Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionÉchec et Mat  EmptyÉchec et Mat

more_horiz
Échec et MatSamedi 4 décembre 2021

Dmitry s’était levé tôt, pour préparer avec les membres les plus âgés du Club les jeu d’échec et les tables de la Grande Salle. D’habitude, le jeune homme ne se montrait au Club que vers neuf heure et demie ou dix heure, moment où ils se retrouvaient avec Louis. Mais cette fois, c’était diffèrent. Dima voulait être en avance pour pouvoir accueillir Alkanor. Après leur petite discussion d’il y a quelques jours, la jeune fille avait fini par accepter de venir essayer de jouer un peu aux échecs version sorcier. Après que la jeune fille ait bien voulu le couvrir, venir lui faire découvrir le club était bien la moindre des choses, non ?

Étrangement, le jeune homme était intrigué par Alkanor. Ça faisait bien longtemps qu’il n’avait pas rencontrer de personne aussi… secrète, fermée. Dmitry aurait bien voulu l’aider mais… est-ce qu’elle voudrait de son aide ? Est-ce qu’elle était si mal que ça, ou bien se projetait-il trop sur la jeune fille ? Après tout, des personnes aimants la solitude et ne voulant pas être entourés de personnes tout le temps, ce n’était pas si rare que ça. Qui était-il pour juger et changer les autres, hein ? Et puis, Alkanor avait l’air d’être une gentille petite fille. Elle ne méritait pas qu’il l’embarque dans ses histoires ? D’ailleurs, elle arrivait, justement. Il était quoi, neuf heure tapantes ? Dmitry lui adressa un petit signe de la main, avant de venir à sa rencontre. Est-ce que la Serdaigle était toujours aussi ponctuelle ?

« Bonjour. J’espère que tu ne t’es pas levée plus tôt à cause de moi ? » Le jeune homme lui adressa un sourire franc, sans aucune pointe de malice. Alkanor semblait bien trop pure pour qu’il la traite autrement. « J’espère que tu ne vas pas être trop déçue de notre petit club. » Le regard de Dmitry balaya la salle, décorée aux couleurs de Noël depuis quelques jours, qui était bien vide. La plupart des membres ne venaient pas aussi tôt. « Pour l’instant, je pense que tu devras te contenter de moi comme adversaire. » Et il ne lui ferait aucun cadeau. Ce ne serait pas lui rendre service que de faire croire à Alkanor qu’elle pouvait gagner contre lui. « Qu’est-ce qui t’as décidé de venir, au fait ? Je me pose la question depuis jeudi... » Envie de se faire des amis, de voir du monde, ou envie d’apprendre à jouer à un jeu de société ? Ou alors elle s’était senti obligée de dire oui à cause de lui, peut-être ? « On va débuter par les bases. Est-ce que tu connais le nom des pièces, pour commencer ? » Lui demanda le jeune homme en installant les pièces sur un plateau, en mettant les rouges de son côtés, les blancs de celui d’Alkanor.:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
L’hiver, le soleil se lève vraiment tard. Ça fait bizarre de se lever alors que le ciel est toujours sombre tout en se disant qu’il n’est pas si tôt que ça. Mais au final, il n’est pas tard non plus. Au moins, je ne serais pas en retard pour le club d’échec. Ce n’est pas qu’être en retard est une habitude chez moi, mais l’idée m’inquiète toujours. Il vaut mieux être sûre. Mais être trop en avance n’est pas non plus une super idée, à part que je risque d’être toute seule. Et même si j’en ai l’habitude, j’aime aussi rester un peu devant les fenêtres. Pour profiter de l’heure qu’il est. Et regarder le soleil se lever. Lentement, comme s’il était fatigué. Observer le ciel se colorer en orange et rose, le bleu sombre devenir turquoise puis s’éclaircir. Voir le soleil orangé nous éblouir pendant que l’heure avance.

Mais ne pas oublier cette heure qui justement avance. D’un pas rapide, je me dirige vers la grande salle. Curieuse de voir comment se jouent les échecs, et qui plus est ceux des sorciers. Les pièces doivent bouger toutes seules, c’est presque certain. Après tout, les tableaux parlent. Alors pourquoi des pièces mouvantes ? Je trouve l’idée amusante.

Neuf heure pile. Dmitry est déjà là lui aussi. Ça ne veut pas dire que je suis en retard. On sent que Noël approche, la salle est joliment décorée à l’intention de cette fête que tout le monde, ou presque, apprécie. Mon regard se reporte vite sur le préfet souriant qui s’est avancé et vient de parler. C’est avec un sourire que je lui réponds «Non, je me lève souvent tôt pour pouvoir observer le soleil se lever. Mais peut-être que je me suis levée plus tôt aujourd’hui, je sais pas vraiment. C’est que je voulais être sûre de ne pas arriver en retard !» J’observe autour de moi avec curiosité. Il n’y a personne d’autre que nous deux. Je hausse les épaules à sa remarque. Qu’importe le nombre de joueurs, l’important est certainement de s’amuser. Et d’apprendre aussi ! Car je suis également là pour ça. La curiosité de ce jeu qui m’est inconnu a pris le dessus de la timidité et de ma préférence pour le calme. J’acquiesce silencieusement lorsqu’il se présente comme seul adversaire. Au moins, je le connaîtrais un peu. Et puis de toute façon, je ne sais pas jouer, donc que ce soit lui ou un autre j’aurais forcément beaucoup de choses à apprendre.

Je réfléchis un instant. Tout et rien m’ont poussé à accepter sa proposition. Timidement, je tente de m’exprimer «Je ne connais les échecs que de nom. Sinon, je ne sais pas grand-chose. Mais pourquoi ne pas venir apprendre à y jouer ? Ça peut être intéressant !» Je me sens un peu bête en disant ça. Est-ce que c’est vraiment une réponse ? Je n’en sais rien. Au pire, il me redemandera. Sinon… bah tant pis.

J’observe le plateau avec sérieux tout en réfléchissant à sa dernière question. Les échecs, on connaît tous plus ou moins le nom des pièces. Sans parler de savoir les reconnaître, juste donner les noms, c’est faisable. Et pas très difficile. J’énumère à voix haute plus pour moi que pour lui répondre «Le roi et la reine… le cheval, le fou… et la tour je crois.» Et il y a deux de chaque pour les trois dernières pièces d’après ce que je sais. Mais comme je ne suis pas sûre, je préfère ne pas le dire. Au cas où ce serait faux. Même si je suis ici pour apprendre, je n’aime pas dire des bêtises et préfère être sûre de moi avant de parler. «Il y a aussi des pions devant eux.» Je lève vers lui un regard curieux. C’est ça ou je m’inverse avec un autre jeu ? Ne jouant pas souvent aux jeux de société, ça peut arriver.

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Échec et MatSamedi 4 décembre 2021

Dmitry sourit à la jeune fille qui lui faisait face. Elle était vraiment plein de surprise, et on pouvait percevoir une innocence assez appréciable dans les paroles qu’elle adressait aux autres. « Je n’aurai jamais pensé que tu aimais regardé le lever de soleil. Tu es un peu poète dans l’âme, non ? » Lui demanda-t-il en riant un peu, mais pas méchamment. Cette fille, même si elle restait une grand énigme dans sa manière d’être et d’agir, ne méritait pas qu’il la prenne comme cible de moqueries. Dmitry n’était sans doute pas exempt de défaut, mais il ne voulait pas rajouter harceleur à la suite de ceux-ci.

Tout de même, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de se demander pourquoi Alkanor ne l’avait pas dénoncé. Ou pourquoi elle acceptait de rester en sa compagnie. La jeune femme ne devait pas le tenir en très grande estime, non ? Il faut dire qu’il agissait le plus souvent comme un gamin… Dmitry soupira intérieurement. Tant de questions sans réponses… ! Mais, ce n’était pas l’heure de se morfondre à ce sujet. « Tu as raison, les échecs peuvent être très intéressant ! Beaucoup de personnes se rebutent à la simple idée des règles, qui seraient trop complexes. Mais ils oublient que les échecs peuvent développer la stratégie ou la concentration, par exemple. » Le jeune homme sourit. Il n’en était pas bien sûr, mais jouer à ce jeu en étant enfant a sûrement aider sa patience à se développer. Sans compter son côté manipulateur.

Le jeune homme adressa à nouveau un sourire à Alkanor, pour la mettre en confiance. Il ne fallait pas être un génie en psychologie pour comprendre qu’il lui en coûtait un peu de parler, d’exprimer ses pensées. La timidité dans sa voix s’entendait à des kilomètres, ou presque. « Eh bien, pour une personne qui n’a jamais joué aux échecs, tu as quand même pût nommer toutes les pièces sans te tromper, je te félicite ! » Le préfet tapota amicalement l’épaule d’Alkanor, sans même y penser. C’était un geste tellement naturel, pour lui… ! « Désolé. » Il jeta un petit coup d’œil à la jeune fille, pour juger si elle lui en voulait à mort ou non. « Je fais souvent ça avec mes amis, j’espère que tu ne le prend pas mal. » Il se racla la gorge, un peu mal à l’aise. Faire des excuses n’était vraiment pas dans son caractère.

« Bon alors… les règles du jeu. » Dmitry brisa le petit silence qui s’était immiscé entre eux deux, pendant quelques secondes. « Je vais te montrer les déplacements de chaque pièces, se serait plus simples à comprendre comme ça. » Déclara-t-il en enjoignant le mouvement à la parole. A chaque fois qu’il annonçait le nom d’une pièce, il traçait son déplacement avec le doigt sur l’échiquier. « Le fait qu’on joue avec la version sorcière du jeu ne change rien, les mouvements restent les mêmes. » Le jeune homme s’arrêta un instant. Il aurait peut-être dû commencer par dire à Alkanor qu’ils jouaient aux échecs sorciers, non ? Ce fait lui semblait totalement évident, mais ce n’était sans doute pas le cas pour tout le monde… « Dans la version sorcière, pour déplacer tes pièces, il faut donner son nom et le nom de la case où tu veux qu’elle aille. » Et sans attendre de questions de la part de sa camarade, Dmitry enchaîna avec un grand sourire : « Vas-y, essaye si tu veux ! »:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Ce que j’ai dit semble le faire rire. Pourtant regarder le soleil arriver pour nous prêter sa lumière et sa chaleur est un spectacle très agréable à observer… Ça se voit qu’il ne le fait jamais ! Avec un léger haussement d’épaules, je rétorque «Poète je ne sais pas. Mais je trouve que c’est vraiment un beau spectacle. Il y a beaucoup de choses d’ailleurs qui sont belles à observer. Il suffit de les chercher.» Je lui adresse néanmoins un sourire. Les poètes écrivent beaucoup. Moi je pense beaucoup mais je n’écris que rarement ce qui est dans ma tête. Quand j’étais petite, maman insistait pour que je le fasse. "Ça va te libérer un peu de faire ça" me disait-elle. Alors pour lui faire plaisir je le faisais de temps en temps. Mais plus maintenant. Je préfère tout garder dans ma tête. Après tout, des inconnus pourraient tomber sur mes écrits et je n’en n’ai pas vraiment envie. Je pense que l’on me prend déjà assez pour une folle pour que je prenne ce risque !

Je le regarde un instant avec surprise. La complexité des choses ne devrait pas faire peur aux gens. Au contraire d’ailleurs. Plus c’est difficile, plus ça m’attire. Car si on prend le temps d’écouter, de se concentrer et d’apprendre, on se dit que ce n’est pas si difficile que ça. Il suffit d’un peu de patience et d’envie. Et ce que je ressens en ce moment. L’envie d’apprendre et de découvrir ce jeu inconnu. Et comme Dmitry vient de le soulever, ça peut également développer la stratégie ou la concentration. La concentration est parfois une chose qui me manque d’ailleurs. Les échecs m’aideraient donc ? Je sourie pensivement à cette idée. Ça ne peut qu’être une bonne chose.

Apparemment je ne me suis pas trompée. Sans vraiment savoir d’où je connais les noms de toutes ces pièces, je laisse apparaître un petit sourire satisfait et soulagé en même temps. Jusqu’à ce que le préfet de ma maison se mette à taper mon épaule. Je lui jette un regard à la fois surpris et effrayé. Qu’ai-je bien pu faire pour mériter cela ? Et de toute façon, personne ne mérite d’être frappé ! Heureusement qu’il s’excuse aussitôt. Mais n’empêche… L’explication qui suit me paraît étrange. C’est dans ses habitudes de taper ses amis ? Penchant la tête sur le côté, je l’observe avec curiosité. Je ne suis pas dans sa tête après tout, et chacun a sa façon de faire. Je laisse néanmoins échapper une petite remarque timide «C’est une habitude étrange que tu as là.» tout en essayant de lui adresser un sourire embêté. Mon regard dérive dans la salle décorée, s’arrêtant sur certaines décorations de temps en temps. Dmitry est vraiment une personne des plus étranges. D’abord par son comportement et ce qu’il dit puis maintenant par ses gestes. Comment une seule personne peut-elle être si différente en l’espace de quelques temps ? Je n’en n’ai pas la moindre idée. Et je trouve ça à la fois inquiétant et surprenant.

Je reporte mon attention sur le garçon devant moi lorsqu’il reprend la parole pour m’expliquer les règles du jeu encore inconnu pour moi. Avec sérieux, j’observe ses gestes en écoutant ses paroles. Ça ne m’a pas l’air beaucoup trop compliqué. Tant que je ne mélange tout bien sûr. Après m’avoir expliqué rapidement le fonctionnement des échecs des sorciers, le préfet me propose d’essayer. Ouvrant des yeux ronds, je contemple le plateau avec sérieux. Les pions blancs étant de mon côté, j’en déduis que ce sont ceux qui vont bouger lorsque je vais le dire. Pour les pions, c’est facile. Avancer tout droit d’une ou deux cases. Observant les pions, je pousse un soupir en choisissant un peu au hasard celui qui va bouger. Sans trop savoir comment je dois le dire, je dis d’une voix que j’espère assez forte : «Le pion de la case b2, peux-tu aller en b4 s’il te plaît ?».

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Échec et MatSamedi 4 décembre 2021

Dmitry fixait la jeune fille. C’était vraiment rageant, de ne pas arriver à savoir ce qu’elle pensait, à anticiper ses réponses. A chaque fois, il avait la désagréable impression de tomber complètement à côté de la plaque. Est-ce que c’était lui, ou elle prenait un peu mal tout ce qu’il lui disait ? « Poète ou non, faire ce qui te plaît est le principal. » Dit-il en espérant que Alkanor ne se rebifferait pas trop à l’entente de ses paroles. Est-ce qu’elle le percevait comme quelqu’un de froid, de hautain, ou bien d’un peu stupide ? Dima fronça les sourcils. Il ne pouvait pas lire le regard de sa jeune camarade. « Mais je suis d’accord pour la beauté : on peut la trouver partout. Il suffit de savoir la chercher, ou au moins l’observer. »

Le jeune homme fixa un point, à l’horizon, le regard un peu perdu dans le vague. La beauté ? Lui, il pouvait la trouver dans un plan bien préparé, ou un mensonge rôdé dans le moindre détails. Même la trahison, si elle était exécuté avec art, pouvait être considérée comme belle. Bien sûr, Dima ne niait pas les beautés plus classiques, auxquelles il était tout autant sensible : un paysage aux couleurs d’automne, la Nuit Étoilée de Van Gogh, une jolie jeune femme… Un sourire fugace apparu sur ses lèvres, avant qu’il ne reporte enfin son attention sur Alkanor.  Est-ce qu’elle avait remarqué son léger moment de flottement ? Non, il n’avait pas cette impression. Tant mieux,cela lui évitera des questions aussi longues qu’inutiles.

«C’est une habitude étrange que tu as là.» Sourcils légèrement froncés, le jeune homme essayait de ne pas trop dévisager la jeune fille. Que voulait-elle dire par là ? Personne ne lui avait jamais donné de tape amicale, c’était ça ? « Qui sait, c’est peut-être parce que je ne suis pas anglais ? » Lui répondit-il avec un petit clin d’œil, qui était un brin provocateur pour le regard aguerri. Il ne pouvait rien y faire, ce trait de caractère faisait tellement parti de lui que le refréner serait comme renier une partie de son être. Les mains croisées sous son menton, Dmitry observa la Serdaigle donnant des ordres à ses pièces. Il cacha son sourire derrière sa main : Alkanor pourrait sans doute mal l’interpréter. « Je n’avais encore jamais vu quelqu’un parler aussi poliment aux pièces du jeu. » Lui dit-il en évaluant le plateau d’un œil expert. « Dis-moi, je me demandais : d’où vient ton prénom ? Enfin, c’est peut-être un peu trop indiscret, et je ne te forces à rien. » C’était peut-être un prénom tirant son origine d’une œuvre de culture populaire Moldue ? Ou bien c’était une origine plus lointaine, comme amérindienne ou… Inca, peut-être ? « Pion de C3 en C4. » Prononça lentement le jeune homme, en jaugeant le plateau avec un petit sourire. Il allait dégager la voie pour le fou, une pièce qui lui plaisait beaucoup : elle avançait en diagonale, comme si elle prenait des sentiers détournés pour arriver à ces fins, et ne s’arrêtait jamais.:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
J’ai dit une bêtise, non ? J’en ai l’impression. Comme quoi s’exprimer n’est pas toujours une bonne chose, on risque toujours d’être trop froid face aux autres. Mais après tout, il vaut mieux être sincère que mentir. J’ai peut-être pas parlé très gentiment. Je sais pas être vraiment gentille. C’est compliqué. Après tout… Je ne le connais pas réellement. Et je n’arrive pas à savoir comment m’exprimer. Que ce soit devant lui ou devant quelqu’un d’autre. Puis lui non plus n’est pas toujours très gentil. Je hausse les épaules, un peu embêtée. Au fond il a raison. Je fais ce qu’il me plaît, c’est certainement le plus important. Chacun a une activité préférée. La mienne est peut-être un peu étrange mais je l’aime bien. Normal. Mais au moins il semble d’accord sur le fait que la beauté se trouve partout. Je me demande où il la trouve lui. Apparemment, il n’est pas trop du genre à regarder le soleil se lever. Préfère-t-il… les choses écrites ? Dessinées ? Peintes ? C’est trop compliqué de deviner. Il est tellement étrange pour moi que je ne vois pas ce qu’il pourrait trouver beau. À la rigueur, peut-être vaut-il mieux que je ne le lui demande pas.

Pas anglais ? Je ne vois pas trop ce que ça pourrait changer. D’autres pays auraient cette habitude de taper les gens ainsi ? Même si ce n’était pas fort, c’est assez étrange. Mais pourquoi pas après tout ? C’est peut-être une chose sur laquelle me renseigner. Les gestes et les habitudes des gens selon leur pays d’origine. Ça pourrait même être intéressant ! Je retiens dans un coin de ma tête d’ailler voir à la bibliothèque lorsque j’aurai le temps. Et pour faire des recherches un peu plus précises, je lui demande «Tu es quoi alors ?» avec un regard curieux. Bon, et un peu timide aussi.

Ma pièce s’est déplacée sans problème et je m’autorise un sourire assez content. Je ne sais pas jouer aux échecs, mais au moins le pion a bougé, c’est déjà ça. Apparemment, la politesse n’est pas une habitude aux échecs. Moi j’aime être polie. Pourquoi le fait que ce soient des objets devraient nous empêcher d’être poli ? Je ne le pense pas. Surtout que ces pions bougent seuls. Donc ils entendent. Et comprennent. Peut-on dire que ce sont des êtres conscients ? J’en sais rien ! J’observe le plateau avec curiosité. Trouver comment jouer n’est pas une chose facile. Le but est d’attraper les pions de l’autre, donc… il faut avancer mais pas trop. Enfin bon, il faut faire ce qu’on arrive à faire, ce sera déjà bien. Avant de faire déplacer la pièce de son choix, il me questionne sur mon prénom. Question qui m’arrache un sourire. Combien de personnes sont intriguées par ce prénom, aussi étrange soit-il ? J’aurai pu les compter, mais ça ne servira à rien. Ce que je sais, c’est que les quelques personnes qui m’adressent la parole et prennent le temps de rester un peu me posent la question. À laquelle je réponds toujours la même chose. J’aurai aimé en savoir un peu plus sur ce prénom que seule moi-même je porte. Mais c’est ce que maman m’a expliqué rapidement une fois. «Ce n’est pas indiscret. C’est juste que… qu’il n’a pas d’origine. Enfin si : il vient de la mésentente entre mes parents quant à mon prénom lorsque je n’étais pas encore née. Maman voulait un prénom que papa n’aimait pas, donc pour essayer de le garder un peu elle a rajouté deux lettres et ça a donné Alkanor. Comme papa a bien aimé et bien je m’appelle comme ça. C’est un petit arrangement entre eux.» Je lui adresse un sourire en rajoutant «Peut-être a-t-il une origine inconnue de mes parents et de moi bien sûr. Je n’ai jamais cherché plus loin que la réponse de maman. Il faut dire que ça pourrait être des recherches bien longues...»

«Pion de C2 en C4.» dit-il avec un sourire. J’espère qu’il ne s’imagine pas avoir une partie extraordinaire. Je ne sais pas y jouer, et même si je réfléchis en ce moment même, je ne peux pas apprendre tout d’un coup.  Mais d’après ce que j’ai compris… il vaudrait peut-être que je fasse quelque chose avec mon pion tout seul. «Le pion de la case A2, peux-tu aller en A3 s’il te plaît ?» je demande gentiment au pion avec un sourire.

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Échec et MatSamedi 4 décembre 2021

La partie semblait bien ne pas devoir s’éterniser, entre eux deux. Dmitry sourit un peu. Il faut bien avouer que jouer avec une nouvelle adversaire le changeait bien de Louis. Le Weasley l’avait habitué, au cours de leurs parties, à devoir jouer serrer, et très stratégique. C’en était presque reposant d’expliquer les règles et les mouvements basiques à Alkanor – surtout que la jeune fille faisait preuve d’une curiosité digne de sa maison, malgré son quasi mutisme permanent. «Tu es quoi alors ?»  Dima releva la tête. Elle commençait enfin à parler un peu plus, même si on pouvait encore sentir la timidité poindre dans sa voix. « Je suis russe du côté paternel, et ukrainien du côté de ma mère. » Une double nationalité explosive, si on considérait que ces deux pays étaient des ennemis naturels depuis des décennies. « Mais sur les papiers, je suis juste russe. » Et ce, même si il était né à Kiev avec sa sœur. Mais ce n’était qu’un bout de papier, ça ne voulait pas dire grand-chose pour le jeune homme. Il savait d’où il venait, c’était le principal.

Dmitry hocha la tête en écoutant l’explication concernant le prénom de la jeune fille. Une telle chose ne serait sans doute jamais passée dans sa famille, et encore moins si on prenait en compte l’avis de la famille de sa mère. Les Romanov, tout ouvert d’esprit qu’ils soient, aimaient les prénoms qui avaient une certaine signification ou une symbolique particulière. « Si jamais tu veux chercher si ton prénom a une signification plus ancienne, fais-moi signe, ok ? » Le jeune homme sourit à Alkanor, franchement. « Je suis peut-être un peu bizarre selon toi, mais je me débrouille pas trop mal pour dénicher ce que je souhaite dans des archives. » N’avait-il pas retrouver une partie de sa famille comme ça ? « J’ai l’impression que le prénom d’un enfant est souvent un arrangement entre les parents, non ? Le mien l’est aussi, en quelque sortes : un prénom russe pour moi, et un prénom ukrainien pour ma sœur. Comme ça, il n’y a pas de jaloux. »

Plus la partie avançait, plus Dmitry se demandait sincèrement s’il n’allait pas faire gagner Alkanor – ou au moins, ne pas la laminer. Si la jeune fille avait un bon score, elle serait plus encline à revenir, non ? Même si tricher ne serait pas lui rendre service… Le jeune homme soupira, avant de faire bouger un autre de ses pions. Il se donnait encore une dizaine de minutes avant de décider de ce qu’il allait faire pour Alkanor. « Et donc, tu te plais, ici ? » Demanda-t-il en laissant son regard se balader tout autour de la salle. Les autres membres du club arrivaient au compte-goutte, et il faudrait bien attendre encore une bonne demi-heure avant que tout le monde soit là. « Je ne parles pas seulement d’ici, maintenant, même si ton avis sur notre partie m’intéresse grandement. Je voulais dire, à Poudlard, en général. »:copyright:️ 2981 12289 0

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Russe et Ukrainien. Ce ne sont pas des nationalités que j’entends souvent. Ni que je connais beaucoup. Ça pourrait être intéressant de faire des recherches sur ces deux pays. La Russie et… l’Ukraine ? Il va falloir que je vérifie tout ça. Il doit bien avoir des livres de géographie à la bibliothèque. Ce n’était pas vraiment une de mes matières préférées lorsque j’étais à l’école avant Poudlard. Le monde est trop grand, trop compliqué pour moi. Mais ça ne m’empêchera pas de faire des recherches pour savoir. C’est toujours curieux de connaître les habitudes des gens de part leur nationalité. Et qui sait, peut-être que cela m’aidera à le comprendre un peu mieux… Je hausse les épaules à sa remarque sur les papiers. Les papiers, on s’en fiche. Enfin, c’est ce que je pense. En plus de polluer, un papier ne change pas les gens. On peut y marquer n’importe quoi, là n’est pas l’important : l’important c’est ce qu’on pense et comment on se sent.

Je le regarde avec surprise à ses mots qui suivent mon explication sur mon prénom. Lui, m’aider ? Bon pourquoi après tout. S’il est par certains moments vraiment étrange, il peut s’avérer gentil aussi. N’est-ce pas lui qui m’a proposé de venir ici ? Je laisse échapper un sourire. À l’entendre parler, on pourrait presque croire qu’il sait ce que je pense. C’est vrai qu’après notre discussion de la dernière fois, il a dû comprendre ce que je pensait de lui… Mais j’aime pas mentir, et autant dire ce que je me dis dans ma tête. Enfin, seulement quand c’est utile. Parce que si tout ce que j’avais dans ma tête était dit, on ne s’en sortirait pas. Je l’écoute avec attention sans le couper tout en réfléchissant. Ai-je vraiment envie de savoir si mon prénom existe réellement ? Je n’en sais rien. Il faudra peut-être qu j’y réfléchisse. Ça pourrait être bien. Et puis, ça m’apprendrait quelque chose. Mais s’il faut il n’y a vraiment pas d’origine et ça serait faire des recherches pour rien. Et bien que ça ne m’embête pas à moi, ça pourrait l’embêter lui. «Je vais y réfléchir.» dis-je avec un sourire «Mais je ne sais pas si ça donnerait grand-chose. C’est peut-être simplement une invention de maman ! Mais c’est vrai que le prénom est souvent synonyme d’arrangement entre les parents. Ça doit être rare que les parents soient d’accord du premier coup sur le prénom à donner à leur enfant.» En même temps, les adultes ne sont pas fait pour s’entendre. Même s’ils disent s’aimer et toutes les bêtises comme ça, ils se disputent toujours. Je me demande d’ailleurs si mes parents se sont disputés pour le prénom de mon frère. J’en sais trop rien. Et ce n’est pas maintenant que je vais le leur demander.

D’après moi il ne faudrait pas que je fasse bouger les pions de la ligne du fond. Sinon, ça serait permettre à Dmitry de l’atteindre, non ? Et je suis pas sûre que ce soit une bonne idée. Mais qui sait ? Ça pourrait être une bonne idée. Ou sinon je pourrais faire une ligne. Un quinconce. Quoi qu’il en soit, je pourrais avancer tous mes pions plus ou moins au moins endroit. Faire une symétrie ? Les échecs ne sont pas un jeu d’art mais plutôt de stratégie. Peut-être que ça peut être une bonne stratégie de faire une symétrie. Seulement de mon côté bien sûr. Je fais donc avancer après lui mon pion de h2 en h3. Toujours avec politesse. C’est amusant de parler à des pièces. Si je faisais ça à la maison, maman me regarderait bizarrement. Mais qu’importe ?

Je tourne vers lui un regard surpris à sa question tandis qu’il observe autour de nous. Des gens sont arrivés, un petit peu, et je préfère ne pas regarder. Autant rester concentrée sur les paroles de Dmitry et sur les pions du jeu d’échecs plutôt que de risquer de se perdre dans les quelques inconnus présents. Je réfléchis sérieusement à sa question qui me paraît assez étrange. Est-ce que je me plais ici ? Ça dépend certainement avec quoi je compare la vie d’ici. Si c’est avec mon enfance avant mes 8 ans… Je pourrais dire que je préférais quand j’étais enfant. Les souvenirs de nos voyages pendant les vacances, des pic-nic du week-end, des ballades avec maman lorsque papa me remontent en mémoire. Je sourie tristement en repensant à tous ces moments qui n’auront plus jamais lieu. C’est lui qui a tout cassé. Après mes 8 ans. C’est sûr que je préfère être à Poudlard qu’à la maison. Là-bas, c’est devenu trop… différent. Trop désagréable. Trop douloureux même. Il n’y a plus d’apprentissages ni de vacances familiales. C’est devenu autre chose. Une chose inconnue qui ne me plaît pas. Mon ancien havre de paix comparé à l’école moldue où j’étais est devenue aussi bruyant et effrayant que cette école. Alors qu’ici, à Poudlard… Il y a toujours un coin calme. Que ce soit dehors ou à l’intérieur. Je pousse un soupir en chassant tout ça. Il ne faut pas comparer l’avant à l’après. Car de toute façon, l’avant ne reviendra jamais. Et j’ai trouvé une deuxième maison. Une maison qui pour l’instant m’aide à survivre. Pensivement, encore un peu plongée dans mes souvenirs, je lui réponds «Oui je m’y plais. C’est devenu ma deuxième maison pour moi. Même si je sais que tout n’est pas super bien pour tout le monde, moi je m’y sens bien. Mieux qu’à la maison.» Me forçant à sourire, j’ajoute «Et j’aime beaucoup être ici en ce moment. Je ne sais pas jouer aux échecs mais ça me plaît d’apprendre.» Et ne sachant pas quoi dire d’autre, je le regarde simplement, curieuse de voir ce qu’il pense lui.

_________________

Échec et Mat  Pref_110

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Échec et MatSamedi 4 décembre 2021

Dmitry arrêta de sourire, pendant un instant, pour revêtir un air sérieux. Les parties d’échecs, il ne les prenait jamais à la légère.  Son regard se porta sur la jeune fille, qui semblait comme perdue dans ses pensées. Ou pas ? C’était assez difficile de déchiffrer les expressions d’Alkanor pour le jeune homme, car il n’arrivait toujours pas à comprendre comment elle pensait. Peut-être que la Serdaigle était juste en train de préparer son prochain mouvement qu’elle allait ordonner aux pièces du jeu. Dima craqua la jointure de ses doigts. Cela l’aiderait à réfléchir, et sûrement à faire le mouvement décisif. Il venait d’arrêter sa décision : il ne laisserait pas Alkanor gagner cette première partie.

« La famille... » Commença le jeune homme, en fixant son regard dans le vague. « C’est toujours un peu compliqué. »  Et il en savait quelque chose. Les enfants venant de milieu moins aisées que les Sang-Purs devaient subir moins de pression familiale, alors il doutait que la jeune fille devant lui comprenne. Il ne parlerait pas des attentes et des volontés plus ou moins voilées qu’il pouvait subir de part et d’autre. Ce n’était ni le lieu, ni le moment, et encore moins la bonne personne à qui s’ouvrir sur ce sujet. Dmitry fit bougea une pièce, avant d’inviter sa camarade à jouer. Il faudrait encore sans doute longtemps avant que le Romanov arrive à la comprendre.

«Oui je m’y plais. C’est devenu ma deuxième maison pour moi. Même si je sais que tout n’est pas super bien pour tout le monde, moi je m’y sens bien. Mieux qu’à la maison.»  Le jeune homme eu un petit sourire en coin. Elle avait donc des problèmes chez elle, avec sa famille ? Pourtant, elle semblait en parler de manières plutôt apaisée… Peut-être était-ce juste les problèmes communs liés à la fameuse crise d’adolescence. Peut-être qu’Alkanor se sentait juste incomprise. Dans tout les cas, ce n’était pas ses affaires. Ne jamais s’impliquer dans la vie d’autrui était presque une règle d’or. Presque.  «Et j’aime beaucoup être ici en ce moment. Je ne sais pas jouer aux échecs mais ça me plaît d’apprendre.» D’un mot, le Serdaigle fit avancer une tour, avant de reporter son attention sur Alkanor avec un regard bienveillant. « Tu te débrouilles plutôt pas mal pour quelqu’un qui ne sait pas jouer. Même si je suis au regret de te signaler que tu as presque perdu. » Il lui indiqua le plateau, et les débris de pièces blanches qui reposaient sur un côté de la table. « Enfin. C’est déjà un exploit que notre partie ne soit pas encore fini, à l’heure qu’il est. » Dima avait fait duré le plaisir mais ça, Alkanor n’avait pas à le savoir. Étrangement, il présentait qu’elle n’aimerait pas découvrir qu’il avait un peu truqué le jeu.:copyright:️ 2981 12289 0

HRPG: Je clorai le RP après ta réponse, si ça te vas Very Happy

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
La famille c’est compliqué, oui je suis d’accord avec lui. Même si nous n’avons pas tous les mêmes raisons de dire et de penser ça. Car chaque famille, chaque être, chaque caractère, chaque esprit est différent. Et si quelqu’un de calme va trouver compliqué une famille qui bouge partout, une personne qui bouge partout va trouver compliqué une famille calme. Mais il y a aussi les envies des parents envers les enfants, celles des enfants envers les parents. Des familles tellement grandes qu’on ne sait pas qui est qui. Et d’autres si petites qu’on en a assez de toujours voir les même personnes. La conclusion ? Il n’y a pas de famille parfaite. Juste… Des gens. Différents. Avec des attentes différentes. Bien sûr les familles où tout le monde est content existent aussi certainement. Mais ça doit être plutôt rare. Quoique, je ne connais pas tout le monde. Et encore heureux ! Mais j’entends souvent des paroles mécontentes. Sur "J’ai pas eu un résultat parfait, que vont dire mes parents ?" Parfois, les enfants savent déjà ce que les parents vont dire. Car il y a des parents très stricts. Moi ce n’est pas vraiment les notes qui m’embêtent. D’ailleurs ça, ils en ont rien à faire. S’occuper de moi est devenue une chose inutile et dérisoire au vu de mon âge. Je suis assez grande pour savoir qu’avoir des bonnes notes ne dépend que de moi. Enfin, je suis assez grande depuis bien longtemps. Mais d’autres parents appuient beaucoup sur les résultats. Mais malheureusement, une famille ce n’est pas toujours compliqué que pour l’enfant. Pour les parents également. Tout détailler ne servirait à rien. L’argent, les repas, la maison, les disputes des enfants à gérer… Au moins je ne les embête pas avec ça. Répondant par un haussement d’épaules, je me reconcentre sur notre partie qui va mal finir pour moi. Au moins j’ai pu jouer un peu, c’est déjà ça.

Je parle encore un peu puis préfère revenir sur la partie qui semble prendre fin. Je fronce les sourcils en voyant les pièces brisées sur le plateau. Non pas que j’ai perdu m’embête. Je le savais déjà, mais j’ai bien aimé jouer. Le problème est que… ces pièces, elles vont se recoller ? Ou sont-elles détruites à jamais ? Ne voulant pas paraître idiote, je note la question dans un coin de ma tête : la bibliothèque répondra forcément à cette question simple. À la place, j’adresse à Dmitry un grand sourire «C’était pas facile ! Mais j’ai bien aimé. C’est une chose à apprendre certainement, il va me falloir m’entraîner. Je pense que je vais m’y inscrire.» Je regarde le plateau sans trop savoir quoi faire avec, mais comme il était déjà là je pense qu’il faut le laisser là. Je conclue «J’ai des devoirs et des recherches à faire. La prochaine fois je resterai jusqu’à la fin j’imagine. À bientôt !» Je n’ai jamais été très doué avec ce genre de chose. Mais que faut-il dire d’autre ? Nous avons déjà bien bavardé et j’ai du travail devant moi -pas forcément en lien avec les cours, mais je ne vais pas tout raconter non plus. Avec un sourire, je m’en vais en silence, évitant le regard des autres élèves présents. Il va falloir que m’y fasse si je veux m’inscrire. Mais pas aujourd’hui.

_________________

Échec et Mat  Pref_110

descriptionÉchec et Mat  EmptyRe: Échec et Mat

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum