'ai pas fait exprès ! Tu sais comment j'suis quand on m'présente un défi... ça m'a joué des tours certaines fois." Je plaisante à moitié, dans un coin d'ma tête je me souviens de quelqu'un qui c'est servi d'ça. Mais je chasse le souvenir. Mathys rit doucement, en posant un regard attendrie sur elle.  «Tu devrai faire attention, quand même. »  Il se racle la gorge, avant de continuer. « Alors… c’est officiel ? Enfin, c’est étrange de demander comme ça, mais j’ai pas vraiment l’habitude. »

"Moi non plus en fait, j'pensais juste pas que ça s'passerais comme ça. Mais oui, j'crois qu'on peut l'dire officiellement. L'UMS compte un nouveau couple." J'ajoute avec malice. Je ne lâche pas sa main parce que j'ai peur que se soit que dans ma tête. Ça me parait tellement irréel... Mathys m'attire vers lui, pour m'embrasser encore, plus longtemps cette fois. "Du moment que tu ne regrette pas..." Murmura-t-il en me souriant. Je sens le sourire niais s'afficher sur mon visage, mais actuellement je m'en fous. "Ça risque pas." Et le reste de la soirée est juste géniale, on s'entends vraiment bien.

On s'est bécoté une bonne partie de la soirée. Après avoir mangé on s'est promené dans les rues. Je l'ai amené dans un parc. J'aime les parcs, ils sont rattachés à de nombreux beaux souvenirs. Il ne fait ps vraiment chaud, mais j'suis pas frileuse. Pas trop et j'ai pas vraiment envie de voir cette soirée se terminer. Pourtant, on finit par se quitter après un énième long baiser. Je crois qu'avec lui, je pourrais sauter le pas. C'est peut-être un peu tôt pour le décider, mais la vérité c'est que j'ai confiance en lui. Naturellement.

Samedi 4 décembre 2021

Ça fait un mois qu'on est ensemble, je me surprends souvent à rêvasser à son propos en cours. Je n'oublie pourtant pas mes obligations. Mais j'pense à lui dés que j'ai un peu d'temps.  On continue notre petit rituel de la pause du matin dés qu'on peut. C'est comme ça qu'ça a commencé nous deux. J'ai vraiment des sentiments pour lui. Même-ci voir Yaxley régulièrement dans les journaux ça me fait bizarre. C'est un sujet que j'évite pour l'moment. Comme il s'est pas vraiment passé quoi que ce soit avec lui et comme c'est encore douloureux... Je n'en ai pas parlé avec Mathys. J'espère que quand l'sujet viendra, il ne m'en voudra pas.

On a décidé de passer le weekend ensemble. Rien de bien extraordinaire, à cette période de l'année il fait froid. Donc on va sans doute rester dans mon appart, mes parents me payent le logement. J'aime pas vraiment ça, mais j'ai pas trop l'choix. L'année pro avec les stages, j'pourrais les soulager du loyer. J'sais bien qu'ils le font avec plaisir mais j'veux être indépendante maintenant. J'me demande si je vais pas me mettre en coloc' pour que ça leur coûte moins cher. Je supporte toujours mal d'être seule ici. J'ai toujours vécue entouré d'gens. Et ça me fais vraiment bizarre d'être seule. J'entends toquer à la porte, je souris.

"Ben alors on s'est perdu, Mat' ?" J'demande amusée, avant de l'attirer à moi pour l'embrasser. J'me lasse vraiment pas de l'faire. Mon cœur tambourine dans ma poitrine, j'crois que j'commence à être amoureuse. J'suis pas encore prête à y croire vraiment. Mais j'aimerais que se soit l'cas, c'est vraiment un gars bien et on s'entend super bien. "Tu m'as manquée." Je soupir dans son cou alors que je referme la porte sans le lâcher. Et pourtant, on s'est vu hier... J'me sens un peu niaise, mais tant pis.

©Lilith

_________________


Tu vas crever si tu ne te bats pas, alors relève la tête et écrase les !

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
I am totally and irremediably druggedJeudi 4 novembre 2021

Je n’arrive pas à croire que je l’ai fait, je n’y arrive pas. Je n’ai jamais vraiment pris d’initiative, dans mes relations amicales ou amoureuses, je préfère attendre pour aviser. Que l’autre fasse le premier pas. C’est sûrement stupides, parce que ça m’a sûrement fermé des portes sans que je le sache mais… C’est comme ça. Je peux pas m’en empêcher. J’ai trop peur que ça se retourne contre moi, trop peur de sortir d’une routine que je connais si bien. Et pourtant, ce soir, Taylor m’a donné l’impulsion nécessaire pour que je l’embrasse en premier. C’est assez étrange, mais j’ai senti que je pouvais le faire, que c’était le bon moment pour nous deux – même si j’ai quand même un peu eu peur de sa réaction. J’ai failli partir, oui. Mais elle m’a retenu. Et j’ai comme l’impression qu’elle ne voulait pas me laisser partir, ce soir. Moi, ça me convient. Je pourrai rester avec elle toute la soirée si elle le voulait.

J’ai eu l’impression de traverser un rêve, pendant toute la soirée. Je me suis laissé emmener par Taylor, dans des rues, dans un parc, heureux de voir des lieux qu’elle aime bien. Des lieux hors de l’université, aussi. Ça ne m’arrive pas souvent, et encore moins accompagné. On n’a pas arrêté de s’embrasser, pendant de longues minutes à chaque fois. C’était vraiment étrange, ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Les fameux papillons dans le ventre, le fait de vouloir que la soirée n’en finisse pas. Et j’avais même oublié de prendre mon dernier café du soir, en compagnie de Taylor.

Samedi 4 décembre 2021

Un mois, et je n’arrive toujours pas à réaliser. Enfin, si, mais pas complètement. Je nage en plein bonheur, littéralement. À chaque fois que je croise Taylor, son sourire me fait fondre. La présence de la jeune femme m’apaise, ses taquineries me font rires, et je me sens plus détendu en sa présence. Bien sûr, j’évite certain sujet avec elle. Mais j’apprécie le fait qu’on ne parle pas vraiment de famille… Je suis pas prêt. Et puis, je ne veux pas gâcher notre bonheur avec une histoire aussi triste, et qui n’a rien à voir avec nous. Taylor ne croisera jamais Roland, je ferai tout pour empêcher que ça arrive. Alors à quoi bon lui en parler ?

Je toque à la porte devant moi, un peu surpris. J’avais dit oui pour qu’on passe un week-end ensembles, avec Taylor. Un week-end où je ne serai pas chez moi… ça me fait bizarre, j’appréhende un peu. Peut-être que la jeune femme va me trouver insupportable, ou chiant à en mourir durant ces deux jours ? Et puis, je sais que je vais devoir faire attention. J’ai peur que Taylor voit mes avant-bras, les marques de Roland. Au pire, je mentirai… Même si je n’aime pas cette idée, je ne veux pas qu’elle sache. Je ne veux pas qu’elle me prenne en pitié. Je lui dirai que c’est moi qui me suis fait ça. Une stupidité d’adolescent, qui a laissé des petites cicatrices… C’est plus ou moins crédible, non ? C’est mieux que de lui dire que mon père adoptif a toujours été violent avec nous.

« Ben alors on s'est perdu, Mat' ? » Je ris quant elle m’attire vers elle, quant elle pose ses lèvres sur les miennes. Taylor est aussi impulsive que je suis calme, c’est peut-être pour ça qu’on se sent si bien ensemble. On se complète, quelque part. « Tu m’as manqué aussi. » Je suis pas vraiment à l’aise, et j’espère qu’elle ne le voit pas – même si j’ai des sérieux doutes, je suis assez transparent comme mec. Je resserre mon étreinte autour de la jeune femme, en souriant stupidement. Sentir son souffle sur mon cou me donne des frissons très agréables. « Alors… Est-ce que ça va ? Depuis hier. Tu veux faire quelque chose de spécial… ? » Je parles trop vite pour que ça semble naturel, et ça me fais sourire. J’ai vraiment l’air débile quand je paniques pour un rien. « Désolé, je suis un peu stressé. Ça se voit beaucoup, c’est ça ? » Je passe une main sur sa joue, caressant doucement sa peau pour me calmer. Tout va bien se passer, personne ne pouvait nous atteindre là où on était. Moi, parano ? Un peu, quand même… « C’est la première fois. » Je déglutis avant de poursuivre, en souriant à Taylor. La regarder dans les yeux fait baisser la tension d’un coup. « C’est la première fois qu’une fille m’invite chez elle pour tout un week-end. J’ai peur de mal faire quelque chose. » Je hausse les épaules, toujours avec un sourire aux lèvres. Taylor me comprendra, j’en suis sûr. « J'ai quelque chose pour toi. » Doucement, je lui ouvres la main, pour y glisser un petit pendentif. Une étoile argenté. Je n'ai pas pût résister, quand je suis passer devant le présentoir de cette bijouterie. Je sais que je devrai faire plus attention au niveau des dépenses mais j'avais vraiment envie de marquer le coup avec Taylor.
:copyright:️ YOU_COMPLETE_MESS

descriptionI am totally and irremediably drugged EmptyRe: I am totally and irremediably drugged

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum