Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

In RPG, nous sommes en Février 2022.
Profitez bien des nouveautés ! Le récapitulatif est ici !

Partagez

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyDis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapinDimanche 16 janvier 2022Hier, Peter McLaggen avait eu une journée bien remplie. Il avait d’abord éviter les chatouilles d’Eden Bennett, puis avait chanté des chansons paillardes avec lui devant la porte de la Grande Salle. Devant des gens donc. Et devant Juliette Holmes, la fille dont Eden était désespérément amoureux. Même si ce dernier ne s’en rendait pas compte. En toute cas, la jeune fille s’était vexée, pour on ne sait quelle raison, et s’était enfuie. Peter, avec son grand cœur, avait peut-être -bon, ok, il avait vraiment jeté de l’huile sur le feu. Mais au moins, grâce à son intelligence prodigieuse, Juliette était partie vers sa Salle Commune au lieu d’aller prendre son petit-déjeuner. Et Eden avait pu lui parler en tête à tête.

C’était donc grâce au héros qu’était Peter que son meilleur ami avait pu embrasser langoureusement la fille dont il rêvait pendant de très longues minutes. Oui, parce que Peter les avait, bien évidemment, espionné. C’était dans la suite de son programme de sa longue journée. Et ce qu’il avait prévu juste après lui demanderait un peu de préparation. Et une sortie non prévue à Pré-au-Lard. Le Serpentard emprunta un passage secret pour aller jusqu’au village secret acheter son bien. Puis il remonta au château. Il avait vu de loin Eden sur le terrain de Quidditch. Un vrai entraînement programmé ou juste un entraînement pour le plaisir. En tout, n’ayant aucune envie de se les geler dehors, il attendit son ami dans le château. Quand il vit enfin l’équipe de Quidditch arriver, il se releva, un sourire presque machiavélique sur les lèvres. « MON PETIT LAPIN ! J’AI CE QUE TU M’AVAIS DEMANDE ! » Il lui lança la boîte, que son ami attrapa forcément, avec ses réflexes de joueur de Quidditch. « Ton lubrifiant ! » Il avait un grand sourire satisfait de le voir paniquer avec sa boîte dans les mains, et Eden lui renvoya. Peter se pencha légèrement et l’attrapa en plein vol. alors qu’il fit un pas dans la direction de Eden, ce dernier repartit dehors en courant.

Ah oui, mais non. Peter voulait lui tirer les vers du nez ! Il avait des questions à lui poser ! Alors, prenant son courage à deux mains, il commença à lui courir après, dans la neige. Il manquait de glisser, mais il ne fallait pas que Eden lui échappe. Quand le Serpentard avait presque réussi à l’attraper, au lieu de lui attraper le bras, il préféra sauter et lui sauter dessus. Les deux tombèrent à terre, dans la neige. Peter rigolait comme un bossu et se tourna vers Eden. « Doit vraiment y avoir un truc entre nous, on se retrouve si souvent à terre, entre la plage, et hier ! » Ils finirent par se relever et se poser sur un banc. « Tiens. J’l’ai peut-être acheté pour une blague, mais t’en auras sûrement plus besoin que moi. » Peter eut un sourire salace. « Pour Juliette ou même pour tes lèvres, vu comment tu lui as mangé la bouche hier. Sérieux, vos embrassades ont duré combien de temps ? » Le Serpentard se tourna vers son ami en haussant les épaules, un sourire en coin sur le visage. « Ouiiii, j’avoue, je vous ai suivi hier ! J’avais envie de savoir. Mais quand j’ai vu que la réconciliation était bien en route, je me suis barré. J’avais peur de tomber sur une scène de cul en plein couloir. » Peter se tourna vers l’horizon, le regard rêveur. « Tu crois qu’à part Juliette, d’autres personnes pensent qu’on est en couple ? Ce serait marrant. » Peter éclata de rire avant de continuer. « Enfin, au moins, vous avez enfin échangé votre premier baiser alors que t’étais pas saoul ! » Il jeta un œil vers Eden. Dire qu’il ne lui avait toujours pas dit ! Mais le Poufsouffle ne semblait pas surpris. Peter haussa un sourcil. « Attends, ça n’a pas l’air de t’étonner. Tu le savais déjà ? Juliette te l’a dit ? Mais quand ? »
:copyright:️ Justayne

_________________

Go emmerder le monde !

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapin

Dimanche 16 janvier 2022Eden vérifia une nouvelle fois son équipe, alignée devant lui. Cette séance d’entraînement s’était décidé presque toute seule, alors qu’ils parlaient tous ensemble dans leur salle commune. Mais pour pour être tout à fait honnête avec lui-même, Eden devait bien s’avouer qu’il avait vraiment besoin de sortir. D’avoir quelque chose à faire, qu’un peu d’adrénaline circule dans ses veines. Qu’il pense à autre chose qu’aux douces lèvres de Juliette, et son corps si près du sien… Le jeune homme ferma les yeux, en se faisant violence pour ne pas y penser. Sinon, si il n’y arrivait pas, il ne pourrait plus jamais se concentrer en cours. « MON PETIT LAPIN ! J’AI CE QUE TU M’AVAIS DEMANDE ! » Eden rouvrit les yeux d’un coup. Il rêvait, ou c’était… Peter. Bien sûr que c’était Peter, avec sa bonne humeur habituelle, qui venait sans doute se moquer de l’équipe de Poufsouffle.  Le jeune homme attrapa à la volée la boîte que son ami venait de lui lancer, par curiosité mais surtout par réflexe. « Ton lubrifiant ! » Eden se figea quelques secondes, avec la désagréable impression que de l’eau glacée était en train de couler le long de son dos. Il n’osa même pas se retourner vers ses camarades de Quidditch, de peur de croiser leur regard. Le jeune homme renvoya la boîte à l’envoyeur, et utilisa la technique qui lui semblait être la plus adéquate pour cette situation : la fuite.

Eden ne se retourna pas, et détalla dans la neige comme un petit lapin affolé. Il n’avait pas réfléchit en prenant ses jambes à son cou, mais en même temps, que pouvait-il faire d’autre ? Pourquoi Peter lui avait acheté du lubrifiant ? Pour Ju… Non, il ne fallait pas qu’il pense à ça, pas maintenant ! Il fallait juste qu’il court, le plus vite possible, le plus loin possible surtout. Eden sentit quelque chose de lourd et de massif lui agripper le dos, le déséquilibrant. Il tomba dans la neige, avec un Peter riant comme une baleine toujours accroché à lui. Heureusement, la chute les détacha un peu, laissant le temps au jeune homme de mettre une distance plus que raisonnable entre Winnie et lui. « J’vais finir par me poser des questions, ouais... » Bougonna Eden en le suivant pour s’asseoir sur un banc, de mauvaise humeur. Les reproches de Juliette n’arrêtaient pas de tourner en boucle dans sa tête. Heureusement qu’elle n’était pas en train d’assister à ça… « J’en ai pas besoin... » Il repoussa la boite de lubrifiant que lui tendait Peter, en affectant d’avoir une mine dégoûté. Il manquerait plus que Peter le prenne pour un petit pervers ! « Pour Juliette ou même pour tes lèvres, vu comment tu lui as mangé la bouche hier. Sérieux, vos embrassades ont duré combien de temps ? » Eden eut l'impression d'avoir les joues en feu, en repoussant aux baisers torrides qu'il avait échangés avec la jeune femme. Puis il prit le temps d'analyser les paroles de son ami. Il l’avait suivi. Et Peter le disait avec le sourire, en plus. Eden n’arrivait pas à le croire. Peter l’avait espionné pendant qu’il embrassait Juliette. « Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi, exactement ? » Souffla-t-il, encore choqué.

Mais Peter semblait être parti sur un sujet qui l’intéressait beaucoup plus. Et pour cause ! Il était une partie de ce sujet. « Non, c’est pas marrant Peter. C’est terrible. » Eden regarda son ami, effaré. Il ne comprenait rien, non ? « Enfin, Peter, toi tu peux t’en foutre, t’as une copine. Mais merde quoi, pas moi. Et j’ai pas envie que Ju… que des filles me croient gay ! » C’était déjà bien assez difficile entre eux deux, il n’y avait pas besoin que Peter rajoute une couche dans les complications. Eden n’arrivait toujours pas à faire un point sur ses sentiments, il n’arrivait pas à nommer ce qu’il ressentait pour Juliette. Alors, avoir le temps de s’occuper des conneries de Peter ? Non, il ne fallait pas trop en demander au Poufsouffle non plus ! « Enfin, au moins, vous avez enfin échangé votre premier baiser alors que t’étais pas saoul ! » Eden se racla la gorge, mal à l’aise. Le jeune homme n’avait pas mis dans la confidence son ami. Il n’avait dit à personne qu’ils étaient allés se promener avec Juliette en ville, à vrai dire. Il aurait préféré garder le secret, mais Peter venait de relever et… Il fallait bien qu’il lui dise, non ? Eden avait toujours été un piètre menteur, surtout avec Peter. Et puis ça lui évitera de se faire torturer par son ami s’il avouait maintenant toute la vérité. « Oui, elle me l’a dit… Quand on est allé à Londres ensembles. Juste avant que… que je l’embrasse pour la deuxième fois. Voilà, t’es content, tu veux des détails ? » Eden s’était levé du banc, un peu en colère, en faisant des grands gestes. Bizarrement, il avait l’impression que Peter allait encore se foutre de lui, pour une raison qu’il ne comprendrait même pas lui-même. « Pourquoi ça t’intéresse autant, d’ailleurs ? » Machinalement, Eden reprit la boîte de lubrifiant, pour garder ses mains occupées. Que ses gestes aient l’air étranges, alors qu’il venait de courir dans la neige, paniqué d’avoir cette boîte entre les mains, ne lui avait même pas effleuré l’esprit. « De toute façon, on sort même pas ensemble, je sais même pas ce qu’elle ressent pour moi... » Et si elle le détestait, à cause de tout ce qu’il lui faisait subir ? À cause de Peter ? Eden ne le supporterait sans doute pas… « Et moi non plus, d’ailleurs... »
:copyright:️ DABEILLE

_________________

Hyperactive But Totally Happy!

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapinDimanche 16 janvier 2022Alors que Peter riait toujours, Eden bougonnait. Qu’est-ce qu’il avait, il s’était levé du pied gauche ou quoi ? Pourtant, il n’était pas le dernier à l’emmerder dès 8 heures du matin, hein. Vivement que son petit lapin reprenne du poil de la bête. Peter le regarda repousser le lubrifiant d’un air dégoûté. « Même pas pour ta bouche, t’es sûr ? » Bah, tant pis pour lui. Il l’offrirait à Josh s’il fallait, histoire de rigoler un coup. Mais en attendant, Peter regarda son ami devenir tout rouge, d’abord de gêne, puis d’indignation. « Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi, exactement ? » Le jeune homme haussa les épaules puis leva les mains, en guise d’innocence. « Tu me connais, je suis curieux. J’voulais juste écouter la dispute. Et puis elle a dit mon nom, ça me concernait, j’avais le droit de savoir ! Et imagine. Elle s’enfermait dans la Salle Commune. Sans le mot de passe, comment t’aurais fait, hein ? »

Mais bon, Peter préférait se calmer et devenir un bon ami, en voyant Eden en panique. « Non, c’est pas marrant Peter. C’est terrible. » Peter haussa un sourcil, l’invitant ainsi à développer. « Enfin, Peter, toi tu peux t’en foutre, t’as une copine. Mais merde quoi, pas moi. Et j’ai pas envie que Ju… que des filles me croient gay ! » Peter leva les yeux au ciel. Pourquoi tout le monde lui parlait de Romilda ? Tout le monde les voyait comme un couple parfait, mais personne ne voyait à quel point c’était dur. Romilda était plus ou moins heureuse d’être en couple, mais il n’y avait aucune passion. Peter, lui, n’était pas heureux avec elle, et essayait de passer le moins de temps possible avec sa copine. Elle voulait le forger à son image, et c’était un comportement qui ressemblait beaucoup trop à son père. « Ouais bah ce n’est pas la joie avec Romilda. Ta relation avec Juliette est beaucoup plus passionnante. » A ce moment, le Serpentard se rendit compte de l’info qu’il avait lâché. Il soupira et passa une main dans les cheveux d’Eden pour le décoiffer. « Tu ne veux pas que des filles ou qu’une fille pense que tu es gay ? Il y a une différence. »

« Oui, elle me l’a dit… Quand on est allé à Londres ensembles. Juste avant que… que je l’embrasse pour la deuxième fois. Voilà, t’es content, tu veux des détails ? » Peter regarda son lapin se lever, els yeux grands ouverts. « Attends, quoi ? Vous êtes allés à Londres ensemble ? Mais quand ? Et tu l’as réembrassée ? Mais évidemment que je veux des détails ! » Tout en restant assis, il se redressa, un petit sourire sur les lèvres. « Wow, vous êtes passionnés. Mais genre tu l’as pris, comme ça, et tu l’as embrassé ? » Peter ricana légèrement. « Eden Bennett, l’agresseur sexuel de ces dames ! Enfin, elle a l’air d’aimer ça, alors… » Alors que Eden continuait de se lamenter, le jeune homme fronça les sourcils. « Tu ne comprends pas pourquoi vous êtes aussi tactiles tous les deux ? Mais t’es idiot ou quoi ? C’est naturel ou tu prends des cours du soir ? » Il leva les yeux au ciel. « J’vais rien t’expliquer, tu vas devoir apprendre à comprendre tout seul comme un grand. » Mais surtout, Eden ne comprenait pas que Juliette mais également son ami. « Pourquoi ça t’intéresse autant, d’ailleurs ? » Peter haussa les épaules, en regardant le Poufsouffle reprendre la boîte de lubrifiant. Sérieusement, si c’était pour la reprendre, ce n’était pas la peine d’en faire tout un plat. « Je te l’ai dit. Ta relation avec Juliette est beaucoup plus intéressante que la mienne. Et puis, même si je me moque beaucoup de toi, tu restes mon pote, alors ça m’intéresse tout court, faut pas croire ! » Maintenant qu’il avait lâché le morceau avec Romilda, autant assumer. Et puis, même si Peter n’était pas un adeptes des déclarations d’amitié sérieuses, il vouait rassurer Eden sur ses bonnes intentions. « De toute façon, on sort même pas ensemble, je sais même pas ce qu’elle ressent pour moi... Et moi non plus, d’ailleurs... » Ah non, là, c’était trop pour le Serpentard. Eden ne comprenait vraiment rien. « C’est bon, j’ai compris, je ne vais pas te laisser sans explications, t’es beaucoup trop aveugle. » Il se leva et posa plus ou moins brusquement ses deux mains sur les épaules de son ami. « Eden. Tu es amoureux de Juliette. A-mou-reux. Et si tu veux mon avis, je pense que c’est réciproque, sinon elle te laisserait pas l’embrasser comme ça, ou serait pas aussi vexée quand elle a cru qu’on sortait ensemble. »
:copyright:️ Justayne

_________________

Go emmerder le monde !

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapin

Dimanche 16 janvier 2022

« Même pas pour ta bouche, t’es sûr ? »  Eden leva les yeux au ciel, mais ne put s’empêcher de toucher ses lèvres. Il se rappelait la pression, la douceur de celles de Juliette, son ardeur aussi. Mais il ne fallait pas qu’il y pense maintenant, avec Peter à côté ! Le Serpentard en profiterait à coup sûr pour se foutre de lui.  « Ouais ouais, curieux. » Bizarrement, il n’y croyait pas. Ou plutôt, si, mais ce n’était pas de la bonne curiosité. « T’es surtout un sale voyeur, ouais. » Son excuse était naze, vraiment. Si Juliette avait réussis à atteindre la Salle Commune avant qu’il ne la rattrape pour la coller au mur, il aurait bien trouver quelque chose. Quitte à attendre devant la porte pendant des heures, que Juliette sorte. Peter semblait vraiment trop imbu de lui-même, trop fier de sa blague. Et le Poufsouffle n’avait pas envie de lui laisser gagner ne serait-ce une once de terrain, pas aujourd’hui.

Eden haussa un sourcil. Passionnante ? Juliette et lui, ils se retrouvaient toujours dans des situation pas possibles, et à chaque fois leur relation était au bord de l’implosion. Et puis, il y avait aussi toute cette jalousie, entre eux, sans qu’il ne comprenne pourquoi il agissait comme ça. Et la tension, toute cette tension qui le prenait aux tripes, à chaque fois. La chaleur dans son bas-ventre qui le rendait euphorique, les caresses de leurs mains… Passionnante, peut-être. Passionnée ? C’était plus que sûr. « Ouais bah… c’est pénible quand tu le vis. Éprouvant. Et excitant. Très. » Le jeune homme croisa le regard de son meilleur ami. Il lui frotta la tête, en essayant de retrouver sa manière d’agir au naturel. Ce qui n’était pas chose aisée, car il ne pouvait penser qu’à Juliette. À ses lèvres, à ses mains. Aux courbes qu’il devinait sous ses vêtements. « Vas-y, fous-toi de ma gueule. » Eden se redressa, en s’ébouriffant les cheveux. Il était une boule de nerf, depuis quelque temps, sans qu’il ne sache pourquoi.

« Tu ne veux pas que des filles ou qu’une fille pense que tu es gay ? Il y a une différence. »  Eden toussota, mal à l’aise. Il aurait dût répondre du tact au tact, dire qu’il ne voulait pas que les filles en général pense qu’il était gay mais… Pour être honnête, il n’y avait qu’une seule fille qui comptait, dans son esprit. Une jolie blonde, grande adoratrice de roman, de thé et de théâtre, qui faisait battre son cœur un peu plus chaque jour qu’il passait à ses côtés. Eden essayait de l’éloigner de ses pensées, sans succès. « Pfff, quelle différence ça fait ? » Il était complètement de mauvaise foi. Et le pire, c’est qu’il le savait aussi bien que Peter. « Dis… Tu te fous de moi si je suis sincère ? » Eden soupira. De toute façon, au point où il en était… « Je veux pas que Juliette le croit, d’accord ? » Il détourna le regard, lâchement. « J’veux dire, elle m’a baffé ! C’était la gifle de ma vie Winnie ! » C’était nul, mauvais. La pire excuse qu’il n’ait jamais osé prononcé.

Il grimaça en entendant les mots de Peter. C’était sans doute une mauvaise idée de lui avoir raconté leur rendez-vous, surtout que maintenant, il ne pouvait plus refaire machine arrière. Parce que Peter voulait des réponses et que s’il ne les obtenait pas de lui, il irait embêter Juliette, qui n’avait rien demander à personne. Et ça, c’était inacceptable. « On est juste allé visiter Londres, et puis on est allée voir Roméo et Juliette. » Eden sourit, en évoquant les souvenirs de cette journée. « Et puis… je ne sais plus pourquoi, mais je lui ai demandé pourquoi l’ambiance était bizarre, entre nous deux. Elle m’a tout raconté et… J’ai pas réfléchis Peter, je l’avais collé au mur pour être sûre qu’elle me dise tout, tu vois ? Et puis, il y avait ses lèvres et… J’ai pas pût faire autre chose que l’embrasser. Elle est si belle, terriblement, terriblement craquante et attirante ! » Eden ferma les yeux, se cachant les paupières d’une main. Pourquoi est-ce que tout sortait, comme ça, d’un coup ? Peut-être parce qu’il avait senti que, pour une fois, Peter avait l’air un minimum sérieux. Parce qu’il avait parlé de sa relation avec Romilda… Une fois qu’ils auraient finis de parler de lui, Eden cuisinerai un peu son Winnie. Les amis, c’est fait pour ça après tout ! « Wow, vous êtes passionnés. Mais genre tu l’as pris, comme ça, et tu l’as embrassé ? »  Eden essaya de faire abstraction de son rire. « Bah… oui. » Est-ce qu’il s’était trompé sur le sérieux de Peter ? « Eden Bennett, l’agresseur sexuel de ces dames ! Enfin, elle a l’air d’aimer ça, alors… » Le Poufsouffle sentit la sueur froide couler le long de son dos. « Tu… Tu crois que je l’ai forcé ? Tu crois qu’elle ne voulait pas ? » Vraiment mal à l’aise, il se craqua un à un les doigts, comme si ça pouvait le détendre. Spoiler : ça ne marchait pas, mais vraiment pas du tout.

Le jeune homme leva les yeux sur Peter, sans comprendre. Il cherchait de l’aide, et Peter qui semblait avoir tout compris, ne lui disait rien ! Quel ami faisait ça, hein ? « Non mais vraiment, Peter, t’es pas cool. » Mais bon, si il voulait se la jouer comme ça, grand bien lui fasse. « C’est bon, j’ai compris, je ne vais pas te laisser sans explications, t’es beaucoup trop aveugle. »  Eden fronça les sourcils, en essayant d’enlever les mains de son ami de ses épaules. Comme si Peter allait lui annoncer quelque chose de grave. Il n’avait pas le temps de jouer avec Winnie. « Pardon ? » Il avait certainement mal compris. « Non, non, je suis pas amoureux. » Et pourtant, il pensait qu’à Juliette, il ne rêvait que de passer la journée avec elle, à parler d’art, de littérature, à l’embrasser, à la caresser. « Non, vraiment, je ne suis pas sûr... » En fait, si. Plus les secondes s’égrenaient, et plus la vérité le frappait en pleine face. Mais il ne voulait pas le dire, pas se l’avouer tout de suite. Et si Juliette ne l’aimait pas ? « Comment tu peux être sûr que Juliette m’aime, elle aussi ? » Il venait de se griller tout seul, sans s’en rendre compte. « Je suis pas du tout intéressé. Non, vraiment. Bon, ok, peut-être un petit peu. » Putain, il était complètement à côté de la plaque. À qui voulait-il faire croire ça ? « J’avoue, je suis complètement dingue d’elle. Elle me rend folle, vraiment. Voilà, t’es content ? » Il croisa les bras, en faisant face à Peter, faussement énervé. En vrai, sortir tout ce qu’il avait sur le cœur lui faisait du bien, même si ça ne réglait pas le problème que Juliette causait à sa concentration qui se barrait en quatrième vitesse dès qu’elle était à côté de lui.

« Bon, maintenant mon Winnie, tu vas me parler de toi et de Romilda. » Il voulait des réponses, et le Poufsouffle ne le lâcherait pas avant qu’il lui ai tout dit. « C’est vraiment pas terrible, entre vous deux ? » Eden avait toujours trouver la Gryffondor un peu pénible, pas vraiment intéressante, mais il la supportait pour Peter. Enfin, supportait… Vu qu’elle ne venait jamais traîner dans leur bande de potes, il n’avait pas à la supporter tant que ça. « Tu veux en parler ? Tu sais que tu peux tout dire à Tonton Eden, hein ? » Discrètement, il glissa la boîte de lubrifiant dans sa poche, en essayant de faire en sorte que Peter ne le voit pas. Après tout, ça pourrai toujours être utile, non ? Au moins donner des idées à Juliette...
:copyright:️ DABEILLE

_________________

Hyperactive But Totally Happy!

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapinDimanche 16 janvier 2022Un sale voyeur ? Lui ? Peter ne voyait pas du tout -avec la plus grosse mauvaise foi du monde- de quoi son lapin parlait. Mais il fallait bien le taquiner un peu, non ? Ne serait-ce que pour lui donner un coup de choc et qu’il aille voir Juliette. Sans lui, il ne l’aurait pas embrassé bourré, et ne l’aurait pas embrassé dans le couloir. Peter était un héros.

« Ouais bah… c’est pénible quand tu le vis. Éprouvant. Et excitant. Très. » Peter vit Eden se pencher pour lui ébouriffer les cheveux. Il lui laça alors un clin d’œil. Ce n’est parce qu’il était vexé que Juliette le croit gay qu’il devait arrêter ses bonnes habitudes, hein ? « Ah oui, c’est sûr, ça a l’air d’être une torture… » Il ricana un peu devant l’air perdu de son ami. « Vas-y, fous-toi de ma gueule. » Peter leva les mains en l’air, innocemment, pour la deuxième fois de la journée. A force, Eden ne le croirait pas, hein ? Si il l’avait cru un jour. « Nan, mais pour une fois que je ne me fous pas de ta gueule ! Je suis fasciné. T’as pas l’impression d’être un héros de littérature romantique, à vouloir absolument attraper ta princesse ? »

« Pfff, quelle différence ça fait ? » Peter arqua un sourcil. « Mon lapin, tu veux vraiment que je t’explique la différence que ça fait ? » Il ricana en passant une main dans ses cheveux. Finalement, il ne savait pas si il préférait le Eden joueur ou le Eden paniqué. « Dis… Tu te fous de moi si je suis sincère ? » Le Serpentard leva la main en l’air. Comme quoi. Le sage qui avait inventé l’adage « jamais deux sans trois » avait bien raison. « Moi ? Me foutre de toi ? Jamais ! » La mauvaise foi ? Peter était expert. « Je veux pas que Juliette le croit, d’accord ? » Un sourire victorieux apparut sur les lèvres du Serpentard. Est-ce que, enfin, Eden allait avouer que Juliette était plus qu’une amie ? « J’veux dire, elle m’a baffé ! C’était la gifle de ma vie Winnie ! » Ah, nan. Faux espoir. Peter fronça les sourcils. « Tu m’expliques à quel moment j’étais censé croire cette excuse pourrie ? » Il se passa une main dans les cheveux, presque désespéré. Il ne voyait rien, hein ? Et il avait très envie que son lapin soit heureux. « T’as surtout envie que Juliette ne se fasse pas d’idées sur tes sentiments. Comme ça elle a le champ libre pour te draguer. »

Peter écoutait Eden lui raconter le rendez-vous qu’il avait eu avec Juliette. Et ce n’était même pas censé être un rendez-vous amoureux. Mais ça ne faisait que renforcer ce qu’il pensait sur les sentiments de son lapin. Surtout quand il voyait son regard rêveur et amoureux. « Tu… Tu crois que je l’ai forcé ? Tu crois qu’elle ne voulait pas ? » Peter mit un doigt sur son nez, faisant mine de réfléchir. « Mmmh… Voyons voir… Sachant qu’elle a répondu à ton baiser, collée à toi, qu’elle n’a pas essayé de te frapper et au vu de mon ton ironique, non, je ne crois pas que tu l’ais forcée. » Devant l’air vaguement énervé d’Eden, parce qu’il se foutait encore de lui, il lui offrit un sourire d’excuses, un peu amusé toutefois. Mais en même temps, c’était bien trop facile de se foutre de lui.

« Pardon ? Non, non, je suis pas amoureux. » Peter haussa les sourcils, le laissant monologuer tout seul. Avec un peu de chance, ça montrait jusqu’au cerveau. « Comment tu peux être sûr que Juliette m’aime, elle aussi ? » Peter eut un sourire narquois. Mais c’était le moment d’être sérieux. Il avait la sensation d’être dans un moment historique. Eden Bennett commençait à se rendre compte qu’il était préoccupé par ce que pensait Juliette de lui, et que donc, il allait bientôt s’apercevoir qu’il était amoureux. « La façon dont elle te regarde, quand tu lui parles ou juste quand tu passes dans les couloirs ou quand tu parles en cours. Le léger rougissement quand on lui parle de toi. Comment elle répond avec ardeur à tes baisers. » C’était suffisant comme indices, non ? Il croisa les bras et continua d’écouter son ami qui délirait sur ses propres sentiments. Encore un peu et il s’en rendrait compte. « J’avoue, je suis complètement dingue d’elle. Elle me rend folle, vraiment. Voilà, t’es content ? » Hallelujah ! Peter applaudit, comme les enfants devant une piètre performance. « Oui ! t’imagine même pas à quel point ! » Il ricana et envoya un clin d’œil à Eden. « Bon. Parlons choses sérieuses. Tu comptes lui dire ? Quand ? Comment ? »

« Bon, maintenant mon Winnie, tu vas me parler de toi et de Romilda. » Peter ne put s’empêcher de faire une grimace. C’était vraiment obligatoire de parler d’elle ? « C’est vraiment pas terrible, entre vous deux ? Tu veux en parler ? Tu sais que tu peux tout dire à Tonton Eden, hein ? » Peter soupira, en repensant aux lettres qu’il échangeait avec Milo. Il lui avait dit qu’il essaierait de parler avec son meilleur ami. Et là, c’était une excellente occasion. Mais avant… « Ouais bah je crois que tonton Eden va bien s’amuser avec le lubrifiant que Winnie lui a offert. » Il ricana. Ouais, bon, on ne change pas une équipe qui gagne. Il s’appuya contre le dossier du banc, et décida d’être honnête. « Mais sinon… Ouais c’est pas terrible. Genre essayer de l’avoir, c’était marrant, mais elle est beaucoup plus accro que moi. Et puis… Elle me demande d’être une autre personne que moi-même, tu vois ? » Il se craqua les doigts, nerveux. Ça ressemblait beaucoup trop à l’attitude de son père et coupait toute envie d’être avec elle. « Pour tout te dire, quand je l’embrasse, c’est pour qu’elle arrête de me faire chier, tu vois le genre ? Y a aucune passion. Moi, je suis sûr de pas être amoureux d’elle. » Peter jeta un coup d’œil vers Eden. Voir si son ami le jugeait.
:copyright:️ Justayne

_________________

Go emmerder le monde !

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapin

Dimanche 16 janvier 2022

Eden soupira, avec un petit sourire. Oui, il en avait marre que Peter se foute de lui, mais en même temps, ça lui plaisait bien. C’était comme si un peu de normalité revenait dans son quotidien, après toute la folie de ces derniers temps, qui répondait au doux nom de Juliette. « Une princesse ? » Il fit la grimace, pour cacher son sourire. Il était presque sûr que la comparaison de leur relation avec de la littérature romantique plairait à Juliette, même si c’était les mots de Winnie. « Une princesse spécialisée dans la fuite, alors. En espérant qu’elle ne se spécialise pas dans les baffes non plus… » Eden se toucha la joue, en regardant son ami, avant d’éclater de rire. Au moins, il se sentait un peu mieux – et c’était assez pour qu’il recommence à déconner avec Peter !  

Le jeune homme préféra ne pas relever la phrase du Serpentard. Est-ce qu’il voulait vraiment que Juliette le drague ? Est-ce qu’elle le draguait ? Est-ce qu’il la draguait, lui ? Eden n’en avait pas l’impression, il avait l’impression d’agir normalement, avec elle. Mais en ayant un comportement un peu plus particulier, une proximité qu’il n’arrivait pas à s’expliquer. Ils étaient presque toujours sur la même longueur d’ondes, adoraient faire découvrir leurs univers à l’autre – il n’y avait qu’à se rappeler de la désastreuse opération visant à faire voler Juliette, d’ailleurs. C’était comme… Si Eden la connaissait depuis toujours, et vice-versa. « Mmmh… Voyons voir… Sachant qu’elle a répondu à ton baiser, collée à toi, qu’elle n’a pas essayé de te frapper et au vu de mon ton ironique, non, je ne crois pas que tu l’ais forcée. » Le Poufsouffle essaya de taper dans l’épaule de son ami, sans grand succès. « Ta gueule Winnie, tu m’empêche de réfléchir. » Réfléchir à ce qu’il ressentait pour Juliette. Sur les sentiments et les émotions qui le traversaient, à chaque fois qu’il évoquait son simple nom dans son esprit. Sur ce qu’il avait toujours mis de côté, pour se concentrer sur leurs sujets de conversation, ses lèvres contre les siennes, ses mains sur sa peau. Et la lumière se fit, enfin. « Oui ! t’imagine même pas à quel point ! » Eden croisa les bras, boudeur. « Je te déteste. » Il s’ébouriffa les cheveux en commençant à s’agiter. Le dire à Juliette ? Tout de suite, alors qu’il venait de s’en rendre compte, comme un imbécile ? Peter ne pouvait pas lui laisser un instant de répit, on ? « Heu… Jamais ? Demain ? Je sais pas. C’est tôt, non ? Je sais paaaas ! » Eden commençait à se dandiner en sautillant de droite à gauche. Plus que son hyperactivité, c’était son stress qu’il évacuait maintenant. « Il faudrait que je passe un peu plus de temps avec elle, hein ? Genre, l’inviter à sortir quelque part. J’ai pas envie qu’elle pense que c’est purement physique, tu vois ? » Le jeune homme attendit la réponse de Peter – en croisant les doigts pour qu’il redevienne sérieux au moins cinq minutes – avant de poursuivre sur sa lancée. « Peter, j’ai encore jamais été dans cet état. Je veux dire, amoureux. Tu te rappelle, je t’ai parlé de cette fille de Durmstrang, quand j’avais 13 ans ? Bah c’est pas du tout la même chose, là… » Est-ce que c’était la première fois qu’il était vraiment, réellement amoureux ? Peut-être bien, et cette idée ne déplaisait pas à Eden, qui ne pouvait pas s’empêcher de sourire comme un imbécile heureux.

Mais il était temps de passer aux choses sérieuses : le couple que formait Peter et Romilda. Ou qu’ils semblaient former, s’il avait bien compris ce que sous-entendait son Winnie. « Ouais bah je crois que tonton Eden va bien s’amuser avec le lubrifiant que Winnie lui a offert. » Eden toussota, mal à l’aise. Il n’avait pas envie de se justifier, et pourtant c’était ce qu’il faisait. « Bah… on sait jamais, hein ? » Il détourna le regard. Voilà, maintenant il était vraiment beaucoup trop mal à l’aise pour agir normalement. « Tu me gaves. » Finit-il par lâcher en agitant les mains. « Maintenant je vais pas arrêter d’y penser, comme si le fait que Juliette me hante les nuits étaient pas assez suffisant... » Eden s’arrêta, un instant. Il venait vraiment de sortir ça ? « Non, non mais c’est pas ce que je voulais dire ! » Sa voix suintait la panique et le désespoir. « Oublie, ok ? Sinon… sinon je te pète encore une fois le nez ! » Le jeune homme ria en se passant une main dans les cheveux, en remarquant la tête de son ami. Il faudrait qu’il pense à utiliser cet argument plus souvent, il semblait vraiment faire mouche.

« Mais sinon… Ouais c’est pas terrible. Genre essayer de l’avoir, c’était marrant, mais elle est beaucoup plus accro que moi. Et puis… Elle me demande d’être une autre personne que moi-même, tu vois ? » Eden grimaça, en reprenant son visage sérieux. Ça sentait vraiment mauvais, tout ça. Surtout si Peter n’était même pas un tout petit peu amoureux d’elle. « Bah… si t’es pas amoureux, pourquoi tu casses pas avec elle ? » Demanda-t-il en haussant les épaules. Quoi, c’est vrai non ? Pourquoi son Winnie devait se forcer à faire semblant avec cette fille, si elle ne lui apportait rien, au final ? « Nan mais je veux dire, sérieusement. Pourquoi tu t’obstines si ça colle pas entre vous deux ? De toute façon, moi je l’ai toujours trouvé assez chiante… Je pense pas que tu perdes grand-chose si tu la quittes, tu vois ? » Eden s’appuya sur le dossier du banc, en mettant les mains derrières sa tête. Parfois, il ne comprenait pas son meilleur ami. « Tu sais, les gens vont pas subitement te détester parce que t’es célibataire, hein. Et puis même si elle chiale comme une gamine, bah… tant pis. Les gens, ils oublient assez vite ce genre d’histoire. Et c’est pas comme si tu seras seul, hein ? » Eden se leva d’un bond, pour faire face à Peter. Il avait l’air beaucoup trop grave, et même un peu triste. Ça n’allait pas du tout. « Tu sais que tu pourras toujours compter sur ton lapin, Peter ! » Fit-il en se mettant au garde-à-vous, un grand sourire aux lèvres.
:copyright:️ DABEILLE

_________________

Hyperactive But Totally Happy!

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapinDimanche 16 janvier 2022« Une princesse spécialisée dans la fuite, alors. En espérant qu’elle ne se spécialise pas dans les baffes non plus… » Peter regarda Eden puis éclata de rire avec son ami. Enfin, Eden se détendait. Enfin, il pouvait de nouveau plaisanter, et l’emmerder. Même si ça ne l’avait pas empêché de le faire avant. « Princesse Juliette. Ça lui va bien, nan ? » Il ricana en donnant un coup de poing dans l’épaule d’Eden. « Avec toi en prince charmant. »

Peter avait tout essayé pour que Eden se rende compte de la proximité amoureuse qu’il y avait entre les deux. Il avait même utiliser l’ironie -en lui disant clairement que c’était de l’ironie ! « Ta gueule Winnie, tu m’empêche de réfléchir. » Peter leva les yeux au ciel et le laissa réfléchit en paix à ses sentiments. Il fallait bien qu’il comprenne un jour à quel point il était amoureux de Juliette. Un grand sourire victorieux naquit sur les lèvres de Peter quand il vit que Eden s’en était enfin aperçu. « Oui, je sais que tu me détestes. » Il ricana en proposant à Eden de se déclarer. Mais il flippait. Pire qu’une fille, vraiment ! « Tôt ? Tu rigoles ? Tu lui as mangé la bouche combien de fois depuis décembre ? Il serait temps de passer aux choses sérieuses ouais. » « Il faudrait que je passe un peu plus de temps avec elle, hein ? Genre, l’inviter à sortir quelque part. J’ai pas envie qu’elle pense que c’est purement physique, tu vois ? » Peter se gratta le bout du nez en réfléchissant. C’était mal s’il recyclait les mêmes conseils qu’avec Josh ? Oh, et puis, après tout, comment Eden pouvait le savoir ? « Bah emmène la à Pré-au-Lard, pour un rencard. Au salon de thé de Madame Pieddodu, c’est dégoulinant de romantisme à souhait. » Il mima une grimace avant de reprendre. « Sinon, un moment en tête-à-tête dans une salle de classe vide, avec de la musique. Pitié, dis-moi que toi, tu sais danser. » Avec un peu de chance, Eden n’était pas aussi désespérant que son cousin. « Peter, j’ai encore jamais été dans cet état. Je veux dire, amoureux. Tu te rappelle, je t’ai parlé de cette fille de Durmstrang, quand j’avais 13 ans ? Bah c’est pas du tout la même chose, là… » Peter haussa les épaules. « Bah encore heureux que c’est pas pareil. J’veux dire, t’avais 13 ans, et là, t’en as 17. J’espère que t’as mûri et grandi depuis le temps. » Il ria devant le regard désespéré de son ami, avant de reprendre. « Ok, je rigole. Je vois ce que tu veux dire. Oui, je me souviens de cette fille. Et je me souviens du moment où tu m’en as parlé la première fois. T’en parlais avec le même air que quand tu parles de tes Pookies. T’avais pas le même sourire idiot qui apparaît maintenant sur ton visage. »

Eden avait vraiment l’air gêné se s’être fait attraper par Peter. Normal, non ? Surtout quand on sait que son meilleur ami allait se foutre de sa gueule. « Maintenant je vais pas arrêter d’y penser, comme si le fait que Juliette me hante les nuits étaient pas assez suffisant... » Alors que Eden s’interrompit, le sourire de Peter s’élargit. « Alors, dis-moi mon petit lapin. Que fais-tu la nuit en pensant à Juliette ? » Il commença à rigoler en entendant Eden paniquer. « Non, non mais c’est pas ce que je voulais dire ! Oublie, ok ? Sinon… sinon je te pète encore une fois le nez ! » Peter s’arrêta immédiatement de rire, et fit la grimace. Ok, ça lui donnait un air très sexy et sauvage, mais voulait éviter la douleur et le sang qui tâche les fringues.

« Bah… si t’es pas amoureux, pourquoi tu casses pas avec elle ? » Peter regarda Eden avec de grands yeux. C’était dit avec la plus grande simplicité du monde, mais en soi, il avait raison. Sauf que s’il lui disait, il prendrait la grosse tête. « Bah dis donc mon lapin, t’as eu un élan de génie pour me sortir un conseil pareil ? » Il s’ébouriffa les cheveux, mal à l’aise. Il savait pertinemment que Eden essayait de l’aider ; mais Peter avait l’impression que c’était plus compliqué que ça. « Nan mais je veux dire, sérieusement. Pourquoi tu t’obstines si ça colle pas entre vous deux ? De toute façon, moi je l’ai toujours trouvé assez chiante… Je pense pas que tu perdes grand-chose si tu la quittes, tu vois ? » Il savait qu’Eden avait raison. Il le savait. Juste… Peter était resté avec elle par commodité. « Tu sais, les gens vont pas subitement te détester parce que t’es célibataire, hein. Et puis même si elle chiale comme une gamine, bah… tant pis. Les gens, ils oublient assez vite ce genre d’histoire. Et c’est pas comme si tu seras seul, hein ? Tu sais que tu pourras toujours compter sur ton lapin, Peter ! » Peter éclata de rire, comme si toute la tension évacuée sortait. « Ouais, je vois ce que tu veux dire. Je crois pas que ce soit ça, qui me fasse flipper. C’est… Je sais pas. Je suis rester avec elle par commodité. » Il soupira en regardant le ciel. « Je sais pas quand ni comment la quitter. » Il fronça les sourcils. « Ca c’est fini comment avec ta copine, toi ? Donne-moi des conseils. » Peter soupira. Lui, le bourreau des cœurs qui demandait des conseils à quelqu’un ? Mais où allait le monde ?
:copyright:️ Justayne

_________________

Go emmerder le monde !

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapin

Dimanche 16 janvier 2022

Eden sentit son cœur raté un battement. Princesse Juliette, avec lui en prince charmant… Il se sentait ridicule à l’idée que ça lui plaise autant. Le jeune homme ne bougea pas lorsque Peter lui lança un coup de poing dans l’épaule, le sentant à peine. Le Poufsouffle était encore en train de rêvasser de la jeune femme, de son joli sourire quant il l’embrassait ou qu’ils parlaient ensembles. « Dis pas n’importe quoi, Winnie. » Eden croisa les bras, en grommelant. Il n’assumait pas de se découvrir un esprit aussi romantique devant son meilleur ami, ça le mettait mal à l’aise. Bien sûr, Peter et lui pouvait tout se dire, mais… C’était comme pour sa passion du dessin, Eden n’assumait juste pas. Ou plutôt, il assumait devant une seule personne : Juliette.  

Le Poufsouffle leva les yeux au ciel. Peter prenait tout cette histoire vraiment trop à cœur. Et oui, il le détestait autant qu’il l’adorait de s’immiscer ainsi dans sa vie amoureuse. « Eh, je lui ai pas mangé la bouche. T’as jamais embrassé une fille, ou quoi ? » Eden grimaça. Bon, c’est vrai que vu de loin, les baisers passionnés qu’ils échangeaient avec Juliette ne donnaient sûrement pas envie – voir, prêtaient à se foutre d’eux. Mais c’était bien plus doux, bien plus merveilleux que simplement se manger la bouche ! Le jeune homme se craqua les doigts, en se faisant la réflexion qu’il avait vraiment l’égo mal placé, ces derniers temps. « J’avais déjà pensé à l’amener dans un salon de thé, je sais qu’elle aimerait beaucoup ça... » Eden fixait le sol, en évitant de croiser le regard de son ami. Parce qu’il allait encore se moquer de lui, non ? « Je sais à peu près danser, j’ai dû apprendre. » Il grimaça, en repensant aux cours que ses parents l’avaient obligés de suivre, plus jeune. Tout ça pour être présentable lors des réceptions. Eden adorait sa famille, mais il détestait vraiment ce genre de mascarade où tout le monde le jugeait car il ne pouvait pas se tenir tranquille.

« Bah encore heureux que c’est pas pareil. J’veux dire, t’avais 13 ans, et là, t’en as 17. J’espère que t’as mûri et grandi depuis le temps. » Pour la énième fois, Eden soupira en levant les yeux au ciel. Peter avait fini d’être sérieux, très bien alors. « Ouais, j’ai dû prendre vingt centimètres depuis, c’est vrai. Ce qui fait que je suis plus grand que toi. Tu vois, moi aussi j’peux faire des réflexions débiles ! » Le jeune s’étira, en regardant les nuages défiler à l’horizon. C’est vrai qu’il ne pouvait pas s’arrêter de sourire quand il était avec Juliette. Ou quand il parlait de Juliette. Ou quand il ne faisait que penser à elle. Eden soupira. C’était possible de se sentir aussi con juste parce qu’on était amoureux ?

« Bah dis donc mon lapin, t’as eu un élan de génie pour me sortir un conseil pareil ? » Le jeune homme soupira. Adieu le sérieux de Peter… Eden tenta encore une ou deux fois de lui faire retrouver un peu de bonne humeur, à défaut d’arriver à retrouver le ton plus posé de la conversation.  Le Poufsouffle arrêta de faire le pitre en entendant – enfin ! - le rire de son meilleur ami retentir. « Rester par commodité, c’est mal mon petit Winnie. Ça te blesse, ça la blesse. Bref, c’est un mauvais plan. » Eden croisa les bras, en réfléchissant. « Comment… Je sais pas. Quand ? Écoute, tu peux pas faire pire que la larguer le jour de la Saint-Valentin, non ? » Il explosa de rire devant la tête de Peter, avant de reprendre contenance.  De toute façon, son ami n’allait pas faire ça, Peter jouait souvent au con, mais il était loin de l’être. Eden était bien placé pour le savoir.

« Ça c’est fini comment avec ta copine, toi ? Donne-moi des conseils. » Le jeune homme fronça les sourcils, en se tournant vers son ami. Est-ce que Peter avait conscience que leurs deux situations n’avaient absolument rien à voir ? « Bah… Je suis parti de Durmstrang. » Eden haussa les épaules. À quoi Peter s’attendait ? Il lui avait dit, il n’avait que treize ans à l’époque. Ce n’était pas vraiment le grand amour, et à part deux ou trois baisers volés, il ne s’était absolument rien passé. « Je sais pas, on s’est juste dit que c’était mieux comme ça. On s’aimait pas vraiment, tu vois ? C’était pour passer l’temps, en gros. » Il haussa de nouveau les épaules. Pour être sincère, le jeune homme ne se souvenait pas vraiment des moments passé avec son ancienne petite-amie. Il avait même oublié son nom de famille, c’est dire ! « Sinon… Je sais pas, tu pourrai essayer d’en parler posément avec Romilda ? Lui dire que tu ne l’aimes plus autant qu’avant ? » Eden se passa une main dans les cheveux, mal à l’aise. Normalement, ce n’était pas lui qui devait jouer les conseillers amoureux ! Le monde allait vraiment de travers, ces temps-ci. « Surtout, ne lui avoue pas que tu n’as jamais été amoureux d’elle. Parce que là, ça aura vraiment du mal à passer. » Il soupira, en priant sincèrement pour que ce genre de situation ne lui arrive jamais. De toute façon, il n’avait aucune envie de laisser tomber son histoire avec Juliette, même s’ils avaient des hauts et des bas dignes des montagnes russes. « En tout cas, soit sincère. Au moins, tu n’auras rien à te reprocher comme ça. Je ne sais pas quoi te dire d’autre, Peter. Il n’y a pas vraiment de bon ou de mauvais moments pour une rupture, je pense. Et puis avec un peu de chance, Romilda se rendra compte qu’elle t’étouffait comme ça, et elle ne fera plus la même erreur la prochaine fois ? » Le jeune homme donna une petite tape sur l’épaule de son ami, pour l’encourager. « Les gens qui veulent te changer, tu devrais les éviter, Peter. Tu es parfait comme tu es, ok ? Regarde moi, on a souvent essayer de me changer, de me faire rentrer dans le cadre, et pourtant je suis toujours là, non ? » Eden offrit un grand sourire à son ami. On avait essayer de le changer, c’est vrai, mais il avait toujours résister. Surtout parce qu’il avait une excuse médicale, certes. Mais le résultat était là, non ? « De toute façon, le premier qui touche à la longueur de mes cheveux, j’le mords ! »
:copyright:️ DABEILLE

_________________

Hyperactive But Totally Happy!

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz


Dis-moi tout, mon lapinDimanche 16 janvier 2022 « Eh, je lui ai pas mangé la bouche. T’as jamais embrassé une fille, ou quoi ? » Peter leva les yeux au ciel. « Je te rappelle que j’ai une copine depuis un an, contrairement à toi, ok ? On s’est déjà embrassé, plus ou moins passionnément. Mais nous, on a toujours su se montrer discret. » Le Serpentard haussa les épaules. Bon, ce n’était pas forcément vrai, mais au moins, ils ne s’étaient jamais pelotés aussi passionnément. Mais d’un autre côté, contrairement à la relation entre Eden et Juliette, la sienne était loin d’être passionnée. « Bah voilà, le salon de thé. C’est très bien. Et je t’assure que c’est un lieu très romantique. » Le jeune ouvrit grand les yeux. « Toi ? Tu sais danser ? » Il n’aurait jamais parié là-dessus. Mais au moins, Eden se débrouillait mieux que son cousin. « Bah. T’as qu’à lui organiser une petite surprise dansante dans une salle de classe vide. Toutes les filles aiment danser. »

« Ouais, j’ai dû prendre vingt centimètres depuis, c’est vrai. Ce qui fait que je suis plus grand que toi. Tu vois, moi aussi j’peux faire des réflexions débiles ! » Peter porta une main à son cœur, l’air faussement blessé. « Ah, tu fais du mal à mon ego. » En ricanant, il observa son ami qui regardait les nuages. Avec son air d’imbécile heureux sur le visage, c’était évident qu’il pensait à Juliette.

« Rester par commodité, c’est mal mon petit Winnie. Ça te blesse, ça la blesse. Bref, c’est un mauvais plan. » Peter soupira et regarda le ciel. « Ouais bah je pense pas que ça la blesse, vu comment elle s’accroche à moi comme une sangsue quand elle me voit. » Est-ce qu’il avait l’air totalement cruel en disant ça ? Sûrement. Mais Eden le conseillait, et l’écoutait. Il savait déjà que ce n’était pas la joie, et il n’avait pas fuit. Il ne fuirait sûrement pas pour ça. « Comment… Je sais pas. Quand ? Écoute, tu peux pas faire pire que la larguer le jour de la Saint-Valentin, non ? » Peter fronça les sourcils, la mine dégoûtée, avant de rejoindre son ami dans son rire. « Nan mais sérieusement. Qui est l’idiot qui ferait ça ? »

« Bah… Je suis parti de Durmstrang. » Peter fronça les sourcils. « Hein ? C’est tout ? C’est le seul conseil que t’as à me donner ? Tu sais que je peux pas me barrer de Poudlard, moi ? » Il soupira en continuant d’écouter Eden parler. « Bah heureusement que tu rêves pas que de passer le temps avec Juliette, hein ? » Il ricana avant de reposer son regard sur lui. « Lui dis jamais ça, si tu veux pas qu’elle te refrappe. » « Sinon… Je sais pas, tu pourrai essayer d’en parler posément avec Romilda ? Lui dire que tu ne l’aimes plus autant qu’avant ? » Peter ne disait plus rien et mit la tête en arrière pour regarder le ciel, en écoutant les conseils de Eden. Quand-est ce qu’il aura le courage de tout lui dire ? Qu’il n’était pas heureux, qu’elle l’étouffait, qu’il n’aimait pas l’image qu’elle voulait qu’il soit ? « Surtout, ne lui avoue pas que tu n’as jamais été amoureux d’elle. Parce que là, ça aura vraiment du mal à passer. » Peter tourna la tête vers Eden. « Ça va, ça m’arrive d’avoir du tact. Mais je retiens le conseil. » Le jeune homme se rendait bien compte que Eden pensait en même temps à Juliette. Il ne pouvait parler d’expérience, comme il avait eu la rupture la plus nulle du monde. Alors peut-être qu’en même temps il exprimait ses peurs ? A la fin de es conseils, Peter se leva face au grand sourire de Eden. « Tu sais ce que j’ai retenu ? C’est que tu me trouves parfait. » Devant la tête de son ami, il éclata de rire avant de le forcer à se relever pour le coller à lui. « Et te coupes pas les cheveux mon lapin. Comment je ferais pour te décoiffer, moi, sinon ? » Il plongea son regard dans le sien, avant de le lâcher en riant. Faire râler son meilleur ami, il adorait ça, et ne s’en privait pas. Malgré tout, c’est ensemble qu’ils retournèrent au château.
:copyright:️ Justayne

_________________

Go emmerder le monde !

descriptionDis-moi tout, mon lapin EmptyRe: Dis-moi tout, mon lapin

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum