Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionDiscussion face à la neige EmptyDiscussion face à la neige

more_horiz
Mardi 21 Décembre 2021

Décembre. Dernière semaine avant les vacances. Pour beaucoup, vacances signifient retour à la maison. Et Décembre ajouté aux vacances de Noël signifie retrouvailles familiales, sourires, cadeaux et tout le tralala. Moi je préfère voir la neige, le froid, les longues nuits, les beaux lever de soleil. Oublier que j’ai décidé de ne pas rejoindre mes parents. Ni John. Mais en même temps c’est à cause de lui que je ne veux pas rentrer. Les Noël précédents avec mon retour à la maison n’étaient pas agréables. Donc cette année j’ai tout fait pour y échapper. Rester à Poudlard était la seule solution qu’il me restait. Et au final… L’école est devenue comme une maison pour moi. Il y a les livres et le jardin. Que demander de plus ? Je veux juste oublier le reste. Je n’avais plus qu’une chose à faire. Prévenir mes parents que je ne rentrerai pas. Que je resterai à Poudlard. Il faut me comprendre. Je n’avais pas demandé grand chose les années passées. "Désolée. Oui je suis désolée. Désolée de devoir vous faire subir ça. Je sais pas si vous l’avez mérité, mais je n’en peux plus. Essayez juste de me comprendre. Un petit peu."

Le regard dans le vide, je marche. Sans but précis. Les mains vides, mon éternel sac sur le dos. Une petite promenade seule, tranquille. Dans le silence. Pour se défaire des émotions et se reconcentrer sur les cours. Ce n’est pas encore les vacances. Vendredi, on se souhaitera un joyeux Noël, peut-être même une bonne année en avance. Et moi je regarderai tout ce joli monde s’en aller joyeusement. Qui restera à l’école ? Pas grand monde certainement.

Mes pas m’amènent dans la cour intérieure. C’est une bonne idée. Je ne suis pas assez habillée pour aller dans le parc maintenant. Mais j’ai quand même envie de voir dehors. C’est un des plus beaux spectacles que de voir par derrière les fenêtres la neige tomber du ciel. Petites boules blanches qui fondent au toucher de notre peau, elles s’assemblent et s’emmêlent, formant comme des tornades blanches et froides. Sortir dans ce temps n’est pas une bonne idée. M’asseyant sur le rebord d’une fenêtre, je remonte les genoux contre moi, les bras autour, la tête dessus. Mes yeux dérivent tranquillement et vont se perdre dans la blancheur du paysage. Spectacle qui a le don de me calmer et de me détendre. Pourquoi et comment ? C’est un mystère pour moi. C’est comme si la neige, cette chose froide et blanche qui rejette les couleurs, absorbe les émotions négatives sans nous les rendre. Et ça fait du bien.

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

Morticia malgré sa bonne humeur persistante souffrait encore des séquelles de ce qui s'était passé dans la grande salle le quatorze décembre. Elle ne le montrait pas vraiment, mais elle restait profondément choqué par ce qui s'y était déroulé. La blonde en faisait des cauchemars parfois, et s'isolait plus souvent qu'elle ne l'aurait fait avant. Elle recherchait plus souvent le calme, ce qui était vraiment très étrange la connaissant. En toute honnêteté, elle se posait beaucoup de questions. Elle donnait le change avec ses amis, se montrant toujours exubérante en leur compagnie, parlant beaucoup, faisant le pitre. Mais c'était plus pour combler les blancs et éviter les conversations plus profondes.

C'était fou de se sentir proche et loin des gens. Elle frissonna resserrant les pans de sa cape contre elle. Elle n'allait pas se laisser abattre, elle pensa à l'arrivée des fêtes. C'était la dernière semaine avant de retourner chez elle. De faire la fête, profiter de sa famille, de son grand-père. Un sourire nostalgique étira ses lèvres, elle ne pleurerait pas. Elle comptait bien profiter de ces derniers moments avec le vieil homme. Il laisserait un grand vide quand la vie l'abandonnerait, c'était la première personne dans l'entourage proche de Morticia qui allait mourir. Son regard parcourait sans la voir la neige par la fenêtre de la cours intérieure. C'était plus dur à accepter qu'elle ne l'avait pensé, cette réalité. Elle n'en avait encore parlé à personne. Tout le monde avait été soulagé pour Baker, tout le monde avait fêté. Si là encore elle avait donné le change, le corps mutilé de Rose resterait à jamais gravé dans sa mémoire. La douleur du doloris aussi, imprimé dans sa chair.

Ça avait marché, mais pourquoi cela avait-il dû être des enfants ? Pourquoi les adultes n'avaient pas agit ? A part Miss O'Conell évidement. Son regard tomba sur une personne posté sur le rebord d'une fenêtre. Elle hésita et s'approcha finalement en reconnaissant Alkanor avec qui elle avait discuté l'autre jour. Elle était gentille et au moins elle ne s'inquiéterais pas de la voir un peu morose. C'était par épisode de toute façon, il y a des jours où tout allait bien, et d'autres ou...

"Hey Alkanor, tu fais quoi toute seule ?" Morticia porta le regard dehors et sourit. Elle remarqua enfin la neige tombant dehors. "Tu r'gardais la neige tomber ? C'est apaisant t'trouves pas ? J'aime bien." Comme d'habitude la jeune femme ne laissa que peu de temps à l'autre de répondre. Elle ne pouvait rien faire contre sa nature profonde de toute façon.

"Tu rentre chez toi pour les fêtes ?" Demanda la blonde en se tournant de nouveau vers sa camarade. Elle avait l'air pensive, peut-être qu'elle n'aurait pas dû la déranger.
   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
La neige tombe. Encore et encore. Rêves abandonnés. Espoir perdus. Joie qui s’enfouit sous la terre. On pourrait voir en ce spectacle hivernal la fin de la souffrance et de la tristesse, mais ce n’est pas le cas.  Car si les flocons pourraient tout emporter, emporter tout ce qui fait du mal, tout ce qui donne envie de pleurer, ils le feraient. Mais ils ne le font pas. Imperméables à tous ces sentiments qu’ils ne ressentent pas, ils nous les laissent. Si seulement on pouvait s’en débarrasser. Je ne serais certainement pas là à contempler la neige dans le calme et le silence absolu, je ne serais pas là à m’enfoncer dans des pensées plus que désagréables. Je serais occupée à autre chose. Certainement une chose plus joyeuse. Occupée à faire des recherches à la bibliothèque, ou en train de marcher sous la neige. Mais les émotions négatives sont lourdes, plus lourdes que les positives, et sont difficiles à porter. Il est bien difficile de faire comme si de rien était. C’est même pour moi impossible. La seule chose que je sais faire est subir et essayer de survivre. Plonger presque inconsciemment  dans les souvenirs. Revivre la joie pour plus souffrir. Ou revivre les moments douloureux pour augmenter cette sensation. L’inconscient lui-même refuse de me laisser choisir. De me laisser aller là où je le veux.

Mais même revivre ce que mon esprit m’amène est impossible. Même assise sur le rebord d’une fenêtre, il y a quelqu’un pour avoir envie de me parler. Comment cela est-il possible ? Je n’en sais rien. Je ne l’aurais pas cru possible. Tournant la tête vers la provenance de la voix, je regarde la jeune fille avec surprise. C’est Morticia qui est  là. Depuis combien de temps ? J’espère que ce n’est pas la vingtième fois qu’elle me parle, ça peut arriver lorsque je suis bien plongée dans mes pensées. Mais son sourire et son visage n’affichent aucune exaspération. Son regard est tourné vers l’extérieur où la neige continue de tomber. Soulagée, je lui adresse un sourire en hochant la tête à sa question. Dans un murmure pensif j’acquiesce "C’est un spectacle calme oui. Plein de sens par derrière mais c’est calme."

Le regard de la jeune fille quitte soudainement la fenêtre et le spectacle qu’elle laisse entrevoir pour me questionner sur mes vacances. J’aurai certainement pu m’attendre à ce genre de question vu que nous sommes à une semaine des vacances, mais je peux m’empêcher de sursauter légèrement. Ce n’est pas un sujet agréable à avoir. Les autres années j’aurai répondu "Oui" avant de l’écouter parler de son projet à elle, certainement plus construit et plus rempli que le mien. Mais cette année… J’ai choisit. La lettre a été envoyée à mes parents depuis quelques jours, presque dix maintenant. Pour leur dire. Que je restais. À Poudlard. Pour les vacances. Expliquer ça à Morticia va lui donner de quoi poser des questions… Car je veux bien concevoir qu’il soit étrange de rester à l’école en période de fêtes. Mais je ne vais pas mentir ni y aller par quatre chemins. De toute façon… Elle ne pourra pas être triste, elle. À part être surprise, c’est certainement la seule réaction qu’elle aura. «Non, je… Je reste ici, à Poudlard» dis-je doucement en gardant mes yeux fixés sur les flocons de neige sans vraiment les voir. En disant cela, j’essaie de m’imaginer la réaction de mes parents face à ma lettre. Vont-ils être heureux de cette nouvelle ? Après tout, venir me chercher à la gare les embêtait beaucoup à chaque fois. Je ne sais pas si c’est parce qu’il y avait John ou juste parce que ça leur faisait perdre du temps, mais je sais qu’ils n’étaient pas contents de venir, en plus d’être en retard. Peut-être seront-ils tristes aussi. Au moins un peu, non ? Je suis quand même leur fille. L’aînée également. Ils sont censés être heureux de me voir pendant les fêtes, non ? Ce n’était pas l’impression que j’avais les autres fois.Peut-être seront-ils soulagés. De ne pas avoir à faire deux aller-retour à la gare. De ne pas avoir à m’acheter de cadeaux. D’avoir une personne en moins à s’occuper, une bouche à nourrir. Soupirant et secouant la tête pour revenir dans l’école, je me tourne vers Morticia avec un sourire d’excuse. «Désolée…» dis-je doucement.

Je la regarde, ma curiosité soudainement éveillée. «Et toi, tu dois certainement rentrer chez toi pour les vacances, non ? Tu m’as l’air d’aimer tellement Noël que le contraire me semble difficile à imaginer !» Car les sombres pensées n’empêchent pas la curiosité de naître soudainement. Et même s’il n’est pas dans mes habitudes de poser des questions sur les autres, j’ai besoin de me changer les idées. Et quoi de mieux que d’écouter quelqu’un raconter ses futures vacances joyeuses?

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

Plein de sens ? Morticia ne comprenait pas vraiment ce que pouvait entendre la jeune femme par là. Son regard retourna sur la neige un instant, la nostalgie étreignait son cœur. Combien de batailles de boules de neige avait-elle orchestrée toutes ces années ? C'était un truc de famille mais aussi qu'elle se plaisait à faire avec ses amis. C'était pour ce genre de moment qu'elle aimait vivre, des petits moments de joie et de bonheur. A l'approche des fêtes, elle aimait la neige. C'était comme ci le temps lui même décidait qu'il était temps de partager du temps avec ses proches. Quoi de mieux que de profiter du feu de cheminée de la salle commune ? Elle regarda de nouveau Alkanor, pourtant ni l'une ni l'autre n'était dans leur salle commune.

Morticia ne peut que noter le sursaut d'Alkanor à sa question. Pourtant c'était pas grand chose si ? Enfin, elle ne savait pas. Peut-être que noël avait pas le même impact chez tout le monde. Elle se rappelait de Rachel qui n'aimait pas vraiment cette période de l'année. Et elle pouvait comprendre parce que sa famille s'était un peu compliqué. Mais cette année, elle rentrait, tout comme Melody. La réponse un peu hésitante d'Alkanor lui fit se poser des questions. Elle était curieuse vraiment.

"Oh... J'suppose que tu t'amuseras bien. Il parait qu'le banquet d'noël c'toujours quelqu'chose ! Et puis y a plus Baker donc ça peut qu'bien s'passer." Ajouta Morticia tout sourire, même-ci son visage c'était un peu crispé à la mention de l'ancien directeur de Poudlard. Elle n'oublierait jamais, mais elle n'allait pas laisser cet épisode gâcher sa vie. Elle cligna des yeux quand Alkanor s'excusa, pourquoi ?

"T'inquiètes j'étais perdue dans mes pensées aussi." Morticia haussa les épaules en souriant. Ne se souciant pas vraiment du pourquoi cette fois. Parce qu'on avait tous ses raisons parfois et qu'elle n'avait pas envie de s'immiscer dans la vie privée d'Alkanor. Malgré sa curiosité elle savait aussi quand ne pas insister.

"Ouais j'rentre comme chaque année. Chez les Lawson noël c'est toujours quelque chose ! Toute la famille se réunit et on s'amuse beaucoup. C'est l'occas' d'voir mes grands-parents et mon grand-frère. On décore toute la maison tous ensemble. Enfin cette année ils l'auront déjà fait comme on est en vacances tard ! Mais c'pas grave, on va quand même faire des biscuits, des boules de neige et tout. J'kiffe vraiment noël." S'exclama la blonde avec bonne humeur, c'était toujours des moments joyeux. Elle voyait encore les nombreuses soirées au coin du feu, les rires et l'ambiance était toujours excessivement heureuse.

   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
La jeune fille regarde dehors elle aussi. Apaisant, calme, déstressant… Que des synonymes qui qualifient parfaitement bien la neige qui chute du ciel. Mais ce n’est pas que ça. On trouve toujours une interprétation à chaque chose que l’on voit. Un sens. Mais Morticia ne semble pas comprendre ce que je veux dire, et ça ne m’embête pas plus que ça. Au moins, ça m’évitera des questions auxquelles je ne saurais pas répondre. Timidité ou gêne ? Je ne sais pas. Parfois, j’ai du mal à me comprendre moi-même. Mais qui est capable de se comprendre sans problèmes ? Je ne sais vraiment pas, ça non plus. Pourquoi y a-t-il tant de choses que je ne sais pas ? Ça commence à être exaspérant… Aucune réponse à ces questions internes. Et je ne vais pas aller faire un sondage. La bibliothèque non plus n’aura pas mes réponses. Car il n’y a pas de réponses. Tout simplement.

Je ne rentre pas à la maison. Je reste à Poudlard. Je ne l’ai pas beaucoup dit à voix haute cette phrase. Pourtant, ma lettre est envoyée et même certainement arrivée. C’est donc officiel. Alors pourquoi je n’aime pas la prononcer ? J’écoute Morticia parler en l’observant avec curiosité, son sourire est bizarre. Sans que je sache pourquoi, mais je ne le lui demande pas. On a tous parfois des pensées qui poussent à des comportements bizarres. J’acquiesce à sa remarque sur l’ancien proviseur de Poudlard. Bien que je n’ai directement pas grand-chose à lui reprocher car il ne m’a à moi rien fait, je le trouvait horrible. Injuste et discriminatif envers des gens comme nous. Comme nous, c’est-à-dire différents. Nous sommes tous différents. Donc tous semblables. Tout ça prouve qu’il n’était pas très réfléchit. Peut-être que Morticia, elle, s’est sentit plus… Visée ? Je n’en sais rien, mais elle semble soulagée que l’ancien proviseur s’en aille. Et je ne peux qu’être d’accord avec elle. Je sourie néanmoins en l’entendant parler de banquet pour Noël. Ça lui ressemble bien ça… Penser à la nourriture et à la joie. Ça arrive presque à me donner envie. Mais au fond, à l’intérieur de moi sans pour autant ne rien laisser paraître, je m’inquiète. Un banquet, ça veut dire du bruit. Du monde. Quoique, beaucoup d’élèves rentrent chez eux pour Noël. Qui restera ? Je n’en sais rien. Certainement personne que je connais réellement. Je connais tellement peu de monde… Ça va être mon premier Noël à l’école. C’est moi qui l’ais choisit, mais il faut bien avouer que j’ai un peu peur. Mais à quinze ans, il faut savoir prendre des choix et les accepter. Je soupire à cette idée. Au final, ça ne va pas me changer de la maison. À part qu’ici, il y a des décorations et un repas spécial Noël, je serai seule. Mais ces deux premiers éléments suffisent à me faire penser et espérer que ce sera différent de la maison. C’est une chose à voir. Avec un petit sourire, je hoche doucement la tête «Au moins, c’est bien décoré, enfin je trouve ! La Grande Salle donne vraiment envie d’y aller. Et avec un peu de chance, il y aura encore de la neige !» Mon sourire s’agrandit à cette idée. S’il y a de la neige, je pourrais aller dehors, et chanter sous les flocons, comme nous faisions avant l’arrivée de John… J’ajoute dans un murmure «Peut-être même que je pourrais faire un bonhomme de neige...» C’est une activité enfantine, certes, mais j’ai toujours aimé faire ça. Même lorsqu’on a arrêté de faire un Noël digne de ce nom à la maison, je gardais mes habitudes. Et ce n’est pas l’école qui m’en empêchera !

Je me perds beaucoup dans mes pensées en ce moment. Incapable de tenir une conversation. Mais ça n’a pas l’air de tant embêter Morticia qui apparemment elle aussi se perd dans ses pensées. Je lui adresse un sourire soulagé. Tant mieux si ça ne l’embête pas. Ça risque de m’arriver souvent…

J’avais raison, Morticia rentre pour Noël. Je sourie en l’entendant parler. Sa bonne humeur est contagieuse. Je l’écoute, analysant rapidement ses dires. Ils ont l’air plus nombreux que chez moi. Enfin non, c’est parce qu’il y a ses grands-parents en plus. Et puis elle a un frère elle aussi. Mais un grand. Je réfléchis un instant. Ça veut dire que Morticia est la plus jeune. Pourtant, elle est gentille. Enfin, je trouve. Donc ça voudrait dire que les plus jeunes ne sont pas forcément méchants et embêtants. Je hausse pensivement les épaules. Ça n’empêche que John, lui, l’est. Abandonnant ma réflexion, je reviens sur la conversation. Ça doit être quelque chose oui son Noël, je veux bien le croire. C’est sûr que s’ils sont tous comme elle… Ça doit faire du bruit. Mais le bruit plein de joie est un bruit qui peut être agréable à entendre. Je souris à nouveau en l’entendant parler des décorations et des biscuits. À la maison, on avait des habitudes un peu différentes. On ne faisait pas de biscuit mais un gros saladier de compote. Car maman préférait les fruits, et Noël est une fête de partage donc on faisait toujours des choses que tout le monde aimait ! Par contre on décorait aussi. On allait tous ensemble acheter le sapin et la maison était toute décorée. Avec un thème de couleur. Mais c’était avant. Chassant cette pensée un peu sombre, je rie doucement. «C’est vrai que les vacances sont tard. Je suis presque sûre que c’est pour nous laisser nous reposer après les deux fêtes… Parce qu’on aura tellement mangé qu’il nous faudra certainement plusieurs jours pour nous en remettre.» Enfin, le on ne m’inclue pas vraiment. Mais autant ne pas le dire, ça évitera des complications. Je lui adresse un sourire pensif. Morticia a l’air vraiment contente de rentrer chez elle. Et que ce soient les vacances. «Tu vas bien t’amuser» je remarque avec sérieux «Les réunions de famille, c’est toujours chouette à voir. Enfin, à vivre aussi. Dis, je me demandais, ta famille, ils sont comme toi ?» Je la regarde quelques secondes avant d’essayer de mieux m’expliquer «Pas en âge hein bien sûr, je veux dire… Joyeux ? Bavards ?» Ne sachant pas comment m’expliquer, je finis par secouer la tête «C’est une question bizarre. Pardon.» Je ne suis vraiment pas douée pour ce genre de choses.

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

Morticia se sentait toujours un peu nostalgique, triste même. C'était un sentiment qui lui arrivait plus souvent qu'elle ne le laissait paraître. Parce que c'était facile de sourire, d'être joyeuse même-ci c'était parfois plus un bouclier qu'une réalité. Elle savait que c'était pas bien, mais elle retombait dans ses vieux travers. Pourquoi ? Baker en partie du moins. Il y avait aussi sa relation avec Dima qui battait de l'aile. Elle pouvait le voir, ils étaient très différents. Mais elle espérait que ça s'arrangerait.

"Ouais, ils sont doués pour rendre ça magique ici ! C'est toujours bien décoré, comme tu dis. J'ai jamais passé un noël ici, mes parents veulent toujours que j'rentre. Et j'préfère aussi bien sûr !" Expliqua la blonde avec sa bonne humeur retrouvée ou feinte difficile de savoir. Elle même ne savait pas trop ce qu'elle ressentait à ce moment précis. Elle aurait aimé vivre un noël à Poudlard, mais elle aimait trop sa famille pour ne pas rentrer.

"J'espère aussi ! Les bonhommes de neige c'est trop cool ! Avec mes deux frères ont fait des concours quand y neige. A qui fera le meilleur bonhomme de neige. C'est toujours marrant de voir qu'on a jamais les mêmes idées." Morticia souriait en se rappelant tout les noël où ils avaient pu se lancer dans ce concours un peu enfantin. Mais ils s'en fichaient tout les trois ! Même Murphy du haut de ses vingt quatre ans.

"J'sais pas, peut-être qu'ils ont eut pitié d'nous." Morticia haussa les épaules, possible quoi. La blonde fit un geste de la main pour balayer les excuses de la jeune femme. "T'inquiètes pas, on a tous des questions bizarre. J'crois que ouais on est tous un peu joyeux et bruyant. Mais la vérité, j'crois que j'suis la pire. Les autres sont plus calmes maintenant, surtout les adultes. Y parait que ça vient avec la maturité !" La jeune femme rigola n'y croyant pas une seconde. Ils étaient juste moins agité qu'elle ! "Mais j'avoue que c'est surtout mes frères et moi qui mettons de l'ambiance ! On aime vraiment les fêtes de fin d'année. Et tout ce qui est prétexte à s'amuser en fait." Elle sourit en faisant des grands gestes de la main.

"Et toi c'est comment chez toi ? Vous faites quoi pour noël d'habitude ?" Demanda la jeune femme curieuse.

   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Neige, parle-moi de Noël. La neige est de l’eau glacée, et cette eau est toujours la même. Dans les rivière, elle rejoint les fleuves, puis la mer, s’évapore sous la chaleur du soleil, monte dans le ciel pour former des nuages qui se videront sous forme de liquide ou de solide. La neige, comme la pluie ou la grêle, peut tout nous conter. Si elle avait des yeux et une bouche, elle pourrait nous raconter. L’été, le printemps, l’automne et l’hiver. La joie des humains, mais aussi leur tristesse, leur colère, leur impatience. Des spectacles plus ou moins joyeux. Plus ou moins agréables. Et aujourd’hui la neige a droit à un drôle de spectacle. Deux filles, assez différentes du caractère, qui bavarde devant une fenêtre qui laisse voir les petits flocons échouer. C’est étrange, mais c’est réel. Je ne suis pas en train de rêver, Morticia et moi discutons de cette fête souvent joyeuse qui anime petits et grands. Une fête au départ religieuse d’après ce que je sais, qui s’est étendue pour devenir commune à tous ceux qui souhaite la fêter. Réunions familiales, cadeaux cachés, décorations dedans et dehors… C’est tout un événement. Même l’école s’y est mise ! Morticia a d’ailleurs raison : c’est magique. Plus magique qu’à la maison où on n’utilise pas la magie. Magique dans le sens magnifique, mais aussi dans le vrai sens. Car Poudlard sans magie n’est plus Poudlard. Je lui sourie en voyant la joie sur son visage à la mention de son retour chez elle et remarque doucement «C’est bien de rentrer lorsqu’on s’y sent bien.» Ne voulant pas paraître négative, j’ajoute rapidement «Et puis, c’est toujours agréable une fête en famille.» Nouveau sourire tandis que je me revoie, enfant, fêter Noël avec mes parents. On a tous des bons souvenirs, il faut penser à les garder. Et pour les garder, il faut éviter de se forcer à faire des choses pas agréables.

L’entendre parler suffit à faire naître dans mes esprit une image. Trois bonhommes de neige différents reposant sur un sol enneigé, creusé par endroit. C’est certainement à ça que doit ressembler leur concours de bonhommes de neige. Une activité jugée pour les petits lorsqu’on n’aime pas s’amuser dans la neige. Mais même moi, qui pourtant aime étudier, lire et rêver, j’ai toujours aimé faire des petites statues dans la neige, leur mettre des branches et des petites pierres pour tenter de les animer. Avec mes parents auparavant, puis seule un peu plus tard, j’en fais encore aujourd’hui. C’est amusant de voir comment un simple tas de flocons bien froids peuvent devenir un être de glace souriant. Presque vivant. D’ailleurs je me demande… Est-ce que ce serait possible de le rendre réellement vivant ? Si on compacte bien le tout, un peu de magie suffirait à le faire avancer, non ? Même si ce ne serait pas grâce à ses jambes qui sont faites de branches de bois, mais simplement grâce à un petit sort qui le ferait voler à basse hauteur, comme s’il marchait. L’idée me plaît et je la note dans un coin de ma tête. Ça sera une activité à essayer pendant les vacances ! Mon regard plongé dans les flocons, je sourie «C’est sûr qu’aucun de vos bonhommes ne doivent se ressembler ! Est-ce que vous aussi vous avez déjà mis une carotte pour le nez ?» C’est une question qui peut paraître étrange, mais dans tous les livres d’enfants moldus sur le thème de l’hiver que j’ai lu, les bonhommes de neige avaient pour nez une carotte… C’est d’ailleurs grâce à, ou à cause de allez savoir, ces livres que je demandais lorsque j’étais enfant une carotte pour le nez de mes humains en flocons. Même si j’ai arrêté à mes huit ans, cette espèce de tradition me reste en mémoire, et je suis curieuse de savoir si d’autres le faisaient -ou le font encore.

Elle ne semble pas trouver ma question bizarre, et c’est un sourire soulagé que je lui adresse tandis qu’elle me répond joyeusement. Et je ris doucement presque avec elle en l’entendant parler de maturité. Ah ce mot… Il est vraiment beaucoup employé, et souvent à tort et à travers quand même. Certains de mes professeurs me trouvent mature, pourtant ils ne savent pas que je suis prête à faire des expériences magiques avec un bonhomme de neige pendant les vacances… Un sourire malicieux vient sur mon visage tandis que j’imagine déjà en train de le faire. Après tout, je serais à l’école, donc ça sera forcément sans danger puisqu’on a le droit d’utiliser la magie dans l’école ! L’idée me plaît beaucoup, mais je reste concentrée sur les dires de la jeune fille et acquiesce doucement. «Ce sont souvent les plus jeunes qui mettent de l’ambiance.» dis-je avec un petit sourire en pensant à mon petit frère. «Mais bon, il y a la bonne et la mauvaise ambiance. Mais ça ne m’étonne pas que vous aimiez les fêtes. En fait, je pense qu’on les aime tous, à des degrés différents, c’est tout.» Je hausse les épaules avec un sourire d’excuse : je suis peut-être allée trop loin là.

Mais j’imagine que la conversation sur mon Noël ne serait pas restée comme ça. Morticia est curieuse, et je ne lui en veux pas. C’est juste que c’est compliqué à expliqué. J’ai connu deux Noël moi… «Quand j’étais petite, on allait acheter un sapin tous les trois. Un pas trop grand, mais assez pour mettre des décorations dessus, et une étoile en haut. Ça s’était le travail de papa, je sais pas pourquoi, mais c’était notre petite tradition à nous trois. On faisait le sapin en premier, puis on accrochait des guirlandes aux murs. Et dans ma chambre j’avais une boule à neige. C’était pas très décoré, mais en même on aime pas trop quand ça l’est trop ! Et pour le réveillon mes parents faisaient la cuisine pendant que je faisais une lettre. Enfin, quand je savais écrire bien sûr. Puis après on mangeait tous les trois et on se couchait tôt. Maman disait toujours "Plus tu te couches tôt, plus vite le matin sera là". On est vraiment bête quand on est petit...» Je sourie en disant ça avant de terminer «Puis le matin on ouvrait nos cadeaux, et on allait dehors. Marcher et faire un bonhomme de neige. Moi je faisais un tas, et papa le transformait en bonhomme. Maman lui faisait son visage. On le faisait tous les trois comme ça, et moi j’apprenais encore. Ensuite on rentrait à la maison et on mangeait tous les trois un repas tout simple, mais c’était bon.» Je soupire doucement à ces souvenirs. À la naissance de John, j’ai dû me débrouiller pour nos bonhommes de neige. Je passais des heures dehors, j’en faisais des dizaines pour m’améliorer encore et encore. Maintenant je sais les faire. Mais avant, j’avais huit ans, donc cinq seulement d’expérience. «Aujourd’hui, on a perdu ces habitudes-là, et c’est triste. C’est plus pareil…» Je tourne mon regard vers la neige et conclue «Donc je me suis dit que ça serait plus joyeux ici.»

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

Morticia fronça les sourcils, elle avait bien entendu n'est ce pas ? Elle était pas toujours très observatrice pouvant passer à côté de beaucoup de chose. Cependant, elle avait entendu ce que n'avait pas dit Alkanor. Elle était un peu comme Rachel alors, ça ne devait pas vraiment bien se passer chez elle. Morticia n'insista pas, elle savait qu'elle ne pouvait pas comprendre. Noel ça avait toujours été quelque chose chez elle, la fête, le débordement de joie. Il y a toujours eut beaucoup de bienveillance. Mais ce n'avait pas l'air d'être le cas chez Alkanor, ou en tout cas de ne plus l'être.

Elle n'insista pas, pas si l'autre jeune fille ne voulait pas en parler. Parce que chacun avait ses démons, elle avait les siens elle aussi. Même-ci elle pouvait être excessivement positive la plupart du temps. «Mais bon, il y a la bonne et la mauvaise ambiance. Mais ça ne m’étonne pas que vous aimiez les fêtes. En fait, je pense qu’on les aime tous, à des degrés différents, c’est tout.» Morticia hocha la tête, c'était vrai. On avait tous des raisons pour aimer ou non les fêtes. "T'as raison, chacun à son propre vécu. Chez moi, c'est un jour qu'on kiffe beaucoup. Parce que c'est l'occas' de s'retrouver tous ensemble. De rire, de manger et de raconter des tas d'histoires !" Elle fit un sourire à la serdaigle.

Elle l'écouta ensuite raconter son noël, pourquoi ne rentrait-elle pas chez elle du coup ? Ça avait l'air sympa quand même. Morticia trouvait quand même bizarre qu'elle parle d'un souvenir où Alkanor semblait petite. Mais ça avait l'air cool quand même. Si ce n'est qu'ils avaient l'air d'avoir moins de moyen que sa propre famille. La blonde savait qu'elle avait toujours été une privilégiée, elle avait jamais manqué de rien. Et encore moins d'argent. "Ça avait l'air chouette." Avoua la blonde avec un léger sourire.

"Tu crois que c'est parce que t'as grandis que ça a changé ?" Elle ne demanda pas pourquoi c'était plus joyeux à Poudlard qu'ici. Ça avait dû sacrément se dégrader pour qu'elle souhaite rester ici, plutôt que rentrer chez elle. "J'sais que ça a changé depuis qu'on croit plus au père noël, mais on reste soudé. Et on trouve toujours de quoi s'amuser. J'crois que cette année c'est encore plus important pour les Lawson." Morticia fit un sourire teinté de tristesse. Même à demi évoqué, c'était douloureux de penser que son grand-père ne serait sans doute pas là l'année suivante. Avec tout ce qui s'était passé cette année, c'était beaucoup. Mais la vie était ainsi.

   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
L’ambiance. Un mot étrange qui décrit l’atmosphère qui règne dans une pièce par les sensations mêlées des personnes réunies. Bonne ou mauvaise ambiance. Ambiance festive, ambiance de joie, de tristesse, de souffrance, de colère. Que de possibilités ! Pour Noël, l’ambiance qui règne doit être joyeuse et festive, n’est-ce pas ? Les enfants souvent parviennent à mettre en place cette ambiance agréable. Mais parfois, ils sont tellement capricieux, râleurs, trop présents que l’ambiance est gâchée. Car le temps n’est plus à la fête, à la cuisine, à la décoration de la maison, à l’ouverture des cadeaux, aux rires près du sapin. Il n’est plus qu’à l’occupation de ces enfants compliqués qui ne font aucun effort. Alors que pourtant Noël est une fête de partage familial, pendant laquelle tout le monde doit sourire et s’amuser, ces enfants-là sont le centre de tout et on ne peut plus que s’occuper d’eux. Jouer avec eux, les écouter, leur parler. Décorer la maison, faire la cuisine, ouvrir des cadeaux, et tout ça dans la joie et la bonne humeur devient impossible lorsqu’on sait que ce genre d’enfant va se plaindre. Il faudra l’écouter, et les autres enfants de la famille se sentent mis sur le côté. Alors Noël n’est plus cette fête à laquelle beaucoup sont habitués. À laquelle j’étais habituée moi, enfant. Chez moi, tout a disparu. Pour Morticia, tout est resté tel quel. Malgré l’arrivée d’autres personnes dans la famille, ils ont réussi à garder la joie de cette fête hivernale. Je sourie doucement en entendant la jeune fille acquiescer. Noël pour elle a gardé son ambiance qui lui est dû. Joie et retrouvailles sont au programme comme il se doit. C’est sans difficultés que j’imagine leur Noël. C’est bien comme ça, en même temps. Et rien que de l’entendre en parler, ça me fait sourire.

En m’écoutant raconter mon Noël comme il était lorsque j’étais enfant, Morticia semble le trouver agréable. Du moins est-ce l’impression que j’ai puisqu’elle le dit. J’acquiesce en souriant doucement «Oh oui c’était chouette.» C’était encore l’époque des rires et des réunions joyeuses tous les trois. L’époque du sapin coloré par le rouge, le bleu, le blanc et l’argenté des boules et des guirlandes. L’époque des bonhommes de neige dehors. C’était chouette, c’est sûr ! De bons souvenirs. Ceux qui bercent mon enfance. Mes huit premières années. C’est déjà pas mal il faut bien dire. Huit, c’est mieux que rien. Mes yeux se ferment un instant à ces pensées. Les souvenirs sont à la fois joyeux et tristes. Joyeux car l’instant l’était. Triste car c’est finit à tout jamais. Ça se fait un Noël tout seul ? Quand j’aurai finit mes études, j’aurai ma petite maison et j’y fêterai mon Noël. Ça peut être chouette aussi.

La jeune fille semble étonné du fait que je ne rentre pas. C’est vrai qu’avec un récit pareil, ça doit paraître étrange que je reste à Poudlard. Elle émet une hypothèse à laquelle je réfléchis sérieusement, mais l’histoire du père Noël ne va pas vraiment avec. Enfin, je ne sais pas vraiment à quel âge j’ai cessé d’y croire. On est naïf quand on est enfant, et je n’y ai pas échappé. Je ne me rappelle pas que ce soit mes parents qui me l’aient dit. Peut-être que c’est petit à petit que j’ai compris qu’il n’y avait pas de père Noël, mais juste des parents pour acheter les cadeaux à leurs enfants. Ce dont je me rappelle, c’est que la maison devait être bien décorée pour qu’il ai envie de venir à la maison. Mais le problème c’est que le temps a lentement commencé à manquer, et c’est parce que j’insistais que nous continuions de décorer notre maison. Mais avec mon entrée à Poudlard, je retrouvais une maison peu décorée. Un petit sapin, le premier qui avait été trouvé afin de limiter les crises, qui semblait m’attendre patiemment. Boules et guirlandes arrivaient grâce à moi, pour l’envie de garder la magie de l’hiver. Je sais que je ne peux pas en vouloir à mes parents. Un deuxième enfant leur a demandé plus de travail de la société, et le fait que John soit comme il est leur demande plus d’implication, autant mentale que physique. Mais bon, c’est eux qui ont voulu un autre enfant. Je n’ai jamais demandé un petit frère qui nous fasse autant de mal à tous les trois. Former une famille est bien compliqué lorsque les parents sont habitués à une enfant calme. Moi je ne peux plus. Mais si j’explique tout ça à Morticia, je sais qu’elle va me trouver idiote. Avec tous les livres moldus que j’ai lu, je n’ai pas de mal à imaginer sa réaction face à une fille de 15 ans qui explique que son petit frère lui complique la vie, même si je dirais plus qu’il a tout détruit. Je soupire en lui lançant un regard embêté. Je ne vais pas lui mentir quand même. Mais je n’ai pas besoin d’entrer dans les détails, quitte à paraître encore plus idiote «C’est pas parce que  j’ai grandit… On aurait pu continuer ainsi si… c’est devenu un peu plus compliqué avec mon frère. Il est vraiment impossible à vivre, et quoi qu’on fasse c’est compliqué avec lui. Il arrive toujours à tout gâcher. Partout, tout le temps» Ne sachant pas comment expliquer autrement, je conclue d’une petit voix «Ici au moins, il n’est pas là.» Je réentends finalement ses dernières phrases et lève vers elle un regard curieux. «Pourquoi c’est une année plus importante ?» J’essaie d’imaginer les causes, je ne sais pas moi, quelqu’un dans sa famille s’est marié et c’est la première fois qu’ils fêtent Noël ensemble ? Je secoue pensivement la tête, quelle idée j’ai eu là. «C’est assez indiscret de ma part, excuse-moi.» J’espère qu’elle n’est pas fâchée. Ce serait bien embêtant, je l’aime bien moi Morticia.

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

Morticia lança un drôle de regard à l'autre jeune fille. Ce qu'elle disait était triste, elle se demandait bien comment son petit frère pouvait lui gâcher la vie à ce point. Parce que c'était pas juste comme elle avec Ash qui l'avait soûlé parfois. Il y avait l'air d'avoir plus que ça dans les paroles d'Alkanor. Assez pour avoir gâcher ses souvenirs de Noël. Non pas que Morticia lui ferait remarquer, c'était assez personnel. Elle se savait chanceuse avec sa famille. Ils s'entendaient tous bien et se serrait les coudes autant qu'il le pouvait. Il y avait des conflits, tout n'était pas toujours rose, mais ils savaient rester uni.

"Il est si terrible que ça ?" Demanda la jeune fille avec une grimace. Surtout qu'Alkanor même-ci elle semblait solitaire... Ne l'avait jamais rembarré, donc son frère devait vraiment être chiant à mort. Morticia avait bien du mal à s'imaginer qu'on puisse être désagréable au point de faire fuir sa propre famille. Et Alkanor était peut-être un peu bizarre, mais rien qui faisait fuir ou quoi. "T'es pas obligée d'répondre. C'est juste que c'est triste pour toi. Tu dois t'sentir vachement seule." Parla encore trop Morticia. Donnant son avis sans faux semblant, comme à son habitude. C'était aussi ce qui faisait son charme, cette honnêteté désarmante.

"Enfin, j'veux dire que tu sois obligé de t'éloigner pour pas que ça s'passe mal. C'pas juste." La blonde se mordilla la lèvre un peu mal à l'aise. Elle savait pas si elle aurait pas mieux fait de la fermer pour une fois. Parfois, il valait mieux ne pas insister.

"Pourquoi c’est une année plus importante ? C’est assez indiscret de ma part, excuse-moi." La poufsouffle se figea un instant restant silencieuse. C'était de bonne guerre, elle avait été indiscrète aussi. Elle regarda Alkanor qui avait l'air nerveuse, sans doute en pensant avoir été trop curieuse. Morticia ne lui en voulait pas, elle lui fit un petit sourire triste.

"C'pas grave Alkanor. Je... C'est bizarre parce que j'ai encore parlé d'ça à personne. Alors que d'habitude c'est moi qu'suis la plus bavarde." Elle ricana un peu, mais il n'y avait pas de joie ou d'amusement. C'était plus désabusé ? Elle ne savait pas et elle s'en fichait. "C'est sans doute l'dernier Noël qu'mon grand-Pa passera avec nous. Il est malade..." Elle passa une main sur sa nuque mal à l'aise. Le dire à voix haute lui donnait envie de pleurer, mais elle ne voulait pas pleurer. Son grand-père ne voudrait pas qu'elle s’apitoie sur son sort.

"Il a... il a un cancer. Tu connais ? C'est une maladie où les cellules d'viennent cinglées. Ça a été pris trop tard." Une larme coula sur sa joue. Elle se concentra sur sa respiration qui devenait tremblante, essayant de ne pas se mettre tout simplement à pleurer. C'était dur d'accepter que même la magie pouvait rien faire pour lui. C'était trop tard et ça rendait Morticia malade. Mais elle ferait bonne figure pour sa famille, et ci elle faisait plus de conneries que d'habitude... C'était seulement parce qu'elle avait envie, ça n'avait rien à voir avec son papy.

   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Le regard que me jette Morticia me fait penser que mon explication n’aurait peut-être pas dû avoir lieu. Je n’ai pas de mal à imaginer les difficultés qu’elle doit avoir pour comprendre ça, elle qui s’entend bien avec sa famille. Elle doit trouver ça bien bizarre, et je ne peux pas lui en vouloir. On est différente… Mais ça ne m’empêche pas de la trouver gentille, quoique assez curieuse. Mais tout va ensemble, et il faut faire avec, même si par moment ça s’avère embêtant. Comme en ce moment même alors qu’elle me pose la question dont la réponse n’est pas agréable à dire. Je ne réponds pas de suite, l’écoutant continuer de parler. C’est gentil à elle de ne pas vouloir me forcer. Elle donne juste son avis, et, même si elle a raison… Ça fait mal de devoir l’admettre. Je ne parle pas beaucoup de moi, et expliquer avec des mots ce que je ressens et ce que je pense de mon petit-frère n’est pas une affaire facile. Et elle a raison, c’est triste. Triste qu’un enfant de huit ans plus jeune que moi arrive à casser la vie de famille que j’avais avant. Et si mes parents au départ me disaient que l’arrivée de John ne changerait rien, ils avaient tort. Totalement tort. Le peu que je viens de dire n’est qu’un exemple parmi tant d’autre. Mais est-ce que je me sens vraiment seule ? Après tout, la solitude est dans ma nature depuis toute petite. Le calme, les livres, le rêve. Mais il y avait quand même des moments où j’aimais être avec les parents. Plus maintenant. «Il faut savoir s’éloigner quand il le faut. John et moi, on est trop… Trop différent. Beaucoup trop différent.» Je soupire doucement. «C’est compliqué à expliquer. J’ai toujours aimé être un peu seul, mais John m’a donné l’impression qu’il valait mieux que je reste seule tout le temps. Parce que j’embête mes parents depuis qu’il est là, tu vois ? Il a besoin d’attention. Il est… Petit.» Non. C’est faux. Je le sais. Mes parents auraient été capable de s’occuper de nous deux. «Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?» Ma voix n’est plus qu’un murmure qui ne s’entend presque plus et mes yeux se tournent vers les flocons. «Le bruit contre le silence, et c’est le bruit qui gagne. Le calme contre les mouvements. La nouveauté gagne elle aussi. Attention, sourires et tendresse. La grande se débrouille. Il faut savoir l’accepter.» Après une inspiration, je conclue doucement, la tête tournée vers elle «Tu dois me trouver idiote. Je suis désolée» On ne va pas laisser les larmes arriver et couler. La tristesse est une chose qui se doit de rester secrète. Il y a beaucoup de choses bien plus importantes !

Je ne voulais pas paraître trop curieuse en lui posant ma question. Être indiscrète n’est pas une bonne chose, surtout si ça pose sur une chose triste pour l’autre. Le fait qu’elle n’en ait parlé à personne encore me surprend fortement. Comme elle le dit, c’est elle d’habitude qui parle le plus. L’importance de cette année doit dépendre de quelque chose de triste. Je voudrais dire quelque chose, mais je préfère la laisser parler d’abord. L’écouter. Pour savoir. Et comprendre. Elle explique donc pourquoi, et je viens bien qu’elle est triste. Embêtée, je la regarde tandis qu’elle parle de la maladie de son grand-père. Une grande famille qui va bientôt se rétrécir. Physiquement, mais pas moralement, il ne faut pas l’oublier. Pour Morticia, ça doit être compliqué. Je dois dire quelque chose, mais je ne sais pas quoi. Moi, les larmes je sais pas y faire grand-chose. Que dire à une fille de mon âge qui va voir mourir une personne qu’elle aime tant ? Mon cœur se serre à cette idée. «Ça doit faire mal.» je dis doucement «À toi et à ta famille. Je…» Je n’ai jamais connu mes grands-parents. En fait, à part mes parents et mon frère, je ne connais pas le reste de ma famille. On n’a pas de photos, pas de noms ni prénoms. Ce sont pour moi de purs inconnus, des fantômes dont on ne parle pas. Peut-être sont-ils vivants ? À la rigueur ça m’est égal. J’aimerai lui dire quelque chose, mais les habituels "je suis désolée" ne servent à rien dans ces cas-là. «Si ça risque d’être votre dernier Noël tous ensemble, il faut en profiter, encore plus que d’habitude. Dans un livre j’ai lu qu’il fallait accepter de transformer les souvenirs joyeux en souvenirs tristes lorsqu’on a un grand changement dans sa vie, pour mieux avancer. Sans rien oublier. Ton grand-père, tu l’oublieras jamais, enfin je crois vu que tu as l’air de beaucoup l’aimer. Physiquement il sera plus là, mais moralement dans ton esprit, si !» Même qu’il arrive par moment -d’après mes livres- d’entendre la voix d’une personne chère qui est morte. Je ne saurai pas classer si c’est triste ou joyeux, aussi je préfère ne pas en parler. «Je sais ce que c’est un cancer. Mais tu sais, même si ça avait été découvert plus tôt… Peut-être que ça n’aurait pas pu être guérit tout de même. Les personnes âgées, c’est comme un bébé au niveau de la santé : c’est plus fragile. Ça aussi je l’ai lu dans un livre.» Je me tais un instant, réfléchissant. «Ça ne va pas te consoler j’imagine» dis-je avec un sourire embêté «Mais je ne sais pas quoi te dire d’autre. Après tout, la mort de quelqu’un n’a jamais rien de réjouissant.» Je soupire doucement, épuisée d’avoir tant parlé, et curieuse de voir sa réaction. J’espère ne pas avoir été trop directe, ni malpolie.

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Discussion face à la neige


Mardi 21 Décembre 2021

La jeune femme écouta Alkanor avec surprise, et un peu de tristesse. Morticia faisait partie de ses personnes compatissantes qui arrivaient facilement à se mettre à la place des autres. Instinctivement, elle comprenait qu'Alkanor mentait. Ou plutôt ne voulait pas avouer à voix haute que tout ça n'était pas normal. C'était normal que ses parents s'occupent plus du plus jeune, mais ce n'était pas juste qu'ils la laissent tomber à cause de ça. Ce n'était pas ça une famille, elle avait encore besoin de ses parents. C'était quelque chose de normale pour elle. Les Lawson n'auraient jamais laisser pareille chose se produire sous leur toit. Et pourtant, ils avaient eut trois terreurs à la maison. Mais il était vrai aussi, qu'ils étaient considérés comme des originaux, un peu farfelue. Voir complètement fou.

"J'comprends pas. Pourquoi tu les embêterais soudainement ? J'comprends qu'ils ont été dépassé s'tu veux, deux enfants c'était p't être trop pour eux. Mais, t'as b'soin d'eux toi aussi. Même-ci tu t'débrouilles bien toute seule. J'suis désolé si j'me mêle de c'qui m'regarde pas. Mais c'est pas comme ça qu'des parents d'vraient agir." Essaya d'expliquer la blonde. Avec encore une fois son honnêteté crue et sans faux semblant. Parce qu'elle était comme ça et parce qu'elle pouvait pas concevoir que John ait plus d'importance qu'elle. Et le pire aux yeux de la jeune femme hyperactive, c'est qu'Alkanor acceptait presque ça comme ci c'était normal. Ça ne l'était pas. Pas dans l'monde de Morticia.

"T'es pas idiote Alkanor. J'dirais pas ça. J'te trouve courageuse, tes parents d'vraient s'occuper d'toi. C'est normal qu'un p'tit demande plus d'attention. Mais c'pas bien de te laisser seule par facilité." Morticia se mordit la lèvre une nouvelle fois. Elle avait peur d'avoir été trop loin, elle voulait pas faire de la peine à sa camarade. Mais elle savait ni se taire, ni mentir. Pas sur des trucs comme ça.

«Ça doit faire mal. À toi et à ta famille. Je…» Morticia sourit, un sourire triste. Ouais ça faisait mal, mais c'était comme ça. Combien même c'était douloureux, c'était juste la vie. "Ça l'est. Mais c'est comme ça, j'suppose." Elle haussa les épaules alors qu'Alkanor reprenait la parole. Ça lui remontait pas l'moral, mais ça avait le mérite d'être vrai. Elle voulait justement faire tout ça, garder des bons souvenirs de son grand-Pa. Il allait lui manquer quand il partirait, mais il vivrait à travers sa famille. Elle ferait en sorte qu'on ne l'oublie pas, et elle savait que sa famille ferait de même. Morticia savait qu'elle parlerait de son grand-Pa aux enfants qu'elle aurait. Qu'elle leur inculquerait les valeurs de la famille, et des histoires sur leurs arrières grand-parents.

"J'sais et j'ferais tout pour passer autant d'temps que possible avec lui. Merci." Elle lui fit un sourire toujours un peu triste, mais pas seulement. Rassurée ou réconfortée plutôt par les paroles de sa camarade. Cette manière qu'elle avait de se référer à ses livres s'était touchant. Un peu triste aussi. "P't être pas t'as raison." Elle haussa les épaules, parce que ouais peut-être que ça aurait rien changé. Ou peut-être que ci. Le monde était tellement bizarre.

"Nan c'est pas réjouissant, et t'as rien à dire. Tu m'écoutes et c'est d'jà beaucoup, t'sais. Parce que ma famille est loin et qu'j'en ai pas encore parlé à mes meilleurs amis. J'le f'rais mais pour le moment j'ai pas envie. C'est plus difficile d'leur parler parce qu'ils m'connaissent bien." Ouais trop. Ils pourraient voir qu'elle allait pas aussi bien qu'elle le laissait penser. Et leur en parler rendrait tout ça bien plus réel. Elle se sentait pas prête pour ça. P't être qu'elle pourrait en parler avec Jackson dans quelques s'maines. Mais c'était trop tôt. Elle pouvait pas, pas encore. Parce qu'elle savait qu'elle pleurerait sans doute.

   
©️Lilith

_________________

Partout où Sid passe, l'ordre et la tranquillité trépassent !


descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Je parle, je parle plus que d’habitude et Morticia écoute. Je fais un petit sourire, au fond ça fait du bien de parler et d’être écouté. Bien que je ne le ferai pas tous les jours, car même si ça fait du bien c’est un peu douloureux au fond. Dire tout ça à voix haute, l’avouer, l’exprimer. Je ne crois pas l’avoir déjà fait. À quoi cela aurait-il pu servir de toute façon ? Je ne vois même pas pourquoi je le fais maintenant. Mais devant Morticia… Au fil de la conversation les mots sont sortis presque tous seuls. Mais pourtant il ne faut pas que j’oublie de réfléchir. Tout dire réellement n’est pas une bonne idée, non pas que je veuille mentir mais je préfère… Ne pas tout dire. C’est tout. Mais je l’écoute et sourie en l’entendant parler. C’est assez surprenant d’entendre une personne parler avec autant de franchise. Mais c’est une chose agréable de savoir que quelqu’un donne ainsi son opinion, même si ça risque de lui poser des problèmes de temps en temps. Quoi qu’il en soit, Morticia ne semble pas vraiment comprendre ce que je viens de dire. Enfin, les explications plutôt. Haussant les épaules, j’essaie d’expliquer : «J’étais grande quand John est né alors ils ont dû se dire que ça irait. Mais ça a eu un effet papillon comme on dit tu vois.» Et oui, John est né, mes parents ont dû s’occuper de lui, j’ai été toute seule, je me suis débrouillée donc mes parents ont pu plus s’occuper de lui. Ce qui a fait que le petit avait lui l’habitude qu’on s’en occupe et qu’il refusait que les adultes aillent faire autre chose. Et puis avec tout ce bruit je suis devenue plus solitaire et John plus proche des parents. Le pire, c’est que j’ai rien fait moi. Pour éviter de nouveaux cris de la part du petit frère lorsque, au tout début, j’essayais. Je n’ai fait qu’une chose : abandonner. Avec un haussement d’épaules, j’ajoute doucement «Au fond c’est un peu de ma faute. Je n’ai pas vraiment essayé de… De rester.» Je finis par sourire, tout ça n’est pas vraiment important, le passé est passé et le futur est à venir. Maintenant c’est le présent, et autant s’attarder le moins possible.

Je lève la tête avec surprise en l’écoutant. Dit-elle ça par pure politesse ? J’ai beau ne pas la connaître depuis longtemps, de ce que j’ai observé elle n’a pas l’air d’être le genre de personne à mentir. Donc ce que j’ai dit… Elle aurait pu trouver ça bête. Enfin je crois. En fait je n’arrive pas à m’imaginer moi en face de quelqu’un qui m’explique ça. Mais ça c’est autre chose. J’hésite un instant avant de lui adresser un sourire sans joie «J’imagine que c’est comme ça. Toutes les familles sont différentes, on y peut rien. Et on ne peut pas changer les gens.» Après réflexion sur ce qu’elle a dit, j’ajoute «Merci. C’est… C’est gentil. De dire que je suis pas idiote.» Peut-être ai-je mis trop de précision, mais au moins je le lui aurai dit.

La jeune fille m’écoute tandis que j’essaie de dire quelque chose, et même si ce n’est pas trop dans mes habitudes de dire ce genre de choses, Morticia a l’air d’apprécier. Et je sourie à cette pensée, soulagée de ne pas avoir été trop maladroite. Même si ce qui est sûr c’est que ça na va pas l’aider à se sentir plus joyeuse. Mais comment être heureux lorsque quelqu’un à qui l’on tient va bientôt mourir ? Et bien je n’ai pas de réponses. Préférant ne rien ajouter, je reste à écouter. «C’est normal.» dis-je doucement «Écouter est une chose que je sais faire, alors je le fais et ça ne me dérange pas.» Combien de gens j’écoute parler lorsqu’il n’y a pas trop de monde et que je ne suis pas encore partie dans mes pensées ? Ça peut paraître malpoli, mais au fond je n’analyse pas vraiment : les mots entrent et sortent, me bercent et m’envoient dans mon esprit. C’est tout, rien de bien méchant. Sauf quand il y a trop de monde, là ça fait mal car je n’arrive plus à distinguer les voix, les phrases, les mots. Revenant sur ce qu’a dit la jeune fille, je réfléchis longuement. J’aurai cru que parler aux personnes qui nous connaissent bien serait plus facile, puisque justement ces personnes-là pourraient avoir les bons mots… Mais au final avoir des bons mots, c’est compliqué. Peut-être que Morticia pense ça car ses amis ont plus l’habitude de la voir joyeuse ? C’est fort probable. Et compréhensible également. Moi je m’adapte plus ou moins, mais c’est vrai qu’une personne qu’on connaît depuis longtemps doit avoir plus de mal. Avec un sourire sincère j’ajoute «Je comprends. Tout dépend des personnes après, mais il faut juste que tu prennes le temps.» Et ne pas brusquer les choses. Au fond si on n’a pas vraiment accepté quelque chose… Le dire à voix haute rend cette chose encore plus étrange, douloureuse et même insupportable. Hésitante, je ne sais pas quoi dire d’autre aussi je préfère ne rien ajouter. Quand on ne sait pas quoi dire, on se tait.

_________________

Discussion face à la neige Sign-110

descriptionDiscussion face à la neige EmptyRe: Discussion face à la neige

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum