Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

Samedi 18 décembre 2021

A l'approche de noël, Morticia était surexcitée. Même-ci elle est Dima c'était pas l'extase, cela n'arrivait pas à entamer sa bonne humeur dû à cette période de l'année. Elle avait hâte de revoir sa famille, ses frères, ses parents et ses grands-parents évidement. La famille Lawson appréciaient tous autant les uns que les autres cette période de fête. Ils faisaient toujours la fête, peu importe leur état d'esprit à cette époque. Elle ne faisait pas vraiment attention à son environnement comme à son habitude.

Elle parlait avec animation avec un de ses meilleurs amis, Reno Cox. Comme à son habitude elle faisait de grands gestes et c'est ainsi qu'elle percuta une autre élève pour changer. Reno était hilare, il avait bien essayé de la prévenir, mais peine perdu quand elle était lancée. La blonde se retourna vivement.

"J'suis désolée, j't'avais pas vu !" Morticia aida la jeune femme à ramasser ses affaires avec solicitude. "J't'ai pas fait mal au moins, j'suis un peu maladroite. Et je regardais pas vraiment où j'allais." Expliqua la blonde avec son débit de paroles habituelles. C'était toujours un peu renversant pour les non initiés. Un vrai TGV en pleine gueule.

"Dit ça fait un paquet de bouquins ? T'as dévalisée la bibli ?" Demanda la poufsouffle avec un sourire amusé. Reno lui signifia qu'ils rejoignaient Eden. Elle hocha la tête en le saluant de la main. "T'es en cinquième année non ? Je crois qu'on a déjà eu des cours ensembles." Si elle se souvenait bien la jeune fille était assez réservée. Pas le genre de personne vers qui allait naturellement Morticia, mais elle était pas du genre à mettre les autres de côtés. Parfois il y avait des gens dans votre classe avec qui vous ne sympathisiez juste pas beaucoup. Et puis honnêtement, le clivage des maisons étaient pas qu'une légende. Il y avait bien des amitié intermaisons mais c'était plus courant de traîner avec ceux de sa maison.

"J'suis désolée par contre, j'me souviens pas de ton prénom. Moi c'est Morticia, celle qui parle toujours fort et qu'les profs passent leur temps à engueuler en classe." C'était sans doute une description très proche de la réalité.

©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
Noël, c'est dans six jours. Enfin, sept puisqu'on ouvre les cadeaux le 25. Ou pas. Comme je reste à Poudlard pendant les vacances, je ne suis pas sûre d'avoir des cadeaux, et je suis même sûre de ne pas en recevoir. Je n'ai pas prévu d'en offrir non plus à ma famille. Mais quelle importance ? C'est moi qui ais fait ce choix. Rester à l'école semble être la meilleure des choses à faire. Quoi de mieux que d'avoir la bibliothèque près de moi pendant toutes les vacances ? De pouvoir faire une promenade dans le silence du parc froid ? Rien. Et surtout pas rentrer à la maison.

Et c'est après un passage à la bibliothèque où j'emprunte une quantité de livres qui pour moi n'est pas si énorme que ça que je pars me promener. Les bras chargés. À la recherche d'un coin tranquille pour commencer ma lecture. La cours intérieure doit être un bon endroit. Je n'ai pas le souvenir d'y être déjà allée, alors autant en profiter pour le faire ! Sans se presser et en vérifiant autour de moi, je m'y rends pendant que mes pensées expriment leur joie. Découvrir un nouvel endroit, c'est chouette.

Mais faire attention où on va, c'est pas facile quand les gens autour de soi ne cessent de bouger dans tous les sens. Espérant ne bousculer personne, je me fraie un chemin comme je peux en serrant contre moi les livres. Il ne faudrait pas qu'ils tombent, ça risquerait de les abîmer. Mais c'est malheureusement ce qui leurs arrive lorsqu'une élève à laquelle je n'avais pas fait attention me bouscule sans prévenir. Je les vois s'écrouler en pagaille sur le sol. Et essaie de les rassembler rapidement avant qu'elle ne leur marche dessus. Mais elle est gentille, et elle s'excuse en m'aidant à les ramasser. Gentille ou polie, je ne saurai pas dire, après tout c'est elle qui les a fait tomber par terre.

C'est un vrai moulin à parole et sur le moment je suis un peu perdue dans tous ce qu'elle dit. Mais sa remarque sur mes livres arrive à me faire sourire et je laisse échapper un "Non la bibliothèque est trop grande pour que je puisse la dévaliser, je t'assure il y a encore de quoi lire pendant les vacances !" un peu timide. Restant concentrée pour ne pas rater ce qu'elle dit, j'acquiesce à sa question sans vraiment savoir savoir si s'en est une réellement. Je me souviens d'elle. Comment aurais-je pu ne pas m'en souvenir ? Sans savoir son prénom, je me souviens l'avoir déjà vue. Une fille qui parle tout le temps, ça ne se rate pas avec moi. Ce sont souvent les personnes dont je me souviens le mieux, sans vouloir les offenser bien sûr. Elle se présente rapidement, Morticia elle s'appelle,  et je note son prénom dans un coin de ma tête.

Je lui dis poliment "Moi c'est Alkanor" avant de réfléchir un instant à la suite, "mais je pense que c'est normal que tu saches pas mon prénom, ça m'étonnerais que beaucoup d'élèves le connaisse. J'aime pas beaucoup parler aux inconnus. Mais toi apparemment, tu parles vraiment tout le temps ! Je me souviens de toi, je t'ai déjà entendu en cours." Dernière phrase dite avec un sourire amusé. Sans vouloir la décourager, il faut savoir se présenter avec la vérité. Mais ne pas aimer parler aux inconnus ne veut pas dire être méchante. Et puis, peut-être que je peux dire que je la connais ?

descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

Samedi 18 décembre 2021

Morticia fit un sourire à l'autre jeune femme. Ouais ben n'empêche que ça faisait un sacré paquet de livres.

"Si tu l'dis, j'te crois sur parole ! J'aime pas trop étudier." La blonde tira la langue avec un air amusé. C'était pas dans son caractère de travailler comme une dingue, exception faite des sujets qui l’intéressait. Ce qui se résumait à faire des farces et donc tout ce qui pouvait l'y aider... Et puis aussi tout ce qui pouvait l'aider à faire fonctionner les appareils moldus dans le monde sorcier. En définitive ça balayait pas mal de choses, mais pas toutes les matières.

"Oh c'est pas courant comme prénom, une origine particulière ?" Demanda Morticia curieuse. "Mon prénom viens d'un film moldu." Expliqua t'elle avec un sourire dans la voix. Elle ne se présentait jamais par son premier prénom, qu'elle trouvait particulièrement moche de toute façon. Et Morticia c'était tellement plus cool !

"J'en doute pas !" Morticia rigola, acceptant sans broncher qu'on la qualifie de bavarde. C'était la vérité, elle était un moulin à paroles. Ses amis pouvaient en attester pour sur. "T'as des amis au moins, parce qu'avant d'être des amis, ils sont souvent des inconnus non ?" C'était sans doute d'une logique imparable, mais d'un manque de tact assez stupéfiant. On ne se refaisait pas et ça posait réellement question à la jeune femme d'ailleurs. Parce que ne pas parler à des inconnus étaient une idée saugrenue pour elle. Comment faire de nouvelles rencontres, des potes et tout le toutim ?

Elle pensa à tous ses propres amis, si elle ne leur avait jamais parlé parce qu'elle ne les connaissait pas... Elle n'en aurait jamais eut, parce qu'elle connaissait personne en arrivant à Poudlard ! Tout son univers avait été bouleversé à l'époque quand elle avait changé de monde. Mais elle ne se serait pas vu parler à personne, ça jamais ! Elle avait bien trop de choses à dire.

©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
Je ne savais pas que c’était possible de ne pas aimer étudier. Enfin si, j’avais déjà entendu des élèves se plaindre de devoir aller en cours, mais je ne les avais jamais réellement pris au sérieux. Étudier est une des choses que j’aime beaucoup faire. C’est vrai que les cours sont parfois exaspérant, mais les livres permettent eux aussi d’étudier. Peut-être que c’est ce que Morticia voulait dire. Ou parlait-elle des cours en général ? En tout cas sa grimace bizarre suffit à me faire comprendre qu’elle n’aime vraiment pas ça. «Pourquoi ?» lui demandé-je avec curioité, «Pourquoi tu n’aimes pas étudier ? Ça t’intéresse pas de connaître des nouvelles choses ?» Ma question peut paraître bizarre, mais à chaque fois qu’un élève se plaignait de devoir travailler, je me posais cette question sans jamais oser la lui poser. Mais si cette personne-là me parle… Peut-être me donnera-t-elle une réponse ?

Un sourire apparaît sur mes lèvres à sa question sur mon prénom. C’est sûr qu’il ne doit pas y avoir beaucoup plus original comme prénom. Celui-là, je ne connais que moi-même qui le porte. «C’est pas vraiment un prénom d’une origine particulière» lui dis-je avec un haussement d’épaules, «plutôt une mésentente sur mon futur prénom entre mes deux parents. Maman a rajouté des lettres à un prénom qui plaisait pas à papa pour essayer de trouver un… arrangement on peut dire. Au moins ça a fonctionné ! Sinon j’aurai risqué de ne pas avoir de prénom du tout.» Écoutant la remarque sur son prénom à elle, je dis pensivement «Ce prénom me dit rien. Après, je connais pas vraiment les films moldus puisque je n’aime pas les films en général !» je conclue avec un sourire. Les films sont vraiment quelque chose de trop étrange. Dont je ne comprends pas l’utilité. Mais c’est un moyen de divertissement comme un autre. Différents des livres, mais ils ont des points communs. Apprendre si ce sont des documentaires, s’amuser pour d’autres genres.

Heureusement, elle n’est pas embêtée par ce que je dis. Elle sait certainement qu’elle est bavarde. Son rire néanmoins me surprend mais confirme mon hypothèse : elle sait qu’elle est bavarde ! Mais en même temps, ne vaut-il pas mieux être bavarde que de ne pas l’être du tout ? Même si trop bavarde engendre parfois des problèmes, pas du tout aussi. C’est ce qu’elle doit penser avec sa question. Question à laquelle je réponds par un haussement d’épaules incertain. «Non pas vraiment. Enfin oui, avant d’être des amis se sont des inconnus. Mais je ne suis pas sûre qu’avoir des amis soit vraiment utile. Pour moi en tout cas.» Je m’arrête un instant pour réfléchir. Comment exprimer ce que je pense de l’amitié ? «Comme je n’aime pas trop parler, et que souvent je sais pas trop m’exprimer, je me dis qu’il vaut mieux rester seule plutôt que d’aller me ridiculiser devant des élèves que je ne connais pas.» Une question me vient en tête. Pourquoi lui dirai-je cela ? Je n’ai même pas idée du moment où les élèves avec qui je parle cessent d’être de réels inconnus. «Et puis, je n’aime pas le bruit. Je ne me sens pas du tout à l’aise quand il y a trop de monde.» C’est à la fois surprenant et amusant de voir que les élèves sont tous curieux de savoir si j’ai des amis. Enfin tous, c’est déjà le deuxième qui me pose la question depuis Décembre. Et pour moi c’est pas mal. L’arrivée de Noël rend-elle les gens plus curieux et plus sympathiques ? Je ne saurai pas le dire. Mais peut-être que je vais finir par trouver agréable de parler aux autres. Ça m’étonnerais, mais peut-être que parler à ces élèves bavards va m’aider. Je sais pas trop à quoi.

descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

Samedi 18 décembre 2021

Morticia réfléchit sincèrement à la question, parce que s'en était une vraie. C'était pas seulement pour lui dire qu'elle était un cancre, elle pouvait voir la curiosité dans le regard d'Alkanor. C'était sincère, en tout cas elle le pensait. Elle n'avait pas l'air de faire semblant, alors elle décida de répondre sérieusement.

"Si j'm'intéresse à beaucoup de sujets, sur lesquels j'me renseigne si j'en ai b'soin. Mais en fait j'déteste rester en place assise sur une chaise et j'ai du mal à rester concentrer longtemps sur un livre. J'ai b'soin d'être en mouvement tout le temps, t'vois ?" Demanda la jeune femme en essayant de lui expliquer ce qui se passait quand elle se retrouvait devant une salle de classe. "Et j'aime pas qu'on me force à faire les choses, y'a des cours qui me soûlent et j'fais pas d'efforts." Elle haussa les épaules, c'était une bonne partie de toutes les raisons qui faisait qu'elle aimait pas être en cours. Et étudier ça en faisait partie par extension.

"Et toi, pourquoi t'aimes étudier ? Parce que t'aime apprendre plein de choses ?" Demanda la jeune femme curieuse finalement. Elle écouta aussi la réponse pour le prénom et trouva que c'était assez drôle, elle fit un sourire à Alkanor.

"C'est un bon compromis, ils auraient bien fini par se mettre d'accord de toute façon. Ils auraient pas pu ne pas te donner de prénom... Enfin j'crois." Elle espérait en fait, elle savait pas trop comment ça se passait dans aucun des deux mondes, mais on était obligé de donner un nom hein ? Nan parce que se serait vraiment bizarre quand même. "T'aimes pas les films ! Mais pourquoi ? Ça peut être vachement marrant. M'enfin c'est p't'être comme moi qui aime pas étudier, en fait." Réfléchit à voix haute la jeune femme en regardant Alkanor perplexe. Parce que c’était cool les films quand même.

Morticia écouta Alkanor lui expliquer que pour elle l'amitié ça matchait pas... Mais c'était vraiment possible ça de pas vouloir d'amis ? Elle se sentait pas seule ? Jamais ? Elle essaya de s'imaginer sans ses amis et en fait elle pouvait pas. Ils étaient ce qui l'a rendait si joyeuse tout le temps, ceux avec qui elle pouvait s'amuser, passer du temps... Ce genre de chose quoi ! "Ça empêche pas d'avoir des amis, de pas aime l'bruit. Et tu t'ennuies jamais ? Genre moi j'aime bien partager mes découvertes ou mes farces ! C'est tellement drôle de partager avec quelqu'un d'autre. J'sais pas comment expliquer, mais j'pense que s'rais vraiment triste de pas avoir des gens avec qui partager mes conneries." Elle avait bien du mal à concevoir le simple fait de ne pas trouver utile l'amitié.

"Tu parles pas si mal t'sais ? Enfin j'trouve pas. Et t'es pas ridicule non plus s'tu veux savoir. Même-ci j'pourrais pas faire comme toi, j'ai b'soin de mes amis. J'trouve que la vie est plus amusante." Essaya encore d'expliquer la jeune femme. "T'fais quoi pour t'occuper à par étudier ?" Demanda curieusement la jeune femme, ayant bien du mal à concevoir une vie sans ami. Pour quelqu'un d'hyper sociable comme elle, c'était un peu étrange de concevoir la vie ainsi.  

©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
La tête légèrement penchée sur le côté, je l’écoute m’expliquer son non-goût pour les études. C’est un peu compliqué de décoder tout ce qu’elle dit. J’ai l’impression que certaines syllabes disparaissent quand elle parle. Mais heureusement, avec un peu de concentration, j’arrive à tout comprendre. J’acquiesce doucement. Oui je comprends. Chacun est comme il est après tout. Et c’est facile de voir que Morticia n’est pas le genre de personne qui aime rester assise "à rien faire". Alors je souris «Oui c’est compréhensible. C’est sûr qu’il est difficile de faire des choses lorsqu’on n’en n’a pas envie. Donc je comprends !»

Pourquoi j’aime étudier moi ? Je n’aurais pas pensé qu’elle me retournerait ma question. Et en fait, c’est pas une question facile. Parce que… «Je trouve que c’est intéressant d’apprendre de nouvelles choses.» je tente d’expliquer «Plus je sais de choses, plus je suis contente ! Et encore plus quand il s’agit d’un sujet que j’aime bien. Mais comme j’aime presque tout, ce n’est pas trop compliqué d’être contente d’étudier.» Mes yeux se perdent un instant dans le vague tandis que je m’interroge au fond de moi-même. Est-ce vraiment pour cela que j’aime étudier ? J’ai appris à aimer étudier au final. À l’école, je me suis vite rendue compte que de bons résultats rendaient les parents contents. Donc j’ai appris à aimer ça, pour avoir leur sourire satisfait. Petit à petit, j’y ai pris goût.

L’idée de ne pas avoir de prénom m’embête un peu. Je n’ai encore jamais rencontré de personne sans prénom. C’est vrai que ça doit être étrange. Il faut bien que l’on sache comment nommer telle ou telle personne ! Après tout, on ne va pas parler à quelqu’un en lui disant  "Hé Machin" ou "truc" ni même "bidule"… Je suis donc bien contente que mes parents aient réussi à se mettre d’accord sur mon prénom !

Elle a l’air vraiment surprise par ce que je viens de lui dire. Sa comparaison avec le fait qu’elle n’aime pas étudier me semble correcte. C’est un peu la même chose, oui. «C’est peut-être un peu bête, mais j’aime beaucoup m’imaginer les choses. Lorsque je lis un livre, je vois dans ma tête les images des personnages, des animaux, le paysage ectera. Grâce aux descriptions. Alors que les films… Ça me coupe tout ça. Je dois écouter et en même temps il faut que je suive les images, qui par moment vont trop vites. Mais je comprends que tu les aimes ! Quand j’étais encore à la petite école, j’écoutais les enfants parler entre eux de ce qu’ils avaient vu à la télé. Et ça me donnait envie. Mais les quelques fois où j’ai regardé, je n’ai pas aimé.»

Je hausse les épaules à sa remarque. Moi m’ennuyer ? Il y a tellement de petites personnes dans ma tête que je ne m’ennuie jamais. Ou presque du moins. Il faut bien avouer qu’il m’est déjà arrivé d’observer les autres avec un peu de nostalgie. Mais jamais beaucoup ni longtemps. J’aime m’inventer des histoires et passer des heures à observer ce qui m’entoure sans parler. Et puis ce n’est pas comme si j’avais beaucoup de farces à raconter. Ni comme si ce que je découvrais intéressait les autres. Je me fais ma culture et la partage avec moi-même. Ce qui est déjà bien. «Non je ne m’ennuie pas» je lui réponds avec un demi-sourire «J’aime beaucoup observer. Et au moins je suis sûre de n’embêter personne.»

Je l’écoute parler avec attention. "Elle est drôle quand même" je me dis avec amusement. Si sa manière de parler m’a d’abord surprise, je m’y suis vite habituée. Elle semble vraiment très… ouverte serait le mot ? L’important est qu’on se sente tous bien. Donc si elle est bien avec ses amis et moi seule, c’est l’important non ? Mais je peux comprendre qu’une personne comme elle qui a l’air de beaucoup partager avec ses amis aie du mal à comprendre le fait que j’aime être seule. "Aimes-tu vraiment ?" me demande une voix au fond de moi à laquelle je ne répondrais pas. «Pour m’occuper ? Heu… je… je m’installe souvent dehors et je regarde. Avec mes yeux. Tout ce qui m’entoure. Je vois des choses auxquelles peu de monde fait attention. Et j’écoute les sons avec mes oreilles. Des sons qu’on entend tous les jours. Je rêvasse et j’imagine beaucoup de choses. J’apprends en même temps. En fait je suis beaucoup dehors ! Je trouve ça agréable. Puis sinon je lis. Un peu de tout. Mais je suis souvent dans mes pensées.» Je lui adresse un sourire un peu embêté. À bien y réfléchir, je ne fais pas grand-chose. Mais qu’importe ? L’observation est une activité qui me prend déjà beaucoup de temps.

descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

Samedi 18 décembre 2021

Morticia lança un sourire à Alkanor, soulagée de s'être fait comprendre. Elle savait s'emmêler dans ses explications parfois. C'était un bon résumé des choses, difficile de faire quelque chose qu'on a pas envie ou qui nous plait pas. Mais allez faire comprendre ça à un prof ! Morticia écouta avec attention ce que lui disait l'autre jeune femme. Parce que c'était intéressant de savoir le pourquoi des choses. Et elle ne fût pas déçue, Alkanor joua le jeu avec bonne humeur. Morticia pouvait comprendre ce besoin d'apprendre, mais elle... elle n'était pas intéressée par tout les sujets. C'est p'être là que se situait la différence en fin de compte. Elle sélectionnait avec grand soin les sujets qui la passionnait, se désintéressant complètement des autres.

"J'comprends c'que t'veux dire ! Moi j'suis pas intéressée par tout, donc forcément ça aide pas. Mais si toi t'aime apprendre sur tout, ça a du sens." Approuva Morticia, ravie d'échanger son point de vue avec une élève studieuse qui ne la jugeait pas. Ça changeait un peu. D'habitude on lui faisait remarquer qu'elle était trop bavarde, trop bruyante et pas assez sérieuse. Et si c'était vrai, ça l'embêtait un peu qu'on ne voit que ça chez elle. Elle était juste très douée pour autre chose que les cours en classe.

"J'avais pas pensé à ça. Je lis un peu, mais comme j'disais j'ai du mal à tenir en place. C'est compliqué de rester assise à lire, j'ai b'soin de bouger tout le temps. Après j'aime bien lire, mais pas trop longtemps. Pour ça que j'préfère les films j'crois. Ça m'permets d'suivre plus facilement, parce qu'mon cerveau est occupé à se concentrer sur le son, les images et l'histoire. Expliqua Morticia avouant sans mal son incapacité a être calme. Elle avait toujours été une pile électrique et ça ne changeait pas avec le temps. Ses parents avaient jamais essayé de la faire diagnostiquer pourtant elle était sans doute hyperactive. "Et c'est pas bête ! On a chacun ses p'tites habitudes et manies." La rassura la blonde avec un sourire jovial.

Morticia trouvait ça un peu triste de partir du principe qu'il ne fallait embêter personne. Elle, elle se fichait pas mal du quand dira t'on ou de faire chier le monde. Si les gens l'aimaient pas c'était leur problème, pas le sien. "J'sais pas comment tu fais, mais si ça te conviens c'est ce qui compte." Morticia hocha la tête, elle pouvait ne pas comprendre. Mais elle ne jugeait pas, chacun ses activités. Mais quand même passer son temps à observer, elle ne voyait pas comment ça pouvait être amusant. Elle aimait ça aussi quand elle avait besoin de calme. Mais c'était pas souvent. Elle aimait observer le ciel étoilé de Poudlard sur les toits par exemple. Tout comme elle aimait observer ses amis et leur réactions. Ou alors le résultat de ses farces.

"Pour sûr tu dois voir plus de choses qu'moi, j'suis toujours en train d'courir. La preuve j't'aurais pas cogné en regardant pas où je marchais plus tôt si j'avais fait plus attention. Tu aimes la musique ? J'sais pas mais avec c'que tu m'dis ça paraîtrait presque logique. Mais si ça se trouve pas du tout ? J'te dérange pas au moins avec toutes mes questions ? J'sais que j'peux être un peu trop curieuse et bavarde par fois. Et ça peut soûler à la longue, dis le moi si c'est le cas ! Te gêne surtout pas." Reprit la blonde avec son flow de paroles habituel. Il était évident qu'elle ne souhaitait pas déranger malgré sa curiosité. Elle aimait juste bien trop lier avec les gens, même-ceux avec qui elle n'avait pas forcément d'affinité au départ.

©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
Mon regard se reporte sur la jeune fille devant moi qui semble avoir compris ma tentative d’explication. Je sourie, soulagée d’avoir été capable de répondre correctement à sa question. Qui en fait était la mienne pour elle au début. Pourquoi je pose toujours des questions aussi bizarres et compliquées ? C’est incompréhensible. Il semble que nous pensions parfois pareil. En même temps… chacun est comme il est et aime ce qu’il aime. C’est une chose qu’il faut savoir accepter.

"C’est en effet une façon de voir les choses" je me dis tandis qu’un sourire viens sur mon visage. C’est vrai que rester assise avec un livre alors qu’on bouge tout le temps… Ce n’est pas pratique. C’est comme lire en marchant : mission impossible. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Mais entre les escaliers mouvants, les arbres dans le parc, les élèves dans les couloirs, sans compter les lignes qui se croisent tandis qu’on essaie de se cogner nulle part… J’ai vite abandonné l’idée. Ce pourquoi je suis souvent installée par terre ou en train justement de marcher à la recherche d’un petit coin. J’acquiesce donc à toutes ces paroles avec un sourire amusé. Habitudes et manies, ce sont les mots exacts pour me décrire… Mais j’imagine qu’elle a raison et que chacun a des habitudes et des maies. Différentes. Peut-être même que pour certains, leur habitude est de dire "On avisera". Une chose un peu effrayante pour moi.

Je réponds pas un petit haussement d’épaules. Je ne sais pas si je suis vraiment bien comme ça, mais c’est devenu une habitude. Et si je suis habituée… C’est le plus important, non ?

J’ai presque envie de rire à ses paroles. Tant de mots qui sortent… C’est aussi surprenant qu’amusant. Mais ce n’est pas dans mes habitudes de rire ainsi devant une personne que je ne connais que depuis quelques minutes. Quelques ? Ça doit maintenant faire un bon moment que nous sommes là, à parler ! Et mes livres commencent à peser dans mes bras. Avec un sourire, je réponds «Oh tu sais, ce n’est pas parce que je regarde où je vais que je ne me cogne pas… Ça m’arrive à moi aussi parfois !» Après un court instant de réflexion, j’explique «J’aime beaucoup la musique oui ! Mais je n’ai pas souvent l’occasion d’en écouter en fait. Et puis parfois, le bruit de dehors forme une musique lui-même, sans pour autant en être une. C’est surtout quand je suis à la maison que j’écoute la musique, pour…» je me tais en secouant la tête comme signe d’excuse. J’écoute la musique à la maison, c’est tout. Pas besoin d’en dire plus. Je conclue joyeusement «Oh tu ne m’embêtes pas ! Enfin, je ne pense pas. C’est agréable de parler un peu de temps en temps. Mais j’ai quelques livres à lire et… heu… Je vais chercher un endroit pour les lire.» Je ne sais pas comment faire pour lui dire que je voudrais y aller. Mais autant y aller directement. Avec un sourire sincère, je dis simplement «Je vais te laisser ! J’ai été très contente de te parler. Vraiment. À bientôt peut-être.» Et d’un pas léger, je m’en vais. Je vais peut-être aller m’installer quelque part dans la bibliothèque. Ou au parc ? Je vais voir.

_________________

La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. Pref_110

descriptionLa bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation. EmptyRe: La bienveillance n'est pas qu'une histoire d'éducation.

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum