Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Décembre 2021.

Partagez

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas
Dmitry Romanov & Milana Voronkova

Les vacances sont arrivées, les cours sont suspendus et tout le monde prépare Noël. Quant à moi, je me suis disputée avec Ivanqua qui me cache quelque chose. Et je sais bien qu'elle me cache un truc, je suis la meilleure menteuse de nous deux, alors je sais pertinemment quand elle tente de se jouer de moi. Elle sait pourquoi père et mère ne répondent pas aussi vite qu'avant à nos lettres et pourquoi mère n'a pas organisé de réception pour le réveillon. Elle prétend qu'on devrait fêter Noël toutes les deux, ici, avec son fiancé... Mais je n'ai aucune envie de cela. Non, moi je veux aller en Russie, à Samara, chez nous. Ici, le monde ne tourne pas rond, je veux, j'exige de rentrer au pays pour Noël, parce que c'est comme ça que doivent être les choses. Je prendrais l'avion, quoiqu'Ivanqua en pense. Je veux aller dans un pays où mon meilleur ami et espoir de mariage ne se soit pas... amouraché d'une Sang-de-bourbe sans le sou, dans un pays où on peut pratiquer librement la magie noire, dans un pays qui respecte les Sangs-Purs.

Mais si je veux faire une surprise digne de ce nom à mes parent, il faut que je sois sur mon trente et un. Et puis je veux faire un beau cadeau à mes parents que je n'ai pas vus depuis des mois. J'ai piqué plusieurs Gallions à Ivanqua, mais ça va, je leur dirai qu'elle a participé aux cadeaux... C'est pourquoi je suis en train d'arpenter le Chemin de Traverse.

Avant septembre, j'aurais probablement opté pour la boutique de Sutton Hayes, la styliste en vogue en Angleterre... Mais aujourd'hui, elle incarne la déchéance. Sa fille est avec un ministre loup-garou  qui a brisé la pureté de sa lignée. Je ne peux décemment pas cautionner cela. Alors je me rabat sur une autre boutique. Je veux une belle tenue pour moi, mais aussi une cravate dernier cri pour mon père et peut-être... hum... un chemisier pour ma mère. Je connais parfaitement ses goûts, ça ne devrait pas être bien difficile.

Je donne mes directives à la vendeuse, tandis que je vais essayer une veste dans une cabine un peu étroite. Les boutiques de Moscou sont vraiment plus agréables. En sortant de la boutique, je me rends compte que la vendeuse n'est pas là, à mon service, ce qui a le don de prodigieusement m'agacer, mais alors que je réajuste ma tenue dans le miroir, l'image dans le reflet attire mon attention.

Dmitry Romanov... De tous les russes du monde, il a fallu que ce soit un des rares que je n'ai pas envie de revoir qui se trouve ici. Je ferme les yeux, soupirant et priant intérieusement. Faites qu'il ne me voit pas, faites qu'il ne me voit pas. Mais il n'y a pas de divinité bienveillante en Angleterre, n'est-ce pas ? J'entends déjà sa voix stridente d'enthousiasme qui braille mon nom.

« Dmitry, quel plaisir de te revoir. »

Ou pas vraiment. Dmitry est... convaincu que nos familles sont liées. Allez savoir pourquoi il s'est mis cette idée saugrenue en tête. Malheureusement, sa famille reste influente, alors il faut rester polie et gentille.

« Que deviens-tu en Angleterre ? Compte-tu rentrer au pays pour les fêtes ? C'est la raison pour laquelle tu es ici, tu recherches un présent pour ta sœur ? »

Et c'est parti pour le bavardage de politesse.
 

black pumpkin

_________________

Blank space
Cause darling I'm a nightmare
dressed like a daydream

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas
Enfin. Dmitry avait enfin un peu de temps pour lui, pendant ces vacances de Noël. Les premiers jours avaient été… Le jeune homme grimaça, en repensant aux longues heures à s’engueuler et à essayer de remonter le moral d’Irina. Sa cousine lui en voulait à mort d’avoir causé indirectement sa rupture avec Josh, mais elle avait tout de même besoin de lui. De son soutien. Et ce n’était vraiment pas évident. D’un côté, il ne pouvait que se féliciter de voir Josh loin de sa cousine. De l’autre… être l’objet des pleurs d’un membre de sa famille n’est jamais très agréable, n’est-ce pas ?

Dima en avait parlé avec sa sœur, longuement. Ils n’avaient, ni l’un, ni l’autre, vraiment trouvé de solution à ce problème. Alors, ils avaient prit le parti d’attendre, de voir, de prendre la température petit à petit. Et Dmitry avait surtout pris le parti de passer le plus de temps possibles hors de l’appartement qu’ils partageaient avec sa petite cousine. Moins elle voyait sa tête, et plus les choses se tasseraient, non ? Le jeune homme soupira, en poussant la porte de la boutique de prêt-à-porter sorciers. La plupart des vêtements qui s’y trouvaient venaient, selon toutes vraisemblances, de la marque de son père. Heureusement pour lui, Dmitry ne se sentait pas oppressé par l’ombre paternel. Il  le vivait plutôt bien, sommes toutes.

Personne, dans la boutique… Le monde était à lui. Le jeune homme paradait presque, entre les vêtements pendus. Il était dans son élément, il pouvait être s’il le voulait, et dés à présent, le roi de cette boutique. Et le plus beau, dans tout ça, c’était que les autres le savaient aussi. Dmitry s’arrêta. Il y avait une jeune femme, une jeune femme qu’il connaissait. Il se mit dans l’angle du miroir où Milana s’admirait. Elle ne l’avait pas vu, et quand elle lèverait ses yeux… La jeune femme verrait son pire cauchemars, tranquillement accoudé à un cintre, en train de lui adresser un petit salut de la main. Un sourire insolent se plaquait sur son visage.

Dima adorait la faire enrager. Il savait très bien qu’elle ne pouvait pas grand-chose contre lui : Milana devra faire bonne figure, coûte que coûte. C’était le revers de la médaille de la bonne société  Sang-Pur… Un revers dont il se passait bien, d’ailleurs. De toutes manière, il pouvait se permettre de dire ce qu’il pensait de tout à chacun haut et fort : il était immensément riche, et influent. « Milanaaaaa, quelle bonne surprise. » Il la salua en inclinant rapidement la tête, avant de la rejoindre.

« Eh bien, je fais ce que chaque jeune homme de mon âge fait : essayer de passer un moment agréable avec une arrière-arrière-petite-cousine ! » Dmitry se retint de lui tirer la langue, ne lui adressant au final qu’un sourire mutin. En vrai, il rageait de ne toujours pas avoir trouvé un arbre généalogique officialisant leurs liens de parentés, mais il ne désespérait pas. Sa famille et celle de Milana était forcément liés, non ? «Compte-tu rentrer au pays pour les fêtes ? » Le jeune homme fit un signe négatif de la tête, toujours en souriant. C’était sûrement inconcevable pour une personne comme Milana de penser passer les fêtes ailleurs qu’avec ses parents. « Je reste en Angleterre, pour ces vacances. Mes parents sont… très occupés, comme tu le sais. » Il prit sur un présentoir un béret de velours noir avec une moue dubitative. « Et toi ? Tu ne rentres pas non plus, à ce que je vois. Est-ce qu’on aurait finis par s’émanciper de Papa-Maman ? »

Il touchait sûrement à un point sensible. Certains Sang-Pur savaient très bien qu’ils ne valaient pas grand-chose, quand ils étaient hors des jupons de leurs parents. Est-ce que Milana faisait parti du lot ? « C'est la raison pour laquelle tu es ici, tu recherches un présent pour ta sœur ? » Le jeune homme laissa échapper un petit rire devant l’absurdité de la question, avant de ranger le béret à la va-vite. Décidément, ce type de couvre-chef ne lui allait pas. « Je croyais que tu connaissais mieux Svetlana que ça. Que veux-tu que je lui achètes, ici ? Des robes ? » Comme si sa sœur pouvait trouver le moindre plaisir dans des vêtements qu’affectionnait une personne comme Milana. Ri-di-cul.  « Alors, que se passe-t-il de beaux pour les étudiants de l’UMS, en cette fin d’année ? Dites-moi que vous n’avez pas pris exemple sur Poudlard, et que vous n’avez pas fait virer votre directeur... » Dmitry se demandait sincèrement à quel point les personnes hors Poudlard était au courant de cette histoire. Est-ce que Milana et les autres savaient qu’il avait activement participé au complot ?:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas
Dmitry Romanov & Milana Voronkova

Une arrière-arrière-petite-cousine, je lève les yeux au ciel, il ne manquerait plus que cela. Je ne sais pas où il est allé pêcher cette idée stupide que nous pourrions appartenir à la même famille lui et moi, qui pourrait croire une chose pareille? Non, non, non, Les Romanov et les Voronkov n'ont rien à voir. Et c'est tant mieux comme cela.

« Et toi ? Tu ne rentres pas non plus, à ce que je vois. Est-ce qu’on aurait fini par s’émanciper de Papa-Maman ? »

J'arque un sourcil. L'air anglais est vicié, je l'ai dit dès que je suis arrivée sur ce sol, et chaque rencontre que je fais confime cette hypothèse. Qu'est-ce qu'ils ont tous à brandir les grandes théories de l'émancipation ?

“Je te rappelle que ce que tu appelles émancipation, j'appelle cela ingratitude. Tu peux te permettre ce que tu veux uniquement grâce à leur nom et à leur argent. Sois respectueux de cela. Les fêtes de fin d'année, sont des fêtes familiales, je compte les passer en famille, je ne vois pas ce qu'il y a de dégradant là-dedans.”

Sans compter que je m'inquiète un peu du peu de nouvelles que les parents nous donnent.

« Je croyais que tu connaissais mieux Svetlana que ça. Que veux-tu que je lui achètes, ici ? Des robes ? »

Comme si c'était une vraie question. J'essaie juste d'être polie et de ne pas l'envoyer bouler, alors que j'en meurs d'envie. Il devrait lui acheter un code de bonne conduite, mais je suis assez calme pour le garder pour moi. Aussi, je me contente de hausser les épaules. Il devrait, depuis le temps, être en mesure de savoir quand une discussion de pure politesse doit cesser, mais non...

« Alors, que se passe-t-il de beaux pour les étudiants de l’UMS, en cette fin d’année ? Dites-moi que vous n’avez pas pris exemple sur Poudlard, et que vous n’avez pas fait virer votre directeur... »

Encore cette histoire ? Les journaux n'en ont-ils pas assez parlé ? Encore une preuve de l'irrespect absolu de ce pays. Et de leur faiblesse. A Durmstrang, ce qu'on reproche à ce Baker aurait été perçu comme normal. Mais ici, ce ne sont que des êtres qui passent leur temps à se plaindre.

“Parce que des étudiants vont se plaindre et gémir que “bouhhh, c'est trop dur, le directeur il est trop méchant avec moi” et têter leur pouce ? Par Raspoutine j'espère bien que non, j'aurais trop honte d'appartenir à un tel groupe. L'UMS est déjà assez discutable comme cela.”

Pas de magie noire, des ruptures du contrat social à tout va, non vraiment, ce n'est pas cette école qui remettra le monde magique anglais sur le devant de la scène.

“Tu devrais d'ailleurs envisager une autre université, si tu veux mon avis, quand on est passé par Durmstrang, quand on sait le niveau véritable des écoles de chez nous, c'est très décevant. Mais bon, tu sais ce qu'on dit, il faut élargir ses horizons, rencontrer le monde...”

Et tout ce blabla à deux mornilles dont je tente de me convaincre. Franchement, j'ai hâte de pouvoir rentrer. Même si je me trouve un mari anglais, je tenterai de le convaincre de m'accompagner en Russie. Bon, il est encore là. Je tourne ma tête dans sa direction, sourire de façade sur le visage.

“Tu es là pour une bonne raison, je ne voudrais pas te retenir.” 

black pumpkin

_________________

Blank space
Cause darling I'm a nightmare
dressed like a daydream

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas
Dmitry étouffa son rire naissant en voyant la jeune femme lever les yeux au ciel. Il aimait jouer avec ses nerfs, car Milana se forçait à porter en toutes circonstances un masque de sociabilité qui l’écouerait. Ce qu’il voulait plus que tout ? Que la jeune femme craque, et l’envoie bouler une bonne fois pour toutes. Mais Milana ne le fera sans doute jamais, pour préserver les apparences. « Blablablah, appelle ça comme tu veux si ça te chantes. » Lui rétorqua le jeune homme avec impertinence. Il voulait s’émanciper, mais était-il pour autant ingrat envers ses parents ? Dima ne le pensait pas, sincèrement. Rester pendant toute sa vie à vivre à leurs crochets, c’était bien plus une attitude ingrate, non ? « Je suis quelqu’un de trèèèèèès respectueux, tu devrais le savoir. Je ne renierai jamais le pouvoir que me donne le nom des Romanov. » Un sourire mutin pointait sur ses lèvres, alors qu’il regardait la jeune femme avec un air un brin supérieur. « J’te taquines, c’est tout. » Dmitry haussa les épaules. Ce n’était apparemment pas comme ça qu’il ferait sortir sa compatriote de ses gongs.

Dmitry passa sa main sur les robes qui pendaient des les rayons. Peut-être qu’elles conviendraient à Irina, mais elles n’étaient pas assez pratiques ou tape-à-l’œil pour sa chère sœur. Il fixa Milana, droit dans les yeux. Le jeune homme savait qu’elle n’approuvait pas les agissements des élèves de Poudlard. Il n’y avait qu’à regarder les émotions qui passaient dans ses yeux. « Une bonne petite révolution, c’est quand même cool non ? C’est pas comme si on avait ça dans le sang, chez les Russes... » Il pouffa, en imaginant la future réaction de la jeune femme. Elle était sûrement contre la révolution d’octobre, et celle de février. « Je trouves l’UMS assez bien. Il n’y a pas assez de tortures, c’est ça ? » Déjà qu’il y avait un club très select et fermé au sein de l’université, non ? Ce n’était pas suffisant à ses yeux ?

« Je te rappelles que je n’ai passé qu’un an à Durmstrang. » Et encore, ce n’était que sa première année. Il était encore trop jeune et trop insouciant pour se soucier des jeux de pouvoirs qui se tramaient entre les murs de l’école. « J’ai plus fréquenté Mahoutokoro que n’importe quelle école, d’ailleurs. Qui a, soit dit en passant, un niveau plus élevé que Durmstrang. » Une petite pique contre  la fierté que Milana tirait d’avoir fréquenté cette école, ça ne faisait jamais de mal. Le nationalisme mal placé, ça l’avait toujours énervé. « Je crois que mes horizons sont quand mêmes pas mal élargies, merci. » Lui répondit Dima en lui adressant un clin d’œil.  Trois écoles et quatre pays en six ans, c’était déjà un beau palmarès. Milana pouvait-elle en dire autant ? « Et puis, pour être honnête, un diplôme ne m’est pas si nécessaire que ça. Je pourrais reprendre n’importe quelle affaire de ma famille dès maintenant, si je le voulais. » Bien sûr, ce n’était pas vraiment vrai. N’empêche, le jeune homme avait raison sur un point : s’il voulait reprendre l’affaire de son père, celui-ci ne lui demanderait aucun diplômes. Mais Dima préférait quand même fréquenter un peu l’université, ne serait-ce que pour être sûr de ce qu’il voudrait faire une fois dans la vie active.

« Tu es là pour une bonne raison, je ne voudrais pas te retenir. » Dmitry sourit. Ce serait facile, beaucoup trop facile si la jeune femme pouvait se débarrasser de lui comme ça, avec un simple phrase. « Oh, ne t’inquiètes pas, j’ai tout mon temps. » Rétorqua-t-il d’une voix mielleuse, qu’il voulait aussi innocente que possible. « J’aimerai que tu me parles de l’UMS. Est-ce que tu penses que tu pourrai m’obtenir le droit d’assister à tes cours ? » C’était osé, certes, mais il n’avait pas put résister. Est-ce que ce serait la goutte d’eau qui ferait déborder le vase pour Milana ? « Et puis, est-ce qu’il y a des clubs ? Comme le club des Sangs-Purs de notre très chère Durmstrang ? » Un horrible club, remplis de prétentieux et d’intrigant en tout genre, selon Dmitry. Il n’avait jamais aimé l’idée de se rassembler à cause d’une sois-disant pureté, même quand il était plus jeune.:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas
Dmitry Romanov & Milana Voronkova

Pour l'instant, le seul vrai pouvoir dont il dispose, c'est celui de m'agacer prodigieusement. C'est même inné chez lui. Je ne peux nier la puissance des Romanov, c'est un fait avéré... Mais quel dommage qu'elle tombe entre les mains d'une personne comme Dmitry.

“Roh pitié...”

Voilà qu'il ose faire allusion à ces révoltes passées ? Une majorité de moldus en étaient responsables de toute manière, ce qui ne m'étonne guère. Comment peut-on être si.. si... si peu respectueux de son héritage, franchement ? Dmitry n'est clairement pas sérieux et je ne sais pas si c'est de la pure provoc ou si malheureusement sa famille cautionne ses dires. Et pitié, faites qu'il n'aille pas à l'UMS ou que j'aie pu rentrer chez moi avant qu'il n'y déboule, je ne le supporterai pas!

« Je trouves l’UMS assez bien. Il n’y a pas assez de tortures, c’est ça ? 
- Effectivement, je trouve que ça manque, j'excellerais dans ce domaine. Plus sérieusement, il manque tant de matières proposées à l'étude, je trouve cela d'un ridicule affligeant.
- Je te rappelles que je n’ai passé qu’un an à Durmstrang. »
- C'est assez pour se rendre compte que là-bas on se confronte vraiment à la magie noire. Comment veux tu enseigner la défense contre les forces du mal si tu censure cette magie ? Ou que tu ne la mets pas en application ? C'est aberrant, même toi tu dois le reconnaitre.
- J’ai plus fréquenté Mahoutokoro que n’importe quelle école, d’ailleurs. Qui a, soit dit en passant, un niveau plus élevé que Durmstrang. »


Oui oui, cela reste à prouver, je n'en suis absolument pas convaincue pour ma part.

« Et puis, pour être honnête, un diplôme ne m’est pas si nécessaire que ça. Je pourrais reprendre n’importe quelle affaire de ma famille dès maintenant, si je le voulais. »

Evidemment, comme bon nombre d'entre nous. Néanmoins, avoir un diplôme revêt plusieurs avantages : une légitimité autre encore que l'héritage, une manière de s'émanciper, et surtout, une force pour s'adapater aux changements, car, il ne faut pas se leurrer, les méthodes de nos parents risquent d'être partiellement dépassées par le monde moderne.

“C'est peut-être ce que tu devrais faire après tout.”

Oh oui, reprends une firme et pars loin, loin de moi. Hélas il est là, comme une sangsue et il ne part pas. Mais pourquoi est-ce qu'il ne part pas ?

« J’aimerai que tu me parles de l’UMS. Est-ce que tu penses que tu pourrai m’obtenir le droit d’assister à tes cours ? Et puis, est-ce qu’il y a des clubs ? Comme le club des Sangs-Purs de notre très chère Durmstrang ? »

Par les poux de la barbe de Merlin et puis quoi encore ? Il ne rêve pas un peu beaucoup là ? Pitié, qu'il me laisse donc profiter de mon année tranquillement! Et puis son allusion à peine voilée au Merlin, non mais je te jure, il ne sait même pas ce que c'est. Parce que non mon mignon, ce n'est pas un club de sangs-purs.

“Il y a bien un club de soutien, tu en auras certainement besoin. En revanche je doute qu'ils apprécient à ce point les passe-droits, surtout pour un élève qui n'a pas encore ses examens. Sans compter que tu les connais ici, il n'est pas question de prôner autre chose que l'égalité des chances.”

Un concept bien idyllique et vain si on me demandait mon avis. Je retourne dans la cabine sans mot dire, espérant bien qu'en en sortant il ait compris le message. Mais c'est certainement ma connaitre Dmitry, parce que même si j'ai particuièrement pris mon temps pour me changer, il est encore là... Je me dirige alors vers la caisse, afin de payer mes achats.

“Tu n'as pas une petite-amie à aller coller ?”

Cette fois, je l'admets, mon ton est un peu moins sympathique et poli, mais sérieusement, il y a peu d'etres capables de me faire sortir de mes gonds. Et Dmitry en fait partie.

“Je prépare Noël là en fait, que je compte fêter avec ma famille. Tu ne partages pas cela, tu préfères le fêter seul, grand bien te fasse, mais je suis occupée. Néanmoins, je ne doute pas qu'on se reverra très vite dans une réception.”

A mon plus grand désarroi. Il faut d'ailleurs absolument que je trouve quelqu'un pour m'aider à supporter sa présence à la prochaine occasion. J'espère aussi que ce ne sera pas en Angleterre, parce que les Sangs-Purs ici, ce n'est plus ce que c'était, loin de là.

black pumpkin

_________________

Blank space
Cause darling I'm a nightmare
dressed like a daydream

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

Piété, vraiment ? Dmitry s’autorisa un petit sourire en coin. Non, il n’aurait jamais, ô grand jamais, de piété pour Milana. C’était bien plus drôle d’essayer de la faire enrager. Être gentil avec elle, ou la laisser tranquille, qu’est-ce que ça lui rapporterait ? Rien, absolument rien. Alors que la mettre en colère… ! « Torture, suprématie des Sangs-Purs et des sorciers… Tu ne trouves pas ça un peu trop dépassé, chère Milana ? » Dima se retourna vers elle, un sourcil arqué, comme s’il l’interrogeait vraiment. « C’est tellement comme Voldemort, si tu me permets. Tellement déjà-vu. » Il haussa les épaules devant la jeune femme. Les racistes ne changeaient jamais, apparemment. Comme si leurs convictions mêmes les empêchaient de changer la manière dont ils faisaient leurs discours, ou leurs méthodes.

« C'est peut-être ce que tu devrais faire après tout. » Dmitry ne put s’empêcher de lui tirer la langue, puérilement. Pour qui se prenait-elle, avec ses grands airs ? La jeune femme pouvait devenir insignifiante, presque une moins que rien s’il le voulait. Il n’avait juste à contacter quelques hommes de son oncle, les amis de son grand-père ou bien Daichi et là… Dima soupira. C’était irréalisable, bien sûr. Cela poserait bien trop de problèmes au niveau diplomatique. Mais rien que de savoir qu’il avait le pouvoir de faire de la vie de Milana un enfer le calmait. Il servit son plus beau sourire angélique à la jeune femme, alors qu’elle lui parlait de l’Université Magique. Dommage pour les cours… mais les moindres informations qu’il pouvait glaner avaient leurs importances.

« Tu n'as pas une petite-amie à aller coller ? » Il lui rendit son sourire, sans essayer lui non plus de cacher son animosité. Pendant un instant, seulement, Dmitry avait perdu son masque de sympathie et de bonnes manières. « Maintenant que tu le dis, si. » Le jeune homme attrapa un bonnet gris souris, avec un petit pompom argenté au bout, pour continuer à coller Milana qui réglait ses achats à la caisse. « Je suppose qu’on peut compter sur toi pour le Nouvel An Russe, non ? Enfin, je te laisse. Amuse-toi bien, et joyeuses fêtes ! » Il se retourna vers la jeune femme, alors qu’il était sur le point de franchir la porte de la boutique. Avec une large sourire, il lui fit une révérence avant de s’éloigner le plus vite qu’il pouvait de Milana. Il faudra qu’il interfère auprès de son grand-père, pour être sûr qu’elle ne sera pas inviter lors de cette grande fête. Ça, ça la mettra vraiment hors d’elle.

:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionEt patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas EmptyRe: Et patati et patata, toute la journée ça n'arrête pas

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum