Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Janvier 2022.

Partagez

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyCela commença par une interview anodine

more_horiz
Cela commença par une interview anodine
Jeudi 9 décembre 2021

Rafaël se promenait aujourd’hui sur le domaine du Magical College. Il avait eu une interview à faire avec la directrice, Piper Davies, très fière de son établissement. L’interview n’avait rien apporté de croustillant mais la sorcière lui avait conseillé d’interviewer quelques étudiants sur la cour pavée afin qu’il ait un meilleur retour sur cette université.

Rafaël n’avait pas étudié ici, mais Rebecca l’avait fait. Ici, la magie régnait en maître. Déjà, l’université était infectée de Doxys qui volaient en tout sens. Dans les couloirs, les étudiants s’entraînaient sur des sorts tous plus impressionnants les uns que les autres. D’autres, dans un coin, faisaient des paris sportifs sur la Coupe du Monde de Quidditch pour cet été. Plus loin, les Vélanes secrétaires venaient réclamer des papiers non rendus tandis que des Gobelins du Big Bang arrivaient pour un rendez-vous avec la directrice-adjointe. Rafaël les salua avant de sortir dans l’air frais de décembre.

Ici, en Californie, les températures ne descendaient jamais en-dessus de 0° et la plupart des étudiants râlaient de ne pas avoir de neiges pour cet hiver. Les mains derrière le dos, Rafaël s’avançaient dans la cour pavée où quelques étudiants discutaient, resserrant leur écharpe autour du cou. Un groupe d’étudiants revint. Ils avaient le visage couvert de suies et retiraient des gants en peau de dragon. Le rédacteur-en-chef sourit. Il y avait parfois des métiers à risques …

Quelques étudiants le saluèrent, certains le reconnaissant, d’autres seulement par politesse. Rafaël serra la main de leur professeur qu’il connaissait davantage avant de s’arrêter dans la cour pour observer les étudiants qui s’y trouvaient. Un peu à l’écart, il remarqua un jeune homme. Plongé dans la lecture d’un livre, il ne prêtait aucune attention aux alentours. Il semblait vouloir échapper au monde extérieur et le froid environnant ne semblait pas le gêner. Au contraire, emmitouflé dans un gros manteau, il s’était calé au pied de l’arbre géant au centre de la cour pavée et ne bougeait plus, ou du moins seulement pour tourner les pages.

Rafaël sortit son bloc-notes et sa plume à Papote avant de s’approcher du jeune homme. Il s’assit sur le banc qui entourait l’arbre, à côté de lui, forçant l’étudiant à relever la tête vers lui. Poli, il salua Rafaël qui lui tendit la main. « Bonjour, je suis Rafaël DiAngelo, rédacteur-en-chef au Wizard Times. » se présenta-t-il avec un sourire aimable. « J’ai interviewé votre directrice un peu plus tôt qui m’a conseillé de venir interroger directement les étudiants. Rien de bien scandaleux, ne vous inquiétez pas, je rédige seulement un article sur le Magical College et les cursus que l’université présentent. » indiqua-t-il en faisant un signe du doigt pour que son bloc-notes approche un peu plus près.

« Dans la cour pavée du Magical College, appuyé contre un arbre, je trouve un étudiant plongé dans son livre. » Rafaël claqua des doigts. « Quel est ton nom ? » L’étudiant, un peu décontenancé le lui donna : « Taël Mason est un étudiant en … » A nouveau, Rafaël claqua des doigts pour encourager Taël à poursuivre : « … Magie Avancée. Nous avons décidé de l’interroger. » Le demi-vampire se tourna vers le jeune homme et posa une main sur son épaule. « Comme je te l’ai dit, ne t’inquiètes pas, l’interview se passera bien. » Encore une fois, Rafaël venait d’utiliser son don pour la persuasion afin de calmer l’esprit du jeune homme et qu’il soit donc en meilleures dispositions pour répondre aux questions.

« Alors, Taël, d’où viens-tu ? De New-York ? Seattle ? Los Angeles ? Ou plus loin peut-être ? Londres ? Paris ? » La Plume à Papote s’agitait dès lors que Taël répondait aux questions. « As-tu des frères et sœurs ? Tu es un Sang-Pur, Sang-Mêlé, Né-Moldu ? Dans quel monde vis-tu ? »   
©️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Ce sont les détails qui font les légendes. »

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyRe: Cela commença par une interview anodine

more_horiz

Jeudi 9 décembre 2021
Taël & Rafaël

Début décembre, les températures chutent. Pas assez au goût de certains qui espéraient qu’il neige pour Noël. Moi, ça ne me dérange pas. Avec cette fraicheur, il suffit d’un bon manteau pour ne pas se geler. A Ilvermorny, à cette même période de l’année, c’était une autre histoire. Je passais habituellement tout mon temps en intérieur. Ici, je peux me poser contre l’arbre géant au centre de la cour pour lire un livre, et tout va bien. Personne ne s’intéresse à moi de toute manière, et je suis tellement absorbé par ma lecture que les bruits environnant ne me dérangent plus. A Ilvermorny j’aurais été dans mon dortoir, mais ici les terriers me sont un peu moins accueillants.

Cela fait plusieurs chapitres déjà que je suis installé sur le banc, sans qu’à aucun moment quelqu’un m’aie dérangé, lorsque quelqu’un s’installe juste à côté de moi. Il n’y avait plus d’autre place de libre ? Je relève les yeux et salue l’homme poliment. Il me tend la main. Je n’ai pas mis de gant. Et mince. J’inspire et la serre. Contact avec une peau inconnue, et je n’ai rien pour me nettoyer la main. Ce n’est pas comme si je pensais entrer en contact direct avec quelqu’un. Je ne fréquente pas grand monde, et le peu ne me la serre jamais. Et puis qui est-il d’ailleurs ?

« Bonjour, je suis Rafaël DiAngelo, rédacteur-en-chef au Wizard Times. J’ai interviewé votre directrice un peu plus tôt qui m’a conseillé de venir interroger directement les étudiants. Rien de bien scandaleux, ne vous inquiétez pas, je rédige seulement un article sur le Magical College et les cursus que l’université présentent. »

Un interview ? Je ne pensais pas pouvoir être une personne de choix. D’habitude j’ai l’air un peu trop fermé, les gens ne viennent pas à mon encontre. Puis ne sait-il pas qu’on ne dérange pas quelqu’un qui lit ? Il a dû penser que j’étais un élève qui n’attendait qu’une excuse opportune de cesser ses révisions. En soit, ça ne me dérange pas vraiment, je pourrai toujours lire la suite du livre plus tard. Je ne suis juste pas très à l'aise avec cet homme, ni l'idée que mes mots se retrouvent dans le journal. Ce n'était pas prévu. Je ne suis pas un grand fan des imprévus. Rafaël DiAngelo attrape son bloc-note et commence à dicter son article.

« Dans la cour pavée du Magical College, appuyé contre un arbre, je trouve un étudiant plongé dans son livre. » Il claque des doigts puis me demande mon nom. Je fronce les sourcils, mais le lui donne. Puis il poursuit : « Taël Mason est un étudiant en … » Forcément, il ne connait pas mon cursus. Il claque de nouveau des doigts. C’est étrange comme technique, ce claquement des doigts. Mais je complète, Magie Avancée. « … Magie Avancée. Nous avons décidé de l’interroger. » Nous ? C’est un nous de modestie, ou bien il prend ses décisions avec quelqu’un d’autre que je ne vois pas actuellement ? Il se tourne vers moi et pose une main sur mon épaule, surement une manière de me rassurer. « Comme je te l’ai dit, ne t’inquiètes pas, l’interview se passera bien. » Étonnamment, ça fonctionne. Je lui fais confiance, ça va bien se passer, je n’ai aucune raison de m’inquiéter. Je me sens bien, détendu, et réponds à ses questions.

« Je viens de New-York. Enfin, j’ai emménagé avec ma tante en Floride l’an dernier, mais à l’origine je suis de New-York. Je suis fils unique… » Est-ce que la petite demi-soeur compte ? Je ne l’ai vue qu’une semaine, elle ne compte pas comme une soeur pour moi. Autant que lui ne compte pas comme un père. Non, mieux vaut ne pas la mentionner. « … et je suis de sang-mêlé. De quel monde je viens ? Ma mère était serveuse à l’Eclipse, mon père toujours absent, je crois qu’il est journaliste, ou quelque chose comme ça. » Il est toujours absent. Il a refait sa vie, loin de nous. De moi.


_________________

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyRe: Cela commença par une interview anodine

more_horiz
Cela commença par une interview anodine
Jeudi 9 décembre 2021

Rafaël claqua plusieurs fois des doigts afin d’encourager sa Plume à noter les réponses du jeune étudiant. Il était très peu bavard, alors autant tout noter. « Je viens de New-York. Enfin, j’ai emménagé avec ma tante en Floride l’an dernier, mais à l’origine je suis de New-York. » « New-York ! Très bon choix ! » pointa Rafaël même si les enfants ne décidaient jamais du lieu où ils allaient vivre. C’était un choix personnel des parents. « Je suis fils unique… et je suis de sang-mêlé. » Rafaël hocha la tête. « Un jeune homme très banal en somme. » conclut-il.

« De quel monde je viens ? Ma mère était serveuse à l’Eclipse, mon père toujours absent, je crois qu’il est journaliste, ou quelque chose comme ça. » Rafaël plissa les yeux, intrigué. « Un père toujours absent, dis-tu ? Est-il sorcier ? No-Maj’ ? Peut-être qu’il travaille avec moi, bien que je ne connaisse pas de Mason … » admit-il. « Tu parles de ta mère au passé, dois-je en conclure que tu as vécu une tragédie ? » demanda Rafaël avec un faux air compatissant. « Raconte-nous. Ton histoire parlera certainement à quelques-uns de nos lecteurs. Ils sont toujours avides de se reconnaître en quelqu’un d’autre. »

Le rédacteur-en-chef posa à nouveau sa main sur l’épaule du jeune homme, comme un geste un peu paternaliste pour compatir et l’encourager à se confier. « Où as-tu fait tes études avant de venir dans cette célèbre université ? » lui demanda-t-il ensuite. « Dans quelle maison ? Avec quelles options ? » Rafaël s’appliqua à noter toutes les informations, vérifiant en faites surtout que sa Plume prenait bien toute en note.

Puis le demi-vampire marqua une pause avant de pousser un long soupir, comme pensif. « Taël … qui aspires-tu devenir ? Que veux-tu faire dans la vie ? Je parle non seulement de ton métier, mais aussi de l’homme que tu veux être. Quelles valeurs veux-tu transmettre ? Comment te vois-tu dans 10 ans ? D’un point de vue professionnel, mais également personnel. Es-tu marié ? As-tu des enfants ? Es-tu plutôt tourné vers une carrière ? »   
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Ce sont les détails qui font les légendes. »

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyRe: Cela commença par une interview anodine

more_horiz

Jeudi 9 décembre 2021
Taël & Rafaël

Quand je dis avoir grandi à New York, l'homme s'exclame que c'est un très bon choix. Je hoche la tête, comme pour montrer mon accord. C'était sympa, d'autant que je puisse juger, je n'ai trop rien à y reprocher. « Un jeune homme très banal en somme. » conclut-il ensuite. J'acquiesce. Ça me convient, la banalité. Puis je parle de mes parents. Mon père l'intrigue, il enchaîne avec d'autres questions.

« Un père toujours absent, dis-tu ? Est-il sorcier ? No-Maj’ ? Peut-être qu’il travaille avec moi, bien que je ne connaisse pas de Mason… »

Je secoue la tête négativement, ça me surprendrait qu'ils travaillent ensemble. Sauf si mon paternel ne m'en a rien dit, il vit à l'étranger pour les actualités internationales. Mais pas le temps de répondre, il enchaîne avec ma mère.

« Tu parles de ta mère au passé, dois-je en conclure que tu as vécu une tragédie ? » demande-t-il, avec ce qui me semble être de la pitié. « Raconte-nous. Ton histoire parlera certainement à quelques-uns de nos lecteurs. Ils sont toujours avides de se reconnaître en quelqu’un d’autre. »

Di Angelo pose sa main sur mon épaule, comme pour m'encourager. Il me fait penser à mon oncle avec ce geste, ce qui me tire un léger sourire. Parler de ma mère pour que cela se retrouve sur un journal ne me plait pas des masses, mais pourquoi pas. Si l'histoire peut permettre à d'autres de ne pas se sentir seuls, ce n'est pas une mauvaise chose. J'imagine.

« Mon père était un sorcier. Il vit ailleurs, la plupart du temps. Il travaille à l'étranger. » Je fais une pause pour inspirer et expirer avant de parler de la "tragédie". Mon regard se perd dans le vague, pour oublier que je parle à quelqu'un de réel. « Ma mère était serveuse à l'Eclipse. Elle travaillait souvent le soir après ma cinquième année à Ilvermorny, parce que j'étais interne. Elle profitait des journées et travaillait le soir. C'était comme son rythme, et ça lui plaisait. Pendant les vacances on profitait des journées ensemble. C'était sympathique. Il y a un an et demi, environ, c'était la fin de l'année scolaire à Ilvermorny. J'étais en neuvième année. Il y avait un spectacle de théâtre, il retraçait la vie de Norbert Dragonneau, puis un lâché de lanternes. C'était beau, toutes ces lumières dans le ciel. La bonne humeur régnait, l'année scolaire était finie, tout le monde était ravi de rentrer chez soi pour les vacances. Puis le directeur a reçu une information. Un attentat, au bar. Celui où ma mère travaillait. Avec des blessés, et des morts. L'attentat visait les nés-no-maj', mais ma mère a été touchée. Quand je suis arrivée sur la place du Chaman, c'est mon père qui était là. »

La suite, aucune envie de la raconter. Elle ne concerne en rien l'attentat. C'est ma vie de famille dysfonctionnelle. J'ai les yeux humides, alors je cligne plusieurs fois. Je ne pleure pas en public. J'imagine que cela plairait aux lectrices, de savoir que ce pauvre enfant ne peut pas parler de sa mère sans pleurer… Mais je n'ai jamais pleuré en public, ou du moins pas depuis plusieurs années. Je ne vais pas commencer aujourd'hui. Mon regard revient vers le rédacteur-en-chef. J'ai fini, et je n'en dirai pas plus. Il doit comprendre, puisqu'il s'en va sur un autre sujet.

« Où as-tu fait tes études avant de venir dans cette célèbre université ? Dans quelle maison ? Avec quelles options ? »

Je ris légèrement. Voilà des questions plus simples. Simplement factuel, aucun besoin d'éclipser des sentiments ou des émotions.

« J'étais à Ilvermorny, comme je l'ai mentionné plus tôt. Dans la maison du Puckwoodgenie. J'avais pour options l'étude de la Magie Noire et de la Magie du Sang. » Je m'arrête, avant d'ajouter : « Je tiens quand même à rassurer le lectorat, je ne suis pas un danger. »

Je ne suis pas un mage noir. Je ne compte pas en devenir un. Je ne peux pas dire que je n'en serai jamais un pour autant, je ne connais pas mon avenir, je ne sais pas comment je vais évoluer, mais pour l'instant ce n'est pas dans mes plans. J'ai été attaqué par un mage noir, ce n'était pas une expérience plaisante. Non, vraiment, je ne recommande pas. Et dans l'état mental dans lequel je suis actuellement, je ne souhaite à personne de la vivre. Du moins, j'aime à penser que je ne le souhaite pas. Je n'aime pas savoir qu'en réalité, si je me retrouvais en face de certaines personnes… Si ce n'était pas illégal… Enfin, ça ne me plairait pas de donner raison à mon père en devenant un mage noir… Pas qu'il en ait un sous son toit au final, mais tout de même.

Après un silence, l'homme pousse un long soupir. J'hausse un sourcil. Il me fait penser à John, encore. Particulièrement quand il me gardait et que je lui demandais d'aller au cinéma ou à la bibliothèque alors que maman lui avait demandé de me faire prendre l'air. Il avait du mal à me refuser quoi que ce soit, mais désobéir à sa soeur ? Comment pourrait-il ensuite lui dire qu'au lieu de me faire prendre l'air, il m'a amené à l'intérieur d'un autre bâtiment ? Alors il se retrouvait écartelé entre elle et moi, et poussait ce genre de soupir. Cette fois je n'ai prononcé aucune requête, peut-être serait-ce par rapport au danger que je pourrais représenter, mais que je proclame ne pas être ? Je n'en sais rien.

« Taël, dit-il finalement, qui aspires-tu devenir ? Que veux-tu faire dans la vie ? Je parle non seulement de ton métier, mais aussi de l’homme que tu veux être. Quelles valeurs veux-tu transmettre ? Comment te vois-tu dans 10 ans ? D’un point de vue professionnel, mais également personnel. Es-tu marié ? As-tu des enfants ? Es-tu plutôt tourné vers une carrière ? »

Wow. Quelle question. Ça fait un moment que je n'ai pas pensé au futur. Qui est-ce que je veux devenir ? Quelqu'un d'un peu plus sociable peut-être. Ce n'est pas ce qu'il attend comme réponse, je m'en doute. Quelles valeurs je veux transmettre ? Transmettre à qui ? Je ne m'imagine pas avoir des enfants, j'ai déjà assez de mal à m'imaginer en couple. En même temps, je ne suis pas tourné vers une carrière. Mon pouce vient gratter doucement mon menton. C'est souvent comme cela quand je réfléchis.

« Ce sont des très bonnes questions, je réponds finalement. Je n'ai vraiment pas de réponse toute prête. Le futur, c'est un concept un peu flou. Je ne me vois pas dans dix ans, honnêtement. C'est trop loin. Je ne sais déjà pas ce que je ferai l'an prochain. J'espère être encore en vie, et avoir des moments de joie au quotidien, c'est tout. Marié ? Je n'ai jamais connu que la vie de célibataire, ça me paraît improbable. J'imagine que je serai plutôt tourné carrière, sans trop savoir quelle carrière. »

Pour l'instant, ce serait plutôt chercheur. L'autre option ce serait professeur, mais ça ne me correspond pas. Du moins, je ne pense pas. Et puis qui dit que d'ici-là je ne me sois pas trouvé une passion, une vocation. Je n'arrive vraiment pas à m'imaginer dans le futur. Il y a dix ans, j'étais tellement loin de celui que je suis maintenant, comment pourrais-je prétendre pouvoir prévoir celui que je serai dans dix ans ? Grotesque.

« Je ne sais pas à qui je pourrais transmettre des valeurs, mais la tolérance me parait une bonne valeur à transmettre. »

Si les gens étaient plus tolérants, il y aurait moins de morts… On pourrait croire que c'est une pensée égoïste à ce jour, et c'en est partiellement une pour être tout à fait honnête, mais ce n'est pas seulement depuis l'attentat que j'y pense. J'ai grandi avec. Tout de même.

Si ce n'était pas pour la plume, ainsi que les regards que lui jette le rédacteur en chef, je pourrais oublier que c'est un interview. C'est étrange, comme une conversation à un seul sens. Je ne peux pas poser de questions, c'est son rôle. Je ne suis là que pour répondre.


_________________

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyRe: Cela commença par une interview anodine

more_horiz
Cela commença par une interview anodine
Jeudi 9 décembre 2021

L’attentat … bien sûr … L’attentat à l’Eclipse avait touché beaucoup de famille. Il fallait dire que la Voie Lactée était un lieu très prisé, et d’autant plus ce petit pub, à cette date. Tragique, c’était le mot pour définir la vie de ce jeune Taël. Un père absent, une mère assassinée. Qui lui restait-il ? Que lui restait-il ? Rafaël commençait à avoir une vilaine idée derrière la tête et il décida d’orienter ses questions sur les études que le jeune homme avait mené. « J'étais à Ilvermorny, comme je l'ai mentionné plus tôt. Dans la maison du Puckwoodgenie. » Mmh, comme cette jeune Pearl Miller. « J'avais pour options l'étude de la Magie Noire et de la Magie du Sang. » Oh, ça c’était intéressant. Très intéressant. « Je tiens quand même à rassurer le lectorat, je ne suis pas un danger. »

Rafaël esquissa un sourire en coin face à cette remarque. Qu’il était chou ! Son regard se fit plus ambré comme à chaque fois qu’il tombait sur quelque chose qui l’intéressait fortement. A nouveau, il orienta ses questions dans une autre direction : le futur. Qui voulait-il devenir ? A quoi aspirait-il dans la vie ?

« Ce sont des très bonnes questions. » Rafaël hocha la tête, comme se félicitant lui-même à son tour de cette trouvaille. Oui, il était vraiment très doué dans son métier mais là n’était pas la question. Il attendait que Taël lui réponde mais le jeune étudiant se grattait encore le menton, comme si les questions lui paraissaient trop difficiles. Il était calculateur, réfléchi. Il était intelligent. « Je n'ai vraiment pas de réponse toute prête. » Très intelligent. « Le futur, c'est un concept un peu flou. Je ne me vois pas dans dix ans, honnêtement. C'est trop loin. Je ne sais déjà pas ce que je ferai l'an prochain. J'espère être encore en vie, et avoir des moments de joie au quotidien, c'est tout. Marié ? Je n'ai jamais connu que la vie de célibataire, ça me paraît improbable. J'imagine que je serai plutôt tourné carrière, sans trop savoir quelle carrière. »

Rafaël agita les doigts pour que la Plume continue à noter même si le demi-vampire commençait à se dire qu’il garderait volontiers cet article pour lui. Il commençait à avoir d’autres idées de projets pour le jeune Taël Mason. « Je ne sais pas à qui je pourrais transmettre des valeurs, mais la tolérance me parait une bonne valeur à transmettre. » La tolérance, oui. Après le drame qu’il avait vécu, il avait besoin de justice. « Est-ce que tu aimerais agir, Taël ? » demanda soudainement Rafaël en agitant ses doigts pour ranger son carnet de notes.

« Je veux dire, après les drames que tu as connus dans ta vie, est-ce que tu aurais envie d’agir pour que les choses changent, pour que les mentalités changent, pour que la tolérance soit mise en avant ? » dit-il. « Mais il est vrai que tu n’es encore qu’un simple sorcier, encore trop jeune pour être écouté sérieusement par les autres adultes. » Il soupira, mettant en scène son air attristé.

« Tu sais quoi Taël ? Tu m’inspires beaucoup. » dit-il ensuite. « Ton discours, ton histoire, ce sont des choses qui me parlent. Et j’aimerais vraiment t’aider. Oui, tu me parais être un garçon rempli de bon sens et j’aimerais te donner un coup de pouce, si tu veux bien, bien sûr. » précisa-t-il en levant les mains en signe d’innocence. « Je suis moi-même orphelin, j’ai étudié comme toi la Magie du Sang et la Magie Noire et je suis inspiré pour rétablir la justice parmi les sorciers. » Il pointa alors un doigt sur la poitrine de Taël. « Et toi, tu pourrais m’y aider. J’en suis certain. Tu es un garçon intelligent. Tu pourrais être … mon apprenti ? » suggéra-t-il en jetant un coup d’œil à Taël.

Puis il se redressa et sortit sa baguette avec un parchemin vierge, de la taille d’une carte de visite. « Voici l’adresse de mon bureau au Wizard Times. Si tu as envie de faire bouger les choses, viens me rejoindre, d’accord ? » proposa-t-il avec un sourire bienveillant. Oui, lui laisser le temps. Le flatter, comparer son histoire à la sienne et le laisser réfléchir. Il ferait le bon choix, très certainement. Mais c’était nécessaire que Taël vienne à lui.   
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


« Ce sont les détails qui font les légendes. »

descriptionCela commença par une interview anodine EmptyRe: Cela commença par une interview anodine

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum