Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

[INTRIGUE] L'intrigue de la Finale de la Coupe du Monde de Quidditch touche à sa fin, choisirez vous votre camp ?
L'année scolaire commence le lundi 5 septembre 2022 à Poudlard.
Les élèves sont priés de se rendre sur la voie 9 ¾ le dimanche 4 septembre 2022 afin de prendre le Poudlard Express. Départ à 11h !
L'année scolaire commence le 12 septembre 2022 à l'UMS. Encore un bon mois de vacances, n'oubliez pas de réviser avant la rentrée.
Le mois d'août s'annonce pluvieux après les grosses chaleurs de juillet. Couvrez vous bien !

Partagez

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyEven at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Mercredi 14 septembre 2022

La reprise des cours est une sorte de bénédiction, non je n'en fais pas trop. Vous n'avez pas à supporter une folle hystérique qui a vu son messie arriver. Oui je parle de Mère, elle a toujours cette lubie bizarre avec cette pseudo prophétie qu'elle a faite il y a des années de cela. Et avec ce qui s'est passé cet été, elle pense que le fameux mage noir est arrivé... Elle nous a donc abreuvé tout l'été au sujet de ce nouveau mage noir qui avait l'air très puissant. Ennuyeux, je ne risque pas de m'agenouiller devant qui que se soit. Et encore moins de prendre partie, je ne vois pas ce que j'y gagnerais à m'associer avec des meurtriers de masse. Je suis peut-être insensible mais quand même. En bref, je suis soulagé d'être de retour entre les murs de l'école. Au moins je n'ai pas à supporter les lubies de Mère.

Je n'ai pas eut de nouvelles de Seth suite à notre échange sur la potion d'amnésie. Je me demande finalement à quoi cela a bien pu lui servir. Non pas que je m'en soucis vraiment mais je suis tout de même un peu curieux à ce sujet. Cette demande en elle même était suffisamment surprenante pour que cela m’interpelle. Surtout connaissant mon camarade je me doute bien que ce n'est pas pour travailler ses cours. C'est de Drake qu'il s'agit et non du premier de la classe. Qui n'est pas moi contrairement aux rumeurs, je suis bon surtout en théorie et bien moins en pratique pour la plupart des matières après tout. C'est par hasard que je tombe sur Seth par ailleurs, je ne le cherchais pas mais l'occasion se présente alors... Cela dit c'est toujours un peu étrange pour moi de venir sciemment vers un camarade de classe.

"Salut, tu as une mine affreuse." Je ne m’embarrasse pas des politesses d'usage avec Seth. On ne l'a jamais fais ni l'un ni l'autre. Et cela m'épargne des palabres inutiles et inintéressantes. Cela dit j'aurais sans doute pu être un peu moins incisif. Mais c'est la vérité, il a une mine sombre. Je ne me rappelle pas l'avoir vu ainsi même quand il m'a raconté qu'il avait eut des relations charnels avec le frère jumeau de son petit-ami. Pour être honnête, même avec l'alcool, je ne comprends pas comment l'erreur est possible. Ethan et Killian sont très différents, mais peut-être est-ce encore une de mes prérogatives ? Je remarque toujours les détails, et puis le jugement de Seth était clairement altéré par l'alcool. Je n'ai jamais été dans une situation similaire, et je ne le serais sans doute jamais.

Je me retrouve un peu embêté d'avoir engagé la conversation, parce que je ne sais pas vraiment ce que je suis censé demandé à un ami que je n'ai pas vu depuis deux mois. "Au fait, je me demandais à quoi avait pu te servir ce que tu m'as demandé sur la potion ? Tu en avais besoin pour quelque chose en particulier ?" Voilà ça c'était un sujet qui me semble acceptable, enfin je suppose. Je ne sais pas en fait. Socialement je crois que je devrais lui demander comment se sont passés ses vacances, mais très honnêtement je m'en fiche un peu. Il est assez évident qu'il s'est passé quelque chose vu la tête que Seth fait. Il a l'air vraiment plus sombre que dans mon souvenir.

"Tu n'es pas encore venu au labo, est ce que tu comptes y venir ce weekend où tu es trop occupé ? Même-ci tu es bavard, tu es un bon assistant." J'explique, c'est même une sorte de compliment de ma part. Ce qui est un peu bizarre en premier lieu. Ceci dit c'est la vérité malgré sa verbe Seth sait se montrer utile et on s'entend relativement bien. Mon partenariat avec Alyssa a fini par se terminer assez abruptement après une remarque de ma part. Et bien je n'y peux rien si tout le monde voudrait que je sois autrement que je ne suis.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youEst-ce que je vous refait le topo ou tous le monde ici à compris à quel point les choses étaient bizarres pour moi ? Dix jours… Dix putains de jours que j’évoluais dans cette école en me répétant jour après jour que ma place n’est pas ici, le soucis c’est peut être que j’sais pas vraiment où elle est cependant. Je comprends que dalle aux cours, je rame parce que bien sur je peux pas réapprendre en aussi peu de temps ce qu’il m’a fallut 6 ans à engranger. Jsuis pas sur d’avoir envie d’apprendre d’ailleurs. Jveux dire la magie ça sonne cool, mais c’est de toute évidence comme ça que j’ai perdus mes souvenirs.

Faute de mieux je le joue pourtant ce putain de rôle. Pas de bon coeur je l’admet. J’ai l’impression d’évoluer à l’aveugle, un peu comme un artiste de cirque qui ferait son numéro de funambule sans filet et sur un fil invisible. Le moindre faux pas et je me casse la gueule. Peut-être parce que je refuse d’accepter l’évidence : A savoir que je me la joue comme si j’avais rien perdu du tout. Je continue de saluer les gens qui viennent me voir comme si de rien n’était et de prétendre que Seth Drake n’a pas été mutilé de ses souvenirs.

C’est pas vraiment du déni, jcrois juste que je préfère quand c’est comme ça. Que j’ai pas à expliquer et surtout supporter les regard compatissants. Au début je le faisait puis j’ai vite compris que les gens n’en avait pas assez quelque chose à foutre de moi pour que ce soit sincère alors j’ai arrêté. Au final j’fais bien illusion alors pourquoi me forcer à endurer leur fausse compassion…

C’est alors que je marche à la recherche de Ethan qui n’est que trop souvent mon guide que je croise le regard d’un autre élève. Je n’ai pas de mal à comprendre qu’il m’a reconnu et vient me parler à sa façon de me regarder. Je ne peut m’empêcher de penser que s’en est encore un qui va me la jouer « faux compatissant qui pleurniche que je l’ai oublié » en le regardant approcher, aussi je suis très surpris quand il ouvre finalement la bouche pour me saluer :

"Salut, tu as une mine affreuse."

Ah bah non. Lui il me trouve juste moche. Je crois que j’aurais dû m’agacer que l’on me fasse ce genre de remarques. J’aurais pu le prendre comme un reproche alors que je luttais pour juste m’en sortir au quotidien il y avait des propos plus agréable entendre mais… Il m’amuse. Je crois que je force même un sourire pour lui alors que j’en ai assez peu la force ces derniers temps tandis qu’il enchaîne sans remarquer ma confusion ou plutôt sans la comprendre. Alors qu’il parle je fouille ma mémoire à la recherche d’un indice sur l’identité de ce garçon, j’aimerais au moins me souvenir de son prénom mais comme toujours c’est le néant absolu. J’ai beau réfléchir je n’en demeure pas moins conscient de ce qu’il dit et malgré moi mon corps se tend quand  il parle de potion.

Je demeure muet alors qu’il attend une réponse. Je sais que ma perte de mémoire n’a rien de naturel et n’est pas lié à un traumatisme comme on avait pu me dire à l’hôpital. J’avais entendu l’hypothèse de la potion même si franchement sur le coup ça m’était passé au dessus. Est-ce que j’ai demandé de l’aide à ce gars pour m’auto saboter moi même ? J’ai du mal à comprendre pourquoi j’aurais fait ça au vu des autres éléments que je possède. Malgré moi j’attrape mon poignet gauche de ma main droite et passe un doigt sur les cicatrices qui témoignent de ma tentative de suicide. Je sais que en faisant ça il à de grandes chances de le remarquer mais je n’y fait tout simplement pas attention tant je suis distrait.

-C’était pour un pari avec Ethan.

Je lâche finalement, ne sachant pas vraiment quoi répondre d’autre. Est-ce que seulement il connaît Ethan ?  C’est un bon moyen de vérifier et si je constate que c’est le cas je pourrais toujours demander au blond de me renseigner davantage sur mon interlocuteur. Je sais aussi que faire des paris c’est le genre de chose que mon ancien moi aurait pu faire alors pour le coup je crois bien m’en sortir. En tous cas il enchaîne dans ce qui ressemble à une invitation qui me laisse assez confus. Ainsi donc j’avais l’habitude d’aller dans un labo avec ce mec et de jacasser. Parfait. SI je parlais tant que ça je lui ait sans doute raconter ma vie. Une occasion d’en apprendre plus sur moi même si ça risque d’être difficile si je veux prétendre être en pleine possession de ma mémoire. « parle moi de moi »… Ouais nan d’habitude c’est plutôt l’inverse en fait mais je trouverais bien une excuse d’ici ce week end et puis au pire je n’aurais qu’à lui dire la vérité. A sa façon de me parler je perçoit une certaine forme d’entente entre nous. Un ami ? A part Ethan je ne semble pas en avoir beaucoup. Ce serais une sacré évolution de mon cercle social même si notre relation me paraît assez étrange.

-Ouais je vais venir, désolé le début de l’année à été… Compliqué.

J’ai même pas besoin de forcer pour faire mon petit numéro. Évidemment que ça à été compliqué  et très franchement je n’ai pas envie d’en parler aussi je cherche un sujet de conversation. Ce serais bien plus simple si je savais de quoi nous parlions d’habitude mais très vite l’idée d’échanger des banalités me vient à l’esprit. Ouais, ça ça marche toujours.

-C’était comment tes vacances ? Tu as fait quoi ?

Je sais très bien que je prends le risque qu’il me retourne la question mais qu’importe, je peux toujours lui dire la vérité tant que je n’évoque pas ma perte de mémoire d’ailleurs à ce propos il va falloir que je me renseigne sur ce fameux labo.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Mercredi 14 septembre 2022

Je ne sais pas comment j'arrive à faire sourire Seth, ce garçon est un véritable mystère. Tout comme le fait qu'il soit devenu proche de moi en est un. Je veux dire par là que nous n'avons rien en commun. A quel moment sommes nous arriver à bien nous entendre ? J'ai du mal à concevoir ce qui nous lie tout les deux, mais et bien c'est tout de même un sentiment réconfortant d'avoir quelqu'un avec qui discuter de choses et d'autres. Evidemment nos échanges sont le plus souvent utiles, je n’accepterais pas de juste bavarder pour discuter. Ce serait une sacré perte de temps et d'énergie inutile. Mais Seth et un peu l'exception qui confirme la règle.

Ceci dit je ne peux m'empêcher de remarquer l'attitude encore plus bizarre que d'habitude de Seth. Quand il tripote son poignet gauche, je ne peux que remarquer les cicatrices présentes. Elles n'y étaient pas quelques semaines en arrière, je ne fais pas attention à ce genre de détails insignifiants de mon plein gré. C'est juste ma mémoire visuelle qui enregistre ce genre de détail, et je suis sûr de moi. Ce n'était pas là avant, je ne peux m'empêcher un léger froncement de sourcils de confusion. Mon regard se fixe de nouveau dans celui de Seth quand celui-ci me réponds. "Ethan, n’étiez vous pas séparé ? Ou quelque chose comme ça ?" Je lui demande un peu surpris, peut-être parce que séparation équivaut à ne plus revoir cette personne pour moi. Seth m'a raconté certaines choses au sujet de leur relation, non pas que j'ai réellement cherché à savoir. Mais en fait... peut-être un peu. Je l'apprécie suffisamment pour me soucier au moins un peu de sa vie en dehors de nos réunions au labo. J'avais cru comprendre qu'après la tromperie de Seth les choses n'étaient plus comme avant entre eux. Bien que je ne puisse pas prétendre comprendre quelle était la différence.

Je n'ai pas d'aptitudes sociales suffisamment aguerri pour comprendre les tenants et aboutissants d'une relation amoureuse. Déjà cela ne m'intéresse guère en général, après tout je n'ai jamais apprécié quelconque contact physique. Et en plus de cela c'est une perte de temps pour peu de gain. J'ai sans doute une façon de voir les choses assez dépersonnalisée, la sexualité, le réconfort physique, l'amour au sens large sont des notions qui me sont vagues. Incompréhensibles même.

"Tu as pris du retard sur tes devoirs cet été, j'imagine... Tu sais, si tu faisais tout en temps voulu, tu ne serais pas aussi mauvais." Ce n'est même pas un jugement de valeur, mais juste une pensée honnête de ma part. Je pense sincèrement ce que je dis, il n'y a pas de méchanceté cachée derrière cette remarque. Je sais que Seth est habitué désormais, il n'en prendra sans doute pas ombrage comme peuvent le faire les autres. Je ne vais pas soudainement me mettre à arrondir les angles parce qu'il est ce qui se rapproche le plus d'un ami. Sa question suivant me laisse perplexe, et cela doit sans doute se voir parce que je suis réellement interloqué. Et bien il est déjà arrivé que Seth me questionne sur le contenu de mes vacances auparavant mais pas de cette manière. Nous savons tout les deux que je ne sais pas répondre à ce genre de sollicitation purement sociale.

"Rien qui mérite d'en discuter. Comme tu le sais, je préfère largement être ici et avancer sur mon étude." Je balaie le sujet d'un revers de la main sans lui demander ce qu'il a lui même pu faire par ailleurs. De un parce que si il veut en parler, il le fera et de deux si c'est juste pour me répondre des platitudes inutiles... Je n'ai pas besoin de poser la question. Ces conversations insipides que peuvent avoir les autres du type "J'ai fait ci ou ça, c'était super" ou encore "je n'ai rien fait de mes vacances..." Barbant et inutile. Si il s'est passé quelque chose d’intéressant Seth n'aura qu'à le mentionner. "C'est étrange... Habituellement, tu ne me demandes pas ce genre de choses. Je sais que je ne suis pas le plus apte à le faire remarquer... Mais tu es bizarre." Aujourd'hui s'entend, le Seth habituel n'aurait pas agit de manière aussi normal. Tout simplement parce que ce n'est pas vraiment la base de notre amitié.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youJe sais très bien que je ne vais pas pouvoir faire illusion très longtemps. Chaque phrase qu’il prononce est pour moi comme un obstacle à passer. Ce n’est pas forcément très difficile mais je m’épuise à passer au dessus sans m’y prendre les pieds et encore je vois bien que l’autre est chiffonné par certaines de mes réponses. Fatalement j’ai changé, je ne sais pas à quel point c’est vrai mais je ne suis pas le plus à même de le remarquer.

Je ne sais pas vraiment pourquoi je m’entête à ne pas dire la vérité. Ce serait sans doute plus simple si j’admettais que je suis amnésique mais quelque part je me dit que cet autre n’aura aucun intérêt à discuter avec le fantôme d’un ami. A voir peur de perdre quelqu’un que l’on ne connaît pas est un concept assez particulier mais je crois bien qu’il y a de ça. J’ai envie de me raccrocher à ce qui à pu compter pour l’ancien Seth comme si ça pouvait suffire à ce qu’il me revienne.

J’ai au moins raison sur un point quand je joue mon petit numéro. Mon numéro me vaut de glaner quelques informations supplémentaires. Par exemple, le fait que je sois séparé de Ethan ce qui implique en toute logique que nous ayons été ensembles. A dire vrai je ne suis pas étonné, Ethan est bien trop dévoué pour n’être qu’un ami et moi même je suis assez coulant en sa présence alors que je ne me soucie pas beaucoup des humeurs des autres et encore moins de heurter leurs sentiments. Je m’interroge tout de même si c’est à cause de la fin de notre relation que j’ai tenté de mettre fin à mes jours. Telle que je devine ma personnalité ça ne semble pas me ressembler mais tenter de mettre fin à mes jours non plus et pourtant c’est bien alors que je me taillait les veines que j’ai reprit conscience. Plus j’ai l’impression de me rapprocher de mon passé et plus je m’en éloigne me semble-t-il parfois. Y a t il moyen que je questionne davantage cet autre garçon ? Il semble en savoir un peu sur moi ou en tous cas bien plus que je n’en sais.

-On est restés potes, c’est juste bizarres entre nous

Pour le coup pas besoin de mentir. C’est définitivement très bizarre. J’essaye un instant d’imaginer quel genre de couple on à pu être. Je vois tellement Ethan être adorablement niais que j’ai du mal à figurer que j’ai pu sortir avec. Je veux dire… J’ai plutôt l’impression d’être du genre assez trash. Comment nos deux personnalités ont-elles seulement réussi à cohabiter ?

Je crois que je me fais plus silencieux à mesure que nous conversons. J’arrive à m’en sortir mais parler avec ce qui s’apparente à un ami est plus compliqué que de juste parler à des camarades qui ne semblent rien connaître ni de moi ni de l’autre. Je sens que ce que je fais là n’est pas bien mais n’est-il pas trop tard. Je suis un peu paumé et je sourit juste alors qu’il me conseille afin de rattraper mon retard. Ah s’il savait. Je crois qu’à ce stade on ne peut même plus parler de retard. J’ai clairement loupé quelques trains et je me demande vraiment s’il y a moyen que je m’en sorte avec toutes ces lacunes ? Peut6ëtre que si je m’y mettais sérieusement…

-Je vais y songer.

Je souris en hésitant à préciser qu’il n’a pas idée d’à quel point je suis en retard. Ca me donne mal au crane d’y penser et je me demande à quel point j’ai pu être mauvais élève par le passé… Oh allez avec un peu de chance être amnésique n’a pas tant gâchées mes chances que ça…

A présent je suis presque sur que je vais lui avouer la vérité. J’essaye de rassembler mes idées afin d’aborder ça de la manière la plus concise possible. C’est une assez drôle d’histoire et je ne comprends pas tout moi même alors sans doute est-ce aussi pour ça que j’ai gardé le silence jusque là mais je crois que ça ne peut pas juste marcher tous le temps comme ça. Certaines personnes sont destinées à rester dans ma vie et avec elles je ne peut pas juste faire semblant, de toute façon l’autre à déjà flairé l’embrouille puisqu’il me qualifie de bizarre. Les banalités ça ne fonctionne donc pas avec tous le monde. D’un côté même à moi ça me semblait sonner faux…

-Donc j’ai l’habitude de te parler de ma vie sexuelle mais quand je te demande des nouvelles je suis bizarre ?

Je ris doucement. Avouez elle est pas mal ironique celle-là. Je sais que je suis encore en train de tourner autour du pot. J’ai peut-être plus peur que ce que je veux bien admettre et les mots que je voudrais véritablement prononcer on peine à franchir mes lèvres. Je ne sais plus vraiment quoi dire pour garder l’illusion du personnage que j’ai pu être. Il est temps de tomber les masques et alors je prends un flacon dans ma poche et en boit une gorgée, disons… Pour me donner du courage. Inutile de préciser ce qu’il y avait là dedans, disons juste que ce n’est pas du jus de citrouille. Je range mon flacon dans ma poche et prends une bonne respiration avant de reprendre la parole.

-J’suis désolé mec, je sais pas ce que je suis sensé te dire ou te demander en réalité.

Je commence. J’ai du mal à me figurer une de nos conversations. Il semble aussi peu attaché aux conventions que je ne le suis moi même. Un échange entre nous ne devait pas ressembler à grand-chose et pourtant il semble en savoir un minimum sur moi. Tout n’est peut-être pas si foireux que ça.

-La vérité c’est que Seth Drake est mort… Ou il est parti, j’sais pas trop. Y a plus que moi et je sais pas qui t’est, j’connais pas ton nom ni même si on est ami ou… Autre chose… A dire vrai j'sais même pas qui je suis moi même...

:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Mercredi 14 septembre 2022

Je reste un peu perplexe parce que de ce que j'ai pu observer... rester en bon terme avec un ex ce n'est pas vraiment la norme. Cela dit je ne suis pas capable de réellement porter de jugement, je n'ai jamais partagé ce genre de choses avec qui que ce soit. Je n'en ai jamais eut l'envie, ni ressenti le besoin. Partager ses bactéries respectives à quelque chose d'assez répugnant. Je ne peux pas dire que je n'ai de réaction biologique dans certaines circonstances mais en général je ne fais rien pour ça. C'est une perte de temps, et c'est inutile.

"Je ne vais pas dire que je comprends. Je suppose que c'est toujours mieux que de ne plus s'adresser la parole." J'hausse les épaules avec nonchalance. Je m'en fiche au fond, mais bon j'avais cru comprendre qu'Ethan était très important pour Seth. C'est assez bizarre qu'il ait l'air d'en avoir rien à faire, mais après tout... Je n'y comprends pas grand chose aux sentiments des autres. Je ne suis pas le mieux placer pour les analyser et les comprendre. Je me sens rougir de gêne à la remarque de Seth suite à ma propre réflexion plus tôt. Ce qu'il dit n'est pas dénué de sens, mais nous n'avons jamais fonctionné comme ça. C'est ce que je trouve étrange dans la situation présente.

"Et bien... en fait c'est exactement ça." Je fronce un peu les sourcils, je ne m'étais jamais réellement posé la question de savoir si c'était étrange ou non. C'était juste comme ça. Après tout nous avons commencé à nous fréquenter de manière assez bizarre aussi. On était tout sauf amis, et pourtant on a fini par souvent passer du temps ensemble. Et même-ci c'est vraiment gênant de le reconnaître, il s'avère qu'on s'entend plutôt bien. Même-ci les platitudes et les questions sociales n'ont jamais fait partie de nos échanges. "On a jamais fait ça avant, ce qui est vraiment perturbant. Il s'est passé quelque chose cet été ?" Je finis par lâcher la bride à ma curiosité parce que Seth se conduit de façon similaire et différente à la fois. Et très franchement, ça me perturbe complètement. Mais après il fini par lâcher le morceau. Et je crois que je suis encore plus perdu qu'avant. Surtout avec ma manie de comprendre les choses de manière littérale. Je suis bien conscient que c'est une façon de dire les choses, mais ça ne m'aide pas à comprendre le sens de ce que dis Seth.

Je comprends bien qu'il n'est pas réellement mort puisqu'il est devant moi et qu'il répond bien au nom qui est le sien. Mais il n'a plus de souvenirs ou quelque chose comme ça. Je fronce les sourcils inconsciemment, j'essaie de rassembler les infos que j'ai pu glaner avec le peu qu'il a pu dire depuis que je lui ai parlé. Cela dit j'ai un peu de mal à parvenir à une conclusion réaliste. "Je suppose que tu ne parles pas de mort biologique puisque je te parle en ce moment même. Honnêtement, je ne comprends pas grand chose à ce que tu racontes. Comment tu peux ne pas savoir qui tu es ?" Et là, un doute affreux me traverse l'esprit, cette fameuse potion pour laquelle il m'a demandé des infos... Non ce n'est pas possible ! Ce crétin ne l'aurait pas prise pour lui même ? Et pourquoi d'abord ? Il n'est pas du tout le genre de personne qui souhaitait oublier.

"Tu es malade ?" Je pose cette question mais je n'y crois pas vraiment. J'ai ce doute affreux qui a du mal à quitter mon esprit maintenant que j'y ai pensé. "Ou tu as oublié qui tu es ?" Une manière un peu lâche de demander si il a perdu la mémoire j'en conviens tout à fait. Cependant, j'ai presque peur de la réponse. Je me sens anxieux, et je ne comprends pas vraiment pourquoi. Pourtant il me confirme que si il a oublié et ça me rends bizarrement nauséeux. Je sens quelque chose d'inconfortable dans ma poitrine. Un sentiment de perte mélangé à de la culpabilité ? Je ne suis pas trop sûr parce que ce n'est jamais arrivé avant. Pas que je m'en souvienne en tout cas.

"Tu n'as quand même pas pris la potion sur laquelle tu m'as posé des questions ? Tu n'es pas aussi stupide ?" Je sens mon précieux self control perdre contre un autre sentiment plus fort. La peur, je sens l'anxiété ramper le long de mes veines. Je déteste ce sentiment détestable, et je déteste l'idée de perdre le contrôle. Je me fais violence pour ne pas jute me mettre à crier sur Seth en le traitant d'abruti et d'autres quolibets tout aussi colorés. Je n'ai que rarement eut ce désir de secouer quelqu'un comme j'en ai envie à l'instant. Mais je finis par regagner un semblant de calme en me concentrant sur ma respiration. Je ne dois pas paniquer, par pour quelque chose d'aussi stupide. Je ne suis pas responsable quoique cet idiot ait pu faire. Et puis sa perte de mémoire n'est peut-être pas liée à cette potion. Est ce que ça veut dire que notre relation bizarre n'existe plus, si il ne se souviens de rien ? Pourquoi cela me bouleverse autant ? Parce qu'au fond c'est ça qui me dérange le plus. Je me fiche de ce qui a pu lui arriver, bien que je veuille savoir maintenant, je suis plus inquiet de savoir ce que sa signifie pour notre partenariat. Notre amitié.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youJe crois que tous lui dire m’a soulagé…  C’est comme si je venais de me libérer d’un poids. Je dirais bien celui du mensonge mais ce serait me faire passer pour quelqu’un que je ne suis pas, je sais que l’honnêteté est une valeur qui m’importe assez peu pour que je bafoue la vérité quand bon me semble.

Je sens bien qu’il y a pas mal d’incompréhension chez l’autre alors que je suis en train de parler. Je sais que je lui ai joué un peu cryptique mais n’est-il pas évident de comprendre de quoi je parle ? Peut-être que ça l’est pour moi seulement parce que je sais de quoi je parle. Je sais que je devrais sans doute être plus clair, lui dire que j’ai juste perdu la mémoire mais le puis-je seulement ? Ce serait admettre à moi même le foutoir qu’est devenu ma vie et depuis mon réveil dans ce vieux bâtiment et ça je n’en suis pas encore capable même si bien sur je suis conscient de ma situation.

Alors que je lui fait face je ne sais pas très bien comment je suis sensé réagir. La petite voix qui domine habituellement dans ma tête n’est plus aussi forte que d’habitude. Elle qui m’aurait d’ordinaire intimé de faire preuve de la même froideur cruelle que je réserve à la majorité de mes interlocuteurs ne parvient pas à être aussi ferme alors que je sens que ce garçon essaye réellement de comprendre ce qu’il en est.

« Mais t’es qui bordel ? »

Je ne le dis pas à voix haute. Au final qu’est-ce que ça changerait ? J’ai déjà comprit que ce n’est pas un camarade ordinaire, sans doute quelqu’un qui se rapproche le plus d’un ami même s’il me semble étrange que je puisse être lié à la fois à quelqu’un d’aussi prévenant que Ethan et à ce type qui ne semble pas encore très bien avoir apprivoisé des concepts tels que les relations sociales. Apprendre son nom ne m’apprendrait pas non plus grand-chose sinon me rendre la tâche plus difficile. C’est facile de décevoir quelqu’un que l’on ne connaît pas, un simple anonyme mais si je venais à me souvenir de plus de détails ce serais plus difficile. J’ai déjà assez d’un Ethan comme garde fou.

J’ai du mal à faire autre chose que de le regarder s’interroger sur ce qui à réellement pu m’arriver. J’essaye vraiment mais ça veux pas. Pourquoi je n’arrive pas à lui dire ? Être un enfoiré semble pourtant être une seconde nature. Ca devrait être facile, juste une réponse et je serais libre… Je me demande tous de même libre de quoi…

Je crois que je craque finalement quand il me reparle de la potion. Je pense que la solution au problème est précisément là. Je l’avais déjà deviné mais j’avais préféré occulter l’information parce que c’était plus facile de me dire que je ne savais pas comment ma mémoire avait pu s’effacer. J’aimais à croire la première théorie, celle de l’hôpital qui disait que j’avais dû vivre un traumatisme. C’était plus facile comme ça, ça me dédouanait de toute responsabilité. Encore une fois c’était me mentir à moi même mais ça fonctionnait bien comme ça et voilà que cet ami anonyme vient de me prendre ça.

Je pense que j’aurais réagit autrement si la culpabilité n’avait pas pesée aussi lourd sur mes épaules. Si j’avais pas été aussi conscient que j’en étais là à cause d’une connerie de ma part. J’avais pas envie de penser que j’étais aussi con que ça et pourtant il venait de me le rappeler, me collant le nez dans ma connerie sans la moindre délicatesse.

Je sens la colère qui me remue les tripes, mon sang qui bouillonne. Les excès de rage sont fréquents depuis la rentrée. Je peine à me contrôler et d’autres en on fait les frais. Je regarde l’autre dans les yeux. Je sais que ma colère est perceptible bien qu’elle ne soit pas tellement dirigé vers lui. Je crois que la référence à ma stupidité à été de trop, parce que c’est bien ça. J’ai été stupide, un vrai con que d’agir ainsi. Se comporter comme un crétin c’est une chose quand on peut au moins se dire que c’était la chose à faire mais qu’est-ce qu’il pouvait bien y avoir comme enjeux à ce que je perde la mémoire ?

-Va savoir… Peut-être que je l’ai prise ou peut être pas…

Ma voix est douce mais le venin qui y circule est bien perceptible. J’essaye de me taire pour ne pas le blesser mais la colère est plus forte que moi.

-J’sais pas ce qui s’est passé, j’me suis réveillé dans ce putain de bâtiment couvert de sang et en ne me rappelant même pas de qui j’étais. Ca me ressemble même pas de vouloir me tuer ou de prendre un truc pour effacer ma mémoire mais au final comment je pourrais le savoir puisque je me rappelle même pas de mon prénom par moi même.

Mon coeur bat à 200 à l’heure dans ma poitrine. Je jure que je vais faire un arrêt cardiaque si il ne se calme pas. Je respire fort aussi et mes poings ne cesse de se serrer et se desserrer. J’ai à peine conscience que certains élèves me regardent parce que j’ai soudainement haussé le ton.

Quand mon poing part je ne l’ai pas vraiment vu venir. Je pense que la colère est trop forte et pourtant ce n’est pas mon camarade que je vise. Je ne sent pas la douleur alors que mon poing rencontre le mur. La colère est la seule chose que je suis capable de ressentir même si j’ai vaguement conscience que je saigne et que j’ai dû me péter quelque chose. Au moins ça à été efficace, je sens le calme revenir.

-Oublie moi, ok ?

Et je tourne les talons.

02/10/2022 :

Comme tous les week-end je pousse la porte du labo de Conquest. Ca me fait encore un peu étrange d’entrer ici. Une sensation à la fois familière et étrangère. Comme une sensation de déjà vu que je ne parviens pas à resituer dans l’espace temps. Je salue mon camarade, j’arrive même à lui sourire malgré que je ne pense pas que les choses soient redevenues comme elles avaient pu être avant mon « accident ». Bien que je lui avait dit de m’oublier je me suis tous de même présenté à son labo après notre ‘première’ rencontre. J’avais eut beau me la jouer j’avais pas mal culpabilisé d’envoyer chier une personne qui semblait me montrer au moins un peu d’intérêt alors à défaut d’aller m’excuser j’avais été demander à Ethan ce qu’il pouvait me dire sur ce garçon avec dans l’idée d’honorer ce rendez-vous que j’avais accepté quand je faisait encore semblant d’être moi même.

Comme je l’avais pensé nous étions amis. Enfin j’avais dans l’idée que Ethan avait pas mal enjolivé le truc mais au final il m’avait fournies les deux seules informations que j’avais besoin de savoir. Le prénom du garçon et où j’étais sensé le retrouver. J’savais pas très bien ce qu’il pensait de la façon dont j’avais pété les plombs et de mon retour inattendu en mode ‘tout est sous contrôle’ mais j’avais continué de venir chaque week-end, exception faite de la veille puisque j’avais quelque chose d’autre de prévu.

-Salut chaton~

Je lui dit en entrant dans le labo. Je ne sais pas d’où viens le chaton mais il me semble fort approprié et familier. J’ai prit conscience que même sans mes souvenirs certaines habitudes demeurent, est-ce que j’avais sérieusement l’habitude d’appeler mon camarade psychorigide par un surnom aussi niais ? J’ai presque envie de lui demander mais je capte vite à sa mine qu’il est préoccupé.

-T’as une sale gueule ça va pas ?

Ouais ça c’est ce qui s’appelle lui retourner le compliment pour ce qu’il m’a dit le mois dernier. Que voulez vous je suis rancunier… Ou plus vraisemblablement un grand enfant. Je me prépare pour l’assister en guettant sa réponse. Comme toujours j’ai du mal avec tout ce qui est blouse, uniforme ou autre merde du genre aussi se préparer pour moi équivaut juste à retirer ma veste en cuir. Hey ? J’ai survécu au feu et à une tentative de suicide. Jsuis quasi sur qu’à ce level là y a plus rien qui peut me tuer.

-Ca à été ta semaine ?

Ouais je sais, on a déjà eut la conversation sur les banalités mais je crois que ça m’amuse que de remettre le sujet sur le tapis chaque fois à présent. J’enchaîne assez naturellement.

-Moi jme suis fait un pote en séchant les cours. Il est cool.

Il n’y a aucune malice alors que je parle de ce nouvel ami que j’ai pratiquement forcé à m’accompagner dans mes beuveries. J’avais besoin de quelqu’un vers qui me tourner et il était là. Ca s’est fait un peu sans y penser mais depuis je me sens mieux. Je crois que j’ai l’air un peu moins sombre qu’avant.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Mercredi 14 septembre 2022

Je recule d'un pas inconsciemment quand mon regard croise celui de Seth. Je ne l'ai jamais vu aussi en colère et encore moins contre moi. On s'est déjà disputé, parce que je ne suis pas doué pour les relations sociales et parce qu'il est lui même assez trash quand il veut... Mais ça, cette colère je n'y ai jamais eut droit, pas même quand on était pas encore dans cette relation d'amitié étrange. Je ne suis pas violent par nature pour tout de nombreuses raisons. Je sais que je suis brutal voir même un enfoiré dixit mes camarades mais je n'ai jamais frappé quelqu'un de toute mon existence. Et même mes mots ont rarement vocation à blesser sciemment. A quelques exceptions près évidemment. Le visage de Delacour m’apparaît quelques secondes. Cela dit mon attention se recentre rapidement sur Seth, il est un peu plus petit que moi mais son visage à quelque chose d'effrayant. Surtout que je ne comprends pas ce que j'ai pu dire pour que cela ait déclenché une telle réaction de sa part.

Je l'écoute déblatéré un peu sous le choc. Instinctivement, je comprends que sa colère n'est pas réellement dirigé vers moi. Après tout, je n'ai absolument rien fait ou dit de plus désagréable que d'habitude. Le sentiment d'angoisse reprend du terrain quand je réalise ce qu'il vient de dire. Il a perdu la mémoire et il a tenté de se suicider ? Qu'est ce que ça veut dire ? Je... Pourquoi ? Je ne comprends pas ou je ne veux pas comprendre. Oublier ? Qu'est ce que ça veut dire ? J'aurais aimé avoir pu m'expliquer mieux que ça. Une sourde angoisse s'empare de moi, ce n'est pas terminé n'est ce pas ? Il va revenir au labo ? Je ne sais pas pourquoi ça m'importe autant, pourquoi ? Merlin je déteste vraiment ce sentiment d'impuissance et pire encore cette impression d'avoir une boule dans la gorge. Plutôt que d'affronter ce que je ressens, je décide de me concentrer sur ma journée de cours. C'est plus facile, j'aurais tout le temps de réfléchir plus tard quand j'aurais réorganisé mes pensées.

Dimanche 2 octobre 2022

Depuis que Seth et moi nous sommes expliqué ce jour là, il est quand même revenu au labo. Ce n'est plus tout à fait comme avant. Il ne se souvient de rien après tout, mais je suis rassuré qu'il ai décidé de venir ici le weekend. On a pas vraiment reparlé de ce qu'il a dit et je n'ai plus jamais soulevé le problème. J'ai pu y réfléchir et j'ai compris finalement que ce n'est pas contre moi qu'il était en colère. Je n'ai après tout rien fait. Je ne suis pas responsable. C'est aussi une manière de me conforter moi même, le pourquoi je le fais me dépasse un peu. Sans doute ce sentiment inconfortable de culpabilité.

Pour en rajouter une couche... Hier je crois bien que j'ai été particulièrement maladroit avec Deagan. Il est venu de on plein gré me donner son sang pour mes expériences... Et je ne sais pas, je crois que je l'ai froissé d'une manière ou d'une autre. Et ça me tracasse bien plus que je ne le pensais, déjà que je me suis montré bien trop familier sans prévenir. Bon ok, il avait une crise de panique. Même-ci il dit que ce n'est pas de ma faute, j'ai l'impression étrange que c'est pourtant lié à ce que j'ai pu dire. Ou ce qu'il a dit lui même, même-ci je ne vois pas ce qui aurait pu déclencher ça. Je soupire juste quand Seth entre en me donnant une fois encore ce surnom ridicule. Je lui fais un signe de la main agacé. J'aurais apprécié qu'il oublie ce surnom stupide, mais apparemment je vais devoir faire avec. C'est quand même un monde d'oublier une partie de sa vie et de ce souvenir de choses aussi futiles.

"J'ai toujours cette tête là." Je me renfrogne tout de même, j'ai une envie étrange de bouder comme un enfant. Pourquoi je me sens si à l'aise avec lui ? Alors même qu'il ne se souvient pas de notre partenariat et de notre amitié ? Je suppose que c'était de l'amitié, mais bon c'est difficile de mettre un mot réel sur notre entente. Ça me rappelle la question bizarre de Deagan à ce sujet, je n'ai pas compris ce qu'il voulait vraiment dire quand j'y ai répondu. Je suis sûr que j'ai loupé quelque chose là, mais je ne suis pas très doué pour décoder ce genre de chose.

"Encore avec ça ? Je vais y répondre puisque tu as l'air d'y tenir, même-ci je trouve ça ridicule. Semaine habituelle, rien à signaler. Tu as toujours des difficultés en cours ?" Je demande comme pour me venger un peu de cette question inutile. Je reconnais être un peu plus grognon que d'habitude, alors que je suis souvent d'humeur égale. Pourquoi ce qui s'est passé la veille me perturbe tellement ? Il ne s'est pas vraiment passé quelque chose de notable, alors pourquoi j'ai cette impression ? Je fronce les sourcils inconsciemment. Je sursaute presque quand il me dit qu'il s'est fait un pote.

"Avec ton sale caractère, il n'a pas fuit ?" Un léger sourire amusé traverse mon visage pourtant encore une fois... Je n'aime pas bien que Seth se fasse des amis, Ethan c'était son copain donc je le tolérais. Mais je n'aime pas vraiment partager mes affaires. A quel moment j'ai développé ce sentiment de possession à son encontre ? J'en sais fichtre rien, et je dois avouer que je ne suis pas prêt de le dire à haute voix. Plutôt me jeter de la tour d'astronomie. Je sais bien que ce sentiment n'est pas rationnel, je ne sais même pas ce que c'est vraiment. Je change de sujet brusquement.

"Quelqu'un est venu me donner son sang pour mes expériences hier, il est dans ta maison. Deagan Miller. Il a fait une crise de panique et je crois que c'est de ma faute. Il a dit que non mais c'était bizarre, on parlait et brusquement il s'est mis à paniquer. Quand il s'est calmé, il m'a raconté des trucs à propos d'être dépressif... Je ne me soucie pas de ce genre de chose et c'est ce que je lui ai dit qu'il ferait mieux d'en parler avec quelqu'un d'autre. Mais je ne sais pas, il était vraiment bizarre quand il est parti. Et pour une raison étrange, j'ai bien l'impression que j'ai dit quelque chose que je n'aurais pas dû dire." La vérité est que je me suis sentis anxieux comme-ci je n'avais fais que m'enfoncer tout au long de notre conversation. J'espère que Seth pourrait m'aider à voir là où j'ai fait une erreur. Et au moins, lui il est capable de comprendre entre les lignes contrairement à moi. Je comprends les choses un peu trop littéralement. Sans nuances. C'est vraiment pas quelque chose dont je peux être fier. Mais habituellement, je n'ai pas vraiment besoin d'avoir des relations autres que superficielles avec les autres. C'est facile de paraître juste froid et détaché et de ne pas faire de bourdes trop évidentes quand on ne se préoccupe pas des autres.

"Je ne comprends pas, et je me sens frustré. Qu'est ce que tu en penses toi ? Tu reste plus sociable que moi, ce qui je suppose n'est pas si difficile." Je fais une légère grimace, parce que c'est dévoiler franchement une de mes plus grosse lacune. Mais ce n'est pas comme si Seth ne le savait pas. On passe une grosse partie du weekend ensemble après tout.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youAlors que je n’ai aucun intérêt pour la science et les projets de Conquest je me surprends à toujours venir avec plaisir dans son antre pour lui filer un coup de main. J’ai beau être généralement d’humeur absolument chaotique je redeviens un peu moi même à ses côtés ou du moins celui que j’imagine être moi même. Bien sur, ce n’est pas pareil que avec Ethan qui possède pas mal de pouvoirs sur mes humeurs et sur mes émotions mais c’est normal. J’apprécie Conquest pour ses défauts qui sont pour moi des qualités et j’apprécie de le taquiner de ce que j’en ai vu les deux fois ou nous avons passée la journée ensembles mais je n’ai pas de sentiments amoureux pour lui tandis que Ethan… Eh bien le fait que je sois prêt à faire tous les efforts du monde pour ne plus jamais le décevoir parle de lui même je pense. Le fait que nous soyons à nouveau en couple aussi.

Je m’amuse de son agacement quand je l’appelle chaton, au début c’était sortit sans que j’y pense mais je crois que c’était un autre de mes souvenirs vu qu’il ne réagissait pas plus que ça alors que je voyais bien que ça ne lui plaisait pas. J’étais assez frustré que les souvenirs qui me revenaient soient aussi futiles. Je me souvenais des surnoms de tous mes amis et j’anticipais certains éléments de mon quotidien comme si j’étais habitué à les vivre mais les véritables faits importants m’échappaient toujours. Encore une fois je pouvais compter sur Ethan et sur quelques autres pour combler les épisodes manquants mais il n’y avait personne qui m’ait connu depuis toujours et j’ignorais tout de ce qu’avait pu être mon passé. Je sais bien que ce n’était pas hyper important que je sache quel genre de gosse j’avais pu être par exemple mais je sais pas… Ca me paraissait tout de même compter un peu.

Je souris quand Conquest affirme avoir la même tête que d’habitude. Je ne peux pas dire que je me souviens de tous les panels de ses expressions mais il n’a pas ce pli soucieux entre les sourcils habituellement et je trouve qu’il nie un peu trop rapidement pour être honnête. Je ne sais pas pourquoi ça m’amuse autant mais taquiner Conquest est un plaisir dont je ne me lasse pas. Sans doute parce qu’il prend beaucoup trop les choses au premier degré pourtant avec lui je ne suis jamais cruel, même si je sais que j’ai été pas mal explosif lors de nos ‘retrouvailles’ ce que j’avais déjà pressentit semble se confirmer quant à notre relation.

Je ris intérieurement quant il râle que je demande des nouvelles de sa semaine. Ce n’est pourtant que la version soft de ma connerie et me mettre le nez dans mes difficultés scolaires ne me fait ni chaud ni froid, si je me sentais concerné par mes échecs scolaires je bosserais sans doute un peu plus que ça.

-Oh toujours pareil par contre je me suis envoyé en l’air trois fois.

Je réponds avec un clin d’oeil. Hey il à lui même admit qu’il était plus habitué à m’écouter parler de ma vie sexuelle que à ce que l’on échange de nos nouvelles. J’étais obligé de la faire. Sans compter que c’est vrai.

Je m’amuse de ce jeu de balle entre nous. Ce sera à celui qui lancera le plus de piques à d’autres pourtant quand Conquest évoque mon sale caractère ça ne me fait pas sourire. Pas que je le prenne mal, bien loin de là, ça fait juste écho à ce que j’ai pu confier à mon blond : Le fait que je ne sois plus moi même, parfois normal et parfois… Agressif, instable… A moitié taré. Je crois que si j’ai déjà envie de qualifier Archie d’ami alors que je l’ai juste embarqué avec moi à sécher sans même savoir qui il était c'est à cause de ça, car j'ai désespérement besoin de quelque chose de positif dans mon existence.

-Je… Ca va j’ai pas si mauvais caractère…

C’était une pique, juste une pique mais je suis déstabilisé. Je crois que c’est la première fois que je bafouille devant Conquest, j’suis pas du genre à me laisse mettre mal à l’aise facilement mais on à tous nos faiblesses.

Si je suis le bavard de notre duo, aujourd’hui Conquest semble avoir envie de s’y mettre. J’suis toujours assis dans mon coin, les bras croisés derrière ma nuque parce qu’à moins qu’il me donne des consignes claires je ne vais tout simplement rien foutre. Mon regard se rive sur son visage alors qu’il m’explique ce qui s’est passé pour lui la veille, avec ses mots à lui qui ne font que trahir une grosse incompréhension des autres et de leurs codes. Au moins il y a bien un truc qu’il à comprit c’est que je suis mieux armé pour comprendre, même si je peux tout juste deviner ou interpréter ce qui s’est passé, sans parler que je suis sur qu’il y a pleins de détails importants dont il ne me parle pas simplement car il ne les a même pas remarqués.

Sur le coup je ne sais pas trop quoi en penser. Je connais Deagan… De vue. C’est le meilleur pote de Ethan, celui qu’il s’est fait parce que son petit ami partait en vrille. Je sais aussi qu’il est dépressif parce que Ethan m’en à parlé mais qu’il vienne se confier à Conquest m’échappe, ils n’ont pas du tout le même personnalité, je veux dire, que moi je m’entende avec lui n’est pas si étonnant car je ne prends rien au sérieux alors ses piques m’amusent plus qu’elles ne me blessent mais Deagan c’est le genre de gars hyper sensible avec du coeur, mon exact opposé. Il cherchait quoi en se confiant à l’élève le moins empathique de l’école ?

-Pourquoi tu m’en parle ? Tu peux pas trouver quelqu’un que ça intéresse ? Moi je m’en bat les couilles.

Je le rembarre la mine soudainement sérieuse. Je ne fait pas durer ma comédie très longtemps, non parce que je ne suis pas réellement sérieux.

-T’as envie d’aller en parler à quelqu’un d’autre maintenant ?

Je demande, essayant de lui faire passer un message. Mes mains se dirigent vers la poche de ma veste et je sors une clope que je porte à mes lèvres. Vous croyez qu’il râle si je l’allume maintenant ?

-Je sais pas ce qui s’est passé avec Dee

Je commence sans me rendre compte que j’utilise le surnom que Ethan lui à donné, sous entendant que je puisse connaître le blondinet.

-Mais le fait qu’il soit venu te donner son sang de lui même alors qu’il en à carrément chié au niveau médical par le passé  puis qu’il ait voulu te parler ça sous entends que c’était peut-être tes mots à toi qu’il avait envie d’entendre.

Je continue, conscient que j’en connais plus sur Deagan à qui je n’ai jamais trop parlé que sur ma propre vie.

-T’es le moins bien placé pour te soucier des autres et vu comme tu réagis je suis quasi sur que t’es plus mal à l’aise de devoir t’impliquer émotionnellement que réellement indifférent mais faut pas se prendre la tête, des fois les gens ont juste besoin de se confier à quelqu’un qu’ils aiment bien ou avec qui ils se sentent à l’aise. Peut-être qu’il t’en à parlé à toi parce que malgré tes défauts t’as pas l’air d’être du genre à juger ?

Ca j’en sais rien en fait. J’interprète avec le peu d’éléments que j’ai en ma possession mais… Je crois pas que Conquest soit du genre à s’embarrasser avec des avis et des jugements, ça ressemble assez peu à l’idée que je m’en fait. Si les actes des autres lui importaient à ce point alors je ne serais pas dans ce labo et nous ne discuterions pas.

-En plus tu peux pas vraiment juger de sa capacité à choisir à qui il se confie, toi tu me parle à moi alors que je suis tellement instable que j’ai manqué de tuer Killian.

Je le taquine, sans doute pour dédramatiser ou peut-être parce que moi aussi j’ai besoin de me confier à ce sujet et que pour des raisons évidentes et quand bien même il soit au courant je ne peux pas le faire avec Ethan. Ca lui ferait trop de mal.

-Tu l’aimes bien ce mec ?


Je demande, encore une fois sans savoir que ça fait plus ou moins écho avec ce que Deagan à pu demander la veille et sans sous entendre autre chose que aimer d’amitié. J’ai du mal à croire que Conquest puisse se confier parce qu’il à juste envoyer chier quelqu’un. Il est tout de même connu pour ça, imaginez si il faut qu’il me parle chaque fois qu’il à blessé quelqu’un, je suis bon pour passer toutes mes soirées à l’écouter.

J’ai prit un air assez neutre sans la moindre trace de moquerie alors que je lui ai posé la question parce que tout aussi con que je sois je sais être présent pour les personnes qui comptent et même si j’ai l’air de ne pas y toucher c’est quelque chose qui me touche qu’il y ait une autre personne qui ne me voit pas comme un enfoiré fini, surtout après tout ce que j’ai appris sur la façon dont j’ai égoïstement blessé Ethan. J’ai envie d’être là pour ceux qui ne m’ont pas encore tourné le dos.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Dimanche 2 octobre 2022

Je n'aime pas vraiment que Seth puisse si facilement lire à travers moi. Je sais bien que j'ai nié faire une tête différente. Mais je sais qu'il a sans doute raison, parce que cela me tracasse réellement cet épisode avec Deagan. J'avais l'impression d'être proche de lui d'une certaine manière et je pense que j'ai gâché ça. Le plus frustrant, c'est que je ne sais pas vraiment de quelle manière.  Seth a été mon décodeur depuis que nous sommes devenus étonnement proche. Je ne prétends pas comprendre tout à fait ce qui nous lie, mais je ne crois pas que cela soit le plus important. On se soutient mutuellement à notre manière un peu bizarre, et aussi étrange que cette pensée peut l'être... Je peux compter sur lui et plus que surprenant d'une certaine façon la réciproque est vraie. J'en suis le premier surpris.

Je manque de m'étouffer à sa remarque sans gêne. Je ne sais pas pourquoi je me sens mal à l'aise ou surpris, c'est pourtant assez habituel. Je le fusille du regard, plus pour la forme qu'autre chose. Je suis habitué à ce genre de chose maintenant. Et au fond, si la remarque en elle même ne m'amuse pas. Je sens un sentiment chaleureux dans ma poitrine, peut-être parce que je sais maintenant que c'est la manière de Seth de me taquiner. Au fil des mois j'ai appris quelques petites subtilités. Je ne suis plus autant premier degré, même-ci beaucoup de choses m'échappe, je le reconnais volontiers.

"Garde ce genre de commentaire pour toi Drake. Sérieusement, qu'est ce que tu veux que ça me fasse ?" Je réponds du tac au tac. Pourtant je rajoute après coup. "Je suppose que c'est Ethan... Tu as le même air idiot que quand tu parles de lui d'habitude." Enfin le même air qu'il avait l'habitude d'avoir. C'est compliqué de faire la différence pour moi avec mes souvenirs et ceux de Seth. Je sais qu'il ne se souvient de rien, mais moi oui. Et c'est plus difficile que je pensais de faire abstraction de ce que je sais.

Je tourne un regard étonné à Seth, je ne suis pas insensible à l'humeur de Seth. Je le connais suffisamment bien en plus pour savoir que j'ai sans doute fait une remarque déplacée. Même-ci je n'en comprends la cause que quand il nie mollement pour son mauvais caractère. "Tu es de meilleure composition que les autres, tu me supportes après tout." Je dis ça d'un ton affreusement sérieux, il n'y a pas une trace d'humour dans mon attitude. Parce que je suis littérale quand je dis ça, c'est juste la vérité. Je sais que cela pourrais être pris pour de l'autodérision, mais ça n'en est pas. Je suis sincère, je le pense vraiment. Je voulais seulement embêter Seth moi aussi, comme il le fait souvent. Je ne sais juste pas encore quel sujet je ne dois pas aborder. Je n'aime pas l'idée de l'avoir déstabilisé d'une manière ou d'une autre.

Alors que j'ai continué mes expérimentations pendant que j'expliquais mon problème à Seth. Je me fais surprendre pas sa remarque suite à la situation. Je suspens tout geste subitement, d'une manière étrange ses mots sont douloureux à entendre. Je fronce les sourcils, j'ai une impression désagréable comme un écho de ce que j'ai moi-même dis à Deagan en fait. Je regarde Seth un peu choqué sans doute, parce qu'il y a longtemps qu'on ne s'est pas parlé ainsi. Sa réflexion suivante me fait comprendre que j'ai vraiment été cruel. Parce que c'est ce que j'ai ressenti à l'instant, c'est vrai que si Seth m'avait une réflexion identique je ne l'aurais pas vraiment pris avec le sourire. Mais Deagan et moi nous ne sommes pas proches, enfin pas vraiment.  

"Oh... Je vois. J'ai été un vrai enfoiré." Je suis un peu mortifié en fait, parce que je me rends compte que j'ai blessé ce gars sans le vouloir. Habituellement, je ne m'en serais pas soucié. Cependant, j'apprécie sa compagnie, il ne me regarde pas comme une bête de foire. Et il est toujours gentil avec moi, même-ci je ne suis pas un modèle d'empathie et de gentillesse moi-même. Dee ? Ils se connaissent donc bien alors. Deagan a fait comme-ci ils se connaissaient à peine, enfin pas que ça me chagrine. On est pas si proche que cela non plus. Mes mots qu'il avait envie d'entendre ? Qu'étais-je censé lui dire ? Je suis perdu, désappointé parce que je ne comprends pas pourquoi qui que se soit pourrait vouloir que je... je fasse quoi d'ailleurs ? Seth a l'air d'en savoir bien plus que moi au sujet de Deagan, et je ne sais pas vraiment pourquoi ça me mets mal à l'aise. J'ai un sentiment inconfortable dans ma poitrine à ce sujet. Je frotte inconsciemment au niveau du cœur.

"Je suppose que tu as raison. Je ne suis pas du genre à juger parce que je ne me soucis pas assez des autres pour ça. Je ne comprends pas vraiment comment il a pu se sentir suffisamment à l'aide avec moi pour parler de ça. On est pas vraiment proche. Je veux dire on a fait un devoir en commun et on discute de temps à autre. C'est tout." Je hausse les épaules pas vraiment plus avancé en fin de compte. Ceci dit, je vois déjà plus clair sur ce que j'ai pu faire de blessant. Seth même-ci il n'a pas tout ses souvenirs visent étonnement juste au sujet de ma non volonté à m'impliquer émotionnellement avec les autres. C'est un sentiment que j'ai depuis toujours parce que les émotions des autres sont trop compliqué à gérer. Je pense qu'à une époque je n'étais pas si froid et distant même-ci je l'étais un peu bien sûr. C'est devenu de pire en pire avec les années, à tel point que je pensais n'avoir besoin de personne.

"Je n'ai personne d'autre avec qui en parler, moi." Je lâche avec une franchise déconcertante. Parce que c'est littéralement la vérité. Je ne vais certainement pas embêter mes frères ou ma sœur avec ça. Attend que viens t'il de dire ? "Je sais que c'est un crétin, mais le tuer est un peu extrême. Il a fait quelque chose cet imbécile ?" Je ne sais plus à quel moment j'ai fini par le savoir, mais je sais qu'il est le frère jumeau d'Ethan. Le même frère avec qui mon ami a eu une aventure bourré. Je me demande ce qui a bien pu se passer pour que ça en arrive là. J'aurais pu juger qu'il l'ait presque tuer, mais en vérité il n'est juste pas mort. Donc ce n'est surement pas si grave, non ? Tant qu'il est en vie, il n'y a pas vraiment de problème. A moins que cela soit ma manière de pensée qui est un peu étrange ?

Je reste un peu idiot à la question de Seth, je ne me suis tout simplement jamais posé la question. En plus cette question fait un drôle d'écho en moi. Enfin, plus que ça, ça me fais penser à une chose qu'a dit Deagan que je n'ai pas vraiment saisi. "Je ne sais pas pourquoi mais ça me fais penser à une chose que Deagan a dit. On parlait de toi d'ailleurs, il avait remarqué qu'on traînait ensemble. Enfin bref, il a dit qu'il aurait été jaloux si tu avais été plus qu'un ami... Et il c'est mis à paniquer juste après ça." Je dois avoir l'air un peu illuminé, j'ai du fouiller dans ma mémoire pour retrouver exactement ce qu'il avait dit à ce moment précis. Parce que cela m'a rendu extrêmement confus. Et je ne comprends pas pourquoi d'ailleurs. "Je le tolère, sa présence est agréable. Ce qui est déjà plus que la plupart des autres. Il partage toujours son chocolat avec moi." Je souris vraiment cette fois. Ne me rendant pas compte à quel point toute cette situation pouvait paraître évident à n'importe qui. Mais je ne suis pas un habitué à gérer mes émotions. "Je vais devoir m'excuser." Je soupir en passant d'une conversation à l'autre? Je réalise que si je ne veux pas qu'il reste fâché contre moi, je vais devoir faire des efforts. Et d'une manière ou d'une autre, je ne veux pas qu'il refuse de me parler.
(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youJ’avais ris alors que Conquest réagissait de la façon à laquelle je m’attendais à ma taquinerie. Je devinais sans mal que ça devais être le genre de chose qui le mettait mal à l’aise que le fait de parler de sexe. Je n’avais pas vraiment besoin de lui poser la question ou de me souvenir plus que ça de lui pour deviner qu’il n’avait aucune expérience à ce sujet, sans vouloir tomber dans des clichés trop facile, il y a des signes qui sont évidents et ne trompent pas. J’étais tout de même assez surpris qu’il devine aussi vite que c’était avec Ethan alors que je n’avais pas abordé le sujet comme quoi je m’étais remit en couple avec lui. C’était toujours un peu déroutant pour moi que les gens lisent clair dans mon jeu en s’appuyant sur des souvenirs que moi je ne possédaient plus. J’étais un livre ouvert pour autrui mais moi je fonctionnait à l’instinct alors que les détails importants me concernant continuaient de m’échapper. Je le plaignais toutefois s’il avait eut le droit à mes speechs guimauvesques au sujet de Ethan. Je ne cachais généralement pas que le blond me faisait passer de chien enragé à mouton placide mais de là à l’afficher en toutes circonstances il y avait un fossé.

-Bien deviné

Je souris sans rentrer dans les détails. C’est encore un peu compliqué pour moi de gérer. Il y a eut la  dispute avec Killian, suivie de nos retrouvailles et tout ce que j’ai pu lui confier ensuite. J’avais encore beaucoup de mal avec ça, ce que j’avais avoué à Ethan au sujet de ce que je ressentais et du fait que je risquais de méchamment vriller tôt ou tard, pour l’instant je luttais mais c’était encore compliqué et je ne me sentais d’en parler ni à Archie avec qui je m’entendais vraiment bien mais que je connaissais à peine ni à Conquest qui était trop peu doué avec les mots.

Je souris aussi quand Conquest rattrape un peu ses paroles en m’affirmant de meilleure composition que les autres. A dire vrai je ne lui en avait pas voulu, ces mots n’avaient rien de particulièrement blessant, n’auraient-ils fait écho à mes craintes intérieures. Alors je fais ce que je fais le mieux. Je prends ma meilleure expression amusée et je fais comme si rien ne comptait. Ca finira par passer, n’est-ce pas ? Ma main se referme sur mon briquet dans ma poche mais je ne l’en sort pas.

Je crois que les choix de mes mots à été le bon alors que Conquest semble comprendre à quel point il peut être cruel de rembarrer une personne même par simple honnêteté. Je le comprends cela dit, parce que moi non plus je n’aime pas user de faux semblant mais dans mon cas c’est différent parce que je ne me prive pas de mentir ou de revêtir des masques si j’en ai besoin ou pour ne pas blesser, je ne me prive toutefois pas d’être moi même quand bon me semble quitte à envoyer chier les conventions mais je ne suis pas certain que l’on puisse comparer Conquest avec moi. J’ai l’impression que par certains aspects il rentre plus dans le moule que moi et par d’autre c’est l’inverse.

-Je rêve ou tu viens de dire enfoiré ?

Je fais mine de me pincer comme si je sortais d’un drôle de rêve mais bien sur c’est encore une fois pour le taquiner. Conquest c’est le genre de mec que je vois bien insulter les autres sans même dire la moindre vulgarité alors forcément je suis surpris malgré que moi je soit incapable de rester poli plus de cinq minutes, même avec les adultes qui m’entourent ma langue fourche malgré moi. Est-ce moi qui ait une mauvaise influence sur lui ou est-ce qu’il est choqué par la façon dont je l’ai rabroué pour lui faire comprendre la cruauté de ses propos ?

Alors que nous continuons à discuter je ne trouve pas grand-chose à redire du fait qu’il avoue ne pas porter de jugement parce qu’il ne se soucie pas des autres. Déjà parce que ça ne me surprend ni ne me choque, je l’avais deviné hein, pas besoin de mes souvenirs ni de le fréquenter pendant des semaines et ensuite… Parce que je suis ok avec ça. Je serais un bel hypocrite si je disais que ça me dérange, parce que les commérages m’ennuient. Je ne dis pas que ça ne pourrait pas m’intéresser d’apprendre quelque chose de vraiment amusant sur quelqu’un mais dans les faits connaître la vie des gens qui me sont indifférents ne me fait ni chaud ni froid. Un tel à fait ci ou à fait ça ? Très peu pour moi. Seules les rares personnes de mon entourage font exception. Même si je n’étais pas ainsi je ne pense pas que je serais dérangé par le fait que Conquest soit différent de toute façon, c’était mon caractère mais surtout c’était son droit même si je sais que pour certains la liberté d’autrui de penser différemment était une hérésie.

Je ne savais pas plus que lui pourquoi Deagan avait choisi de venir lui parler. Je ne le connaissait pas bien et surtout parce que Ethan me parlait de lui. C’est vrai que c’était difficile à imaginer qu’il ait pu voir un confident chez Conquest, surtout s’ils se connaissent à peine. De ce que je sais il parle déjà beaucoup à Ethan, ils ont en commun la souffrance alors le blondinet ne devait pas vraiment être en manque d’une personne à qui se confier. Alors que j’étais en train de retourner la question dans ma tête sans vraiment trouver de réponse, Conquest réagissais à mes propos au sujet de Killian. Il ne me semblait pas bien affolé pour quelqu’un qui venait d’apprendre que j’avais faillit tuer une autre personne. Je ne sais pas si j’étais déçu ou non, encore une fois, je ne pouvais m’attendre à de la compassions venant de Conquest et ce n’est pas ce que je cherchais. Peut-être qu’il croyait que j’abusais ou que je plaisantais… J’crois que j’aurais aimé tout de même qu’il réagisse un peu plus… J’avais besoin qu’on me ramène du bon côté de la barrière mais… Ca irait, non ? J’avais Ethan pour ça.

-J’sais pas… J’allais pas super bien, puis il à sous entendu que je lui avait fait des trucs… Et que je l’aurais violé, j’l’ai frappé et j’ai faillit lui faire exploser une jambe mais je l’ai pas fait pour Ethan.

J’explique sur un ton qui n’a plus grand-chose d’amusé. Ca m’a beaucoup touché mine de rien cette histoire et pas à cause de ce que j’ai appris, non, ça c’était plutôt bienvenue puisque ça me permettait de comprendre qui j’avais été. C’est surtout le comportement que j’avais eut à ce moment, je ne m’étais pas reconnu. J’étais fou furieux et j’aurais pu aller très loin. Parfois je me demandais ce qui m’avais arrêté. J’étais un parfait égoïste selon Killian alors j’aurais pu continuer de m’enfoncer même si je n’avais pas abusé de lui comme il le sous entendais ou que je ne l’avais même pas influencé pour faire toutes ces choses… J’avais ni plus ni moins été trompé par l’alcool et j’avais mal réagi parce que j’allais ensuite très mal. Dit comme ça… Je me sentais un peu moins un connard mais juste un peu moins.

-Mais je l’avais pas violé… J’ai même pas vraiment fait les trucs dont il m’accusait. Ethan me l’a dit…

J’sais pas vraiment si je me justifie à Conquest ou si je me les répète à moi même. Je sais bien comme ça que je donne l’impression de me foutre de tout mais il y a des choses qui me touchent. Si j’apprenais que j’avais commit des actes vraiment grave je pense pas que je pourrais me pardonner. Certains diraient sans doute que le fait que je sois aussi dégoûté à cette perspective était une preuve que j’avais une certaine morale mais je ne pouvais rien affirmer à ce sujet. Je ne comprenais pas comment mon amnésie fonctionnait.

Quand nous changeons de sujet je me sens soulagé. J’ai tout de même allumée ma cigarette sans me soucier de si c’est bien ou non de le faire ici. J’en ai besoin parce que même si je souris et que je plaisante ça ne va pas du tout. Je suis juste doué au jeu des masques, rien de plus.

J’écoute attentivement les propos de Conquest et la dernière pièce du puzzle vient s’emboîter dans l’espace manquant. Je suis d’abord incrédule et ne comprend pas comment mon ami à pu louper une évidence telle que celle-ci. C’était un euphémisme quand il disait que j’avais une longueur d’avance niveau relations sociales. En fait, j’ai carrément plusieurs trains d’avance.

-Oh bordel de merde.

C’est sortit tout seul et je crois que c’est un peu plus vulgaire que d’habitude mais j’ai du mal à comprendre qu’il ait pu ne pas comprendre ce que ça signifiait. Je me met à rire et je crois que c’est un peu nerveux parce que maintenant il semblerait que ce soit à moi de lui expliquer.

-Tu te fous de moi, t’as vraiment pas capté ?

Je demande tout en me questionnant si ce que Deagan à avoué ne serait pas réciproque. Toute proportions gardées tout de même. C’est dur à dire avec Conquest et je doute qu’il soit prêt à ce que je lui pose la question. Je m’interroge sur le fait de devoir ou non jouer les entremetteurs. En temps normal je ne m’en mêlerais pas. Ce n’est pas mon rôle de lui parler des sentiments de Deagan et je pense pas qu’il le prendrait très bien que je le fasse. Je ne le connais même pas mais si on attends que Conquest capte il peut tout à fait se passer une vie alors je me décide à parler.

-Mec… Il a un crush sur toi.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Dimanche 2 octobre 2022

Oh j'ai vraiment visé juste alors ? C'était presque un coup de poker, bien qu'en fait je ne vois pas avec qui Seth aurait pu faire ça... Depuis sa perte de mémoire il ne parle pas à grand monde. Enfin... encore moins qu'avant ce qui n'est pas réellement surprenant au final. Je suppose que ne pas se rappeler des autres n'aident pas à garder un lien avec eux. C'est sans doute pour cela que je suis plus réceptif aux émotions de Seth, même-ci je ne le reconnaîtrais jamais à voix haute. D'une certaine manière je veux garder cette relation amicale, je ne veux pas le perdre. Je sais à quel point cela peut sonner mélodramatique, ça m’écœure un peu pour tout avouer. Cependant, ce sont des choses contre lesquelles je n'essaie plus de lutter. Je me suis fait une raison, ou quelque chose comme ça.

"Je n'ai jamais dis ça !" Je nie farouchement presque par réflexe avant de réfléchir une seconde. En fait si je l'ai bien dit n'est ce pas ? Pourquoi ? Je ne m'abaisse jamais à la vulgarité, jamais même pas en privé. Enfin peut-être que cela a pu m'échapper une fois ou deux mais jamais devant témoin. La raison est assez simple, j'ai un langage un peu châtié voir guindé tout le temps par habitude. Il est très rare pour moi d'utiliser des mots tel que dit plus tôt. Je sens mes joues légèrement chauffer parce que je ne m'étais même pas rendu compte d'avoir utiliser un tel langage. Le souvenir des corrections reçues pour mauvais langage me fais frissonner un instant. Merlin que ma mère ne l'apprenne jamais. "On est d'accord pour dire que tu n'as jamais entendu ça, n'est ce pas ?" Je dois avoir un air un peu effrayé bien que comme d'habitude avec mon visage peu expressif ce doit être difficile à dire. Je sais que je reconnais implicitement l'avoir dit, mais je ne vais certainement pas le dire une seconde fois. Il est hors de question que je m'habitue à parler si mal.

Je sais que Seth se moque un peu de moi de par son attitude, mais ça ne fait pas totalement rire. Et bien rien ne me fait jamais vraiment rire en fin de compte. Je dois tout de même le reconnaître, je ne suis pas le genre marrant. Quand Seth m'explique un peu plus la situation avec Killian, je réalise tout de même qu'il n'exagérait sans doute pas quand il avait dit avoir manqué de le tuer. Et je ne sais pas pourquoi cela me rend plus inconfortable que je pensais. Seth n'a jamais été le genre de personne vraiment violente avant. Oui il peut se montrer d'une vulgarité sans pareille et un peu agressif... Mais violent ? Ça me rappelle je jour de nos retrouvailles après la rentrée, j'ai bien cru qu'il allait me frapper. Et ça m'a fait me sentir anxieux, même-ci sa colère n'était pas dirigé qu'à mon encontre.

"Attends... Ce n'était pas juste une plaisanterie ?" Je sais que cela peut paraître un peu lent de ma part, mais il faut resituer le contexte. Je n'ai jamais vraiment fait face au Seth qu'il me dépeint ici. Et plus que tout il me taquine si souvent sur le fait de le prendre au pied de la lettre... Pour une fois que je ne le fais pas, c'était vrai. "Bien sûr que non, sinon tu n'aurais pas cet air désespéré sur le visage. Question inutile. Et bien je ne pensais pas que tu aurais pu faire du mal à quelqu'un comme tu l'as fait à Killian... Mais ce gars est un idiot, je suis certain que tu n'aurais jamais fais ce qu'il dit. Je ne cherche pas à te rassurer, mais le toi d'avant n'aurait pas fait quelque chose comme ça. Tu n'as jamais menacé mon intégrité physique, même quand on ne s'entendait pas du tout." Je fronce les sourcils en défendant mon ami tout en essayant de rester le plus objectif possible. Je ne prétends pas tout connaitre de Seth mais quand même. Je ne sais pas ce que ferait le Seth instable d'aujourd'hui... Mais violer quelqu'un même pour un insensible comme moi, ça sonne bien trop horrible, pour que je puisse croire le jumeau d'Ethan à ce sujet. J'hoche la tête quand il me confirme qu'Ethan a dit que ce n'était pas vrai. Le blond ne sait pas mentir n'est ce pas ? Et puis si ils sont de nouveau en couple, c'est bien que Killian a dit des horreurs juste pour semer la zizanie comme à son habitude.

Je pince les lèvres en voyant Seth sortir une cigarette. Je sors ma baguette rapidement pour lancer un sort afin de bloquer la fumée dans un périmètre suffisamment restreint. Pour ne pas m'intoxiquer et pour ne pas perturber mes expériences en cours. Je décide de ne rien dire, même-ci il est clair que je désapprouve totalement. Cependant, je remarque aussi que quelque chose dans l'attitude décontracté de Seth sonne un peu faux. Alors je laisse couler dans ma grande mansuétude. Bon ok, c'est juste que je n'apprécie par voir Drake dans cet état. Quand je lui explique plus en détail ce qui s'est passé avec Deagan son exclamation me prends par surprise. Son regard incrédule croise le mien, tandis que je croise les bras avec un air de défi. Je suis presque vexé par son rire.

"Je ne te poserais pas la question si j'avais saisi de quoi il retournait !" Je boude presque parce que je suis certain que ça fait partie des choses évidentes aux yeux de tout le monde mais pas pour moi. Et quand Seth me parle de crush je suis un peu perdu avant de rougir très clairement cette fois-ci. Le malaise que je ressens est sans doute palpable. Mais ce genre de chose comment ça peut m'arriver à moi ? Je ne suis pas vraiment ce qu'on peut appeler ouvert et sympathique c'est même plutôt tout le contraire. J'en bégaierais presque mais ma voix sort juste plus aiguë que la normale.  

"Un crush ? Tu veux dire qu'il a le béguin pour moi, c'est ce que ça veut dire ?" Je suis tellement choqué à l'instant que j'ai besoin d'être certain de bien comprendre l'expression utilisé. Pour autant, je suis assez sûr de ce que cela signifie. "Mais comment ça a pu arriver ? Je ne suis pas très agréable et on s'est à peine parlé quelques fois !" Je ne comprends même comment c'est possible, mais le plus bizarre c'est que ça ne me dérange pas autant que cela devrait. C'est un garçon, mais très sincèrement je ne me soucis pas vraiment de son sexe. Je suis plus stupéfait par le fait qu'il ait des sentiments de ce genre pour moi. Comment je suis censé agir en sachant ça désormais ? Comme d'habitude non ? Ce n'est pas comme-ci je comptais l'encourager de toute façon.

Mais à la lumière de ce que je sais maintenant certaines choses font un peu plus de sens. Comme le fait qu'il ait complètement paniqué après avoir laissé échappé ça. C'était donc bien indirectement de ma faute après tout. D'ailleurs quelque chose me chiffonne, Seth et lui on l'air de bien mieux se connaitre que ce qu'il m'a laissé entendre. "Comment se fait-il que tu en saches autant sur Deagan d'ailleurs ? Il a laissé entendre qu'il ne te connaissait pas tant que ça." Je suis juste curieux parce que je pense que Deagan m'a menti sur une partie au moins. Ce qui est bizarre mais maintenant que je sais ce que je sais c'est plus logique. Je trouvais bizarre qu'il sache tout un tas de choses sur moi, mais j'ai cru comprendre que c'était assez commun quand on appréciait une personne. Non pas que j'ai jamais ressenti le besoin de connaitre quelqu'un de cette manière. Les relations de ce genre demande bien trop d'investissement personnel pour que je m'y intéresse.

Ceci dit... Je n'ai bizarrement pas envie de faire plus de peine que nécessaire à Deagan, parce que je l'apprécie. Je sais que ce que j'ai dis sur le chocolat sonne enfantin, je suis lucide tout de même. Mais après Seth, il est sans doute la seule personne que j'ai laissé voir qui je suis vraiment. Ce n'est pas comme avec Juliette où j'ai joué une grande part de comédie. Elle ne m’intéressait pas du tout en tant que personne, même-ci je n'ai pas fait que mentir. J'ai quand même détesté qu'elle me rejette comme elle l'a fait, en laissant son petit ami me frapper au visage.
(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youSi je riais devant sa gène d’avoir prononcé le mot enfoiré je n’insistais toutefois pas. J’avais beau être celui qui aurait pu lui conseiller de se lâcher un peu et pour sur, j’avais déjà dû le faire même sans m’en souvenir vu comment ça me semblait évident, je ne pensais pas qu’il avait à devenir plus vulgaire pour ça. C’était juste un trait de ma personnalité chez moi, de jurer comme je respirais allait avec ma personnalité brute de décoffrage. Je crois pas que parler de manière guindée aurait pu m’aller. Ca aurait été un vrai décalage avec les apparences que j’arborais et rien que m’imaginer parler de manière soutenue me donnait envie de mourir de rire.

-J’ai rien entendu, tu as dis quelque chose ?

Je lâche finalement alors qu’il ne semble vraiment pas à l’aise. Je suis peut-être un enfoiré mais pas un enfoiré qui aime à laisser les autres vraiment mal à l’aise. J’ai plus été choqué qu’il s’exprime ainsi que réellement motivé à lui mettre le nez dans sa ‘‘connerie’’. S’il préfère que je fasse celui qui n’a rien entendu alors je le ferais. Un instant j’hésite à lui rappeler que ce n’est pas bien grave, je passe ma vie à dire des mots bien plus gros que ceux-ci et avec un public bien moins indifférent sans que le ciel ne me soit tombé sur la tête mais au final qui suis-je pour juger de son choix ou non de parler correctement ? Je sens bien qu’il n’est pas à l’aise et sans doute pas à même d’écouter mon laïus alors je le laisse maître de ses propres choix, je jure pour deux, ça devrait suffire.

J’ai beau être un peu déprimé je ne peux m’empêcher de sourire et même de rire un peu alors que Conquest à capté que je ne faisait pas que plaisanter avec mon histoire au sujet de buter Killian. Je crois qu’il y a une certaine forme d’ironie que la seule chose qu’il n’ait pas prit au premier degré soit celle qui était vraie. Je ne ris pas longtemps cependant parce qu’il est vrai que cette histoire me torture et pourtant je retrouve un peu d’espoir grâce aux mots prononcés par Conquest, Ethan a beau croire en moi, je crois que pour le coup je met plus de valeur dans le jugement de Conquest parce que Ethan est aveuglé par son amour pour moi et qu’il cherchera toujours à être gentil avant tout quitte à se voiler un peu la face et à enjoliver les choses alors que mon Conquest ne cherche pas à être gentil, il parle de faits et non de ses sentiments. Je me sens un peu mieux grâce à lui, un peu moins monstrueux. Si par le passé je n’ai jamais été violent alors ce n’est pas dans ma nature profonde. Je peux redevenir qui je suis et me canaliser autrement. Je lui adresse des remerciements mentaux, me disant qu’il n’apprécierait sans doute pas un trop gros débordement émotionnel malgré ça. En tous cas j’ai à présent la confirmation que nous sommes amis.

Quand nous abordons le sujet de Deagan j’ai du mal à m’empêcher de rire. Je prends sur moi pour me calmer parce que je sais que la situation doit être inconfortable pour lui mais je dois m’être froissé un muscle en essayant de garder mon calme tant la situation est hilarante. J’avoue que j’ai du mal à comprendre comment Deagan à pu arrêter ses sentiments sur Conquest mais si il y avait une logique à tout ça moi non plus je n’aurais pas le droit d’être aimé, pas que je pense que Conquest n’y ait pas le droit, c’est juste qu’il n’est pas le plus gentil du monde même si je commence à penser qu’il l’est à sa façon.

-Ca doit être ton visage de chaton.

Oui bon je me moque gentiment, n’empêche qu’il y a ça de vrai que Conquest est mignon si on aime les minets propres sur eux. Après est-ce qu’il y a des raisons que je puisse réellement identifier ? Je ne serait déjà pas capable de dire pourquoi j’aime Ethan, je crois pas que ce soit quelque chose qui ait une logique mais je pense pas être le mieux placé pour parler de sentiments. Toutefois j’essaye de trouver des réponses puisque Conquest en demande :

-Ou juste il t’aime bien, il à peut-être vu au-delà de ton caractère chelou.

J’ai beau avoir l’air de me moquer ce n’est pas tout à fait le cas. C’est peut-être même une sorte de compliment.

-Cherche pas à comprendre, je crois pas que y ait de logique quand on à des affinités avec quelqu’un, sinon on seraient pas potes.

C’est la première fois que je sous-entends que nous somme amis à haute voix. Ca me fait bizarre un instant. Je me demande ce qu’il en pense et s’il va me rembarrer en me disant que je ne suis pas assez fréquentable pour ça mais je chasse vite cette idée. On ne peut pas dire que je lui suis d’une très grande aide dans ses expériences alors que je ne fait que jacasser depuis mon arrivée. Est-il besoin d’une preuve supplémentaire ?

-Oh il à dit vrai, j’le connaît pas plus que ça, j’suis même pas sur de lui avoir déjà parlé. C’est le meilleur ami de Ethan et il m’en parle quand on discute.

J’affirme. J’imagine que Ethan doit également parler de moi à Deagan mais je n’en suis pas certain. Je ne suis pas jaloux de la relation entre mon blond et l’autre garçon. Au moins un vice que je n’ai pas parce que j’ai confiance en Ethan. J’me demande ce qu’ils peuvent bien se dire à mon sujet. Est-ce que Ethan lui rapporte mes pétages de plombs ou les aveux que je lui fait quant à mes émotions chaotiques ? C’est souvent dans ces moments d’ailleurs ou je lui confie ça qu’on en vient à parler de son ami. Parce que j’ai besoin de me raccrocher à des banalités, alors on se met à parler de tout et n’importe quoi pour que je me calme.

-Tu va en faire quoi ? Avec Deagan ?

Je demande tout de même un peu curieux. Je vois très mal Conquest en couple alors… Ca m’interroge.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Dimanche 2 octobre 2022

J'apprécie vraiment que Seth n'en fasse pas tout une histoire, parce que pour moi cela à une importance. Je sais à quel point cela peut paraître étrange que ça me tienne autant à cœur, mais je ne peux rien y faire. Je suis comme je suis, je ne peux pas me changer. Pas totalement en tout cas. Je trouve que je change déjà énormément à son contact. Je suis toujours un sans cœur égocentrique avec le reste de la population mais pas avec lui. Et pas avec Deagan, enfin cela reste encore à prouver pour lui je suppose. Je n'ai pas vraiment été d'une agréable composition lors de notre précédent échange à priori. Je fais un sourire à Seth, un sourire mi soulagé, mi amusé. Je suis réellement reconnaissant qu'il n'insiste pas à ce sujet. Je ne sais pas si c'est une bonne chose ou non que nous devenions si proche, mais j'aime vraiment cette complicité qu'il y a entre nous.

Je suis étrangement soulagé parce que j'ai l'impression que pour une fois j'ai réussi à améliorer son humeur. Je n'avais évidement pas compris qu'il était sérieux et si au fond je ne me soucis guère qu'il ait pu attenter à la vie de quelqu'un... Cela avait l'air de lui importer, lui. Je me suis donc décidé à évoquer les faits que je connaissais pour lui démontrer qu'il n'était pas une horrible personne. Je suis sans doute plus à même d'être désigné ainsi. Mon manque de compassion et d'investissement émotionnel avec les autres font de moi une sorte d'aberration pour mes camarades. Je sais aussi que mon comportement antipathique et mon manque d'empathie n'aide pas à me valoriser à leurs yeux. Et pour être tout à fait honnête, je n'essaie même pas. C'est une perte de temps inutile, au moins je ne suis pas approché par trop de parasite. Je dois déjà faire suffisamment d'efforts pour garder des relations cordiales avec les sang-purs c'est déjà bien assez. Je sais très bien en plus qu'aucun d'entre eux ne m'apprécie, je suis utile tout au plus.

"Mon visage de chaton ? Tu racontes vraiment des idioties parfois." Je lève les yeux au ciel, je n'ai rien d'un chaton ça je le sais. De premier de la classe sans aucun doute, je sais que mon air propre sur moi et mon assiduité en cours me vaut cette étiquette... Mais quand même. A la limite je comprendrais qu'on compare mon caractère à celui d'un de ces félins. Je suis extrêmement indépendant, je me fiche de l'avis des autres et je peux me montrer absolument désagréable quand j'en ai envie...

"J'ai du mal à y croire. Que toi tu puisses le faire ce n'est pas surprenant, tu as un caractère tout aussi étrange que le mien... Même-ci ce n'est pas dans le même registre, on est d'accord. Mais Deagan... il a vraiment un caractère trop doux, je ne vois pas à quel moment cela a pu arriver." Je fronce les sourcils, d'une manière assez étrange je n'arrive pas à m'imaginer pouvoir plaire à qui que se soit. Physiquement, soit admettons, mais mentalement j'ai du mal à me l'imaginer. Il a caractère tellement différent du mien, il est bien trop sensible pour une personne comme moi. Et puis, au delà du fait qu'il soit un garçon... Je ne comprends rien à ce genre de sentiments qui lient les gens. Peut-être que Seth a raison et qu'il n y a là rien à comprendre. Que je me prends trop la tête avec des détails aussi insignifiants, ce qui n'est pas dans mes habitudes. Je sens encore cette chaleur familière quand Seth me qualifie de pote, c'est sans doute la première fois que l'on met un mot sur notre amitié un peu étrange.

"Je n'aime pas l'admettre, mais tu as sans doute raison. De toute façon, même-ci il y avait quelque chose à y comprendre, je ne suis pas sûr que je pourrais le faire." Je soupire un peu reprenant mon expérience distraitement. Je sais que je lui donne aussi raison pour ce qui est de notre amitié. Mais c'est la vérité, je ne vois pas l'intérêt de le nier. Je suis bien plus bavard qu'à mon habitude, cela dit j'aime vraiment pouvoir discuter ainsi avec Seth. C'est assez agréable en fin de compte et je n'ai pas vraiment à surveiller mes paroles pour ne pas trop le blesser. Non pas que je le fasse habituellement, mais quand même.

"Oh, je comprends mieux. Tu avais l'air de le connaitre un peu, mais si c'est pas le biais d'Ethan c'est assez logique. Il est assez volubile." J'ai ce souvenir d'une personne assez extravertie, gentille aussi. Honnêtement, je trouvais et je trouve toujours leur couple un peu étrange. Mais d'une certaine façon j'ai du mal à les dissocier, peut-être parce que je les ai toujours connu ensemble depuis que je connais Seth ?

"Rien du tout. Enfin, je veux dire ce n'est pas comme-ci il s'attendait à quelque chose, non ? Je peux toujours prétendre ne pas avoir compris ce qu'il a dit. Ce qui serait le cas si je ne te l'avais pas demandé en fin de compte. Ce n'est pas comme-ci je pouvais lui rendre ses sentiments. Tu sais comment je suis." J'hausse les épaules, pour autant je me rends compte que je ne suis sans doute pas tout à fait honnête. Parce que je ne sais surtout pas quoi faire du tout, donc faire comme j'en ai l'habitude et bien plus simple. "Et puis, c'était un aveu involontaire, il n'avait sans doute pas l'intention de me le dire. Il a fait une crise de panique après ça." Je sens quand même quelque chose d’inconfortable parce que je l'ai touché de mon plein gré ce jour là. Je ne tiens pas compte de la prise de sang qui était et bien pour mes expérimentation. Mais le fait que j'ai pris ses mains dans les miennes sans même y réfléchir pour le calmer est assez déstabilisant pour moi.

"Je vais sans doute devoir m'excuser pour ce que je lui ai dit cela dit. Je n'avais pas l'intention de blesser ses sentiments. Et, je me rends compte que j'ai été cruel malgré moi. Ce n'était pas mon intention, il a toujours été sympathique avec moi. Il ne méritait pas que je sois aussi insensible." Je sens mes joues chauffer un peu de malaise à l'idée de reconnaître une erreur pareille. Mais c'est ma faute, et à moi seul pour avoir été aussi cruel. Autant je peux me montrer odieux à escient par moment, autant là je n'ai pas même cherché à le blesser. A aucun moment, je l'apprécie. Même-ci je ne saurais pas trop où situer ce que je ressens à son sujet. Ce n'est juste pas de l'amour, c'est impossible. Je ne suis pas dégoûté parce que c'est un garçon, je ne serais pas ami avec Seth sinon. C'est juste que je ne me suis jamais vraiment posé de questions à ce sujet. Après tout, je finirais sans doute par épouser une femme que mes parents m'auront choisi. L'amour n'a pas vraiment sa place dans tout ça. Je ne le ferais pas par envie, mais certainement juste pour qu'on me laisse tranquille.

Pourtant, je me sens nerveux à l'idée de faire face à Deagan désormais. Je veux dire qu'il va être difficile d'ignorer qu'il a des sentiments à mon égard maintenant que je le sais. Je suis certainement capable de donner le change, mais je ne suis pas sûr d'être très à l'aise avec l'idée. Parce que même-ci il n'attend rien de moi, je vais épier malgré moi chacun de ses faits et gestes. Je ne peux pas m'empêcher de vouloir comprendre ce sentiment que je ne connais pas. Je n'ai jamais aimé qui que se soit en dehors de ma famille. Et si j'en crois ce que j'ai pu glaner l'amour de cette nature entre deux personnes n'a absolument rien à voir. Tout ce que je peux voir c'est que ça rend aussi fort que ça peut rendre faible. Et je n'ai pas besoin de cette inconstance dans ma vie. C'est trop effrayant de ne pas avoir de maîtrise sur ses émotions comme ceci.

"Est ce que je devrais y faire quelque chose ? Je veux dire mettre les choses au clair, pour qu'il ne se fasse pas de fausses idées ?" Je demande tout à coup, me demandant si ce ne serait pas cruel de faire comme-ci je ne savais pas. C'est une façon de rester proche de Deagan tout en prétendant que je ne sais pas. Peut-être que c'est pire ? Je n'en ai aucune idée, et Seth est la seule personne à qui je peux demander ça. Même-ci c'est assez bizarre, n'est ce pas ?
(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youJe ne m’attendais pas à ce qu’il approuve le ‘‘visage de chaton’’ et je ris un peu alors qu’il ralait en qualifiant mes propos d’idioties. C’était là tout le sujet. Dire un truc idiot parce qu’au fond je me voyais mal dire à mon pote qu’il était pas mal. Ca sonnait très gay même si je n’avais plus rien à prouver de ce côté, toujours est-il que je pouvais affirmer à voix haute que Ethan était la chose la plus mignonne qu’il m’avait été donné de voir au cours de ma vie mais pas avec Conquest, sans compter que je suis sur qu’il m’aurait tué si je m’y étais risqué.

Nous étions au moins d’accord sur le fait que Deagan n’avait pas vraiment le profil du gars qui puisse composer avec Conquest et pourtant maintenant que j’y pensais, je voyais mal quelqu’un avec une personnalité différente que celle du blond s’arrêter sur quelqu’un comme Conquest. Certes il y avait moi mais ce n’était pas pareil. Je n’avais pas de sentiments amoureux pour mon ami. J’appréciais sa franchise, qu’il ne me mette pas dans le coton et je m’amusais énormément à le taquiner mais jamais je ne me serais vu en couple avec lui. En revanche Ethan et sa douceur étaient idéaux pour moi. Le blond me tempérait quand j’avais peine à faire taire mon tempérament de feu et j’aimais à croire que de mon côté je le rendais plus fort… Du moins c’est ce qu’il disait alors…

-J’sais pas c’est pas pareil. Ok j’vois des trucs en toi que les autres voient pas mais je pense pas que j’aurais voulu sortir avec toi si j’avais été célibataire et je suis moi même avec Ethan qui est la personne la plus gentille de l’univers.

Et je ne dis pas ça parce que le blond était avec moi mais bien parce que c’était vrai. Ethan avait toutes les qualités que je n’aurais jamais et je me sentais minable chaque fois que j’entrevoyais ses qualités. Malgré ça il arrivait à voir plus de positif en moi qu’il n’y en aurait jamais alors je pouvais bien faire l’effort.

Pour en revenir au sujet, nous étions au final bien d’accord pour affirmer qu’il n’y avait pas de logique aux sentiments et je pense que quelque part ça enlèverais toute spontanéité si on essayais de poser des faits concrets en guise de raison. J’imagine que pour quelqu’un à l’esprit plus scientifique comme Conquest ça aurait pu compter mais pour moi ne pas savoir m’allait très bien, je n’avais pas besoin d’explication pour vivre les choses et au fond, je trouvais assez cool que Deagan ait pu voir que Conquest n’était pas qu’un sale connard égocentrique. Sans vouloir verser dans le sentimentalisme, je pensais sincèrement qu’il y avait des qualités chez celui qui se voyait lui même comme un enfoiré et puis je préférais son tempérament franc à celui de tout ces hypocrites qui vous affirment aimer vos défauts pour mieux vous les reprocher plus tard. Au moins avec Conquest pas besoin d’être sur le qui vive, il ne faisait pas semblant et ne se gênait pas pour dire quand il n’aimait pas quelque chose. Ca me faisait autant de bien de pouvoir être moi même avec lui que d’essayer d’être meilleur pour Ethan.

Je hochais la tête quand Conquest me disait qu’il comptait ne rien faire avec Deagan. Je pouvais comprendre enfin… Je crois. Je n’avais aucun souvenir de comment j’avais pu me comporter par le passé avec des gens que j’aurais aimés ou qui m’auraient aimés alors je ne pouvais affirmer de comment j’aurais réagit, si j’aurais fuit ou si j’avais assumé. Je m’étais remit avec Ethan récemment mais ce n’était pas pareil. J’avais gardé un souvenir inconscient de notre relation et mes sentiments étaient restés vifs à son sujet aussi ça n’avait pas été comme construire une nouvelle histoire. J’aurais aimé avoir une expérience à partager avec l’autre et cette fois pas du tout pour le mettre mal à l’aise mais pour lui apporter autre chose que de la théorie mais j’en étais incapable. Je comprenais qu’il puisse vouloir faire comme si de rien n’était. C’était peut-être plus confortable pour lui et il semblait apprécier à minima Deagan, une façon de ne pas le perdre peut-être. Les sentiments profonds pouvaient facilement détruire une relation quand un des deux concernés n’était pas intéressé ou peut-être… Pas prêt ? Je ne demandais pas à Conquest s’il y avait de ça. Je comprenais qu’il pouvait être difficile pour lui de savoir.

Plus je l’écoutais pourtant plus j’avais l’impression que Conquest appréciait Deagan. Ca faisait la deuxième fois qu’il parlait de s’excuser et ça me paraissait énorme pour lui. Comme je l’avais dis, il ne se cachait pas derrière les faux-semblants. Ce n’était donc pas pour se faire bien voir de l’autre qu’il comptait s’excuser. Bien sur je ne savais rien de plus sur leur relation que ce qu’il m’en avait dit, à savoir pas grand-chose et Ethan ne me parlait que de Deagan et pas de ce qu’il aurait pu lui confier sur le sujet, à supposer qu’il l’ait fait du coup je ne pouvais m’avancer à faire des théories. Aussi j’étais bien en peine de répondre quand il s’interrogeait sur le fait qu’il soit mieux ou non de mettre un frein aux sentiments de Deagan. Dans les faits je pensais que l’honnêteté prévalait sur tout et qu’il était mieux de ne pas donner de faux espoirs sauf que c’était facile à dire mais faire de la peine sciemment à une personne était plus délicat.

-Honnêtement… Je sais pas. Déjà on est pas sur que je me sois pas trompé même si y a peu de doutes… Ca me paraît un peu cruel d’aller le voir alors qu’il ne s’est pas manifesté là dessus pour lui mettre un stop. Peut-être  qu’il à déjà conscience que entre vous il n’y aura rien et qu’il se contente de vivre ses sentiments en silence en étant sympa avec toi.

Bon y avait plus sain comme comportement mais nous avions tous nos névroses.



23/10/2022 :

C’était trop… Trop d’un coup ou trop depuis trop longtemps, je n’arrivais pas à trancher alors que je grimpais les escaliers sans reprendre mon souffle entre chaque marche et sans même savoir où j’allais. Je courrais juste devant moi, je manquais parfois trébucher mais j’arrivais toujours à me rattraper. Elle aurait peut être été là la solution. Chuter, me fracasser le crâne sur la pierre. Si je ne le faisait pas exprès on ne pourrais pas dire que j’avais eut pour dernier acte de faire encore de la peine à Ethan ou plutôt on ne pourrait pas dire que j’avais eut un geste égoïste s’il s’agissait d’un accident.

Je me stoppais en haut des marches, à bout de souffle. Je n’étais pas un grand sportif et se taper un sprint depuis les étages inférieurs m’avait coupé le souffle. J’étais assez haut dans les étages même si j’étais dans un état tel que j’étais incapable de me situer précisément. Je ne souffrait pourtant plus d’amnésie enfin… Seulement de manière partielle, plusieurs souvenirs m’étaient revenus même si je continuais à feindre de ne me souvenir de rien. Ironique n’est-ce pas ? Quand je ne savais pas qui j’étais je disais que je savais et vice-versa. Seth Drake dans toutes sa contradiction… Je me dégoûtais moi même.

Je m’asseyais en haut des marches, satisfait de voir qu’il n’y avait personne ici. J’avais sans doute d’instinct cherché à éviter les autres, me refusant à subir encore les regards de mes pairs. Leurs mines accusatrices, leurs mots trop souvent dirigés contre ma personne. J’en faisait trop… Ouais je sais. Ils n’étaient pas si nombreux à m’en vouloir en réalité mais… Je crois que je pétais juste un cable, entre ce que me murmurait la culpabilité, tout ce que je me souvenais avoir fait et qui avait blessé Ethan et puis… Ce connard là qui me harcelait depuis des semaines parce que j’avais cogné son précieux Killian. J’avais pas vraiment le profil du mec qui se laissait faire en temps normal. J’crois même qu’au début je l’avais un peu provoqué mais je n’avais pas vraiment répliqué parce que la culpabilité restait présente. Au fond je devais me dire que je le méritais ou un truc du genre et que d’une certaine façon je me rachetais pour mes actes passés quand bien même il n’appartienne pas à l’autre de se faire bourreau. J’avais pourtant surestimé ma capacité à encaisser pendant une longue période. Au début… C’était assez facile puis avec les jours qui passaient c’était devenu plus compliqué au vu de mon état mental qui n’était pas très bon. Je n’avais rien dit à Ethan et je forçais mes sourires devant lui. Je ne disais rien non plus à mes amis et je continuait à emprunter des masques, espérant que mon tempérament changeant serait mit sur le compte de mes bizarreries et de l’alcool que je continuais d’ingurgiter.

Je n’avais pas le profil de celui qui se laisse malmener. C’est ce que j’avais pensé quand j’avais fait la connaissance de Archie. Ironiquement quelques jours avant que je devienne victime à mon tour. Je le pensais toujours. C’était très différent de se laisser faire et d’être incapable d’aller contre. Quand j’avais atteint le point de rupture j’avais fini par exploser et rendre les coups avec ma démesure habituelle. Je crois que penser à Ethan m’avait encore empêché de faire une grosse connerie alors à la place j’en avais fait une petite puis j’étais parti à la recherche de mon blond comme chaque fois que je partais en vrille… Je ne l’avais pas trouvé…

Je ne suis pas de ceux qui paniquent, qui font des crises d’angoisse ou qui se mettent dans des états pas possible. Je suis du genre à encaisser placidement la vie, à ne pas montrer ce que je ressent et à afficher une véritable poker face à tout moment… Pour la première fois cependant je n’avais pas été en mesure de le faire, j’avais fini par perdre de mon calme et de ma retenue alors que le blond restait introuvable et c’était là que je m’étais mis à courir.

Je reprenais mon souffle mais je ne retrouvais pas pour autant un plein contrôle de mon mental ni même de mon corps qui tremblait malgré moi. Je regrettait de ne pas avoir d’alcool sur moi et je constatait avec agacement que j’avais perdues mes cigarettes dans ma course folle. Je n’avais rien pour canalyser toutes ces émotions et j’étais sur le point de très sérieusement vriller. Je fouillais une dernière fois mes poches mais… Oh…

Un couteau… J’avais un couteau dans l’une de mes poches. Je savais bien que je n’étais pas sensé me balader armé mais… Je n’écoutais plus depuis un moment les consignes. Je savais que c’était avec ce couteau que j’avais tenté de mettre fin à mes jours et qu’il m’accompagnait depuis. Un instant je songeais qu’il devait y avoir une raison au fait que je l’eut gardé, hormis un désir brûlant de le planter dans la chair de ceux qui s’en prenaient à moi et je dépliait la lame que j’observait un instant avant de la diriger vers mon poignet marqué de cicatrices.

C’était comme cet été… La lame traça un sillon sanglant dans ma peau pâle alors que je m’appliquais à tracer une ligne nette pourtant je me stoppais à mi chemin, prenant conscience de mon acte… J’allais encore faire du mal à Ethan…

Le couteau vola à l’autre bout du couloir où il heurta le mur. Je saignais mais pas assez pour mettre mes jours en danger… Au moins cette fois j’avais su me raviser avant de blesser égoïstement celui que j’aimais. Mon corps appelait pourtant à ce que tout s’arrête… J’en avais assez de tout, d’être foiré, d’être qui j’étais, de ne faire que le mal autour de moi. Sans y penser je me perchais sur le rebord d’une fenêtre, assez haut pour que la chute me soit assurément mortelle. Il y avait du vent et j’étais assez instable pour mes jambes pour que la gravité menace de m’appeler à chaque seconde. Si je chutais pas accident… Alors je n’aurais pas encore été celui qui aurait fait du mal à Ethan… N’est-ce pas ?
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Dimanche 2 octobre 2022

Je ne fais qu'hocher la tête aux paroles de Seth. Je n'avais jamais envisagé notre relation ainsi non plus de toute façon. C'est déjà énorme que nous soyons amis aussi bizarre que cela puisse paraître. Très honnêtement, je ne me suis jamais imaginé en couple avec qui que se soit. D'aucun dirait que j'ai le temps, je suis encore jeune. Je ne suis pas spécifiquement en retard sur ce genre de sujet. Mais le fait est que ce genre de sujets ne m'intéresse pas du tout. C'est sans doute ce qui rend si difficile pour moi d'appréhender ce genre de choses. Mais la vie est ainsi faite, ce n'est pas comme-ci je l'avais sciemment choisi. Les choses sont juste ainsi.

Je ne sais pas quoi faire au sujet de Deagan. Et bien je suppose que je vais devoir m'excuser, c'est une certitude. Même-ci je n'aime pas vraiment reconnaître quand j'ai tort, Seth m'a fait comprendre assez justement que je m'étais montré cruel malgré moi. Si cela n'avait pas été pour lui, je suppose que je n'aurais rien fais. Mais d'une manière ou d'une autre Deagan s'est fait une place parmi quelques rares privilégiés. Je l'apprécie sincèrement, même-ci je ne comprends pas vraiment pourquoi ni comment. Je suppose que ça fait partie de ces choses que je ne suis pas apte à comprendre seul.

"Et bien, je ne ferais rien. Tu as plus d'expérience que moi à ce sujet. Je ne voudrais pas le mettre plus dans l'embarras que je l'ai déjà fait de toute façon." J'hausse les épaules, je dois avouer que j'aurais sans doute encore été horriblement brutal de toute façon. Je ne sais pas comment gérer ça, c'est juste un peu trop me demander donc autant faire comme-ci je ne savais rien. C'est plus simple pour moi aussi. Je ne suis pas non plus du genre courageux, même-ci je peux être brutalement honnête. Ce n'est pas une question de courage.


Dimanche 23 octobre 2022

Je n'ai pas vraiment de notion du temps qui passe mais cela fais bien trois semaines depuis ma conversation avec Seth. Non pas que je ne lui ai pas parlé depuis, mais depuis cette conversation il est bizarre. Pas à cause de celle-ci, enfin je ne pense pas. Après tout c'était une discussion assez normale, enfin je crois. Mais j'ai comme l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche ces dernières semaines. Et à part mettre les pieds dans le plat, je ne vois pas vraiment comment agir subtilement. Je ne suis pas ce genre de personne, tout comme je m'en inquiéterais moins si ce n'était pas Seth. D'ailleurs si ce n'était pas pour lui, je ne m'en soucierais pas du tout. Mais je sens bien que quelque chose le tracasse, cela dit je ne suis pas vraiment le genre de personne avec qui il peut parler de ça. Je ne sais pas comment le gérer après tout, mais je me demande si il en a parlé à quelqu'un... Ethan, peut-être ?

C'est typiquement le genre de pensées que je n'aurais pas eut avant, me soucier des états d'âme de quelqu'un d'autre. C'est vraiment une chose très étrange pour moi, j'agis donc comme à mon habitude... Mais il n'en reste pas moins qu'une sorte d'émotion inconfortable m'envahit à chaque fois que Seth et moi passons du temps ensemble. Quelque chose ne va pas, et ce sentiment que ça va dégénérer ne me quitte pas. Je ne comprends pas bien pourquoi, ni même ce que cela peut bien signifier. Je n'ai jamais été du genre à me soucier de ce genre de choses avant après tout. Mais Seth est sans doute mon premier et seul véritable ami. Je ne le dirais sans doute jamais à voix haute, c'est bien assez embarrassant de le penser. Et puis, cet imbécile m'appelle toujours chaton, je ne vois pas comment je pourrais lui dire qu'il est mon seul ami. Ce serait vraiment bizarre même pour moi.

Alors que je monte dans les étages pour rejoindre ma salle commune un élève passe en trombe devant moi dans les escaliers. Je ne sais pas vraiment comment, mais j'ai su que c'était Seth. Et je ne l'avais jamais vu courir ainsi. Comme-ci sa vie en dépendait. Et comme en de rare occasion, mon corps agit sans mon consentement. Je me retrouve à courir après lui, cependant je ne suis absolument pas habitué à autant de sport sans échauffement. C'est à peine si j'arrive à le suivre, je crois même que je l'ai finalement perdu. Merlin ! Il court vite, je suis complètement essoufflé. Mon cœur bat à une allure folle dans ma poitrine et une angoisse sourde occupe tout mon esprit. Et cette question qui tourne en boucle : qu'est ce qui se passe ? Je n'aime pas ça. C'est le bruit du métal frappant la pierre qui attire mon attention. Je continue donc mon ascension et fini par apercevoir un couteau ensanglanté. Je sens mon cœur se serrer d'appréhension. Et quand j'avance plus avant dans le couloir je sens mon sang se figer dans mes veines. J'observe la silhouette de mon meilleur ami, pourquoi faut-il que j'accepte cette réalité quand celui-ci est à deux doigts de tomber d'une fenêtre ? Avec cette hauteur, sorcier ou non il va se rompre le cou !

"Qu'est ce que tu fabriques Drake ?" Ma voix tranchante perce le silence désert du couloir. Si ma voix charrie des glaçons, il est évident que la peur m'habite. Et je n'ai jamais ressenti un sentiment aussi fort. Jamais de toute mon existence. Je ne me suis même pas rendu compte que je rejoignais à grande vitesse la fenêtre pour tirer Seth de la fenêtre avec brutalité. Une fois de nouveau sur la terre ferme, je le tourne vers moi. Je suis terrifié, et je sais d'avance que mes mots vont être brutaux. Mais je ne peux rien y faire.

"Je peux savoir ce que tu étais en train de faire ? Tu voulais te rompre le cou en tombant ? Es-tu stupide Drake ? Ou complètement inconscient ?" Je parle vite laissant libre court à mon angoisse, sans réfléchir comme je le fais habituellement. Je ne mesure même pas l'intensité de mes propres sentiments suite à ce qui vient de se dérouler sous mes yeux. "Tu vas répondre ou quoi ?" Je le secoue un peu mes mains se sont trouvés sur ses épaules à un moment donné. Je ne sais pas comment, ni pourquoi mais je suis si angoissé là tout de suite. C'est sans doute la première fois que mon ami me vois dans cet état mais je ne crois pas qu'il soit lui même en état de le voir. Il a l'air pathétique.

"Pourquoi tu as fais ça ? Tu as l'air vraiment misérable, je peux savoir ce qui se passe dans ta cervelle d'idiot ! Quoiqu'il se soit passé, te faire du mal es-tu à ce point égoïste ? Que va en penser Ethan ?" La vérité c'est que je me fiche complètement de ce qu'Ethan va en penser, je ne pense qu'à moi. C'est moi qui suis égoïste, je ne supporte pas l'idée qu'il puisse me laisser seul. Je sais que ça sonne tendancieux et sans doute égocentrique, mais je n'y peux rien. Je ne peux pas faire autrement qu'être possessif avec le seul ami que j'ai. Mais m'appuyer sur Ethan c'est une manière de toucher un point sensible de mon ami et c'est un coup bas. Même pour moi, mais actuellement je m'en fiche. Je veux juste comprendre et être sûr qu'il ne va pas encore tenter un truc stupide. Je n'arrive pas à me calmer, c'est la première fois que j'ai autant envie de frapper quelqu'un et de le serrer dans mes bras à la fois. En fait, c'est peut-être même la première fois. Je n'ai jamais eut envie d’étreindre qui que se soit avant et encore moins de cogner. Mais il s'agit de quelqu'un qui compte réellement pour moi, m'en rendre compte de cette façon est assez horrible, non ? Pourquoi il faut que je réalise à quel point il est devenu important pour moi, et à quel point il ne peut pas compter sur moi ? Parce que des amis sont censés se serrer les coudes, pouvoir parler de tout. Même-ci ça fait mal, n'est ce pas ? Mais je ne sais pas faire ce genre de chose et la culpabilité me serre les entrailles.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with youJe restais ce qui me semblait un long moment perché dans un équilibre instable au dessus du vide, mon regard était sans cesse appelé tout en bas et bientôt ce serait mon corps qui s’y plongerait. La chute d’abord et l’impact qui ne laisserait pas grand-chose de Seth Drake. Je me surprenais à me demander si j’aurais mal, puis si mon crâne allait se fendre, mon visage se transformer en une bouillie informe afin qu’il ne soit plus possible de me reconnaître. Je faisais de plus en plus le parallèle entre ma cicatrice et ma laideur intérieure et à mes yeux et l’idée que mon visage soit ravagée en un tas de chairs sanguinolentes avait un côté qui m’attirait de plus en plus bien que je ne trouve aucune logique à penser que mon physique puisse être lié à ma laideur intérieure.

Je ne faisais toujours aucun geste pour sauter. Je savais très bien que je ne le ferais pas. Je resterais ici jusqu’à ce que je tombe. Si mon équilibre instable et les courants d’airs ne suffisaient pas j’attendrais de tomber de fatigue. Je ne songeait pas vraiment qu’avant de faiblir je risquais de me faire repérer par quelqu’un. Je ne pouvais pas donner le change, perché au dessus du vide j’essayais assurément d’en finir, peu importe comment je pouvais appeler ça, déguisant mes pulsions en coup du hasard, je savais qu’à cet instant la seule chose qui m’importait était d’en finir avec la vie de manière définitive.

"Qu'est ce que tu fabriques Drake ?"

Je mit un temps à réaliser que l’on appelait mon nom si bien que je ne bougeait pas pour essayer de voir qui était mon interlocuteur. J’avais conscience que cette voix m’était familière mais j’étais trop sonné pour réellement identifier à qui elle appartenait. Non, je crois que même à ce point j’étais incapable de savoir qui j’étais moi même alors il en faudrait plus pour que je reconnaisse les autres.

Je ne luttais pas en me sentant attiré vers la sécurité. Je sentais mes pieds heurter le sol et je résistais pour ne pas me laisser choir au sol. Je n’avais pas sauté mais je me sentais tout de même déjà mort, j’avais juste envie de m’allonger et de laisser mon coeur s’arrêter… Je voulais arrêter de penser, de vivre, de respirer. Je ne voulais plus être la cible des mots d’autrui… Si je devais payer pour ce que j’avais fait alors j’aimais autant le payer de ma vie que de continuer à endurer…

Je sens que les mains qui m’ont attiré à la terre ferme me forcent à pivoter. Je ne résiste pas, incapable de lutter, j’ai déjà peine à garder mon propre équilibre. Mon regard se pose sur le visage de Conquest mais je ne dis rien alors que je devine plusieurs sentiments qui l’agitent sans que je sois en mesure d’en identifier aucun sinon la colère et je ne comprends pas ce que j’ai pu faire pour ça. Je voulais juste que tout s’arrête…

-Conquest ?

Je ne me rends même pas compte que c’est la première fois que je l’appelle par son prénom, du moins en dehors de ma tête. Conquest à toujours été ‘‘chaton’’, même quand nous n’étions pas encore amis et que nous entretenions une relation tendue j’avais commencé à l’appeler ainsi alors qu’il m’avait parlé de son projet et que j’avais commencé à l’aider jusqu’à ce que notre relation évolue vers cette drôle d’amitié. Ca me faisait bizarre de le dire à haute voix, un peu comme ces mots interdits que l’on susurre à voix basse quand on est enfant juste pour se donner l’impression de braver l’interdit. C’était ridicule sans doute mais dans l’immédiat ce n’était pas ma première préoccupation. Dans l’immédiat j’avais à faire avec mon ami qui me criait dessus, de toute évidence en colère et pourtant je n’avais pas les mots pour justifier ce que j’avais fait. Je ne voulais pas dire ce qui m’était arrivé, je ne voulais pas prendre le risque que les mots rendent réel ce qui m’était arrivé alors je gardais le silence si bien que je me voyais secoué comme un prunier et contraint de briser le silence dans lequel je m’étais emmuré :

-Mais c’est bon je vais bien…

J’ai conscience que c’est une bien pauvre excuse et que je ne vais bien que parce que j’ai été arrêté à temps. Ce n’est sans doute pas ma voix faible et pathétique qui va convaincre mon camarade que je suis en pleine possession de mes moyens, je crois n’avoir jamais sonné aussi misérable depuis que je le connais. J’aimerais croire que ça suffise à ce que ma faute soit pardonnée mais je ne suis pas naïf à ce point et je sais que mes intentions plus que mon geste sont condamnables aussi je ne regarde pas Conquest dans les yeux alors que je suis parvenu à garder la tête haute tous le temps ou j’ai été harcelé malgré la douleur profonde qui ne faisait que croître. C’est sans doute plus facile de tenir tête aux gens quand on se moque bien au fond de leur plaire mais quand on tiens réellement à quelqu’un les choses deviennent bien plus complexes. En réalité je n’ai pensé à aucun moment aux autres quand j’ai commencé à courir, certes j’avais bien eut quelques pensées pour Ethan mais de manière diffuse, sans qu’elles ne s’attardent vraiment. Que ce soit le blond, Conquest ou Archie, aucun ne me semblait assez présent dans mon esprit pour rivaliser avec le poison qui circulait librement dans mon esprit à présent et qui me donnait juste envie de mettre un terme à mon existence.

Je laissais Conquest déchaîner sa colère contre moi sans que les mots ne me blessent vraiment. J’avais enduré bien pire au cours des dernières semaines et je sentais bien que ces mots là n’avaient pas à vocation de me faire du mal mais au contraire de m’amener à me ressaisir. J’essayais de me concentrer sur les propos de mon camarade. Je lui en voulait de parler de Ethan alors que c’était précisément à lui que je ne voulait plus penser, parce que de tous Ethan était celui qui avait le plus souffert à cause de moi et que je savais très bien que cette ultime connerie l’aurait plongé dans la dépression mais que je préférais me mentir que de l’admettre.

-Je n’ai pas trouvé Ethan…

Je répondais simplement comme s’il était parfaitement logique que je me foute en l’air simplement parce que je n’avais pu voir mon copain… Disons que j’étais dans un état mental tel que le blond était la dernière ancre qui m’empêchait de vriller définitivement. Son absence au moment ou j’avais besoin de sa présence m’avait précipité dans cet état de détresse que je n’avais su gérer.

-C’est parce que je suis complètement foiré…

Je lâchais d’une voix faible, ne me sentant pas de répéter tout ce qui m’avait été reproché quant à mon infidélité et ma violence. Je n’avais pas très envie de parler et je devais me faire violence pour que les mots sortent. Si je m’étais écouté je me serais juste allongé là sans bouger en attendant que ça passe mais je sentais… Que je devais au moins essayer d’expliquer à mon ami…

-Y a… Ce mec là… Celui de Killian…


J’étais incapable de me souvenir de son nom à l’instant présent mais je ne m’en formalisais pas plus que ça. Rien que du très habituel chez moi.

-Il à pas apprécié que j’ai frappé son mec et il s’est mit en tête de me faire payer, j’pensais qu’il allait juste me frapper mais ça fait des semaines qu’il me harcèle…


Je commençais à raconter d’une voix qui gagnait en fermeté bien que je n’étais pas aussi affirmé que je pouvais l’être en temps normal.

-J’ai laissé faire parce qu’au fond je le méritais bien, je me suis acharné sur Killian alors comme ça au moins je payais ce que j’avais fait…


Je continuais d’expliquer, conscient que mon explication était foireuse. La loi du talion c’est rarement une bonne idée en vrai. Mais sur le coup ça m’avais paru une meilleure idée que de me défendre avec le risque que je sois encore dans la violence démesurée ou d’aller me plaindre alors que je n’étais clairement pas la victime. J’avais conscience que si j’avais dette à payer j’avais largement remboursé mon dû. J’avais fait quelques bleus à Killian mais en échange j’avais été détruit mentalement, pourtant même maintenant j’étais incapable d’imaginer avoir payée ma dette.

-J’pensais être assez fort pour endurer mais je crois que c’était trop dur de s’entendre répéter presque quotidiennement que je suis un monstre… Que je suis violent, que je ne fais que tromper Ethan…

Je prenais conscience de mon regard baissé vers le sol. Je n’avais pas courbé l’échine devant Cameron mais je me permettais de baisser les armes devant Conquest. Je me sentais en confiance, je savais qu’il n’allait pas en profiter pour me faire plus de mal encore… Peu importe qu’entre mon bourreau et lui il soit celui qui ait la plus mauvaise réputation.

-En parallèle j’ai commencé par avoir des flashs… Puis j’ai carrément retrouvé la mémoire… Je l’ai dit à personne… Sauf toi maintenant…

Je marquais une pause avant de passer à la suite.

-J’me suis surtout souvenu de mon passé parce que ma mère me frappait et m’insultait aussi… Tous le temps, puis j’ai eut de plus en plus de détails qui me sont revenus… J’avais raison quand je disais que j’aurais jamais voulu m’effacer la mémoire de moi même… La vérité est juste pire…

Je n’osais même pas la dire à voix haute, comment j’avais voulu rendre Ethan amnésique pour qu’il ne souffre pas de ma mort. Sur le coup ça me semblait légitime. J’étais prêt à tout pour qu’il soit heureux à nouveau et que les coupures sur son corps ne soient que les vestiges d’un passé disparu avec moi et ses souvenirs mais je prenais conscience avec le recul que c’était une très mauvaise idée. Dieu merci je n’étais pas obligé d’en parler. J’avais assez de poids sur les épaules comme ça.

-Au final j’ai même pas pu continuer à endurer ce que ce mec me faisait subir… J’ai fini par lui rentrer dedans et j’avais bien envie de le tuer… Peut-être même que je l’ai fait… Je l’ai planté avec mon couteau… Suffit que j’ai mal visé…

J’avais visée sa cuisse même si j’avais été tenté de lui trancher la gorge, ce que j’admets avec un petit canif aurait été quelque peu compliqué mais j’avais sans mal des idées précises de comment je pouvais donner la mort avec une arme aussi ridicule. Ce que je ne pouvais infliger physiquement je le détournais par le biais de mes idées tordues. Peut-être que certains penserons que j’avais tout droit de craquer après des semaines de harcèlement et je serais d’accord avec ça pour n’importe qui d’autres sauf que les gens normaux ne craquaient pas comme moi. Les gens normaux criaient, pleuraient, tapaient dans le pire des cas mais les gens comme moi, incapable de verser des larmes, frappaient plus fort et de manière bien moins prévisibles. C’était la deuxième fois que je craquais et que je mettais les jours d’autrui en danger. Il n’y avait rien de défendable dans aucun de mes actes. J’étais un taré, un putain de monstre bon à enfermer…

-Je me disais… Que si je tombais alors ce ne serais pas comme me trancher les veines… Ce serais un accident et on ne pourrais pas encore mettre la douleur de Ethan sur ma responsabilité… Que je ne ferais plus de mal à personne… Que je ne serais plus aussi monstrueux et que je ne manquerais à personne…

Même moi j’avais conscience que mes propos n’avaient aucun sens. Je savais que je voulais avant tout me protéger avant de protéger les autres mais j’étais complètement à bout ; Avec ce que je venais de faire l’autre n’allait très certainement plus me lâcher, je lui avais donné raison quant à ma monstruosité.

-Je veux que ça s’arrête… Je supporterais pas de continuer comme ça pendant encore des semaines…

Je laissais échapper d’une voix brisée que je ne me connaissais pas. Je n’avais jamais faibli devant Conquest et je me maudissais de mon manque de force même si j’étais incapable de me ressaisir sur le moment.
:copyright: 2981 12289 0

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Even at my worst, I'm best with you


Dimanche 23 octobre 2022

Je n'arrive même pas à être heureux qu'il m'appelle par mon prénom, c'est même vraiment bizarre que je me sois autant habitué à son stupide chaton. Je ne sais même pas comment ça a commencé à ne plus me gêner ce surnom ridicule. Surtout que j'ai tout sauf l'allure d'un chaton, je ne suis ni gentil ni câlin. Mon prénom j'en suis presque venu à l'oublier quand je suis avec lui, c'est vraiment un sentiment étrange n'est ce pas ? Quelque part, je crois que c'est important. Ça a un sens qu'il utilise mon prénom pour une fois. Même-ci, je ne comprends pas en quoi cela change foncièrement quelque chose. Je sens que c'est différent. Et dire que je ne suis pas quelqu'un qui ressent les choses...

"Tu vas bien ? Mais de qui tu te moques ? Tu as vu à quoi tu ressemble ?" Je suis irrité, triste et en proie à l'incompréhension la plus totale. Je déteste ça, je n'aime pas non plus que mon seul véritable ami minimise ce qu'il vient de se produire. Il ne va pas bien, même moi je peux comprendre ça. Je ne saisis peut-être pas la cause, cela dit je ne peux que voir qu'il y a un truc qu'il ne dit pas. Sa voix n'a rien à voir avec sa nonchalance habituelle, le Seth que je connais n'est pas aussi apathique. Pas aussi faible, on dirait qu'un coup de vent pourrait l'emporter. J'ai du mal à démêler mes émotions et à faire la part des choses. C'est la première fois que j'ai une réaction aussi émotionnelle depuis des années. J'avais oublié à quel point cela pouvait être désagréable. Parce qu'il est vrai que j'ai toujours été en marge, ayant du mal à saisir les interactions entre les êtres humains. Mais je n'ai pas toujours été ce type insensible qui ne s'intéresse qu'à lui et à personne d'autre. On m'a élevé ainsi et j'ai sans doute un caractère solitaire à la base qui a été exacerbé par mon éducation. Mais là, j'ai juste du mal à gérer tout ce qui se passe dans mon cœur.

Je n'ai pas vraiment conscience que je retiens toujours captif entre mes mains mon meilleur ami. J'agis en pilote automatique, ma réaction n'a rien de rationnelle. Je le sais mais ça ne m'aide absolument pas à gérer l’afflux d'émotions qui fait rage. "Je n’ai pas trouvé Ethan…" Je manque de m'étouffer à cette réponse glissée entre deux reproches de ma part. "Tu ne peux pas être sérieux ! Es-tu soudainement devenu complètement stupide ? En quoi est ce que c'est une excuse ? Tu me prends pour quoi au juste un imbécile au QI de veracrasse ? Je ne vais pas laisser passer ça avec une excuse aussi boiteuse !" J'embraye dans un souffle colérique, ne contrôlant ni mes réactions ni mes émotions. C'est le désordre dans ma tête. Si je fais habituellement très attention pour dresser une sorte de mur entre mes émotions et mes actions c'est avant tout pour ne pas perdre tout contrôle sur moi même. Mais là... Je ne contrôle plus rien.

Quand il parle enfin, je ne sais pas si je dois m'en sentir soulager. Comment n'ai-je pas pu voir à quel point il n'allait pas bien ? Je sais que je suis égocentrique, mais à ce niveau là. Je me demande comment je peux même le considérer comme un ami alors que... Alors que je n'ai rien vu. Peut importe ce qui s'est passé avec Killian, Merlin sait que lui et moi on ne s'apprécie pas plus que ça. Et même-ci Seth a eut tord de le démolir, je ne peux pas juger du pourquoi. Parce que je ne réfléchis pas de la même façon. Mais rien ne justifie de faire du mal intentionnellement, même par vengeance. Mais le pire c'est que cet imbécile à laisser faire au point qu'il ait pensé que c'était mérité. Je me fiche complètement de Killian ou de son amant. Je comprends que ce gars ait voulu faire du mal à Seth pour venger celui qu'il aime, parce là tout de suite j'ai envie de faire du mal à ce type. Parce qu'il a blessé mon ami et que je ne peux pas l'accepter. Mais je ne m'abaisserais jamais à ce niveau de stupidité. Pourtant, inconsciemment une image de moi en train de réprimander et rabaisser Delacour sans raison me traverse l'esprit. Même-ci je ne le fais pas sciemment pour faire du mal à mon camarade de Serdaigle... Je suppose que je fais exactement la même chose. Je chasse rapidement cette idée. Je n'ai pas le temps d'y penser, pas maintenant.

"Tu peux être imprévisible et violent, mais tu n'es pas un monstre ! Cette idée est stupide ! Les monstres n'ont pas de regrets et je sais à quel point tu te sentais mal pour cette histoire avec Killian. Si tu m'en as parlé, à moi, c'est bien que ça te travaillais. Un monstre ne s'en serait tout simplement soucier. Crois tu que des gars qui frappent pour le plaisir se soucie d'avoir manqué de tuer ? Que tu trompes Ethan ou non c'est entre toi et lui ! C'est à Ethan de décider ce qu'il en pense." Je suis bien placé pour savoir que ça l'inquiétait, pour la première fois j'ai dû rassurer quelqu'un ce jour là. Et je pensais que je n'aurais jamais à faire quelque chose comme ça. Mais je ne pouvais pas le laisser se traiter de monstre. Il est beaucoup de chose mais certainement pas un monstre.

Je continue de l'écouter parler avec une part d'incrédulité, c'est sans doute la première fois qu'il est aussi honnête. Je suis aussi surpris de savoir qu'il a retrouvé une part de ses souvenirs. Et d'une certaine manière triste que cela ait du commencer par des souvenirs désagréables. Qu'il ait eut envie de rendre la monnaie de sa pièce à cet abruti, ça ne m'étonne pas. Je sais qu'on s'est souvent vengé de mes paroles désagréables. Harcèlement scolaire, des manuels qui disparaissent, mes affaires découpées, on oublie de me transmettre un changement d'emploi du temps... C'est sûr que c'est moins violent parce que de toute façon je ne prends même pas la peine de me venger. Pas directement, je fais juste en sorte d'être toujours sur mes gardes, je n'ai même jamais changé mon attitude envers les autres. Je ne me suis jamais soucié de ce qu'ils pouvaient penser de moi au fond. Peut-être que c'est moi qui suis bizarre au final. Je ne me laisse pas faire mais je ne réplique pas vraiment. La plupart du temps ils abandonnent rapidement face à mon attitude placide. Ou alors parce que j'ai pu trouver une faille dans laquelle m'engouffrer.

"Je ne peux pas dire que j'aurais fais la même chose. Mais je ne suis pas du genre à rendre les coups physiquement. Mais pourquoi tu serais plus un monstre que ce type ? Il t'a harcelé, humilié et frappé pendant des semaines. La plupart des gens auraient craqué, différemment peut-être. Mais tu n'es habituellement pas le genre à te laisser marcher dessus." Pour moi c'était même logique que la réponse soit par la violence puisque c'est comme ça que ça avait commencé entre eux. Je sais que je ne suis pas vraiment un exemple à ce sujet comme je n'ai jamais touché qui que ce soit volontairement à part quelques personnes. Je n'irais jamais mettre mon poing dans la figure de quelqu'un, mais je peux être pire même-ci c'est parfois involontaire de ma part.

"Tu sais Seth, au moins tu as conscience d'avoir fait de mauvaises actions. Ça n'excuse peut-être pas tout, mais le comportement de ce gars n'est pas excusable non plus. Il croit valoir mieux que toi en agissant ainsi ? Tu ne t'es pas défendu, tu as accepté ça de ton plein gré. De mon point de vu, c'est lui le plus détestable. Il se cache derrière ce que tu as fait à son petit-ami pour te blesser. C'est pathétique de ne même pas assumer ce qu'il fait." Parce que de mon point de vue ça l'est vraiment, je n'ai jamais renié aucune parole que j'ai pu dire. Même-ci elles ont pu être blessantes ou cruelles. Parce que je les ai dite, peu importe l'intention. Les conséquences sont les mêmes.

"Peu importe ce que tu crois, tu n'es pas un monstre. Je déteste me répéter." Je ronchonne plus pour la forme que parce que ça m'ennuie. C'est presque comme une seconde nature pour moi désormais. Je déteste me répéter, mais je le ferais jusqu'à ce qu'il arrive à y croire. "Je ne laisserais pas ce gars t'embêter encore maintenant que je le sais. Je sais que je suis un peu inconscient du monde qui m'entoure, mais je suis sûr que je peux demander à Deagan de rester avec toi pour que tu ne sois pas seul aux intercours. Il est hors de question qu'il te touche encore." Je sais que ma voix charrie de la glace maintenant. Je suis absolument sérieux. Je sais aussi que ce n'est pas fair-play de me servir du faible de Deagan pour moi pour le pousser à accepter cette demande. Mais je suis sûr aussi qu'en tant qu'ami d'Ethan il le fera aussi pour lui.

"Tu ne vas plus te déplacer seul, et je ne veux pas entendre une seule protestation de ta part. Tu n'as pas le choix. Tu devras toujours être accompagné d'Ethan, Deagan ou moi. Même cet Archie si tu y tiens. Mais jamais tout seul, je ne veux plus jamais revoir une scène comme aujourd'hui ! Tu ne vas pas bien, je ne vais pas te ménager parce que tu es mon plus proche ami. Alors ne t'attends pas à un traitement différent de d'habitude, je vais ronchonner parce que te surveiller va me prendre du temps... Mais ça ne changera pas le fait que je le ferais." Je ne me rends sans doute même pas compte encore une fois à quel point cette déclaration laisse transparaître tout mes sentiments pour mon ami. A quel point cela représente ce que je ne dis pas avec des mots. Qu'il est important pour moi, que je ne supporte pas le voir dans cet état misérable.

(c)Lilith

_________________


Je me sens toujours étrange quand je suis près de toi.

descriptionEven at my worst, I'm best with you EmptyRe: Even at my worst, I'm best with you

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum