Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyNous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au tempsLundi 3 janvier 2022

Depuis que j’étais rentrée à Poudlard, le 31 décembre, j’évitais pas mal de monde. Je n’avais pas la tête à bavarder. En plus, je n’avais pas encore eu l’occasion de revoir Juliette, ou même Dmitry. Mon cousin avait encore mis les feux aux poudres, en se faisant prendre en photo alors qu’il embrassait une jeune femme sous les douze coups de minuit. Si je ne le connaissais pas, je dirais bien que la photo avait été faite totalement contre son grès mais… Mais il s’agissait de Dima, après tout. On pouvait se douter que tout faisait parti d’un plan parfaitement bien huilé, pensé presque au millimètre près. Enfin, grand bien lui fasse.

J’avais pris mon parti, quant au sujet de Josh. Il faudra sans doute qu’on se laisse beaucoup de temps, et d’espace. Et ça ne pourra sans doute jamais être comme avant, bien sûr. Mais, en tout premier lieu, il faudrait que je lui dise tout, que je sois franche avec lui. Mais comment ? Comment ? Alors je l’avais évité, dans la Grande Salle, dans notre Salle Commune. Je montais dans le dortoir des filles directement, et je sortais aux aurores. Pour être sûre de ne pas le croiser. Pour retarder notre confrontation qui était inévitable.

Pour l’instant, je me retrouvais seule avec Morgan devant ma salle commune. On avait pris nos distances avec les autres, comme souvent, et il n'y avait personne à cette heure dans les couloirs des cachots. C’était vraiment plus commode pour parler, et pour être sûre que… Que je pouvais échapper à Josh. Je voulais l’aborder mais je ne savais vraiment pas comment faire. C’est d’ailleurs ce dont je parlais avec Morgan. Le jeune homme n’était pas au courant de tout – c’est mon meilleur ami, mais il ne faut pas pousser non plus – mais il était tout de même de très bon conseil. « Irina... » Je me penche vers le Poufsouffle, qui me fait un petit signe pas franchement discret, m’invitant à regarder l'entrée de ma salle commune. Il était là. Josh. Instinctivement, je me rapprocha de mon ami. Et si Josh allait faire un scandale devant nous, en prenant a parti Morgan… ? Non, c’était ridicule, il n’était pas comme ça. « Tu devrais aller le voir. » Je lança un regard interdit à Morgan. Non, non, c’est trop tôt ! « Irina. Tout de suite. » Même si c’était dit avec un sourire encourageant, le ton était sans appel.

Je me lève donc, bon gré mal gré, pour rejoindre d’un pas mal assuré Josh. Je crois que jamais je ne m’étais senti aussi mal de ma vie, même lorsque je perdais le contrôle de ma Legilimencie. Je fixais le sol des yeux. « Heu... » Je risqua un rapide coup d’œil. J’étais effrayé à l’idée de voir dans ses yeux du mépris, de la peur ou de la colère. « Je crois qu’il faut qu’on parle. » Je commence à lui tendre la main, mais j’interromps mon geste à temps. Non. Ce n’est pas le bon moment pour ça, pour un contact physique. Plus tard, peut-être. Je lui fais alors signe de me suivre en entendant sa réponse. Ça va sûrement être l’heure des reproches pour moi. Il va me falloir une bonne dose de courage, je crois. Je souris timidement à Morgan, qui lève deux pouces en l’air en signe de soutien, avant de rentrer avec Josh dans notre salle commune.

***

On a trouvé un recoin de la Salle Commune, juste devant le feu qui ronflait dans la cheminée, désert. Parfait pour mes confessions, je pense. Même si… Je suis vraiment proche de Josh, collée au mur. Et ça me mets mal à l’aise, car cette scène me rappelle beaucoup trop ce qui c’est passé dans ma chambre, pendant les vacances. Je fermes les yeux, tentant d’éloigner de mon esprit cette vision. Ce n’est pas le moment de penser à ça. « Je... » Les mots restent bloqués, comme s’il m’était impossible de formuler ma pensée. Je pourrais bien tenter avec mon don mais… il y avait trop de souvenirs parasites avec Josh pour que je m’y essaye. « Je crois que je te dois toute la vérité. » Je baisse les yeux sur mes mains, lentement. Mes joues brûlent, je me sens mal. Sur le point de pleurer. « Je ne sais pas par où commencer alors… » J’enroule une mèche de cheveux autour de mon doigt, mais même ce geste ne calme pas les battements affolés de mon cœur. « … ce serait sans doute plus simple si tu me posais des questions, et que j’y réponds. »
:copyright: 2981 12289 0

_________________


'Cause we belong together now, forever united here somehow

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au temps
Lundi 3 janvier 2022

Josh n’avait eu de cesse de chercher Irina depuis qu’il était rentré hier. Il avait pensé la trouver d’abord à bord du Poudlard Express mais il avait beau avoir fait 2 fois le train, il ne l’avait jamais trouvé. Soupirant, il avait regagné son wagon avec James et Louis qui l’avaient immédiatement rassuré en disant qu’elle était sans doute rentrée au château par un autre moyen. Après tout, les Romanov semblaient avoir le bras long pour faire ce genre de choses.

Mais le soir, il l’avait à peine aperçu au repas de rentrée et le lendemain, il n’avait pas réussi à la voir avant les premiers cours. Mais la jeune femme faisait toujours en sorte d’être assise à côté de quelqu’un pour pas que Josh n’arrive. Alors, c’était ça ? Elle l’évitait ? Alors qu’il voulait recoller les morceaux entre eux, elle cherchait à le fuir ? Josh n’y comprenait plus rien. Était-ce vraiment lui le méchant dans cette histoire ? Ou bien peut-être avait-elle appris pour lui et Jillian ? cette idée l’avait immédiatement découragé et il avait passé le reste de la journée un peu hagard. Il n’écoutait même pas le cours, déjà qu’il ne le faisait pas avant. Son regard oscillait entre Irina et la neige qui tombait à travers la fenêtre.

Mais après tout, elle n’était pas si innocente dans l’histoire. Elle s’était faite adoptée par une famille qui tirait sur des gens, des mafieux avait dit Daïchi, son fameux ex petit-copain de Mahoutokoro. Irina n’était pas innocente. Et si elle ne voulait pas recoller les morceaux, Josh méritait tout de même de savoir !

Aussi, ce lundi soir, Josh avait décidé d’essayer de trouver Irina dans la salle commune, quitte à défoncer la porte du dortoir des filles. Poings serrés, il était environ 18h00 quand il trouva Morgan Krum en train de discuter avec Irina devant la salle commune. Josh s’arrêta et vit rouge. Il sentait le sang battre à ses tempes. Alors, elle l’avait déjà remplacé ? Oh bien sûr, elle trainait déjà avec Morgan avant que Josh et elle ne … Mais Josh avait la désagréable impression de revoir Jillian avec Hamilton. Il ne pouvait pas revivre ça une deuxième fois.

Les torches vertes donnaient des lueurs fantomatiques aux trois protagonistes dans le couloir. Josh était comme paralysé. S’il bougeait, il irait certainement casser le nez de Morgan, et comme le jeune homme était tout aussi bien bâti que lui, Josh serait pas mal amoché lui aussi. Mais Morgan qui avait remarqué sa présence l’indiqua à Irina qui se décida finalement à se diriger vers lui. Elle n’osait même pas le regarder en face. « Heu … Je crois qu’il faut qu’on parle. » Les épaules de Josh se détendirent quand il croisa le regard d’Irina. La jeune femme avait le don pour le calmer directement. Est-ce qu’elle avait peur ? De lui ?

« Je crois qu’en effet ce serait pas mal. » confirma-t-il en se redressant un peu. Mais Irina lui fit un signe de tête pour qu’il la suive à l’intérieur de leur salle commune. Josh lui emboîta le pas, n’accordant aucun regard pour Morgan, les poings toujours serrés. Ils rentrèrent à l’intérieur où la pièce était plus éclairée que le couloir des cachots. Quelques Serpentards s’étaient mis à travailler dans un coin, la musique dans leurs oreilles, bien loin de se préoccuper des broutilles de Josh et d’Irina. D’ailleurs, la jeune femme l’avait emmené vers le feu. Des canapés leur tendaient généreusement les bras mais Irina ne s’y était pas installée. Josh resta là, les bras ballants, attendant le signal.

« Je... Je crois que je te dois toute la vérité. » déclara alors la jeune femme, évitant toujours son regard. Ça avait sérieusement le don de l’énerver, aussi il attrapa son menton et lui fis redresser. « Je crois aussi. » dit-il. « Je ne sais pas par où commencer alors… » avoua-t-elle en croisant son regard. « … ce serait sans doute plus simple si tu me posais des questions, et que j’y réponds. » Josh hocha la tête, les mâchoires serrées. « J’ai besoin de m’asseoir. » dit-il d’une voix neutre en s’écartant de la jeune femme pour se laisser tomber sur les canapés en cuir.

« Déjà, j’aimerais savoir pourquoi tu m’évites ? » demanda-t-il, sentant sa langue se délier. « Je croyais, je pensais … enfin, ça fait une semaine que je meurs d’envie de te parler. Je pensais qu’on pourrait le faire dans le Poudlard Express, mais tu n’y étais pas. » lança-t-il sur un ton de reproche. « T’étais où ? » ajouta-t-il d’un ton accusateur.

Il attendit qu’elle réponde avant de poursuivre. « Ok … et donc ? Tu comptais me parler quand de … de ça ? » demanda-t-il, sa voix s’étranglant un peu. Puis il posa les coudes sur les genoux, se penchant en avant. « Irina, j’ai appris des choses … J’ai rencontré Daïchi. » Il observa la réaction de la jeune femme à l’entente de ce nom. « Heureusement pour toi, il ne savait pas grand-chose sur toi. Mais il en savait tout de même un peu plus que moi, ce qui me fait poser des questions : qu’est-ce que je suis pour toi en réalité ? » Il plissa les yeux, incrédule. « J’étais juste un petit passe-temps ? Un putching-ball pour ton cousin ? » Il se frotta les mains avant de se relever pour s’approcher d’Irina, les nerfs à vif. « Je … nous deux, c’était du sérieux. C’EST du sérieux. Même si je ne te l’ai jamais dit parce que … parce que j’ai un putain d’handicap avec les sentiments, je tiens à toi. Et tu m’as menti ! » Sa dernière phrase se radoucit, comme peiné d’admettre cette réalité.

Il attrapa alors ses deux mains et demanda : « Explique-moi, Irina. Explique-moi. Tu sais que j’ai pas une famille exemplaire alors franchement dis-moi : qui sont tes parents biologiques ? Où sont-ils à présent ? Qui c’est cette famille qui t’a adopté ? Comment les as-tu rencontrés ? Et pourquoi, pourquoi par Merlin t’as tiré sur ce type ? » Sa main passa sur la joue de la jeune femme, plus doux : « T’a-t-il fait du mal ? »
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au tempsLundi 3 janvier 2022

Je lance des petits regards, à travers la Salle Commune. Jamais elle ne m’a paru aussi peu hospitalière, aussi agressive. Pourtant, je sais bien que c’est ridicule : personne ne se préoccupe de Josh, ou de moi.  Tous vaque à leurs occupations. Et en même temps, pourquoi est-ce qu’une discussion entre deux ex devrait susciter l’intérêt de nos camarades ? Je me mords un peu la lèvre : est-ce qu’on était un couple ? Un ex couple ? De futurs amis ? Je ne sais pas… Tout est encore trop confus, entre nous. Je soupire avec soulagement lorsque Josh va s’asseoir. Être aussi près de lui, c’est presque de la torture. Comme si le destin me narguait, en me mettant bien sous le nez tout ce que j’avais gâché. Les mots s’enchaînent, les reproches aussi. Je garde la tête baissée tandis que je m’assois à côté de Josh, à une distance assez raisonnable. Je ne dis rien, je laisse Josh parler. Je n’ai pas à me défendre, même moi je trouve que ce qu’il dit est justifié. Et c’est sans doute cela qui me fait le plus mal.

« Je ne voulais pas t’éviter... » Pas vraiment. En fait, si, j’avais tout fait pour l’éviter. « … c’est juste que je pensais que tu ne voulais plus me voir. » Je le regarde, dans les yeux. J’ai peur qu’il prenne ma réponse mal, j’ai si peur, mais je lui ai promis la vérité. Josh comprendra. Il comprendra ce que j’ai pensé, ce que j’ai cru voir dans le dernier regard que nous avions échangé, lors de cette fameuse  nuit. « Je suis rentrée à Poudlard le 31 décembre. Je… ma famille était invité à une fête pour le nouvel an. Je ne voulais pas y aller. » Ma voix se brise, un peu. J’avais déjà assez donné, avec les réceptions des Sang-Purs. Je détestais cette ambiance, les personnes qui étaient beaucoup trop mielleuses pour que leurs paroles sonnent justes. « Je ne voulais pas non plus fêter mon anniversaire avec eux. » Mon anniversaire, quelle blague, quand j’y pensais. On m’a attribué le premier jour de l’année, comme date de naissance, à l’orphelinat. C’était sûrement plus simple comme ça. Mais tout le monde sait que ce n’est pas vrai. Un mensonge de plus sur moi, pour changer…

« Ok … et donc ? Tu comptais me parler quand de … de ça ? » Je me passe une main devant les yeux, pour me soustraire à son regard que je devine accusateur. « Je ne sais pas. » Ma voix tremble un peu, alors que j’essaye de trouver mes mots avec peine. « Je pense que j’attendais juste le bon moment ? » Mais la vérité, c’est que je me voilais la face. Le bon moment ne serait jamais arrivé. Comment ai-je put être aussi stupide ? Comment ai-je put croire un seul moment que… ? « Irina, j’ai appris des choses … J’ai rencontré Daïchi. » Que… quoi ? Josh doit voir l’éclair de peur, peut-être de colère et d’incrédulité qui passait dans mon regard. Daichi était venue me voir, pendant les vacances mais je n’aurai jamais pensé qu’il aille voir Josh. « Horiuchi-san... » Je rougis, me détournant un peu de Josh. L’honorifique pour le désigner en japonais m’avait échappé, les vieilles habitudes ont la vie dure. Je fronces les sourcils en écoutant la suite de ce que Josh a à me dire. Ses mots sont tellement durs, tellement amères, que je n’arrives pas à riposter. Ça me fait juste mal, tellement mal, qu’il puisse penser que je me sois foutue de lui. Je ne sais pas ce que Daichi lui a raconté, pour qu’il pense ça. Je sais que c’est un bon ami, un soutien indéfectible, mais il a aussi de nombreux défauts. Comme celui de parler à la légère. Je sais que c’est quelque chose qu’on attend d’un futur yakuza, qu’il doit avoir un certain bagou. Mais c’est juste triste qu’il ait agit comme ça avec Josh, alors qu’il avait besoin de vrais réponses. « J’espère que Daichi ne t’as pas… enfin, non, laisse tomber. » Le problème n’était pas ce qu’avait put lui dire ou non Daichi. Nous devions d’abord régler ce qu’il y avait entre nous deux, avant d’inclure d’autres personnes dans l’équation.  

« Je… je n’ai jamais voulu te mentir ! » Je regarde Josh dans les yeux. J’aimerai tellement prendre ses mains dans les miennes, caresser sa joue, pour le rassurer. Pour lui dire qu’il peut me faire confiance, surtout lorsqu’il s’agit de mes propres sentiments. « Mais comment voulais-tu que je te dise ça ? » Je replie mes jambes sous mon corps, comme pour me protéger. Les conflits me tendent, je ne sais pas les gérer. A part ceux avec mon frère car lui, je sais qu’il ne partira jamais, qu’il ne me laissera jamais seule, quoi que je lui dise. « Je n’ai jamais voulu me moquer de toi, je ne savais même pas que tu avais un vrai problème avec les sentiments… ! » Qu’il me dise ou non qu’il m’aime m’importe peu, car je peux le sentir. Je pensais qu’il avait compris cela. Enfin, ça n’a plus vraiment d’importance, maintenant. L’amour c’est sûrement envolé quand j’ai tiré sur cet homme. « Tu es la première personne que j’aime, Josh, et ce n’est pas facile pour moi non plus. Je n’ai jamais été avec quelqu’un avant. Je… J’ai juste peur qu’on me laisse seule, parce que je suis comme je suis. » J’essaye de ne pas pleurer, vraiment, mais c’est dur. Je n’ai jamais aimé parlé de moi, de ma famille. J’ai tellement peur du regard des autres, de celui des proches.

« Explique-moi, Irina. Explique-moi. Tu sais que j’ai pas une famille exemplaire alors franchement dis-moi : qui sont tes parents biologiques ? Où sont-ils à présent ? Qui c’est cette famille qui t’a adopté ? Comment les as-tu rencontrés ? Et pourquoi, pourquoi par Merlin t’as tiré sur ce type ? » J’essaye de me calmer pour pouvoir lui répondre. Il a le droit de savoir. Mais je n’y arrive pas, et je sens doucement les larmes commencés à couler sur mes joues, tandis que je serre fort ses mains. « Il… Il… » Je sursaute lorsque je sens la main de Josh me caresser la joue. Ce genre de contact m’a vraiment manqué, et je n’ai plus la force de retenir mes larmes. « T’a-t-il fait du mal ? » Je me glace, instantanément. C’est le début des explications. « Non, pas comme tu le pense... » Je commence à répondre, doucement. J’essaye de poser ma voix, de me calmer, pour donner la version de mon histoire la plus détaillée possible. « Mais il voulait faire du mal à mon père. Il voulait le dénoncer à la police, le faire enfermer. » Et Ilya aurait été loin de moi. Avec Nik, on se serait encore une fois retrouvés seuls, démunis. Encore.  « Je devais le faire, tu comprends ? Ils m’ont tous donné… » Je sais que ce n’est pas une excuse, mais je voulais que Josh comprenne ma situation, à cet instant. C’était une sorte de point de non-retour, dans ma vie.

Je prends une grande inspiration. Je sais que c’est le moment, celui d’un long, très long monologue. Je regarde Josh, un peu attristée : en racontant mon histoire d’une traite, je ne vais sans doute lui laisser aucun répits. Mais il ne me laisse pas vraiment le choix. « Mes parents… c’étaient des Mangemorts. » Les larmes, qui s’étaient taris, recommencent à inonder mes yeux. C’est trop dur, de devoir tout révéler à la personne que j’aime. « Ils sont… morts. A Azkaban. Mon père… il y a environ dix ans. Ma mère, c’était il y a deux ans. Je crois. » Je caresse doucement le dos de la main de Josh, pour me calmer. Je veux oublier mes vrais parents, je ne veux pas me souvenir de ma mère.  « Ma mère était la dernière enfant des Romanov. Elle a fugué alors qu’elle était enceinte de mon frère. Si j’ai bien compris… » J’avoue ne pas avoir cherché à en savoir plus. Moins on me parle d’eux, mieux je me portes. Déjà qu’ils hantent mes cauchemars, je ne voudrais pas non plus devoir leur faire face quand je suis éveillée. « Dima. C’est Dmitry. » J’avale avec difficulté ma salive. Je sais  à quel point lui et Josh ne s’entendent pas, et j’ai peur qu’il prenne mal ce que je vais dire. « Dmitry m’a retrouvé, et à retrouvé Nik. Et ma sœur, aussi. Il voulait connaître sa famille en Angleterre, savoir où était ma mère… C’est grâce à lui que je suis partie au Japon. Que j’ai connu Daichi. Et puis, on a était adopté avec Nik par un de mes oncles. Je crois que la famille voulait réparer le mal que mes parents nous avaient fait. » J’essuie une larme, maussade. Le mal que nos parents avaient fait à Nik… je crois que je ne pourrai jamais pardonner cela. « Ma sœur n’a pas voulu être adopté. Je… je ne sais même pas où elle est. » Encore une fois, je regarde le jeune homme dans les yeux. Il doit très certainement me prendre pour une folle. « Voilà, c’est ça mon histoire, en gros. Tu comprends pourquoi je n’arrives pas vraiment à en parler, non ? »
:copyright: 2981 12289 0

_________________


'Cause we belong together now, forever united here somehow

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au temps
Lundi 3 janvier 2022

Elle pensait qu’il ne voulait plus la voir. Bon, c’était vrai qu’il était parti précipitamment et qu’il n’avait donné aucune nouvelle par hibou depuis. Mais c’était pour se laisser du temps. Dans les cas comme celui-ci où il devenait un véritable petit con, il valait mieux pour les autres de rester à l’écart. Si Josh savait se servir de ses poings avant tout, il savait aussi injecter son venin. Pas mal pour un Serpentard, n’est-ce pas ?! Irina poursuivit qu’elle n’avait pas voulu assister à une énième réception avec sa famille et qu’elle ne voulait pas fêter son anniversaire. Josh ferma les yeux. Anniversaire … Bordel, merde. Il ne pensait jamais à ce genre de conneries. Mais visiblement, Irina ne semblait pas y attacher une grande importance non plus …

Josh choisit de dévier sur un autre sujet : sa famille et … Daïchi. « Horiuchi-san... » Josh fronça les sourcils en entendant ses mots tout droits sortis d’un animé japonais. Il avait du mal à reconnaître Irina, elle qui ne parlait que très peu de Mahoutokoro. Aussi, il continua dans sa lancée. « J’espère que Daichi ne t’as pas… enfin, non, laisse tomber. » commença-t-elle. « T’espères que quoi ? Il ne m’a pas cassé la gueule ? Oh si ! Et après il m’a invité à me soûler dans un bar avec lui. Sympa ton ex … » remarqua-t-il, amère.  

« Je… je n’ai jamais voulu te mentir ! Mais comment voulais-tu que je te dise ça ? » Josh se mit à rire jaune. « J’en sais rien, t’aurais pu commencer par dire "Josh, avant que tu ne t’attaches trop à moi, il y a certaines choses que tu dois savoir sur moi". » répliqua-t-il. « Je n’ai jamais voulu me moquer de toi, je ne savais même pas que tu avais un vrai problème avec les sentiments… ! » Josh voulut se donner une gifle. Elle le savait pourtant, ou alors elle n’en avait rien à foutre de lui. Il n’était pas le garçon le plus tactile du monde, ne donnait aucun surnom débile et n’avait encore moins parlé de ses sentiments à voix haute.

« Tu es la première personne que j’aime, Josh, et ce n’est pas facile pour moi non plus. Je n’ai jamais été avec quelqu’un avant. Je… J’ai juste peur qu’on me laisse seule, parce que je suis comme je suis. » Les pensées de Josh se radoucirent. Oui, il oubliait parfois qu’Irina ne savait pas bien y faire elle non plus. Elle n’avait jamais bien fréquenté beaucoup de personnes, encore moins un garçon. Ce fut pour cela que sa voix se fit plus douce quand il lui demanda de lui expliquer sincèrement qui était sa famille. Il ne voulait plus de ses demi-mensonges, il voulait la vérité.

Il essaya de ne pas tiquer en voyant les larmes rouler sur les joues de la jeune femme. Il n’aimait pas ça. Les larmes, les pleurs, ça l’avait toujours mis mal à l’aise. Il ne savait jamais bien quoi faire à ce moment-là. « Non, pas comme tu le penses ... » répondit-elle en prenant une grande inspiration. « Mais il voulait faire du mal à mon père. Il voulait le dénoncer à la police, le faire enfermer. » Josh fronça les sourcils mais se laissa tomber à nouveau sur le canapé, sentant que le reste s’annonçait mauvais. Il hésitait à poser des questions, se disant que tant qu’elle était lancée, il ne voulait pas l’interrompre. « Je devais le faire, tu comprends ? Ils m’ont tout donné… » Josh hocha lentement la tête, même si non, il ne comprenait pas bien encore.

« Mes parents… c’étaient des Mangemorts. » Des Mangemorts. Cela lui glaça le sang rien qu’à ce nom. Ses parents et grands-parents avaient grandi avec l’idée que ce nom était terrifiant. Une horrible période, vraiment. « Ils sont… morts. A Azkaban. Mon père… il y a environ dix ans. Ma mère, c’était il y a deux ans. Je crois. » Josh laissait les doigts de la jeune femme caresser le dos de sa mère pendant qu’il écoutait son histoire. Donc, ils étaient tous les deux morts. Sa mère, il n’y avait guère longtemps visiblement mais s’ils étaient des Mangemorts, peut-être avait-elle eu de très mauvais rapports avec eux ? Josh savait qu’elle avait été dans un orphelinat et que son frère avait ensuite pris sa petite sœur à sa charge. Comment avait-elle vécu tout ça ? Toutes ces révélations ?

« Ma mère était la dernière enfant des Romanov. Elle a fugué alors qu’elle était enceinte de mon frère. Si j’ai bien compris… Dima – c’est Dmitry – Dmitry m’a retrouvé, et a retrouvé Nik. Et ma sœur, aussi. Il voulait connaître sa famille en Angleterre, savoir où était ma mère… C’est grâce à lui que je suis partie au Japon. Que j’ai connu Daichi. Et puis, on a été adopté avec Nik par un de mes oncles. Je crois que la famille voulait réparer le mal que mes parents nous avaient fait. » Les pièces du puzzle se mettaient lentement en place dans son esprit. Voilà pourquoi elle estimait autant Dmitry. C’était grâce à lui qu’elle avait retrouvé sa famille maternelle, ce dont elle ne soupçonnait pas avant. C’était grâce à lui qu’elle avait une vie aussi confortable désormais. C’était grâce à lui qu’elle avait trouvé une famille voulant bien d’elle.

« Ma sœur n’a pas voulu être adopté. Je… je ne sais même pas où elle est. » Josh ne connaissait pas trop sa sœur. Il fallait dire qu’elle en parlait très rarement et selon les dires de Nikolaï, c’était une véritable harpie. « Voilà, c’est ça mon histoire, en gros. Tu comprends pourquoi je n’arrive pas vraiment à en parler, non ? » Les lèvres de Josh s’animèrent à nouveau alors qu’il hochait lentement la tête. « Je comprends … que tu aies un passé chargé, que tu ne voulais pas en parler. Tu as vécu tellement de choses, et toute seule. » dit-il, un peu impressionné avant de replacer une mèche de cheveux de la jeune fille derrière son oreille. « Mais j’étais loin de soupçonner tout ça. Pourquoi … pourquoi tu ne m’en as pas parlé plus tôt ? Ca nous aurait évité un tas d’ennuis, tu ne crois pas ? » se moqua-t-il avec un petit sourire.

« Je comprends que ce n’était pas évident mais … Irina, tu dois avoir confiance en moi et arrêter de croire que je vais m’enfuir à la première difficulté en vue. » assura-t-il d’un ton très sérieux en exerçant une petite pression sur la main de la Serpentard. « Il y a quand même quelque chose qui me chiffonne encore. Quand as-tu su que … Ilya … était un mafieux ? » demanda-t-il, pas très sur du mot. « J’veux dire, en avais-tu conscience quand tu lui as dit que tu étais d’accord pour qu’il t’adopte ? Tu as une belle vie avec lui, tu le mérites, mais j’ai peur que ses affaires te changent en une personne … que tu ne voudrais pas être. » dit-il doucement. « Ce n’est pas rien, ce que tu as fait la dernière fois à cet homme. Es-tu sûre de vouloir vivre comme ça ? Et Nikolaï ? Il en pense quoi ? » Nik était vraiment prêt à laisser sa petite sœur tirer sur des inconnus pour défendre son père adoptif.

« Quel genre … de mafieux est-il ? Est-ce qu’il vend des armes ? Des Potions de Magie Noire ? Est-ce que … c’est dangereux ? Es-tu en danger ? » Forcément si elle se mêlait déjà de ses affaires. Il n’aimait pas beaucoup cette idée. Pourquoi ? Parce qu’il était incapable de la protéger dans ces cas-là. A part s’il décidait de la suivre là-dedans. « Est-ce que c’était pour ça que Dmitry disait que je n’étais pas taillé pour être avec toi ? Ou il y a encore autre chose ? Genre à Mahoutokoro. Il y avait des mafieux aussi là-bas ? »
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au tempsLundi 3 janvier 2022

« T’espères que quoi ? Il ne m’a pas cassé la gueule ? Oh si ! Et après il m’a invité à me soûler dans un bar avec lui. Sympa ton ex … » Je m’arrête deux minutes, pour me laisser le temps de diriger l’information. Je ne sais pas à quoi je m’attendais de la part de Daichi. Il est comme ça au Japon, et ce n’est pas le genre à changer d’attitude d’un pays à l’autre. Pas comme moi… Mais qu’ils se soient battus tout les deux… J’aurai voulu qu’ils se rencontrent dans de meilleurs conditions. « Il fait toujours ça... » Lâchais-je en soupirant. Un jour, j’expliquerai à Daichi que ça ne marche pas comme ça ici, mais je ne suis pas sûre qu’il change quelque chose à son attitude. « Il… Il t’a fait mal ? » J’aimerai le toucher, pour lui montrer que je m’inquiète sincèrement – je connais Daichi et son sale caractère, j’en ai quelque fois fait les frais. Mais je ne sais pas s’il acceptera un tel geste de ma part. Et si il me repoussait… ? Je retourne sa phrase plusieurs fois dans ma tête, avant de comprendre ce qui cloche dans ses mots. « Josh… Daichi, je… On n’a jamais été ensemble ! Il m’a juste entraîné. » Je ne sais pas où il est allé chercher cette idée. C’est absurde, Daichi a une petite-amie. Et il veut même se fiancer avec elle… Et puis, je ne l’ai jamais considéré comme autre chose qu’un ami. Pourquoi Josh était si soudainement jaloux ? Ce n’est pas comme si la plupart de mes amis étaient des garçons…

Parler de mes parents biologiques était aussi difficile que je l’avais imaginé. Pourtant, les mots coulent presque tout seuls de ma bouche, comme si j’avais attendu ce moment depuis longtemps. Peut-être que je voulais me débarrasser de ce fardeau, mais que je n’en avais pas conscience ? Je scrute le regard de Josh, avec un mélange de peur et d’appréhension. Est-ce qu’il va se détourner de moi à cause de mes parents, de ce qu’ils ont fait ? Est-ce qu’il pensera que je suis aussi mauvaise qu’eux, maintenant qu’il sait ? Je serre plus fort la main de Josh, au fur et à mesure que j’avance dans mon histoire. J’essaye de ne pas trop repenser aux paroles de ma mère, quand je parle d’elle. J’essaye d’éloigner son souvenir le plus loin possible.

« Je comprends … que tu aies un passé chargé, que tu ne voulais pas en parler. Tu as vécu tellement de choses, et toute seule. » Je ferme les yeux en sentant sa main proche de mon visage, pour apprécier l’instant. Mon cœur s’emballe, entre cette proximité et mes révélations, j’ai l’impression d’être sur le point d’exploser à cause de tout ses sentiments contradictoires. Je ris avec lui, doucement, en essuyant les dernières larmes qui perlaient à mes yeux. « J’avais peur que tu me quittes… c’est débile, hein ? » Je détourne le regard, pour éviter de croiser le sien. Je lui confirais ma vie, mais je n’arrive toujours pas à lui donner ma confiance. J’ai toujours compté sur moi-même, ou Nikolaï. Josh… Pour Josh, c’est sûrement encore un peu trop tôt, peut-être ?  « Je comprends que ce n’était pas évident mais … Irina, tu dois avoir confiance en moi et arrêter de croire que je vais m’enfuir à la première difficulté en vue. » Je baisse les yeux, de honte. Je sais que Josh est sincère, et c’est ce qui me fait le plus mal. Je n’arrive juste pas à croire qu’il ne partira pas, même si je le veux de tout mon cœur. « Je… Ma mère, biologique. Quand je l’ai vu, elle m’a dit que je n’apportai que du malheur pour les autres. Une vielle folle lui a prophétisé que je détruirai la famille quand je naîtrai, et c’est ce que j’ai fait. Alors depuis que je le sais, j’ai peur quand je deviens proche avec quelqu’un, tu vois ? J'ai peur de tout gâcher. » C’est stupide, je le sais. Je grimace en repensant à ce que m’avait dit Nik, à ce propos. Mais ça ne m’empêche pas d’accorder de la foi à cette prophétie, tout au fond de moi. Je me colle un peu plus à Josh, en frissonnant malgré le feu qui ronfle dans la cheminée. Je n’aime pas repenser à tout cela, à cette discutions que j’ai eu avec ma mère dans sa cellule d’Azkaban.

Je fronces les sourcils en écoutant les questions de Josh. Je comprends qu’il en ait beaucoup, mes révélations sont loin d’être banales, mais je ne sais pas trop comment répondre. « Je crois… je crois que je l’ai toujours sût, pour Ilya. Je ne sais plus… » Pour être franche, je ne crois pas que j’avais vraiment réfléchi quand j’ai accepté, quand on a accepté avec Nik. J’avais juste consciente qu’on était très mal au niveau financier et… que je voulais avoir une famille, une vraie. C’était sans doute égoïste de ma part. « Je comprends tes peurs mais… Je crois qu’il y a toujours un goût pour le risque, des situations limites en moi. » Je soupire, en essayant de me détendre à côté de Josh. Sa présence m’apaise, elle rend tout plus simple, mais je me sens encore un peu stressée à l’idée de tout lui dire. « Depuis que je suis petite, je montais sur les toits de l’orphelinat en passant par la fenêtre de ma chambre, à Londres. Et puis ici aussi, je grimpai sur les toits, en passant par la volière. Je ne me suis jamais rendu compte que je mettais ma vie en danger… Tu comprends ce que je veux dire ? Peut-être qu’il y a toujours eu une part de mauvais en moi, quelque chose qui vient de mes parents ? » Je ne sais pas, normalement je ne crois pas qu’on agit comme ses parents parce que la génétique ne nous donne pas le choix. Mais depuis que j’ai rencontré les Romanov, c’est différent… Je me dis que peut-être, il y a vraiment une sorte de folie dans cette famille, qui se réveille chez chacun des membres. « Nik… Il essaye de me protéger, comme toujours. Je ne sais pas trop ce qu’il en pense. Il ne me parle pas vraiment de lui... » J’essaye de ne pas trop faire ressortir le regret que j’entends dans ma voix. Je voudrai juste être présente pour mon frère…

« Quel genre … de mafieux est-il ? Est-ce qu’il vend des armes ? Des Potions de Magie Noire ? Est-ce que … c’est dangereux ? Es-tu en danger ? » Les mots se bloquent dans ma gorge, je ne sais pas quoi répondre. Je n’ai jamais réfléchi à tout ça. J’aide Ilya comme si c’était un jeu… Je ne me suis vraiment rendue compte de la gravité de mes actes avec Josh, c’est lui qui m’a ouvert les yeux, si je peux le formuler comme ça. « Je… je sais pas. Je pense… » Je frissonne, encore, en me rendant compte de l’imprudence dont je fais preuve quand je suis avec ma famille. Rétrospectivement, je trouve que je me suis mise dans une situation terrifiante. Et j’y suis allée avec le sourire, en suivant mon père. Et sans me demander si c’était ce que je voulais vraiment, si j’étais taillée pour ça. « Je… je ne me rends pas compte, Josh. Et ça me fait peur. » Je me réfugie dans ses bras, sans réfléchir, instinctivement. Je prend sa main dans la mienne, la caressant pour me calmer, encore une fois. « Il fait un peu de tout… Il dit qu’il est conseiller en crime, surtout. » Cette appellation m’avait toujours fait rire. Maintenant, j’avais juste peur. Et si je devenais une mauvaise personne, comme mes parents, en aidant Ilya ? Si je devenais comme ma sœur ?

« Est-ce que c’était pour ça que Dmitry disait que je n’étais pas taillé pour être avec toi ? Ou il y a encore autre chose ? Genre à Mahoutokoro. Il y avait des mafieux aussi là-bas ? » La voix de Josh me ramène à la réalité. « Dima… Il a toujours eu peur pour moi. Qu’on ne m’accepte pas, je crois. Qu’on se moque de moi. » Je soupire, en essayant de rassembler mes pensées. Mon cousin a une personnalité si complexe que c’est dur de décrire ce qu’il pense en quelques mots. « Je crois qu’il avait surtout peur que tu me blesses. Il est assez étrange, parfois. Il ne fait confiance qu’à la famille. » Je fermes les yeux, pour mieux me caler contre Josh. Il n’a pas l’air de me repousser, et le sentir près de moi m’avait trop manqué pour que j’arrête maintenant. « Mahoutokoro… Oui, il y avait des mafieux. Enfin, des enfants de mafieux, même si ça revient un peu au même. Ou des enfants de politiciens véreux. » Je rajoute en ayant une pensée attendrie pour Minami et son père qui était le roi des pots-de-vin. « Ce n’était pas si mal, même si je me battais. Je m’amusais bien avec eux… Tu sais qu’on m’appelait princesse là-bas ? » Je rajoute avec un petit sourire. J’aimerai lui faire comprendre à quel point ces six mois ont été bénéfiques pour moi. J’aimerai qu’il voit, qu’il ressente ce que j’ai ressenti là-bas. Être accepté par le plus grand nombre, être aimé… Avoir des amis très proche. « Josh… tu as encore des questions ? » Je me décale, pour le regarder en face. Il faudra bien qu’on aborde le sujet sensible, à un moment ou à un autre. Et je ne sais toujours pas ce que je lui dirai, ce que je veux.
:copyright: 2981 12289 0

_________________


'Cause we belong together now, forever united here somehow

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au temps
Lundi 3 janvier 2022

« J’avais peur que tu me quittes… c’est débile, hein ? »
« C’est débile dans le sens où je t’ai quitté parce que tu ne m’as rien dit … » dit-il sombrement.

Elle détourna le regard mais Josh était déterminé à réessayer. Elle devait lui faire confiance. Parce que maintenant qu’il savait tout, qu’il savait toute la vérité, il comprenait davantage Irina et certains choix qu’elle avait fait. Ce qu’il ne comprenait pas en revanche, c’est qu’elle essaie encore de le protéger. Mais que devrait-il dire de son côté ? Il faisait bien pareil, après tout … !

« Je… Ma mère, biologique. Quand je l’ai vu, elle m’a dit que je n’apportai que du malheur pour les autres. »

Josh ouvrit la bouche, mais la referma d’un coup sec. Sa mère ? Comment une mère pouvait dire ça à son enfant ?!

« Une vielle folle lui a prophétisé que je détruirai la famille quand je naîtrai, et c’est ce que j’ai fait. Alors depuis que je le sais, j’ai peur quand je deviens proche avec quelqu’un, tu vois ? J'ai peur de tout gâcher. »

La jeune femme se cala contre lui, appréciant la chaleur qu’il offrait. Quant à Josh, il aimait l’idée qu’elle vienne se blottir contre lui. Ils s’étaient expliqués et les choses semblaient s’arrangées d’elles-mêmes.

« Elle a dit que tu détruirais ta famille ? » répéta-t-il lentement. « Mais Irina, c’était peut-être une bonne chose, non ? Désolée pour les préjugés, mais tes parents étaient des Mangemorts. Ils ont mérité d’aller à Azkaban. En revanche, le gouvernement a mal fait les choses en séparant votre fratrie. Tu as peut-être détruit cette famille, mais je pense que c’était un mal pour un bien. Alors ne te condamnes pas de ne pas avoir été élevée par tes parents, car tu ne serais certainement pas la fille forte, tolérante et courageuse que je connais. Si ça se trouve, on ne se serait même jamais rencontré. »

Il n’osait imaginer ça. Irina faisait parti de sa vie depuis très longtemps maintenant. Ils ne s’appréciaient pas forcément au départ, mais ils se connaissaient au moins. Et maintenant ils étaient réunis.

« Je crois… je crois que je l’ai toujours su pour Ilya. Je ne sais plus… Je comprends tes peurs mais… Je crois qu’il y a toujours un goût pour le risque, des situations limites en moi. »
« Comment ça ? » demanda-t-il.
« Depuis que je suis petite, je montais sur les toits de l’orphelinat en passant par la fenêtre de ma chambre, à Londres. Et puis ici aussi, je grimpai sur les toits, en passant par la volière. »

Josh ouvrit de grands yeux étonnés. Il ne savait pas ça mais cela le fit sourire, car, comme lui, Irina avait son jardin secret, quelque part dans ses murs. Et comme lui, elle n’avait jamais eu peur du vide.

« Je ne me suis jamais rendu compte que je mettais ma vie en danger… » reprit-elle. « Tu comprends ce que je veux dire ? Peut-être qu’il y a toujours eu une part de mauvais en moi, quelque chose qui vient de mes parents ? »

Josh se recula pour observer le visage de la jeune femme toujours blottie contre lui.

« Irina. Je ne pense pas une seconde qu’il y ait une part de mauvais en toi. » déclara-t-il, très sûr de lui. « J’suis pas un intello, j’connais pas grand-chose. Mais je n’ai aucun doute sur le fait que tu aies quelqu’un de bien. La preuve, tu m’as littéralement sauvé la vie. »

Il sourit, se souvenant d’avoir vu son visage en sortant du coma.

« Nik… Il essaye de me protéger, comme toujours. Je ne sais pas trop ce qu’il en pense. Il ne me parle pas vraiment de lui... »
« Nik n’est pas un gars très bavard … Il cherche juste à te protéger je pense, même si je commence à comprendre que les secrets ne sont pas bien bons … » soupira-t-il.

Peut-être qu’il devrait lui parler un jour un peu plus de son enfance, de son père, de sa mère ? Il fallait dire que ça avait toujours été un truc entre Jillian et lui. Personne d’autre. Mais Josh devait se rendre à l’évidence : avec Jillian, c’était terminé. Pour de bon cette fois-ci. Et il devait assurer avec son couple avec Irina désormais. C’était elle qui comptait. Seulement elle.

Josh posa quelques questions supplémentaires sur l’activité illégale d’Ilya.

« Je… je sais pas. Je pense… Je… je ne me rends pas compte, Josh. Et ça me fait peur. »

A nouveau, Irina vint se blottir contre lui. Elle semblait terrifiée par tout ce que soulevaient les questions de Josh. Sa main vint s’emparer de la sienne et Josh passa son bras autour des épaules de la jeune femme pour la laisser se rapprocher un peu plus.

« Je suis là, maintenant. » murmura-t-il doucement.
« Il fait un peu de tout… Il dit qu’il est conseiller en crime, surtout. »
« Conseiller en crime ? C’est vrai que ça fait un peu froid dans le dos. »

Josh avait rencontré Ilya et l’homme semblait très gentil et très ouvert. Mais c’était souvent ainsi qu’agissaient les grands patrons, comme si de rien n’était. Il voulait penser à autre chose et il orienta la conversation sur Dmitry.

« Dima… Il a toujours eu peur pour moi. Qu’on ne m’accepte pas, je crois. Qu’on se moque de moi. Je crois qu’il avait surtout peur que tu me blesses. Il est assez étrange, parfois. Il ne fait confiance qu’à la famille. »
« J’avais remarqué … Mais donc pour lui, tant qu’on ne porte pas le nom Romanov, il a pas confiance ? » demanda-t-il.

Il posa quelques questions supplémentaires sur Mahoutokoro, cette école dont il ne savait presque rien au final.

« Mahoutokoro… Oui, il y avait des mafieux. »

Josh tiqua.

« Enfin, des enfants de mafieux, même si ça revient un peu au même. Ou des enfants de politiciens véreux. »
« Mouais … » dit-il, affichant clairement sa désapprobation.

Irina avait trop longtemps traîné dans ce monde et ça lui plaisait moyennement.

« Ce n’était pas si mal, même si je me battais. Je m’amusais bien avec eux… Tu sais qu’on m’appelait princesse là-bas ? »

Josh croisa son regard et vit un sourire sincère. Pour elle, Mahoutokoro était une bonne période. Le Serpentard avait du mal à comprendre mais beaucoup de choses le dépassait.

« Josh… tu as encore des questions ? »

Josh pinça les lèvres. Oui, il en avait au moins encore une. Et les autres pourraient entendre. Il se tourna un peu plus vers elle dans le canapé, retirant son bras de ses épaules pour attraper plutôt son autre main.

« Oui. J’en ai une. »

Il sourit et pencha la tête, comme un chiot abandonné.

« Je t’ai quitté, mais je n’ai fait que penser à toi durant ses vacances. Tu m’as … beaucoup manqué et je … »

Mais Irina le coupa soudainement, mettant un doigt sur ses lèvres avant de secouer la tête. Quoi ? Et c’est là qu’elle lui dit ses mots qu’il détestait tant : du temps, il fallait du temps. Il baissa la tête, déçu.

« Du temps … combien ? » demanda-t-il.

Irina eut un sourire timide mais ne répondit pas. Josh hocha la tête et tordit la bouche.

« Ok … »

Il se releva, penaud, presque abattu … avant de s’agiter soudain devant Irina.

« Ok très bien, mais hors de question de te glisser dans mon dortoir pour faire des folies de mon corps quand je te manquerai trop. »

Puis il tira la langue avec un clin d’œil. D’accord, Irina avait besoin de temps mais ce n’était pas un non. Il y avait encore une chance pour que Josh se remette avec elle, non ? Il allait devoir appliquer le plan drague désormais !

○○○

Vendredi 7 janvier 2022 – 14h32

« Hello belle demoiselle ! »

Irina se retourna, surprise, avant de pousser un soupir. Elle se dirigeait dans son cours de Botaniques que Josh n’avait pas gardé après ses BUSES. Elle était accompagnée par quelques amis de leur année et tenait ses livres serrés contre elle. Quant à Josh, il flottait à côté d’elle, couché nonchalamment sur son balai.

« Oh quoi ? Tu m’ignores ? » soupira-t-il bien qu’il voyait clairement le sourire en coin de la jeune femme. « Irina Romanova, vous ne pourrez pas me résister longtemps encore ! »

○○○

Lundi 10 janvier 2022 – 18h14

« Bonsoir. »

Irina releva la tête de son devoir de Potions et plissa les yeux : Josh Bennett ? Dans une bibliothèque ? Etonnant, n’est-ce pas ! Elle lui demanda s’il n’était pas censé être à son entraînement de Quidditch.

« Oh, c’est dans 15 minutes ! J’ai donc encore le temps de venir perturber ta concentration. »

Il se pencha vers elle et papillonna des yeux, un sourire en coin. Mais voyant qu’elle restait les yeux rivés sur son manuel, il commença à s’étirer puis à retirer son pull, ne portant qu’une chemise blanche qui montrait davantage ses muscles.

« T’as reçu mon mot au faites ? » dit-il, les yeux remplis de malice. « Ça n’a pas été évident, cette vieille chouette de Conlon a des yeux dans le dos. »

Il avait envoyé un avion de papier sur lequel était écrit qu’il la trouvait belle. Voyant qu’Irina ne réagissait toujours pas – elle allait le rendre dingue – il finit par se lever et commença à examiner les rayons. Pff, il n’y avait que des livres nuls.

« Ils sont où les livres sur le Quidditch ? » demanda-t-il. « Ah ! voilà la bio de Krum ! »

Il rapporta le livre sur la table, faisant trembler les affaires qu’il y avait dessus et expliqua à Irina à quel point ce joueur le fascinait. Quand soudain …

« Mr. Bennett ! Par Merlin, que faites-vous là ? »

Josh se retourna pour voir la bibliothécaire devenir livide. Il la salua d’un grand sourire.

« Mrs. Parrish, c’est toujours un plaisir de vous voir, je … »
« Mr. Bennett ! » reprit-elle de sa voix suraigu, outrée de le voir ici. « Vous n’avez pas l’impression de déranger vos camarades ? »
« Euh … »

Josh regarda dans les autres rayons où on ne trouvait que deux autres élèves, tous les deux absorbés par leur travail et ignorant totalement Josh et Mrs. Parrish.

« Euh non. »
« Mr. Bennett ! Je croyais vous avoir déjà interdit de revenir ici. Vous parlez trop fort et votre désintérêt pour la lecture perturbe les personnes de cette pièce. »

Josh se retint de rire mais fit alors une courbette.

« Veuillez m’excuser, Mrs. Parrish, j’étais simplement … »
« Mr. Bennett ! je ne veux rien savoir. Sortez, sortez immédiatement. »
« Mais bien sûr, Mrs. Parrish. »

Josh attrapa son pull et lança un clin d’œil à Irina.

« A plus tard, beauté ! »
« Mr. Bennett, dépêchez-vous ! »

○○○

Lundi 17 janvier 2022 – 12h12

Irina n’était pas venue en cours de tout le matin ce qui ne lui ressemblait pas du tout. Après sa 3ème heure de cours, Josh avait décidé de sécher la DCFM pour aller fouiller le dortoir des Serpentards puis le château. C’est un moment plus tard qu’il se souvint de l’aveu que la jeune femme lui avait fait : elle aimait se réfugier sur le toit de la volière. Si quelque chose n’allait pas, elle était surement là-haut. Alors, après un saut dans les cuisines où Josh récupéra un panier chaud rempli du repas de midi, il attrapa son balai et s’envola jusqu’au toit de la volière.

Irina était là. Les genoux repliés. Elle tenait une lettre dans sa main, crispée. Quand elle le vit arriver, elle fut d’abord surprise puis baissa la tête à nouveau. Josh se posa légèrement au-dessus d’elle, et cala son balai avant de descendre s’assoir aux côtés de la jeune femme.

« Irina ? »

Il la regarda mais elle tourna machinalement la tête de l’autre côté pour qu’il ne la voit pas.

« Je t’ai apporté à manger. Par contre, désolée pour les cours, j’ai rien pris. Mais je crois que Juliette s’en est occupée. »

Il tenta un sourire et posa le panier entre eux deux.

« Irina … » dit-il d’un ton plus doux. « Qu’est-ce qu’il se passe ? Ça te ressemble pas de sécher les cours comme ça. »

Il posa une main dans son dos.

« Je t’ai dit que tu pouvais me faire confiance. » ajouta-t-il.
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au tempsLundi 3 janvier 2022

Je me mords la lèvre en hochant la tête. Josh avait raison, c’était débile. Une prophétie auto-réalisatrice, presque. J’ai vraiment été stupide de ne pas lui dire en premier mais… C’était trop dur. Trop nouveau pour moi. Comme si, parfois, je n’arrivai pas à comprendre que c’était réel. Mon père n’est qu’une image, que je n’ai fait qu’entrapercevoir. Le visage de ma mère commence déjà à s’effacer de mes souvenirs. Dans ces conditions, c’est dur de me dire qu’ils m’ont donnés naissance. Qu’ils ont existé. Et qu’ils ont fait toutes ses choses, terribles. La réaction de Josh est logique, je comprends ce qu’il voulait dire. « Je sais qu’ils ont été condamnés pour meurtre, les deux. Je sais qui s’était, une de leurs victimes ... » Ma voix n’est plus qu’un murmure, alors que je caresse la main de Josh, doucement. Je ne sais pas pourquoi j’ai commencé par lui dire ça. Il voulait la vérité, oui, mais est-ce qu’il voulait les détails ? Je ne sais pas. Mais j’ai l’impression que j’ai besoin de le dire à quelqu’un, à quelqu’un d’extérieur de ma famille. « Mes parents… ils ont tués mon grand-père. » Parce que c’était un Moldu, ou un Né-Moldu. Je n’ai jamais vraiment bien sût mais, est-ce que ça a une importance ? Ils ont tués un être humain. Warren Liddell a tué son père. Est-ce qu’il peut y avoir quelque chose de plus horrible que ça ?

« Le gouvernement ? » Je tiques un peu, en relevant ce mot. Pourquoi est-ce qu’il parlait de gouvernement ? « Ce n’est pas le gouvernement qui nous a séparés. Mes parents m’ont abandonnés, juste avant d’envoyer ma sœur et mon frère en Russie. Juste avant qu’ils se fassent arrêtés. » Parfois, je me demande, si Anastasia et Nikolaï n’avaient pas été envoyés en Russie… On aurait sans doute été élevé ensembles, non ? Nik aurait été assez grand pour dire que j’existais. Mais ça ne s’est pas passé ainsi, et on ne peut pas réécrire les évènements. Après tout, comme dit Josh, on se serait peut-être jamais rencontrés, si mon histoire s’était déroulés autrement. Et, égoïstement, je ne veux pas d’une vie sans Josh. J’essaye de ne pas lui montrer combien ses compliments me font plaisir, mais je sais que je n’y arrive pas. Mes joues sont brûlantes. J’essaye de penser à autre chose, de me concentrer sur ses questions, mais c’est difficile. Pourquoi est-ce qu’être avec Josh provoque de telles sensations chez moi ?

Je souris un peu bêtement en entendant les paroles rassurantes de Josh. Même si je n’ai pas l’impression de lui avoir sauvé la vie, c’était juste une coïncidence, non… ? En tout cas, j’aime savoir qu’il me considère comme quelqu’un de bien. J’aimerai bien me considérer comme ça, moi aussi. J’essaye de parler un peu plus de moi, de ma vie, de ma nouvelle famille. Les mots commencent à sortir, avec de plus en plus de facilité. Mais j’évite toujours le regard de Josh, j’ai trop peur de voir de la déception dans ses yeux. Et on aborde le sujet de mon cousin, inévitablement. « J’avais remarqué … Mais donc pour lui, tant qu’on ne porte pas le nom Romanov, il a pas confiance ? » Je hausse les épaule, en réfléchissant. Je crois que c’est plus complexe que ça, même si Josh a assez bien résumé. « Il fait confiance aux enfants de mes tantes. À leurs maris. Enfin, je crois. Mais parfois, je me demande s’il ne fait pas confiance qu’à sa sœur jumelle. »

Je laisse Josh me prendre les mains. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que mon cœur va exploser. Une dernière question… Je prends sur moi pour ne pas effleurer son esprit, pour ne pas lire ses pensées de surface. Je n’ai pas envie, je n’en ai pas besoin. Je veux entendre ce qu’il a à me dire de sa bouche. Un sourire commence à se dessiner sur mes lèvres quand je remarque sa posture. Même quant il est en train de faire l’imbécile, je ne peux pas m’empêcher de le trouver craquant. « Je t’ai quitté, mais je n’ai fait que penser à toi durant ses vacances. Tu m’as … beaucoup manqué et je … » Je rougis en lui mettant un doigt sur ses lèvres, me détestant pour ce que je vais faire. Ce que je dois faire. « Josh, j’ai besoin d’un peu de temps. » Un peu, beaucoup, je ne sais pas. J’ai juste besoin de faire le point, sur moi, sur ma vie. Me prouver que je suis quelqu’un de bien, quelqu’un qui ne blessera jamais Josh. Je ne peux que tenter de sourire lorsqu’il me demande combien de temps. Je me déteste de lui faire subir ça. De nous faire subir ça.  Il a l’air si triste en se levant que j’ai envie de me réfugier dans ses bras.  

« Ok très bien, mais hors de question de te glisser dans mon dortoir pour faire des folies de mon corps quand je te manquerai trop. » Je rougis violemment. Que… pourquoi est-ce qu’il parle de ça, maintenant ? Je regarde Josh, sans comprendre. Maintenant qu’il en a parlé, je n’arrive plus à me sortir cette idée de la tête. Je soupire, en le voyant partir. Il est pas possible. Et je le hais autant que je l’aime.

Vendredi 7 janvier 2022 – 14h32

« Hello belle demoiselle ! » Je sursaute, surprise, avant de soupirer. Je ne comprends pas pourquoi Josh est comme ça, avec moi. Pourquoi il me suit en volant sur son balais, dans les couloirs. Au moins, il y a des choses qui ne changeront jamais, il n’a toujours pas peur du ridicule. Ça me plaît, chez lui. Ça compense ma peur de sauter dans l’inconnu, de me laisser aller.

En essayant de ne pas sourire, je me détourne de lui. Je sais que je lui ai demandé du temps, mais j’aurai été trop naïve de penser que Josh patienterait sagement. Mais je ne sais pas si je vais résister à la pression, s’il est toujours aussi insistant. Je n’aime pas qu’on me force, et en même temps j’ai envie de revenir, pour ne pas le blesser… Mais est-ce que je ne le blesserai pas en revenant trop vite ? Comment est-ce que je pourrai en être sûre ? Je sers mes livres, comme s’ils pouvaient me protéger, en disant à mes amis que je les rejoindrai plus tard. Ils doivent comprendre, parce qu’il ne s’attardent pas. Sauf Peter, évidemment. Mais il part en voyant mon regard noir.

« Irina Romanova, vous ne pourrez pas me résister longtemps encore ! » Je ne peux pas m’empêcher de sourire, timidement. Oui, je ne pourrai pas résister longtemps, je le sais. Mais pas aujourd’hui. Il faut vraiment que j’arrive à faire le point dans ma vie, dans ma tête. Et c’est pas une chose facile quand Josh est à côté de moi, en train d’essayer d’attirer mon attention. Je jettes un rapide coup d’œil dans les couloirs. Il y a pas mal de monde qui me fixe, et qui fixe Josh. Et je vois aussi que mes amis n’ont pas gagné notre salle de cours, mais qu’ils m’attendent au bout du couloir. Avec Peter en tête, qui a l’air de trouver toute cette situation à mourir de rire. « Fais attention, tu vas tomber si tu bouges trop. » J’arrive à peine à le regarder en murmurant ces mots. Je n’arrives pas à bouger, ou à dire autre chose. C’est ridicule, mais le regard des autres me paralyse, et plus je me sens rougir, plus je me sens mal.  

Lundi 10 janvier 2022 – 18h14

« Bonsoir. » Je lève les yeux de mon parchemin, sans arriver à y croire. Josh ? Qu’est-ce que Josh fait ici ? « Josh, tu n’as pas un entraînement ce soir ? » Je lisse mon devoir de potion, en évitant de croiser son regard. Ma question est purement rhétorique, je sais très bien qu’il y en a un. Je le sais, parce que je ne les rates jamais, même si je me caches pour y assister. C’est ridicule, je sais. Mais j’adore voir Josh voler et, et… je sais pas. J’ai juste besoin de le voir.

« Oh, c’est dans 15 minutes ! J’ai donc encore le temps de venir perturber ta concentration. » Si seulement il savait à quel point il me perturbe… J’ouvre mon livre de potions à une page au hasard, en feignant de lire attentivement. Josh est pas possible, qu’est-ce qu’il essaye de faire ? Je sais qu’il veut que je le regarde, que je lui parle mais j’étais en train de travailler. Et là, je n’arrive même plus à me concentrer suffisamment pour lire une simple ligne. Je le regarde du coin de l’œil quand il enlève son pull. Pourquoi il fait ça ? Je commence à sentir une forte chaleur colorer mes joues, et je remontes le livre au-dessus des yeux. Je n’ai pas envie que Josh voit que son plan marche à la perfection avec moi. Je crois qu’il me connaît trop bien.

Je ne prends même pas la peine de répondre à sa question. Bien sûr que j’ai eu son mot. J’aimerai lui dire que ça a embelli ma journée – ce qui est vrai – mais ça m’a aussi fait peur. Peur de ce que je ressens. Peur parce que je sens que je ne vais pas résister, même si je n’ai toujours pas ma réponse. Je ne sais toujours pas si je suis quelqu’un de bien, d’assez bien… Avec tout ce que j’ai fait, ici et au Japon, est-ce que j’ai le droit d’avoir une bonne opinion de moi-même ?

« Ils sont où les livres sur le Quidditch ? » Je souris. Josh n’a vraiment pas l’habitude de venir ici. « C’est la deuxième étagère à ta droite, Josh... » J’ai toujours mon manuel de Potion devant les yeux, mais j’ai abandonné l’idée de lire un peu depuis bien longtemps. C’est impossible de se concentrer quand Josh me tourne autour. « Ah ! voilà la bio de Krum ! » Je jette un coup d’oeil au livre, en pinçant mes lèvres. Josh faisait trembler toute la table… « Krum, Viktor Krum ? » Un petit sourire éclaire mon visage. « Il est gentil avec moi, mais il me voit encore comme un bébé parfois. » Je hausse les épaules, en me disant qu’après tout, c’était normal. Il me connaît depuis que j’ai quoi, treize ans ? « J’ai déjà passé des vacances chez lui. Avec Morgan, tu sais. Il m’invite souvent à passer un ou deux semaines dans sa maison, durant l’été. » Josh a l’air de complètement idolâtrer le père de mon meilleur ami pour sa carrière sportive. Il a un air totalement passionné quant il m’en parles, et je fonds complètement. Je ne devrai pas, mais Josh me fait cet effet-là. « Tu veux le rencontrer ? Je peux demander à Morgan, son père adore parler Quidditch de toute façon. » Je me rapproche de lui, tout au long de la conversation. Ce n’est pas conscient, pas vraiment… Mais je finis quand même par être assez proche pour lui caresser le bras, la paume de la main. « Oh. Désolée, je... » Je me redresse un peu, en retirant ma main. Je ne sais pas ce qui m’a pris.

« Mr. Bennett ! Par Merlin, que faites-vous là ? » Je sursaute en voyant la bibliothécaire foncer sur nous. Qu’est-ce qu’on a fait de mal ? On parlait, c’est tout… Je fronces les sourcils en écoutant Mrs Parrish. Josh est exclue de la bibliothèque ? Je souris, en même temps, c’est tout à fait lui. Même si c’est totalement injuste, qu’il doive partir. Il n’embête personne, à part moi. Et, pour être honnête, j’aime bien quant il m’embête comme ça… « A plus tard, beauté ! » Je rougis encore plus fort, même si qu’il m’appelle comme ça à voix haute me mets mal à l’aise. Je vais finir par m’y habituer, je suppose. J’attends cinq minutes, pour être sûre de ne pas tomber sur Josh dans les couloirs, avant de rassembler mes affaires et de sortir de la bibliothèque. Il y avait l’entraînement de Quidditch, après tout...

Lundi 17 janvier 2022 – 12h12

Non, ça ne pouvait pas être vrai. Et pourtant… Daichi ne mentais jamais, pas pour ça. Par pour quelque chose d’aussi grave. Je n’arrive pas à réaliser.  Ce n’est pas possible. Pas Minami, pas comme ça. C’est beaucoup trop cruel. Et Daichi. Daichi qui voulait lui faire sa demande. Comment est-ce qu’il supportait tout ça ? Comment Dmitry ou Svetlana faisaient ? Et les autres, qui sont restés au Japon ? Et… et moi, comment je vais faire sans elle ? Comment je vais faire sans Minami ? Je resserre mes mains autour de mes genoux. Le vent fait sécher mes larmes, et la vue du haut de la volière m’apaise, un peu. Je n’arrive pas à lâcher la lettre de Daichi que je tiens depuis ce matin. Je ne sais juste pas quoi faire. C’est la première fois que j’apprends la mort d’un de mes proches aussi frontalement.

Je dû ciller plusieurs fois pour être sûre de voir Josh en train de me regarder. Il était monté à la volière en balais juste pour me retrouver… ? Mais une fois la surprise et la joie de la voir passées, je me recroquevilla de nouveau. À quoi bon, de toute façon ? Je ne veux pas que Josh me voit comme ça. Je ne veux pas parler. Je ne sais même si j’ai encore la force de le faire. Je me sens vide, complètement. « Irina ? » Je tourne la tête vers Josh, avant de détourner le regard en baissant les yeux. Je ne sais pas quoi faire, et le sentir près de moi rend tout plus confus. Je ne sais vraiment pas quoi faire.

« Je t’ai apporté à manger. Par contre, désolée pour les cours, j’ai rien pris. Mais je crois que Juliette s’en est occupée. » J’essaye de le remercier, de lui dire que je n’ai pas faim mais que j’apprécie quand même l’attention… mais rien ne sort. Je sens juste des larmes rouler sur mes joues. Sa voix est douce, encourageant, mais je n’y arrive toujours pas. Est-ce qu’il voit que c’est trop dur ? Je pense, oui… Et je ne peux même pas lui faire lire la lettre, qui n’est pas en anglais. Prononcer les mots fatidiques… Je ne peux pas. Ça rendrait tout trop réel. Trop terrifiant. Je frisonne en sentant sa main dans mon dos. Je sais que Josh veut juste être gentil, rassurant, mais j’ai encore du mal avec tout ses petits gestes romantiques.

« Je t’ai dit que tu pouvais me faire confiance. » Ces mots… ces mots me rappellent quelque chose. Que si je peux lui faire confiance, c’est que je peux tout lui dire. Et pas seulement avec ma voix. Je prends son visage dans mes mains, doucement, pour le regarder dans les yeux. Je n’ai jamais fait ça, avant, pas consciemment. Et j’espère que ça marchera… « Ma… meilleure amie… est morte. » Je lâche un sanglot. Je l’ai dit à voix haute. Je n’ai pas réussis à utiliser mon don, pas dans l’état où je suis. « Je sais pas quoi faire, Josh, je ne comprends plus rien. » Pourquoi est-ce que ça arrive maintenant ? Pourquoi elle, entre nous tous ? C’est injuste. « S’il te plaît, Josh, prends-moi dans tes bras. » Je me sens mal. Faible. J’ai l’impression que je vais m’évanouir. Depuis que j’ai lût cette lettre, je n’ai rien pût avaler. Je sanglote dans ses bras, longtemps. Je n’arrive plus à me contenir. Je n’ai jamais été douée avec les émotions, surtout les miennes.

« J’ai besoin de toi, Josh. » Je le regarde, en touchant sa joue. Je ne sais pas pourquoi je fais ça, mais ça m’apaise. Josh m’apaise. « Je suis désolée de te demander d’être patient. » Les mots sortent tout seuls. La peine que je ressens pour la perte de Minami, ma culpabilité envers Josh et mon amour pour lui, tout se mélange. Je me redresse un peu, pour me rapprocher de son visage. Je n’arrive pas à détacher mes yeux de lui. Et mes lèvres rejoignent celles de Josh sans que j’en ai vraiment conscience. J’ai agit sous le coup de l’impulsion. Parce que son baiser me réconforte, parce que je sais qu’il est là pour moi. Parce que je l’aime.
:copyright: 2981 12289 0

_________________


'Cause we belong together now, forever united here somehow

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au temps
Lundi 3 janvier 2022

Ces mots eurent le mérite de faire réagir Irina qui se tourna finalement vers Josh. Ses deux mains, si douces, si petites, vinrent entourer le visage du Serpentard et leurs yeux se croisèrent. Allait-elle utiliser son don de Légilimencie pour lui dire ce qu’elle ressentait ? Ce qui lui pesait ? Josh avait toujours tenu à ce qu’elle n’ait pas honte de son don, tout comme elle ne l’avait jamais jugé quand il lui avait parlé de son don de Fourchelang.

« Ma… meilleure amie… est morte. »

Oh. Sa … meilleure amie ? Qui ça ? Qui était-elle ?

« Je sais pas quoi faire, Josh, je ne comprends plus rien. »

Josh comprenait, même s’il ne savait pas de qui parler Irina. Louis, Minho, James. Ils étaient des amis très proches, ses meilleurs amis même passait un temps. Il ne savait pas ce qu’il aurait fait si jamais l’un d’entre eux …

« S’il te plaît, Josh, prends-moi dans tes bras. »

Le Serpentard obéit sans discuter. Il repoussa le panier au-dessus d’eux et il serra la jeune femme contre lui, profitant de sentir la chaleur de son corps contre le sien. Mais son corps ne cessait d’être agité par de lourds sanglots.

« Je suis là. Ca va aller. » murmura-t-il.
« J’ai besoin de toi, Josh. »

Elle se recula pour observer à nouveau son visage et il s’approcha pour caresser son nez du bout du sien.

« Je ne vais nulle part. Je suis là pour toi, pour t’écouter. »
« Je suis désolée de te demander d’être patient. »
« N’y penses pas. Ne penses pas à ça maintenant. » lui dit-il.

Il ne pouvait s’empêcher de se demander ce qu’il s’était passé avec cette fille. Déjà, toute son identité était un mystère. Mais Josh se demandait dans quelles circonstances les deux jeunes femmes s’étaient rencontrées et ce qu’elles avaient partagé. Pourquoi était-elle morte ? Etait-elle malade ? Avait-elle été victime des catastrophes d’Amérique ? Avait-elle été victime de magie noire ? Etait-ce une Potion ou un sort qui avait mal tourné ? Quoi ?

Les nez de Josh et d’Irina se chatouillaient toujours légèrement, mais Irina en voulait plus. Elle se redressa légèrement avant de venir cueillir un baiser sur les lèvres de Josh. Ce dernier était légèrement surpris mais accueillit les lèvres d’Irina avec plaisir. Il la serra davantage contre lui et lui rendit son baiser. Il voulait lui faire comprendre à travers celui-ci qu’il était là pour elle, qu’il restait présent, qu’il voulait être avec elle et qu’elle lui avait manqué. Irina lui avait tellement manqué. La douceur de ses baisers, la beauté de chacun de ses gestes, ses grands yeux qui semblaient tout savoir, tout voir. Elle était belle, elle était douce. Est-ce que Josh méritait une telle perle ? Surement pas. Mais elle n’était pas toute blanche non plus, et c’était sans doute ce qui compensait le reste.

Il resserra son étreinte autour d’elle et recula légèrement pour dire :

« Ne brûlons pas les étapes. » dit-il avant d’ouvrir les yeux. « Je suis là pour toi mais il faut que tu me parles. Ou bien … que tu utilises ceci. »

Il tapota de son doigt la tête de la jeune femme doucement.

« Ta meilleure amie … c’était Minami c’est ça ? »

Irina lui avait bien souvent parlé de ces gens à Mahoutokoro et l’un des prénoms qui revenait le plus souvent était celui-ci. Les larmes revinrent au coin des yeux d’Irina et Josh vint caresser sa joue.

« Parle-moi d’elle. Raconte-moi un souvenir que tu gardes avec elle, car c’est cette image que tu dois garder d’elle. Les bons comme les mauvais moments, mais surtout les moments que tu as partagés avec elle. Et dis-toi que tu peux être fière de l’avoir connu. »

Son bras passa autour d’elle et vint se poser sur sa hanche alors qu’il venait lui poser sa tête sur son épaule. Il embrassa son front avant de caler sa tête sur la sienne.

« Montre-moi qui elle était. » encouragea-t-il une dernière fois.
:copyright:️️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________


You'll never be alone, I'll be with you from dusk till dawn

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Nous devons laisser du temps au tempsLundi 17 janvier 2022

Doucement, je caresse la joue de Josh. Jamais je n’aurai pensé qu’il réponde avec autant d’ardeur à mon baiser. Je me sens perdue, entre toutes les émotions et les sentiments qui me traversent. Mais au moins, il est là. Josh est là pour moi, et je le sais, je le comprends. Je souris un peu tristement quant il me dit de ne pas brûler les étapes. J’ai encore du mal à savoir ce que je veux, vraiment. Mais une chose est sûre : pour aujourd’hui, je veux juste rester dans ses bras, et attendre que tout aille mieux comme ça. « Ta meilleure amie … c’était Minami c’est ça ? » Je hoche la tête, en sentant ma gorge se serrer. Je n’arrive pas à parler ; je n’arrive pas à lui dire que oui, c’est bien elle. Son image me saute aux yeux, elle se superpose presque à celle de Josh qui est devant moi.

« Parle-moi d’elle. Raconte-moi un souvenir que tu gardes avec elle, car c’est cette image que tu dois garder d’elle. Les bons comme les mauvais moments, mais surtout les moments que tu as partagés avec elle. Et dis-toi que tu peux être fière de l’avoir connu. » Je me détends peu à peu dans les bras du jeune homme. Je me sens… protégée. Je ne sais pas de quoi, mais c’est une sensation on ne peut plus confortable. Je caresse son bras, en le regardant dans les yeux. Lui montrer… qui elle était ? Je n’ai jamais encore utilisé mon don comme ça. En tout cas, pas sur Josh. Est-ce que je vais y arriver ? Je fermes mes paupières, avant de me perdre dans ses yeux. C’est comme si je le regardais en face pour la première fois. Josh… il va me voir comme j’étais, là-bas. Je ne sais pas si ça peut changer quelque chose dans la vision qu’il a de moi ? Mais je crois que j’ai besoin de lui partager mes souvenirs, je ne veux plus avoir de secrets pour lui. Je veux me livrer, totalement. J’ai confiance en Josh, il m’aimera telle que je suis, non ? Tout le monde n’arrête pas de me le répéter, alors… Doucement, je pénètre dans son esprit. J’essaye de faire en sorte que ce ne soit pas trop désagréable pour lui. Ma main commence à caresser distraitement sa joue, pendant que je sélectionne ce que je veux lui montrer. Et dans quel ordre je veux lui montrer mes souvenirs de Minami. « Détends-toi. » Ma voix n’est qu’un murmure, mais je m’adresse plus à moi qu’à Josh. Il est totalement prêt, lui. Pas moi. « C’est… tu me verras, moi. Mais je reste la même personne. » J’ai projeté cette phrase dans son esprit, en maintenant mon regard dans le sien. Mon souffle s’accélère, ma poitrine se soulève presque douloureusement. Je suis tellement stressée que j’en ai mal, mais Josh arrive à me canaliser. Et je sens mes souvenirs se dérouler doucement, dans son esprit comme dans le mien. Je fais miennes ce que j’ai ressenti, à ces moment-là, en espérant que Josh y ait accès lui aussi. Je veux qu’il me comprenne.

Mardi 1er septembre 2020

Je suis tellement stressée que j’ai l’impression que je vais m’évanouir. Je n’en peux plus d’attendre que le professeur arrive dans la salle de classe, pour que je puisse m’asseoir. Je n’aime pas l’idée que je doive me présenter en japonais devant tout ces personnes, que je ne connais pas. Je sens qu’on me regarde, qu’on parle de moi, mais je ne comprends pas grand-chose. Je crois reconnaître certains mots, comme les prénoms de mes cousins ou mon nom de famille. Dmitry m’a rapidement expliqué pourquoi ils sont si connus, dans les couloirs de Mahoutokoro. À cause de ce fameux club, le… Bunka Bu, je crois.

« Irina-chan ? » Je sens une main se glisser dans la mienne. Une jeune fille me sourit, gentiment. Minami… Mon cœur se serre quand je la revois dans mes souvenirs, mais j’essaye de me concentrer pour ne pas créer d’interférences. La scène se poursuit calmement. Je ne me rappelle plus très bien des paroles que nous avons échangés mais, assez vite, le Bunka Bu est revenu dans la conversation. Une, deux fois. Et puis, Minami m’y a amené, en souriant.

Je me souviens avoir poussé la porte, le cœur battant être tombé sur Daichi, Ryu, Masao et Rinon. Leur avoir raconté mon histoire, mes origines, dans les très grandes lignes. Oui, j’étais une Romanov, non, je ne savais pas me battre. Et je ne savais pas si je voulais apprendre. J’étais venu ici pour m’éloigner de l’ambiance pourrie qui s’était abattue en Angleterre. Je voulais être loin de Josh, qui ne se réveillait toujours pas. J’avais eu besoin de changer mais… à ce point ? Me battre ? Faire parti des délinquants d’une école ?


Nous devons laisser du temps au temps 3111756407_1_11_USN4EXRL

Je n’ai pas compris quand les autres ont formé un cercle autour de moi. J’ai encore moins compris en sentant le coup de poing du plus grand, celui que Minami avait appelé Daichi. Le reste reste assez flou, je ne sais pas à quoi Josh en conclura. Je me souviens que ça avait duré assez longtemps, et que mon corps entier était douloureux. Je les entendais crier, les comprenant à peine. « Bats-toi ! Battez-vous ! » Épuisée, je ne voyais plus rien, je ne sentais plus rien. J’avais juste la rage au ventre. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivais, j’avais peur. Je voulais que ça cesse.

C’était comme dans un vieux film moldu, avec un ralenti exagéré. Je me revois sauter sur Daichi, pesant de tout mon poids sur lui pour le faire basculer. Il essayait de me faire tomber, mais je tiens bon, en verrouillant mes jambes autour de sa taille. J’évite un coup de poing sur deux, mais je perçois une ouverture. Là, juste là. Je plonges mon regard dans ses yeux, en m’ancrant fermement dans son esprit. C’est la première fois que j’arrive à forcer les choses, ainsi. Heureusement pour moi, le jeune homme est assez surpris pour ne pas m’opposer de résistance. « Arrête ! » Mes mains pressent sa poitrine, comme si j’essayais de lui faire mal. Je sens ma voix résonner dans son esprit, mon cri de désespoir emplit chaque parcelle de ce que je peux toucher. « ARRÊTE ! » Je sens une vague, une déferlante partir de mon esprit pour attendre le sien. C’est quelque chose d’une violence inouïe, dont je ne me pensais même pas capable. Je fermes les yeux, afin de reprendre pied dans la réalité. Le jeune homme s’est redressé, toujours assis par terre. Nous avons tout les deux le souffle court. Rapidement, je me décales pour le laisser se mettre debout. Est-ce que je suis allé trop loin ? Est-ce qu’on va me regarder comme un monstre, pour ce que je viens de faire ?

« Toi! » J’attends, tremblante sur le sol. Je me souviens la peur, en entendant ce mot. Il s’adressait à moi, avec un visage aussi fermé que glacial. « Ta garde, c’est de la merde. Il faudra changer ça. » J’ai pris sa main qu’il me tendait pour me relever, en me demandant si tout ça était bien réel. Minami me regarde, avec un petit sourire. Est-ce que j’ai passé le test ? Est-ce que c’était un test ? « Tu viendras me voir une fois tout les deux jours, sans exceptions. Même si tu as des cours, même si tu as des devoirs, tu viendras. » J’avais froncé les sourcils, en l’entendant parler comme ça. Le ton autoritaire m’avais choqué, mais aussi la langue qu’il avait employé. C’était le premier élève qui s’adressait à moi dans un anglais bien plus que passable. Daichi noua quelque chose autour de mon bras. Le même tissu rouge que je voyais sur les uniformes des autres, autour de leur cou, leur tête ou attaché à leur tailles. Un tissu qui clamait haut et fort que je faisais parti de cette bande. « Maintenant, tu es avec nous. Personne ne cherchera à te faire du mal. Minami, vas la soigner. » Avant que je tourne les talons, je sens une pression sur mon bras qui me force à lever les yeux vers le jeune homme. « Tu as un don puissant. Utile, même. Mais ne refais plus jamais ça avec moi, pas sans ma permission. »

Jeudi 24 décembre 2020

Nous devons laisser du temps au temps 1568445500-irina-minami

Tout est devenue flou, avant que je restabilise mes pensées. Quand j’ai vu la neige tomber, j’ai tout de suite compris où j’étais. Ce que je voulais montrer à Josh. C’était mon Noël, celui que j’ai passé au Japon. Avec Minami. La tante chez qui je vivais était partie dans la famille de son mari, et je ne voulais pas m’imposer à eux. Je ne les connaissais pas, de toute façon. Et pour Minami… Son père avait un gala de charité, ou une exposition à inaugurer. Sa présence n’était pas forcément requise.

« Ce soir, on parle de mecs. » Je l’avais poussé gentiment, un peu mal à l’aise. Parler de qui, pour moi ? Je ne voulais pas vraiment parler de moi, de ce que je pensais. « Parle-moi… de Josh. » J’avais soupiré longuement en mangeant ma glace, faisant mine de ne pas voir ses yeux brillants de curiosités. Mais j’avais tout de même cédé, et je lui avais raconté tout ce qui me passait par la tête. D’à quel point il me manquait, d’à quel point il m’avait aidé à survivre à mes trois premières années à Poudlard. Contrairement à Morgan ou à Dmitry, je ne crois pas que Josh a sût un jour que j’étais victime de brimades plus ou moins poussés de mes camarades. « J’avais l’impression d’être importante, quand je l’engueulais ou quand il m’embêtait. Au moins, il y avait quelqu’un qui faisait attention à moi, même si c’était plus négatif que autre chose. » On s’était rapprochés qu’à partir de la fin de l’année. Quand j’ai enfin compris que je l’aimais, depuis tout ce temps. « Toi, parles-moi de Daichi. » Je lui avais souris, en l’intimant de m’en dire plus. Ils sortaient ensembles, oui, mais aucuns des deux n’étaient vraiment… démonstratifs. Ils agissaient toujours comme un chef et sa subordonnée, quand on était ensembles. « Dai-chan… N’a pas une vie facile. Je sais qu’il n’a pas l’air d’être le petit-ami parfait, mais il faut juste le connaître. Ça non plus, ce n’est pas facile, de briser sa carapace. » Minami avait l’air si triste, en me parlant. Et si amoureuse aussi. « Son père a toujours été horrible, avec lui. Ses frères étaient déjà bien enfoncés dans l’alcool quand il était petit. Emiko… Emiko est spéciale, et je ne dis pas ça pour être méchante. Elle veut le bien de Dai-chan, mais elle ne sait pas comment faire. » J’avais frissonné, en entendant la suite. Est-ce que j’ai envie que Josh l’entende ? Pas vraiment… Je ne suis pas censé être au courant de ça. Qu’un de mes meilleurs amis est un habitué des comportements totalement limite. Qu’il est habitué, qu’il s’amuse d’être aux portes de la mort. J’essaye de brouiller les brides de phrases qui le concerne. « Tu le connais presque aussi bien que moi, Irina. Il est juste… brisé. Parce qu’il n’a jamais eu une vie à lui. Mais je vais changer ça. »

Lundi 1er mars 2021

Nous devons laisser du temps au temps 1568445944-anigif

« Personne ne me battra, jamais ! » Plusieurs rires s’élèvent, dans notre petite salle. On était censé avoir cours, tous, mais on séchait. Je ne sais plus pourquoi, mais j’aimais bien ça. Cette ambiance, être entouré d’amis. J’avais attrapé au vol la bouteille de jus de citrouille que venait de me lancer Daichi. Il n’y avait que nous deux, en plus de Miki, qui en buvait. Les autres tournaient à la bière. Seule Minami savait pourquoi, pour moi. Je ne voulais pas devenir comme mon père… Daichi, lui, c’était différent. Il essayait de soigner son alcoolisme, grâce à Minami. Et il tenait bon.

« T’es sûr de ça, Horiuchi ? » J’avais ris, en voyant Minami prendre les devants de la conversation. Ils étaient beaucoup plus proches en public, maintenant. Et Daichi avait l’air de plus en plus heureux. « Je crois bien que je t’ai battu, dès mon arrivée. » Je me lève, en lui souriant innocemment, pour rejoindre ma meilleure amie. « Je t’ai battu, senpai. » Les rires fusèrent, bientôt rejoint par ceux du jeune homme. Minami était assise sur lui. « Moi aussi, tu te souviens ? » « C’est pas du jeu, pour toi. Ça ne compte pas ! » Je me souviens avoir froncé les sourcils, les bras croisés. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » « Elle a triché. » « Non. Je l’ai juste… embrassé. » Ryu avait lâché sa bouteille sous le choc. « Embrassé… Sur la bouche ? » « Je sais que ça peut être dur à accepter pour quelqu’un comme toi, mais... » « Minami ! » « Je l’aime. » « MINAMI ! » Je ne pouvais plus m’arrêter de rire. Daichi était vraiment mal à l’aise, lui qui n’avait pas l’habitude de faire un étalage de ses sentiments. Il était encore plus mal à l’aise quand Minami l’embrassa sans gêne, devant tout le monde. « Dai-chan et Minami-chan se font des bisous ?! »

Je m’étais levé pour prendre le plateau de thé des mains de Miki. La petite fille avait l’air ravie de voir le rapprochement du couple. Après tout, elle n’avait que onze ans à l’époque… Elle ne comprenait pas tout ce qui se passait ici, c’était sûr. Je faisais passé les gâteaux devant tout le monde, et un sifflement d’admiration m’échappa quand Daichi en prit un. Lui qui détestait les choses sucrés, en tant normal… J’étais toujours aussi étonnée qu’il accepte de manger les pâtisseries de Miki. « Je crois qu’on a trouvé le vrai vainqueur, celle qui a battu Horiuchi sans tricher... » J’avais rejoint Minami dans son fou rire, avant de poursuivre. « Miki est la seule qui peut faire manger un cookie à Daichi ! Le grand Horiuchi se fait battre par une gamine et quelques grammes de sucre! »
:copyright: 2981 12289 0

_________________


'Cause we belong together now, forever united here somehow

descriptionNous devons laisser du temps au temps EmptyRe: Nous devons laisser du temps au temps

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum