Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

[INTRIGUE] L'intrigue de la Finale de la Coupe du Monde de Quidditch touche à sa fin, choisirez vous votre camp ?
L'année scolaire commence le lundi 5 septembre 2022 à Poudlard.
Les élèves sont priés de se rendre sur la voie 9 ¾ le dimanche 4 septembre 2022 afin de prendre le Poudlard Express. Départ à 11h !
L'année scolaire commence le 12 septembre 2022 à l'UMS. Encore un bon mois de vacances, n'oubliez pas de réviser avant la rentrée.
Le mois d'août s'annonce pluvieux après les grosses chaleurs de juillet. Couvrez vous bien !

Partagez

descriptionGive Me Love EmptyGive Me Love

more_horiz

♫ Give a little time to me or burn this out, We'll play hide and seek to turn this around. ♫
Ft Kiki

Jeudi 12 Mai 2022

J'avais recommencé. Je l'avais ignoré pendant presque deux semaines. J'étais tellement mal à l'aise aussi. Je ne savais pas quoi dire, je ne savais pas quoi faire. On dit quoi à quelqu'un avec qui on a fait ce genre de chose sans vraiment le vouloir hein? “Salut mec, ça boome?” Non, définitivement pas.  Alors oui, encore, j'avais choisi la méthode lâcheté. Pourtant, m'éloigner ne suffisait apparemment pas du tout... Je n'arrêtais pas d'y repenser. De penser à lui, de penser à ce qu'on avait fait, de penser à notre dispute le matin. Pourquoi je me prenais la tête alors que j'en avais rien à faire hein? Pourquoi je pensais à lui même parfois le soir, seul dans mon lit? Pourquoi des fois ces souvenirs me donnait très très chaud? Je me surprenais moi-même à le reluquer longuement pendant les cours que j'avais avec les Serpentards, baissant les yeux dès qu'il levait les siens comme une collégienne face à bae.

En parlant de cours, j'avais passé une heure à me faire houspiller par Irina parce que 'j'étais pas attentif'. “Mais Cameron, concentre toi... C'est bientôt la fin de l'année tu vas rater tes examens. Je veux bien t'aider mais fais un effort !” Alors, c'est vrai, j'étais pas attentif du tout, alors que ma meilleure amie, elle, m'aidait pour la 9000eme fois cette année à ne pas me vautrer dans un gouffre de nullité. En plus elle était tendue cette semaine à cause des histoires  de Peter et Dmitry. Mais là c'était pas ma faute ! C'est parce qu'il y avait Killian pas loin devant moi et qu'il avait quand même de sacrés belles fesses...

La brune se pressa à la fin du cours pour ranger ses affaires et ne pas être en retard au suivant, que nous n'avions pas en commun. Je lui fis un signe de la main alors qu'elle s'éloignait rapidement « Ciao Bella ! » Elle était trop loin et n'avait pas entendu mes âneries. Tant mieux peut-être, j'en avais assez fait pour aujourd'hui... Du coin de l’œil, j'avais aperçu que Killian aussi était à la traîne et la salle se vidait lentement autour de nous. Aussi, de manière un peu automatique, je me mis à ranger mes affaires lentement, espérant sans doute qu'on se retrouve un peu seuls. “Killian en fait... Attends!” Je l'attrapais par le poignet pour l'obliger à rester. Les autres étaient partis. Il n'y avait plus que nous dans ce couloir, et je ne savais absolument pas quoi dire. Je n'étais pas sûr de savoir pourquoi je l'avais retenu. “Je...” Je. En voilà une belle déclaration. C'est sûr là, tout était pardonné. “Oh merde, ça m'énerve cette situation ! Je suis désolé, je veux pas être un connard avec toi, je sais pas quoi faire... “ Je n'avais aucun intention de finir cette phrase qui, de toute façon, n'avait pas vraiment de fin. Je l'avais juste fait reculé contre le mur, encore. Décidément, j'aimais bien le coincer dans cette position. «  J'vais t'embrasser, ok ?» J'avais posé mes lèvres contre les siennes doucement, pour le laisser se dégager s'il n'en avait pas envie. J'avais besoin de ça, je crois. Je voulais savoir ce que ça me faisait, sobre. Et puis peut-être qu'une toute petite partie au fond de moi en avait très envie, même si je n'étais pas encore prêt à l'avouer à haute voix...

Dimanche 22 Mai

J'avais fait ça plusieurs fois ces dernières semaines. L'embrasser passionnément au détour d'un couloir, loin des yeux des autres, avant de m'enfuir plus ou moins rapidement. Je l'avais même attiré dans le placard à balais pour le câliner quelques minutes entre deux cours. Il devait m'en vouloir énormément. Enfin, j'imagine, parce qu'on parlait pas beaucoup.  Mais mes 'discussions' avec Peter m'avait aidé à accepter un peu plus la réalité, et j'étais maintenant persuadé que je devais réparer mes bêtises rapidement si je ne voulais pas le perdre. Et je ne voulais pas le perdre. Je l'aim... Enfin, j'étais attaché à lui quoi. Il comptait pour moi.

« Killian,
Pardon d'être un gros naze. J'ai vraiment été un petit con avec toi. Rejoins moi près du lac ce soir, à l'heure du dîner... S'il te plaît. Je te jure que tu ne le regretteras pas. 

C. »

Mhh oui, tout à fait, j'étais retourné en primaire là. J'envoyais des petites lettres à mon n'amoureux. À peu de choses près j'écrivais 'Veux-tu me rejoindre pour sortir avec moi ? 0 Oui 0 Non. Coche ta réponse. '. Mais le truc, c'est que je n'avais pas le cran de l'aborder directement. J'avais trop peur qu'il dise non je crois. Au moins là, s'il ne venait pas, je serais seul avec ma honte et ma tristesse, je n'aurais pas à assumer un refus devant lui et à garder la face. Il était 20h 05 et je me tordais nerveusement les cheveux, espérant qu'il me rejoigne sur la berge du lac, et qu'on puisse discuter tranquillement, loin des gens, loin de l'alcool.  S'il ne venait pas, ça serait peut-être la fin de notre pseudo-histoire. Je pense que je n'oserai plus jamais le regarder dans les yeux s'il me plantait là comme un con avec mes sandwichs et mes salades.

J'étais pas un mec très orignal, j'avais de nouveau volé à manger dans les cuisines pour faire un espèce de repas en tête à tête sous les étoiles. C'était romantique non ? Ou totalement cliché ? Ridicule ? Putain j'étais pas sûr qu'il apprécie l'idée. Il allait se foutre de ma gueule c'est sûr. Et si je partais finalement ? Non non, pire idée, s'il venait et que j'étais pas là, j'étais un homme mort, pour sûr. Je sursautais, tiré de mes réflexions par un craquement de branche, comme si quelqu'un s'approchait. « Killian? » Appelais-je la bouche sèche, sentant mon cœur se serrer un peu sous l'espoir de le voir approcher.

Mercredi 8 juin

J'étais en sueur et je gardais la tête baissée comme un enfant qu'on était entrain de réprimander. J'avais jamais été aussi stressé de toute ma courte vie, et ses beaux yeux qui me fusillaient du regard ne m'aidaient PAS DU TOUT. Bon, en même temps je l'avais cherché. Très fort. Très très fort. Ne dit-on pas "qui court après deux lapins n'en aura aucun" ? Alors oui, c'était sans doute pas une bonne idée d'aller faire des galipettes avec Peter alors que c'était déjà compliqué avec Killian. C'était évident qu'il allait l'apprendre, tout se savait dans ce château. Gossip Wizard n'était plus là, mais ça n'avait pas empêché cette information d'arrivé jusqu'au oreilles du petit blond.  Certes, pour moi, ces moments m'avaient un peu aidé à accepter ma sexualité et mes sentiments pour Killian, mais présentement, je crois que ça allait surtout m'aider à me prendre son poing dans la figure. Je lisais sur sa tête toute la haine qu'il avait pour moi en ce moment. Ou alors il avait de la peine ? Il était jaloux ? Dur à dire, car peu importe son émotion, Killian avait toujours l'air très énervé.

« Parle moi s'il te plaît Chaton... » Je soupirais et essayais d'attraper sa main dans la mienne. Échec. « Je t'ai dit 20 fois que j'étais désolé ! Je... j'étais paumé ok, j'ai jamais été avec un mec, j'arrivais pas à assumer, et je sais toujours pas si j'y arrive d'ailleurs... et on en a parlé et... voilà ça a un peu dérapé. Et puis, je sais même pas si on est en couple toi et moi ! » Je penchais la tête sur le côté, en replongeant mon regard dans le sien. Il fallait bien que j'assume un peu ce que j'avais fait. Même le fuir du regard, c'était pas très courageux « Tu es jaloux Killian ? » Je m'approchais de lui et posais doucement ma main sur sa cuisse. J'avais envie de le prendre dans mes bras et qu'on arrête de s'engueuler, mais ça n'allait sans doute pas se passer comme ça avec cette petite tornade. «T'énerve pas, je dis pas ça pour me moquer ok. Je... Je suis pas ce genre de gars c'est tout, si tu me dis que ça te dérange je le ferais plus... » Oh que c'était commode. Est-ce que j'allais me servir de mes conneries à moi pour le forcer à aborder la question des sentiments entre nous ? Oui, tout à fait. Genre « Oh c'est vrai ça te saoule que je vois quelqu'un d'autre, c'est parce que tu veux qu'on soit en couple toi et moi ? ».

Samedi 25 juin

J'allais pas le laisser partir comme ça si ? J'avais été très silencieux dans le Poudlard express qui nous ramenait chez nous. Mes copains plaisantaient tous, malgré l'année difficile que nous avions passés avec les gros problèmes de tout le monde. Mais moi, je n'avais pas le cœur à ça J'étais angoissé. J'étais triste. Killian et moi, on était fâchés, encore. Toujours ? Oui, peut-être. C'était ma faute je crois. Y avait eu Peter, et Killian n'avait pas encore digéré je crois . Normal quelque part. Puis j'assumais pas notre relation, je ne voulais pas qu'on s'affiche devant tout le monde. Bref. Il avait toutes les raisons du monde d'être fâché non ?

Sur le quai, j'avais abandonné les copains, mais surtout Irina sans lui faire de gros câlin comme à mon habitude. Bon d'un côté, si j'avais fait ça cette année, Josh Bennet m'aurait peut-être jeté sous les roues d'un train alors c'était un mal pour un bien. De toute façon, je lui raconterai plus tard et elle comprendrait. J'avais posé ma valise dans un coin pour pouvoir me dépêcher. Je la récupérerais après. Ça devait faire un peu tragique, mais j'avais couru sur le quai pour le trouver avant qu'il ne s'en aille et qu'on se sépare pendant deux mois alors qu'il m'en voulait. « Kiki ! » Fiou, on a encore eu de la chance ! Je l'avais aperçu avec Ethan, juste avant qu'il ne disparaisse derrière le mur de la gare. Je pris une grande inspiration pour pas me dégonfler et l'attrapais par la taille pour l'embrasser doucement, devant son frère et surtout devant tous les autres élèves autour de nous. « Je t'aime aussi, c'est bon, je m'en fous des autres. Je veux pas que tu m'oublies cet été... » Je caressais sa joue doucement, la gorge nouée. J'avais envie de pleurer ? Ptét, un peu. C'était pas très viril ça tiens, mais j'étais trop angoissé. « Pardonne moi, s'il te plaît. Je t'aime, promis, j'arrête d'être con.» Je l'embrassais  de nouveau, sans penser une seconde au pauvre Ethan qui attendait à côté.

« Camerooooooon » « Aheeeem » Je lâchais Killian, rougissant jusqu'aux oreilles. J'avais bien rapidement reconnu la voix de ma petite sœur, qui était venue me chercher, comme tous les ans. « T'es pas avec Nana ? » « Et toi, t'es pas avec maman ? » Je lançais un regard embarrassé au blond près de moi. Est-ce qu'il allait être énervé parce que je l'avais lâché en entendant ma sœur ? D'un côté le coming-out à la famille, ça c'était vraiment l'épreuve du feu ! «  Si elle est derrière je me suis enfuie! Je suis Emily ! Et toi ? » La demi-vampire tendit la main à Killian, pour faire 'comme les grands'. « C'est marrant vous êtes pareils ! » Affirma la petite en regardant successivement Ethan Et Killian. Je m'agenouillais près d'elle et la ris dans mes bras. « C'est des jumeaux Emily. Lui c'est Ethan et lui c'est Killian... C'est euh...  C'est mon amoureux, mais tu le dis pas à maman ok ?! » Je m'étais un peu senti obligé d'avouer. Je venais de lui dire que je m'en fichais de l'avis des autres je pouvais pas recommencer à mentir. J’espérais juste vraiment qu'elle n'allait pas balancer à notre mère, au moins pas ici, parce que la connaissant, elle le prendrait pas mal mais allait être relou as fuck.


️️Lilith



Dernière édition par Cameron Forbes le Mer 30 Sep - 21:09, édité 2 fois

_________________

I would rather you hate me and be safe than the other way around


descriptionGive Me Love EmptyRe: Give Me Love

more_horiz
Give Me Love feat. Cameron Forbes

{⇢ Good to You }

| Jeudi 12 Mai 2022 |

Putain. En vrai, le truc à Cameron, c'est vraiment de m'ignorer. En vrai, il le fait bien. Pendant une semaine, ou deux , ou trois, de totalement m'oublier, me rayer de son existence, de m'éviter quand il me croise. J'sais pas trop comment ça se passe dans sa tête. Est-ce qu'il pense à moi, des fois? J'me demande... Et j'sais pas trop pourquoi. Parce que , au fond, j'suis content qu'il m'oublie et me lâche la grappe. Je demandais pas mieux. Pas de fête pourrie à l'horizon. Pas de nouvelle connerie. Pas de Cameron pour venir me faire chier... Le paradis, non? Tout comme avant que je le connaisse. Que moi et mes propres bêtises que j'assume totalement et pleinement et que je gère et contrôle. Sans rien à regretter.

Sans doute la curiosité, ouais, c'est tout. C'est la seule raison pour laquelle, parfois, j'me demande c'qu'il fout. Est-ce qu'il pense à cette histoire, là. Est-ce qu'il se tape quelqu'un d'autre. Mais si, genre, juste, encore comme ça là... Parce que c'est un débile. Ca arrive souvent, aux débiles. Je ne me compte pas dans le lot. Je devrais? J'vous emmerde. Moi je le fais en connaissance de cause. ... Ou pas. Bref, j'suis pas le sujet là putain!

En vrai, j'sais pas, j'pense qu'outre la curiosité, c'est normal que je pense un peu à lui. Il s'est passé pleins de trucs avec lui, en vrai. Alors normal que je l'oublie pas comme ça d'un coup. En plus, vu le coup qu'il m'a fait la dernière fois qu'il m'a totalement snobé, je me demande s'il va pas revenir avec une fête , ou autre chose. J'sais pas, c'est Cameron, j'm'attend à tout.

... Ou peut-être que j'espère, en vrai, qu'il va revenir? J'sais pas trop. J'ai pas trop envie d'y penser. Du coup ça me met dans une humeur de merde. Encore plus de merde que d'habitude. Rien n'a trop de sens. J'sais pas ce qu'il se passe dans sa tête, mais je sais qu'il a mit le bordel dans la mienne. Et puis merde, putain, qu'il ne revienne jamais. J'oublierai. Ca vaudra mieux. J'irais mieux. Pour l'instant , ça me donne une bonne excuse morale pour foutre la merde. Et me plaindre encore plus.

...

Putain , mais qui encore je pense tromper? J'peux faire le coup à tout le monde. Mais j'peux pas me mentir... Pas à moi-même. Malheureusement. J'aimerai. Mais j'suis pas con, je sais que tout ça... C'est pas normal. Penser à lui si souvent. Même à cette putain de fête. Et essayer de me rappeler la chaleur de son corps. Et le goût de ses lèvres. Et la façon dans ses yeux brillaient quand il me regardait. Quand il avait l'air de m'aimer. Ou bien quand il m'aimait tout court. J'sais pas , j'ai l'impression que sous alcool, il m'aimait. Et moi aussi. Sauf que je crois que je l'aime encore. Sauf que je le montre pas.

J'évite de le croiser aussi, un peu, en vrai. Même en cours. Genre quand on a des foutus cours en communs, je me concentre sur tout sauf lui. Sauf mon esprit. Mon esprit , lui, il arrête pas de me hurler son putain de nom. Et puis au club de duel, aussi, j'veux pas le voir. J'crois que je veux l'oublier parce que je refuse d'être ce que je suis. L'amour c'est de la merde. Une merde qu'il y a que mon frère un peu con-con pour trouver merveilleux, de base. Lui et ses cons de pairs. Mais lui, il m'ignore pour autre chose. Parce que j'l'ai incendié. Parce qu'il ne veut rien à voir à faire avec moi. Et au final, c'est tant mieux. Ca doit être juste une lubie passagère.

Rien que ce matin, là, j'me souviens, j'étais en train d'y penser, et j'ai commencé à me faire des scénarios de merde avec lui encore. Genre, si au lieu de l'avoir frappé ce jour-là, y a quelques semaines, je l'avais embrassé ou quoi? Stupide, parce qu'il m'aime pas lui, mais j'sais pas, j'aime bien des fois me dire qu'il y a moyen que...

Stop.

Beurk. Ouais, j'avais décidé de penser à autre chose. J'ai même demandé à Ethan ce que lui il faisait quand il avait besoin de penser mais pas trop ou même pas du tout. Oui, j'avais dit exactement ça. Il m'a regardé bizarrement et il a rit ;

Je sais pas, je vais à la bibliothèque. Le silence aide, et puis les livres quand j'ai besoin de faire voyager mon esprit. Tu devrais essayer de lire, d'ailleurs, ça pourrait travailler ton anglais.

Bref, du coup, après les cours, de base, j'voulais aller à la bibliothèque, et ce malgré le fait que mon frère aie trouvé judicieux de commencer à me donner des conseils pour travailler mon anglais. Quoi qu'à y penser, c'est pas con. C'est assez chiant pour me garder cent pour cent focus sur une autre sorte de problème. Aucune place pour Cameron ou cette histoire. En plus ça me sert à quelque chose.

Ouais, il me faut un problème de cette ampleur pour que je commence à me concentrer sérieusement sur la langue anglaise, qu'est-ce qu'il y a? Bon c'est pas exact, hein. J'y travaille plus ou moins sérieusement avec Valentin, d'abord. Mais bon, ça me donne une bonne occas' de m'y remettre. Je sous-estime les conseils d'Ethan, moi, en vrai... Le pire c'est que je suis sûr qu'il y pense pas tant que ça avant de lâcher ses conneries de bonnes idées.

Mais comme le cours est chiant, bah je commence un peu en cours. Ouais, je sais, c'est pas bien Killian tout ça tout ça... Mais , au pire, on s'en branle, hein? J'lis des phrases ici et là, dans les bouquins. Ouais, mon accent, j'm'en fiche un peu, mais j'essaie de m'entraîner sur l'organisation des phrases et tout. Trop compliqué , cette merde. Mais puisqu'il faut penser à autre chose...

A la fin du cours, je traîne un peu, je l'avoue. J'essaie de me souvenir un truc. Une question de conjugaison. J'sais plus trop laquelle est la bonne , mais j'essaie mentalement pendant que je range mes affaires et j'me dis que je vérifierai encore plus tard. Pour être sûr. Parce que ... J'suis vraiment pas sûr de moi sur le coup.

Et, en vrai, l'histoire d'Ethan là, elle a mieux fonctionné que prévu, parce que je m'en vais moi, sans même remarquer qui reste ou non dans la pièce. J'm'en fiche un peu. Pendant un petit moment, enfin, j'ai l'esprit ailleurs. Comme par hasard, cela dit, les trucs vous tombent dessus quand vous les attendez le moins...

“Killian en fait... Attends!”

Je sens une prise sur mon poignet. Ca me rappelle bien vite des souvenirs et j'ai un visage, un nom , immédiatement en tête. Je lève les yeux et je le vois. Celui que j’espérais... Mais que je craignais. Putain. Cameron Forbes.

Tu m'veux quoi?

Ton froid, sourcils froncés, peu ravi. Manquerait plus qu'il croi--- sache... Merde. Manquerait plus que sache que je suis heureux, au fond, de voir qu'il revient me parler. Mais appréhensif. Très appréhensif. Trop appréhensif. Putain... Qu'est-ce qu'il me veut? S'il s'excuse encore pour l'histoire de la dernière fois, j'vous jure...

“Je...”

Je hausse un sourcil. Euh... J'suis pas sûr que ce soit mieux que ses "désolé" à deux balles , finalement. Bref, pathétique. Il sait pas quoi dire. Ca m'énerve. J'ai pas de patience. Tant pis. Qu'est-ce que je pensais, vraiment? Je roule des yeux et grogne.

Passionnant, mec. Faut qu'je file.

J'supporte plus sa face de con, voilà. J'veux plus le voir, je l'avais dit non? Putain, pourquoi mes sentiments à son égard sont si contradictoires? C'est con, hein, mais je ressens quelque chose de fort pour lui. J'sais juste pas exactement si c'est de la haine ou ... L'autre option. J'le hais putain. J'le hais.

Du coup, j'attends plus rien de sa part. J'ai d'autres choses à faire. Une langue à travailler, j'sais pas. En vrai, j'ai plus un visage auquel ne plus penser. Alors je vais pour dégager mon poignet et me barrer, en m'disant que cette conversation aura été enrichissante de ouf, super. Mais il m'a pas encore lâché. Et il fait ce truc , là, totalement inattendu...

“Oh merde, ça m'énerve cette situation ! Je suis désolé, je veux pas être un connard avec toi, je sais pas quoi faire... “

Non, j'parle pas de s'excuser. Ca, c'était à prévoir. J'm'y attendais. Et ça m'avance mais alors pas du tout. Si jamais, ça me donne envie de lui en remettre une. Mais une bonne. Plus forte que celle de la dernière fois. J'avais limite été gentil, parce que je savais que j'allais l'allumer avec les mots plutôt. Et j'ai envie de lui dire que c'est déjà un connard, donc au pire pour ça c'est un peu trop tard...

Mais là il le fait. Le truc inattendu. Me coincer entre lui et le mur. Oui, encore. Putain, il attrape mon poignet, il me colle dos au mur... Maintenant quoi ? Il va me chuchoter qu'il faut un énième date avant qu'il ne se permette de connecter ses neurones pour montrer qu'il est capable d'être plus qu'un sale con?

« J'vais t'embrasser, ok ?»

...

Et merde.

Et là , c'est mort, j'suis tout rouge. Mais ... Il lui arrive quoi à ce con!? J'sais pas trop , vraiment, ce que je fous... Ou plutôt ce que je ne fous pas ! Parce que je devrais, là, le pousser . Et l'insulter. Et fuir. Mais, non. J'le laisse faire. Je bouge pas . Je laisse ses lèvres se poser sur les miennes. Je me permet de redécouvrir leur gout. Ou de le découvrir tout court. Parce que c'est pas pareil, sobre. Pas du tout. Et mon coeur, ce machin de merde là, il va exploser.

En vrai, j'fais même plus que de le laisser m'embrasser. Et ça n'a aucun sens, parce que ma raison me crie de plus en plus fort de fuir, mais j'fais le contraire. Mes épaules tombent, mes yeux se ferment, et je laisse mes doigts s'entremêler avec ses stupides cheveux trop longs avant de répondre à sa pittoresque tentative d'excuse. Quel connard. J'veux plus le lâcher.

Mais j'suis bien obligé. Parce que j'vais pas l'embrasser éternellement. Sinon, ça va commencer à vouloir dire quelque chose. Et ça veut pas dire grand chose... Si? J'sais pas. Putain, il m'aide pas Cameron. J'sais jamais plus ce qu'il a en tête. Ce qu'il veut. Même quand je lâche ses lèvres, je garde mon regard plongé dans le sien. Un soupire. Il me désespère.

... C'était quoi ça?

Notons le progrès en conjugaison, et oublions un peu le fait que je viens de l'embrasser en retour. Et que c'était agréable, et que j'ai envie de recommencer. Je fronce les sourcils , glissant mes mains sur les joues de Cameron. J'ai pas envie de le lâcher, putain. J'ai pas envie. Alors j'suis pas obligé, non?

Tu disparais après tu reviens pour ça?  

J'esquisse un léger sourire joueur. Voire taquin. Et je ricane.

En manque, Cameron?

C'est ce que je disais, c'est pas aujourd'hui qu'il a connecté ses putains de neurones, celui-là...

| Dimanche 22 Mai 2022 |

Qu'il y ai une signification ou pas à tout cela, tout au fond, j'suis pas sûr que ça change grand chose. Parce que des baisers, comme celui-ci , on en a eut d'autres. Sans que personne ne puisse les voir, sûr. Parce qu'on n'est pas un couple, alors bon, manquerait plus que ça commence à gossip. Et au final, ça me va. Je crois? J'sais pas, mais je crois que ça a pas d'importance du pourquoi du comment ça recommence, tant que ça recommence. J'ai pas envie de voir tout ça prendre fin. Et des fois, même, j'me surprend à craindre qu'il se trouve une petite amie. Mais il peut pas, là... Si?

Bah si. On n'est pas en couple. C'est peut-être ça le seul problème? Mais au fond... Est-ce que j'ai envie de me mettre en couple avec Cameron? Avec un débile fini, qui sait toujours pas ce qu'il veut, qui est un rayon de soleil, qui a une tête a claque, qui me surnomme comme son chat qui, au passage, a un nom de merde...? Ouais, p'têt bien. Mais j'en parle pas. Parce que j'ai pas envie de risquer de perdre ce qu'on a là, qu'importe ce que c'est. Peut-être bien que Cameron se sent juste seul, qui sait. Moi j'sais pas. Et j'essaie de m'en foutre. Mais ça me calme un peu. Je crois. J'reste pas tout tendre avec lui. Faut pas croire, manquerait plus qu'il en profite pour me voir tout câlin , tout gentil. Bon, câlin, peut-être, des fois. Gentil? Haha, va t'faire foutre.

Toujours que aussi con est-il, Cameron semble plein de surprises. D'un côté , en fait, ça coïncide pas mal. J'veux dire , il a un niveau de connerie avec lequel je ne peux même pas assez rivaliser pour prévoir quelle bêtise il va me sortir ensuite, et quand, et pourquoi, ni comment. J'dis pas que j'commence à les aimer, ses conneries... Mais elles deviennent plus supportables, disons. Ouais, ouais, c'est tout.
Bref, aujourd'hui, sa lubie, c'est une lettre. Franchement, j'avoue, j'me marre un peu. Une lettre? Vraiment? Genre comme les gamins là? Une lettre comme j'en ai jamais eu. Comme Ethan connait peut-être. Pas moi. Ca me fait tout bizarre, aussi.

« Killian,
Pardon d'être un gros naze. J'ai vraiment été un petit con avec toi. Rejoins moi près du lac ce soir, à l'heure du dîner... S'il te plaît. Je te jure que tu ne le regretteras pas. 

C. »


Non, c'est même pas la signature qui m'indique que cette lettre vient de Cam'. Ou qui me le confirme. C'est le "Pardon", du début. J'vous le dit, ce mec, pas capable de chier deux phrases sans s'excuser. Putain c'qu'il est lourd... Toujours que je suis ravi de constater qu'il est conscient d'être un gros naze, d'être un petit con (même si j'aurais pas dit "petit", mais bon...). Et tiens, surprise, c'est "Killian", cette fois. Aurait-il enfin retenu mon putain de prénom? Faudra voir pour le nom de famille, maintenant que j'y pense... Mais c'est pas la question.

Le truc c'est que toute la journée j'me demande si j'y vais. J'ai envie, au fond, hein, en vrai. Mais , j'sais pas. J'ai envie de le faire poireauter. Même, voir, de pas venir. Parce que ce con, quand je réfléchis depuis le début, il le mériterai.

Mais au final, t'sais quoi... C'est ma curiosité qui gagne sur ma cruauté. Il a de la chance, Cam', n'empêche , d'avoir décidé que c'était ma tête qu'il fera tourner en bourrique. Pour les insultes, les coups de poings, et le reste, disons que c'est pour qu'il garde les pieds sur Terre. Faut souffrir pour me mériter. Et encore, il est loin de me mériter, lui.

Quand j'arrive à l'endroit indiqué, à l'heure indiquée, je reste en retrait, caché un petit moment. Silencieux. Toujours curieux. J'essaie de distinguer ce que je peux voir. Déjà, je le vois lui, c'qui est une bonne chose... J'imagine? Je me rapproche un peu pour mieux voir...

« Killian? »

Bon , ok, pour le coup, c'est moi qui ai marché sur quelque chose, présumé une branche, sur le sol. Du coup , j'suis cramé. Mais c'est pas trop beaucoup vraiment un problème. T'façon je comptais y aller hein...

Pourquoi je commence à parler comme un gosse?

Pourquoi je commence à me parler comme un gosse???

J'sais pas. J'dois être nerveux. Ou non, non pas du tout. Pourquoi j'serais nerveux!? C'est que Cameron, putain. J'dois être... Juste pressé, je crois. Ouais , trop curieux, du coup excité comme un gosse. C'est logique. Putain, si logique. Pourquoi j'y ai pas pensé avant. J'suis un génie. J'me connais si bien. Trop? J'en fais trop.

Sérieusement? De pire en pire...

Je roule des yeux en me moquant, levant sa lettre à hauteur de ses yeux en approchant. Oui je l'ai gardée, et? J'vais la jeter, hein. C'était pour... Pour pas oublier le lieu et l'heure. J'ai le droit. On va pas me faire chier , non plus!

Bon, t'as quoi?

Ouais, la patience, c'est pas devenu mon truc entre temps. Alors bon, s'il pouvait me faire ses milles excuses , encore, rapidement , ça serait cool. J'ai la dalle moi, merde. En vrai,, attends-- je remarque juste maintenant ce qu'il a avec lui. Attends, mais il pense pas à un pique nique niais ou...?

Si tu dis que c'est pour nous tout ça, sais pas encore c'que j'te fais.

Y aurait quel intérêt à se les jouer romantique, sérieux?

| Mercredi 8 juin |



... Brisé.

Ouais, j'ai pris un moment à trouver le mot qui correspond le mieux à mon état, en vrai. Mais j'crois que c'est celui-là. J'sais pas vraiment quoi trop d'autre penser de ce que j'ai appris. Comment j'l'ai appris? Oh putain on s'en branle! Le truc c'est que c'est là. J'sais même pas quand exactement, ni comment, mais j'suis presque sûr qu'il y avait quelque chose entre Cameron et moi quand ce connard à décidé de coucher avec Peter.

Peter, putain!

Ce mec, j'sais pas encore ce que je vais lui faire, mais je vais le faire galérer. Encore que j'ai pas envie d'aller démonter la gueule à Peter. C'est pas à lui que j'en veux. J'en veux à Cameron, de toute évidence. Il est vraiment trop con. Un enfoiré, reste un enfoiré, j'me trompe? J'aurais dû me douter que s'il était capable de me classer dans les coups d'un soir, il pouvait se taper n'importe qui d'autre n'importe quand. J'sais pas, j'ai dû me sentir spécial à un moment.
Et là, du coup, on en est au deuxième à qui j'en veux. Celui a qui j'en veux le plus. A savoir moi-même. Parce que j'ai été franchement con, putain. J'me suis laisser prendre au piège vicieux de l'amour, alors que je déteste les romances, de base. J'me suis même pas méfié. J'ai cru qu'il y avait quelque chose. Et maintenant je fusille un mec du regard qui au fond est même pas en faute parce qu'au final y a rien entre nous , et y a jamais rien eu . Et y aura jamais rien.
Et c'est sans mentionner l'engueulade qu'il s'est prit avant à base de "c'est quoi cette histoire!?" et autres attentes d'explications qui n'étaient qu'une excuse pour l'insulter sur 10 générations, parce qu'au fond aucune excuse ne me parait bonne pour laisser passer ça. Laisser passer quelque chose qui est même pas une erreur. A part de ma part. Comme j'ai été con, putain. Et puis, bref, quand j'ai été fatigué de hurler dessus , j'me suis renfermé dans le silence dans lequel je suis coincé maintenant. Et je laisse mes yeux parler pour moi. C'est plus de la colère, là. Putain ce que mon regard lui souhaite la mort. Mon coeur, c'est moi qu'il veut voir crever.

« Parle moi s'il te plaît Chaton... »

Il essaie de me refaire dire quelque chose. Qu'il essaie. Pas certain qu'il apprécie ce qui sortira si jamais je la rouvre, ma gueule. Putain, je tremble, maintenant. Mes mains, qu'il essaie de saisir et que j'éloigne chaque fois. Mes jambes, un peu. Mes lèvres, beaucoup. Putain, ça fait mal. Ca fait si mal... Pourquoi ça fait si mal!? J'ai envie de m'arracher le coeur, bordel. Et plus rien ressentir. Ni pour lui, ni pour personne. J'avais raison depuis le début, l'amour c'est de la merde.

Et j'suis pas son putain de chaton.

C'qui me tue c'est qu'il y a pleins de gars que je verrais bien dans son rôle, là. Dans celui qui se tape d'autres comme ça, en jouant avec un coeur sans trop de remord. Encore que je me demanderai bien s'il savait qu'il jouait avec mon coeur s'il me donnait pas cet air de gamin qui vient de faire une connerie. Bref, j'verrais pleins de gens dans son cas, facile. Peter inclus. Mais est-ce que j'aurais imaginé ce con, tout doux tout gentil... Trop doux, trop gentil... Avec trop peu de neurones, un peu trop mielleux, qui passe sa vie à s'excuser... Bref, Cameron putain, l'imaginer faire ça!? J'sais pas, non. J'crois pas. Peut-être que mon avis était biaisé, après. Con, comme je suis.

« Je t'ai dit 20 fois que j'étais désolé ! Je... j'étais paumé ok, j'ai jamais été avec un mec, j'arrivais pas à assumer, et je sais toujours pas si j'y arrive d'ailleurs... et on en a parlé et... voilà ça a un peu dérapé. Et puis, je sais même pas si on est en couple toi et moi ! »

Encore une fois, j'ai pas envie de parler. Je détourne le regard. En vrai, j'ai des réponses.. Mais j'y arrive pas. J'ai l'impression que même si j'essaie ma voix va bloquer. Alors j'essaie même plus. J'ai dû tout user tout à l'heure. Ses excuses de merde. Je le supporte plus. Je supporte pas, là, tout de suite, qu'il soit 'Cameron'. J'aimerai mieux qu'il soit un parfait connard. Qu'il se foute de ma gueule pour y avoir cru. Qu'il m'admette avoir joué délibérément avec moi. Qu'il achève de me détruire. Parce que quand il est trop... "lui"... Ca me confirme que c'est bien le Cameron que je connais. Et putain, je voulais pas le voir comme ça. Jamais. Et avoir cette image de lui c'est pire que de m'être fait niqué depuis le début. Je refuse de croire que ce Cameron qui couche avec Peter, c'est le même qui m'a embrassé pour s'excuser après m'avoir snobé deux semaines.

Et , ouais, question couple, c'est sûr que si moi je ne savais pas, je sais maintenant. Il dit qu'il sait pas, mais s'il se disait que c'était possible qu'on le soit, il aurait sans doute pas fait ça.

« Tu es jaloux Killian ? »

... Je vois rouge , en réalité . Je tourne à nouveau mes yeux pour le regarder. Il s'approche et pose une main sur ma cuisse . Je sens mon souffle se couper. J'ai envie de le tuer. Et de me tuer. J'ai envie de flinguer tout le monde. J'ai envie de voir le monde exploser. Il a touché quoi d'autres avec les mains qui touchent mes cuisses, là!? C'est tout ce que mon esprit oses imaginer. Et il ose me parler de jalousie... Putain , oui, j'suis jaloux.

«T'énerve pas, je dis pas ça pour me moquer ok. Je... Je suis pas ce genre de gars c'est tout, si tu me dis que ça te dérange je le ferais plus... »

Croyais que t'étais pas le genre de gars qui fait ça avec d'autres gars, aussi.

J'avais vu juste, j'arrive pas trop bien à parler. Ma voix a chancelé de toute évidence, et le nœud dans ma gorge s'est resserré. Je chasse la main qu'il a posé sur ma cuisse de la mienne. Merde, putain... J'parle même pas forcément "d'autres gars" que moi, en vrai. J'me souviens juste c'qu'il m'a dit quand on a couché ensembles, après cette fête débile. Que genre il se tapait pas de mecs. Tu parles. Remarque, moi j'suis pas un mec. J'dois être un jeu, pour lui, ou quelque chose. Qui sait pour Peter, j'm'en branle.

J'internalise... J'internalise... J'le laisse même continuer sa jolie tirade, s'il se sent de continuer avec ses conneries, mais je l'écoute plus vraiment trop. J'arrête pas de penser. Et plus je pense, plus j'enrage de m'être laissé prendre à cette connerie. Alors je pète un plomb. A nouveau, ouais. Et il sort pas de nulle part non plus.

T'es vraiment un enfoiré Cameron! M'en fiche de tes excuses de merde! Moi j'suis paumé aussi, tu crois quoi!? Jamais aimé avant! Personne! Mais j'ai pas "dérapé"! T'es juste un connard, j'te déteste! J'm'en fiche qu'on sort ensemble ou pas, t'embrasses pas un gars dans les couloirs souvent comme ça puis après tu fais ... Ca... Et... Putain t'es sérieux de demander si j'suis jaloux!? J'suis pas ton chaton, ou ton jouet, ou ton bouche-trou, ou ton.. expérience? J'suis humain, merde! Mais ça, tu t'en branle, non? T'étais "paumé"!

J'arrive plus à rien dire après ça. Déjà là, j'ai repoussé mes limites, et ma voix a tremblé comme menaçant de.. De... Non. Putain je vais lui éclater sa sale gueule de con! Je lève mon poing, serré à m'en faire blanchir les phalanges, prêt à lui péter le nez avec, ou je sais pas vraiment---

Je sais plus vraiment ce que je voulais faire.

Parce que d'un coup, tout tombe. La colère retombe d'un coup. Non, non j'suis pas retombé fou amoureux. Mon bras retombe le long de mon corps et mes doigts se déplient. Mes sourcils se défroncent. Je regarde mes genoux...

C'est une larme que je viens de voir tomber?

Bien vite , ce doute se confirme... Et très vite, mes yeux pétillant jusqu'alors se remplissent de larmes qui perlent sur mon visage rouge de colère. Et elles ne s'arrêtent plus de couler, alors que je fais tout pour les essuyer. Du dos de ma main, à ma manche... Rien ne semble plus capable de me calmer. Et mon foutu corps qui tremble. Et Cameron... Il a pas le droit de me voir comme ça! Enfoiré. Je lui lance un regard noir, et ce malgré mes yeux rougis par les larmes.

Qu'est-ce que tu regardes!? Casses toi!

J'veux plus revoir ce Cameron. Celui qui marche sur mon coeur. L'autre me manque. Putain... L'autre me manque...

| Samedi 25 juin 2022 |

Putain, enfin la fin de cette année de merde. C'était épuisant. J'ai fait trop de rencontres d'un coup. J'ai eu trop d'émotions cette année. J'espère que tout se passera plus tranquillement l'année prochaine, j'vais pas le cacher. Y a eu trop de révélations aussi, chez les gens qui m'entourent. Genre, principalement Valentin et Ethan. D'ailleurs, j'décide de voyager avec ce dernier. Parce que j'vais retourner chez Valentin un moment, puis en France, chez moi. Et lui il va rester chez sa tutrice, de ce que j'ai compris. Bien qu'il me garanti qu'il va me présenter à elle, et a un million d'autres personnes et qu'on allait faire les boutiques avant que je ne rentre en France, donc mine de rien j'vais pas encore lui dire au revoir. Et en vrai j'ai pas envie de m'en séparer. Mais c'est compréhensible non? Puis c'est pas comme si je tenais à coller quelqu'un d'autre...

Sur le quai, je reste un moment avec lui, le temps qu'on aie à se séparer. Moi je sais que je vais attendre Valentin un moment, je sais que Ethan lui il peut rentrer plus tard par ses moyens chez sa tutrice, qu'il a l'habitude, et qu'elle est pas du genre à s'inquiéter du fait qu'il traîne. Alors on discute un moment, de ce qu'on prévoit pendant ces vacances, outre ce que j'ai cité plus haut. Et on évite les sujets fâcheux à merveille, lui comme moi. Si bien qu'on n'y pense pas... Pas trop. Et bientôt, on se dirige vers le mur de la gare

« Kiki ! »

Oh putain ... C'est une vanne!? Je reconnaîtrais cette voix et ce surnom entre mille. Et merde. Tenté de fuir, j'fais juste mine de ne pas le voir, mais c'est sans compter mon frère Ethan qui s'arrête pour chercher qui m'appelle du regard, après avoir gloussé un "Pfft... 'Kiki'". Clairement pas un surnom que ses "Kikinou" iront jalouser, mais bon.

Ethan...

Je grogne à voix basse pour l'appeler à se concentrer sur notre but. C'est à dire.. Fuir, là tout de suite, sans avoir entendu qui que ce soit m'appeler. Mais , bon , faisons-y face; c'est trop tard. Totalement grillé. Je soupire lourdement et me tourne vers Cameron qui arrive en courant.

Qu'ess' tu m've--

J'ai pas le temps de poser ma question que Cameron attrape ma taille et m'attire à lui pour déposer ses lèvres sur les miennes. Une partie de moi a envie de le pousser et de lui foutre une baffe, parce que, putain, il se fout de ma gueule!? D'ailleurs, je le fais. Je me dégage , juste le temps de réaliser, sous les yeux de mon frère jumeau qui doit déjà être en train de tenter de se rappeler une quelconque formule pour faire apparaître du pop corn sur commande.

« Je t'aime aussi, c'est bon, je m'en fous des autres. Je veux pas que tu m'oublies cet été... »

Je ne bouge pas, j'sais pas trop quoi en penser, qu'en dire. D'un côté Ethan couine comme une adolescente devant un film à l'eau de rose, et puis il vient de m'embrasser devant... Des gens là- Ok, c'est nouveau ça, j'suis totalement figé, les yeux grands ouverts.

« Pardonne moi, s'il te plaît. Je t'aime, promis, j'arrête d'être con.»

... Et il vient de l'avouer clairement qu'il m'aime? Et -- ça fait plein de trucs à digérer. Et du coup, je gère comme j'ai toujours géré jusque-là; la colère. J'lui fout une baffe qui fait siffler mon double à côté de moi après avoir dégagé la main qui caressait ma joue.

Tch-! Tu sais pas arrêter d'être un con, débile. Fais pas de promesse que tu peux pas tenir!

Je l'engueule, assez gentiment sans mentir par rapport aux engueulades qu'il se sera déjà prit de ma part. Je plains un peu Ethan a qui je n'ai pas raconté beaucoup de cette histoire, voire rien du tout, parce qu'il a déjà ses problèmes à lui, et qui ne doit pas trop piger grand chose. Pas grave. Il aura son explication, un jour.

Je regarde Cameron une seconde, ou deux, le temps qu'il pige ce qui vient de lui tomber dessus. Et je me grogne à moi-même. Putain, je fais une connerie. Si je me laisse lui faire confiance à nouveau, j'prend le risque de refaire la même exacte bêtise...

Mais le truc avec moi , c'est que je n'apprend jamais de mes erreurs.

Alors, histoire de garder Cameron bien confus , c'est mon tour de prendre ses joues dans mes mains et de l'embrasser. Réponse à tout cela, mon cher. A lui de le traduire. En très bonne audience, j'entend un "Aww..." attendrit échapper à mon frère jumeau. Je peux seulement imaginer son regard pétillant. Il fond facilement face à ce genre de scènes. Putain si lui crois toujours en l'amour, j'ai le droit non? J'arrête de sous-estimer ses conseils de merde.

« Camerooooooon »

Le concerné me lâche rapidement, tout rouge, totalement gêné alors qu'une voix de fillette l'interpelle. Ethan et moi assistons à la discussion entre ces deux-là, enfin le début de celle-ci du moins, sans rien dire .

« Et toi, t'es pas avec maman ? »

Cameron me regarde, gêné. Là, sans trop de mal , je comprend de qui il s'agit. Au cas-où , y a mon frère qui me chuchote qu'il "pense que c'est sa soeur". Merci beaucoup Ethan, j'avais pigé. Je me questionne, tout de même, intérieurement...

Emily?

Je sais plus trop si c'est bien son prénom mais, honnêtement, Cameron ne peut pas m'en vouloir si j'oublie son nom t'façon. Ca date qu'il m'en a parlé , et puis il a fait bien pire que d'oublier le prénom de mon frère , lui. J'suis sûr qu'elle s'appelle comme ça, n'empêche.

«  Si elle est derrière je me suis enfuie! Je suis Emily ! Et toi ? »

... Je gère tellement putain. J'hausse un sourcil en tournant la tête. J'aime pas les gosses. Comment ça ça se fait pas? Oh, la ferme hein. Au pire, Ethan adore, lui. Il est déjà en train de couiner en couvrant la petite de compliments. Oh qu'elle est belle, et mimi, et gentille, et cute, et... Que sais-je encore. Et lui, il la serre sa main.  

« C'est marrant vous êtes pareils ! »

Apparemment le manque de neurones, ça coule dans la famille...

J'affirme nonchalamment. Ouais, je sais dire ça, moi, maintenant. J'ai travaillé mon anglais, j'vous l'avais dit. J'me prend quand même un coup dans la tête de la part d'Ethan qui approuve peu ce genre de remarques. Il me dit que ça se fait pas tendis que Cameron s'agenouille et fait les présentations.

« C'est des jumeaux Emily. Lui c'est Ethan et lui c'est Killian... C'est euh...  C'est mon amoureux, mais tu le dis pas à maman ok ?! »

Je sens un truc bizarre . Au fond de moi. J'crois.. J'crois que je suis amoureux. Encore. Putain. J'aurais bien souris mais la gamine, là, elle a rien fait qui lui donne le quelconque mérite de voir mon sourire. Alors je me contente de rayonner intérieurement.

Tu souris des yeux...

C'est sans compter Ethan qu'est le seul débile à déceler la moindre once de joie en moi et qu'est le seul con capable de chier une connerie pareille. Je roule mes yeux "souriants" l'air dépité, alors que Ethan fait son cirque du mec guimauve émerveillé par le moment si "romantique".

Oh vous êtes tous trop adorables... Moi aussi je veux un amoureux comme Cameron!

Sans trop le vouloir, je grogne directement sur Ethan et répond d'une façon qui peut être un peu cruelle, étant donné qu'il vient de rompre, lui.

Hey! Trouve toi le tien!

Sous-entendu, celui-là est à moi. Heureusement, Ethan me connait très bien et n'est pas du tout vexé de la cruauté non mesurée de mes paroles quand bien même il plaisantait. Au fond, jsuis presque sûr qu'il a fait exprès, en plus, pour me taquiner...

C'est bon... Quand on aime, on partage Kikinou!

Va t'faire f---

Sous le regard menaçant d'Ethan, présence d'une enfant oblige, je ne décide pas de rester courtois mais change de langue pour finalement lui partager l'exacte même fond de ma pensée en russe. Et me prendre un coup derrière la tête, encore, d'un Ethan mécontent. Il oublie vite, cela dit, pour s'extasier;

Tu me montras vos lettres d'amour , tant que t'es encore chez Valentin?

Tch... Faut déjà qu'il envoie.

Je me surprend à lancer un regard à Cameron, comme pour l'interroger de celui-ci quant au fait d'avoir des nouvelles de sa part pendant les vacances. 'Tain, j'fais des trucs subtilement niais contre ma volonté maintenant... Horrible.
:copyright:️ 2981 12289 0

_________________

Give Me Love 1597786588-ezgif-2-e1be68d5f7c3 Give Me Love 1597758922-jeez Give Me Love 1597786561-ezgif-2-3c5ab1b9d533
Give Me Love 1581515885-harshopulentgnu-size-restricted ебаTь Tебя сукаGive Me Love 1581515885-harshopulentgnu-size-restricted

descriptionGive Me Love EmptyRe: Give Me Love

more_horiz

♫ Give a little time to me or burn this out, We'll play hide and seek to turn this around. ♫
Ft Kiki

Jeudi 12 Mai 2022

« Tu m'veux quoi? » Je restais quelques instants en beug après sa question. Je sais pas trop ce que je lui voulais en fait. Ça ne c'était vraiment pas bien passé la dernière fois qu'on s'était parlé tous les deux. Enfin, parler, crier dessus aurait sans doute été  un mot plus juste. Il m'avait  un peu insulté de tous les noms et je l'avais un peu foutu hors de mon dortoir en lui balançant ses fringues à la figure. Un peu. Mais j'avais eu le temps de digérer, de repenser à ça, à lui et d'arriver à la conclusion que, même si j'étais extrêmement gêné par ce qu'il s'était passé entre nous, il me manquait. Un peu. « Passionnant, mec. Faut qu'je file. » Il n'avait pas l'air convaincu par mes bafouillages. Bizarre tiens. Mais je ne voulais pas qu'il parte, pas avant qu'on se soit un peu parlé, et calmement si possible. « Non » Lui répondis-je simplement sans lâcher son poignet, le temps de chercher mes mots. Et je m'étais excusé, encore. J'avais l'impression de passer ma vie à faire des conneries puis à m'excuser simplement, comme si ça pouvait tout effacer. Mais c'était pas suffisant n'est-ce pas ? Aussi, j'avais fait un truc complètement spontané - ou stupide j'avais pas encore décidé - mais je l'avais repoussé doucement contre le mur pour l'embrasser.

J'avais le cœur qui battait beaucoup trop vite et beaucoup trop fort. J'avais peur qu'il me repousse je crois, j'avais peur qu'il m'en recolle une et qu'il s'en aille.  J'avais envie qu'il reste, un moment au moins mais je ne me sentais pas vraiment de le supplier. Heureusement pour moi donc, il fit tout le contraire de ce à quoi je m'attendais et il passa ses mains autour de mon cou pour me rendre mon baiser. OK, j'allais mourir je crois, mais d'une belle mort hein. Il embrassait bien, même quand j'avais pas quatre litres de vodka dans le sang. Faut dire qu'il avait plus d'expérience que moi dans tous ces domaines hein...  Non, j'avais toujours pas digéré l'histoire de l'autre mec. C'était pas de la jalousie hein, juste que ça m'énervait à chaque fois que j'y pensais. D'ailleurs, c'est possible de penser à autant de choses quand on est entrain d'embrasser quelqu'un ? Apparemment oui.

«  ... C'était quoi ça? » C'est lui qui me lâche en premier, mais en gardant ses mains autour de mon visage et ses yeux plongés dans les miens. Ils sont beaux ses yeux. Je ressentis une pointe de déception. J'aurais pu rester comme ça encore longtemps moi. Et en plus, maintenant il fallait répondre à ses questions alors qu'il me fixait et c'était très très stressant. Parce que je crois que j'avais pas vraiment de réponse à lui donner, tout était très flou dans ma tête et dans mon cœur. Ses questions étaient drôlement bien formulée d'ailleurs, pour notre petit blond étranger. « T'as pris des cours de langue ? » Dire exactement tout ce qui nous passe par la tête  pour éviter le sujet qui fâche est rarement une bonne idée. Parce que dans notre situation, ma phrase pouvait avoir un sacré double sens. Je pose une main exaspérée sur mon propre visage en soupirant. Comment c'était possible d'être aussi empoté, je vous le demande ! « Je.. voulais pas dire ça, juste.. tu parles mieux anglais enfin tu vois quoi... ». Il a pas l'air décidé à me laisser changer de sujet d'une façon aussi grotesque car il renchérit assez vite en me demandant « Tu disparais après tu reviens pour ça?  En manque, Cameron? » Je détourne les yeux en sentant mes joues s'enflammer.  Il se moque de moi ? On dirait. Il a un sourire taquin plaqué sur les lèvres depuis quelques secondes en tout cas. « T'es con... » Soufflais-je en prenant sa main.  « Je suis pas là pour ça t'es pas... un jouet. » Un jouet sexuel s'entend hein, mais j'allais pas non plus prononcer ce genre de mot à haute voix dans les couloirs, ça va pas. Puis, il avait très bien compris de quoi je parlais.

Je me laissais glisser contre le mur en gardant sa main pour l'inviter à s'asseoir avec moi. On allait sans doute louper le prochain cours, mais moi, j'en avais rien à faire. Ça ne serait ni la première ni la dernière fois que je séchais, et il y avait des choses plus importante que les cours dans la vie, non ? « En fait, je trouve ça con qu'on se parle plus. » Je haussais les épaules sans regarder dans sa direction. Le baiser passionné c'était un drôle de moyen de commencer une 'discussion' avec quelqu'un, mais bon, passons ce détail. « Je sais pas trop ce qu'il se passe, genre, pour toi et moi, mais je t'aime bien... ». J'avais les mains moites et l'estomac tout serré. J'avais l'impression de faire un effort sur-humain pour arriver à lui parler.  «On pourrait réessayer une fois non? D'être amis...». Un ami que j'avais bien envie d'embrasser de nouveau mais j'allais tranquillement ignorer ce sentiment... Pour le moment.


Dimanche 22 mai

C'était bien Killian qui arriva près de la rive du lac. J'étais soulagé. Et un peu heureux aussi je crois ? Je commençais vraiment à penser qu'il m'avait planté, mais en plus, que quelqu'un d'autre allait me trouver là, tout seul, dans cette situation ridicule. Faire la une de Gossip Wizzard c'était vraiment tout ce qu'il manquait à ma vie en ce moment. « Sérieusement? De pire en pire... » Moui, bon, le blond aussi avait l'air de trouver ça ridicule. En tout cas, il avait pas l'air enchanté. C'était pas une bonne idée ? Sans doute pas.  J'essayais de lui arracher la lettre des mains, sans succès. S'il pouvait ne pas y avoir de preuve de ma niaiserie, ça m’arrangerait pas mal. Ça regardait personne d'autres que nous, si on passait des soirées ensemble au clair de lune ! « C'est bon lâche moi tu peux la jeter... » Je lui lançais un regard noir. J'avais envie de bouder parce qu'il se foutait de moi, mais c'était pas très mature ça, et ça n'allait pas nous faire avancer beaucoup. Puis dans la fond je m'en fichais qu'il rigole, au moins il était là. « Et t'es quand même venu. Alors c'est ptét naze, mais ça a marché... » Je le détaillais des pieds à la tête en sentant que je rougissais, encore. Je devais bien m'avouer que plus je le voyais, plus je le trouvais beau. Heureusement qu'il faisait nuit. J'en avais marre de rougir comme un enfant.  

« Bon, t'as quoi? » Je fis un vague signe vers les victuailles mais son regard ne me disait rien qui vaille... « Si tu dis que c'est pour nous tout ça, sais pas encore c'que j'te fais » Bon, fallait pas rêver, je crois que c'était pas un truc positif qu'il sous entendait. «Un gros câlin pour me remercier?» tentais-je quand même de plaisanter pour détendre l'atmosphère. Oui, si on était un mignon petit couple il m'aurait peut-être fait un câlin pour cette délicate attention, mais présentement, je m'attendais plus à une claque ou des moqueries.  Il fallait s'en douter aussi, la niaiserie n'était peut-être pas la solution avec Monsieur Plisetsky.  Heureusement j'avais pensé à tout et j'avais prévu un plan B.« ça va arrêter de faire ta mauvaise tête et viens t'asseoir ». Tout en parlant, je fouillais dans le panier pour en sortir une bouteille de vodka et de quoi la mélanger. Je lui tendis en souriant, essayant d'avoir l'air cool et décontracté. « J'suis pas devenu relou entre temps». Pas sûr qu'il soit de cet avis, mais bon, maintenant qu'il était là, il allait rester s'amuser non ?

Mercredi 8 juin.

Plus cette discussion avançait plus je me sentais mal. Moins il parlait et plus je stressais. C'était pas son genre de rien dire. Il avait toujours une réplique cinglante sur les lèvres d'habitude mais c'était comme s'il avait épuisé toutes les insultes qu'il connaissait pour me maudire et que maintenant, il ne savait juste plus quoi me dire. J'avais du terriblement le blesser.  Et ça m'angoissait beaucoup, parce que du coup c'était à moi de parler. Sauf que je faisais quoi moi si les excuses ça suffisait pas ? Je voulais pas qu'il décide de partir et de plus rien avoir à faire avec moi. Je voulais pas perdre ce qu'il y avait entre nous, quoi que ça soit. Aussi, j'avais tenté de combler la discussion comme je pouvais mais, ça avait l'air de l'énerver encore plus...

« Croyais que t'étais pas le genre de gars qui fait ça avec d'autres gars, aussi. » OK touché. C'est vrai que j'avais beau me répéter à moi-même que c'était faux, entre Peter et surtout Killian, j'allais bien devoir finir par accepter la situation. J'aimais aussi les garçons. Enfin, un garçon. Mon estomac se serra un peu plus alors que j'entendais sa voix qui chancelait. Je voulais pas qu'il pleure, je voulais pas le faire pleurer. « Ben... les choses changent faut croire... ? »  Oula. J'aurais rien pu dire de pire. J'avais rouvert les vannes là. « T'es vraiment un enfoiré Cameron! [...] Jamais aimé avant! Personne! Mais j'ai pas "dérapé"! [...] Putain t'es sérieux de demander si j'suis jaloux!? J'suis pas ton chaton, ou ton jouet, ou ton bouche-trou, ou ton.. expérience? J'suis humain, merde! Mais ça, tu t'en branle, non? T'étais "paumé"! » « Tu m'aimes ?! » Oui, c'est ça, il venait de dire qu'il m'aimait là. Et qu'il avait jamais aimé personne avant. Ça aurait sans doute du me rendre heureux, cette nouvelle, mais la joie de savoir cela fut bien vite étouffée par la culpabilité encore plus grande. S'il m'aimait, c'est qu'il voulait qu'on sorte ensemble. Alors je l'avais vraiment trompé ? T'es tellement con Cameron. L'amour c'est pas censé blesser les gens. Et moi j'avais tout foiré avec lui.

J'ai cru qu'il allait me frapper. En tout cas il a du en avoir envie vu qu'il avait levé son poing serré. Je n'avais même pas chercher à l'arrêter, au fond je savais que je le méritais. Si ça pouvait lui permettre de respirer un peu j'étais prêt à me prendre une droite oui. Mais ce n'était jamais arrivé. Il s'était interrompu tout seul et avait laissé son bras retomber le long de son corps qui tremblait. Pourquoi il m'avait pas frappé ? Parce qu'il pleurait. J'avais relevé la tête et j'avais vu les larmes qui roulaient sur ces joues, même s'il essayait de les essuyer rapidement, comme pour les cacher. Mon cœur se brisa en milles morceaux en le voyant comme ça et je sentis que mes yeux aussi s'humidifier. Je baissais la tête en avalant ma salive. Je voulais pas pleurer. J'avais pas le droit, c'était pas lui qui m'avait fait du mal. Mais l’exercice était plus difficile que prévu et je me mordis la lèvre, fort, pour pas me laisser aller.

« Qu'est-ce que tu regardes!? Casses toi! » J'avais du mal à soutenir son regard plein de colère, rougi par les larmes et je ne savais pas du tout comment l'aider à se calmer. À part subir sa haine je pouvais faire quoi ? Je m'étais déjà excusé au moins milles fois, mais de toute évidence ce n'était pas ça qu'il attendait de moi. J'avais essayé de prendre ses mains, de le toucher, mais je m'étais fait rejeter à chaque fois. Le seul truc dont j'étais sûr ce que je ne voulais pas partir et le laisser seul comme ça. Ce n'était peut-être pas une bonne idée, peut-être qu'il avait besoin d'air pour réfléchir, mais je ne voulais pas partir. Je ne savais même pas si je voulais le laisser réfléchir. Et s'il décidait que j'étais juste un connard et qu'il allait voir ailleurs si l'herbe était plus verte ? « Non. » répondis-je simplement à son ordre de virer d'ici. Je bougeais pour m'asseoir juste devant lui et essuyais ses larmes avec ma robe de sorcier. «Pleure pas steuplait... Je m'en fous de lui ok, je... je suis pas amoureux de lui. C'était lui l'expérience, pas toi... ».  J'aurais du lui dire plus franchement que je l'aimais aussi ? Je sais pas, c'était clair non ? Les mots « Je t'aime » étaient coincés dans ma gorge et j'étais absolument incapable de les formuler à haute voix.

Je l'attrapais par la taille pour le serrer contre moi, même s'il se débattait. Je voulais pas le laisser partir, et j'avais plus de force que lui de toute manière. Merci le sport. « Pars pas s'il te plaît Killian... » Malgré tous mes efforts j'avais senti une larme rouler aussi sur ma joue et je cachais mon visage dans ses cheveux. Ce n'était sans doute pas le moment pour ce genre de constatation mais je ne pus m'empêcher de noter qu'il sentait bon. Même son odeur me manquerait s'il me quittait maintenant. « Je veux pas être avec un autre mec... ou même une autre fille en fait. » J'étais totalement sincère, mais je savais que ça risquait d'être dur pour lui de me croire, dans ces circonstances. Mais à part le serrer plus fort dans mes bras, je pouvais faire quoi pour lui prouver ? «Dis moi ce que t'attend de moi, je veux juste que tu me pardonnes... » Oui, c'était peut-être plus simple de demander...

Samedi 25 juin.

Franchement, je m'attendais à beaucoup de réactions de sa part, mais pas trop à une grosse baffe dans ma tronche. C'était à ne rien y comprendre, pour une fois que je me comportais pas comme un connard et que je lui disais enfin clairement que j'étais amoureux de lui. J'avais sans doute accumulé trop de mauvais point dans l'année. Ethan avait l'air d'apprécier la scène comme un bon film vu qu'il siffla quand son frère me gifla. Mais pour une fois, je m'en fichais royalement des spectateurs qu'on pouvait avoir. « Bon, je l'ai ptêt méritée celle-là mais... » Il ne me laissa pas finir ma phrase et envoya valser la main que j'avais gardé sur son visage après notre baiser. « Tch-! Tu sais pas arrêter d'être un con, débile. Fais pas de promesse que tu peux pas tenir! » C'était un non ça du coup ? Je sentis mon cœur se serrer dans ma poitrine à l'idée de me faire jeter juste avant les vacances. J'avais sans doute raté mon tour. C'était peut-être trop tard pour me faire vraiment pardonner et commencer quelque chose de plus sain. « Mais Killian... » J'étais prêt à lui faire un plaidoyer pour le faire changer d'avis, mais il passa ses mains autour de mon visage et posa à son tour ses lèvres sur les miennes. J'étais heureux et perdu à la fois. Pourquoi il me tapait, il me criait dessus et puis finalement, il m'embrassait ? Peu importe en fait, j'avais juste envie de profiter du moment en lui rendant son baiser et le serrant dans mes bras. « Du coup c'est oui... ? Genre, j'veux dire, on sort ensemble, vraiment? » Murmurais-je quand il me lâcha et qu'il se recula un peu. J'étais franchement pas sûr.

J'aurais bien voulu rester dans ses bras un moment, mais c'était sans compter sur ma petite soeur qui débarqua comme une furie. Je l'adorais tellement, mais j'aurais aussi tellement voulu qu'elle arrive cinq minutes plus tard. Je regarde, amusé, Killian refuser sa poignée de main et Ethan venir à la rescousse de la petite en la saluant en retour. Kiki n'aime pas les gosses. J'aurais pu le deviner, il est tellement ronchon c'est complètement son genre. « Apparemment le manque de neurones, ça coule dans la famille... » « Eeeh tu peux m'insulter mais tout doux avec Emily ». Oui j'étais ce genre de grande frère. Le Serpentard pouvait m'insulter, me frapper, j'étais quand même amoureux de lui. Mais Emily, on la touche pas, on parle pas mal d'elle. Alors que j'expliquais à la demi-vampire qu'ils sont jumeaux, j'entendais Ethan qui taquinait son frère « Oh vous êtes tous trop adorables... Moi aussi je veux un amoureux comme Cameron! » « Hey, trouve toi le tien ! » « Je peux être ton amoureuse quand je serais grande si tu veux ! » Ah bah tiens, elle avait de la ressource elle. Je soulevais la petite dans mes bras en lui lançant un regard faussement sévère «Tu sais que tu dois pas proposer ça à tous les garçons que tu croises ? » Je rigole doucement alors qu'elle proteste en s'agitant pour que je la lâche et que les deux autres garçons continuent de se chamailler. J'étais heureux, là maintenant tout de suite. Je sais pas pourquoi, mais ça me faisait très plaisir que Emily connaisse Killian et vice-versa. J'avais l'impression que ça rendait tout ça un peu plus réel.

« Tu me montras vos lettres d'amour , tant que t'es encore chez Valentin? »« Tch... Faut déjà qu'il envoie ». Je croise les yeux insistant de mon.. copain ? Okay, c'est très bizarre de le penser comme ça. Bizarre, mais pas désagréable. Il s'inquiète de pas avoir de mes nouvelles, et je trouve ça adorable. Je lui souris doucement et me rapproche de lui après avoir remis Emily par terre. Je pris sa main dans la mienne pour la lui serrer doucement « Promis. Tu rentres en France ? On peut essayer de se voir si c'est pas trop compliqué pour toi... » J'avais pas envie de passer deux mois sans lui alors que j'avais enfin pris mon courage à deux mains pour lui avouer ce que je ressentais. Mais bon, je connaissais pas sa famille alors peut-être qu'ils ne le laisseraient pas faire un voyage en Angleterre chez des inconnus... « Je vais le surveiller moi t’inquiète pas ! S'il t'envoie pas, je le gronde ! Et oui viiiens chez nous, comme ça Maman elle verra enfin l'amoureux de Cameron ! Tu sais, elle fait que de demander à lui et Nana s'ils en ont à chaque fois qu'ils sont à la maison! » Elle me faisait rire ma sœur, à essayer de faire ami ami avec Killian alors que celui-ci l'avait clairement snobé quand elle l'avait salué.  Je savais qu'elle était tenace, et quand on lui refusait un truc, en général elle s'accrochait encore plus comme une sangsue. Le blond n'était pas prêt pour ce qu'il venait de créer. « Nana c'est Irina... Elles se connaissent très bien, je t'expliquerais » Expliquais-je aux jumeaux vu que ma sœur s'entêtait à parler comme un bébé. Il faudrait bien que j'explique à Killian ma relation avec la jeune fille un jour, pour mettre les choses au clair et éviter les réactions jalousie intense à la Josh Bennet... Mais bon, chaque chose en son temps.  

« Toi aussi tu penses à moi ok... ?» Glissais-je plus bas à Killian. Je sais pas pourquoi mais j'avais un peu peur. Ça me paraissait si loin la rentrée. Et s'il décidait finalement que j'avais été trop con et qu'il pouvait bien se venger de ce que je lui avais fait avec Peter ? Je sais que c'est moi qui avait commencé, mais j'avais très envie que les choses se calment enfin entre nous et qu'on puisse être ensemble sereinement l'an prochain...

️️Lilith


_________________

I would rather you hate me and be safe than the other way around


descriptionGive Me Love EmptyRe: Give Me Love

more_horiz
Give Me Love feat. Cameron Forbes

{⇢ Good to You }

| Jeudi 12 Mai 2022 |

« T'as pris des cours de langue ? »

... Ok , j'ai ris. Mais genre, juste un peu. J'ai eu un rictus , et j'ai pouffé silencieusement. A peine perceptible . Je sais ce qu'il veut dire par là, hein. Comme quoi quand je m'y met j'fais vite du progrès. Mais dire ça après m'avoir embrassé... Enfin, en tout premier quoi... 'Faut pas avoir l'esprit totalement mal tourné pour en rire, j'vais pas mentir. Toujours qu'il a dû voir que j'ai un peu ris, ou il a dû capter tout seul comme un grand que ça sonne vachement bizarre , ou totalement hors contexte, parce qu'il se rattrape après avoir eut l'air lui-même dépité de sa propre connerie.

« Je.. voulais pas dire ça, juste.. tu parles mieux anglais enfin tu vois quoi... »

En temps normal j'me serais sans doute bien vanté de mes progrès... A ma façon. Parce que je reste un mec qui adore montrer à quel point je suis le meilleur et je réussis tout ce que j'entreprend. Mais là, c'est différent. Alors j'me contente de faire genre j'ignore totalement c'qu'il me raconte, parce qu'on dirait quand même qu'il essaie de changer de sujet, et puis je lève un peu le menton d'un air hautain et puis je hausse un sourcil et j'attends qu'il continue à parler. Enfin, qu'il me réponde, après avoir insisté , en déconnant un peu sinon ce serait pas marrant, bien sûr.

Et ça fonctionne à merveille. Ce débile, là, il détourne le regard et il a l'air tout gêné. Qui gagne ce jeu maintenant? Je sais; on a arrêté d'y jouer ça fait un bail maintenant, mais j'reste tenace et têtu et plus haut j'ai déjà précisé que j'aimais bien radoter quand on parlais de mes victoires et tout ça là.

« T'es con... »

Là , il prend ma main. Et la confiance aussi. Le débile.

Inverse pas les rôles; toi t'es con.

Non mais faudrait pas non plus qu'il oublie qui est qui là. Depuis quand c'est moi le con de l'histoire? J'me fatigue à lui répéter trente fois par conversations qu'il a rien dans la tête et il arrive encore à oublier. Remarque ça prouve c'que je dis, n'est-ce pas? N'empêche que je lâche pas sa main. J'sais pas , j'suis curieux de c'qu'il veut me dire? Puis il m'a embrassé... J'crois qu'il a mon attention là.

« Je suis pas là pour ça t'es pas... un jouet. »

Là je hausse un sourcil. 'Fin j'veux dire c'lui qui était déjà haussé... Un peu plus du genre hautain. Il est sérieux? Genre c'est lui qui me fait ça et après il vient en mode "t'es pas un jouet"?
...
Bon en vrai j'suis un peu coupable aussi pour c'qui concerne la dernière soirée alors je dirais rien. Parce qu'il est hors de question que j'm'excuse. Fierté mal placée, certes, mais moi j'suis très bien avec cette fierté, alors ne lui plaise ou non. Toujours que j'sais pas trop c'qu'il me cherche, maintenant? Il va me sortir qu'il veut quelque chose de différent? Quoi? J'sais pas parce que v'nir m'embrasser pour le dire que j'suis pas un jouet ça m'fait penser qu'il veut sortir avec moi, là. Ou alors ça m'fais espérer? J'sais pas trop, non , beurk. Oublions.

Et donc?

J'l'invite à continuer à parler mais à la place de l'ouvrir à nouveau il prend le temps de glisser contre le mur. Du coup, comme il me tiens toujours, j'fais pareil. Et au final, j'me dis qu'on est pas mal , ici. J'suis bien perso, alors pourquoi pas. Y avait genre un cours après... J'en suis sûr. Mais franchement si maintenant même Cam' s'en bat la race c'pas moi qui vais chouiner qu'il faut aller étudier bien sagement hein! Puis il avait pas niqué son année déjà, lui? Ceci doit expliquer cela. Ou p'têt' que rester avec moi doit être plus important? Bien sûr que ça l'est. Mais Cameron n'a pas forcément les neurones requises pour le capter.

« En fait, je trouve ça con qu'on se parle plus. »

Il hausse les épaules après ça. Genre nonchalamment. J'ris encore un peu. Doucement.

Ouais, donc tu m'embrasses, normal quoi. C'est c'que ça fait, les potes.

Ouais, bon, certains potes font ça... Mais lui il m'a comprit je crois. Bref, j'bascule l'arrière de ma tête contre le mur et je soupir. Irrattrapable, ce Cameron. En vrai j'comprend pas tout. J'suis pas sûr de si c'est moi qui pige rien à rien ou lui qui sait pas parler... Ou qui veut pas tout dire.

« Je sais pas trop ce qu'il se passe, genre, pour toi et moi, mais je t'aime bien... »

Bon , bah au moins on est sur la même longueur d'ondes à ce niveau-là. 'Fin presque, j'suis toujours pas sûr que moi je l'aime bien, mais on sait tous les deux pas trop c'qu'il se passe alors bon. Je soupir, c'est tout, parce que franchement j'sais pas quoi dire et il est doué pour me faire perdre le fil de mes pensées et m'embrouiller avec moi-même.

 «On pourrait réessayer une fois non? D'être amis...»

Nouveau soupir. Mais pas pas parce que j'sais pas quoi dire cette fois. Plutôt parce que c'est genre... Débile sa proposition. J'veux dire, depuis qu'on s'est rencontré c'est un peu c'qu'il cherche à faire. Mais à y penser au lieu de forcer il aurait p'têt dû commencer par ça , non? J'sais pas, tout aurait sûrement été différent... Et c'est ça l'truc. J'suis pas sûr que j'aurais aimé que ce soit différent. Parce que rien n'a de sens mais j'vois Cam' d'une façon que j'aurais pas vu un mec qui me demande juste d'être potes. Et j'l'aurais envoyé chier. Mais est-ce qu'il m'aurait lâché?

'Fin ça n'a pas d'importance parce que ça c'est pas passé comme ça t'façon donc ça change que dalle au final. J'prend un moment de silence sans rien dire. J'sais pas si j'ai envie de répondre. Il doit être en train de penser à pleins de trucs. Ou à rien. Moi en tout cas mon cerveau il bosse dur là. Et pourtant y a rien qui sort. Rien d'autre que ...

Déjà fait, r'garde où on est.

... Ca. Mais au final est-ce que ça veut dire que je veux pas essayer? Ou du moins réessayer? A ce niveau-là j'sais même plus vraiment ce que je veux de la part de Cameron. Vivre avec un mec pareil c'est un enfer. Mais sans? Au final j'ai l'impression que ce serait totalement impossible maintenant que j'le connais. Le premier qui répète que j'ai pensé ça...

Mais qu'importe.

Nouveau lourd soupir. J'le regarde cette fois

T'es con. Tu m'amuses.

Tiens tiens , j'ai déjà dit ça moi une fois dans ma vie je crois...

J'veux bien. Mais j'oublie rien.

Je le préviens , disons. Pas qu'il se mette à croire qu'il suffit de ça pour que, pouf, je ne me rappelle plus rien de tout ce qu'il s'est passé entre temps. En vrai, même si je voulais oublier, au fond, j'suis sûr que je n'y arriverai pas, au fond.

| Dimanche 22 Mai 2022 |

Charrier Cameron entre définitivement dans une de mes activités préférées avec le brun. Outre les galoches dans tous les quatre coins de Poudlard, j'entends. Mais j'crois que c'est lui qui m'a appris à quel point ça peut-être marrant de se foutre de la gueule de quelqu'un de façon taquine. A part mon frère. J'ai toujours fait ça avec Ethan. Mais d'habitude, taquiner, c'est trop amical pour moi. J'fais ça avec Balth aussi, des fois, mais c'est différent. J'adore la gueule qu'il tire quand j'me fout de sa lettre.

« C'est bon lâche moi tu peux la jeter... »

Tu rêves. J'la garde. J'te la remontre... Pause pour me rappeler la terminaison déjà. ... rai . Ca doit être ça. Quand tu feras genre le gros dur.

En vrai c'est un peu une excuse pour la garder, peut-être. J'sais pas, j'ai envie d'la garder. J'sais pas pourquoi. P'têt parce que... Non en fait j'sais pas et j'm'en fout. Mais maintenant j'ai une bonne raison de la garder. Bien fait pour ce débile.

« Et t'es quand même venu. Alors c'est ptét naze, mais ça a marché... »

Bon, un point pour Cameron. J'suis quand même venu. Mais j'suis trop curieux, j'y peux rien, alors c'pas comme si c'était sa lettre naze qui m'avais convaincu, honnêtement.

Curiosité, t'sais.

Piètre excuse et pourtant c'est bel et bien ce qui a guidé mes pas jusqu'ici. Enfin, bien sûr, y avais un côté de Cameron là-dedans. J'veux dire, j'suis v'nu parce que je suis méga curieux. Mais d'un côté j'avais un peu hâte de v'nir. Ca j'vais pas l'avouer, hein, mais c't'un fait. J'y peux rien. Même si j'appréhende toujours les conneries de Cam'.

« Bon, t'as quoi?  Si tu dis que c'est pour nous tout ça, sais pas encore c'que j'te fais »

On y est donc , alors, le romantisme dégoulinant, certes. J'suis pas un pro , mais j'suis pas sûr que de se rouler des pelles cachés du monde veut dire qu'on peut faire ce genre de truc niais à en gerber normal, comme un couple, quoi. Mais d'un côté... J'sais pas, peut-être que Cameron a autre chose en tête.

«Un gros câlin pour me remercier?»

J'laisse échapper un rire. Mais il est con qu'il est con.

Mon poing dans ta gueule.

Côté positif ; j'ai toujours ce rire taquin. Il risque rien à priori. En vrai, dans ces moments-là, j'regrette pas de lui avoir laissé une énième chance d'êtres potes. Si c'est c'qu'on est. Et , putain, au pire bat la race de c'qu'on est. C'pas vraiment une importance. Tant qu'on est quelque chose, j'crois.

« ça va arrêter de faire ta mauvaise tête et viens t'asseoir ».

Quand il sort une bouteille de vodka, mon cerveau a genre... Deux réactions d'un coup. "Oh shit, here we go again" et "... C'est pas du jeu, épouse moi p'tit con!". Oui, la vue de la vodka fait toujours naître en moi des émotions ma foi fort contradictoire mais comme là j'suis dans un bon mood, je crois, j'm'assois.

« J'suis pas devenu relou entre temps».

J'prend la bouteille qu'il me tend en haussant les épaules.

Nope, t'as toujours été relou.

Toutes les occasions sont bonnes pour tacler sa gueule de con avec une remarque bien placée. En vrai y a mon côté raisonnable qui me dit que c'est pas l'idée du siècle de boire avec Cameron, pendant qu'j'ouvre la bouteille. Mais de l'autre, j'pense qu'on a apprit de nos erreurs ou quelque chose alors ça devrait le faire. Enfin , j'compte sur lui plutôt pour ça.

Tu veux m'trainer dans ton lit, encore? Avoue.

J'me fiche bien de pouvoir ou non plaisanter sur cette catastrophe, maintenant c'est fini t'façon alors qu'est-ce qu'on s'en branle. Et comme toujours, j'bois à la bouteille parce que ... Parce que j'm'en fiche. Au pire quoi? Au pire il sera pas content et il voudra pas boire après moi et ce sera rien qu'à moi.

T'es pas nareux, j'espère?

Non j'm'en fout, toujours. Et ça se voit. J'fais pas l'effort d'avoir l'air inquiet par la réponse, tiens.

Au pire vu les pelles qu'tu me roule tu t'en branle.

J'repose la bouteille et j'ris un peu tout seul comme un con parce que , c'est drôle, de dire "tu t'en branle" dans cette circonstance. S'il le fait vraiment... Quoi? J'suis le seul à trouver ça drôle? Oh bah allez vous faire foutre.

| Mercredi 8 juin |

Moi le premier, en vrai, je pensais que si j'étais genre... Vraiment vraiment vénère, j'deviendrai une bombe. Genre j'exploserai tout et tout le monde et moi inclus mais là putain... J'dis rien. J'explose, oh ça oui, mais en larmes. Et le pire c'est que Cameron est là, et qu'il me regarde , et qu'il voit que je suis faible et que ça me fait mal et... Merde il n'en est pas question! Mon bonheur dépend de personne et y a personne qui aura le droit de se délecter de ma peine ! C'est l'inverse, normalement! Putain ce que je le déteste!

Et en plus de ça... Le seul truc que ce con a réussi à retenir c'est que j'ai sous-entendu... Ou non clairement dit que je l'aimais. Et ça aussi, c'est une grosse boulette, et j'ai envie de me frapper pour ça. Mais qu'est-ce qui me prend? Chialer et avouer des sentiments, comme ça, comme un putain de débile largué... J'suis pas désespéré à ce point... Si?  

N'empêche que j'ai pas osé répondre à ça. J'ai voulu le frapper. J'ai essayé. Mais à la place; me voilà en train de chialer comme une madeleine. Et j'lui ordonne de s'en aller, je veux plus de son amitié niquée, moi. J'veux plus qu'il me regarde. J'veux plus le voir. J'veux plus jamais tomber amoureux de qui que ce soit. Et un côté de moi imagine que Cameron va s'en aller parce que n'importe qui de sensé serait parti. Mais Cameron n'a jamais été sensé, n'est-ce pas? Et je devrais le savoir, depuis le temps... Rien n'est jamais simple ou logique avec lui. Et avec moi non plus. C'est peut-être pour ça qu'on est restés "proches" aussi longtemps.

« Non. »

Il s'assoit devant moi et j'sais pas ce qui me retient de lui en foutre une dans la gueule , j'le laisse même essuyer mes larmes. J'sais pas , j'ai peut-être trop mal pour réagir après tout donc ça n'a aucune putain d'importance. J'attend que le temps passe, c'est tout. Qu'il se casse quand il aura fini de faire son pauvre chou qui voulait pas me blesser. Ca fallait y penser avant. Parce que , d'accord, on sort pas ensembles... Mais s'il voulait pas le cacher, pourquoi il m'a pas dit!? Il était pas obligé? J'm'en contre fiche! C'pas comme si c'était important après tout...

«Pleure pas steuplait... Je m'en fous de lui ok, je... je suis pas amoureux de lui. C'était lui l'expérience, pas toi... »

Y a un côté de moi qui est heureux. Un tout petit côté qui est fier de deviner un sous-entendu qui chercherait à me faire savoir qu'il m'aime, lui aussi. Et que j'suis pas une putain d'expérience. Que c'est ce débile de Peter. Hell... Que je vaux mieux que Peter. Mais je l'entend pas. J'entends plus tout ça . Parce que j'ai mal. J'ai trop mal pour l'entendre.

Et même quand il me serre contre lui... Je fais rien. J'me débat pas. Parce que j'en peux plus, je veux plus... J'suis fatigué... J'ai pas la force. Pas la force parce que j'ai pas assez la volonté de le pousser et de lui en foutre une en pleine gueule. Pas la force non plus parce que je sais, au fond, que même si j'essayais, Cameron reste plus fort que moi. En fait-- j'en ai même déjà fait l'expérience. Ce con. Mais si je bouge pas, c'est loin de sous-entendre que j'apprécie. Sinon je l'aurais serré en retour. Mais j'le fais pas . Même si j'ai l'impression que c'est la dernière fois que je le laisse me serrer contre lui. Parce que c'est la dernière putain de fois que je le laisse me toucher, après ça. S'il veut se faire pardonner... Il va devoir en chier, j'vous le jure.

« Pars pas s'il te plaît Killian... »

... Ouais bah lâche moi d'abord on verra. Spoiler alert; j'vais fuir. Parce que je supporte plus d'être là, avec lui. J'ai l'impression que son étreinte me brûle et en même temps je n'arrive pas à me résoudre à le pousser ou ne serait-ce qu'à tenter de fuir. Je pense qu'une partie de moi n'a pas envie de le lâcher. Une partie de moi veux encore croire que je ne suis pas l'expérience et qu'il y a quelque chose de réel dans ses mots. Mais je ne sais plus quel est le vrai visage de Cameron. Celui que j'ai toujours connu , je l'aurais cru. Mais je ne le connais plus.

Une partie de moi, aussi, se demande à quel point Ethan pouvait avoir déjà été fou d'amour pour Seth, pour laisser passer si facilement quelque chose de si gros. Je sais, la situation est différente; Cameron et moi on n'est même pas ensembles là où Seth et Ethan seraient du genre à parler mariage et jurer fidélité éternelle au nom des papillons et des petits cœurs toutes les deux phrases. Justement; la trahison aura été foutrement plus grande et blâmable du côté d'Ethan... Pourtant ce dernier n'a semblé montrer de peine qu'envers celle que Seth et moi-même nous infligions. Il n'a jamais semblé ne serait-ce que légèrement gêné par l'idée que j'aie pu coucher avec son petit ami. Encore que je ne sais jamais ce qui se cache réellement derrière l'éternel sourire de mon jumeau; mais je suis prêt à parier qu'il n'en aura pas gardé un point de rancœur là où il me semble impossible d'aimer à nouveau quelqu'un qui ne m'appartenait même pas de base.

Enfin... Non , c'est même différent. Parce qu'au fond, là, j'suis en train de prier pour ne plus aimer ce débile. J'le sais au fond que si ça fait si mal c'est parce que je l'aime encore. Si je n'en avais rien à battre de lui je serais pas en train de chialer dans ses bras. Et il pourrait faire ce qu'il veut avec qui il veut. Mais , bon, faut croire qu'on contrôle pas qui on aime, n'est-ce pas?

« Je veux pas être avec un autre mec... ou même une autre fille en fait. »

... Et au fond plus il parle, plus c'est douloureux. Et ça me prouve que j'ai encore.. Quelque chose, au fond, qui m'attache à lui inconditionnellement malgré moi. Plus il parle plus j'ai envie de lui faire confiance. Et ce besoin d'avoir un espoir ... Ces mots... Je les supporte pas. Je préférerai largement, là, qu'il me regarde dans les yeux et qu'il m'envoie bouler.

«Dis moi ce que t'attend de moi, je veux juste que tu me pardonnes... »

Je sais, ce que je veux. Je le sais, au fond. Si j'étais cent pour cent honnête avec lui, je dirais que je veux effacer tout ça et recommencer à zéro... Encore. Enfin peut-être pas totalement à zéro. Disons que je voudrais revenir à un moment, qu'importe lequel, avant que ça parte en couille. Peut-être ce jour, quand il m'a embrassé pour s'excuser ou quelque chose... Laquelle des fois? Il me semble qu'il aie fait ça plus d'une fois... Qu'importe, la dernière, sans doute. Et qu'au lieu de me dire que ça m'ira comme ça, je lui avoue. Je sais pas, c'pas mon genre de déclarer ma flamme , mais de base c'est pas mon truc de tomber amoureux tout court.

Je peux lui dire un truc comme ça... De ce style. Mais j'ai pas envie. Je vois plus les choses comme ça. J'ai l'impression désagréable que si j'abandonne et je le crois, je vais vivre avec ça au travers de la gorge. Et ce sera ni bon pour moi, ni même pour lui. Alors ma réponse.. Elle sonne un rien moins idéale.

J'veux que tu me lâche., t'es sourd? J'en ai marre de te pardonner. J'en ai marre de toi.

Pas besoin de mots tranchants pour faire mal, j'imagine. Oh, je ne sais pas si lui a eut mal... Mais moi si, c'est certain.

| Samedi 25 juin 2022 |

« Du coup c'est oui... ? Genre, j'veux dire, on sort ensemble, vraiment? »

En vrai, si je souris pas déjà comme un con, j'dois avoir eut un sourire en coin avant de hocher la tête. Non parce que j'sais pas j'peux être vraiment heureux mais tirer la tronche, j'fais ça très bien tout le temps. Genre je fait ça avec Ethan, avec Valentin, pourquoi pas Cameron, au final?
Vraiment un débile , c'lui-là, n'empêche. ... Mais bon ça a jamais été clair entre nous deux donc au final, je sais pas, c'est p'têt mieux de préciser cette fois? Y a un côté de moi qui est heureux, n'empêche , qu'il ai demandé. Genre... L'officialiser ... C'est un truc pour quelqu'un qui avait juste un peu peur de l'amour comme moi. Surtout après tout ce qui s'est passé, bordel.

S'ensuit l'arrivée de mini Cameron. Cherchez pas, je connais son nom c'est évident, mais c'est comme ça que je l'appelle maintenant. Ca ou mini-crotte. Non, en fait, ça sonne encore mieux. Putain insulter les gosses... Ah nan mais c'est pas parce que c'est la soeur de mon ... Petit-ami ( donnez moi un temps que je m'habitue au titre.) -- qu'elle aura un traitement de faveur, des papouilles et des compliments. Au pire mon frère à l'air de kiffer la p'tite, elle aura qu'à aller chez lui si elle veut se sentir princesse. On est jumeaux, c'est pas dramatique, ça reste la même gueule.

« Eeeh tu peux m'insulter mais tout doux avec Emily ».

Je tire la langue à Cameron. Ah bah ça, il peut toujours espérer de la tendresse de ma part. Encore que j'ai été gentil, hein. En vrai elle a p'têt un tout petit traitement de faveur jusque là la gamine. Mais un tout p'tit. Juste pour pas (trop) vexer son grand frère.

« Je peux être ton amoureuse quand je serais grande si tu veux ! »

Elle en revanche, elle a l'air plus intéressée par mon frère que par moi, et bienheureusement parce qu'elle aurait été déçue. Elle lâche ça pendant que je me chamaille avec mon frère qui me cherche et qui trouve quand même un petit moment pour sourire à la petite, pendant que je lui parle , et couiner qu'elle est chou et répondre.

Avec plaisir, princesse!

A deux doigts de lui rappeler qu'il est prit, je me souviens que c'est moi qui ai oublié que c'est plus le cas et je reprend de justesse la chamaillerie là où elle s'était arrêtée , évitant avec brio la grosse boulette. Faudrait pas que mon frère se mette à pleurer...  Bien vite, il se remet à parler de Cameron et moi pour me charrier après que le brun aie conseillé à sa petite soeur de de ne pas faire de demande en mariage à tous les gars qu'elle croise. Là encore je suis tenté de préciser que de prendre tous les gars qui tombent sous la main, c'est de famille. Mais c'est plus machinal que vraiment rancunier. Quand bien même je n'ai pas oublié, là tout de suite, je n'ai pas vraiment envie d'être encore en colère. Juste pour le moment.  En plus quand je lui demande silencieusement s'il va m'envoyer des lettres pendant les vacances, il répond d'un sourire et prend ma main...

« Promis. Tu rentres en France ? On peut essayer de se voir si c'est pas trop compliqué pour toi... »

... Et je peux pas être en colère. Même si je le voulais, j'crois que je pourrais pas. Mais je roule quand même des yeux aux "awww..." attendris de mon frère en serrant juste un peu subtilement les doigts de Cameron. ... J'aurais pas pu me priver de lui toute une vie. Jamais. Merde...

Je passe tout Juillet en Angleterre, alors...

Juste au cas où, c'est un "oui".

« Je vais le surveiller moi t’inquiète pas ! S'il t'envoie pas, je le gronde ! Et oui viiiens chez nous, comme ça Maman elle verra enfin l'amoureux de Cameron ! Tu sais, elle fait que de demander à lui et Nana s'ils en ont à chaque fois qu'ils sont à la maison! »

Ethan rit doucement, même s'il comprend pas tout à fait l'histoire de "Nana". Et moi aussi, je laisse échapper un léger rire amusé, malgré moi. Et j'm'en rend compte que quand Ethan me lance un regard. Ce regard. Ce regard qui veut dire "oh serait-ce un Kiki tout doux que je vois là?". Parce qu'il est indéniable que je suis beaucoup plus doux avec ceux que j'aime. Et il est indéniable que j'aime Cameron. Alors je tousse un peu pour me reprendre.

Nana?

Je questionne comme pour rediriger l'attention sur autre chose. Ou quelqu'un d'autre en l’occurrence. Histoire qu'Ethan n'aie pas le temps de faire de remarque gênante à voix haute et que si Cameron l'a remarqué, il oublie. Juste... Ouais, il oublie.

« Nana c'est Irina... Elles se connaissent très bien, je t'expliquerais »

Je hoche la tête bien que je suis pas forcément méga plus avancé, ni forcément intéressé par l'histoire de cette Irina... Mais ça n'a aucune importance. Tant qu'on oublie mes sourires débiles... Et puis, si ça lui fait plaisir ..

« Toi aussi tu penses à moi ok... ?»

Cameron ajoute tout bas. Je roule des yeux à nouveau. Et merde, j'me suis remit à sourire. Je serre un peu plus sa main et j'lui chuchote

Après cette année? Même si je voulais je pourrais pas t'oublier.

.. Oui, en conclusion, Mr. Forbes. J'ai pris des cours de langue, on peut dire ça comme ça.
:copyright:️ 2981 12289 0

_________________

Give Me Love 1597786588-ezgif-2-e1be68d5f7c3 Give Me Love 1597758922-jeez Give Me Love 1597786561-ezgif-2-3c5ab1b9d533
Give Me Love 1581515885-harshopulentgnu-size-restricted ебаTь Tебя сукаGive Me Love 1581515885-harshopulentgnu-size-restricted

descriptionGive Me Love EmptyRe: Give Me Love

more_horiz

♫ Give a little time to me or burn this out, We'll play hide and seek to turn this around. ♫
Ft Kiki



Jeudi 12 mai

Il avait l'air de bien vouloir m'écouter. C’était déjà ça. Je lui avais fait un petit sourire quand il s'était laissé glisser contre le mur près de moi, sans retirer sa main de la mienne.  Je comptais pas la lâcher pour le moment, alors je faisais comme si de rien n'était. Comme si c'était pas bizarre de rester là assis main dans la main, juste après s'être embrasser, à se demander si on pouvait rester amis. Mais lui, il avait l'air décidé à le souligner. « Ouais, donc tu m'embrasses, normal quoi. C'est c'que ça fait, les potes. » Je levais les yeux au ciel, réprimant un sourire. Je ne savais pas trop s'il essayait de me faire rire ou s'il voulait vraiment me faire regarder la situation en face. Mais à quoi bon ? J'en avais pas envie pour le moment, j'avais pas envie de chercher plus loin. Je voulais juste pas qu'on se fasse la gueule à vie parce qu'il me manquait. C'est ce que j'essayais de lui expliquer, tant bien que mal, en lui demandant si on pouvait essayer encore une fois.

Je me mordis nerveusement la joue quand je l'entendis soupirer longuement avant de laisser un gros blanc s'installer. Est-ce qu'il m'en voulait encore pour la dernière fois ? Oui, ça sans doute, mais peut-être qu'il m'en voulait vraiment, genre qu'il avait aucune envie de faire un effort pour me pardonner. Mais alors dans ce cas, pourquoi il m'aurait laissé l'embrasser, pourquoi s'installer près de moi pour en discuter ? Il était peut-être entrain de se dire qu'il avait fait une erreur et qu'il allait repartir aussi sec d'une seconde à l'autre. « Déjà fait, r'garde où on est. » Sa phrase ne me réconforta pas vraiment et je baissais les yeux, un peu déçu. Je le savais, j'aurais pas du réagir comme ça l'autre matin, j'aurais du m'excuser plus tôt, j'aurais du... « Mais qu'importe.» Sa phrase me tira de mes pensées négatives et je relevais la tête aussitôt, surpris et croisais ses yeux. J'étais incapable de deviner à quoi il pensait et comment cette discussion allait finir... « T'es con. Tu m'amuses. J'veux bien. Mais j'oublie rien. »

Je hochais la tête après sa déclaration. Logique. J'étais du genre rancunier moi aussi alors je pouvais comprendre qu'il ne puisse pas tout balayer d'un revers de la main. Mais ça me suffisait pour le moment, j'étais déjà content qu'il ne m'ait pas totalement envoyé sur les roses. « Ouai. Chacun dans son dortoir ça me va aussi bien... » ironisais-je pour lui montrer que pour moi aussi, ça n'allait pas être facile à oublier. Enfin, pour ce que j'avais à oublier vu que mes souvenirs n'étaient jamais vraiment revenus.

Dimanche 22 mai

J'étais un peu gêné de la situation dans laquelle je m'étais mise et j'avais peur de passer pour un gros naze, mais au fond, ça ne me dérangeais pas que Killian me taquine ainsi. Après tout, c'est moi qui avait commencé à baser notre relation là-dessus. C'était un peu drôle. « Tu rêves. J'la garde. J'te la remontre... rai » Bon c'est bon je boudais plus et je me détendais un peu. Il était trop mignon quand il se concentrait comme ça pour parler correctement. Comment ça je suis un mec facile ?  « Quand tu feras genre le gros dur » Je haussais un sourcil amusé, mais lâchais avec un air faussement vexé « Déjà, je fais pas le gros dur, je suis un dur d'accord.» Je lui rappelais ensuite que malgré ma stratégie douteuse, il était face à moi et que donc, j'avais réussi mon coup. « Curiosité, t'sais. » Bien sûr. Il n'allait pas non plus avouer qu'il avait aussi envie de me voir. Il était assez fier dans son genre mais je m'en fichais, je crois. J'étais presque sûr que c'était le cas... Presque. Il y avait toujours mon manque de confiance en moi qui essayait de me persuader du contraire mais je tentais de ne pas écouter et de me concentrer sur le positif : il était là et on allait passer la soirée ensemble.

En tout cas, j'avais réussi à le faire rire avec mon histoire de câlin. C'était pas banal ça, ça comptait comme une victoire. Peut-être que je devrais noter dans un carnet toutes les fois où c'était arrivé, histoire d'avoir des preuves... Il serait capable de nier le fourbe. «Mon poing dans ta gueule ». Mhh, j'avais déjà goutté et merci mais non merci. Ce fut mon tour d'étouffer un rire et je lui intimais de venir s'asseoir en lui tendant mon 'trésor'. Je me demandais comment il allait accueillir l'idée, qui n'était sans doute pas très brillante. Après tout, la dernière fois qu'on avait tenté une expérience du genre, ça ne s'était pas très bien terminé entre nous... mais c'était du passé tout ça maintenant n'est-ce pas ? « Nope, t'as toujours été relou. »Mhh... c'était positif ça non ? Il m'avait insulté mais sans me hurler dessus, et il   avait accepté mon offrande alors on allait dire que oui. Je le regardais ouvrir la bouteille, profitant du fait qu'il soit occupé pour profiter un peu de la vue. « Tu veux m'trainer dans ton lit, encore? Avoue. » Ooookay, j'avais rapidement détourné les yeux en vitesse après cette délicate entrée en matière. C'était un peu trop frais et un peu trop direct pour moi, j'étais pas préparer. Sans compter le fait que seul la vérité blesse et que ces derniers j'avais peut-être, un peu, rien du tout mais bon, fantasmé sur lui. «Tu pourrais pas me résister si c'était le cas. » Je lui adressais mon sourire le plus calme possible, fatigué de perdre tout le temps la face devant lui. Après tout j'avais ça dans le sang, embêter les gens, alors pourquoi je perdais ainsi mes moyens devant lui ? « Surtout si tu comptes descendre toute cette bouteille pure... » rigolais-je en le voyant boire au goulot tel un pirate. « On a rien mangé en plus vas-y mollo... » Je lui tendis un bol rempli de victuailles pour l'encourager à se remplir un peu le ventre avant de tomber 1 litre d'alcool.

« T'es pas nareux, j'espère? » Je haussais un sourcil après sa question. Nareux ? Il avait tellement révisé l'anglais qu'il connaissait des mots que même moi je ne connaissais pas ? « Au pire vu les pelles qu'tu me roule tu t'en branle » Ah bon, ça voulait devoir dire les gens qui aiment pas mélanger leur salive à celle des autres... Il m'avait sauvé la mise malgré lui. Je ne lui aurais certainement pas demandé ce que ça pouvait bien vouloir dire, sinon il aurait encore eu une occasion de me rappeler que j'étais pas le couteau le plus aiguisé du tiroir. Je lui piquais la bouteille en ronchonnant « Oh eh, t'es pas en reste non plus hein... ça a pas l'air de te déplaire » Plus sage que mon camarade, je renversais l'alcool dans le jus de citrouille que j'avais ramené avec avant d'en boire à mon tour. J'avais le cœur qui battait un peu vite et l'estomac un peu noué. Je savais plus vraiment quoi dire maintenant qu'il était là, ou quoi faire. C'était vraiment bizarre, je recherchais sa compagnie, mais quand on était enfin ensemble, on peut dire que j'avais un vrai balais dans les fesses. J'avalais de longues gorgées de mon super breuvage, comme si celui-ci allait m'apporter du courage. « Si t'es pas content j'arrête. J'm'en fous, ça me manquerait pas tellement à moi.» C'était absolument pas vrai. Je crois que je m'étais beaucoup attaché aux moments qu'on passait ensemble loin du regard des autres et qu'il suffirait qu'il me provoque un peu pour que je craque. Mais ça,  il était pas obligé d'en être informé.

Dimanche 12 juin.

J'avais fini par le laisser seul, mercredi dernier. Je lui avais demandé si j'avais pas rêvé quand il avait dit qu'il m'aimait et il ne m'avait tout simplement pas répondu. Mais ça me semblait plutôt clair maintenant.... On ne se met pas dans des états pareil si ce n'est pas le cas si ?  Et moi alors, je l'aimais ? Je crois que oui. Je voulais surtout pas le perdre et lui briser le cœur ça avait brisé le mien... Je ne voulais plus jamais le voir pleurer. J'avais essayé d'insister, et j'avais réussi à le prendre dans mes bras, mais je crois qu'il était juste résigné et qu'il n'avait même pas la force, ou pas l'envie de se débattre et de discuter avec moi. Il n'avait pas l'air prêt du tout à me pardonner et à me parler de ce qu'il attendait de notre relation. Tout ce que j'avais récolté, c'était des mots qui m'avait fait l'effet de la claque qu'il ne m'avait pas mise. « J'veux que tu me lâche, t'es sourd? J'en ai marre de te pardonner. J'en ai marre de toi. »Plutôt clair et direct. Et mérité surtout. Depuis le début je n'avais pas été très clair, très sincère ni très honnête. Sans doute que c'était son droit de me détester maintenant... Alors je l'avais serré encore un peu plus fort, juste quelques secondes, avant de le lâcher. « Je... j'le verrais plus, en tout cas pas comme ça parce que je... » t'aime. « Je veux pas te perdre. » Je ne savais pas ce que j'aurais pu lui promettre d'autre. Je n'arrivais pas encore à lui dire la seule chose qu'il voulait sans doute entendre de moi. Alors j'avais tourné les talons et j'étais parti dans mon dortoir, le cœur en miette et les larmes aux yeux.

Est-ce que j'avais bien fait? Il avait l'air d'avoir besoin d'air, mais d'un autre côté, peut-être qu'il me testait ? Peut-être qu'il voulait voir combien j'étais prêt à me battre pour me faire pardonner ? Et sans doute que j'avais eu l'air de l'abandonner. On ne s'était pas croisés pendant quelques jours et cette fois, je n'avais pas fait exprès, pas du tout. Au contraire, j'avais l'impression de le chercher du regard en permanence et je n'avais réussir qu'à l'apercevoir à la sortie d'un cours ou dans un couloir, sans oser aller le rattraper. Peut-être que c'était lui qui m'évitait maintenant... J'avais déprimé tout le week-end et j'avais même loupé le Quidditch et le club de musique, prétextant ne pas me sentir bien. La finale était passée, et par dessus le marché on avait gagné, alors je n'avais eu aucun scrupule à rester dans mon lit comme une grosse larve.

Mais malheureusement, passer sa vie sous la couette ce n'était pas une option durable... J'avais eu le temps de penser, pendant 48h, et j'avais fini par décider que je n'étais pas prêt à laisser la situation pourrir de cette manière. La fin de l'année approchait alors si on ne réglait pas nos problèmes maintenant, on ne le ferait sans doute jamais. J'avais fini par m'habiller, dimanche en fin d'après-midi, décidant de prendre mon courage à deux mains et avait été houspillé quelques Serpentards de 6° année pour savoir où était le blond.

Je sortis dans le parc et mes mis à fouiner, espérant le trouver. Mon cerveau me disait de fuir et je faillis bien me dégonfler trois ou quatre fois. J'avais peur, j'avoue. Je savais que je n'allais pas être bien accueilli et je n’avais aucune idée de ce que j'allais bien pouvoir raconter. Mais quand je finis par le trouver, mon cœur me poussa à aller poser mes fesses près des siennes, quitte à m'en reprendre une. « On peut parler ou taper c'est toujours ton seul moyen de communiquer ? » lâchais-je un peu froidement. Okay, c'était peu être un peu brute comme approche, et c'était un peu quitte ou double, mais en réalité c'était tout réfléchi. Quand j'avais essayé de m'excuser ça n'avait pas marché. Peut-être que si je le bousculais un peu on pourrait parler. Ou s'engueuler mais au moins se dire les choses...

Dimanche 10 juillet

« On va voir l'amoureuuuux de Cameron !! » Je crois que mon secret avait tenu à peu près 10 minutes, le temps qu'on retrouve ma mère et qu'on s'installe dans la voiture pour rentrer à la maison. Et ma charmante petite sœur s'était bien sûr fait un plaisir de raconter en détail sa rencontre avec Killian à ma mère. Je m'étais abstenu de faire des commentaires et n'avais pas décoché un mot du trajet malgré les remarques d'une lourdeur certaine de ma maman, qui essayait de savoir si Emily fabulait ou pas. Je boudais. J'étais un peu énervé contre moi-même car j'aurais du deviner que cela allait se terminer de cette manière, et j'aurais voulu attendre un peu avant d'avoir à en discuter avec ma mère. M'enfin, ça avait eu le mérite de crever l'abcès. J'avais fini par aller la voir quelques jours plus tard pour lui raconter que j'aimais vraiment les garçons. Ou plutôt, un garçon en particulier. Elle était beaucoup trop curieuse et j'avais du inventer la moitié de l'histoire car il était hors de question que je lâche dans le plus grand des calmes « Ben tu vois, c'était un mec, il m'a tripoté en retenue, après on est allé à une soirée et on s'est saoulé la gueule comme deux cochons avant de coucher ensemble ».

Bref. Elle avait bien réagi. Et j'avais même pu en profiter pour demander qu'il vienne passer un peu de temps à la maison en juillet et aujourd'hui, c'est le jour où il était censé arriver. C'est pour ça qu'Emily criait en courant partout dans l'entrée.  Plus elle grandissait, plus elle était ingérable. J'espère que Killian allait réussir à l'apprécier quand même. C'était peut-être bête mais c'était important pour moi que la personne que j'aime apprécie ma petite sœur. Bon, je faisais le fier, mais moi aussi j'étais tout excité même si je n'étais pas aussi démonstratif que la vampire. J'étais un peu comme une collégienne ces dernières semaines, à repenser à lui tout le temps. C'était ça l'amour, être tout le temps dans la lune ? Mais aussi, il m'avait quand même dit « Après cette année? Même si je voulais je pourrais pas t'oublier »! Je sais que ce n'était pas que pour de bonnes raisons, mais ça m'avait quand même fait plaisir. J'aurais voulu l'embrasser une dernière fois, seulement, c'est le moment que ma mère avait choisi pour débouler en criant sur Emily. Alors j'avais lâché sa main en lui faisant un sourire désolé et en lui disant que j'essayerai de l'inviter bientôt chez moi.

Et bientôt, c'était donc maintenant ! Mon cœur avait loupé un battement quand on avait enfin toqué à la porte. Il m'avait manqué quand même. Mais je n'avais pas eu le temps de descendre de ma chambre que ma sœur était déjà allé ouvrir et s'était collé comme une sangsue à mon copain pour lui faire un câlin. J'arrivais juste après et regardais la scène en retenant un sourire mi-moqueur, mi-attendri. Je restais quelques secondes à le détailler des pieds à la tête avant d'aller le sauver des griffes de la petite. « Emily lâche le... » « T'es jaloux ? » Elle se retourna pour me tirer la langue avec toute la maturité qui la caractérisait et repartit en courant dans l'autre sens. « Désolé... Et oui, elle est toujours comme ça.» Rigolais-je en me poussant pour le laisser entrer. J'étais un peu en stress. Je devais faire quoi l'embrasser ? Mais c'était gênant devant ma famille non ? Aussi, je fis rapidement les présentations officielles avec ma mère et Jasper, mais me débrouillais rapidement pour qu'on disparaisse à l'étage. Histoire d'être tranquilles.

Je poussais la porte de ma chambre en rougissant un peu. C'était assez modeste chez nous, on était clairement pas la famille la plus riche du monde des sorciers, et en plus, j'étais un peu intimidé pour une raison que j'ignorais. Ma chambre, c'était un peu... intime comme endroit? J'avais peur qu'il me juge je crois, avec mes posters de Quidditch d'adolescent toujours accrochés sur les murs. « Ben euh... bienvenu ? C’est ma chambre du coup.» Yes Cameron, il n'avait sans doute pas remarqué. Il allait encore me dire que j'étais con. Je haussais ses épaules et posais son sac près de mon lit. « Désolée ma famille est... un peu envahissante des fois mais tu t'habitueras... ? » J’espérais en tout cas. Après tous ces efforts pour en arriver là, j'espérais qu'il n'allait pas fuir parce qu'il ne supportait pas ma sœur et ma mère... Ptét j'aurais du attendre avant de l'inviter ici ? Merlin, j'espérais que j'avais pas fait une bêtise. « Tu m'as manqué... » Avouais-je sans le regarder dans les yeux et en m'asseyant sur le bord de mon lit. Je ne savais pas si un jour j'arrêterais totalement d'être gêné en sa présence. D'un autre côté, j'aimais bien ce sentiment d'être un peu fébrile quand il était près de moi.

️️Lilith


_________________

I would rather you hate me and be safe than the other way around


descriptionGive Me Love EmptyRe: Give Me Love

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum