Hogwarts FamilyConnexion

RPG Harry Potter

Le mois de novembre pointe le bout de son nez, attention au grand froid !
Le deal à ne pas rater :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de 55″ est plus
Voir le deal

Partagez

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.



Mardi 13 septembre 2022

Ma journée se terminait difficilement. J'avais voulu aller voir Eloïse dans les cachots, mais celle-ci, entourée de sa petite cours de pimbêches, m'avait envoyé sur les roses. Ses filles se pensaient mieux que moi, c'était assez évident. Toujours tirées à quatre épingles, des sang-pures pour la plupart,  rien ne semblait pouvoir ébranler leur confiance en elles. Moi, je me pliais en quatre pour devenir son amie mais Eloïse était sympa avec moi seulement quand bon lui semblait. Et laissez moi vous dire que ce n'était pas si souvent que ça!  À chaque fois que je croyais me rapprocher d'elle, elle s'empressait de me rappeler que j'étais encore bien loin dans la chaîne alimentaire de cette école. Je venais peut-être d'une famille 'connue' mais qui ne faisait clairement pas parti de la 'haute', et je ne savais pas combien de fois encore j'allais devoir leur prouver ma valeur. Si on était dans cette stupide série moldue qui copiait le concept de Gossip Wizzard, elle serait Blair Waldorf et moi la petite Jenny qui se fait balader.

Depuis la perte de mon père et de mes oncles et tantes, j'avais beaucoup de mal avec ce sentiment d'abandon, d'être mise de côté en permanence. Cependant, je ne comptais pas lâcher l'affaire, j'étais bien décidée à arriver à son niveau, au moins. Si je pouvais la surpasser, prendre sa place, ça serait le pompom. Mais mes projets pour y arriver n'étaient pas simples et j'étais tout le temps sur les nerfs ces derniers temps. J'étais à deux doigts de craquer en permanence. J’essayais de donner le change devant les autres, de ne rien montrer, mais je n'étais pas la reine du sang-froid, il fallait bien l'avouer...

J'en prends pour preuve ma réaction quand je rentrais droit dans ce garçon, alors que j'essayais de m'enfuir rapidement des cachots, tête baissée. Je me retrouvais sur les fesses, sentant mes émotions bouillir au fond de moi, et les larmes me monter aux yeux. Bien que ce fut totalement ma faute, j'étais énervée, comme si tous les malheurs du monde m'arrivaient, à moi. Je me mordis la lèvre en avalant ma salive pour ne pas me mettre à pleurer devant n'importe qui pour à peu près zéro raison et inspirais un grand coup avant de relever la tête. Il fallait bien que je vois qui était la personne à qui j'avais à faire. Ben tiens, il ne manquait plus que ça, ma journée était parfaite, vraiment parfaite. Je ne me souvenais même plus vraiment de son nom, mais c'était un Serdaigle, et ce que je savais c'est que c'était le roi des chelous. Il n'avait pas d'amis et était vraiment très étrange.

«Tu peux pas regarder où tu marches ?!» M'énervais-je avant de rajouter sèchement, mais pas très fort «Gros empoté. » Je n'étais pas vraiment juste sur ce coup. Le pauvre garçon n'avait rien fait, au final, mais il s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment et s'était pris la foudre. Je m'empressais de ramasser les quelques affaires que j'avais laissé échapper, toujours assise sur le sol. Je devais offrir un bien triste spectacle et cela me tendait encore plus, si c'était possible. D'autant plus qu'il n'avait pas l'air décidé à partir et je me sentais présentement comme un animal au zoo « Qu'est-ce que tu regardes, tu veux un autographe? » Ironisais-je en levant les yeux au ciel. « Enfin puisque t'es là, rend toi utile, aide moi au moins. » Je lui tendis la main pour qu'il m'aide à me relever avec l'air le plus autoritaire possible, en plantant mon regard dans le sien.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Mardi 13 septembre 2022

Il est de notoriété publique que je ne suis pas sympathique. Personne ne cherche réellement à m'embêter directement en principe. Je subis bien sûr quelques brimades, mais jamais mes camarades ne m'attaqueraient frontalement. Enfin la plupart du temps, j'ai encore souvenir du poing de ce Bennett. Mais quelque part je ne sais pas, c'est ce qui a fait que Seth et moi ayons la relation étrange que nous ayons. Un mal pour un bien, ou quelque chose d'approchant. Non pas que je m'en soucis vraiment que ce soit de la chance, du hasard ou quelque chose d'autre. Le fait est que les gens ne m'approchent pas de leur plein gré en général, je suis trop marginal. J'ai des manières irréprochables et quand je m'en donne la peine je peux me montrer très courtois. Cela dit, je crains ne pouvoir rien faire au sujet de mon franc parler.

Je me dirigeais vers ma salle d'expériences tout en réfléchissant à ce que j'allais pouvoir faire aujourd'hui. Peut-être que c'est pour cela que je n'ai pas anticipé la collision qui s'en suit. Je me suis rattrapé au mur comme j'ai pu, j'ai évité de justesse de finir les fesses sur le sol en pierre. Vraiment, les gens ne pouvaient pas faire attention ? Je suis sûr que je n'étais pas au milieu du passage, j'ai plutôt tendance à raser les murs pour éviter de toucher qui que ce soit pas inadvertance. Je fusille donc du regard ma camarade, je ne suis pas assez aveugle pour voir qu'elle ravale ses larmes... Mais franchement, je n'en ai rien à faire du tout.

"Tu peux parler Potter ! C'est toi qui m'a foncé dedans, prend tes responsabilités plutôt que de me parler sur ce ton." Oui parce que je ne peux pas ne pas l'avoir reconnue, même-ci elle est plutôt quelconque. Et même-ci je ne m'intéresse pas à grand monde, elle fait quand même partie des personnalités assez connues parmi les sang-pur de par son père et sa mère. Pas forcément en terme élogieux, mais et bien ce n'est pas comme-ci je m'en souciais. Le fait est sue si je connais son nom de famille, je ne me rappelle pas de son prénom.

"Gamine pourrie gâtée." Je marmonne dans ma barbe inexistante en remettant en ordre ma robe de sorcier froissée par la collision. Je lui jette un œil un poil méprisant sans doute à la voir ramasser ses affaires. Parfois... les sorciers manquent cruellement de logique. Enfin, je suppose que je ne devrais pas faire remarquer qu'elle peut utiliser sa baguette pour aller plus vite. "Et pourquoi j'en aurais besoin au juste ? A quoi ça me servirais ? Ne sois pas stupide." Je réplique ayant comme toujours pris au pied de la lettre sa remarque ironique. Seth aurait été là qu'il aurait sans doute pu déceler la différence, mais je ne suis pas ce genre de personne. Je regarde sa main tendue, après m'avoir parlé ainsi elle pense réellement que je vais l'aider. Elle n'a qu'à épousseter le sol toute seule. Je fronce les sourcils en fixant sa main avec un air de dégoût.

"Débrouille toi toute seule, tu as tripoté le sol. Ne crois pas que je vais même te toucher, c'est sale." Je répond en lui renvoyant un regard sans doute écœuré. J'ai même inconsciemment reculé d'un pas à cette idée saugrenue. Nan mais et puis quoi encore ! Je sors d'ailleurs ma fiole de gel désinfectant pour me nettoyer les mains après m'être épousseté moi-même plus tôt. Je ne sais d'ailleurs pas pourquoi mais je me sens presque obligé de lui donner mon flacon d'ailleurs. J'en ai toujours plusieurs dans ma robe au cas ou. "Tu devrais te passer ça sur les mains." Je ne sous entends pas qu'elle est sale, bien que ça puisse être interprété comme tel alors que je fais flotter un flacon devant sa main. Pour une fois que j'essaie d'être serviable... Enfin pas serviable, c'est d'utilité public ce que je viens d'accomplir.

"Est ce que je peux savoir pourquoi tu fonçais tête baissée dans le couloir au point de me heurter ? Ce n'est pas très élégant de courir ainsi pour une fille." Je fais remarquer, pour un garçon non plus d'ailleurs. Mais dans mon monde les filles se doivent être encore plus irréprochable que les hommes. Enfin en apparence du moins.
(c)Lilith

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.



Mardi 13 septembre 2022

Non mais, il me tapait sur le système celui-là ! Non seulement c'est moi m'était retrouvée les fesses par terre mais en plus il se mettait à m'engueuler. Lui aussi aurait très bien pu se pousser de mon chemin s'il avait fait attention. Pour couronner le tout, je crus l'entendre marmonner des choses pas très élogieuses à mon sujet alors que je rassemblais mes affaires. Je lui lançais un regard noir. Tandis qu'il restait là à me fixer sans daigner bouger le petit doigt pour m'aider, j'essayais de remettre un nom sur son visage. Je crois qu'il venait d'une bonne famille mais ma mémoire me faisait défaut. Je devais bien avouer que je ne connaissais pas par cœur la généalogie de chaque famille de 'la haute'. D'ailleurs, je devrais peut-être faire un effort à ce sujet si je voulais  fréquenter des filles influentes, mais bon, pour le moment ce n'était pas ma priorité.

Je levais les yeux au ciel quand il répondit à mon sarcasme sur l'autographe. C'était juste une expression, rien à voir avec mon nom de famille. «Tu serais pas un peu stupide en plus d'être snob ? » lâchais-je froidement, n'ayant aucune intention de lui expliquer la notion d'ironie. Lui demander de l'aide après cette remarque acerbe était peut-être un peu osé, et ce fût d'ailleurs un lamentable échec. "Débrouille toi toute seule, tu as tripoté le sol. Ne crois pas que je vais même te toucher, c'est sale." Je lui fis des gros yeux. Est-ce qu'il venait de dire que j'étais sale ? Bon. J'allais passer outre. Je faisais sans doute pitié dans ma situation mais je n'étais pas une roturière en manque d'hygiène non plus ! Enfin, en tout cas, j’espérais de tout mon cœur que ce n'était pas l'image que je renvoyais aux autres, c'était un peu incompatible avec mes ambitions ça. On allait juste dire qu'il n'avait juste pas envie de m'aider après notre 'dispute'.

Je m'appuyais sur mes propres mains pour me remettre sur mes pieds et grimaçais légèrement en posant ma cheville au sol. Je sentis  une décharge électrique parcourir celle-ci mais essayais tant bien que mal de garder un visage impassible. Décidément, j’enchaînais les bons moments aujourd'hui. Il m'avait bien fait comprendre qu'il ne risquait pas de me venir en aide celui-là et je m'étais suffisamment ridiculisée pour le moment. J'attrapais sans un mot le gel qu'il faisait flotter vers moi et en versais à mon tour sur mes mains. Il était peut-être stupide, mais il avait raison sur un point, toucher le sol, c'était pas très sain.

"Est ce que je peux savoir pourquoi tu fonçais tête baissée dans le couloir au point de me heurter ? Ce n'est pas très élégant de courir ainsi pour une fille." Je restais un instant sans rien dire, outrée. Personne lui avait jamais appris qu'il valait mieux se taire que dire des énormités dans sa vie ? « Mais tu vis à quelle époque toi, on est plus en 1950 hein... 'élégant pour une fille' vraiment ? Snob, stupide et en plus sexiste, tu accumules les qualités dis moi» Pleine de maturité, je lui lançais son gel en retour, rêvant presque qu'il se le prenne dans la figure. Je m'assis, sur un banc cette fois, espérant qu'il s'en aille. Je n'avais pas envie de boitiller devant lui alors j'avais juste décidé d'attendre là qu'il passe son chemin avant de me rendre à l'infirmerie. « Et pour ta question, je vois pas vraiment en quoi ça te concerne... »  Comme si j'allais lui raconter, à lui ou à qui que se soit, ce que me faisait subir Éloïse et sa bande. Mais surtout à lui en fait, on ne se connaissait même pas. Cependant, sans rentrer dans les détails, j'avais bien envie de lui adresser une dernière remarque salée « Mais si tu veux vraiment savoir, je fuyais des gens un peu dans ton genre. La petite bourgeoisie de Poudlard a tendance à pas toujours être une agréable compagnie. Mépriser les autres c'est une seconde nature chez vous? » J'étais sans doute hypocrite sur ce coup, vu qu'au fond de moi, je rêvais de ressembler à ces filles. Mais ça, il n'en savait rien, et il ne le serait sans doute jamais. Pas comme si je comptais le côtoyer un jour de nouveau.


Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Mardi 13 septembre 2022

Les piques de la rouquine ne m'émeuvent absolument pas, c'est presque gentillet. Ou naïf, l'idée que je puisse même être blessé par les mots d'une inconnue. Je ne suis pas comme tout ces idiots à prendre tout ce qu'on me dit pour argent comptant. Et puis... il faudrait pour cela que l'opinion des autres m'importe un tant soit peu. Ce qui n'est majoritairement pas le cas. Ceci je ne gaspille pas ma salive à élaborer le pourquoi du comment je la trouve idiote. Perte de temps inutile, vous voyez ?

Je l'observe se remettre sur ses jambes avec un désintérêt manifeste. Je sais que dans cette situation d'autres l'aurait sans doute aidé. Mais il est hors de question que je touche qui que ce soit si je peux l'éviter. C'est déjà assez que soit obligé de vivre dans un dortoir en compagnie d'autres personnes. J'ai dû délimiter mon espace aseptisé pour être sûr de ne pas attraper toutes sortes de maladies véhiculées par les autres. Je suis presque soulagé qu'elle utilise le gel que j'ai mis à sa disposition, au moins elle semble pourvu d'un peu de bon sens. Le sol est après tout une sorte de nid à microbes en tout genre. Quand je vois que la plupart de mes camarades ne se lavent même pas les mains après un passage aux toilettes. J'en ai des sueurs froides, c'est dégoutant.

"Il n'est pas question de sexisme. C'est comme ça que le monde fonctionne, c'est tout." Je fais remarquer avec condescendance. Le pire est sans doute que c'est une réalité, le monde sorcier est arriéré. Peut-être que je véhicule seulement ce que j'ai appris toute ma vie, mais c'est une réalité aussi. Je ne vois pas à quoi ça sert de le nier. Les femmes sont bien plus jugées que n'importe quel homme. Furalya m'a bien fait la leçon. Ma sœur a dû subir un entrainement quelque peu différent des garçons de notre fratrie. "Tu veux peut-être le nier, mais il y a des choses qui sont plus acceptables pour une fille que pour un garçon. C'est une réalité. En toute franchise, tu peux bien faire ce que tu souhaite... Mais si tu ne fonctionne pas avec les codes de notre société, tu auras du mal à trouver ta place." Je fais remarquer dans un haussement d'épaule indifférent. Je ne fais qu'énoncer un fait à mes yeux, que je sois en accord avec ce genre de principe n'a pas d'importance.

Mon temps de réaction est trop lent et la fiole de gel frappe ma clavicule. Je fronce les sourcils attrapant le flacon avant qu'il termine sa chute avec fracas. Je fais une moue exaspérée. Cette fille est vraiment une brute, tout ce que je n'aime pas. Mais je ne sais pas quelque chose dans son attitude fait écho, sans que je n'arrive à mettre le doit dessus. Et ça m'intrigue suffisamment pour que je me montre un minimum curieux à son égard. Oh donc c'était ça, elle s'était fait humilier. C'est pour ça que je sentais comme un écho ! La petite bourgeoisie de Poudlard... je suppose qu'on peut dire que j'en fais partie, pourtant même parmi eux je fais figure de paria. On ne me conspue pas non plus, ni me manque de respect ouvertement je suis un Cavalry-Knight après tout.

"Ca ne me concerne absolument pas en effet. Mais tu avais l'air assez pathétique pour que je pose la question." Je fais remarquer, je n'émets pas de jugement par ailleurs. C'est juste ce dont elle avait l'air et de cela je n'y suis pour rien. Je ne vais embellir son état pour flatter son égo, cela n'aurait aucun sens. "Tu sais, tu es assez méprisante toi même Potter. Ne crois pas pouvoir te désolidariser de la petite bourgeoisie comme tu dis. En plus de ça... Si ta famille avait respecté les codes, aucun d'entre eux n'oseraient même te mépriser. Tu es une Potter après tout, cette famille a une longue renommée derrière elle." Je sais que mon ton doit être un peu professoral parce que j'ai soupé plus d'une fois les généalogie des autres sang-pur. Non pas que je suis considéré comme tel pour autant. Mais le statut financier et politique de ma famille me permet de me hisser au dessus de mon statut de sang.

"Cela dit ce n'est pas une histoire de statut si je te méprise. Tu n'as juste encore rien fait qui me permette de ne pas le faire. En général, je ne me soucis de personne. Bourgeoisie ou non, alors tu ne devrais sans doute pas me prendre comme référence. Je n'aime juste pas les autres, leur statut importe peu. Tu devrais t'endurcir, je dis ça pour ton bien. Sinon tu vas perdre ton temps à pleurer comme une enfant." Je fais remarquer sans aucune délicatesse sans aucun doute. Mais elle n'est ni une amie, ni une proche, et encore moins d'une famille qui ait du poids pour le moment. Surtout pas après ce qui arrivé à sa famille récemment.
(c)Lilith

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.

Mardi 13 septembre 2022

« Il n'est pas question de sexisme. C'est comme ça que le monde fonctionne, c'est tout. Tu veux peut-être le nier, mais il y a des choses qui sont plus acceptables pour une fille que pour un garçon. » Je soupirais doucement. Décidément ça ne fuse pas bien vite là haut. Il est au courant que c'est un des principes même du sexisme, de dire que telles ou telles choses seraient plus ou moins acceptable en fonction de ton sexe ? Mais la vraie question, c'était de savoir si j'avais vraiment envie d'entrer dans ce débat là avec lui, alors qu'en plus , au fond, je voyais bien ce qu'il voulait dire. Dans les hautes sphères plus que n'importe où, chacun devait jouer son rôle à la perfection pour se faire bien voir. Et le rôle des femmes était différent de celui qu'on attendait des hommes, peu importe ce que nous on en pensait. Il avait continué sa tirade pour m'expliquer avec condescendance que je ne me ferais jamais ma place si je n'acceptais pas ce simple fait. Je sifflais entre mes dents et lui renvoyais son gel à la figure pour toute réponse. Qu'est-ce qu'ils avaient tous à vouloir me rappeler aujourd'hui que j'étais en bas de la chaîne alimentaire de cette école ?

Ma réponse à sa question sur ce qui m'avait amené dans cette situation n'eut pas l'air de le perturber plus que cela. Il était vraiment étrange ce garçon, il n'avait pas l'air de vouloir se départir de son air froid et calme, ne serait-ce qu'une seule seconde. "Ca ne me concerne absolument pas en effet. Mais tu avais l'air assez pathétique pour que je pose la question." Si j'étais du genre à me battre physiquement, je crois que j'aurais pu lui coller ma main dans la figure tellement il m'énervait. Pathétique vraiment ? Bon, il y avait sans doute une part de vrai, mais des fois il fallait savoir modérer sa franchise. Sans compter qu'après cette subtile remarque, il se permit de parler de ma famille. Et encore une fois, il m'agaçait parce qu'il avait un peu raison. Les Weasleys étaient des sangs-purs à la base, et la réputation de mes parents n'était plus à faire auprès de personne, mais malheureusement, pas toujours en bien. Car 'traditionalistes' ce n'était vraiment pas un mot que l'on pouvait coller à l'un des deux noms et ça ne plaisait pas à tout le monde. Je le fusillais tout de même du regard en lâchant froidement « Tu devrais éviter de parler de ma famille, tu sais, tu m'as déjà assez agacée pour 10 ou 30 ans là. ». Je retiens de justesse un 'toquard' pas très délicat. Mes menaces ne devaient pas beaucoup l'impressionner, mais c'était une manière de lui dire de ne pas se lancer sur ce terrain. Tout simplement parce que c'était le dernier sujet que je voulais aborder avec qui que se soit en ce moment, et sans doute pour encore un bon bout de temps.

Ce mec était vraiment le pire des pires. Déjà pourquoi il était encore là, à parler parler, comme si son avis m'intéressait ? "Cela dit ce n'est pas une histoire de statut si je te méprise. Tu n'as juste encore rien fait qui me permette de ne pas le faire. En général, je ne me soucis de personne. Bourgeoisie ou non, alors tu ne devrais sans doute pas me prendre comme référence. Je n'aime juste pas les autres, leur statut importe peu." Mais, pour la première fois depuis le début de notre discussion, un sourire franc apparut sur mes lèvres et je détournais la tête pour ne pas qu'il puisse le voir. Manquerait plus qu'il croit que je pouvais apprécier un tant soit peu sa compagnie tiens. Le truc c’est qu'il venait d'avouer avec tellement d'aisance qu'il était complètement asociale, que je n'avais pu me retenir. Cela expliquait un peu son comportement... étrange et ses paroles qui avaient la même délicatesse qu'un char d'assaut russe.  « Oh, alors c'est pour ça que tu n'as aucun ami. Monsieur est un grand solitaire mystérieux. Rien à voir avec le fait que tu sois complètement bizarre, autant pour moi. » Ironisais-je à la place en levant les yeux au ciel. Comme toute mes tentatives d'attaque depuis quelques minutes, mes piques avaient l'air de lui glisser  dessus comme l'eau sur les plumes du canard. Il préférait de toute évidence continuer à jouer au grand moralisateur.

"Tu devrais t'endurcir, je dis ça pour ton bien. Sinon tu vas perdre ton temps à pleurer comme une enfant." Je serrais les dents de rage et me redressais sur mes deux pieds en essayant de ne pas appuyer sur ma cheville foulée. Je voulais juste me planter devant lui pour pouvoir le regarder dans les yeux et lui montrer toute la colère qu'il m'inspirait. Pleurer comme une enfant et puis quoi encore ? De quel droit il disait ça alors que je n'avais pas laissé échapper une larme devant lui - même si c'était pas passé loin tout à l'heure.  « Whaou. Ben écoute, merci, je sais pas comment se serait passé ma vie si tu n'étais pas tombé sur moi pour me donner ce précieux conseil. C'est quoi là suite ? Oh je sais ! Tu devrais me donner des cours aussi, parce que je sais pas comment une pauvre petite fille dans mon genre pourrait réussir toute seule dans ce monde si cruel. Je t'en serais éternellement reconnaissante.» Je posais mes mains sur son torse pour le pousser en arrière. Pas trop fort, mon but n'était pas de le bousculer, juste de lui faire comprendre que je n'avais plus vraiment envie de l'avoir dans mon champ de vision, là tout de suite. Au cas où ce que je venais de dire n'avait pas l'air assez ironique. C'est qu'il avait l'air d'avoir du mal avec l'ironie, le pauvre. Il ne manquerait plus qu'il me prenne au pied de la lettre.  "Tu ferais mieux de partir... euh..." Il ne m'avait toujours pas donné son prénom en plus cet idiot et j'étais absolument incapable de m'en rappeler. Mais tant pis. C'est pas comme si je comptais le revoir un jour, alors je terminais ma phrase comme je pus, par un simple "Jeune homme".

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Mardi 13 septembre 2022

Je lui jette un regard froid. Que croit-elle que je me plais à l'agacer. Je ne fais qu'énoncer des faits, il n'y a rien de réellement offensant la dedans. Si son père est décédé ce n'est pas de ma faute et n'enlève en rien la pertinence de mes propos que cela lui plaise ou non. Cela dis je préfère ne pas relever au risque de déclencher encore plus de violence gratuite. Je sais bien que je ne suis pas un modèle de compassion et de gentillesse mais je ne cherche pas non plus sciemment la bagarre. D'autant plus que je déteste réellement cela.

« Oh, alors c'est pour ça que tu n'as aucun ami. Monsieur est un grand solitaire mystérieux. Rien à voir avec le fait que tu sois complètement bizarre, autant pour moi. » Je me rends bien compte du ton moqueur, il ressemble au mien même-ci je ne comprends pas le sens de l'ironie utilisé. J'ai tendance à toujours trop comprendre les choses au premier degré. "Solitaire cela ne fait aucun doute, mystérieux ? Je ne vois pas d'où tu tire une telle information. Je suis comme je suis, que ça plaise ou non. Je ne vais pas embellir mes paroles pour plaire à qui que se soit. Et je pressens qu'il y a sans doute une référence quelconque dans tes paroles même-ci je ne me donnerais pas la peine de la comprendre." Je perds trop de temps avec cette rouquine j'ai pourtant mieux à faire, mais je ne sais pas pourquoi elle retient mon attention. Je sais que parfois il m'arrive de rechercher le conflit pour le conflit mais ce n'est pas le cas ici. Je ne comprends pas bien ce qu'il se passe, sans doute un rapport avec le comportement étrange de Seth.

« Whaou. Ben écoute, merci, je sais pas comment se serait passé ma vie si tu n'étais pas tombé sur moi pour me donner ce précieux conseil. C'est quoi là suite ? Oh je sais ! Tu devrais me donner des cours aussi, parce que je sais pas comment une pauvre petite fille dans mon genre pourrait réussir toute seule dans ce monde si cruel. Je t'en serais éternellement reconnaissante.» Je fronce les sourcils alors qu'elle pose ses mains sur mon torse en me repoussant, je recule de quelques pas avant même qu'elle ait pu réellement me toucher. Je déteste qu'on me touche, je n'apprécie vraiment pas ça. Je ne suis même pas choqué qu'elle ne connaisse pas mon nom, mais je trouve ça assez misérable pour quelqu'un qui a pourtant l'air de vouloir s'élever au dessus de sa condition.

"Conquestrom." Elle me jette un regard étrange l'air de se demander ce que je suis encore en train de lui dire. Elle est vraiment dense et après c'est moi qu'on traite de bizarre... Tss. "Je m'appelle Conquestrom Cavalry-Knigth pour ton information, Potter. Tu avais l'air un peu ridicule à essayer de trouver un terme approprié pour me nommer." C'était une façon poli de dire qu'elle avait eut l'air d'une idiote. Enfin je suppose que c'est poli, mais au vu de ses yeux me lançant des éclairs j'émets un petit doute raisonnable. "Je ne demande aucune reconnaissance, ça n'a jamais fais avancer qui que se soit. Mais toi si tu veux briller auprès de tes pairs tu as clairement besoin de cours... Mais si je dois t'aider se ne sera pas sans contrepartie. C'est donnant donnant, surtout si je dois perdre du temps à t'inculquer les bonnes manières... Et comment gérer tes émotions pour qu'elles ne soient pas utilisées contre toi." Je l'observe presque cliniquement, elle a clairement du potentiel avec sa hargne, son air fier et son nom de famille. Elle pourrait devenir quelqu'un si elle était poussé dans la bonne direction.

"Tu as du potentiel, tu n'utilises juste pas au mieux. On pourrait faire un échange, je mène des expériences dans le cadre d'un projet suivi par l'école... Et pour ce projet j'ai besoin du sang de volontaire. Bien évidement je n'ai pas le droit d'utiliser ce sang à d'autres fins". Je pense évidement à de la magie du sang. La direction à veiller à ce que je ne puisse pas l'utiliser à ce genre de fin de toute façon. Pour une fois qu'ils sont prudents je ne vais pas leur reprocher, c'était une inquiétude légitime. Mais mon étude ne me demande pas d'utiliser beaucoup de magie.

"Qu'en dis tu ? Je peux t'aider à devenir à défaut d'une sang-pur respectable, une sang-mêlé respectable aux yeux de notre société." Je lui propose évidement, et bien je ne sais pas exactement ce qu'elle souhaite mais elle a l'air de vouloir s'élever au dessus de sa condition. Même-ci elle ne veut pas le reconnaitre pour le moment. Et moi, je n'ai pas grand chose à perdre à proposer. J'ai tout à y gagner au final.

(c)Lilith

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.

Mardi 13 septembre 2022

Après mon discours, il recule avant que je n'ai réellement pu le pousser en arrière. Ouai, c'était bien le genre de petit snob à ne pas vouloir avoir de contacts physiques avoir les autres étant, bien évidemment, trop au dessus des autres pour cela.

"Conquestrom." Je le regardai un instant avec un air perdu, ne comprenant pas se qu'il voulait dire. Je lui avais demandé de partir pas de continuer à taper la causette. "Je m'appelle Conquestrom Cavalry-Knigth pour ton information, Potter. Tu avais l'air un peu ridicule à essayer de trouver un terme approprié pour me nommer." Je serrai les dents pour ne pas l'insulter respirai un grand coup pour réfléchir et lui répondre le plus calmement possible. Arrogant, sûr de lui au point de ne pas tolérer que la terre entière ne connaisse pas son nom. « Peut-être que si tu étais un peu plus intéressant, les gens se souviendraient de ton prénom. Mais il est aussi bizarre que ton caractère alors il y a peu de chance. » C'est vrai quoi. Ces parents ne devaient pas l'aimer pour l'avoir affublé d'un tel fardeaux.

Il continua cependant son petit discours, me sidérant un peu plus à chaque seconde. Il l'avait fait. Il m'avait pris au pied de la lettre et ce malgré le fait que je lui ais clairement demandé de déguerpir le plancher. Et il était entrain de me proposer son aide, mais précisant tout de même que le temps de MONSIEUR n'était pas gratuit et qu'il faudrait que je lui offre mes services en retour. Mais attention, pas n'importe quel service ! "Tu as du potentiel, tu n'utilises juste pas au mieux. On pourrait faire un échange, je mène des expériences dans le cadre d'un projet suivi par l'école... Et pour ce projet j'ai besoin du sang de volontaire. Bien évidement je n'ai pas le droit d'utiliser ce sang à d'autres fins" Mystérieux ou carrément flippant, je n'arrivais plus à faire mon choix. Il prenait le sang des autres élèves pour faire des... expériences ? Dans le genre scientifique fou on faisait difficilement mieux quand même. La direction de Poudlard avait vraiment approuvé ça, ou est-ce que c'était sa manière d'attirer les gens dans un espèce de plan louche ? "Qu'en dis tu ? Je peux t'aider à devenir à défaut d'une sang-pur respectable, une sang-mêlé respectable aux yeux de notre société."

Je reculai de quelques pas en boitillant et en le détaillant des pieds à la tête, restant un instant sans rien dire. Une toute petite partie au fond de moi-même voulait me faire croire que ça pourrait être pas mal d'avoir l'aide et les conseils de quelqu'un qui avait baigné là-dedans durant son enfance. Mais l'autre partie le détestait déjà très fort et me criait qu'il était vraiment bizarre et que je devrais fuir, maintenant. « T'es complètement malade, en fait. T'es pas juste asocial, tu fais aussi des trucs de sociopathe dans les cachots ? » Il n'avait pas précisé où se déroulaient ses 'expériences', mais je l'imaginais très bien dans une pièce sombre, remplie de poussière et de bouquins étranges. Je secouai la tête de droite à gauche pour lui exprimer mon refus. « C'est mort. Déjà, je disais ça pour rire j'ai pas besoin de toi. Et ensuite ton plan bizarre là, c'est sans moi. Je veux pas me retrouver embarquée dans ce genre d'affaire merci bien. »

Tant pis pour ma fierté, je n'avais plus envie de rester une seconde de plus avec ce type. Je le contournai et partis en direction de la salle commune de Gryffondor en sautillant sur un pied. « À  jamais, Frankenstein! »  Je me porterai bien mieux sans lui, c'était certain !

Vendredi 30 Septembre

J'avais beaucoup cogité ces deux dernières semaines, après ma rencontre avec Mr. Bizarre. Même si j'aurais aimé ignorer purement et simplement cet incident de ma vie, il m'avait intrigué et avait piqué ma curiosité. J'avais donc mené ma petit enquête comme j'aimais tant à le faire et, aussi étonnant que cela puisse paraître, il s'était trouvé qu'il avait effectivement toutes les autorisations nécessaires pour jouer au petit chimiste. Ils avaient franchement de drôles d'idées parfois dans cette école. Comment ils pouvaient laisser un ado faire mumuse avec des poches de sang sans vraiment surveiller de prêt ce qu'il faisait ? Enfin. Ma grande curiosité et le fait qu'il ait réussi à éveiller un petit peu mon intérêt à la fin de notre dernière conversation m'avait amené à prendre cette décision : je voulais savoir ce qu'il faisait et si je pouvais lui faire confiance.

Depuis la rentrée et sur les conseils avisés de Dmitry, j'avais volé la cape d'invisibilité de feu mon père pour m'aider dans mes activités extra-scolaires. Et ce soir, après les cours, je l'enfilai pour aller attendre pas loin de la classe des 6° années. Je l'avais suivi un moment,  le plus silencieusement possible, attendant qu'il se rende dans son laboratoire secret. Une des informations que je n'avais pas encore réussi à glaner c'était l'emplacement de la pièce où il faisait tout cela. Malheureusement, si je le vis entrer dans une pièce, je ne pus me faufiler en même temps que lui et voir si j'étais arrivée à bon port. Après tout, manipuler le sang des gens n'était peut-être pas sa seule activité en dehors des cours, allez savoir. Mon seul moyen de le découvrir, c'était de rentrer à mon tour mais à ce moment là il saurait que je l'avais suivi, et j'aurais du mal à répéter l'opération si le besoin se présenter.

Peu importe, mon envie d'être fixée fut plus forte et je retirai ma cape avant de m'approcher de la porte. Je n'hésitai qu'une seconde avant d'enfoncer la poignée et de pénétrer à l'intérieur en lançant à la cantonade « Yo,  Frankenstein. » Je le fixai dans les yeux un instant, avec un air de défi. Je m'étais préparée à ce qu'il me fasse une réflexion sur le fait que j'étais revenue le trouver malgré ce que j'avais dit la dernière fois.

Attendant sa réponse, je laissai mes yeux découvrir l'endroit où j'étais finalement arrivée...

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Lily L. Potter le Mer 28 Avr - 9:06, édité 1 fois

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Mardi 13 septembre 2022

Je ne me vexe pas de sa remarque déplacée, même-ci en principe c'est plutôt l'inverse mon prénom est tellement hors norme que les autres s'en souviennent.  Bien qu'on me l'a sans doute écorché plus d'une fois. Je ne suis pas en accord avec elle, mais je n'ai aucune envie de perdre plus de temps que je ne l'ai déjà fais. Et puis ce que peut pensez une rouquine dans son genre je ne m'en soucis absolument pas.

« T'es complètement malade, en fait. T'es pas juste asocial, tu fais aussi des trucs de sociopathe dans les cachots ? » Je lui jette un regard courroucé, je n'aime pas vraiment ce qu'elle insinue. Je n'ai jamais porté atteinte à l'intégrité physique de qui que ce soit. Morale peut-être, je n'ai pas toujours la parole tendre. Je veux bien reconnaitre mon manque d'empathie, mais je ne suis pas un sociopathe. Tout du moins pas le genre auquel elle a l'air de penser. Je ne suis peut-être pas le plus doué pour lire les émotions des autres, mais la répulsion inscrite sur son visage vaut milles mots. Je n'ai pas le temps pour autant de me défendre qu'elle enchaîne. « C'est mort. Déjà, je disais ça pour rire j'ai pas besoin de toi. Et ensuite ton plan bizarre là, c'est sans moi. Je veux pas me retrouver embarquée dans ce genre d'affaire merci bien. » On peut réellement dire ce genre de choses pour rire ? N'est ce pas complètement stupide ? Cela n'a rien de drôle, à moins que je n'ai encore pas compris l'ironie de ses propos plus tôt. Je soupire lasse, je n'ai même pas l'envie de m'énerver. Elle n'en vaut pas la peine. Si elle croit que la direction de Poudlard me laisserait faire du mal aux autres étudiants grand bien lui fasse. Elle n'a qu'à s'étouffer avec sa bêtise crasse.

"Gamine stupide." Je marmonne entre mes dents alors qu'elle m'affuble d'un nom ridicule. Contrairement à ce qu'on pourrait penser je sais très bien d'où vient ce nom. Je me suis intéressé de prêt à beaucoup de sujet moldu donc je connais la légende de Frankenstein.

Vendredi 30 Septembre

Je suis occupé comme toujours, Seth passe souvent me voir. Même-ci il a perdu ses souvenirs il peut m'être utile. Cela dit je préfèrerais qu'il se souvienne, c'est frustrant et blessant d'une manière à laquelle je n'aurais pas songé. C'est douloureusement désagréable, je ne sais pas bien ce qu'est ce sentiment mais il n'est pas agréable. Je reviens tout juste de mon point de fin de semaine avec l'infirmier. Je crois qu'il ne m'écoute que par pur politesse, ou plutôt par obligation. J'ai bien compris que l'idée que je puisse réellement investiguer et prouver scientifiquement qu'il a ou non un impact de l'ascendance sur la puissance magique faisait peur. Les sorciers préfèrent ignorer plutôt que d'investiguer pour entretenir des croyances potentiellement fausses. Et très honnêtement, plus j'avance dans mes expériences, plus je commence à entrevoir que c'est en partie faux. Il me faux plus d'échantillons et plus de volontaire de tout horizon pour confirmer ou infirmer le début de cette remise en perspective.

Mais si cela s'avérait vrai ? Si tout ce que j'avais cru empiriquement était faux ? Même-ci la curiosité scientifique me pousse à accepter les résultats potentiels de cette expérience, une part de moi est inquiète. Cela remettrait incontestablement une grande part des croyances qu'on m'a enseigné toute ma vie. Et si tout cela se confirme cela pourrait amener un chaos sans précédent. Ceci dit pour le moment je suis loin d'avoir amener une quelconque preuve je dois le reconnaitre. Mais les premiers tests penchent tout de même pour infirmer ce qu'on m'a enseigné. Et c'est bien plus effrayant que je ne saurais le verbaliser.

« Yo,  Frankenstein. » J'en sursaute de surprise, non pas du surnom mais parce que j'étais profondément perdu dans mes pensées. La porte n'est pas vraiment verrouillée, je n'en ai pas le droit après tout. Elle l'est seulement quand je ne suis pas dans la pièce, mais une fois à l'intérieur quiconque peut y entrer. Sans doute un moyen pour éviter tout débordement de ma part, ce n'est par ailleurs pas idiot. Le sang surtout en magie peut avoir de sombre dessein surtout entre de mauvaises mains. Surtout compte tenu de l'histoire familiale, je conçois qu'on puisse remettre en doute mes motivations. Pour autant je suis réellement déterminé à trouver la vérité, même-ci elle va à l'encontre de tout ce que j'ai appris.

"Potter ? Je peux savoir ce qui t'amène ici ? Je croyais que tu avais refusé fort peu élégamment mon aide." Je grince un peu des dents, méfiant. Je n'aime pas voir son regard trainer partout dans la pièce. Pièce qui ressemble sans nul doute plus à un centre d'analyse moldu que sorcier. Il y a des schémas au mur représentant l'adn moldu et sorcier. Les différences connues, des représentations aussi de nés-modus, sang-mêlé et sang-pur. On peut y trouver des appareils ressemblant à ceux des moldus tout en étant typiquement sorcier et d'autres de fabrication artisanale car j'avais dû faire avec les moyens à ma disposition. Mon projet avait été relégué à une sorte de recherche extra scolaire. Le plus invraisemblable c'est que je devais soumettre un rapport régulier de tout cela à un médicomage à lequel on m'avait rattaché. Il était renommé et très intelligent mais je dois avouer avoir un peu les nerfs qu'on file mes idées à quelqu'un d'autre en me faisant passer pour son étudiant. Tout ça pour préserver les apparences. Bref mon atelier ressemblait d'assez prêt à un atelier de chimie moldu.


"Si tu comptes rester ici, montre toi utile au moins." Je grogne ne me souciant que peu de sa présence. J'ai des expériences en court et je commence à verser plusieurs réactifs dans plusieurs fioles contenant du sang. J'essaie diverses réactifs pour essayer de voir les différences entre les sangs des différents sorciers. C'est un travail de longue haleine et fastidieux. Pour tout œil extérieur c'est sans doute assez obscur. "Tu vas réellement resté planté la comme une idiote ? Qu'est ce que tu fais là au juste ? Tu as changé d'avis ?" Je demande avec une ironie cinglante. Il m'arrive d'utiliser l'ironie même-ci j'ai du mal à la comprendre dans l'autre sens.

(c)Lilith

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.
Vendredi 30 Septembre

Il fut évidement surpris de me voir. Ou plutôt de m'entendre. Le faire sursauter me procura un petit sentiment de victoire que je gardais pour moi. C'était un peu enfantin de s'enthousiasmer pour ce genre de choses, et je ne voulais pas lui donner d'arguments en plus pour me prendre de haut. Il s'en inventait bien assez au moindre de mes faux pas.

J'imagine qu'il n'attendait personne dans son semblant de laboratoire. Je devais admettre que j'avais imaginé mille horreurs sur cet endroit mais qu'à mon grand étonnement, c'était plutôt propre. Des outils pour faire des expériences et des schémas de science auquel je ne comprenais pas grand chose remplissaient la pièce. J'avais du mal à imaginer qu'un adolescent puisse passer son temps libre à faire des trucs d'intellos plutôt que de s'amuser . Je veux dire, on avait déjà assez de choses à faire avec les cours de Poudlard pour que l'idée de me rajouter du travail ne m'effleure l'esprit et mes activités extra-scolaires à moi étaient d'une toute autre nature. Mais soit. Conquest n'avait pas vraiment l'air d'un adolescent comme les autres.

"Potter ? Je peux savoir ce qui t'amène ici ? Je croyais que tu avais refusé fort peu élégamment mon aide."

Je haussai un sourcil et les épaules en même temps. Aucun miracle n'avait opéré : il n'était pas devenu agréable et charmant depuis notre dernière rencontre. C'est vrai que je l'avais refoulé avec peu de délicatesse lors de notre dernier échange. Mais ne dit-on pas qu'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis ? Je n'avais certes pas été immédiatement emballée à l'idée de prêter mon sang à un type chelou pour qu'il puisse faire mumuse avec, mais depuis, j'avais pris le temps d'envisager plus sérieusement mes options. Et son projet avait l'air plus safe qu'il ne pouvait paraître.

« Avoue au moins que ton projet est un peu rebutant de but en blanc. C'est... original »

Pour ne pas dire carrément effrayant.

"Si tu comptes rester ici, montre toi utile au moins."

Je soupirai en prenant un air aussi arrogant que possible. Je n'étais pas venue pour jouer son assistante, encore moins gratuitement. Je devais au moins m'assurer que sa proposition tenait toujours avant d'accepter de perdre mon temps à travailler avec lui. Dans le cas contraire, des affaires autrement plus importantes m'attendaient. Je m'approchai silencieusement du jeune homme. Je n'avais aucune intention de lever le petit doigt avant d'avoir des garanties, mais je le regardai un instant s'affairer et attraper différents ingrédients pour les renverser dans des fioles remplis d'un liquide carmin. Les fameux dons du sang, sans aucun doute. Tout cela avait un côté étrangement... Fascinant.

"Tu vas réellement resté planté la comme une idiote ?"

Je relevai lentement mes yeux pour les planter dans les siens, le fusillant du regard. On était pas prêt de se parler poliment lui et moi, de tout évidence. Il était si condescendant, si énervant que je me demandais bien pourquoi j'étais revenue.

« Je suis pas ton chien. T'as pas besoin de moi d'habitude, débrouille toi ! »
"Qu'est ce que tu fais là au juste ? Tu as changé d'avis ?"
«Figure toi que maintenant que j'ai ta tête en face de moi, je me demande bien ce qui m'a pris. »

Je détournai les yeux en fixant les dessins au mur. Si je voulais vraiment qu'on finisse par trouver un terrain d'entente, j'allais sans doute devoir ravaler ma fierté et arrêter de jouer à ce jeu avec lui. Mais il était tellement détestable que c'était dur de ne pas chercher à avoir le dernier mot ! Pourquoi le destin l'avait mis lui sur ma route, et pas un allié plus conventionnel ?  

« Pas vraiment »  Finis-je par articuler difficilement. « J'ai pas changé d'avis, pas encore. J'étudie ta proposition on va dire. »

Je grimpai sur un table pour m'asseoir dessus, persuadée que c'était le genre d'attitude qui devait l'énerver au plus au point. Surtout avec tout le matériel fragile qui traînait aux quatre coins de la pièce Je croisai mes jambes en époussetant la jupe de mon uniforme, cherchant à formuler mes pensées d'une manière pas trop humiliante. J'étais moins bouleversée que la dernière fois qu'on s'était croisés, alors je pouvais faire un effort pour m'exprimer de manière moins spontanée.

« Tu pourrais m'être utile. »  Oui, c'était beaucoup mieux que 'j'ai besoin de quelqu'un comme toi.' ou bien pire 'j'ai besoin de toi'. «Alors je viens vérifier de mes propres yeux que, malgré ce que tu affirmes, t'es pas un psychopathe. Je veux dire, si tu l'étais, tu affirmerai aussi haut et fort que tu n'en es pas un pour pouvoir continuer tes petites activités. Alors, je vais me faire mon propre avis avant de te répondre. Si c'est pas dangereux tout ce que tu fais là, écoute... Pourquoi pas. »

Je me penchai vers lui, un sourire froid et crispé sur les lèvres. Je crois que j'essayai de faire le premier pas vers la sympathie mais que j'étais beaucoup trop crispée par ce type pour que ça ait l'air naturel. Ne pas être mal à l'aise en sa présence me semblait pour l'instant assez impossible. Cette relation était purement intéressée et me demandait une certaine énergie il faut dire.

« Du coup, qu'attends-tu de moi pour accepter de m'aider à ton tour ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Vendredi 30 Septembre

« Avoue au moins que ton projet est un peu rebutant de but en blanc. C'est... original » Je lui jette un regard torve avant d'hausser les épaules. Peut-être qu'elle n'avait pas tort, mais je crois surtout que se sont les rumeurs au sujet de mon expérience qui m'ont desservi. Je ne fais rien d'illégal, il n'y a rien de mal avec tout ça. Je doit répondre de mon expérience à plusieurs personnes. Tout ça parce qu'une telle expérience financé publiquement serait trop sujet à controverse. Tss. Rendre compte régulièrement au médicomage référent et à un Langue de Plomb. A moins qu'ils soient une seule et même personne. Difficile à dire puisque les langues de Plomb travaillent à visage masqué.  

"Rebutant seulement pour les ignorants. Je ne suis pas un espèce de psychopathe qui se baigne dans des bains de sang." Pour paraphraser certains idiots, en plus c'est vraiment répugnant comme image. Et sale. Dégoûtant. Un frisson me traverse désagréablement, moi qui suis si maniaque de la propreté, comment les autres en sont venus à de telles idioties ? Ca me dépasse.

« Je suis pas ton chien. T'as pas besoin de moi d'habitude, débrouille toi ! » Un sourire sarcastique passe furtivement sur mon visage. Et bien sans doute qu'elle ne se rend pas compte de ses propres actions. Elle suit mes actions depuis qu'elle a mis un pied dans cette pièce. Cela dit je ne perds pas vraiment de temps à lui répondre continuant à lancer divers tests. Je lui demande quand même-ci elle a changé d'avis sinon très honnêtement je ne vois pas ce qu'elle fait ici. Ceci dit j'évite de le dire à voix haute. Il y a quand même des choses importantes en cours dans cette salle.

«Figure toi que maintenant que j'ai ta tête en face de moi, je me demande bien ce qui m'a pris. » Je roule des yeux en faisant un bruit de bouche agacé sans pour autant formuler une réponse inutile. C'est de la provocation de bas étages, et j'ai mieux à faire. « Pas vraiment. J'ai pas changé d'avis, pas encore. J'étudie ta proposition on va dire. » Je me tourne vers Potter en fronçant les sourcils, peut-elle être encore plus flou ? Elle essaie une nouvelle méthode ? "Mais encore ?" Je demande avec une ironie papable. Je pince les lèvres quand je la vois s'installer sur un plan de travail, mes yeux lancent surement des éclairs de mécontentement. Malheureusement, j'ai les mains prises. Ce qui ne m'empêche absolument pas de rouspéter entre mes dents serrées.

"Tu désinfecteras tout ce que tu as touché avec tes mains sales." Ce n'était ni une suggestion, ni une demande. En fait ça ressemblait à s'y méprendre à un ordre. J'étais à deux doigts de la virer de là brutalement. Sauf que mon cerveau scientifique ne veut pas perdre une possible occasion de rajouter un sujet à l'expérience. Ravaler mes mots acerbes avant qu'ils ne franchissent la barrière de mes lèvres est un véritable supplice.

« Tu pourrais m'être utile. » Je laisse échapper un ricanement rempli de sarcasme. Oui je suis certain que ça peut s'entendre dans ma manière de ricaner. Parce qu'elle est en train de dire qu'elle a besoin d'aide même-ci elle l'a formulé autrement. Je ne suis pas complètement stupide. «Alors je viens vérifier de mes propres yeux que, malgré ce que tu affirmes, t'es pas un psychopathe. Je veux dire, si tu l'étais, tu affirmerai aussi haut et fort que tu n'en es pas un pour pouvoir continuer tes petites activités. Alors, je vais me faire mon propre avis avant de te répondre. Si c'est pas dangereux tout ce que tu fais là, écoute... Pourquoi pas. » Le semblant de sourire de Potter est assez crispant.

"Arrête de sourire ou met y vraiment du tien. Si tu veux savoir tu as l'air d'être indisposée en ce moment." Je lui fais un sourire aimable, presque charmant si on ne tient pas compte de mes paroles en elles mêmes. Un sourire bien plus naturel que celui de Potter pour sur, un sourire pratique et fiable. "Tu vois si j'en suis capable, tu devrais l'être. Ce que perçoive les autres de toi en premier, c'est tout ton langage corporel. Si tu n'es pas capable de masquer ce que tu ressens vraiment tu auras toujours des ennuis." Surtout en société, les sorciers ont des idées bien arriérées. Non pas que ce soit bien, mais il faut savoir jouer selon leurs règles. La plupart du temps je ne me donne même pas la peine d'en tenir compte. Mais je sais avec qui je dois agir de tel ou tel façon. Moi qui ne suis pas vraiment un pro du mensonge, je suis très doué pour dissimuler.

« Du coup, qu'attends-tu de moi pour accepter de m'aider à ton tour ? » J'hausse un sourcil, enfin une question pertinente. "Me voilà rassuré, tu n'es pas complètement idiote. Première règle au milieu d'un banc de strangulots, toujours s'assurer des conditions d'un marché." Ca sonne presque comme une insulte, pour autant c'était réellement une approbation. Le banc de strangulots faisant évidemment référence à la haute société sorcière. Je baigne bien malgré moi dedans depuis mon plus jeune âge. "Comme tu l'as soulevé toi même, bien qu'indirectement. Mon projet à mauvaise presse, pour des raisons tout à fait arbitraires. On ne m'apprécie guère et on me prête des intentions que je n'ai nullement. Je ne suis pas un psychopathe, que tu me crois ou non n'est pas le problème. Pour ta gouverne cette salle est enchantée pour que je ne puisse pas utiliser de maléfice ou créer de malédiction sur le sang que je prélève. Cette expérience a été validée par le conseil de l'école sous certaines conditions. En d'autres termes, j'ai les mains liées, je ne peux expérimenté que ce qui a été préalablement validé par le médicomage et le langue de plomb référent de cette étude." J'explique un peu les conditions d'un ton sans émotion. Des faits, rien que des faits.

"Tu es une Potter et inconsciemment les gens te font confiance. Pour schématiser tu es une "gentille" dans l'esprit simpliste des autres étudiants. Certains sont sans doute un peu plus réfléchis que ça, mais la plupart associe ton nom à ton père et ses actions. Sans prendre en compte que tu n'es pas ton père. Et c'est cela que je veux exploiter pour mon projet, ton influence et éventuellement ton sang si tu le permets évidemment. Je ne suis pas la pour forcer qui que se soit." J'hausse les épaules en expliquant simplement ce que j'attends de notre partenariat. "En échange, je peux t'informer sur l'étiquette sorcière. T'apprendre ce que tu dois savoir sur un certains nombres de personnes influentes. T'introduire dans ce monde là en somme." Je lui jette un regard attentif, essayant de voir si mon petit discours a pu déclencher de l'hostilité. Je me rends bien compte que c'est un peu élitiste, mais notre monde est ainsi fait et de cela je ne suis pas responsable.

(c)Lilith

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz


Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.
Vendredi 30 Septembre

« Mais encore ? »

Note à moi-même, rajouter impatient dans la longue liste des qualités de Monsieur Conquestorm Cavalry-Knight. 'J'étudie ta proposition parce que je te fais pas encore confiance', c'était assez clair tout de même. S'il n'était pas entrain de faire des expériences qui me dépassaient, j'aurais presque osé penser qu'il était idiot. Cela dit, on peut être très intelligent scolairement, et un parfait empoté en ce qui concerne le social. Je crois bien que j'en avais la preuve en image.

Tandis que je m'asseyais sur un table dans l'unique but de le faire enrager, je fus ravi de le voir grincer des dents.

"Tu désinfecteras tout ce que tu as touché avec tes mains sales."

Je haussais un sourcil, agacée par son ton, mais pas vraiment vexée par ses propos. Ce type semblait avoir un sérieux problème obsessionnel avec la propreté. Rien que la dernière fois, il avait refusé de m'aider après m'avoir bousculé sous prétexte que j'avais touché le sol. Je lui aurais bien conseillé d'aller consulter, mais je fis un effort pour me rappeler de ma bonne résolution de quelques instants auparavant : ravaler sa fierté et se concentrer sur son objectif ! Aussi je ne bougeai pas d'un millimètre avant d'avouer à demi-mot que j'étais presque prête à accepter son aide. Ce qui le fit ricaner.

Crétin.

"Arrête de sourire ou met y vraiment du tien. Si tu veux savoir tu as l'air d'être indisposée en ce moment."

Il me fit à son tour son plus beau sourire, qui contrastait franchement avec ce qu'il était entrain de me dire. L'ironie, c'est que ces derniers temps, j'apprenais lentement mais sûrement à mentir et à jouer un rôle et je me trouvais plutôt bonne à ce petit jeu. Mais de toute évidence j'avais encore des progrès à faire, vu qu'en présence de quelqu'un qui me mettait vraiment mal à l'aise, comme ce type là, je n'en étais pas encore capable.

"Tu vois si j'en suis capable, tu devrais l'être. Ce que perçoive les autres de toi en premier, c'est tout ton langage corporel. Si tu n'es pas capable de masquer ce que tu ressens vraiment tu auras toujours des ennuis."
« Je vois que pour une fois, on est à peu près d'accord... Alors tu seras mon professeur de théâtre aussi ? Autant de talent pour l'hypocrisie, tu devrais être oscarisé. Et pour une fois je ne dis pas ça pour me moquer. Je trouve ça très utile de pouvoir cacher ainsi ses émotions. »

Même si dans son cas, j'étais en droit de me demander si il en avait seulement, des émotions. Il était tellement étrange, et froid, il paraissait tellement insensible. Mais de toute évidence, il était capable de faire semblant d'être charmeur et poli, alors cela revenait au même. Pour ses talents d'acteur tout du moins.


"Me voilà rassuré, tu n'es pas complètement idiote. Première règle au milieu d'un banc de strangulots, toujours s'assurer des conditions d'un marché."

Serrer les dents et ne rien dire... Je t'en mettrais moi, des 'pas complètement idiote'. J'avais conscience d'avoir pas mal de défaut, mais je ne pense pas que l'on puisse dire que j'étais naïve. Je m'appliquai de nouveau à lui faire un sourire hypocrite tandis qu'il m'expliquait toutes les sécurités que l'école avait mis en place autour de son projet. Ce qui concordait à peu près avec les quelques informations que j'avais réussi à glaner de mon côté. Un bon point pour lui.

"Tu es une Potter et inconsciemment les gens te font confiance. Pour schématiser tu es une "gentille" dans l'esprit simpliste des autres étudiants. Certains sont sans doute un peu plus réfléchis que ça, mais la plupart associe ton nom à ton père et ses actions. Sans prendre en compte que tu n'es pas ton père."

Il avait raison, je le savais bien. Pourtant, ces derniers temps, rien ne m'énervait plus que quelqu'un qui évoquait mon père. Que se soit en mal, pour s’apitoyer sur mon sort ou même de manière objective comme Conquestrom était entrain de le faire. Cela provoquait en moi un torrent d'émotions incontrôlables. Je baissai les yeux pour ne pas soutenir son regard, écoutant à moitié le reste de son explication. J'étais là pour ça après tout non ? Apprendre à enfouir et cacher tout ça tout au fond de moi, et ne plus laisser mes faiblesses transparaître en public. C'était comme ça qu'on pouvait exercer son pouvoir et gravir les échelons, j'en étais persuadée à ce moment.  

"Et c'est cela que je veux exploiter pour mon projet, ton influence et éventuellement ton sang si tu le permets évidemment. Je ne suis pas la pour forcer qui que se soit. En échange, je peux t'informer sur l'étiquette sorcière. T'apprendre ce que tu dois savoir sur un certains nombres de personnes influentes. T'introduire dans ce monde là en somme."

Un petit silence s'installa dans la pièce alors qu'il attendait sans aucun doute une réponse de ma part. J'essayais tant bien que mal de mettre mes idées aux claires alors que je repensais à tout ce qui me perturbait ces derniers temps. Si j'en étais à quémander l'aide d'un type aussi étrange, c'est que j'étais vraiment perdue n'est-ce pas ? Mais au fond de moi, j'avais envie de croire que cela pouvait marcher. Même si c'était totalement intéressé, cela me faisait du bien que quelqu'un me tende la main et j'avais envie de saisir ma chance.

« On verra pour le sang, quand tu m'auras un peu mieux expliqué tout ce bazar... Pour le reste c'est d'accord.»

Je désignais la pièce d'un geste de la main. En soit, s'il n'y avait aucun danger pour moi, pourquoi pas. Je n'y voyais pas vraiment d'inconvénients. Mais ne pas céder immédiatement à toutes ses demandes me semblait être un bon levier pour négocier plus tard, si jamais j'en avais besoin.  

« Je veux bien te prendre ta défense publiquement et même laisser entendre que je travaille avec toi sur cette affaire. Je ferais ce que tu me diras à ce sujet. Moi de manière plus précise, je veux bien que tu m'apprennes tout ce que je dois savoir, mais ce n'est pas suffisant. Je veux aussi de la pratique. Apprend moi à faire ce que tu fais. » Je passais une main devant mon visage. « Je veux pouvoir porter le même masque que toi. Tu peux aussi m'apprendre des choses sur les gens, mais je crois que tu pourrais aussi carrément me les présenter. Tu dirais quoi de m'emmener avec toi dans tes dîners ou tes soirées mondaines, montrer à tout le monde combien je suis une bonne élève ? Tu pourras corriger toutes mes erreurs en direct de cette manière.»

Je ne savais pas si je poussais pas le bouchon un peu trop le loin. J'avais l'impression de lui en demander beaucoup par rapport à ce que j'avais à lui offrir. Je ne savais pas à quel point ce projet comptait pour lui après tout. Mais au point ou j'en étais, autant y aller au culot. Je pouvais toujours faire machine arrière si Monsieur se braquait.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________



No one can say what we get to beRien n'est éternel, tu vois. Le café refroidit, et les gens changent -Justayne

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi.


Vendredi 30 Septembre

Je ne l'avouerais sans doute jamais, même sous la torture mais cette fille m'amuse. Vous savez je suis peut-être un asocial bien que cela soit inhérent à mon caractère et ma manière d'être... J'aime aussi parfois passer du temps avec d'autres êtres humains. Ce n'est pas Seth ou Deagan qui diront le contraire. Il n'en reste pas moins que je ne suis pas d'une compagnie facile la plupart du temps, c'est comme ça et après tout je ne vais pas gaspiller tant d'énergie à être quelqu'un d'autres auprès de mes rares proches. Je passe déjà assez de temps à faire semblant, imiter les autres ou faire ce qu'ils attendent de moi. Peu importe la raison d'ailleurs, que ce soit pour obtenir quelque chose, pour garder la dignité de ma famille...

«  Je vois que pour une fois, on est à peu près d'accord... Alors tu seras mon professeur de théâtre aussi ? Autant de talent pour l'hypocrisie, tu devrais être oscarisé. Et pour une fois je ne dis pas ça pour me moquer. Je trouve ça très utile de pouvoir cacher ainsi ses émotions.  » Je fronce les sourcils au départ, bien que cette remarque semble être un compliment après tout. Je ne sais pas vraiment ce que veut dire oscarisé, sans doute une expression moldue que je ne connais pas. Je ne m'y attarde pas cependant, j'ai mieux à faire. Je n'avais d'ailleurs jamais pensé être un bon acteur, et bien sans doute que si en fin de compte. Jouer la comédie au point d'être une personne radicalement opposée à celle que je suis vraiment... Je l'ai déjà fait plus d'une fois, Juliette Holmes et son petit-ami sans souvienne surement. Tout est une question de volonté et de ce qu'on est prêt à faire pour arriver à ses fins. N'ayant que peu d'attaches je ne vois aucun mal à manipuler ceux qui peuvent m'être utiles. Sans doute parce que je suis très détaché des émotions des autres.

"Merci, je suppose. Et j'imagine que cela ressemblera à donner des cours de théâtre en effet. Bien que je n'y avais jamais pensé sous cet angle." J'hausse les épaules ensuite, non pas que cela importe. J'explique ensuite mes attentes et ce que je peux lui enseigner. Bien que très honnêtement je ne suis pas certain qu'elle parvienne si bien à cacher ses émotions que moi. Je sais bien que la majorité de mes camarades me pensent insensible. Ils ont tort, d'une façon qui les rendrait sans doute encore plus abruti qu'à leur habitude. Seulement, quand on est habitué à faire avec des crises de panique depuis sa plus tendre enfance il y a certaines choses qu'on apprend à cacher pour que personne ne s'aperçoive d'à quel point on est vulnérable. Bien qu'aujourd'hui les crises de panique soient majoritairement un lointain souvenir, je reconnais que j'ai sans doute pris une trop grande distance avec mes propres émotions.

« On verra pour le sang, quand tu m'auras un peu mieux expliqué tout ce bazar... Pour le reste c'est d'accord. » J'hoche simplement la tête, je comprends ses réticences après tout on ne se connait pas beaucoup. Et je peux bien patienter un peu avant qu'elle saute le pas, parce qu'elle le fera d'une manière ou d'une autre. Ce n'est pas comme-ci c'était dangereux pour elle.  

« Je veux bien te prendre ta défense publiquement et même laisser entendre que je travaille avec toi sur cette affaire. [...] Je veux aussi de la pratique. Apprend moi à faire ce que tu fais. » J'hoche la tête ça se défend, et ce n'est pas idiot même-ci cela risque fortement d'empiéter sur mon temps libre. Mais bon un marché et un marché et j'y vois un gros avantage pour mon expérience après tout. L'influence de Potter pourrait débloquer l'intérêt des autres étudiants, parce que ne leur en déplaise je ne suis pas une sorte de monstre. Étrange sans doute mais je ne suis pas un psychopathe.

« Je veux pouvoir porter le même masque que toi. [...], je crois que tu pourrais aussi carrément me les présenter. Tu dirais quoi de m'emmener avec toi dans tes dîners ou tes soirées mondaines, montrer à tout le monde combien je suis une bonne élève ? Tu pourras corriger toutes mes erreurs en direct de cette manière. » J'ouvre la bouche pour protester avant de froncer les sourcils prenant le temps de réfléchir sérieusement à la proposition de ma camarade. De toute façon je suis obligé d'être présent à ces fichues soirées, et elle pourrait être une bonne distraction malgré elle. Je finis souvent par m'ennuyer après avoir fait le tour des invités, la plupart on des conversations absolument assommantes.

"D'accord." Je peux voir qu'elle est surprise s'attendant sans doute que je refuserais. "Je n'aime pas ces soirées ridicules, mais de part ma famille je suis dans l'obligation de m'y rendre. Parfois cela peut s'avérer fructueux... Et si je t'emmène avec moi, ils auront un autre sujet de conversation sur lequel cancaner. De plus, tu pourras effectivement en retirer de meilleurs enseignements. Cependant, et sans vouloir me montrer méprisant Potter à l'heure actuelle tu ne ferais que te ridiculiser. Et me ridiculiser par la même occasion. Non pas que je me soucie réellement de mon ridicule mais mes parents seraient assez désappointé que je présente quelqu'un qui ne sait pas se tenir." Personnellement, je trouverais ça plutôt amusant mais je ne vais pas le lui dire. Cependant, je n'ai aucune envie de m'attirer les foudres parentales.

"Avant donc de passer à ce genre de travaux pratiques, il va falloir t'entrainer durement. Dans un premier temps une lady ne s'assoit pas de manière si cavalière sur une table. Ce n'est pas acceptable. Cela ne l'est même pas pour des enfants. Seconde chose apprend à te tenir bien droite, je ne te demande pas de tenir crispé, bien qu'au départ cela risque d'être le cas. Ta posture un peu avachie n'est pas présentable, de plus avec une posture droite tu peux gagner quelques précieux centimètres. Et tu paraitras plus impressionnante que tu ne l'es. Et par Merlin, évite d'utiliser un vocabulaire vulgaire ou familier se serait ruiner tout tes efforts." Je récite tout ceci d'un ton docte, tout en la dévisageant analysant chacun de ses gestes. Mon expérience en cours n'a pas besoin de mon attention immédiate. Mais je souhaite montrer à Potter que je suis très sérieux à propos de son apprentissage.  


Vendredi 16 décembre

Voilà plus de deux mois que Potter et moi on se voit régulièrement pour ses leçons. Je m'arrange toujours pour qu'elle ne vienne pas les mêmes jours que Seth ou Deagan. Je veux d'une manière ou d'une autre protéger mon temps passé avec eux. Ils sont mes amis alors que Potter est juste un contrat, aucune raison que je mélange les deux. Bien que j'ai parlé de mon marché avec Seth, je ne crois pas que je pourrais cacher ce genre de choses sans qu'il ne s'en rende compte de toute façon. Pour Deagan c'est un peu plus complexe puisqu'on ne s'évitait quand j'ai commencé mon marché avec Potter et je n'ai pas encore eut l'occasion de lui en parler. Je le vois moins souvent que Seth en plus de ça donc ce n'est jamais venu dans la conversation, il me semble. Ou alors juste en passant.

En parlant de Potter, j'ai été agréablement surpris par son implication. Soyons honnête elle ne comprend pas vraiment ce que je fais dans ce labo, sans doute parce que mes explications sont trop techniques. Mais ce n'est pas si évident de faire simple quand on est moi. Surtout sur un sujet qui me passionne autant. Vulgariser n'est pas aussi évident, mais c'est aussi un exercice sur lequel je me dois de m'entrainer et dans ce sens Potter me donne une aide inattendue. Les vacances de Noël débute ce soir et un événement semi-mondain aura lieu le 20 décembre de fait Potter doit venir avec moi à cet évènement. Enfin je suis censé le lui dire j'ai attendu le dernier moment pour être sûr que je puisse le lui proposer. Mais pour une soirée comme celle-ci... Elle n'a pas besoin d'être parfaite, seulement de paraitre bien. Je ferais en sorte de la présenter aux moins traditionalistes, tout en évitant les plus réfractaires. Elle n'est pas encore prête à affronter des gens qui la jugerons pour son sang et garder son calme. Cette soirée étant organisée par le ministère elle sera mixte et donc on devrait pouvoir éviter les plus gros charognards.

"Tu es libre le 20 décembre Potter ?" Je demande de but en blanc alors que je suis en train de verser le contenu d'une fiole dans un autre récipient. Depuis que Potter est là, j'ai pu bénéficier de don de sang sans me triturer les méninges. Il faudra encore du temps avant que l'influence de Potter prenne complètement, mais petit à petit ça se débloque. "Il y a une soirée mondaine avant noël, c'est l'occasion pour le ministère de redorer son blason et de demander des financements aux plus riches. Cela pourrait être un bon entrainement pour toi." Je la regarde dans les yeux un instant avant de détailler son physique. Elle est plutôt jolie c'est indéniable, mais elle a encore des efforts à faire pour se mettre en valeur. Son sens de la mode s'est amélioré mais ce n'est pas encore tout à fait ça.

"Tu as une tenue adaptée ? Quoique je préférerais t'accompagner choisir quelque chose de correct. Tes goûts laissent un peu à désirer. Et puis tu n'as pas dû aller très souvent dans ce type de soirée." Je pousse un soupir, maintenant que j'y pense je n'avais pas réalisé que cela impliquait de l'aider à choisir les bons vêtements.

(c)Lilith


J'ai dû vérifier les dates de vacances XD Donc à Poudlard elles commencent le 17 décembre Razz

_________________

descriptionTu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest  EmptyRe: Tu as besoin des gens qui ont besoin de toi - Conquest

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum